Le Délivré

Archive pour le mot-clef ‘Yolande Villemaire’


23 mai 2012  par Le Délivré

Poésie et printemps font bon ménage à la Librairie Monet !

Ce printemps, la poésie québécoise prend d’assaut la Librairie Monet ! Depuis deux semaines, une vitrine lui est entièrement consacrée. De Marc Lescarbot, dont le recueil Les muses de la Nouvelle-France fut le premier publié en Amérique du Nord, aux jeunes poètes des Éditions de l’Écrou, la vitrine fait un panorama historique de la poésie québécoise. Y figurent entre autres nos trois « poètes nationaux » successifs (Octave Crémazie, Émile Nelligan et Gaston Miron), mais aussi de nombreux poètes marquants, dont Alfred DesRochers, Hector de Saint-Denys-Garneau, Paul-Marie Lapointe, Denis Vanier, Claude Beausoleil, Huguette Gaulin, Patrick Straram et Nicole Brossard, pour ne nommer qu’eux.

Une lecture de poésie a aussi eu lieu à la librairie le vendredi 11 mai dernier, avec Jean-François Poupart, Catherine Lalonde, Yolande Villemaire, Jean-Marc Desgent et Catherine Harton. Elle sera mise en ligne d’ici quelques semaines sur le site airelibre.tv. Devant le succès de cette soirée, il ne faudrait pas se surprendre qu’il y ait récidive cet automne ! D’ici là, on peut assouvir sa soif de poésie avec deux tables de présentation qui offrent une abondante sélection de recueils de poésie québécoise. La Librairie Monet recevra aussi en lecture le poète Claude Drouin, qui lira des extraits de ses deux recueils et quelques inédits en plein centre de la librairie, samedi prochain en après-midi, lecture conviviale à laquelle nous vous invitons cordialement !

* * *

Alors que nous ressortons barbecue et vélo, notre autre grande vitrine a quant à elle pour thématique le printemps, une belle occasion de voir les livres pratiques qui nous sont offerts pour la saison. En cuisine, de nombreux livres pourront vous donner de bonnes recettes de grillades sur le barbecue, alors que d’autres vous suggéreront salades et plats plus légers, idéals pour un pique-nique. La vitrine contient aussi une vaste sélection de livres sur le jardinage, de même que des livres sur les pistes cyclables du Québec et les bons endroits pour une randonnée. Les golfeurs ont aussi l’embarras du choix pour les livres visant à améliorer leur élan, alors que les pêcheurs pourront trouver tout ce qu’il leur faut de trucs et de bons cours d’eau pour pêcher, sans oublier les jeunes, à qui sont destinés nombre d’ouvrage sur la saison du dégel. Comme le printemps, c’est aussi le temps de préparer ses vacances d’été, des suggestions de livres de poche à glisser dans sa valise parsèment la vitrine.

C’est donc un rendez-vous à la Librairie Monet pour un chaud printemps tout en poésie, en sports et en barbecue !


30 janvier 2012  par Maxime Nadeau

La littérature et Twitter

Depuis quelques mois, on nous parle régulièrement de twittérature, c’est-à-dire de la littérature produite et diffusée sur Twitter, ce site de microblogage où les usagers ne s’expriment qu’en gazouillis, des messages de 140 caractères et moins. Il existe même un Institut de Twittérature Comparée (ITC), dont le site affiche fièrement les  lettres patentes (!) de l’organisme. Les « défenseurs » de la twittérature – car nombreux sont ses détracteurs – voient en Twitter une contrainte stimulante pour la création : la limitation des caractères rappelle les formes fixes de poésie comme le haïku ou le sonnet. On pense aussi à l’OuLiPo, ce fameux groupe d’écrivains (Perec, Calvino, Queneau, etc.) ayant expérimenté la contrainte dans la création littéraire. Les twittérateurs se donnent donc comme défi de produire de la littérature de qualité sur Twitter tout en gardant un certain esprit ludique, ce qui ne signifie pas que toute twittérature soit humoristique pour autant.

Certains tenants de la twittérature misent déjà sur celle-ci à des fins pédagogiques au secondaire. Puisque les élèves clavardent et écrivent déjà sur des sites de microblogage comme Twitter et Facebook, aussi bien les joindre là où ils sont déjà et stimuler leur création par un médium qu’ils maîtrisent souvent davantage que leurs professeurs. Les opposants à ces méthodes d’enseignement y voient plutôt une forme de nivellement vers le bas : s’éduquer n’est pas que plaisir et exige de l’effort. Fabien Deglise, du Devoir, s’inquiétait d’ailleurs, dans sa chronique du 3 décembre dernier, d’un étiolement du vocabulaire que provoquerait l’usage de Twitter. Selon lui, limite de 140 caractères oblige, on aurait tendance à utiliser davantage de mots courts et génériques plutôt que des mots plus longs et plus précis. Pour reprendre un exemple de Deglise, exprimer, formuler, murmurer, dévoiler et affirmer écoperait au détriment de dire. Qu’importe, les twittérateurs ont leur lobbyiste et comptent bien obtenir du financement pour un projet-pilote visant à développer l’enseignement de la twittérature.

Mais en librairie, la twittérature est-elle présente ? Pour l’instant, presque pas. Peu nombreux, les livres s’affichant comme de la twittérature font sourciller, car les textes laissent malheureusement un peu à désirer, du moins jusqu’à maintenant. Force est de constater que les éditeurs n’ont toujours pas succombé et que les lecteurs connaissent encore peu le phénomène. Les twittérateurs forment pour l’instant une communauté assez restreinte, mais rien ne dit qu’elle ne comptera pas de nouveaux adeptes. Il suffirait que leur enthousiasme séduise quelques auteurs connus et qu’un succès en librairie accroisse leur visibilité pour que le nouveau genre prenne son envol. Après tout, la twittérature n’en est qu’à ses premiers balbutiements : on attribue la paternité du mouvement au Japonais Keitai Shosetsu, premier auteur à avoir écrit un roman entièrement sur un cellulaire, en 2006 ou 2007. Pour l’anecdote, on parlait alors de celluroman et de cellu-lit. Un genre que ne devrait pas trop priser la gent féminine !

* * *

Twitter et les médias sociaux créeront peut-être une autre littérature, mais on peut d’ores et déjà croire que celle-ci influence et influencera la littérature « traditionnelle ». Je pense ici au plus récent recueil de Yolande Villemaire, Micropoésie. On savait l’auteure de La vie en prose polyglotte et grande voyageuse, mais on ne connaissait pas la branchée, grande utilisatrice des réseaux sociaux. On y apprend entre autres que les iPod, YouTube et autres Twitter n’ont aucun secret pour Villemaire, qui semble les utiliser quotidiennement, et avec enthousiasme. Une « abolition de l’espace » frappe dans ce recueil : l’auteure se trouve partout à la fois par l’utilisation des médias sociaux, vivant notamment le Printemps arabe en direct. Twitter et consorts auront encore fait reculer la contrainte de l’espace en permettant à des individus de partout dans le monde de se parler en direct. Un usager de ces technologies peut « vivre le monde » et peut-être développer une véritable « conscience universelle » par ces « stimuli technologiques » nous faisant ressentir  en tout temps les moindres parties de ce « corps mondial ».

Le recueil de Villemaire fait bien ressentir cette simultanéité des soubresauts du monde dans le quotidien, et en ce sens annonce possiblement des changements à venir dans la littérature. Si les nouvelles technologies influencent le quotidien d’un pourcentage grandissant de la population, celles-ci finiront tôt ou tard par se répercuter davantage dans la littérature. Les possibilités de mutations du récit sont multiples : un narrateur se nourrissant des médias sociaux, la communication des personnages via les nouveaux médias prenant plus d’importance, de nouvelles façons d’imaginer le futur dans la science-fiction, etc. Bref, que la twittérature fasse long feu ou pas, les médias sociaux s’inscrivent déjà dans la littérature et continueront de l’influencer à mesure que leur importance dans nos vie croîtra. Peut-être en avez-vous des exemples ? Ou peut-être lisez-vous de la twittérature ? Avez-vous des twittérateurs à recommander ? Le Délivré veut vous lire !

* * *

Micropoésie, Yolande Villemaire, 2011, Écrits des Forges, 78 p., 9782896451869.

Commandez ce titre sur monet.ruedeslibraires.com en suivant l’hyperlien du ISBN.



© 2007 Librairie Monet