La revue Les Libraires annonce sur son site web les finalistes du Prix du livre jeunesse des Bibliothèques de Montréal. Instauré en 2005, ce prix récompense des auteurs/trices et illustrateurs/trices jeunesse pour des œuvres destinées à un public de 0 à 17 ans. Des bibliothécaires, bibliothechnicien(ne)s et aides-bibliothécaires de 46 bibliothèques du Réseau des Bibliothèques de Montréal ont soumis une liste de titres jeunesse parus en 2018 et qui se sont démarqués par leur qualité, leur originalité et leur propos.

Le jury, formé de bibliothécaires a retenu les titres suivants :

 

L’Abri, de Céline Claire, illustré par Qin Leng, aux éditions Comme des géants

« À travers la brume, sous le vent qui hurle, deux ombres s’avancent au loin. Par la lucarne des maisons, chacun les observe. Qui sont ces étrangers qui bravent la tempête ? Que font-ils là et que veulent-ils donc ? Nos provisions, nos vêtements, nos maisons ? »

Pourquoi les filles ont mal au ventre?, de Lucile de Pesloüan, illustré par Geneviève Darling, aux éditions de l’Isatis.

« Pourquoi les filles ont mal au ventre? est un manifeste féministe qui dénonce les malaises que ressentent les femmes, de l’enfance à l’âge adulte, dans une société qui ne les ménage pas. Lucile de Pesloüan a écrit ce texte sous forme de fanzine en 2014. Plusieurs centaines d’exemplaires vendus plus tard, l’ouvrage est édité en livre illustré avec un texte enrichi, appuyé par des illustrations réalistes et saisissantes de Geneviève Darling.
Pourquoi les filles ont mal au ventre? invite les adolescents à se questionner sur les situations de sexisme que les filles vivent au quotidien. Le livre sensibilise aux inégalités que subissent les femmes dans le monde, ici ou ailleurs avec des illustrations sans tabou, qui racontent une réalité complexe et hétérogène. »

Une histoire de cancer qui finit bien, India Desjardins, illustré par Marianne Ferrer, aux éditions La Pastèque.

« Il y a quelques années, India Desjardins a rencontré une jeune fille atteinte de leucémie, qui lui a demandé si elle pouvait écrire «Une histoire de cancer qui finit bien, avec de l’amour à la fin», en ajoutant que ça «donnerait de l’espoir.»

C’est donc pour donner de l’espoir que l’auteure a décidé de raconter l’histoire de cette jeune fille de quinze ans qui, après ses traitements, a rendez-vous avec son médecin pour connaître son état de santé et traverse le corridor de l’hôpital vers son diagnostic final. Elle se remémore ses souvenirs, ses moments difficiles et ses moments plus heureux. Mais tout ça se terminera bien. C’était une promesse. »

Le chemin de la montagne, Marianne Dubuc, Comme des géants.

« Tous les dimanches ensoleillés, Madame Blaireau emprunte le sentier qui mène au sommet de la montagne. Au cours du trajet, elle salue ses amis, contemple la nature environnante et récolte champignons et autres trouvailles. Un matin, elle rencontre Lulu qui aimerait bien, lui aussi, voir le sommet du monde. »

Gilles, Mathieu Lavoie, Comme des géants.

« Oh, l’arbre! Mais qu’est-ce qui est tombé de l’arbre? Un oeuf! Et qu’est-ce qui sort de l’oeuf? Gilles! Ainsi commence la vie de Gilles, l’oisillon. À peine sorti de son oeuf, il est devient la proie d’un renard qui erre dans les parages. Le renard est rusé, mais l’est-il plus que la maman de Gilles? La structure du livre faite de questions-réponses contribue au rythme exaltant de ce suspense humoristique. »

Le livre gagnant sera dévoilé le 25 octobre prochain, durant la Semaine des bibliothèques publiques, dans le cadre d’une cérémonie qui se déroulera à la Bibliothèque Saint-Michel.

Le lauréat ou la lauréate recevra une bourse de 5 000 $, remise par la Ville de Montréal. Les autres finalistes recevront une bourse de 500 $, de la part des Amis de la Bibliothèque de Montréal.

 

Bonne chance aux finalistes!