Le Délivré
Afficher :  tout ce mois-ci | cette année

Articles récents

21 mars 2014  par Le Délivré

Rature et lit : Que reste-t-il de la famille ?

Rature et lit font bien littérature est une citation tirée du Calepin d’un flâneur de Félix Leclerc, un recueil de maximes où l’on retrouve le goût de Leclerc pour les jeux de mots.

Voilà qui donne le ton de l’émission, ce désir de renverser l’ordre, l’esprit bricoleur, artisanal que l’on veut privilégier : construire et déconstruire les idées, débattre, penser hors des structures rigides, parce que c’est à force d’essais et d’erreurs qu’on bâtit une société. On souhaite animer le débat autour de la littérature, hors des cadres fermés dans lesquels on s’enferme trop souvent pour parler des arts et de la culture.

Pour cette septième émission, nous accueillons trois romanciers pour tracer le portrait de la famille dans la littérature. Elle s’est énormément transformée. Elle est passée d’une institution qui structure la société à un lieu de déchirement, qui explose, qui tend à disparaître. Que reste-t-il de la famille ? C’est ce que nous allons voir avec nos invités.

Pour visionner cette webémission produite par airelibre.tv, veuillez cliquer ici.

Animation: Elsa Pépin

Journaliste et chroniqueuse culturelle, Elsa Pépin est avant tout une amoureuse de la littérature. Elle a été chef du pupitre Arts de la scène à l’hebdomadaire Voir, recherchiste pour des émissions littéraires à Radio-Canada, codirectrice du très remarqué collectif Amour et libertinage par les trentenaires d’aujourd’hui (Les 400 coups, 2011) et a publié des nouvelles dans de nombreuses revues. Quand j’étais l’Amérique, série de portraits de famille doublée d’un portrait saisissant de notre époque, son premier livre, paraîtra en avril 2014 chez XYZ Éditeur.

Pour commander le nouveau recueil de nouvelles d’Esla Pépin via monet.leslibraires.ca, veuillez cliquer ici.

Nos invités :

Maxime Olivier Moutier

Né en 1971 à Montréal est un écrivain et psychanalyste québécois, Maxime-Olivier Moutier a étudié la psychologie, la littérature et la théologie pastorale à l’Université de Montréal et à l’Université de Sherbrooke. Ancien animateur pour la télévision de Radio-Canada, il assure un séminaire de psychanalyse dans un centre de crise de Montréal et poursuit ses recherches sur Lacan. Il est père de trois enfants. Il a publié sept romans et deux essais depuis 1996, de Potence machine à Scellé plombé, en 2013, retenant à chaque fois l’atttention des critiques littéraires et suscitant l’enthousiasme de ses nombreux lecteurs.

Pour commander les oeuvres de Maxime Olivier Moutier via monet.leslibraires.ca, veuillez cliquer ici.

Catherine Leroux

Catherine Leroux est née en 1979 non loin de Montréal, où elle vit aujourd’hui avec un chat et quelques humains. Plus jeune, elle a promis à sa grand-mère qu’elle écrirait des livres. Elle a été caissière, téléphoniste, barmaid, commis de bibliothèque. Elle a enseigné, fait la grève, vendu du chocolat, étudié la philosophie et nourri des moutons puis elle est devenue journaliste avant, enfin, de tenir sa promesse et de publier La marche en forêt. Finaliste au Prix des libraires du Québec, ce roman d’une grande humanité a charmé le public et la critique. Le mur mitoyen, paru en 2013, est son deuxième roman.

Pour commander les romans de Catherine Leroux via monet.leslibraires.ca, veuillez cliquer ici.

Steph Rivard

En plus d’être auteur, Steph Rivard est chroniqueur pour l’émission La librairie francophone et responsable du choix éditorial en littérature à la librairie Raffin, sur la pulpeuse Plaza St-Hubert. Sur les ondes de Terreur! Terreur!, il s’appelle SS Latrique, tient le feuilleton « Queer & the Shitty » (une parodie sanglante de Sex & the City en sol montréalais) et a signé le projet politico-baroque-moyenâgeux Le Décamoron, écrit en collaboration avec Anne Archet. Steph a également collaboré à deux magazines culturels, Spirale et Zinc, et a coécrit un texte avec Marie-Sissi Labrèche pour le collectif Hôtel Jolicoeur. Jusqu’à l’âge de 10 ans, il a été enfant de chœur et très rêveur, avant de se joindre courageusement aux troupes du Corps de Cadets 2931 Richelieu Louiseville et d’apprendre que la loi, c’est la loi. Il a publié son premier roman, Les Fausses couches, aux Éditions de Ta mère en 2013.

Pour commander le roman de Steph Rivard via monet.leslibraires.ca, veuillez cliquer ici.


15 mars 2014  par Robert Beauchamp

IDENTITÉ LITTÉRAIRE : PATRICK ISABELLE

Les livres nous inspirent, nous marquent et nous ouvrent des horizons insoupçonnés. Ils nous accompagnent, aiguisent notre pensée et résonnent en nous bien après qu’on en a terminé la lecture. Chaque lecteur a son propre parcours littéraire. Certaines lectures sont plus significatives que d’autres. Elles ont ponctué une étape de notre vie, nous ont révolté ou complètement transporté. Chaque invité se dévoile le temps de trois livres.

Bienvenue à Identité littéraire!

Pour visionner cette webémission produite par airelibre.tv, veuillez cliquer ici.

Notre invité : Patrick Isabelle

Patrick Isabelle, qui a travaillé en librairie pendant plus d’une dizaine d’années, fait maintenant partie de notre équipe de libraires spécialisés en littérature jeunesse. Passionné de musique, de cinéma et de théâtre, Patrick est également écrivain. Il a fait paraître en 2010 un premier roman pour adolescents, Bouées de sauvetage, chez Leméac Éditeur. Son second roman, Eux, vient tout juste de paraître chez le même éditeur. Il met présentement la touche finale à un nouveau roman qui s’adressera aux lecteurs adultes et qui devrait paraître à l’automne.

Pour en savoir plus sur Patrick Isabelle, visitez son blogue, Le Monde selon Patrick, en cliquant ici.

Les œuvres de notre invité:

Bouées de sauvetage, Leméac Éditeur, 2010, 9782760942103, 12 ans +

À l’école, lorsque Victor se retrouve en fâcheuse position, c’est une fille forte et marginale qui vient à sa rescousse. Avec elle, il fume sa première cigarette, embrasse pour la première fois avec la langue. Le destin les frappera durement.

Eux, Leméac Éditeur, 2014, 9782760942196, 12 ans +

Eux, c’est l’histoire d’un adolescent victime d’intimidation. Un jeune battu, extorqué, ridiculisé à outrance par des camarades de classe, et ce, sans rime ni raison apparente. Un jeune dont la détresse est ignorée par les témoins silencieux que sont les autres élèves, le personnel de l’école, les parents, les rares amis. Sa douleur est si aiguë, et son agonie, si longue qu’elles l’inciteront à se venger de ses tortionnaires, à devenir la source d’une violence a priori inconcevable. Par de courts chapitres, Patrick Isabelle raconte la genèse d’un drame, genèse qui constitue à elle seule un autre drame, tout aussi terrible mais plus insidieux. Il brouille ce faisant la ligne séparant les victimes des bourreaux, et invite à entamer une réflexion sur le potentiel de cruauté, mais également d’empathie, qui sommeille en chacun de nous. Et si eux, c’était nous ? Un roman-choc, aussi troublant qu’essentiel.

Pour commander les romans de Patrick Isabelle, veuillez cliquer ici.

Les choix de notre invité:

Astrid Lindgren, Fifi Brindacier, Hachette, 9782012015043

Stephen King, Misery, Livre de poche, 9782253151371

Magda Szabó, La porte, Viviane Hamy, 9782878581836

Pour commander  les œuvres suggérées par notre invitée sur le site monet.leslibraires.ca, veuillez tout simplement cliquer sur les titres choisis.

 Animatrice : Anne-Pascale Lizotte

Libraire et passionnée de littérature, Anne-Pascale est directrice artistique de l’organisme Diffusion aire libre. Elle est également responsable de la programmation culturelle de la Librairie Monet.


14 mars 2014  par nos libraires

Littératures : les parutions de février

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE

Réparer les vivants, Maylis de Kerangal, 2014, Verticales, 280 p., 9782070144136* (+)

Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le cœur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.

On a sauvé le monde, Dominique Fernandez, 2014, Grasset, 592 p., 9782246804659*

Un jeune étranger séjourne à l’Istituto d’Arte de Rome dans les années 1930 pour y poursuivre ses recherches en histoire de l’art sur le peintre Poussin. Il fait sa cour à Giulia Falconieri, jeune aristocrate à la pureté sculpturale, tandis que la sensuelle Wanda, d’origine polonaise, le pourchasse. Mais chacun triche déjà dans ce triangle amoureux, comme si le travestissement des sentiments n’était que la répétition générale du camouflage des identités. Lorsqu’il fait la connaissance d’Igor, fils d’une famille de Russes blancs ayant fui la révolution d’Octobre, le narrateur rencontre son destin. Par amour pour ce garçon, il va devenir un espion au service du régime communiste. À Moscou, où nos deux apprentis agents apportent les documents qu’ils sont parvenus à subtiliser à Rome, les mâchoires du piège se referment sur ces idéalistes dont le régime a su faire ses « idiots utiles »…

L’homme qui avait soif, Hubert Mingarelli, 2014, Stock, 154 p., 9782234074866*

Japon, 1946, pendant l’occupation américaine. Démobilisé depuis peu, Hisao revient de la montagne avec une soif obsédante et des rêves qui le hantent. À bord du train qui doit le conduire vers la femme aimée, il commet une terrible erreur. Descendu pour boire, il voit le train repartir avec sa valise et l’œuf de jade qu’il a prévu d’offrir à Shigeko. Alors qu’un suspens subtil mais intense invite le lecteur à suivre les péripéties d’Hisao courant après sa valise, se dessine la bataille de Peleliu, où il a combattu aux côtés de Takeshi, jeune soldat troublant qui chante dans le noir. Et qui mourra à ses côtés. Dans ce roman aussi puissant que poétique, Hubert Mingarelli évoque avec une rare élégance l’amitié entre hommes et le Japon meurtri par la guerre.

Hisao retrouvera-t-il sa valise et arrivera-t-il jusqu’au mystère Shigeko ?

Le legs d’Adam, Astrid Rosenfeld, 2014, Gallimard, 367 p., 9782070135912*

Berlin, 2004. Le jeune Edward Cohen, propriétaire d’une boutique de mode branchée, tombe sur des notes laissées par son grand-oncle Adam. Ce dernier a dix-huit ans en 1938, et lorsque sa famille s’apprête enfin à quitter l’Allemagne pour se réfugier en Angleterre, il rencontre Anna, une jeune fille qui incarne tout ce dont il a toujours rêvé. Quand cette dernière disparaît, il n’a alors d’autre choix que de partir à sa recherche, en Pologne… Car Adam est un rêveur, élevé par l’excentrique Edda Klingmann, qui lui enseigne qu’il ne faut jamais avoir peur de rien. Il va jusqu’à échanger son identité, travailler pour un dignitaire SS, et pénétrer dans le ghetto de Varsovie pour essayer de retrouver Anna. Plus de soixante ans plus tard, Edward découvre non seulement le récit sidérant de la vie de ce grand-oncle, mais aussi la force du passé. Tout comme le fait qu’une seule rencontre peut changer le cours d’une existence.

Vivre à présent, Nadine Gordimer, 2014, Grasset, 477 p., 9782246802259*

Un couple métissé, Steve, blanc, mi-juif mi-chrétien, et Jabulile, femme zouloue, vétérans de l’ANC, mariés à une époque où les lois raciales le leur interdisaient, se retrouvent en 1994 à Johannesburg dans l’Afrique du Sud post-apartheid. Ils rencontrent d’anciens camarades et des voisins gays sortis eux aussi de l’illégalité. Les uns comme les autres n’avaient aucun mal à savoir qui ils étaient à cette époque, mais comment mener une vie normale dans cette société intégrée, après tant d’années de combat et de clandestinité ? Depuis 1991, la promesse d’une vie meilleure pour tous tarde à se concrétiser, et les inégalités sociales remplacent l’ancienne ségrégation raciale. Un roman passionnant sur ce que signifie être de nos jours sud-africain, avoir des racines et aider à façonner l’avenir de son pays.

EN FORMAT POCHE

 

Le grand Cœur, Jean-Christophe Rufin, 2014, Gallimard/Folio, 574 p., 9782070456154*

Dans la chaleur d’une île grecque, un homme démêle l’écheveau de son destin. Fils d’un modeste pelletier, il est devenu l’homme le plus riche de France. Il a permis à Charles VII de terminer la guerre de Cent Ans. Il a changé le regard sur l’Orient. Comme son palais à Bourges, château médiéval d’un côté et palais Renaissance de l’autre, c’est un être à deux faces. Aussi familier des rois et du pape que des plus humbles maisons, il a voyagé à travers tout le monde connu. Il a vécu la chute, le dénuement avant de retrouver la liberté et la fortune.

Parmi tous les attachements de sa vie, le plus bouleversant fut celui qui le lia à Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première favorite royale de l’Histoire de France. Son nom est Jacques Cœur. II faut tout oublier de ce que l’on sait sur le Moyen Âge et plonger dans la fraîcheur de ce livre. Il a la puissance d’un roman picaresque, la précision d’une biographie et le charme mélancolique des confessions.

Une femme aimée, Andreï Makine, 2014, Points, 362 p., 9782757838518*

Oleg Erdmann, cinéaste, voue une passion à Catherine II de Russie. Héroïne de son film, l’impératrice offre de multiples visages : cruelle nymphomane, tsarine républicaine, séductrice des philosophes… De son premier amour brisé à un incroyable voyage secret en Europe, Oleg traque la vérité de la Grande Catherine. Sous le vernis de l’Histoire, il découvre le drame d’une femme qui ne cherchait qu’à aimer.

Dossier K., Imre Kertesz, 2014, Actes Sud/Babel, 202 p., 9782330024833*

Après qu’lmre Kertész eut reçu, en 2002, le prix Nobel de littérature, quantité de rumeurs circulèrent au sujet de son existence. La plupart confondaient la vie du héros d’Être sans destin avec celle de son auteur. Voilà pourquoi, dans Dossier K., Imre Kertész révèle des aspects de son parcours que son œuvre occulte, sans jamais se départir d’une distance ironique qui permet de le découvrir sous un autre jour, presque intimement. Au fil d’un dialogue avec un ami (ou alter ego), l’enjeu se précise : la vérité autobiographique existe-t-elle ? Tout en suivant la chronologie d’une vie meurtrie puis ressuscitée, ce « roman platonicien » s’arrête sur des expériences essentielles, celles qui sont à l’origine de l’œuvre littéraire d’Imre Kertész.

La déesse des petites victoires, Yannick Grannec, 2014, Pocket, 538 p., 9782266235686*

1980. Deux ans après la mort de Kurt Gödel, l’un des plus grands mathématiciens du siècle, ses archives dorment encore dans des cartons. Mandatée par l’université de Princeton pour les récupérer, une jeune documentaliste se voit contrainte de charmer sa veuve, femme acariâtre à présent recluse. Anna Roth comprend vite que, pour gagner sa confiance, il lui faut écouter ce que personne n’a jamais voulu entendre. De la Vienne des années folles à l’Amérique maccarthyste, Adèle Gödel lui narre peu à peu une histoire d’amour jalonnée de petites victoires – sur les préjugés, l’horreur nazie, la folie inhérente au génie… Une passion absolue avec laquelle il a fallu vivre.

Wilderness, Lance Weller, 2014, Gallmeister/Totem, 405 p., 9782351785348*

Sur la côte du Pacifique Nord-Ouest, Abel Truman vit avec son chien pour unique compagnon. Hanté par la guerre civile américaine, il décide de partir pour un ultime voyage vers l’est, guidé par ses souvenirs. Mais un homme au visage déchiré et un Indien aux yeux sans éclat l’attaquent et lui dérobent son chien. Laissé pour mort par ses assaillants, Abel part sur leurs traces à travers les Olympics Mountains menacées par la neige. Sa quête l’entraînera sur la route de son passé et vers une rédemption qu’il n’espérait plus.

Wilderness est une fresque ambitieuse qui décrit la course contre la mort d’un homme à travers l’histoire et le continent américain.

 

LITTÉRATURE QUÉBÉCOISE ET CANADIENNE

0 LITT Q

Le feu de mon père, Michael Delisle, 2014, Boréal, 128 p., 9782764622940* (+)

Quand Michael Delisle était enfant, ses « oncles », c’est-à-dire les amis de son père, ne disaient pas « arme » mais morceau ou de façon plus métonymique, feu. « J’avais mis mon feu dans le coffre à gant. » « Il s’est débarrassé de son feu. » « Oublie pas ton feu. » Dans ce poignant récit, le poète se remémore son père, le bandit devenu chrétien charismatique, l’homme violent qui ne parlait plus que de Jésus, l’homme détesté qu’on ne peut faire autrement qu’aimer, en dépit de tout. La question qui revient éternellement est celle-ci : où va le feu ?

Petits tableaux, Éloïse Lepage, 2014, XYZ, coll. « Romanichels »,124 p., 9782892618358* (+)

Anne-Si excelle pour crier et noyer ses colères, mais elle peine à chuchoter ses amours. Pourtant, elle aime. Mal peut-être, mais elle aime. Déconstruits dans le temps, ces petits tableaux aux frontières perméables se font écho et mettent en lumière la réalité sexe-drogue-maternité de cette femme qui tombe souvent et qui se relève parfois. Toujours dans le désordre.

Ari et la reine de l’orge, Pan Bouyoucas, 2014, Allusifs, 152 p., 9782923682365* (+)

Dans son royaume de l’orge, Ari, jeune héritier au physique torride, s’ennuie. Promis à de mornes épousailles avec la fille du roi de la bière, ce prince mélancolique ravale nuit après nuit son désir de rencontrer la femme de ses rêves, butant sur les stratégies perverses d’un insurmontable premier amour : sa mère, toute-puissante reine de cet empire agricole. D’une pichenette sadique, celle-ci fait décaler chaque amoureuse potentielle. La souveraine se laisse pourtant piéger par la rencontre accidentelle de son fils chéri avec Moli, apprentie comédienne qui entraîne Ari dans les cimetières, la nuit, pour se livrer à des répétitions brûlantes… À travers ce conte délicieusement tragique et cocasse, Pan Bouyoucas opère au nom de toutes les victimes masculines de la passion maternelle une indispensable catharsis. Au passage, il nous régale d’une galerie de personnages hauts en couleur, joyeux reflets de nos névroses et d’un certain état du monde.

Une brève histoire des Indiens au Canada, Thomas King, 2014, Boréal, 304 p., 9782764622605* (+)

Pour nous, peuples autochtones du Canada, Thomas King est notre Mark Twain; sagace, désopilant, incorrigible, montrant une grande perspicacité quant à ce qui fait de nous et de nos communautés des entités imparfaites, énigmatiques, mais au bout du compte de puissants symboles de liberté. (Richard Wagamese, The Globe and Mail)

Ce que dit l’écorce, Nicolas Lévesque et Catherine Mavrikakis, 2014, Nota Bene, coll. « Nouveaux essais Spirale », p., 9782895184805* (+)

[L]es deux auteurs abordent ainsi une série de sujets : les vêtements, le toucher, le tatouage, les rêves. Sans oublier le deuil, bien entendu : « La mort de l’autre traverse les couches, aussi blindées soient-elles, et transperce notre peau violemment. » Le deuil, encore, « révèle la limite de toute mémoire, de tout langage, de toute représentation et de toute armure. » Et pourtant, ou précisément à cause de cela, « l’humanité, c’est la fabrication de substituts marqués par le deuil ».  (Christian Desmeules, Le Devoir)

 

POÉSIE

Poésie, Théâtre, Essais et Discours, Aimé Césaire, 2013, CNRS et Présence africaine, coll. « Planète libre », 1805 p., 9782271077578*

Des textes inconnus du Cahier d’un retour au pays natal, des essais de poétique et d’esthétique, des poésies et des pièces de théâtre sont rassemblés. Des documents d’archives permettent de mieux comprendre l’œuvre littéraire d’Aimé Césaire (1913-2008), qui inventa en 1935 le néologisme négritude.

La très grand solitude de l’écrivain pragois Franz Kafka, André Roy, 2014, Herbes rouges, 76 p., 9782894194218*

Franz Kafka est mort à Kierling, près de Vienne, le 3 juin 1924, par une journée grise et triste, un mois avant l’anniversaire de sa naissance. Depuis, son nom n’a cessé de se propager, son œuvre d’être lue, son influence de s’étendre. Aurait-il été heureux de se voir ainsi évoqué? Qu’on lise encore ses textes si incléments dans l’observation du monde? Sa pensée fut aiguë, extralucide. Son corps, dont il se méfiait comme d’un traître en puissance, fut le lieu où ses désirs étaient séparés de lui : celui d’une écriture célibataire. C’est de ce corps, que chaque jour il bichonnait (le physique était important chez lui), qu’il tira un cancrelat, un blai­reau et son terrier, un pont d’où l’on saute, une muraille de Chine, une Amérique nouvelle, une colonie disciplinaire, un homme arrêté sans motif, un château enfoui sous la neige, un artiste du jeûne… Et c’est de ce corps qu’éclatait une rage amoureuse contre laquelle il luttait constamment.

Nous ne sommes pas seules, Hélène Dorion et Carol Bernier, 2014, Éditions d’art Le Sabord, coll. « Excentriq », 124 p., 9782924085080*

Une écrivaine qui fait souffler le vent de l’âme. Une artiste amoureuse de la lumière. Une amitié née du désir simple de créer un livre différent. Entre 2008 et 2012, Hélène Dorion et Carol Bernier ont échangé des lettres, mais aussi des objets, des œuvres. Pendant ces quatre années, elles sont sorties de leurs zones de confort respectives pour s’inventer un terrain de jeu commun où tout est permis : évoquer les aspérités de la vie, dessiner, écrire, s’exprimer sur le geste créatif et la transformation intérieure à laquelle il invite.

Toujours jamais, Paul Chanel Malenfant, 2014, Hexagone, coll. « Écritures », 192 p., 9782896480487* (+)

Récit ? fragments de fiction ? poésie en prose ? Ces genres se confondent où alternent dérives apocalyptiques et scènes intimistes. En ce texte passionnel, entre les travaux et les jours de Pointe-au-Père, dans le Bas-du-Fleuve, et le secret bien gardé d’un voyage de noces, des personnages fantasmatiques se croisent : un médecin excessif, sa femme languissante, une prostituée de la Côte-Nord, un enfant perdu, un écureuil visionnaire… Sous le choc de la violence qu’ils subissent ou font subir et tentent en vain d’exorciser, ils vivent dans un univers brutal, ravageur, ravagé. Leurs chemins conduisent vers l’inconnu, l’irrationnel, tandis qu’ils s’enlisent dans l’horreur de la nuit des temps. Le poète livre un texte à la sensualité brute, dénuée de sentimentalisme. Les amours sans bonheur, liées à des rituels, s’apparentent aux sacrifices. Seule la beauté du monde et des paysages tient lieu de salut.

Monsieur Blacquieres, Louis-Philippe Hébert, 2014, La Grenouillère, 72 p., 9782923949543*

Bien étonnant ce Monsieur Blacquières qui reprend conscience sur son lit d’hôpital. Le monde autour de lui n’est plus sous son contrôle. Les gens entrent et sortent, mettent ses affaires dans des boîtes puis disparaissent. On nettoie autour de lui, on balaie, on dispose. Étonnante excursion au cœur même du monde funéraire, ce livre de poésie raconte une histoire qui en dit beaucoup sur la réalité de notre existence.

EN FORMAT POCHE

 

Kaléidoscope, ou Les aléas du corps grave, Michel Beaulieu, 2014, BQ, 160 p., 9782894063477*

Rarement aura-t-on vu un recueil démontrant de façon si éclatante comment la construction du poème suscite une conscience nouvelle, qui ne console de rien mais que rien, semble-t-il, ne pourra épuiser. (Martin Bélanger)

Kaléidoscope est une pièce maîtresse du poète Michel Beaulieu, et très certainement une œuvre majeure de la poésie de langue française. (Paul Bélanger)

Une tonne d’air suivi de Un drap. Une place., Maude Smith Gagnon, 2014, Triptyque, 144 p., 9782890319004* (+)

À gauche de la route, dans la lisière d’herbes et de sable, une longue tige pointe vers le ciel, garnie de fleurs pourpres effilées au sommet. Cette plante vivace se contente d’un sol pauvre pour survivre. Elle offre une résistance au froid. Il s’agit de l’épilobe. On l’appelle aussi la fleur du camionneur. Une espèce commune.

 

THÉÂTRE

PIG, Simon Boulerice, 2014, Leméac, coll. « Théâtre Leméac », 96 p., 9782760904330* (+)

Paul a neuf ans, deux mères, pas de père, et il préfère porter des chemises de nuit plutôt que des pyjamas. Son espoir secret : devenir une muse, et quitter sa maison de bois pour une villa de marbre. Un baby-sitter l’initie au cinéma inquiétant de Polanski et à la beauté surréelle de Sharon Tate. Un soir d’Halloween où il a troqué en cachette son costume de cochonnet contre une fabuleuse robe de princesse, Paul se dissout dans la nuit noire… À la manière des peintres naïfs dont les toiles, très détaillées, regorgent de motifs nets et de couleurs franches, Simon Boulerice dessine personnages et atmosphères sous une forme apparemment anodine où le tragique affleure par vagues. Tissant un entrelacs de références littéraires, cinématographiques et biographiques, la pièce oscille entre Rosemary’s Baby et Les trois petits cochons, et interroge la foi, le quotidien et la fiction.

Louis Jouvet, Louis Jouvet, 2013, Actes Sud, coll. « Mettre en scène », 97 p., 9782330023928* (+)

Entré dans le monde théâtral par la régie, Louis Jouvet a également exercé les activités de décorateur, scénographe, créateur de lumières, comédien et metteur en scène. Sélection de notes personnelles, d’articles, de conférences témoignant de la démarche artistique d’un homme de théâtre complet.

Une âme douce, Alexandre Minkine, 2014, Éditions des Syrtes, 262 p., 9782940523047* (+)

Ces textes analysent le théâtre de Tchekhov à travers les conversations d’A. Minkine avec des metteurs en scène et avec une actrice. Ils évoquent également les courriers adressés par l’auteur à sa femme Olga Knipper, à son éditeur Souvorine, etc. Ils proposent notamment une lecture de La cerisaie et de La mouette.

Don Juan revient de la guerre, Ödön von Horvath, 2014, L’Arche, coll. « Scène ouverte », 78 p., 9782851818287* (+)

Après la Grande Guerre, Don Juan traverse l’Allemagne en crise, à la recherche de sa fiancée.

 

LITTÉRATURE POLICIÈRE

L’homme qui a vu l’homme, Marin Ledun, 2014, Ombres Noires, 462 p., 9782081308084*

Iban Urtiz, journaliste, enquête sur la disparition de Jokin Sasko, militant supposé de l’ETA. Il reçoit rapidement des menaces. Opiniâtre, Iban découvre que le cas Sasko est loin d’être isolé et que de nombreuses disparitions de sympathisants se répètent depuis plusieurs années. De leur côté, Pinto et Garcia, des mercenaires, ont reçu des ordres pour que la vérité n’éclate jamais… (Résumé de l’éditeur)

Sa maîtrise du suspense, la profondeur psychologique de ses personnages – même les pires salauds ont leurs raisons – et son sens du dialogue acéré concourent à la réussite de ce thriller explosif, complexe et passionnant. Accrochez-vous ! (François Lestavel, Paris Match, 30 janvier 2014)

Les chiens de Belfast, Sam Millar, 2014, Seuil, coll. « Policier », 264 p., 9782021135695*

Enfant, le détective privé Karl Kane a assisté au viol et au meurtre sauvage de sa mère. Il mène l’enquête sur des meurtres violents, assortis de tortures de plusieurs citoyens de Belfast qui se trouvent être liés à la prison de Woodbank. Reste à prouver les liens entre ces meurtres et ceux, antérieurs de quelques années, de plusieurs femmes qui n’étaient pas toutes des prostituées. (Résumé de l’éditeur)

Malgré ces embardées narratives, compensées par un sens de l’action et des dialogues percutants, pimentés de métaphores, Sam Millar nous a rendu sacrément attachant ce faux dur à l’humour noir et ravageur. (Christine Rousseau, Le Monde, 6 février 2014)

Empty mile, Matthew Stokoe, 2014, Gallimard, coll. « Série noire », 415 p., 9782070138807*

Lorsque Johnny revient à Oakridge après une période d’exil, le passé semble oublié. Huit ans plus tôt, son flirt avec Marla, la fiancée de son meilleur ami, avait provoqué l’accident qui laissa son frère Stan intellectuellement diminué. Il renoue avec Marla et crée son entreprise. Mais une nouvelle incartarde avec la jeune femme réveille les rancœurs et provoque des catastrophes en série.

Le jardin de bronze, Gustavo Malajovich, 2014, Actes Sud, coll. « Actes noirs », 524 p., 9782330027094*

Sans relâche durant dix ans, des pavés de Buenos Aires aux confins de l’Entre Rios, un homme cherche sa fille Moira, disparue à la sortie du métro. (Résumé de l’éditeur)

Poétique et ténébreux, naviguant entre l’univers de Joseph Conrad et celui de Jean Cocteau, ce thriller s’aventure avec audace sur les rives escarpées du fantastique. Une véritable sensation ! (François Lestavel, Paris Match, 15 janvier 2014)

Ce qui n’est pas écrit, Rafael Reig, 2014, Métailié, coll. « Noir », 238 p., 9782864249436*

Carlos emmène son fils Jorge en montagne pour le week-end. Carmen, son ex-compagne et la mère de l’enfant, tombe sur le manuscrit d’un polar laissé par Carlos. Au fil de sa lecture, elle y voit des menaces à peine voilées et des sous-entendus inquiétants. Elle appelle Jorge mais celui-ci ne répond plus…

EN FORMAT POCHE

 

La faille souterraine et autres enquêtes, Henning Mankell, 2014, Points, coll. « Policier », 513 p., 9782757838556*

Cinq enquêtes des débuts de Wallander en tant que policier, alors qu’il n’a que 21 ans, avant qu’il ne rencontre Mona et ne devienne le père de Linda.

Nécrologie, Paul Cleave, 2014, Livre de poche, coll. « Thriller », 451 p., 9782253164999*

Théodore Tate, un ancien policier, s’est reconverti en détective privé. Alors que la police est occupée à chasser le Boucher de Christchurch, le tueur en série qui terrorise la ville, Tate est mandaté pour s’occuper d’une exhumation. La découverte de trois cadavres et l’inconnue dans le cercueil l’entraîne dans une spirale infernale.

Profanation, Jussi Adler-Olsen, 2014, Livre de poche, coll. « Thriller », 571 p., 9782253179030*

En 1987, l’enquête sur le meurtre d’un frère et d’une sœur s’était arrêtée faute de preuves, jusqu’à ce qu’un lycéen s’accuse lui-même sept ans plus tard. Le dossier ressurgit inexplicablement sur le bureau de l’inspecteur Carl Morck, qui décide, accompagné de son assistant Assad, de reprendre l’investigation.

Une histoire d’amour radioactive, Antoine Chainas, 2014, Gallimard, coll. « Folio policier », 304 p., 9782070456178*

Javier et Plancher, deux policiers, enquêtent sur des disparitions de malades en phase terminale qui ont décidé de quitter l’hôpital après avoir croisé le chemin d’une très belle jeune femme. Au cours de leurs investigations, Javier et Plancher tombent amoureux. Mais Plancher ignore que Javier mène son enquête dans son coin et qu’il croise la mystérieuse jeune femme. Bientôt, Javier tombe malade.

La belle vie, Matthew Stokoe, 2014, Gallimard, coll. « Folio Policier », 512 p., 9782070456192*

Installé à Los Angeles, Jack rêve en vain de télévision ou de cinéma. Un jour, après qu’elle s’est fait enlever un rein contre une grosse somme d’argent, la prostituée avec qui il vivait disparaît puis est retrouvée mutilée dans un dépotoir du centre-ville. Jack commence alors une longue descente aux enfers dans le milieu de la prostitution.

 

SCIENCE-FICTION ET FANTASTIQUE

Le casino perdu suivi de Orages en terre de France, Michel Pagel, 2014, Les Moutons électriques, coll. « Bibliothèque voltaïque », 381 p., 9782361831271* (+)

L’ouverture de mystérieuses portes a permis les échanges entre quatre planètes faisant jusqu’alors partie d’espaces-temps distincts et non compatibles. Les inimitiés s’accroissent et quatre champions s’affrontent afin d’affirmer la suprématie de leur planète. Suivi par une uchronie dans laquelle la guerre de Cent Ans ne s’est jamais terminée.

Les furies de Boras, Anders Fager, 2014, Mirobole éditions, coll. « Horizons pourpres », 345 p., 9791092145144* (+)

Des contes d’épouvante empreints d’humour noir et peuplés de loups-garous, de cerbères, de vampires, de poulpes géants, d’extraterrestres, etc.

L’évangile cannibale, Fabien Clavel, 2014, ActuSF, coll. « Les trois souhaits », 300 p., 9782917689585* (+)

Paris, 2025. Alors que les zombies envahissent le monde, les personnes âgées d’une maison de retraite tentent de s’organiser pour survivre.

Feed T. 3 : Red flag : Révoltez-vous !, Mira Grant, 2014, Bragelonne, coll. « Fantasy », 501 p., 9782352947189* (+)

L’oligarchie à la tête de l’Amérique post-zombie monte en puissance. Menacés par le pouvoir, les blogueurs affrontent également des savants prométhéens et un ours mort-vivant.

Sans crier gare surgit la nuit, Bernard Pasobrola, 2014, Vie du rail, coll. « Rails noirs », 252 p., 9782918758389* (+)

Un homme atteint d’amnésie suite à un accident cérébral est pensionnaire dans un institut de neurothérapie près de Grenoble. Six mois plus tôt, il a perdu sa fille, décédée dans un incendie criminel dans le centre de Montpellier. Un neurobiologiste à la tête d’un nouveau parti propose une refondation psychique de la société pour effacer les traces négatives du cerveau des patients.

EN FORMAT POCHE

 

Le soldat chamane, Robin Hobb, 2014, J’ai lu, coll. « Fantasy », 9782290082355* (+)

Jamère Burvelle, 15 ans, est élève à l’École royale de cavalerie au royaume de Gernia. Il est tiraillé entre ses deux êtres, celui qui le lie à l’humanité et celui qui le rattache à la nature primitive que le monde civilisé détruit peu à peu. Recueil des deux premiers tomes de la saga.

Métrozone T. 1 : L’équation de la vie, Simon Morden, 2014, Panini Books, coll. « Éclipse », 383 p., 9782809436204*

Samuil Petrovitch a survécu aux retombées nucléaires de l’Armageddon et se cache dans la Métrozone londonienne, la dernière ville d’Angleterre. Il sauve la vie de la fille d’un chef yakuza et se retrouve malgré lui au cœur d’une complexe équation. D’autant que la mafia russe s’en mêle et qu’une intelligence artificielle prend le contrôle de la Métrozone. Prix Philip K. Dick 2012 pour la trilogie.

La Légende de McNeil, Jonathan Reynolds, 2014, Six Brumes, coll. « Nova », 162 p., 9782923864167* (+)

Spécialiste de la littérature d’horreur et de fantastique pour les jeunes, Jonathan Reynolds revisite une œuvre ancrée dans ses origines bromptonvilloises, « La Légende de McNeil ». Ce récit met en scène la rencontre de quatre jeunes campeurs avec une histoire qui a fait frissonner le mythique Canton de Brompton de l’auteur : la mort et le retour du sorcier Henry McNeil.

Les cordelettes de Browser, Tristan Garcia, 2014, Gallimard, coll. « Folio », 305 p., 9782070453337* (+)

Dans un univers qui menace de se rétrécir, David Browser, un spationaute explorateur, découvre la brèche du cosmos et bloque accidentellement le temps. Condamnés à l’éternel présent, les humains peuvent cependant revivre et modifier leur vie en manipulant des cordelettes enfouies dans la console individuelle. Plusieurs récits suivent une série de personnages survivant dans un temps immobile.

Basse-Fosse T. 1 : Le baiser du rasoir, Daniel Polansky, 2014, Gallimard, coll. « Folio SF », 465 p., 9782070449231* (+)

Des enfants mutilés sont découverts dans la mystérieuse ville de Basse-Fosse. Prévôt, un ancien soldat au passé trouble, est le seul à pouvoir arrêter l’assassin. Premier roman.

* * *

Tous les textes sont des éditeurs, sauf lorsqu’il y a mention d’auteur.

Sélection : litt. étrangère – Benoit Desmarais ; litt. québécoise, poésie, théâtre et science-fiction – Maxime Nadeau ; policier – Morgane Marvier.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur le titre choisi.


12 mars 2014  par nos libraires

Essais et documents : les parutions de février

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BIOGRAPHIES

Aldous Huxley, Françoise B. Todorovitch, 2014, Salvator, 521 p., 9782706708121*

Dès 1932, dans son roman le plus célèbre Le Meilleur des mondes, Aldous Huxley a été l’un des tout premiers à prévoir les dangers qu’une science déshumanisée fait peser sur le monde. Tout au long de son œuvre, il s’interroge sur la finalité ultime de l’existence. C’est ce qui explique la fascination qu’exerçait sur lui le mysticisme. Tous les mystiques ont en effet pressenti que le but de la vie humaine est de transcender le temps et de prendre conscience de ce qui est éternel et intemporel. Soucieuse de déceler ce que Huxley laisse transparaître de lui-même dans ses romans, ses essais ou ses conférences, l’auteure de cette biographie retrace son évolution intime et met en évidence l’actualité étonnante de sa pensée face aux défis que l’humanité affronte au XXIe siècle.

Au miroir de Louise, essai sur l’artiste Louise Bourgeois, Nadine Satiat, 2014, Flammarion, 367 p., 9782081277113*

Un récit très personnel, lancé avec une empathie contagieuse sur les traces de Louise Bourgeois (1911-2010), à la découverte d’une artiste protéiforme et d’une femme profondément attachante dont la longue vie, marquée par des relations familiales complexes, l’exil en Amérique, la difficulté de l’épanouissement dans le monde de l’art de l’après-guerre, dominé par le surréalisme, l’expressionnisme abstrait, et les hommes, déboucha finalement, après des années de travail obscur, sur la gloire soudaine, éclatante, d’une rétrospective au musée d’Art moderne de New York, et une œuvre tardive bouleversante.

C’est complet au royaume des morts : Emmanuel Cocke, le cascadeur de l’esprit, Ralph Elawani, 2014, Tête Première, 248 p., 9782924207222*

Ovni de la contre-culture québécoise des années 1960 et 1970, Emmanuel Cocke s’éteint en Inde, en 1973, à l’âge de 28 ans, laissant derrière lui une œuvre littéraire comportant quatre romans et un recueil de nouvelles de science-fiction érotico-psychédélique. Cinéaste, romancier, journaliste et musicien, Cocke demeurera toutefois méconnu après son décès prématuré. À travers des témoignages, photos et extraits d’articles et de documents inédits, C’est complet au royaume des morts retrace l’époque et la vie de ce cascadeur de l’esprit arrivé au Québec en 1965, obsédé par la mort et fanatique de Mailer, Vian, Burroughs, Fellini, Gauvreau et Charlebois.

SCIENCES HUMAINES

Paradis fiscaux : la filière canadienne , Alain Deneault, 2014, Écosociété, 392 p., 9782897191207* (+)

Le Canada est un acteur central dans le processus d’offshorisation du monde. Dans cet essai choc, Alain Deneault démontre avec brio comment le pays a largement contribué à créer les paradis fiscaux des Caraïbes à partir des années 1950 et favorise aujourd’hui de mille manières les détenteurs de fortune et les entreprises cherchant à contourner son système fiscal et ses lois. Sous l’impulsion de personnalités politiques, de banquiers et de juristes canadiens, ces États se sont convertis en « législations de complaisance » qui comptent aujourd’hui parmi les plus redoutables du monde.

De la honte à la fierté : 250 jeunes de la diversité sexuelle se révèlent, Michel Dorais, VLB, 184 p., 9782896495672* (+)

Ce saisissant « portrait de groupe » des jeunes de la diversité sexuelle permet de mesurer tout le chemin qui reste à faire pour atteindre leur véritable inclusion sociale et donne un aperçu de la résilience dont ils doivent faire preuve pour passer de la honte à la fierté.

Les ressorts de la violence, Russell Jacoby, Belfond, 293 p., 9782714451354*

À l’heure où s’exacerbent les extrémismes, on a tôt fait d’assimiler cette violence inouïe au choc des cultures et à la peur de la différence. Prenant l’exact contre-pied du discours ambiant, l’un des plus grands intellectuels américains contemporains relance le débat : c’est de la peur du semblable que naît la violence. Convoquant aussi bien la philosophie que la psychanalyse et les sciences humaines, Russell Jacoby revisite cinq mille ans d’histoire, du mythe fondateur d’Abel et Caïn à la Shoah et au génocide rwandais, et propose de nouvelles pistes de réflexion passionnantes. Comment expliquer que les massacres les plus abominables aient été perpétrés par des bourreaux proches de leurs victimes ? Aurions-nous plus à craindre de notre propre voisin ? Aujourd’hui plus que jamais, il y a urgence à interroger les ressorts de la violence, pour mieux œuvrer pour la paix.

Hiver, histoire d’une saison, François Walter, Payot , 452 p., 9782228910224*

À notre époque obsédée par le ciel, le temps qu’il fait est devenu l’objet le plus sérieux de nos préoccupations. Après avoir longtemps lutté contre l’hiver, l’homme a tenté d’apprivoiser par des rituels cette saison mal aimée, souvent redoutée pour ses phénomènes naturels à risque et son impact sur la circulation et la survie. Pourtant, les tableaux de Bruegel sont là pour nous rappeler que, bien avant l’invention des sports d’hiver, les hommes du Moyen Âge aimaient à se livrer aux joies de la glisse et que l’hiver fut de tout temps marqué par un joyeux cortège de fêtes. Que la réalité de la « mauvaise » saison soit plus riche et plus variée que la série d’images stéréotypées qui encombre nos imaginaires justifie amplement qu’on en fasse un objet d’histoire. Une enquête passionnante sur un objet d’études inédit et hautement symbolique qui a inspiré arts et littérature.

Le prince rouge : les vies secrètes d’un archiduc de Habsbourg, Timothy Snyder, Gallimard, 374 p., 9782070139729*

Des palais de la monarchie des Habsbourg aux chambres de torture de l’Union soviétique, ce livre fait le récit d’une vie hors du commun, suspendue entre l’effondrement des empires centraux, consécutif à la Première Guerre mondiale. William de Habsbourg, le Prince rouge, porta l’uniforme d’un officier autrichien, l’habit de cour d’un archiduc de Habsbourg, le simple costume d’un exilé parisien, le collier de l’ordre de la Toison d’or et, de temps à autre, une robe. Parvenu à la majorité pendant la Grande Guerre, il avait rejeté sa famille pour se battre aux côtés des Ukrainiens. Il devint tour à tour un allié des impérialistes allemands, un célèbre noceur français, un monarchiste autrichien enragé, un adversaire de Hitler et un espion de Staline pour le compte des Anglais et des Français. Sur fond de capitales européennes et de champs de bataille, Le Prince rouge saisit un moment unique de l’histoire de l’Europe où l’ordre ancien cède brutalement la place à un avenir incertain dans lequel toute chose, y compris l’identité elle-même, semble à saisir.

PSYCHOLOGIE

Métastases de jouir : des femmes et de la causalité, Slavoj Žižek, 2014, Flammarion, 328 p., 9782082105828*

Un ouvrage examinant en quoi le désir devient une métastase, un cancer envahissant, qui se fige dans l’autre ou dans une chose, et qui se transforme en fantasme. Soit le désir rate sa cible, soit il est impossible à réaliser, soit il s’épanouit de la façon la plus brutale possible.

Parents manipulateurs, Isabelle Nazare-Aga, 2014, De l’homme, 288 p., 9782761938839*

Beaucoup de parents manipulent leurs enfants à l’occasion, pour s’en faire obéir ou les influencer. Mais que se passe-t-il lorsqu’un parent est véritablement manipulateur ? La réalité est alors beaucoup plus sournoise et les apparences, souvent trompeuses. Quels sont les indices, les comportements, les propos et les situations caractéristiques qui permettent de déceler cette pathologie chez une mère ou un père ? L’auteur expose les multiples facettes de la relation toxique avec un tel parent. Elle appuie ses révélations sur des témoignages surprenants et poignants d’enfants, certains encore jeunes et d’autres devenus adultes. Ceux-ci n’ont jamais oublié leur vécu douloureux, que même la famille élargie ne soupçonnait pas. Pourtant, il est possible – et nécessaire ! – de s’extraire de ce lien destructeur et de s’autoriser à être heureux. Ce livre fournit les meilleures stratégies afin de se déculpabiliser et de reprendre enfin le contrôle de sa vie.

Le péché et la folie : psychopathologie des 7 péchés capitaux, Jean Adès, 2014, Odile Jacob, 9782738130662*

Jean Adès examine les sept péchés capitaux sous l’angle de la psychiatrie pour proposer une approche des troubles psychiques et appréhender la réalité des pathologies mentales. La gourmandise, l’orgueil, l’avarice, la paresse, l’envie, la colère et la luxure sont ainsi étudiés.

PHILOSOPHIE

Histoire de la pensée stratégique : de Sun Zi au nucléaire, Bernard Pénisson, 2014, Ellipses, 444 p., 9782729882822*

Initiation à la culture générale stratégique, cet ouvrage permet de comprendre l’actualité géopolitique par le prisme de la pensée des grands stratèges de l’histoire, de l’Antiquité jusqu’à l’époque de la dissuasion nucléaire. Une biographie de chacun d’eux est associée à la présentation de leurs tactiques : Thucydide, Machiavel, Richelieu, Clausewitz, Sun Zi, Mao Zedong, etc.

La liberté du regard, Pierre Bertrand, 2014, Liber, 122 p., 9782895784333*

Tant de choses nous échappent, non par accident, mais ontologiquement, à savoir compte tenu de leur nature et de la nôtre. Il y a des choses dont nous ne pouvons pas être conscients. Nous avons beau vouloir ouvrir notre esprit, il y a des limites à cette ouverture. C’est l’un des traits de notre finitude. La philosophie entretient une prétention à l’universalité. Elle tente de s’ouvrir le plus largement possible à la réalité telle qu’elle est. Ce faisant, elle doit être consciente de ses limites. Si elle s’ouvre, c’est aussi en se fermant. Si elle voit certaines choses, elle est aveugle à d’autres. Ces limites se font sentir avec force quand il s’agit de mettre en parole la vision. Celle-ci doit entrer dans la forme de celle-là, avec un sujet ou un substantif, un verbe ou une action, un prédicat ou un attribut. Une telle mise en forme élimine forcément un chaos, une indétermination ou un flou constitutifs de la réalité. Le défi est alors d’exprimer par la parole ce qui pourtant lui résiste, de manière à ce que continue de poindre et d’insister ce qui résiste.

Essai sur la grandeur, Didier Laroque, 2014, Manucius, 106 p., 9782845784079*

Le philosophe décrit sa quête de grandeur et les découvertes faites au cours de sa recherche de la mesure humaine propre.

Le démon de l’appartenance, Paul Audi, 2014, Encre marine, 123 p., 9782350880723*

À partir de thèmes qui font débat dans la société française (la conscience de classe, la procréation médicalement assistée, la transmission de la culture et les impasses de l’universalisme) cet essai sur le thème de l’identité explore la question en tentant de s’éloigner de la simple opposition entre détermination génétique et transmission culturelle.

CUISINE

Confessions des chefs, collectif, 2014, La Presse, 240 p., 9782897052195*

Où va Daniel Vézina quand il veut manger végétarien ? Selon Helena Loureiro, quel est le meilleur restaurant pour un tête-à-tête romantique ? Que mangerait Giovanni Apollo s’il ne lui restait qu’une heure à vivre ? Quinze grands chefs nous livrent plus de 150 de leurs adresses préférées.

Le grand livre de recettes de quinoa, collectif, 2014, Broquet,196 p., 9782896544080*

Dans le monde végétal, peu d’aliments sont des protéines complètes. Le quinoa est l’un d’eux. Devenu rapidement l’un de nos super aliments les plus populaires, il contient tous les acides aminés essentiels. Et il est polyvalent. Cette graine goûteuse, facile à cuisiner, peut remplacer la plupart des céréales, dans tous les repas de la journée. Le grand livre des recettes de quinoa est le seul livre dont vous avez besoin pour incorporer le quinoa dans votre alimentation.

La grande tablée : 200 recettes pour recevoir, collectif, 2014, 207 p., 9782317007361*

200 recettes sucrées et salées, faciles à réaliser, à partager en famille ou entre amis.

VIE PRATIQUE

La vérité sur les médicaments, Mikkel Borch-Jacobsen, 2014, Édito, 528 p., 9782924402009*

Cet ouvrage est un réquisitoire contre l’industrie pharmaceutique, tentaculaire et toute-puissante qui veut faire de la médecine un simple commerce et fait passer ses profits avant l’intérêt des patients. On y évoque les récents scandales sanitaires impliquant les grands laboratoires, on y décortique les méthodes et agissements de l’industrie pharmaceutique, on y dévoile les techniques marketing utilisées pour transformer les médicaments en produits de consommation courante, les effets secondaires minimisés causant chaque année des centaines de milliers de décès, les conflits d’intérêts et la corruption à tous niveaux (politique, médical, médias).

Migraine : le guide complet, Susan Hannah, Lawrence Leung, Elizabeth Dares-Dobbie, 2014, Caractère, 384 p., 9782896428922*

La migraine est un fléau qui touche de nombreuses personnes et peut réellement leur gâcher la vie. Elle se manifeste pour des raisons différentes, et avec plus ou moins d’intensité selon les cas, mais il existe des solutions efficaces pour la combattre ou du moins en soulager nettement les symptômes. Ce livre vous présente des traitements possibles, médicamenteux ou naturels, et vous explique le rôle de l’alimentation dans la prise en charge des céphalées. Ainsi, en consommant des aliments à faible teneur en histamine et en modifiant vos habitudes de vie, vous pourriez voir vos migraines s’atténuer ou même disparaître complètement. On retrouve dans cet ouvrage : des clés pour comprendre les signes, les symptômes, les éléments déclencheurs et les examens prescrits pour diagnostiquer les maux de tête; de l’information sur les traitements adaptés aux besoins de chacun; des explications sur le rôle primordial d’une alimentation équilibrée pour un bien-être retrouvé; un programme de plans de repas de 28 jours; 150 délicieuses recettes, efficaces pour contrer les éléments déclencheurs de la migraine et profiter de la vie sans appréhension !

Guide de survie des Européens à Montréal, Hubert Mansion, 2014, Ulysse, 222 p., 9782894642337*

Le Guide de survie des Européens à Montréal révèle ce que personne n’a jamais osé avouer sur l’immigration au Québec, la poutine, les banques, les taxes, la météo, les pieds carrés, les castors, les Québécoises et les Québécois… Si vous songez à immigrer au Canada ou si vous envisagez passer un an au Canada, vous devez lire ce livre !

BEAUX-LIVRES

0 ART

Fables choisies, Jean de La Fontaine, illustrations par les maîtres de l’estampe japonaise, 2013, Éditions de l’Amateur, 9782859175351*

D’innombrables éditions des Fables sont parues, au fil des ans. De Gustave Doré à Trémois ou à Chagall, les artistes ont souvent pris plaisir à illustrer ces trésors d’esprit et d’humanisme. C’est en 1894 qu’est parue pour la première  fois cette magnifique anthologie réunissant les grands maîtres de l’estampe japonaise. Et ils réussissent toujours à nous enchanter avec ces gracieuses interprétations. Une autre preuve, s’il en faut, que La Fontaine a su dépasser le temps et les frontières… (R. B.)

Photographie contemporaine, Floriane Herrero, 2013, Éditions Palette, 9782358321327*

Les Éditions Palette consacrent tout leur talent à nous initier aux arts visuels, que nous soyons grands ou petits. Cette nouvelle parution peut aussi bien fasciner les amateurs d’art contemporain que les jeunes qui s’éveillent à la photographie comme outil de création. Ce livre regroupe la plupart des grands photographes contemporains. L’auteure nous propose des pistes de découverte et des analyses thématiques qui se révèlent toujours stimulantes. (R. B.)

Corps du monde : atlas des cultures corporelles, Bernard Andrieu et Gilles Boetsch (dir.), 2013, Armand Colin, 9782200279615*

Qu’en est-il du corps en ce début du XXIe siècle? Hypersexualisation, troubles alimentaires, codes vestimentaires ostentatoires ou non, mutilations rituelles ou esthétiques, globalisation des apparences, transformation des genres, ce siècle sera certainement celui de grands bouleversements des références corporelles, et ce sur tous les continents. Ce survol fascinant suscite autant de questions qu’il propose de réponses. (R. B.)

Jheronimus Bosch : l’œuvre complet, Stefan Fischer, 2014, Éditions Taschen, 9783836526302*

Le peintre flamand Jheronimus Bosch, né au XVe siècle, est certainement l’un des artistes les plus intrigants de l’histoire de l’art. À son époque, les peintres, sous l’influence directe de l’Église ou des mécènes qui les commanditaient, multipliaient les œuvres visant l’édification des foules. Bosch choisit plutôt, par provocation, de nous confronter aux enfers, à la folie, aux multiples travers du monde de son temps, bref à tout ce qui peut perturber l’âme humaine et ridiculiser les pouvoirs en place… C’est sans doute l’intemporalité de son œuvre qui en a fait l’un des peintres les plus mythiques, et ce jusqu’à aujourd’hui. Ce livre, de grand format et richement illustré de mille et un détails, nous fait pénétrer dans son univers. On en sort éblouis. (R. B.)

***

Tous les textes sont des éditeurs, sauf lorsqu’il y a mention d’auteur.

Sélection : biographies et sciences humaines – Benoit Desmarais ; psycho, philo et cuisine – Caroline Le Gal ; sciences humaines et vie pratique – Marie-Ève Blais ; beaux-livres, Robert Beauchamp.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur le titre choisi.


10 mars 2014  par Le Délivré

QUOI DE NEUF EN NUMÉRIQUE?

L’édition numérique prend de plus en plus d’ampleur au Québec, et même un peu plus rapidement que dans la Francophonie en général. La pluplart des nouveautés paraissent dorénavent simultanément dans les formats papiet et numérique, pour le plus grand bonheur de ceux qui sont passés à la tablettes ou au téléphone intelligent comme soutien de lecture, que ce soit à temps plein ou à l’occasion…

À la Librairie Monet, nous concevons notre rôle de passeur littéraire et culturel de façon globale. C’est pourquoi nous nous sommes joints au site virtuel des Librairie indépendantes du Québec dès son lancement, il y a maintenant trois ans. Petit site est devenu grand, et monet.leslibraires.ca vous offre aujourd’hui plus de 120 000 titres de livres en format Epub ou PDF. Romans, essais, livres pratiques et littérature jeunesse, le choix est vaste, les prix abordables et la technologie des plus simples…

Que vous partiez en voyage ou que vous aimiez lire dans les transports en commun, le livre numérique est certainement une façon agréable de vous divertir, mais aussi de vous émouvoir et de vous informer. En bouquinant sur notre site, vous découvrirez, bien sûr, les toutes dernières nouveautés, mais vous y retrouverez également les grandes oeuvres littéraires et intellectuelles qui ont marqué notre univers culturel. De bien belles découvertes en vue…

Des romans québécois…

 

Les fantômes fument en cachette

Miléna Babin, 2014, Éditions XYZ, Numérique (PDF) 14,99 $, Numérique (ePub) 14,99 $, Papier 19,95 $

Depuis l’adolescence, Maeve, Fred et Loïc sont blottis dans une relation triangulaire et ambiguë. Mais voilà qu’au passage à la vie adulte, cette relation qui les protégeait de tout soudain les étouffe. Maeve se réfugie dans son appartement de la rue Cartier, à Québec, auprès de ses quelques repères : un plant de verveine citronnelle, un chat sauvé de justesse et surtout Murielle, l’octogénaire qui habite au-dessus. Depuis qu’elle a fait la rencontre de Max, elle le sait, il lui faut redéfinir la nature du triangle. Devant cette menace, Loïc se fait intrusif, manipulateur. Il a toujours su comment s’y prendre avec Maeve, qui ne peut résister à une certaine chanson, pas plus qu’à l’odeur de la cigarette.

Sam

François Blais, 2014, Éditions de L’instant même, Numérique (PDF) 16,99 $, Numérique (ePub) 16,99 $, Papier 22,95 $

D’entrée de jeu, un carton de livres soldés. Parmi une collection d’ouvrages québécois très XIXe siècle se trouve une pièce de choix, le journal de Marie Bashkirtseff, une contemporaine de Maupassant. Et tout au fond de la boîte, une centaine de pages du journal de S***, une diariste chevronnée, qui plus est, native de Grand-Mère, comme le narrateur. Il n’en faut pas davantage pour que celui-ci s’engage dans une quête pour retrouver celle qu’il baptise Sam et qu’il croit être « la femme de sa vie ». D’indices en suppositions, de coïncidences en recoupements établis grâce à son journal, il la suit à la trace : à la campagne, dans sa petite maison du chemin Saint-François-de-Pique-Dur, à Limoilou, là où habite sa mère, et même jusqu’à Parent, en Haute-Mauricie.

La maison des épices

Nafissatou Dia Diouf, 2014, Éditions Mémoire d’encrier, Numérique (ePub) 12,99 $, Numérique (PDF) 12,99 $, Papier 24,50 $

La Maison des épices, appelée aussi la grande maison, est un fort du XVIIe siècle devenu par un des accidents de l’Histoire tour à tour une esclaverie et un comptoir à épices. Réhabilitée par une équipe de passionnés, c’est aujourd’hui un centre de soins d’un genre unique, posé dans un écrin de nature entre mer et savane, où viennent se reconstruire des blessés de la vie. C’est en tout cas la mission que se sont donnée médecins et guérisseurs qui se fondent sur des savoirs ancestraux pour redonner une âme à ces lieux et le goût de vivre aux pensionnaires.

De mères en filles T.1: Alice

Dominique Drouin, 2014, Éditions Libre Expression, Numérique (ePub) 21,99 $, Papier 29,95 $

Provence, 1890. Alice Martin naît de l’union illégitime entre un homme marié et sa jeune belle-sœur. Le destin voudra qu’elle grandisse sous la garde de son père naturel et de son épouse, qui ignore tout des origines de sa fille adoptive. Perpétuellement en quête d’amour et de vérité, elle trouvera dans la pratique du piano son seul réconfort. Claudio Calvino, un immigrant italien pauvre, travaille sur le parvis de l’Opéra de Lille. Sa vie bascule lorsqu’un maestro l’entend chanter des airs populaires et lui fait une offre qu’il ne peut refuser. À quinze ans, il quitte tout pour devenir chanteur d’opéra.Ces deux destins que tout opposait ne feront plus qu’un dans une grande passion amoureuse et musicale. Alice et Claudio quitteront la France et s’établiront au Canada pour y élever leur descendance.

Sault-au-Galant

Isabelle Grégoire, 2014, Éditions Québec Amérique, Numérique (PDF) 16,99 $, Numérique (ePub) 16,99 $, Papier 24,95 $

L’arrivée de douze familles de réfugiés colombiens bouleverse la vie d’un petit village québécois, Sault-au-Galant. Quelques mois plus tard, la disparition d’Emilio Mondragon, un petit Colombien âgé de 10 ans, avive les tensions entre les villageois et les nouveaux venus, tout en attisant de vieilles rancoeurs.  Accident ? Fugue ? Enlèvement ? Qu’est-il arrivé à cet enfant ? D’inquiétantes lettres anonymes brouillent les pistes. Au village, chacun a quelque chose à se reprocher et tout le monde finit par être suspect. Quant aux réfugiés, ils traînent un lourd bagage : victimes de la guérilla communiste, de groupes paramilitaires d’extrême droite… Et s’ils avaient affaire à d’anciens bourreaux ?

La déesse des mouches à feu

Geneviève Pettersen, 2014, Éditions Le Quartanier, Numérique (ePub) 13,99 $, Numérique (PDF) 13,99 $, Papier 23,95 $
La déesse des mouches à feu, c’est Catherine, quatorze ans, l’adolescence allée chez le diable. C’est l’année noire de toutes les premières fois. C’est 1996 à Chicoutimi-Nord, le punk rock, le fantôme de Kurt Cobain et les cheveux de Mia Wallace. Des petites crisses qui trippent sur Christiane F. et des gars beaux comme dans les films en noir et blanc. Le flânage au terminus et les batailles de skateux contre pouilleux en arrière du centre d’achats. L’hiver au campe dans le fin fond du bois, les plombs aux couteaux, le PCP vert et les baises floues au milieu des sacs de couchage. C’est aussi les parents à bout de souffle et les amants qui se font la guerre. Un jeep qui s’écrase dans un chêne centenaire, les eaux du déluge qui emportent la moitié d’une ville et des oiseaux perdus qu’on essaie de tuer en criant.

Le Vol de l’ange

Daniel Poliquin, 2014, Éditions du Boréal, Numérique (PDF) 18,99 $, Numérique (ePub) 18,99 $, Papier 25,95 $

« Au Canada, contrée hivernale s’il en est, on appelle le « vol de l’ange » cet instant où marcheurs ou patineurs, ayant tout à coup perdu pied sur la glace, se mettent à battre des bras pour recouvrer l’équilibre. Gigue involontaire qui suscite l’admiration si l’on arrive à reprendre pied ; risées humiliantes et injustes si l’on tombe. On me dira que l’expression n’est pas très répandue, et pour cause : c’est moi qui l’ai inventée. Tout comme l’essentiel de ce roman. » « Ce qu’il y a d’authentique ici, en revanche, c’est le rituel de la mise aux enchères des enfants et des âgés qui se pratiquait au Nouveau-Brunswick de 1875 à 1925, dans ces eaux-là. Cette tradition, inhumaine à première vue, avait du bon, paraît-il : les démunis, orphelins ou vieillards, évitaient ainsi l’orphelinat ou l’hospice, lieux peu recommandables à l’époque, et trouvaient un toit et du travail ; pour leur part, les fermiers y gagnaient une main-d’oeuvre bon marché. » Daniel Poliquin À partir de cette prémisse historique, Daniel Poliquin tisse un roman qui est une joyeuse méditation sur l’identité et sur le suprême voyage que constitue l’existence. Une traversée picaresque de l’Acadie d’autrefois, en compagnie d’un protagoniste au charme irrésistible.

Des romans étrangers…

On a sauvé le monde

Dominique Fernandez, 2014, Éditions Grasset, Numérique (ePub) 24,99 $, Papier 34,95 $

Dans les années 1930, un jeune étranger séjourne à l’Istituto d’Arte de Rome pour y étudier le peintre Poussin. Alors qu’un triangle amoureux s’installe entre lui, la jeune aristocrate Giulia et la sensuelle Polonaise Wanda, le jeune homme rencontre Igor, fils de Russes blancs réfugiés en Italie. Les deux jeunes gens vont devenir espions pour le régime communiste.

La Petite communiste qui ne souriait jamais

Lola Lafon, 2014, Éditions Actes Sud, Numérique (ePub) 20,99 $ Numérique (PDF) 20,99 $ Papier 34,95 $Roman qui retrace le parcours fantasmé de Nadia Comaneci, gymnaste élevée dans la Roumanie de Ceausescu, qui sous les yeux émerveillés de la planète entière, vint mettre à mal guerres froides, ordinateurs et records. Le portrait d’une enfant, puis d’une femme, évadée de la pesanteur, sacralisée par la pureté de ses gestes et d’une existence intégralement dévolue à la recherche de la perfection.

Muchachas T.1

Katherine Pancol, 2014, Éditions Albin Michel,  Numérique (ePub) 20,99 $ Papier 29,95 $

Hortense et Gary s’installent à New York dans l’espoir de percer dans leur domaine, Joséphine laisse Philippe à Londres pour s’occuper de sa fille à Paris, et Stella, ferrailleuse qui élève seule son fils, affronte son passé et ses ennemis.

Une terre d’ombre

Ron Rash, 2014, Éditions du Seuil, Numérique (PDF) 24,99 $, Numérique (ePub) 24,99 $, Papier 32,95 $

Laura Shelton est vouée à une vie isolée avec son frère, revenu amputé d’une main de la Première Guerre mondiale, dans la ferme héritée de leurs parents. Défigurée par une tache de naissance, Laura est considérée par tous les habitants comme une sorcière. Sa vie bascule lorsqu’elle rencontre un mystérieux inconnu, muet et joueur de flûte.

Des romans jeunesse…

Je suis riche!

Philippe Beha et Angèle Delaunois, 2013, Éditions de l’Isatis, Album 4-6 ans, Numérique (PDF) 8,25 $, Papier 10,95 $

«Je suis riche parce que je vis dans une maison, avec un petit coin bien à moi où je peux dormir et rêver sans qu’on me dérange. Je suis riche parce qu’il y a toujours quelqu’un pour me rassurer lorsque je suis malade et pour soigner mes petits ou mes grands bobos. »

Edgar Paillettes

Simon Boulerice, 2014, Éditions Québec Amérique, Roman 7-11 ans, Numérique (PDF) 6,99 $, Papier 11,95 $

Henri a l’impression d’être invisible. Tout le monde n’en a que pour son petit frère, Edgar. Edgar se costume tous les jours, même si ce n’est pas l’Halloween. Edgar parle en poèmes. Même la fée des dents accorde des droits spéciaux à Edgar! Il est grand temps pour Henri de montrer qui il est. Mais sait-il lui-même qui il est?Pas facile d’être le grand frère d’un enfant différent!

Ce qui ne nous tue pas

Antoine Dole,  2014, Éditions Actes Sud, Roman 12 ans et +, Numérique, (ePub) 11,99 $, Numérique (PDF) 11,99 $, Papier 18,50 $

Lola est en colère. Contre ses parents qui se disputent sans cesse, contre les profs, contre ses amis, contre tous. Alors Lola fait la dure, cogne, et finalement met les voiles. Dans sa fuite, elle trouve refuge par hasard auprès de Simone. Chez la vieille dame qui a pour seule compagnie les fantômes de ses souvenirs, le temps s’est arrêté. Des liens de confiance se tissent lentement et Lola apprend à combler les trous de mémoire de Simone par de belles histoires. Surtout, elle fait l’apprentissage de la douceur, la voie dont elle avait besoin pour trouver l’apaisement. Cette douceur-là qui ne nous tue pas mais au contraire nous rend fort.

Des essais percutants…

Quarante ans d’engagement social et politique n’ont pas altéré les idéaux de Françoise David, qui continue de défendre ses convictions avec une passion contagieuse. Dans ce carnet de colère et d’espoir, l’auteure raconte son parcours personnel, ses rencontres, ses luttes, mais aussi son amour profond pour ce « pays rêvé qui existe déjà au fond de moi ». Elle nous parle de sa vision d’un Québec du bien commun et de l’égalité, un pays vert, démocratique, où l’on vit en français. (…) Dans cette nouvelle édition, l’auteure raconte en postface son élection en 2012 et décrit le quotidien d’une députée de Québec solidaire, en plus de se prononcer sur les problèmes de l’heure. La colère continue d’être bien présente, que ce soit à propos de la « charte des valeurs québécoises », des coupes dans l’aide sociale ou de l’exploitation du pétrole québécois. Malgré tout, elle conserve un espoir inébranlable et travaille sans relâche « avec des femmes et des hommes généreux, intelligents, créatifs, pour retricoter, maille à maille, un monde bien amoché ».

Le Tour du jardin: Entretiens avec Mathieu Bock-Côté sur les livres, la politique, la culture, la religion, le Québec et la saisine

Jacques Godbout et Mathieu Bock-Côté, 2014, Éditions du Boréal, Numérique (PDF) 18,99 $, Numérique (ePub) 18,99 $, Papier 24,95 $

Jacques Godbout, s’entretenant avec le sociologue Mathieu Bock-Côté, raconte avec sincérité et humour son parcours d’écrivain et de cinéaste. Conservant la distance que procurent à la fois l’intelligence et le refus absolu de se laisser enfermer dans quelque idéologie, il évoque les personnes qu’il a fréquentées et les moments dont il a été le témoin privilégié. C’est l’occasion de découvrir le portrait d’un être rare, un intellectuel québécois qui a tenu, pendant soixante ans de vie publique, à assumer son rôle dans la cité, celui d’éveilleur de consciences et de passeur entre les générations.« En relisant ces entretiens, j’ai bien vu de quelle manière je m’adressais à Jacques Godbout. Non pas comme à un vieux sage, à qui on demanderait patiemment je ne sais quelle leçon de vie. Non plus qu’à un homme compartimenté selon ses talents, écrivain et cinéaste, journaliste et poète à qui je demanderais finalement de m’expliquer le mécanisme de la création artistique. Non, je lui ai parlé comme à un interlocuteur intellectuel de premier plan, comme à l’un des observateurs les plus brillants du Québec. Je l’ai invité à revenir sur les grands thèmes qui ont traversé sa vie et, finalement, sur une vie absolument passionnante. Je dirais bien qu’elle fut exemplaire, mais il me gronderait. Je dirai alors de sa vie qu’elle est inspirante. « Le tour du jardin » représente peut-être, du moins je l’espère, une porte d’entrée dans une œuvre qu’il vaut la peine de découvrir, ou de redécouvrir. Je vous parle d’une œuvre que les moins de vingt ans devraient connaître. » M. B.-C.

Questions d’écriture: réponses à des lecteurs

Jean-Jacques Pelletier, 2014, Éditions Hurtubise, Numérique (PDF) 18,99 $, Numérique (ePub) 18,99 $, Papier 24,95 $

Conçu à partir d’un échantillonnage de 50 questions posées par des lecteurs, l’ouvrage est un passionnant vademecum pour quiconque s’intéresse à l’expérience d’écrire et à ces créateurs qui la poussent au point d’en faire un métier. Il aborde toutes les facettes d’un univers fascinant : techniques, anecdotiques, intellectuelles, autobiographiques. Le tout livré avec l’esprit analytique de l’auteur et son ton savoureux. À noter que cet ouvrage est une édition entièrement revue et considérablement augmentée de Écrire pour construire et inquiéter, titre originellement publié en 2002 aux éditions Trois-Pistoles. Cette nouvelle version tient donc compte de l’évolution de la carrière de Pelletier depuis ce temps et parle en détail du volet « essais » qu’il a développé ces dernières années, en même temps que l’ouvrage approfondit toutes les questions abordées 12 ans plus tôt, en plus d’en proposer d’inédites.

En quelques traits

Pierre Vadeboncoeur , Jonathan Livernois, 2014, Lux Éditeur, Numérique (PDF) 13,99 $, Numérique (ePub) 13,99 $, Papier 19,95 $

Pierre Vadeboncoeur (1920-2010) avait un talent certain pour décrire, en quelques traits, les hommes et les femmes dont il tenait à dire un mot. Voici réunis 35 de ces portraits, écrits entre 1942 et 2009, dont certains sont publiés ici pour la première fois. Parfois incisif, souvent généreux, l’écrivain nous donne à voir son XXe siècle québécois, où l’indignation trouve facilement son objet, certes, mais où il existe également quelques exemples de solidarité et de courage. L’essayiste traite ici de politiciens, de romanciers, de peintres, de syndicalistes, de journalistes, de poètes, de médecins et même d’un homme d’affaires. Si certains d’entre eux sont bien connus, d’autres, comme le peintre Gabriel Filion et le syndicaliste Gérard Picard, seront « découverts » par plusieurs. L’occasion est belle de réviser sa vision de l’histoire nationale. Ce recueil, préparé et présenté par Jonathan Livernois, permettra aux lecteurs de La ligne du risque et des Deux royaumes de découvrir une autre facette, particulièrement riche, de l’œuvre de Pierre Vadeboncoeur. Il n’est pas interdit, non plus, d’y retenir quelques figures inspirantes pour le temps présent.

Le guide Le Québec cyclable de la collection «Espaces verts» d’Ulysse s’adresse à tous les amoureux du grand air et du vélo! Conçu pour les cyclistes friands de balades d’une journée, il vous emmène sur des parcours balisés et sécuritaires. Qu’ils empruntent des pistes cyclables municipales ou intermunicipales, des voies régionales ou interrégionales, ces parcours vous inciteront à partir à la découverte de régions inconnues et réveilleront ainsi l’aventurier qui sommeille en vous. Vous trouverez dans ce guide 167 cartes détaillées, avec tracés de voies cyclables particulièrement agréables, les distances à parcourir, l’emplacement des stationnements, les bureaux d’information touristique et les attraits faciles d’accès. Le livre débute par une section consacrée à la préparation de vos excursions à vélo. Il propose des circuits régionaux présentés de façon à faciliter les raccordements avec les voies cyclables qui sillonnent l’intérieur des villes. De Montréal à la Côte-Nord et de Québec à la Gaspésie, c’est toute la Belle Province qui s’offre à vous, pour le plaisir des sens et la liberté du mouvement… sur deux roues!

Le jour ou j’ai arrêté d’être grosse

Valérie Fraser et Marianne Prairie, 2014, Éditions Parfum d’encre, Numérique (ePub) 16,99 $, Numérique (PDF) 16,99 $,  Papier 24,95 $

« Chez moi, tout vient en gros format, même ma personnalité. » Drôle et exubérante, Valérie a toujours prétendu qu’elle assumait son poids. Mais, d’excès en excès, la réalité la rattrape. Un jour, elle dit STOP. C’est le Jour où elle a arrêté d’être grosse. Un an plus tard, Valérie a perdu 130 livres. Elle partage son expérience sur les réseaux sociaux où plus de 20 000 fans sont tombés sous son charme. Véritable icône de la rondeur, Valérie inspire des milliers de gens. Elle nous livre ici son histoire, sans pudeur et avec sincérité.

Manger ses émotions

Guylaine Guèvremont et Marie-Claude Lortie, 2014, Éditions Transcontinental, Numérique (PDF) 22,95, $ Papier 24,95 $

Vous n’en pouvez plus de suivre tous ces régimes sans gras, sans sucre, hyperprotéinés, dissociés… qui se contredisent et vous font même prendre du poids ? Votre vie ressemble à une suite de privations et de frustrations qui pèsent sur votre moral comme sur votre silhouette ? Vous mangez vos émotions, mais ne savez pas comment faire autrement pour perdre enfin les kilos en trop ? Dans ce livre éclairant, Guylaine Guevremont, nutritionniste de renom, pose un regard différent sur le rapport qu’on entretient avec le corps et l’alimentation. Son approche, simple et éprouvée, fruit de plus de 12 ans de pratique clinique, remet l’humain – et non la tyrannie des régimes – au centre de l’équation. Grâce à des explications claires et à un plan de match assorti de multiples exercices, le lecteur apprend comment vivre sans régime tout en retrouvant son poids naturel.

 

 

 


8 mars 2014  par Aurélie Philippe

Princesses en grève!

Nous, représentantes des princesses de tous les pays (réels ou imaginaires),  avons résolu de créer une déclaration solennelle, où seront exposés enfin à la face du monde nos droits naturels et indéniables de princesses et de femmes. De plus, notre syndicat vous notifie d’un préavis de grève pendant laquelle les princesses ne broderont plus, n’iront plus au bal et arrêteront d’attendre bêtement leur prince charmant. Ce mouvement de protestation débutera à la fin de ce mois et prendra fin à la seule condition de l’acceptation officielle de la déclaration suivante :

 Déclaration des droits universels des princesses

 

Article I : Droit au savoir

            Considérant qu’il vaut mieux se poser de questions et apprendre plutôt que de rester bête comme ses pieds :

l’arme du savoir doit être donnée à toutes!

Et ne croyez pas que nous n’avons pas d’exemples pour appuyer nos dires.

La princesse Cornélia veut aller à l’école et cette jeune princesse a bien raison (même si elle veut avant tout profiter de la récréation avec des amis) de vouloir développer ses connaissances. Mais ses parents royaux ne voient pas du tout l’intérêt d’envoyer à l’école leur fille si précieusement délicate. Heureusement, si Cornélia n’est pas encore instruite, elle est déjà bien maligne.

Quand à La princesse Élastique, ses connaissances en mécanique l’ont sauvée de prétendants désastreux qui venaient quérir sa main. Ingénieuse, la princesse Élastique a, en effet, inventé une troisième jambe détectrice de mensonges. Résultat : les princes qui trichent sur leur CV se font propulser d’un bon coup de pied bien senti. Intelligemment écrit, délicieusement drôle et joliment illustré, ce récit est un vrai conte de fées moderne.

Enfin, le meilleur exemple pour prouver que l’instruction vaut mieux que la réalisation d’un rêve prémâché (comme celui d’épouser un prince charmant) se trouve sûrement dans Le collège des princesses. Cette école s’est ouverte du jour au lendemain sur le mont Eskel, à la suite d’une prédiction indiquant que la future reine vivrait dans la région. Les jeunes filles en âge de se marier ont quitté leur travail dans les carrières de pierre pour aller dans ce collège et s’y instruire. Miri, l’héroïne de ce récit, va apprendre et comprendre bien des choses, elle va grandir et découvrir son propre rêve.

 

Article II : Droit à l’égalité des sexes

            Considérant que l’on peut tout aussi bien terrasser les dragons que les princes (pas toujours charmants) :

l’égalité des sexes doit dès maintenant être acquise !

Là encore, nous avons des preuves abondantes pour appuyer nos dires !

Une des preuves les plus évidentes est celle de l’histoire de La princesse dans un sac. Qui ne connait pas cette princesse qui, par son courage et son intelligence, va vaincre le vil dragon et sauver le prince le plus ingrat de l’univers ? Qu’on se le dise : l’habit ne fait pas la princesse !

Si les princesses ne devaient pas être obligées de broder docilement, les princes ne devraient pas être obligés de guerroyer brutalement. Le prince Francis, qui aime le tricot et les animaux, ne méritait pas de se faire enfermer dans un donjon par son propre père. Heureusement Charlotte, dite Princesse-la-tornade, ne va pas laisser cette injustice impunie.

En plein milieu d’une guerre, Thirrin, princesse des glaces, devient reine à quatorze ans, et son jeune âge ne va pas l’empêcher d’être également une guerrière redoutable, une diplomate efficace, une cheffe de guerre perspicace et une jeune fille fascinante. Consciente de ses responsabilités envers son peuple, Thirrin va tout faire pour sauver la Haute-Froidurie de l’envahissant empire du Polypont, quitte à faire des ennemis d’hier, ces créatures terrifiantes, les alliés d’aujourd’hui.

Curieuse, Bavarde et Coquette sont trois charmantes princesses, injustement sous-estimées par leur père. Peu importe leurs comportements, il semble qu’elles ne seront jamais comme il faut aux yeux de leur paternel. C’est ce dernier qui les surnomme ainsi considérant la curiosité, le besoin de communication et la coquetterie comme des défauts féminins et ennuyants. Ce sont pourtant ces traits de caractère et la volonté sans faille de ces trois princesses qui vont sauver le roi et son royaume. Elles vaincront même les préjugés de leur père.

Article III : Droit au libre arbitre

            Considérant qu’on est mieux à même de savoir quel futur nous désirons :

les décisions nous concernant nous appartiennent !

La princesse aux longs cheveux n’est pas forcement ravie de trimballer sa longue et lourde chevelure, qui n’est autre qu’une jolie allégorie des obligations qu’on impose aux jeunes filles. Mais son père a ordonné, dès sa naissance, que ses cheveux ne soient jamais coupés. Ingénieuse, notre princesse met ses cheveux dans deux valises qu’elle fait porter à l’homme le plus fort du royaume. Mais cette solution n’est pas idéale, et notre héroïne finira par comprendre que le temps de la décision est venu.

Afin d’éviter un mariage arrangé, Cendorine n’hésite pas à prendre son destin en main. Elle s’enfuit donc de chez elle pour devenir captive volontaire chez les dragons. Et si tout n’est pas toujours parfait, notre princesse rebelle apprécie la liberté qu’elle a gagné en se faisant prisonnière. Mais voilà que dans la cité souterraine des dragons, elle découvre un complot et plonge dans l’aventure. Cendorine et les dragons vous enchantera à coup sûr par sa ruse et à l’impertinence.

Lily, quant à elle, a décidé de se dresser contre son père colérique, car elle refuse de vivre dans un monde injuste. Pour cela, elle se transforme en justicière masquée et se battra contre l’armée de son père, s’il le faut. Cette jeune fille a déjà conscience de ce qui est juste et ne veut jamais abuser de sa position de princesse. Et si les désirs de notre héroïne rentrent en contradictions avec les opinions de son papa, cela ne l’empêche pas de l’aimer tendrement. Et si le roi peut se montrer irascible, il est également complètement gaga de sa fille, et aime encore passionnément son épouse regrettée.

Pour conclure notre déclaration, nous terminerons avec l’enseignement de Rosalie et les princesses roses :

les princesses sont des filles et les filles ne sont PAS des fleurs délicates!

Signé : le Syndicat des princesses en colère.

 ***

Princesse Cornélia veut aller à l’école, Nathalie Dargent, ill. de  Nancy Pena, Milan, 24p., 9782745945365, malheureusement épuisé

La princesse au trois pieds,  Bernard Friot, ill. de Olivier Balez, Milan, coll. « Milan poche cadet. Éclats de rire », 36p., 9782745933508*

Le collège des princesses, Shannon Hale, Gallimard jeunesse, coll. « Folio junior », 354p., 9782070620777*

La princesse dans un sac, Robert Munsch, ill. de Michael Martchenko, Scholastic, 32p., 9780545991186*

Princesse-la-tornade, Marc Cantin, ill. de Florence Langlois, Milan, coll. « Milan poche benjamin. Quelle rigolade ! », 24p., 9782745927422*

Thirrin, princesse des glaces, Stuart Hill, Gallimard jeunesse, coll. « Folio junior », 582 p., 9782070573417*

Curieuse, Bavarde et Coquette, Michel Piquemal, ill. de Bruno Robert, du Ricochet, 31p., 9782352630678*

La princesse aux longs cheveux, Annemarie van Haeringen, Bayard jeunesse, 26 p., 9782747024853*

 Cendorine et les dragons, Patricia C. Wrede, ill. de Yves Besnier, Bayard jeunesse, 237p., 9782747001182*

Lily, Vol 1, Joyeux anniversaire, princesse !, Elsa Brants, ill. de Nykko, Dupuis, coll. « Puceron », 30p., 9782800143583*

Rosalie et les princesses roses, Raquel Diaz Reguera, Talents Hauts, coll. « Des livres pour les filles ET pour les garçons », 37p., 9782362660337*

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur les titres choisis.

 



© 2007 Librairie Monet