Combien d’entre vous se souviennent des collections « Frissons » et « Chair de Poule », adaptées par les Éditions Héritage entre les années 1990 et le début des années 2000 ? Pour plusieurs jeunes, ces romans aux titres évocateurs (Sang de Monstre, L’examen fatidique, La Gardienne, Le Pantin maléfique) constituaient le moyen le plus facile de frissonner d’horreur sans passer par le cinéma, où les films les plus intéressants leur étaient interdits en raison de leur âge. Malheureusement, après l’arrêt de publication de ces deux séries, les jeunes lecteurs québécois ont perdu les seules collections ouvertement dédiées à la littérature d’horreur jeunesse. De nombreux éditeurs proposaient des titres dans le même genre, mais jamais à l’intérieur d’une collection spécifique et ils s’adressent surtout à un public adolescent. Pourtant, depuis quelques années, une nouvelle collection entièrement québécoise occupe le terrain laissé vacant par les adaptations des éditions Héritage. Voici un portrait de la Zone Frousse. Entrez-y à vos risques et périls…

Zone Frousse a été crée en 2009 par Amy Lachapelle, afin de combler un vide en littérature d’horreur pour la jeunesse faite au Québec. En effet, mis à part les livres interactifs de Richard Petit (la collection « Passe-Peur »), il n’y avait aucune autre collection qui s’intéressait uniquement à l’horreur. Zone Frousse répond également à l’amour de certains auteurs jeunesse pour le genre de l’horreur et à leur désir de proposer des histoires adaptées à un public plus jeune, âgé entre 8 et 12 ans. Ce choix de groupe d’âge peut sembler étrange, mais comme les adolescents sont le public cible de la collection Série Obzcure, qui leur proposent des novellas de suspense et d’horreur, il était logique pour les éditions Z’ailées de s’intéresser également aux petits frères et petites sœurs de ces lecteurs ! Et avec près d’une quarantaine de titres à son actif , Zone Frousse est amplement en mesure d’effrayer (et de satisfaire !) ses lecteurs.

Ouvertement inspirée de la collection « Chair de Poule », crée par l’américain R. L. Stine, les livres de la collection Zone Frousse proposent des histoires terrifiantes avec une chute humoristique, qui s’éloigne de la fin heureuse habituelle pour laisser planer un doute sur le retour à la normale pour les personnages principaux. Ainsi, l’important pour les auteurs est de donner des frissons d’angoisse (et de plaisir !) à leurs lecteurs, plutôt que de proposer une morale ou des préceptes éducatifs. Et la popularité de la collection auprès de ses lecteurs est la preuve que ce choix éditorial est le bon ! Que ce soit dans les écoles ou les Salons du livre, les jeunes raffolent des romans de la Zone Frousse. Mais le plus surprenant, c’est que les adultes sont aussi réceptifs à cette collection. Ainsi, les professeurs ont l’opportunité d’inviter certains auteurs de la collection en classe pour des ateliers avec les élèves, en plus d’avoir accès à des fiches pédagogiques gratuites sur le site internet des Z’ailées. Ce sont surtout les parents de jeunes garçons qui apprécient la collection Zone Frousse, puisque ses courts romans constituent un bon déclencheur pour donner l’envie de lire à ces lecteurs souvent récalcitrants.

Lorsqu’on voit la liste des auteurs qui ont participé à cette collection, on s’aperçoit qu’il n’y a rien d’étonnant dans le succès de Zone Frousse. Nommons entre autres Jonathan Reynolds, Richard Petit, Amy Lachapelle, Mathieu Fortin et Marilou Addison, qui ont tous déjà publié des romans pour les jeunes. Et comme les auteurs qui collaborent à Zone Frousse sont choisis en fonction de leur intérêt pour le genre, de leur plume, et de leur dynamisme, les jeunes sont assurés de passer un bon moment de lecture !

Et en plus du succès public de la collection, certains de ses auteurs se sont vu récompensés pour leurs romans. Ainsi, Ton journal intime Zone Frousse et La plus jolie histoire, tous deux de Richard Petit, ont remporté le Prix Hackmatack, remis par des élèves et professeurs de 4e, 5e et 6e année du primaire, et des bibliothécaires, des provinces Atlantiques. Le prix a pour but de promouvoir la littératie et encourager la lecture chez les jeunes.

Bref, Zone Frousse constitue un ajout important dans la diversité de l’offre littéraire pour la jeunesse au Québec, tout en offrant des romans effrayants pour les amateurs de sensations fortes. En ajoutant à cela leur rôle dans le développement du plaisir de la lecture chez les jeunes (principalement les garçons), il est clair que la collection à de beaux jours (ou de belles nuits ?) devant elle ! Maintenant, la question est de savoir si vous oserez vous aventurer dans la Zone Frousse, et si vous réussirez à vous en sortir indemne !

Cet article est paru initialement dans le numéro 84 de la revue Les libraires.