Portrait d’Algésiras par Servain

Objet : un questionnaire d’auteur, quelque part entre ceux de Proust et de Pivot. Contenu : une quarantaine de questions, générales ou indiscrètes. Consigne : choisissez-en une dizaine, celles qui vous interpellent.

Notre invité bande dessinée pour février : Algésiras.

Quel genre de lectrice êtes-vous ?

Le genre boulimique. Quand j’ai un ou plusieurs nouveaux livres/albums, il faut que je lise tout, tout de suite. Et quand je suis plongée dans un bon bouquin, le reste du monde n’existe plus.

Comment êtes-vous devenu auteure ?

Petite,  je dessinais et écrivais, mais je n’avais pas du tout l’idée d’en faire un métier. C’est mon prof de dessin au lycée qui m’a conseillé de tenter le concours d’entrée aux Beaux-Arts d’Angoulême parce qu’il savait que j’aimais la bande dessinée. À partir du moment où j’ai eu le concours et que je me suis dit que je pouvais en faire mon métier, je n’ai plus voulu faire autre chose.

Pourquoi êtes-vous auteure ?

Par amour des livres et pour raconter des histoires. Les livres ont toujours été mon refuge, une manière d’accompagner les histoires que j’avais dans la tête. Lire des histoires me donne envie d’en raconter, en raconter me donne envie d’en lire.

Avez-vous un lieu privilégié pour créer ?

Mon atelier, entourée de mes livres, de mon ordinateur et de mes poupées. J’ai besoin d’être isolée et au calme. Pour le dessin, j’ai besoin de pouvoir consulter des albums, des illustrations. Par contre, pour le scénario, quand je ne trouve pas une idée de dialogue ou de situation, je sors, je vais faire une promenade. Marcher en réfléchissant est le meilleur moyen de débloquer une idée qui coince (c’est aussi le meilleur moyen de se cogner contre un poteau, mais l’art nécessite des sacrifices).

Comment choisissez-vous votre style de dessin ?

Je ne suis pas sure que c’est quelque chose qu’on choisit ou si c’est l’expérience, le goût et les influences qui font qu’on va naturellement petit à petit adopter un dessin qui nous permet d’exprimer le mieux ce qu’on veut exprimer. Pour ma part j’ai une préférence pour le trait et le graphisme pur, qui me touchent davantage que le volume/la peinture. Mais il est possible que je change d’avis plus tard. Qui sait ?

Votre œuvre est-elle marquée par un thème récurrent ?

Oui, il y a un thème qui revient sans cesse, c’est celui de l’apprivoisement. Quand j’étais petite, je connaissais par cœur le chapitre du Petit Prince où il apprivoise le renard, et ça m’a marquée de manière indélébile. Le thème de la folie revient aussi souvent, mais je l’utilise plus de manière « technique », comme quelque chose qui génère des histoires, et non pas comme quelque chose qui vient de mon vécu.

Quelles sont vos principales influences ?

La littérature fantastique, fantasy et de science-fiction. En bande dessinée, un mélange de franco-belge, de comics et de manga; j’ai eu la chance d’avoir accès à une bande dessinée très diversifiée. À présent je suis tout aussi influencée par les séries TV et les web comics indépendants.

Laquelle de vos œuvres affectionnez-vous particulièrement ?

Le premier tome de Candélabres, j’ai vraiment une tendresse particulière pour cet album. Quand je le relis, j’en vois tous les défauts : il est mal dessiné, plein de maladresses… Mais je perçois aussi l’enthousiasme des débuts, la foi qu’on a quand on fait son premier album. Et je le trouve cohérent et plutôt bien construit.

Y a-t-il un de vos livres que vous recommenceriez ? Pourquoi ?
Non, aucun. Toutefois si je pouvais améliorer quelque chose, ce serait le début des Guerriers du Silence. Le début du roman est extrêmement compliqué. Il y a une foule de personnages à retenir. Dans la bd, je trouve que je ne les ai pas assez nommés et distingués… si je pouvais réécrire ce début j’essaierais de faire en sorte qu’on les identifie mieux.

Que rêviez-vous de faire, enfant ?

M’occuper des animaux, de la nature. Les thèmes qui m’intéressaient : la paléontologie, l’éthologie et l’étude des écosystèmes. Encore aujourd’hui, la zoologie en général me passionne.

***

Bibliographie
 
Candélabres T.1: Solédango, Algésiras, 2004, Delcourt, 46 p., 9782840552566*
Candélabres T.2: Voleurs d’étincelles, Algésiras, 2004, Delcourt, 46 p., 9782840554518*
Candélabres T.3: Incandescence, Algésiras, 2004, Delcourt, 46 p., 9782840556715*
Candélabres T.4: L’homme avec les oiseaux, Algésiras, 2006, Delcourt, 46 p., 9782847890165*
Les Guerriers du silence T.1: Point rouge, Philippe Ogaki  et Algésiras, 2005, Delcourt, 46 p., 9782847891188*
Les Guerriers du silence T.2: La Marchandhomme, Philippe Ogaki  et Algésiras, 2006, Delcourt, 46 p., 9782847891188*
Les Guerriers du silence T.3: Le fou des montagnes, Philippe Ogaki  et Algésiras, 2007, Delcourt, 46 p., 9782847891188*
Les Guerriers du silence T.4: Le tombeau Absourate, Philippe Ogaki  et Algésiras, 2008, Delcourt, 46 p., 9782847891188*
Élinor Jones T.1: Le bal d’hiver, Aurore et Algésiras, 2010, Soleil, 46 p., 9782302009745
Élinor Jones T.2: Le bal de printemps, Aurore et Algésiras, 2011, Soleil, 46 p., 9782302016019
Élinor Jones T.3: Le bal d’été, Aurore et Algésiras, 2012, Soleil, 46 p., 9782302024175
 
* Commandez ces titres sur monet.ruedeslibraires.com en suivant les hyperliens des ISBN.