Le Délivré

Archive pour la catégorie ‘◦ Aperçus’


27 novembre 2015  par nos libraires BD

Bandes dessinées : le choix des libraires

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADOS

L’insubmersible Walker Bean T.01, Aaron Renier, 2015, Sarbacane, 208 p., 9782848658261*

À la croisée d’Isaac le Pirate et de Tintin, un conte exubérant ! Bienvenue à bord ! Le jeune Walker n’est pas vraiment un aventurier en herbe, il est même plutôt peureux. Mais il a été bercé par les récits fantastiques contés par son grand-père. Cet ancien amiral dans la marine lui a toujours parlé d’histoires de pirates, de trésors enfouis, de villes englouties. Depuis quelques jours, la santé de son grand-père s’aggrave et il sent que c’est l’heure de dévoiler à Walker, le secret des îles de la Mangue et des deux sœurs Tartessa et Remora. Les deux sirènes-sorcières habitent les abysses des océans, entourées par les squelettes de leurs victimes. Elles tourmentent les hommes grâce à un crâne maléfique qui régule le monde. Walker doit trouver ce crâne. Il part à l’aventure, armé du journal de bord de son grand-père, et s’embarque sur un bateau en direction des îles de la Mangue. Sur celui-ci, il croisera la route de nouveaux amis : la chienne Perrogi, le jeune garçon Shiv et la jeune fille Genoa. Aventure, humour, et récits fantastiques sont les ingrédients de ce récit tout public. – L’éditeur

Seki: Mon voisin de classe T.01, Takuma Morishige, 2015, Akata, 166 p., 9782369740681*

Voici une adorable comédie pour toutes et tous. Rumi est une élève studieuse, qui ne demande qu’à écouter son professeur et suivre son cours tranquillement. Sauf que, Séki, son voisin de classe a un tout autre objectif : ne pas travailler et faire passer le temps. Sans jamais dire un mot, Séki se trouve toutes sortes d’occupations plus farfelues les unes que les autres. Il joue aux dominos, il décape son bureau d’écolier, élève des chats… le tout, pendant le cours et sans jamais se faire prendre. Et c’est la pauvre Rumi qui finit toujours par se faire surprendre par les professeurs, tant les jeux de Séki captivent son attention. La douce fantaisie de ce manga à l’humour gentiment décalé offre une lecture délicieuse. On se régale d’une ironie diffuse assez réjouissante, comme un grand rire qui n’éclate jamais. Espérons que la suite de la série parvienne à se renouveler intelligemment, pour prolonger notre plaisir. (SC)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES, QUÉBÉCOIS

Joker, Benjamin Adam, 2015, La Pastèque, 128 p., 9782923841793*

Récit rocambolesque, fourmillant de personnages, avec une intrigue tentaculaire et un dessin raffiné et précis, Joker séduit par son ambition et sa narration touffue, prolifique mais tout de même très accessible. Prenant comme prémisse de départ trois amis qui, chaque dimanche, lors d’un jeu de cartes, échangent leurs vies, emplois et familles pour une semaine, cette petite histoire qui s’annonçait intimiste déboule en une aventure sociale et politique qui impliquera toute la ville, une famille en fugue, plusieurs meurtres, des magouilles d’une corporation et des rivalités entres les journalistes indépendants et les géants de la presse. À mis chemin entre le polar, le roman-feuilleton et la critique des grands médias et des petites politiques, le dernier Benjamin Adam réussit à tenir son lecteur en haleine, tout en lui proposant beaucoup de matière dans un récit dont la fluidité ne déçoit jamais. (BN)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

L’attente infinie, Julia Wertz, 2015, L’Agrume, coll. « Littérature graphique », 232 p., 9791090743281*

On pourrait dire de L’Attente infinie qu’il s’agit d’un livre autobiographique puisque dans cet épais volume, Julia Wertz nous livre un récit de vie très personnel. Mais sa force tient avant tout dans la virtuosité de son écriture, à la fois cinglante et hilarante, bourrée d’humour et d’autodérision. Entre 1982 et 2012, Julia Wertz a fait beaucoup de choses: elle a enchaîné toutes sortes de petits boulots, elle a déménagé dans différentes villes, elle est tombée gravement malade, elle s’en est tirée, elle a été embauchée, elle s’est fait virer, elle a aimé (pas trop), elle a lu beaucoup de livres et fait beaucoup de blagues, elle a découvert la BD, elle a été publiée, elle a bu (beaucoup), elle a déprimé, elle a arrêté de boire, elle a grandi, elle a réfléchi et elle a eu envie de le raconter… Un épais volume à l’humour cinglant, plein d’autodérision et de réflexions aussi loufoques qu’existentielles. Qui d’autre que Julia Wertz, à l’esprit libre et décomplexé, pouvait signer cette chronique autobiographique époustouflante? – L’éditeur

Carnet de santé foireuse, Pozla, 2015, Delcourt, 368 p., 9782756066394*

On appréciait déjà Pozla pour son dessin sauvage, dynamité aux pétards, inspiré du graffiti, avec la série Monkey Bizness. On découvre avec Carnet de santé foireuse qu’il est aussi un narrateur de premier ordre. Récit tiré de son expérience personnelle, il raconte avec son cœur, ses tripes (ça tombe bien, vu le sujet) et beaucoup d’humour, le parcours de sa pathologie, la maladie de Crohn. Le résultat offre un témoignage d’une puissance folle. Il retrace, sans rien cacher, le long cheminement de sa maladie : les premiers symptômes, le diagnostic tardif et l’hospitalisation longue durée. Nombre de dessins étant justement exécutés depuis son lit d’hôpital, tant dessiner dans son carnet sera, pour l’auteur, le meilleur réconfort. En plus de l’efficacité de sa narration, Pozla fait véritablement exploser toutes ses qualités graphiques pour exprimer ses douleurs au plus juste. La plupart des pages sont de toute beauté. On tient ici un témoignage passionnant, et probablement l’une des meilleures bandes dessinées de l’année. (SC)

Trashed, Derf Backderf, 2015, Çà et Là, 237 p., 9782369902164*

Inspiré de la jeunesse de son auteur qui a été éboueur quelque temps, Trashed est une œuvre de fiction qui campe deux adolescents dont le quotidien consiste à ramasser les poubelles. Aussi désabusés qu’on peut les imaginer, ils nous feront découvrir les détails scabreux, mais souvent intéressants du formidable monde des ordures. On imaginerait difficilement qu’un métier aussi ingrat puisse être le sujet d’une fiction aussi divertissante et attachante que Trashed. Backderf a déjà prouvé avec Punk, rock and mobile homes qu’il maîtrisait parfaitement l’humour burlesque. Cette fois, son art rivalise avec la verve humoristique et scatologique de Rabelais. Chutes de pierres tombales, éclats de merde, carcasses de rongeurs, concerto de piano déchiqueté et fossoyeurs anarchistes disjonctés, on ne nous épargne rien dans ce chef-d’œuvre d’humour qui réussit quand même à informer son lecteur des subtilités de l’industrie de la crasse. (BN)

Capitaine perdu T.01, Jacques Terpant, 2015, Glénat, 56 p., 9782344004500*

En 1763, la France vient de perdre ses colonies du Nouveau Monde. Les Anglais se préparent à prendre possession des forts français et de nombreux « habits rouges » parcourent le territoire pour bien faire comprendre aux « sauvages » qui sont les nouveaux maîtres. Saint-Ange, le capitaine de Fort Chartres, un Français né à Québec, ne peut se résoudre à abandonner son pays et ses frères autochtones. De nombreux chefs de tribus amérindiennes alliés des Français viennent le rencontrer à Fort Chartres pour discuter de la marche à suivre. Quelle sera la décision de Saint-Ange? Une excellente BD historique de Terpant qui nous offre une œuvre fouillée et bien documentée sur un sujet peu exploité. Avec ses planches en couleurs directes qui font honneur aux paysages grandioses de l’Amérique sauvage, nous avons là un album d’une grande qualité. Vivement la suite de ce diptyque. (PP)

Traquemage T.01: Le serment des Pécadous, Relom et Wilfrid Lupano, 2015, Delcourt, coll. « Terres des Légendes », 55 p., 9782756064642*

Un producteur de fromage, dont le troupeau de chèvres et le village ont été anéantis par des troupes de créatures armées, jure de mettre fin à la guerre en tuant les cinq mages à l’origine du conflit. Animé par la rage et accompagné de sa brebis Myrtillle, il fera la rencontre d’une fée alcoolique qui connaît une manière de détruire les magiciens. Ce récit à mi-chemin entre Tolkien et Monty Python est un pur plaisir de lecture. Wilfrid Lupano est au sommet de son art, détournant les poncifs du genre avec truculence. Relom, de son côté, privilégie un style caricatural léché truffé de clins d’œil aux classiques du genre. (RSH)

Chicagoland, Sacha Goerg et Fabrice Colin d’après R.J. Ellory, 2015, Delcourt, coll. « Mirages », 128 p., 9782756063102*

Chicago, années 50. Une jeune institutrice est retrouvée morte, étranglée par un inconnu. Chicagoland est un récit polyphonique décliné en trois temps : la sœur de la victime, l’enquêteur chargé du dossier et l’assassin défilent tour à tour pour tisser un écheveau complexe chargé d’émotions, magnifié par les tons pastel de Sacha Georg. La collection Mirages des éditions Delcourt fait un très beau cadeau aux fans de polar et aux inconditionnels de R. J. Ellory en publiant l’adaptation de trois nouvelles disponibles uniquement en version numérique. (RSH)

***

Sélection et rédaction d’Hélène Brosseau, Sylvain Cabot, Boris Nonveiller, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

 

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur les titres sélectionnés.

 


10 novembre 2015  par nos libraires BD

Bandes dessinées : le choix des libraires

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADOS

Ulysse Wincoop T.1: Le dernier des sioux, Benjamin Bachelier et Marion Festraëts, 2015, Gallimard, coll. « Bayou », 78 p., 9782070655687*

Pendant la tuerie des Sioux de Wounded Knee par la cavalerie, le soldat Jonah épargnera un nouveau-né. Avant de déserter, il confiera le papoose à sa sœur et son mari qui l’élèveront comme leur fils. Rouge de peau, le petit Ulysse ne trompera toutefois personne sur ses réelles origines et grandira en subissant la discrimination de son entourage. Plus tard, jeté hors du foyer, il retrouvera les siens ou le peu qui en reste. Triste témoignage de la difficile cohabitation entre deux peuples pendant la période de la conquête de l’Ouest américain, ce western atypique, bien mieux écrit et documenté que la grande majorité de ceux, très clichés, auxquels les auteurs européens nous ont habitués, traite du déracinement qu’ont dû subir ceux qui vivaient fiers et libres sur leurs terres jusqu’à être exterminés au nom du progrès et de la modernité. (HB)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

Cette ville te tuera, Yoshihiro Tatsumi, 2015, Cornélius, coll. « Pierre », 336 p., 9782360810949*

Yoshihiro Tatsumi (1935-2015) a beau être peu connu du lectorat francophone, il n’en est pas moins une figure majeure de la bande dessinée japonaise. Son apport au manga est considérable, à lui seul, il a inventé un genre à l’aube des années 60 : le Gegika. Traitant des thèmes sombres, et des préoccupations adultes, cette rénovation artistique voulait s’éloigner de la naïveté habituelle des mangas de l’époque. Le genre a fait école et s’est, par la suite, installé de façon durable dans le paysage manga. Les 23 histoires courtes (publiées entre 1968 et 1970), qui composent Cette ville te tuera, portent autant les bases du gegika que la griffe de son fondateur : multiplications des cases silencieuses, décor urbain détaillé et strié de hachures, thèmes des histoires sombres, plus attachées aux vices qu’aux vertus des humains, illustrant le désir, la cruauté et la solitude qui mène à la folie, le tout chevillé à un quotidien misérable. Par ailleurs, l’auteur montre une maîtrise avérée de l’art de la dernière case, parvenant à nous surprendre quasi systématiquement en fin de récit. En somme, outre son intérêt patrimonial indéniable, ce recueil vaut aussi pour la qualité de ses 23 nouvelles dessinées par le maitre, décédé au mois de mars de cette année. (SC)

Kid Eternity, Fegredo Duncan et Grant Morrison, 2015, Urban comics, 150 p., 9782365776813*

Kid Eternity reprend un super héros des années 40. Ses pouvoirs lui venaient de l’au-delà et consistaient à devenir immatériel et à invoquer des personnages de la mythologie. Le personnage a été repris et revampé à plusieurs reprises par DC, mais son incarnation la plus intéressante et la plus iconique est celle-ci, scénarisée par Grant Morrison et magnifiquement illustrée par Fegredo Duncan en 1991. Morrison, qui à cette époque a déjà donné une veine existentielle et angoissée à Batman et Doom Patrol, réinvente ici son protagoniste pour en faire le héros métaphysique d’une saga surnaturelle jonglant avec le paradis, l’enfer et la mort. Une reprise de la Divine comédie de Dante, refaite dans l’esprit des séries d’horreur de Vertigo, cette minisérie fait du personnage titre un représentant de la mort venant guider un humoriste mourant jusqu’en enfer. Celui-ci sera témoin, à l’image du lecteur, des terreurs et monstruosités sataniques qui attendent toutes les âmes damnées. La version de Morrison est l’exemple du meilleur de ce qui ce faisait dans les comics de super héros et la preuve que ce médium peut-être bien plus qu’un divertissement écervelé. (BN)

Bedlam T.1: Le Mal, c’est ce que j’ai fait ou ce que je suis? Riley Rossmo et Nick Spencer, Les Humanoïdes associés, 178 p., 9782731657739*

Les bandes dessinées de super héros mettent souvent en scène des individus qui seraient considérés comme particulièrement instables dans la vraie vie. Cet aspect est parfois exploité dans le médium, mais on ne s’est jamais autant attardé à la psychologie du mal, aux ficelles de la cruauté, à ce qui fait tiquer un cerveau malade. Or, le personnage principal est cette fois Madder Red, un psychopathe nouveau genre, un criminel vedette qui ferait passer le Joker pour un petit chiot sans défense. Une fois qu’il est arrêté, il est réhabilité par un docteur tout aussi instable que lui et réintégré dans la société. On l’oublie finalement assez rapidement, jusqu’à ce qu’un autre tueur sadique fasse son apparition. La ville de Bedlam a aussi son super héros, mais ce dernier est un personnage très périphérique. En fait, le focus principal de Bedlam, c’est cette psyché du criminel, l’apparition du mal, et l’archétype du super vilain. Ce n’est pas vraiment une bande dessinée de super héros, mais plutôt une œuvre qui joue très habilement avec les codes du genre. Des comics qui déconstruisent la mythologie des héros en cape, il s’en ait fait des centaines, mais celui-ci sort du lot, justement parce qu’il tente de construire une nouvelle mythologie plutôt que de dévaster l’ancienne. (BN)

R.U.S.T. T.1: Black List, Nesskain et Luca Blengino, 2015, Delcourt, coll. « Néopolis », 143 p., 9782756054414*

La terre est envahie par d’immenses machines organiques qui ont quasiment annihilé l’espèce humaine. Les survivants se cachent dans les douze métropoles et essaient de résister grâce aux R.U., de gigantesques robots biologiques. Malheureusement, le dernier pilote compatible avec un R.U. est tué et l’humanité devra faire appel aux sociopathes de la « black list ». Ces individus sont compatibles avec les R.U. mais instables et dangereux. Le genre humain vit-il ses dernières heures? De la science-fiction comme on en voudrait plus souvent. Un traitement graphique original et un scénario inspiré, voilà un mélange agréable pour un premier tome rempli de rebondissements. (PP)

Grandes oreilles et bras cassés, Nicoby et Jean-Marc Manach, 2015, Futuropolis, 109 p., 9782754812504*

Voici le récit en images d’une enquête menée par Jean-Marc Manach sur un scandale touchant le gouvernement français. L’histoire est surréaliste et si on la présentait comme une fiction, elle serait jugée peu crédible mais pourtant tout est vrai et documenté. L’Élysée a fournit de l’assistance pour la mise en place d’un système d’écoute électronique en Lybie aidant ainsi le régime de Kadhafi à repérer et éliminer ses opposants. Une histoire troublante qui montre les dérives de la politique internationale. Malgré les beau discours, l’argent et la corruption finissent toujours par influencer les décisions des hommes politiques. Une BD à découvrir pour constater à quel point, parfois, la réalité dépasse la fiction. (PP)

BEAUX LIVRES

Vue sur le lac, Blutch, 2015, Dargaud, 183 p., 9782205074642*

Publié à l’occasion de la rétrospective Blutch: Vue sur le lac, présentée au Festival international de bande dessinée de Lausanne en septembre 2015. Considéré par plusieurs comme un des auteurs les plus doués de sa génération, Blutch y était l’invité d’honneur. Cet ouvrage regroupe autant des récents travaux personnels que des illustrations pour divers magazines souvent non retenus ou inédits. (HB)

***

Sélection et rédaction d’Hélène Brosseau, Sylvain Cabot, Boris Nonveiller, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

 

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur les titres sélectionnés.


7 octobre 2015  par nos libraires jeunesse

Littérature jeunesse : la crème de septembre

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en littérature jeunesse passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres et nouvelles séries, question d’aiguiser votre appétit livresque…

ALBUMS

N’aie pas peur, Andrée Poulin, ill de Véronique Joffre, Comme des géants, coll. « Albums », 48 p., 9782924332177*

Andrée Poulin propose ici un exercice d’écriture parfaitement réussi. En répétant une seule phrase, qui se modifie à peine au fil du texte, elle parvient à mettre en scène une histoire touchante, en plus de stimuler l’imagination des petits. À cet égard, soulignons également les magnifiques illustrations de Véronique Joffre qui parviennent à soutenir les blancs narratifs laissés par l’auteure. L’esthétique rétro ainsi que l’aspect papier découpé des illustrations donnent un ton particulier à cette œuvre. Bref, voilà un album magnifique de la part d’une maison d’édition qui propose systématiquement des albums de qualité et qui sortent des sentiers battus. Un immense bravo! (P.-A. B.)

Pikiq, Yayo, éditions de la Bagnole, coll. « Modèles uniques », 32 p., 9782897140854*

Voici un superbe album sur l’importance de rêver. Les couleurs qui envahissent le blanc de la page, le texte qui dépeint la découverte de Pikiq à petites touches, tout s’accorde pour offrir un moment de lecture inoubliable. Une œuvre qui rend hommage aux populations du Grand Nord de belle façon. À lire absolument! (P.-A. B.)

Loula et Monsieur le monstre, Anne Villeneuve, Bayard Canada, 32 p., 9782895797159*

C’est avec bonheur qu’on retrouve Loula, petite fille attachante et dégourdie, dans une nouvelle aventure écrite et illustrée par Anne Villeneuve. Cette fois, le défi est de taille, et même Gilbert, le chauffeur de la famille, aura du mal à aider Loula dans sa quête. Avec humour et tendresse, l’auteure-illustratrice propose un album tendre et drôle, où on ne peut s’empêcher de sourire, que ce soit des pitreries de Monsieur, ou devant l’air découragé de Loula et de Gilbert. Quant à la chute, disons simplement qu’elle ne manque pas de mordant! Encore une fois, Anne Villeneuve signe ici un album intelligent, rigolo et plein d’amour. Un gros coup de cœur! (P.-A. B.)

Toto veut la pomme, Mathieu Lavoie, Comme des géants, 64 p., 9782924332207*

Dans son deuxième album, Mathieu Lavoie nous revient avec son humour intelligent et très imaginatif. Encore une fois, les illustrations sont minimalistes, mais elles participent pleinement à la qualité globale de l’album, en appuyant le texte, simple, mais oh combien efficace! Lavoie démontre ici l’étendue de son talent et fait la preuve que les éditions Comme des géants proposent des œuvres novatrices et intelligentes, qui plairont autant aux enfants qu’aux parents. Un incontournable!

La mouche dans l’aspirateur, Mélanie Watt, Scholastic, 96 p., 9781443147873*

Mélanie Watt signe ici son plus bel album en carrière. Elle parvient à aborder la question du deuil d’une manière originale et accessible, ce qui en fait un outil inestimable pour les parents et les professeurs. Au-delà de ses vertus pédagogiques, « La mouche dans l’aspirateur » est tout simplement magnifique. Les illustrations regorgent de détails qui se répondent et qui créent différents niveaux de lecture (et de relecture). Quant au texte, il est simple, mais il s’adresse intelligemment aux enfants. Notons également le superbe travail de traduction qui a été fait ici, donnant à lire une version française spécifique à la langue parlée au Québec. Bref, une œuvre incontournable ainsi que l’un de mes plus gros coups de cœur de l’année. (P.-A. B.)

Entends-tu? Les animaux nocturnes, Gianna Marino, Scholastic, 40 p., 9781443147675*

Voici un album hilarant pour aider les enfants à vaincre la peur du noir. Le texte est simple, mais la structure répétitive est très efficace et la chute est tout simplement irrésistible. Mentionnons également les illustrations, qui sont également de Marino, et qui constituent la principale source d’humour de l’album. Vraiment, il faut porter attention aux détails, qui valent absolument le détour. Bref, voilà un album à lire, mais pas nécessairement dans le noir! (P.-A. B.)

La princesse et le poney, Kate Beaton, Scholastic, 40 p., 9781443147705*

Je ne voudrais pas créer de fausses attentes aux sceptiques, mais La princesse et le poney, c’est L’ALBUM DE L’ANNÉE. (Oui, oui, il mérite amplement ces majuscules.) Ce qui est particulièrement réussi dans cet album, ce sont les personnages non stéréotypés : Prunelle veut être une grande guerrière, et les guerriers veulent exprimer leur côté tendre! Le poney est tout simplement sublime avec ses yeux qui louchent et sa langue sortie, on a envie de le croquer! Les adultes autant que les enfants apprécieront la douce folie qui émane de ce récit et s’amuseront à imiter le dodu poney! À lire absolument! (Catherine B.)

Monsieur Licorne se croit plus que parfait, Bob Shea, Scholastic, 40 p., 9781443147729* 

Voyez-vous, d’après l’arrivée de Monsieur Licorne, Biquet est bien jaloux de lui. Il fait les choses de manière bien plus spectaculaire que ce que son petit corps de chèvre peut faire! Pourtant, Monsieur Licorne préfère bien des aspects de Biquet aux siens… Lorsqu’ils prennent la peine de discuter, ils se rendent bien vite compte qu’à deux, en combinant toutes leurs qualités, ils font une équipe du tonnerre! Un album haut en arcs-en-ciel et en paillettes qui nous fait comprendre que nous choisissons parfois nos amis en fonction de toutes les qualités qu’ils possèdent et dont nous avons bien besoin! (Catherine B.)

Max et Sam creusent, creusent, creusent…, Mac Barnett, ill. de Jon Klassen, Scholastic, 40 p., 9781443147200*

C’est avec grand plaisir qu’on retrouve le duo formé de Mac Barnett et Jon Klassen, qui nous ont déjà donné “Extra-doux”. Cette fois, ils nous proposent une aventure tirée des rêves les plus fous de n’importe quel enfant. Le texte de Barnett est simple, mais décrit parfaitement les péripéties des deux aventuriers et de leur chien très malin. Quant aux illustrations de Klassen, encore une fois dans des tons pastel au tracé flou, elles donnent une nouvelle profondeur au récit de Barnett. Bourré de gags visuels et de clins d’œil plus discrets, cet album ravira grands et petits. (P.-A. B.)

Lettres d’amour à des petites chipies, Dominique Brisson, ill. de Maud Legrand, Tom’Poche, 28 p., 9791091978453*

Voici un album qui se déguste comme un sac de bonbons durant la récréation! Le narrateur tout-feu tout-flamme pour ses copines de classe est tout simplement irrésistible, et ses poèmes sont complètement craquants. Joliment agrémenté par les illustrations de Maud Legrand, le texte de Dominique Brisson est rempli de poésie, de tendresse… et de friandises! Alors n’hésitez plus, et laissez-vous charmer par Léon, le p’tit garçon fou des filles et des bonbons! (P.-A. B.)

Le loup qui enquêtait au musée, Orianne Lallemand, ill. d’Éléonore Thuillier, Auzou, 31 p., 9782733835142*

Dans sa toute nouvelle aventure, Loup découvre les joies du musée. De son côté, le lecteur retrouve avec plaisir Loup et toute la bande dans une nouvelle aventure rigolotte et pleine de clins d’œils. Le texte de Lallemand est toujours aussi efficace et accessible, mais ce sont vraiment les illustrations de Thuillier qui valent le détour. Elles regorgent de détails et d’humour, ce qui incitera les enfants à replonger encore et encore dans l’histoire, afin de tout trouver. Alors suivez-le guide et profitez de votre visite! (P.-A. B.)

La dispute, Marie Tibi, ill. de Soufie, Frimousse, coll. « Sa majesté du soir », 26 p., 9782352412342*

Encore un album sur le thème de la dispute? Oui… et non! En fait, Marie Tibi réussit à aborder ce sujet des plus populaires en album jeunesse d’une manière originale et sympathique. Et elle parvient même à nous surprendre avec un revirement de situation totalement inattendu. Quant aux illustrations de Soufie, elles apportent de la chaleur et de la tendresse au texte, tout en donnant vie au vocabulaire imagé des enfants en colère. À mettre en toutes les mains, mais pas de chicane! (P.-A. B.)

Promenons-nous dans les bois, Bénédicte Rivière, ill. de Mélanie Allag, L’Élan vert, coll. « Les petits m », 28 p., 9782844553645*

Encore une version du Petit Chaperon rouge? Oui… et non! Bénédicte Rivière et Mélanie Allag nous offrent ici un conte complètement décalé à l’humour irrésistible. Le plaisir vient à la fois du détournement évident du conte le plus connu des tous petits, mais aussi de l’accumulation d’animaux qui veulent croquer le pauvre Petit Chaperon. Les illustrations d’Allag sont hilarantes et réussissent à mettre en image l’absurde du texte de Rivière. Promenez-vous dans cet album et vous ne le regretterez-pas! (P.-A. B.)

Le chien et la lune, Alice Barberini, Âne bâté, 82 p., 9782918689744*

Ce magnifique album est un hommage au cinéma muet, mais aussi à Georges Méliès et son « Voyage dans la lune ». En peu de mots, l’auteure parvient à rendre l’essence du cinéma muet et du cirque d’époque. Quant aux illustrations, elles sont tout simplement sublimes et transmettent parfaitement les émotions du chien amoureux de la lune. Un album superbe, qu’on savoure une page à la fois. (P.-A. B.)

ROMANS

Le voleur de cœur, Sophie-Luce Morin, ill. de Mika, Bayard Canada, coll. « Cheval masqué », 79 p., 9782895796626*

Un petit roman très efficace pour aborder la question de la famille recomposée, du point de vue de l’enfant. Sophie-Luce Morin ose présenter un personnage principal qui n’aime pas le nouvel amoureux de sa mère et qui exprime ses sentiments de manière claire. Le ton n’est absolument pas moralisateur, et les personnages adultes sont eux aussi bien campés. Bref, un coup de cœur pour ce roman qui réussit à renouveler une thématique souvent utilisée. (P.-A. B.)

Marine Minuscule : Cap sur l’aventure, Rhéa Dufresne, ill. de Jacques Goldstyn, Bayard Canada, coll. « Cheval masqué », 47 p., 9782895797104*

Une chouette aventure de pirates, écrite avec humour et tendresse par Rhéa Dufresne. Son personnage de Marine Minuscule est attachant, mais est aussi capable de se faire obéir de son équipage! On suit ses aventures avec plaisir et on ne peut s’empêcher de sourire devant les péripéties qu’elle rencontre. Les illustrations de Goldstyn sont toujours aussi réussies, et elles ajoutent une touche sympathique aux aventures d’une petite pirate aux nerfs d’acier. (P.-A. B.)

La Bande des Quatre T.1, Alain M. Bergeron, François Gravel, Martine Latulippe, Johanne Mercier, Fou Lire, 336 p., 9782895912408*

Un roman épistolaire à huit mains, on n’en voit pas tellement régulièrement en librairie. Et pourtant, le travail effectué par Alain M. Bergeron, François Gravel, Martine Latulippe et Johanne Mercier dans ce premier tome de La Bande des Quatre (pas le groupe de dirigeants chinois, je vous rassure) est tout à fait convaincant! Chacun des auteurs incarne un des assistants moniteurs de camp de jour, Ringo, Spatule, Coccinelle et Pinotte. À la fin de l’été, plutôt que de se laisser et de retourner dans leur quotidien comme s’ils ne s’étaient jamais connus, les quatre moniteurs décident d’entretenir une correspondance par courriel. C’est par cette correspondance que les lecteurs saisissent les liens qui unissent ces jeunes et l’étendue de leur amitié. Les premiers amours aussi font partie du jeu. Des erreurs de destinataire et quelques malaises en vue! (Catherine B.)

La prochaine fois, ce sera toi!, Élizabeth Turgeon, Soulières, 276 p., 9782896073399*

Une jeune fille est retrouvée morte au bas des escaliers. Une de ses camarades, Marie-Pier, a entendu un garçon lui parler avant l’accident. Mais est-ce un accident? Vous devrez le lire pour le savoir! Parallèlement à l’enquête, Élizabeth Turgeon nous fait beaucoup réfléchir sur la violence quotidienne envers les femmes, ce qui est malheureusement nécessaire. Surtout dès l’adolescence. (Catherine B.)

POÉSIE

Les garçons courent plus vite, Simon Boulerice, La Courte échelle, coll. « Poésie », 45 p., 9782896958665*

Il n’y a que Simon Boulerice pour voir de la poésie dans le test Léger, considéré comme de la torture par tous les étudiants éprouvant de la difficulté en éducation physique. En alternance avec les bip! du test, sa voix, unique, s’élève et nous donne à lire, au fil des poèmes qui composent ce recueil, une histoire d’amour, de sueur et d’effort. Boulerice a un don rare pour créer des images fortes à partir d’éléments banals, et un véritable talent pour manier les mots et les sons. Voici un recueil percutant, idéal pour initier les adolescents (et les adultes!) à la poésie québécoise. Un immense coup de cœur! (P.-A. B.)

TOUT-CARTONS

La poule : un imagier à picorer, Laurent Simon, Milan, 96 p., 9782745974730*

Saviez-vous que la poule araucana pond naturellement des oeufs bleus ? Ou bien qu’il existe des poules sans plumes? Vous le sauriez pourtant si vous aviez lu cet imagier à picorer! Cet imagier nous fait voyager dans les différentes expressions gallinacées, entrecoupées de faits amusants sur ces charmantes poules! Ce tout-carton part dans tous les sens, mais cela permet de le consulter avec une durée d’attention digne d’un poulet rôti! (Catherine B.)

* * *
Sélection et rédaction de Caroline Billo, Catherine Bond, Pierre-Alexandre Bonin, Susane Duchesne, Joelle Hodiesne, Juliette Lopes Benites, Aurélie Philippe, Louise Pratte et Sonia Simard.

 

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en suivant les hyperliens des ISBN.

 



© 2007 Librairie Monet