C’est la saison des Prix littéraires de poésie au Québec!

René Lapierre a remporté le Prix de poésie Estuaire-Bristro Leméac 2012 pour son recueil Pour les désespérés seulement, paru aux Éditions Les Herbes rouges.

« Nous avions rêvé d’un monde plus humain. Ce rêve a été trahi mais nous n’avons pas dit notre dernier mot. En dépit des apparences, personne ne trouve normal de tromper, de corrompre et d’anéantir. Personne n’admet l’état de guerre. Nous refusons de nous endormir avec des abuseurs et des amnésiques. Nous résistons, nous nous multiplions. Vous n’avez encore rien vu ».

René Lapierre est professeur à l’Université du Québec à Montréal et est un spécialiste de l’œuvre d’Hubert Aquin. Récipiendaire du Prix Victor-Barbeau en 2002, il écrit des récits de fiction, de la poésie et des essais, tel que Renversements, paru en 2011 chez le même éditeur et L’Imaginaire captif : Hubert Aquin, paru dans la collection Typo.

Marcel Labine est, quant à lui, le lauréat du Prix du Festival de la poésie de Montréal 2013 pour son recueil Le tombeau où nous courons, publié également aux éditions Les Herbes rouges.

« Le poète ne peut, en s’inquiétant, changer quelque chose à l’existence. Pourtant son inquiétude grandit – pour l’avenir, pour la vie sur terre, pour la décence humaine. Il sait combien notre cause est perdue. Sa poésie le dit : « ils seront devenus dans un temps des dépouilles / mais ne sont à l’instant dans cet aujourd’hui blême / que procrastination et agonie sans fin. » Mais il sait aussi que « Chacun porte / ses signes / et espère / des doigts, / des bouches / qui l’appellent / par son nom ».

Marcel Labine est est professeur de littérature au Collège de Maisonneuve à Montréal. Il a reçu, en 1988, le Prix du Gouverneur général du Canada pour son recueil Papiers d’épidémie et le Prix d’excellence pour le meilleur texte de fiction, décerné par l’association des éditeurs de périodiques culturels québécois (AEPCQ) pour Musiques, dernier mouvement. Il nous a également proposé en 2002 Le Roman américain en question, aux Éditions Québec Amérique

Mario Brassard est l’heureux récipiendaire du Prix Émile-Nelligan 2012 pour son recueil Le Livre clairière, paru lui aussi aux Éditions Les Herbes rouges. 2012 aura décidément été une excellente cuvée pour cette importante maison d’édition.

« Ce livre n’est pas le mien. Il porte l’empreinte de la nuit, la morsure de ses loups. Il dit des siècles l’alchimie, faisant vœu de la même lumière, dont il cherche avec urgence le passage, l’éblouissante brûlure. Il est toujours minuit moins cinq, je n’aurai rien compris d’autre à mon époque.» M.B.

Mario Brassard est l’auteur de Choix d’apocalypses, recueil finaliste en 2003 pour le Prix Émile-Nelligan, le Prix du Gouverneur général, de même que pour le Grand Prix du livre de Montréal. La somme des vents contraires, son second recueil, fut finaliste en 2006 pour le Prix de poésie Terrasses Saint-Sulpice de la revue Estuaire, ainsi que pour celui du Gouverneur général. Son livre pour jeunes lecteurs La Saison des pluies, paru chez Soulières Éditeur, a quant à lui remporté le Prix du Gouverneur général du Canada – Littérature jeunesse 2012 ainsi que le Prix jeunesse des libraires du Québec 2012 – 5 à 11 ans.

Toutes nos félicitations aux poètes et à leur éditeur, ainsi qu’à tous les finalistes!

Pour commander les livres de nos lauréats en version papier ou numérique sur notre site monet.ruedeslibraires.com, cliquez simplement sur les titres.