Robert Antelme, Arrabal, Roland Barthes, Georges Bataille, Samuel Beckett, Tahar Ben Jelloun, Walter Benjamin, Thomas Bernhard, Hector Bianciotti, Jorge Luis Borges, Louis-Ferdinand Céline, Chalamov, René Char, Cioran, J. M. Coetzee, Stig Dagerman, J. P. Donleavy, Lawrence Durrell, Claire Etcherelli, Lawrence Ferlinghetti, Witold Gombrowicz, Louis Guilloux, John Hawkes, Michel Houellebecq, Henry James, Jack Kerouac, Arthur Koestler, Jean-Marie Gustave Le Clézio, Michel Leiris, Malcolm Lowry, Henri Michaux, Henry Miller, Edgar Morin, René de Obaldia, Pier Paolo Pasolini, Octavio Paz, Georges Perec, Angelo Rinaldi, David Rousset, Marquis de Sade, Nelly Sachs, Nathalie Sarraute, Bruno Schulz, Leonardo Sciascia, Claude Simon, Alexandre Soljenitsyne, Richard Wright et Andrea Zanzotto.

Qu’ont en commun ces auteurs, qui semblent, à première vue, représenter l’essentiel de ce qui s’est publié de marquant en littérature au XXe siècle ? Ils ont été découverts ou publiés pour la première fois en français par Maurice Nadeau, l’éditeur de la Quinzaine littéraire, des Lettres nouvelles, des Éditions Lettres Nouvelles-Maurice Nadeau et des Éditions Maurice Nadeau, qui vient de nous quitter à l’âge respectable de 102 ans.

Le quotidien français Le Monde nous propose un portrait fort attachant de cette grande personnalité des lettres internationales.

«Maurice Nadeau, éditeur génial et désargenté, mort à la tâche à 102 ans.

Le Monde.fr | 17.06.2013

Il a gardé jusqu’au bout de sa longue vie son air de loubard au cœur tendre, avec son blouson de cuir noir, sa moustache bien tondue et cette manière de causer qu’il s’amusait à rendre gouailleuse. Ne pas faire bourgeois, c’était comme un dernier reste de ses utopies ouvriéristes. Maurice Nadeau, l’un des éditeurs les plus géniaux de tous les temps, est mort le 16 juin chez lui, à Paris, à l’âge de 102 ans. « C’est quand même curieux de mourir à petit feu », disait-il avec le sourire, alors qu’il employait ses toutes dernières forces à sauver de la faillite La Quinzaine littéraire, qu’il avait fondée en 1966… »

Pour lire la suite de cet article et pour visionner le portrait que Le Monde nous propose, cliquez ici.