Quand on pense aux pays asiatiques, la première chose qui nous vient à l’esprit est leurs délicieuses gastronomies. Enfin, c’est la première chose à laquelle moi, je pense ! Mais il faut dire que je suis une insatiable gourmande…

Les écrivains asiates, grâce à une sensibilité et un imaginaire différent, élaborent également de savoureuses recettes. Et comme je suis également très friande de ce genre de plaisirs, je me suis décidée à vous présenter un menu exotique à base d’albums et de romans jeunesse créés avec soin par ces auteurs d’Asie.

LES ENTRÉES

Les recettes à l’encre de chine de Jiang Hong Chen

La légende du cerf-volant, Le démon de la forêt, Lian, Mao et moi, Zhong kui, Le prince tigre, Je ne vais pas pleurer !, Le cheval magique de Han Gan et Petit aigle sont autant de magnifiques albums et d’hommages au pays de l’auteur et illustrateur : la Chine. En effet, la plume et l’imaginaire de Jiang Hong Chen sont fortement inspirés par la culture et l’histoire chinoises.

Prenons par exemple Le cheval magique de Han Gan, l’histoire d’un peintre qui réalise des dessins de chevaux tellement saisissants que l’un d’eux prend vie. Bien sûr, cette histoire est une légende ; mais Han Gan, lui, a véritablement existé au 8e siècle…

Et si Jiang Hong Chen nous fait découvrir une figure de son patrimoine national, il a aussi a réalisé les illustrations de ce livre avec la même technique que celle utilisée à l’époque par Han Gan : en peignant sur soie.

Les douceurs de Komako Sakai

Je ne serai pas très objective pour parler de cette artiste japonaise. La fée des renards, dont elle a été l’illustratrice, a été mon premier coup de cœur d’adulte pour  un album jeunesse. Aujourd’hui, il est malheureusement épuisé, mais, heureusement, l’auteure nous a concocté plein d’autres merveilles… Qu’elle soit seulement illustratrice, comme pour Ne bouge pas!, Dans l’herbe ou encore L’ours et le chat sauvage, ou qu’elle soit auteure et illustratrice, comme pour Un amour de ballon, Écoute-moi ou Jour de neige, on ressent une très belle sensibilité.

Dans Un amour de ballon, où un tout jeune enfant se prend d’affection pour un ballon jaune, on s’étonne de la justesse de Sakai dans la manière avec laquelle elle traite les émotions ressenties par l’enfant, comme si elle en avait gardé l’âme… Et les illustrations tendres sont en juste adéquation avec le texte.

Les en-cas de Kazuo Iwamura

Auteur-illustrateur japonais, Kazuo Iwamura est tout d’abord connu pour les albums de la famille Souris. Dans cette série, l’auteur nous montre une vie simple, près de la nature, où les relations familiales et la transmission du savoir sont importantes. De plus, dans les lieux où cette charmante famille habite, on retrouve toute l’atmosphère de la société japonaise… Mais je ne m’attarderai pas plus longtemps sur cette célèbre famille, ni sur ces bandes dessinées philosophiques tendres où une petite grenouille curieuse se fait beaucoup de réflexions.

Je vais plutôt m’attarder sur La pomme rouge, qui met en scène une petite fille, chose rare pour cet auteur qui nous amuse d’habitude avec ses personnages d’animaux. Ces derniers ne sont pourtant pas loin, puisque la jeune fille va rencontrer un lapin, un écureuil et un ours. Cet album ni incroyable ni sensationnel ressemble davantage à un moment simple mais précieux qui se savoure délicatement. Les dessins tout en nuances de gris sont éclairés par la belle couleur rouge de la pomme et le doux coucher de soleil qui porte en lui l’espoir de voir les graines de ce fruit se métamorphoser un jour en arbre.

LE PLAT DE RÉSISTANCE

Les réjouissances d’Ono Fuyumi

Ono Fuyumi est une auteure japonaise surtout connue pour ses romans Les 12 royaumes, qui ont été adaptés en animé. Cette série comprend douze livres pour huit titres, certains de ces derniers ayant été séparés en deux parties. Les couvertures et les illustrations d’’intérieur sont l’œuvre de la plume délicate d’Akihiro Yamada.

Les 12 royaumes est une série de fantasy extrêmement dépaysante, puisque fortement imprégnée de mythologie et d’atmosphère chinoise. La trame de l’histoire repose sur un monde parallèle séparé en douze royaumes où chaque tête couronnée est choisie par un kirin, animal sacré envoyé par le ciel. La description détaillée du fonctionnement de ce monde, les complots politiques qui l’animent et les nombreux personnages qui y évoluent créent un univers original et dense. La traduction, parfois maladroite dans les premiers volumes, finit par gagner en finesse, à notre plus grand plaisir.

Dans le premier volume (en deux parties), La mer de l’ombre, nous faisons connaissance avec Yoko, qui est le personnage fort de la série sans être la protagoniste principale de tous les romans. Yoko n’est pas de prime abord une héroïne très appréciable : elle est lâche, pleurnicheuse et n’a pas confiance en elle. Néanmoins, cette terne jeune femme va se retrouver projetée dans un monde dont elle ignore les règles. De plus, elle semble être la cible de créatures monstrueuses et ne peut compter que sur elle-même, car les habitants, qui l’accusent d’avoir causé une catastrophe naturelle, lui réservent la peine de mort ! Elle va donc devoir passer par beaucoup d’épreuves et d’états d’esprit différents avant de se trouver ; et si l’imaginaire oriental et la cohérence de l’univers sont des points forts du récit, l’évolution du personnage en est l’intérêt principal.

LES PETITS DESSERTS

Une recette ancestrale

Pour découvrir la littérature asiatique, quoi de mieux que de dévorer L’épopée du roi singe ? Ce conte chinois datant du 16e siècle constitue la première partie du roman mythologique Le voyage en Occident. L’histoire est tellement célèbre en Chine comme au Japon qu’elle connaît de nombreuses adaptations ; Sangoku, personnage principal du manga Dragonball, est d’ailleurs fortement inspiré du personnage de L’épopée. Dans la première partie de ce classique, on découvre donc le roi singe, né d’un œuf engendré par la frappe de la foudre sur un rocher. D’une puissance surnaturelle et armé d’un bâton magique, il ne tarde pas à déranger la tranquillité de l’administration céleste !

Mon petit plaisir

Xiaoying fait le vœu d’épouser celui qui vengera son père, mort de manière infamante. Hors, celui qui la venge n’est autre qu’un animal féroce : le tigre. Pourtant, la fière Xiaoying tient sa promesse et décide de toujours rester auprès de la bête. Écrit au 18e siècle par Shen Qi feng, ce texte possède un charme intemporel, sublimé aujourd’hui par les magnifiques illustrations de Kawa Agata. Il nous plonge dans une Chine ancienne où le merveilleux est possible, comme dans nos « Il était une fois » occidentaux. Tigre le dévoué est une superbe histoire, d’amour et d’honneur, à savourer.

Bien sûr, il y a beaucoup d’autres créateurs asiatiques pratiquant ces recettes littéraires piquantes ou douces qui nous paraissent si délicieusement dépaysantes. Mais il me faut maintenant m’arrêter, même si tous ces merveilleux mets sont garantis sans indigestion. Alors maintenant : à table !

* * *

 

Le cheval magique de Han Gan, Jiang Hong Chen , 2004, École des loisirs, 37p., 9782211071468*
Un amour de ballon, Komako Sakai, 2005, L’école des loisirs, 44 p., 9782211077668*
La pomme rouge, Kazuo Iwamura, 2010, L’école des loisirs, 60 p., 9782211201025*
Les 12 royaumes : La mer de l’ombre, t.1, Ono Fuyumi, ill. d’Akihiro Yamda, 2007, Milan jeunesse, 320 p., 9782745920454*
Les 12 royaumes : La mer de l’ombre, t.2, Ono Fuyumi, ill. d’Akihiro Yamda, 2007, Milan jeunesse, 320 p., 9782745924605*
L’épopée du roi singe, Cheng’en Wu, adapté par Colette Kahn, 2011, Gallimard-Jeunesse, coll. « Folio junior », 119 p., 9782070626373*
Tigre le devoué, Shen Qifeng, ill. d’Agata Kawa, 2009, HongFei cultures, coll. « Caractères chinois », 28 p., 9782355580116*
 

 

*Commandez ces titres sur monet.ruedeslibraires.com en suivant les hyperliens des ISBN.