Le Délivré

Archive pour la catégorie ‘◦ Aperçus’


20 janvier 2015  par nos libraires BD

Bandes dessinées : la crème des parutions de fin d’année

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADOS

Odyssée T.1 : La malédiction des pierres noires, Thomas Gilbert, Michel Honaker et Roger Seiter, 2014, Flammarion, 68 p., 9782081308268*

Les aventures d’Ulysse en bande dessinée. Il y a longtemps qu’Ulysse est parti à la guerre, mais son voyage n’est pas fini. Ainsi en ont décidé les dieux… Il y a bien longtemps qu’Ulysse a quitté Ithaque pour partir à la guerre. Depuis dix ans, la ville de Troie est assiégée par l’armée grecque. Ulysse, héros aux mille ruses, a le destin de tout un peuple entre ses mains. Pour l’accomplir, ne devra-t-il pas renoncer à sa vie de simple mortel ? (L’éditeur)

Moyasimon : Il était une fois les microbes T.1, Masayuki Ishikawa, 2014, Glénat, coll. « Seinen Manga », 224 p., 9782723498845*

Tout commence avec l’arrivée de notre héros, Tadayasu Soemon Sawaki, dans une école agricole. Une seule chose le différencie des autres étudiants : il est capable de voir les micro-organismes à l’œil nu, sous forme de petits personnages !! Pratique pour repérer un aliment contaminé par l’Escherichia coli et éviter une gastro-entérite ou contrôler le degré de fermentation d’un saké. Par contre, détecter des verrues au pied d’une belle femme ou se rendre compte que deux personnes ont partagé leurs flores cutanées peut parfois s’avérer gênant… (L’éditeur)

Le chef de Nobunaga T.1, Takuro Kajikawa et Mitsuru Nishimura, 2014, Komikku, 187 p., 9791091610452*

Les amateurs d’Histoire et les gourmets seront ravis de découvrir cette nouvelle série historique relatant les péripéties d’un chef cuisinier amnésique mystérieusement transporté dans le Japon du XVIe siècle. Il ne faut toutefois pas être rebuté par cette prémisse facétieuse, car nous sommes ici devant un récit rigoureux décrivant les efforts d’Oda Nobunaga, seigneur de guerre et fin stratège ayant le désir d’unifier le pays sclérosé par l’éparpillement du pouvoir exercé par la multitude de seigneurs locaux. Habilement, le scénariste Mitsuru Nishimura mêle la réalité et la fiction en accentuant la curiosité de Nobunaga face aux innovations culinaires de Ken qui, à son insu, deviendra une arme stratégique redoutable. (RSH)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

Un océan d’amour, Grégory Panaccione et Wilfrid Lupano, 2014, Delcourt, coll. « Mirages », 222 p., 9782756062105*

Le maître de la bande dessinée sans texte a encore frappé. Grégory Panaccione, l’auteur des très amusants Toby mon ami et Match fait cette fois dans la collaboration, et pas des moindres, puisqu’il s’associe avec Wilfrid Lupano, le scénariste des Vieux fourneaux et du Singe de Hartlepool. Ce récit d’aventure rocambolesque suit un petit pêcheur breton qui se perd en haute mer. Alors qu’il essaye de survivre, sa femme part à sa recherche à travers le monde et se retrouve mêlée à diverses complications, dont la révolution mexicaine. Une histoire à la fois divertissante, drôle et qui tient son lecteur en haleine tout le long. (BN)

Love in vain: Robert Johnson 1911-1938, Mezzo et Jean-Michel Dupont, 2014, Glénat, 72 p., 9782344003398*

Véritable légende du blues, Robert Johnson a, pendant sa courte vie, composé des chansons légendaires qui ont inspiré les plus grandes figures du rock, dont Jimi Hendrix, Bob Dylan, Keith Richards, Eric Clapton et Robert Plant. Probablement empoisonné par un de ses rivaux à l’âge de vingt-sept ans, Johnson a tout de même eu le temps de faire son lot de conquêtes musicales et amoureuses. Déjà assez grisant, le récit de sa vie gagne en intensité quand on s’attarde aux diverses légendes loufoques qui circulaient à son sujet, dont la plus célèbre est celle de sa rencontre avec le diable. Très bien construit, le récit est rehaussé par de magnifiques illustrations en noir et blanc qui rappellent souvent le pinceau de Robert Crumb et dont la mélancolie sied parfaitement à la vie romanesque du musicien. (BN)

Magic Pen, Dylan Horrocks, 2014, Casterman, 213 p., 9782203081352*

Véritable pavé dans la marre des romans graphiques, Hicksville avait séduit les amateurs du genre en mettant en scène une ville dont la population se délecte des bandes dessinées. Devenu auteur culte, Dylan Horrocks n’avait rien fait de significatif depuis quinze ans à part quelques scénarios pour Batman et Batgirl. Son retour avec Magic Pen reprend la réflexion autour de l’industrie des comics sans sombrer dans la redite; une réflexion qui part d’un auteur victime de la page blanche et qui se retrouve propulsé dans l’univers des bandes dessinées. Un autre récit « feel good » pour les lecteurs et pour les amateurs qui aiment à s’évader par la fiction. (BN)

Le roi des scarabées, Terkel Risbjerg et Anne-Caroline Pandolfo, 2014, Sarbacane, 221 p., 9782848657400*

Librement adapté du roman Niels Lyhne de Jens Peter Jacobsen, Le Roi des Scarabées est une véritable petite perle. Envoûtant depuis la première jusqu’à la dernière page, ce récit nous emmène dans le Danemark du XIXe siècle, où nous suivons l’existence d’Aksel, un jeune homme qui, pour avoir hérité des aspirations romantiques de sa mère, se destine à devenir poète. Seulement, d’apprentissages en désillusions, le temps passe, et Aksel peine à accomplir son œuvre. L’atmosphère que dégage cette histoire est fascinante. Au moyen d’un récitatif très présent et d’un dessin en noir et blanc qui exploite les contrastes avec beaucoup de finesse, cette bande dessinée traduit à merveille les rêves d’absolu et les hautes ambitions de la jeunesse. (SC)

Little Tulip, Boucq et Charyn, 2014, Lombard, coll. « Signé », 84 p., 9782803634170*

L’action se déroule au début des années 70 à New York. Paul possède un petit salon de tatouage et aide occasionnellement la police en dessinant des portraits-robots. Il se retrouve impliqué dans une série de crimes perpétrés par un meurtrier surnommé « Bad Santa » par les policiers. Ces meurtres vont faire ressurgir son passé alors qu’il a été élevé à l’orphelinat, dans un goulag en Sibérie. Notre héros, débrouillard et doué pour le dessin, était alors le tatoueur officiel de l’un des plus puissants chefs de clan criminel du camp. L’album alterne entre ces deux époques pour nous livrer une histoire des plus palpitantes, mélangeant le polar et la BD historique. Le scénario percutant de Charyn et les dessins sans faute de Boucq nous font souhaiter de ne pas avoir à attendre encore 25 ans pour une nouvelle collaboration entre ces deux génies de la BD. (PP)

Les divisions de fer T.1 : Commando rouge : 1946, Ronan Toulhoat et Jean-Luc Sala, 2014, Soleil, 48 p., 9782302040830*

Une uchronie des plus intéressantes ayant pour thème la Seconde Guerre mondiale. 1946, la guerre se poursuit et les Allemands gagnent sur tous les fronts grâce à leur Mekapanzers, sorte de gigantesques robots blindés et surarmés. Un commando soviétique muni d’armure de combats doit s’infiltrer dans une base de l’armée allemande pour s’emparer du « Wilhelm Gustloff », un des plus puissants de ces Mekapanzers. Le cocktail robots nazis géants, mission désespérée et héros improbable est efficace et cette courte série est des plus prometteuse. Un excellent divertissement. (PP)

RÉÉDITIONS et BEAUX LIVRES

Comte Dracula suivi de Frankenstein, Guido Crepax, 2014, Actes Sud, coll. « BD », 192 p., 9782330012915*

Mieux connu pour ses aventures érotiques et cérébrales mettant en scène la très sophistiquée Valentina, Crepax réalisera de nombreuses adaptations de classiques sulfureux dont Histoire d’O et Emmanuelle, mais également plusieurs versions de classiques de la littérature fantastique. Actes Sud, réunit ici en un beau volume, deux œuvres patrimoniales de ce grand spécialiste du dessin réaliste et onirique en noir et blanc. (HB)

Building Stories, Chris Ware, 2014, Delcourt, coll. « Outsider », 9782756035970*

Sans doute l’une des bandes dessinées les plus hors-normes qu’il nous ait été donné de voir, qui réussit à dépasser le simple exercice de style et pose une réflexion pertinente sur la narration et le temps qui passe. Building Stories est un OVNI dans la bande dessinée et encore un nouveau chef-d’œuvre de Chris Ware. (BN)

***

Sélection et rédaction d’Hélène Brosseau, Sylvain Cabot, Boris Nonveiller, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en suivant les hyperliens des ISBN.


8 janvier 2015  par nos libraires

Littératures : les parutions de fin d’année

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

 LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, Patrick Modiano, 2014, Gallimard, 145 p., 9782070146932*

Un jour, deux inconnus qui prétendent avoir retrouvé le carnet d’adresses de l’écrivain Jean Daragane insistent pour le rencontrer. Celui-ci leur accorde un rendez-vous. Il se retrouve alors embarqué malgré lui dans l’enquête que ces deux jeunes mènent sur un certain Guy Torstel.

Une constellation de phénomènes vitaux, Anthony Marra, 2014, Lattès, 444 p., 9782709642415*

Dans un village reculé de Tchétchénie, Havaa, une fillette de huit ans, cachée en pleine nuit dans les bois, voit des soldats russes emmener son père, accusé d’aider les rebelles. De l’autre côté de la rue, Akhmed, un voisin ami de sa famille, observe lui aussi la scène, redoutant le pire. Lorsqu’il retrouve Havaa dans la forêt, Akhmed décide de chercher refuge dans un hôpital abandonné où il ne reste qu’une chirurgienne russe, Sonja, pour accueillir les blessés. Au cours de cinq jours extraordinaires, le monde de Sonja, d’Akhmed et de Havaa va basculer. Une constellation de phénomènes vitaux, traduit dans treize pays, a été salué par la critique comme un des meilleurs romans américains parus en 2013 et récompensé du prestigieux prix du Premier roman du National Book Critics Circle.

Mon holocauste, Tova Reich, 2014, Cherche-Midi, 358 p., 9782749141039*

Bienvenue dans la famille Messer. Le père et le fils, Maurice et Norman, vivent par et pour le génocide juif. Le premier dirige le musée de l’Holocauste de Washington, le second préside une société, Holocaust Connections, Inc., chargée de distribuer une appellation « Holocauste compatible » aux produits de ses clients. Autour d’eux se presse une foule de donateurs, d’artistes, d’intellectuels, tous soucieux d’obtenir un label socialement désirable et commercialement rentable. Tout va pour le mieux jusqu’au jour où Nechama, la fille de Norman, décide de se convertir au catholicisme et d’entrer au carmel d’Auschwitz. Avec ce roman furieux, sans hypocrisie ni tabou, Tova Reich s’en prend, sous la forme d’une satire irrésistible, aux « professionnels de l’Holocauste ». Salué par la critique américaine, comparé aux œuvres de Philip Roth, Mon Holocauste a fait scandale lors de sa sortie aux États-Unis.

Le fils, Philipp Meyer, 2014, Albin Michel, 670 p., 9782226259769*

Vaste fresque de l’Amérique de 1850 à nos jours, Le Fils de Philipp Meyer, finaliste du prestigieux prix Pulitzer 2014, est porté par trois personnages, trois générations d’une famille texane, les McCullough, dont les voix successives tissent la trame de ce roman exceptionnel.

Eli, enlevé par les Comanches à l’âge de onze ans, va passer parmi eux trois années qui marqueront toute sa vie. Revenu parmi les Blancs, il prend part à la conquête de l’Ouest avant de s’engager dans la guerre de Sécession et de bâtir un empire, devenant, sous le nom de « Colonel », un personnage de légende. À la fois écrasé par son père et révolté par l’ambition dévastatrice de ce tyran autoritaire et cynique, son fils Peter profitera de la révolution mexicaine pour faire un choix qui bouleversera son destin et celui des siens. Porté par un souffle hors du commun, Le Fils est à la fois une réflexion sur la condition humaine et le sens de l’Histoire, et une exploration fascinante de la part d’ombre du rêve américain.

Moisson, Jim Crace, 2014, Rivages, 272 p., 9782743628994*

« Deux panaches de fumée à une période de l’année trop douce pour les feux de cheminée nous surprennent à l’aube. Notre terre est cernée de flammes. »

En quelques jours, le pouvoir change de mains dans le village. Le bien et le mal s’inversent, au point de se confondre. Walter Thirsk doit déchiffrer les règles pour tenter de sauver sa peau. La violence fait rage, poussant l’âme humaine dans ses retranchements, engendrant une lutte sans fin entre l’instinct de survie, la morale et la quête du progrès. L’époque est incertaine et le village sans nom, mais cette histoire est universelle. Avec ce roman haletant au lyrisme puissant, Jim Crace s’impose comme l’un des grands écrivains de notre époque, dans la lignée de Cormac McCarthy ou J. M. Coetzee.

EN FORMAT POCHE

  

Mudwoman, Joyce Carol Oates, 2014, Points, 564 p., 9782757840634*

Abandonnée par sa mère dans les marais des Adirondacks, Mudgirl est miraculeusement sauvée puis adoptée par un couple résolu à lui faire oublier son horrible histoire. Devenue Meredith Neukirchen, première femme présidente d’université, Mudwoman, brillante et irréprochable, se dévoue toute à sa carrière. Un voyage sur les lieux de sa naissance va faire resurgir les fantômes du passé…

Un paradis trompeur, Henning Mankell, 2014, Points, 360 p., 9782757847978*

Hanna a connu le froid avant la chaleur. La misère avant l’opulence. La Suède avant l’Afrique. Deux fois mariée, deux fois veuve, elle échoue au Mozambique où elle se retrouve à la tête d’un bordel. Au milieu des prostituées, sa couleur de peau dérange. Ce pays où la peur de l’autre habite les Blancs comme les Noirs est-il un paradis ou un enfer ?

Les cents derniers jours, Patrick McGuinness, 2014, Livre de poche, 501 p., 9782253099789*

Un jeune professeur d’anglais est nommé en Roumanie trois mois avant la chute de Ceausescu. Confronté à une étrange ambiance dans un pays où couve une révolution silencieuse, il est guidé par Leo, son tuteur, qui fournit de nombreux clients au marché noir. Et tombe amoureux d’une jeune femme.

Blitz et autres histoires, Esther Kreitman, 2014, Points, 298 p., 9782757844663*

Des shelt de la Pologne d’avant-guerre au Londres des années 1940 sous le Blitz, Esther Kreitman dépeint avec une tendre ironie le quotidien de juifs polonais. Voici un monde aujourd’hui disparu, où l’on croise la coquette Madame Tsesho au sac chargé des fortunes léguées par feu ses trois maris, ou l’intrépide Bella, dont le destin est suspendu à de mystérieuses horloges…

Immortelle randonnée, Jean-Christophe Rufin, 2014, Gallimard/Folio, 277 p., 9782070455379*

Jean-Christophe Rufin a suivi le « Chemin du Nord » jusqu’à Saint-Jacques : huit cents kilomètres le long des côtes basque et cantabrique, à travers les montagnes sauvages des Asturies et de Galice. Il s’est peu à peu transformé en clochard céleste, en routard de Compostelle. Il nous raconte, avec une délicieuse autodérision, ce parcours humain et spirituel.

LITTÉRATURE QUÉBÉCOISE ET CANADIENNE

Album Gabrielle Roy, François Ricard, 2014, Boréal, coll. « Édition du centenaire », 152 p., 9782764623428*

Pour marquer la conclusion de la prestigieuse « Édition du centenaire » des œuvres de Gabrielle Roy, dont les deux derniers titres sont parus en octobre 2013, le Boréal est heureux de proposer cet album à tous les admirateurs de la grande romancière. Préparé par François Ricard, le biographe de Gabrielle Roy et l’âme dirigeante de l’« Édition du centenaire », il rassemble une magnifique collection de photos et de documents iconographiques, dont de nombreux inédits, qui rappellent les principales étapes de la carrière de l’auteur de Bonheur d’occasion. Près de 200 photos, dont de nombreux inédits. Album tout en couleurs. Reproductions d’œuvres d’art et de documents reliés à la carrière de Gabrielle Roy. Chronologie complète de la vie et de l’œuvre de la grande romancière.

Sports et divertissements, Jean-Philippe Baril Guérard, 2014, Ta Mère, 246 p., 9782923553696*

Dans une forme inspirée de l’œuvre du même nom d’Erik Satie, Sports et divertissements suit le quotidien à la fois vide et saturé d’un groupe d’amis qui déploient toutes leurs énergies à s’étourdir, à grands coups d’endorphine, d’art et de substances diverses, naviguant entre l’extraordinaire et le banal, le plaisir et l’ennui, en (plus ou moins) dignes représentants de ce que leur époque a de meilleur et de pire à offrir.

Les marges détachables, Ralph Elawani, 2014, Poètes de brousse, « Essai libre », 98 p., 9782923338712*

Ralph Elawani réfléchit brillamment à notre rapport à la contre-culture et à son héritage épineux et incertain. Ne vous y trompez pas, Les marges détachables n’est pas un livre nostalgique sur ce qui n’est plus, mais bien un ouvrage éclairant sur la filiation culturelle et une tentative d’interpeller la culture on peut trop lisse dans laquelle se complait le Québec contemporain.

Igor Grabonstine et le Shining, Mathieu Handfield, 2014, Ta Mère, 168 p., 9782923553719*

Igor Fedorovich Grabonstine est l’acteur le plus talentueux de son époque, de la précédente et, sans aucun doute, de la suivante. Ce n’est donc pas une surprise si Stanley Kubrick le choisit pour interpréter le personnage principal de The Shining, l’adaptation d’un des plus grands romans du maître de l’horreur, Stephen King – dont le visage, soit dit en passant, rappelle étrangement celui d’un chat. Ce contrat prestigieux n’aurait été que routine pour l’acteur stanislavskien, n’eût été la présence inquiétante d’un jeune prodige, Danny Lloyd, six ans, dont les aptitudes dramatiques inexplicablement puissantes menacent de reléguer Igor au rang d’acteur de second ordre. Laissant de côté honneur et morale, Grabonstine ne s’arrêtera devant rien pour empêcher l’enfant d’assombrir sa performance et de lui voler la vedette…

De Rose à Rosa, Michel-Olivier Gasse, 2014, Tête Première, 200 p., 9782924207345*

De Rose à Rosa, c’est le feuilleton que Michel-Olivier Gasse nous a fait découvrir sur Voir.ca, dont les textes et quelques inédits sont réunis ici en un récit témoin d’une époque, d’un quartier et des gens qui l’habitent. On y retrouve bien sûr la plume singulière de Gasse, mais surtout ce regard aigre-doux sur la vie, qui ne peut naître que lorsqu’on prend le temps de la regarder passer.

EN FORMAT POCHE

La traversée du continent, Michel Tremblay, 2014, Leméac/Actes Sud, coll. « Babel », 320 p., 9782330047160*

Ce roman d’une immense tendresse nous fait remonter aux origines mêmes [du projet littéraire de Michel Tremblay], bien avant que Nana devienne l’universelle Grosse femme d’à côté

Le temps du déluge, Margaret Atwood, 2014, 10-18, 604 p., 9782264063670*

Les liogneaux, ou porcons, créatures transgéniques, ont pris le pouvoir tandis qu’une secte religieuse et écologique, les Jardiniers de Dieu, tente de favoriser les conditions nécessaires à la survie puis à la restauration des humains. Pour cela, les adeptes d’Adam Premier se réfugient dans leur jardin loin du monde extérieur.

Dans sa bulle, Suzanne Myre, 2014, Marchand de feuilles, 468 p., 9782923896397*

Un hôpital, c’est comme un petit village doté d’une route principale, où tout le monde finit par se croiser sans le vouloir. Il n’y a pas que les malades pâlichons en posture cercueil-pédic dans les unités de soins prolongés. Miss Gratteux rêve de gagner à la loterie, le plombier-joaillier présente ses bijoux à la foire d’artisanat des employés et le gériatre timide, qui arrive de la Côte-Nord, fait rêver l’infirmière-chef. Mélisse, elle, ses paroles s’écrivent dans des phylactères et elle survit à son travail en nageant.Illustration de la touchante faillibilité des humains, Dans sa bulle est également un livre sur l’importance du père dans la vie d’une femme et une lunette d’approche qui nous permet de poser un regard sur le microcosme d’un hôpital, un lieu de toutes les découvertes.

POÉSIE QUÉBÉCOISE

Marie Réparatrice, Louis-Philippe Hébert, 2014, La Grenouillère, coll. « Grandeur de la poésie », 56 p., 9782923949666*

Marie Réparatrice, c’est cette petite fille de huit ans qui découvre qu’elle a un don. Quelque chose d’unique lui permet de faire ce qu’on aurait appelé autrefois des miracles. Et ces miracles se réalisent pour permettre à ceux qu’elle aime, des plus petits comme son cochon d’Inde et son chat aux plus grands comme sa mère, de traverser des épreuves et de rester vivants. Ce roman poème se déroule sur le fil ténu qui permet à l’amour de passer par-dessus la réalité. Une histoire touchante et vraie qui éclaire le mystère de vivre.

El beso del amor, Robin Aubert, 2014, Oie de Cravan, 140 p., 9782922399912*

El beso del amor, c’est une murale photographiée par l’auteur au Mexique ; c’est surtout, à nouveau, le témoignage poétique de la nécessité de l’amour comme force d’ancrage pour résister aux secousses d’un monde en folie.

Le mal du pays est un art oublié, Joël Pourbaix, 2014, Noroît, 144 p., 9782890189058*

« Sous le hublot, des champs aux arbres reclus, des routes aux lacets dénoués, reformés, cassés. Les gens assis en rang d’oignons sélectionnent déjà leurs films, le but ultime encore et toujours de tuer le temps. Le paysage chaotique des glaces étale deux heures plus tard une beauté brute et abstraite, les failles font signe entre le Labrador, l’île de Baffin, le Groenland. L’implacable lenteur d’un bouleversement défile sous le ventre de l’avion. Personne ne regarde, la terre est un grand miroir déserté. »

Le ciel comme passage, Isabelle Duval, 2014, Herbes rouges, 72 p., 9782894194652*

Avec un langage ancré dans le territoire et une étonnante capacité à s’interroger sur le monde, l’auteure, à travers le voyage – lui-même métaphore de la vie –, rend compte des ciels ayant marqué son chemin. « Le sol est sans nuages. Nos ombres ne peuvent se vêtir. / Nous goûtons au luxe du vide. »

Poésies et opuscules sur la Nouvelle-France de Marc Lescarbot, Isabelle Lachance et Marie-Claire Pioffet, 2014, Nota Bene, 393 p., 9782895184836*

D’une étonnante modernité, les écrits de Lescarbot, anthropologue avant la lettre, résonnent encore aujourd’hui comme un hymne à l’Acadie et à la diversité humaine.

THÉÂTRE QUÉBÉCOIS

Daral Shaga suivi de Maudits les innocents, Laurent Gaudé, 2014, Acte Sud, coll. « Actes Sud-Papiers », 43 p., 9782330034870*

Deux textes écrits pour l’opéra où les liens familiaux se mêlent à la force des convictions.

Tranche-cul, Jean-Philippe Baril Guérard, 2014, Dramaturges éditeurs, 120 p., 9782896370771*

La mort
Dans’ vie
C’est une bonne affaire
Quand ça arrive aux autres

Habiller l’acteur, Pascale Bordet, 2014, Actes Sud, coll. « Théâtre », 87 p., 9782330035761*

Bordet habille Michel Bouquet depuis des années. La costumière et l’acteur témoignent des liens étroits qui se tissent entre le rôle interprété par l’un et les atours créés par l’autre.

Théâtres en utopie, Yann Rocher, 2014, Actes Sud, 332 p., 9782330034962*

Présentation de 90 projets de théâtre qui ne purent être réalisés, de l’Antiquité à nos jours. Ces « projets de papier » forment une sorte d’histoire parallèle du théâtre.

Les Fridolinades, Gratien Gélinas, 2014, Typo, 416 p., 9782892954166*

Bien avant de signer Tit-Coq et Bousille et les justes, Gratien Gélinas était connu comme le « roi du rire » et « l’as des revuistes ». Pendant l’effervescente décennie 1935-1945, le fin satiriste a écrit, mis en scène et produit neuf spectacles annuels qui ont remporté un très vif succès populaire et critique. Revisitant l’actualité au moyen d’un humour souvent grinçant, ces revues à grand déploiement offraient des scènes de genre d’une réelle puissance d’évocation. Pour entendre la savoureuse parlure des Canadiens français d’alors ; pour les voir vivre et combattre, s’aimer et se moquer les uns des autres ; pour se faire une idée de la trame de leurs travaux et de leurs jours, rien ne vaut les revues Fridolinons et leur galerie de portraits plus vrais que nature.

LITTÉRATURE POLICIÈRE

Quand vient la nuit, Dennis Lehane, 2014, Rivages, coll. « Thriller », 269 p., 9782743629052*

Bob est barman à Brooklyn. Son bar est utilisé comme « money drop » pour faire passer de l’argent à la mafia locale. Un jour, l’établissement est cambriolé et une somme importante disparaît. Bob et son cousin Marv doivent impérativement la récupérer.

Debout dans la tombe d’un autre, Ian Rankin, 2014, Du Masque, 476 p., 9782702439289*

L’inspecteur Rebus reprend du service : une jeune femme disparaît, ce qui provoque la réouverture d’un vieux dossier. Réintégré au sein de la brigade criminelle, l’inspecteur ne change pas ses habitudes et se met tout le monde à dos. Mais cette fois, le vieux policier use de méthodes qui pourraient bien le faire basculer de l’autre côté de la loi.

Violence à l’origine, Martin Michaud, 2014, Goélette, 456 p., 9782896905782*

Responsable de la section des crimes majeurs en l’absence de son supérieur, le sergent-détective Victor Lessard se voit confier la mission d’enquêter sur la mort d’un haut gradé du SPVM dont on a retrouvé la tête dans un conteneur à déchets. Formé du jeune Loïc Blouin-Dubois, de l’inimitable Jacinthe Taillon et de Nadja Fernandez, avec qui Victor partage sa vie, le groupe d’enquête qu’il dirige doit faire vite, car l’assassin a laissé un message qui annonce de nouvelles victimes. Confronté à un tueur particulièrement retors, qui peint de lugubres graffitis sur le lieu de ses meurtres et évoque un curieux personnage surnommé le « père Noël », pressé d’obtenir des résultats rapides par sa hiérarchie sans pour autant recevoir l’appui nécessaire, Victor Lessard s’entête envers et contre tout à résoudre « l’affaire du Graffiteur », dédale inextricable d’une noirceur absolue qui ravivera les meurtrissures de son âme, ébranlera ses convictions les plus profondes et le mènera au bord du gouffre. Peut-on vouloir le mal pour faire le bien ?

L’inconnu du grand canal, Donna Leon, 2014, 307 p., 9782702155967*

Le commissaire Brunetti enquête sur la mort d’un inconnu retrouvé dans le Grand Canal de Venise. L’homme, quoique défiguré, semble familier au commissaire, qui grâce à son assistante, mademoiselle Elettra, retrouve son visage sur une vidéo des dernières manifestations d’agriculteurs. Son enquête le mène jusqu’à un abattoir de Mestre où règne la corruption.

L’alphabet du polar, Jean-Bernard Pouy et Marc Villard, 2014, 160 p., 9782362240546*

Vous êtes grand amateur de polar ? Ou à l’inverse, total néophyte ? Alors, ne passez pas à côté de cette Bible. Les deux incontournables du polar français contemporains, Marc Villard et Jean-Bernard Pouy, ont troussé 26 histoires noires – pas de lait, pas de sucre, pour une lecture 100 % plus intense. C’est mieux que Nespresso. Le bel ouvrage vient de sortir,160 pages, une mise en page archi-élégante qui met en valeur les dessins réalisés « on purpose » d’un autre ouvrier au noir, José Correa.

EN FORMAT POCHE

On the Brinks, Sam Millar, 2014, Points, coll. « Policier », 401 p., 9782757848197*

S. Millar raconte, sous forme de roman, son enfance pauvre à Belfast, son emprisonnement pour activisme révolutionnaire avec les Blanket Men, les prisonniers de l’IRA qui refusent de porter l’uniforme pénitentiaire anglais. Il évoque aussi ses activités de délinquant aux États-Unis, qui ont abouti en 1993 au célèbre casse du dépôt de la Brinks à Rochester.

Mémoire morte, Donald Westlake, 2014, Rivages, coll. « Noir », 483 p., 9782743629175*

Acteur en tournée dans une ville de l’Amérique profonde, Paul Edwin Cole commet l’erreur de s’intéresser à une femme mariée. Envoyé à l’hôpital par le mari jaloux, l’acteur souffre de pertes de mémoire et se retrouve sans le sou. Commence alors l’odyssée désespérée d’un homme à la recherche de son passé et dont le présent ne cesse de se dérober. Un roman noir inédit écrit dans les années 1960.

Fantôme, Jo Nesbo, 2014, Folio, coll. « Policier », 600 p., 9782070459018*

Après trois années d’exil volontaire en Asie, Harry revient en Norvège lorsqu’il apprend par sa collègue Beate qu’Oleg, le fils de Rakel, a été arrêté pour le meurtre d’un dealer. Convaincu de l’innocence du jeune homme, Harry décide de mener son enquête. Il découvre alors que la victime officiait pour un mystérieux groupe de trafiquants de drogue dirigé par un individu surnommé Dubaï.

La route de Santa Anna, Serge Brussolo, 2014, De Masque, coll. « Poche », 400 p., 9782702441121*

Markh, cascadeur, est recruté par un trafiquant de drogue pour passer la frontière mexicaine via une rampe de lancement. L’opération, qui s’annonce spectaculaire, doit permettre de faire passer plusieurs millions de dollars du Texas au Mexique. Mais une famille a décidé de braquer le véhicule et le cartel mexicain a des comptes à régler.

L’Appât, José Carlos Somoza, 2014, Actes Sud, coll. « Babel noir », 533 p., 9782330018771*

Un dispositif constitué de profileurs, d’appâts et d’ordinateurs est créé pour traquer l’insaisissable Spectateur qui terrorise Madrid.

SCIENCE-FICTION, FANTASTIQUE & FANTASY


Les groseilles de novembre: Chronique de quelques détraquements dans la contrée des kratts, Andrus Kivirähk, 2014, Tripode, 320 p., 9782370550316*

Le récit évoque la vie quotidienne d’un village, peuplé de créatures étranges et traversé de phénomènes surprenants. Alors que des histoires d’amour se nouent et se dénouent, des serfs trompent leurs seigneurs, des démons commettent des vols, des vaches magiques pâturent sur les rivages, etc.

Wild Cards, George R.R. Martin (dir.), 2014, J’ai lu, 697 p., 9782290061077*

En 1946, un virus extraterrestre a frappé le monde et décimé 90 % de la population. Certains des survivants ont cependant acquis des pouvoirs surnaturels. Le XXe siècle s’en retrouve totalement modifié.

Snowblind, Christopher Golden, 2014, Bragelonne, coll. « Terreur », 360 p., 9782352948018*

Douze ans après la terrible tempête de neige qui frappa la ville de Coventry en faisant de nombreuses victimes, des événements mystérieux se produisent : les disparus de cette nuit maudite réapparaissent alors qu’une nouvelle tempête approche.

Silo T. 3 : Générations, Hugh Howey, 2014, Actes Sud, 417 p., 9782330037505*

Donald a pris la place de Thurman. Juliette, maire du silo 18, s’oppose aux dirigeants et à la logique macabre du silo 1. La poursuite de la vie sur Terre est compromise.

Science-fiction: Les frontières de la modernité, A-F Ruaud, Raphaël Colson, 2014, Mnémos, 398 p., 9782354081744*

Histoire de la science-fiction envisagée d’un point de vue multiculturel, touchant à la fois la littérature, le cinéma, la télévision, la BD, les comics et mangas. La science-fiction est analysée comme fruit de l’époque qui l’a vue naître.

EN FORMAT POCHE

Le dernier loup-garou, Glen Ducan, 2014, Gallimard, 459 p., 9782070459544*

Jacob Marlowe est le dernier lycanthrope de son espèce. Pourchassé par des tueurs, il décide d’arrêter de fuir. La prochaine pleine lune sera pour lui la dernière. Pourtant, lorsqu’il rencontre Talulla Demetriou dans un aéroport, quelques jours avant sa mise à mort programmée, rien ne se déroule comme prévu.

Maximes et pensées de Tyrion Lannister, George R.R. Martin, 2014, J’ai lu, 156 p., 9782290091302*

Sentences et bons mots du nain Tyrion Lannister, héros de la série Le trône de fer.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur les titres choisis.

* * *

Tous les textes proviennent des éditeurs, sauf lorsqu’il y a mention d’auteur.

Sélection : Benoit Desmarais – litt. étrangère ; Maxime Nadeau – litt. québécoise, poésie et théâtre ; Morgane Marvier – policier ; Caroline Scott – science-fiction.

6 janvier 2015  par nos libraires

Essais et documents : les parutions de fin d’année

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

SCIENCES HUMAINES

0 SC HUM

Le salaire au travail ménager : Chronique d’une lutte féministe internationale (1972-1977), Louise Toupin, 2014, Remue-ménage, 452 p., 9782890914940*

C’est par devoir de mémoire qu’est publié cet ouvrage. Il propose, à juste titre, de revisiter un mouvement féministe aujourd’hui tombé dans l’oubli. Un mouvement dont la revendication de base était agitée à l’époque comme un véritable épouvantail : un salaire au travail ménager! À l’aube des années 1970, en pleine émergence du féminisme radical, naît le réseau du Collectif féministe international. Intersectionnels avant la lettre, ces groupes réunissent des femmes blanches hétérosexuelles, mais aussi des lesbiennes, des femmes racisées, des assistées sociales, des serveuses, des infirmières et des mères. L’objectif est scandaleux − et révolutionnaire: il faut refonder la lutte féministe sur de nouvelles bases, à commencer par la reconnaissance et la rémunération du travail domestique invisible. Accusé de piéger les femmes en les renvoyant à leurs fourneaux, ce courant fut voué aux gémonies par la plupart des féministes. Et enterré. En replongeant dans les idées et les actions d’un mouvement qualifié d’« embryon d’Internationale des femmes », Louise Toupin remet à l’avant-scène l’originalité et la force politique de cette pensée, qui s’est incarnée notamment en Italie, en Angleterre, aux États-Unis, en Allemagne, en Suisse et au Canada. Le salaire au travail ménager, fruit de plusieurs années de recherche, réinscrit dans l’histoire des idées féministes un chapitre évanoui, tout en offrant des outils critiques à nombre d’enjeux actuels dont le partage des tâches, le travail de soins, la division sexuée du travail, la conciliation emploi-famille, la sexualité comme travail et la reproduction sociale à l’échelle mondiale. Avec des entretiens accordés par les théoriciennes et pionnières Mariarosa Dalla Costa et Silvia Federici.

Sœurs volées : Enquête sur une féminicide au Canada, Emmanuelle Walter, 2014, Lux, 218 p., 9782895961918*

La vulnérabilité appelle la vulnérabilité. La mort est en embuscade. L’aide sociale inadéquate et l’apathie médiatique renforcent cette hyperfragilité. Les femmes autochtones sont surreprésentées dans cette cohorte livide et silencieuse. Fétus de paille, brindilles, flocons de neige, éphémères, invisibles. Depuis 1980, près de 1 200 Amérindiennes canadiennes ont été assassinées ou ont disparu dans une indifférence quasi totale. Proportionnellement, ce chiffre officiel et scandaleux équivaut à 55 000 femmes françaises ou 7 000 Québécoises. Dans ce récit bouleversant écrit au terme d’une longue enquête, Emmanuelle Walter donne chair aux statistiques et raconte l’histoire de deux adolescentes, Maisy Odjick et Shannon Alexander. Originaires de l’ouest du Québec, elles sont portées disparues depuis septembre 2008. De témoignages en portraits, de coupures de presse en documents officiels, la journaliste découvre effarée ces vies fauchées. Sœurs volées apporte la preuve que le Canada est bel et bien le théâtre d’un féminicide. Avec des textes de Widia Larivière, Laurie Odjick, Connie Greyeyes et Helen Knott.

Une histoire philosophique de la pédagogie. 1 – De platon à John Dewey, Normand Baillargeon, 2014, Poètes de brousse, coll. « Essai libre », 220 p., 9782923338804*

Normand Baillargeon synthétise, avec cette Histoire philosophique de la pédagogie, 25 années d’enseignement et de réflexion sur le sujet. Nous n’avons pas affaire ici à une histoire des techniques pédagogiques ou des institutions, pas plus qu’une simple nomenclature des grands penseurs de l’éducation; ce livre essentiel se veut une histoire du concept ou de l’idée même d’éducation. L’ouvrage se décline à travers les grandes périodes de la pensée humaine (Antiquité, Moyen Âge, Renaissance) jusqu’à nos jours en faisant le pari que la connaissance du passé peut nous aider à mieux comprendre la crise actuelle de l’éducation et à dessiner des avenues de sortie. Une histoire philosophique de la pédago­gie déploie ainsi un modèle original qui invite à réfléchir sur la nécessité d’une éducation basée avant tout sur la connaissance globale acquise par l’être humain, plutôt que sur la formation de bons petits citoyens au service de l’économie de marché.

Le collège classique pour garçons, L. Bienvenue, O. Hubert & C. Hudon, 2014, Fides, 220 p., 9782762137248*

Les collèges classiques québécois étaient les héritiers d’un modèle pédagogique né à la Renaissance qui s’imposa partout en Europe, voire au-delà. Leur dessein était de former les garçons issus de milieux favorisés à l’humanisme chrétien. Du tournant du XIXe siècle aux premières décennies du XXe siècle, le territoire québécois se couvre littéralement de collèges. Ceux-ci jouissent d’un grand prestige jusqu’à la Révolution tranquille. Il y aura bientôt cinquante ans que les portes des collèges classiques se sont refermées pour ne plus s’ouvrir, mettant ainsi fin à plus de 300 ans d’histoire. Que reste-t-il aujourd’hui de ces vénérables maisons qui formaient « l’honnête homme » et préparaient la relève du clergé catholique canadien-français ? Le collège classique semble encore bien vivant dans la mémoire collective. Certains en sont nostalgiques. D’autres s’inquiètent de voir resurgir les principes d’une éducation jugée désuète, élitiste et sexiste. Par-delà les mémoires contrastées, le présent ouvrage propose de rouvrir les portes de ces collèges et de jeter un regard renouvelé sur une institution fondamentale dans l’histoire du Québec. Présentant, tour à tour, les personnages qui forment ce milieu de vie singulier, les auteurs s’intéressent également à l’image que le collège classique a donnée de lui-même au cours de son histoire ainsi qu’à l’empreinte profonde qu’il a laissée dans la culture québécoise.

L’impensable rencontre, Marie Hélène Fraïsse, 2014, Albin Michel, 350 p., 9782226259936*

Le Nouveau Monde, continent « imprévu » ne figurant sur aucune carte, a longtemps troublé les visiteurs venus d’Europe. La radicale étrangeté de ceux qu’ils nommaient « Indiens » par erreur suscitait en effet leur étonnement. Ils admiraient leur hospitalité mais critiquaient leur sexualité débridée, leur cruauté, se demandant si ces êtres étaient des humains à part entière. Le « bon Sauvage » n’était-il pas plutôt un « affreux Barbare » ? De Christophe Colomb et Samuel de Champlain à George Catlin et Edward S. Curtis, en passant par Cabeza de Vaca, Francisco Vasquez de Coronado, Henry Hudson et Vitus Behring, c’est à un formidable voyage à travers l’histoire de l’Amérique et des mondes indiens que nous convie Marie Hélène Fraïssé. Carnets de route, rapports d’expédition, ethnographies sommaires, relevés topographiques et naturalistes : les textes des « découvreurs » recueillis ici expriment à la fois la fascination et la crainte suscitées par cette « impensable rencontre » entre Européens et Amérindiens. Ils permettent aussi de saisir les sociétés indiennes dans leur singularité, à la veille d’une destruction de très grande ampleur, tout comme la perplexité des Européens en Amérique du Nord, confrontés pendant quatre siècles d’expansion à diverses populations de « Sauvages »… ainsi qu’on les appelait encore il y a peu.

PSYCHOLOGIE

L’éveil des sens: Vivre l’instant présent grâce à la pleine conscience, Jon Kabat-Zinn, 2014, Les Arènes, 541 p., 9782352043560*

Un guide de méditation laïque par le biais de la pleine conscience bouddhiste, qui professe une ouverture de tous les sens au monde.

La chair interdite, Diane Ducret, 2014, Albin Michel, 365 p., 9782226257048*

Une histoire de la manière dont le sexe féminin a été représenté par les artistes, les théologiens, les médecins ou les femmes elles-mêmes, depuis l’Antiquité, ainsi que les enjeux sociétaux et politiques qui en ont découlé. L’auteure aborde notamment les thèmes de la virginité, des jouets sexuels, de l’anatomie, des superstitions, de l’épilation, des ceintures de chasteté, etc.

De l’art du bonheur: 25 leçons pour apprendre à vivre heureux, Christophe André, 2014, l’iconoclaste, 224 p., 9782913366770*

À partir de l’étude de 25 tableaux, le psychologue propose un apprentissage du bonheur au quotidien. Ces 25 images incarnent les visages, les formes et les gestes du bonheur. Édition augmentée d’une préface et d’un CD dans lequel l’auteur lit son texte.

Changer d’altitude, Bertrand Piccard, 2014, stock, 295 p., 9782234077256*

Pris dans les turbulences de la vie, nous cherchons tous notre chemin vers la réussite, l’équilibre, le bonheur, la sagesse. Mais développons-nous les bons outils pour y parvenir ? Bertrand Piccard combine son expérience d’explorateur et de médecin psychiatre, spécialisé en hypnose, pour nous proposer des solutions originales, déconcertantes parfois, à mettre en pratique. Dans ce livre accessible à tous, il prend le parti de la curiosité et de la remise en question pour aborder sous un angle concret des thèmes comme la peur de l’inconnu, les crises de l’existence, les relations humaines, la spiritualité. Comment utiliser les doutes et les points d’interrogation pour stimuler notre performance, découvrir les bienfaits de l’hypnose, tirer profit des épreuves et dépasser la souffrance, élargir notre compréhension de l’existence ?

Ralentir, Laurence Roux-Fouillet, 2014, Ixelles éditions, 268 p., 9782875152169*

La slow attitude se caractérise par une tendance à vouloir ralentir le rythme pour regagner en qualité de vie en se débarrassant du sentiment d’urgence permanent généré par la société actuelle. L’ouvrage présente les aspects théoriques du mouvement, aide à amorcer un changement au quotidien et propose des exercices de coaching pour apprendre la lenteur.

 

PHILOSOPHIE

La double impasse : l’universel à l’épreuve des fondamentalistes religieux et marchand, Sophie Bessis, 2014, La Découverte, 230 p., 9782707182913*

En s’appuyant sur les exemples des mouvements modernistes du monde arabe et sur celui des pensées différentialistes occidentales, l’historienne propose des pistes pour faire émerger un nouvel universalisme affranchi de deux formes de réaction postmoderne que sont les fondamentalismes religieux et marchand.

Suicide et politique: la révolte est-elle honorable ?, Lawrence Olivier, 2014, Liber, 149 p., 9782895784555*

« Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux, disait Camus, c’est le suicide. » Oui, mais il existe mille façons de parler de suicide et autant de se suicider. La mort volontaire n’est pas ce qu’on pense généralement. Elle ne se réduit pas à un acte choisi, à un événement précis. À preuve Charles Bukowski. Son existence s’apparente à un suicide lent, à un aller vers la mort qui s’accomplit chaque jour. Ce qu’on voit chez lui d’une manière évidente, c’est un « échapper à l’existence » : jeu, alcool, sexe, fainéantise, indifférence même à toute chose. Si l’existence n’est pas toujours facile, souvent absurde, Bukowski plus que Camus l’a montré. Mais on persiste à donner raison à celui-ci et non au premier. On continue de prétendre qu’il faut non pas abandonner, mais se révolter : là serait notre seule condition. En est-on sûr ? Cet ouvrage, à la croisée de la philosophie, des sciences politiques et de la littérature, mène, dans une perspective radicale – celle qui doute de tout sans compromis et sans aucun désir de proposer autre chose à ce qui est soumis à la question –, une réflexion sur notre rapport à la mort et à l’existence.

Vingt ans et après, Thierry Voeltzel, 2014, Verticales, 213 p., 9782070146659*

Réédition d’un ouvrage d’entretiens, paru en 1978, entre un inconnu de 20 ans et un philosophe célèbre mais resté anonyme. Ils abordent les mutations de la jeunesse de l’époque, évoquant ses rapports à la sexualité, aux drogues, à la famille, au travail, à la religion, à la musique, à la révolution, etc. Dans une postface inédite, l’auteur révèle l’identité du philosophe : Michel Foucault.

Mein Kampf, histoire d’un livre, Antoine Vitkine, 2014, J’ai lu, 317 p., 9782290020005*

De Berlin à Istanbul, en passant par Paris, Le Caire ou Bombay, cette investigation retrace, entre passé et présent, l’histoire du livre d’Hitler qui changea la face du monde. Elle cherche à comprendre les raisons pour lesquelles Mein Kampf continue de se vendre ou de susciter la crainte.

 

RÉFÉRENCE & LINGUISTIQUE

De quel amour blessée: Réflexions sur la langue française, Alain Borer, 2014, Gallimard, coll.« Blanche », 350 p., 9782070145942*

Éloge du français dans lequel l’auteur révèle les richesses de la langue et déplore qu’elle ne soit pas mieux employée.

Dictionnaire amoureux de la langue française, Jean-Lou Chiflet, 2014, Plon, coll. « Dictionnaire amoureux », 736 p., 9782259221573*

La langue française et son histoire, ses subtilités, ses difficultés, ses grands auteurs et lexicographes.

Les traducteurs dans l’histoire, Jean Delisle et Judith Woodsworth (dir.), 2014, Presses de l’Université Laval, 402 p., 9782763721842*

Les traducteurs dans l’histoire a été accueilli dès sa première édition comme un ouvrage incontournable. Cette nouvelle édition, revue et enrichie, comporte d’importantes mises à jour et des sections inédites. Elle tient compte aussi des orientations de la recherche contemporaine et offre une interprétation plus nuancée de certains faits historiques. La bibliographie renferme plus de cent nouveaux titres. Cet ouvrage, indispensable pour les étudiants, les chercheurs et les professionnels de la traduction, intéressera tout autant les chercheurs d’autres disciplines et le grand public, car l’histoire de la traduction recoupe celle des cultures et des civilisations.

Le dico des dictionnaires: Histoire et anecdotes, Jean Pruvost, 2014, Lattès, 538 p., 9782709635684*

L’histoire, émaillée d’anecdotes, du dictionnaire, du Furetière et Vaugelas au Robert en passant par le Littré, le Larousse ou le dictionnaire de l’Académie.

Le grand livre du français, Paul Desalmand et Yves Stalloni, 2014, Chêne, 375 p., 9782812311109*

Explication de plus de 500 expressions de la langue française, de citations grecques ou latines, d’expressions mythologiques, etc.

 

CUISINE

Ainsi cuisinaient les belles-sœurs dans l’œuvre de Michel Tremblay, Anne Fortin, 2014, Flammarion Québec, 224 p., 9782890775350*

Dès ses débuts, Michel Tremblay installe ses « belles-sœurs » dans la cuisine et rend hommage aux figures nourricières du Québec. Avec La diaspora des Desrosiers (1913-1935) et les Chroniques du Plateau-Mont-Royal (1942-1963), ses deux principaux cycles romanesques, il nous entraîne dans une véritable traversée de notre patrimoine culinaire : un demi-siècle d’histoire familiale émaillé d’arômes et de souvenirs gourmands. À partir de cet extraordinaire corpus, Anne Fortin détaille le contenu de l’assiette de nos aïeux, des repas de fêtes aux privations de la guerre, en passant par les recettes traditionnelles et les inoubliables marques de commerce. En puisant dans les manuels, les magazines et autres photos d’archives, elle offre un savoureux contrepoint aux mots de l’écrivain.

Cuisine du Vietnam, Robert Camarck, 2014, Gründ, 368 p., 9782324008542*

Le livre propose de réaliser des mets de cette cuisine, fruit d’influences diverses. Des explications détaillées et illustrées de nombreuses photographies ainsi qu’un guide complet des ingrédients vietnamiens aideront à la réalisation des bouchées et du tofu frit en sauce tomate, de la salade de papaye verte aux crevettes et au porc, de la soupe de pâtes de riz au bœuf, etc.

Tokyo : les recettes culte, Maori Murota, 2014, Marabout, 272 p., 9782501096607*

120 recettes emblématiques de la ville, accompagnées d’un reportage photo pour découvrir les bars à gyozas, les spots de ramen, les pâtisseries au thé vert, etc. Avec des conseils sous forme de dessins pour réaliser les sushis, les gyozas et les bentos.

Les erreurs dans la cuisine : avec les recettes de 33 grands chefs, Gilles Stassart, 2014, Éditions courtes et longues, 143 p., 9782352901266*

Un parcours ludique en 33 erreurs dans l’histoire, les arts graphiques et la gastronomie mondiale. À chaque anecdote, une recette est proposée.

 

BIOGRAPHIES

Alan Turing, Andrew Hodges, 2014, Michel Lafon, 700 p., 9782749924335*

Génie de l’informatique et héros de la Seconde Guerre mondiale, Alan Turing est célèbre pour avoir décrypté les communications codées de l’ armée allemande en venant à bout d’Enigma, la machine de chiffrement utilisée par les nazis, réputée inviolable. Il faut dire que lorsqu’il « casse » le code secret allemand, à 30 ans, le mathématicien n’en est pas à son premier coup d’éclat. Déjà, en 1936, il a dessiné les contours d’une première machine programmable, ou « machine de Turing », capable d’effectuer n’importe quel calcul mathématique : l’ancêtre de l’ordinateur. Après-guerre, Alan Turing poursuit ses recherches et se consacre en pionnier aux possibilités offertes par l’intelligence artificielle. Mais l’ex-héros national est persécuté à cause de son homosexualité et est condamné en 1952 à la castration chimique. Deux années plus tard, à l’âge de 41 ans, Alan Turing met fin à ses jours en croquant une pomme empoisonnée au cyanure.
Cette biographie qui mêle histoire des sciences, politique et philosophie nous dévoile la vie palpitante de l’inventeur, longtemps méconnu, qui a révolutionné nos vies.

Larry Robinson : un grand à la ligne bleue, Larry Robinson et Kevin Shea, 2014, 264 p., 9782764810545*

Plus de quarante ans dans la LNH, deux trophées Norris, un trophée Conn-Smythe, six coupes Stanley comme joueur et trois comme entraîneur-chef ou entraîneur adjoint, intronisé au Temple de la renommée du hockey : Larry Robinson a connu un parcours des plus mémorables. Repêché vingtième par les Canadiens en 1971, alors qu’il était jeune père de famille, il y fait rapidement sa place. C’était les années 1970, l’époque des rivalités avec les Bruins et les Flyers, où le CH enfilait championnats et coupes, ainsi que celle des tournois internationaux et des rencontres épiques avec les équipes nationales russes. Robinson raconte les temps glorieux, mais aussi la suite : son passage aux Kings de Los Angeles, la transition vers l’entraînement, des Devils du New Jersey aux Sharks de San José, ses frustrations et ses succès de coach.
Celui qu’on a surnommé « Big Bird » témoigne de l’incroyable camaraderie qui régnait entre des gars qui se savaient les meilleurs : Guy Lafleur, Jacques Lemaire, Yvan Cournoyer, Serge Savard, Guy Lapointe, Bob Gainey, Pete Mahovlich, Steve Shutt et Ken Dryden. Avec beaucoup de verve, il fait sentir la puissance de chaque mise en échec, la rudesse de chaque plaquage contre la bande, et l’humilité et le dévouement au travail de ce grand à la ligne bleue.

Un cri, un chant, des voix : à la mémoire de la tragédie de Polytechnique, Diane Trépanière, 2014, Remue-ménage, 160 p., 9782890914971*

L’effroi d’un soir de décembre, il y a vingt-cinq ans. Quatorze femmes sont assassinées à Montréal lors d’un attentat misogyne et antiféministe d’une infinie violence. Elles se sont tues, à jamais. Nous avons serré les poings, retenu notre souffle. Puis nous avons crié. Polytechnique devenait l’un des épisodes les plus haineux de l’histoire du Québec.À la suite de pareils drames, la douleur paralyse parfois la parole, le geste, la création. Mais quelquefois, c’est l’art lui-même qui permet de continuer à vivre, qui réaffirme la volonté de ne pas se laisser abattre. C’est la voie qu’a choisie Diane Trépanière. Ce livre choral retrace le parcours d’une artiste qui a voulu faire de son oeuvre un lieu de mémoires vivantes. Autour d’installations commémoratives, elle est allée à la rencontre des femmes, les invitant à ne pas se taire, à se souvenir. À l’occasion du 25e anniversaire, plusieurs écrivaines, militantes et proches des victimes ont également été conviées à réfléchir au sens de cette tragédie. Généreux en mots et en images, un cri un chant des voix ouvre un espace de guérison et de réappropriation à la fois intime et collectif.

Vie de Milena : de Prague à Vienne, Jana Cerna, 2014, Editions la Contre-allée, «la sentinelle, 248 p., 9782917817247*

Biographie écrite par la fille de Milena Jesenska (1896-1944), amie et traductrice de Kafka, mais aussi journaliste brillante, rebelle et généreuse qui se démarqua des dogmatiques communistes et adopta des positions antistaliniennes. Elle soutint plusieurs familles juives, fut arrêtée par la Gestapo et mourut au camp de Ravensbrück.

Ma vie bleu-blanc-rouge, Jean Béliveau, 2014, éditions Hurtubise, 368 p., 9782897235642*

Dès son passage avec les Citadelles puis les As de Québec, Jean Béliveau a été considéré par tous les amateurs comme une grande vedette. Il était le Wayne Gretzky ou le Sidney Crosby de son époque; il a répondu de façon magistrale à toutes les attentes en connaissant l’une des plus brillantes carrières de l’histoire du hockey. Il a gravé son nom sur tous les trophées que sa position de centre lui permettait de remporter, sans oublier la récompense suprême pour ce joueur d’équipe: 10 coupes Stanley! La légende de ce grand gentleman, plus illustre capitaine de l’histoire du Canadien de Montréal, a largement débordé les frontières de son sport.Un ouvrage captivant qui évoque la belle époque des six clubs et des voyages en train, quand les joueurs étaient beaucoup plus proches des amateurs et de leurs propres coéquipiers. Le portrait d’un athlète de légende, le destin d’un homme exemplaire.«Même lorsque je n’avais que six ou sept ans, je voyais que le grand numéro 4 était un être spécial, tant sur la glace qu’en dehors de la patinoire.»Wayne Gretzky«A-t-on déjà vu un autre joueur patiner avec autant de grâce, un joueur aussi talentueux et si respecté, un plus grand leader et un meilleur modèle? Je ne crois pas.»Dickie Moore

 

VIE PRATIQUE

Reconquérir le moment présent… et votre vie : la méditation de la pleine conscience pour les débutants, Jon Kabat-Zinn, 2014, les Arènes, 256p., 9782352043553*

Pratiquée depuis des millénaires, la méditation est une forme d’entraînement mental qui consiste à se reconnecter à soi pour vivre l’instant présent tel qu’il est. Grâce à Jon Kabat-Zinn, dans un cadre laïc, elle est devenue un antidote au stress de la société moderne et se développe dans les écoles, les hôpitaux, les entreprises, le monde du sport et les prisons. Cette méthode (MBSR) est scientifiquement validée et tout le monde peut profiter de ses bienfaits.
Ce livre met à la portée de tous les fondements de la pratique méditative. Les débutants comme les méditants confirmés y trouveront les attitudes clés pour comprendre : le pouvoir guérisseur de la présence à soi, l’importance de revenir sans cesse à l’expérience du corps et des sens, comment vivre dans l’«être» et non dans le «faire», comment stabiliser l’attention dans le tumulte des activités quotidiennes, comment nos pensées se libèrent d’elles-mêmes quand nous les intégrons dans la conscience, etc.

Le grand guide de la petite école, Lucie Rivest, 2014, Marcel Didier, 224p.,9782891446082*

L’école québécoise démystifiée! Quand notre enfant commence la grande aventure de la petite école, on doit comme lui la découvrir, apprendre son fonctionnement, s’y adapter. Mais en tant que parent, on manque parfois de temps et de ressources pour comprendre une école qui a bien changé depuis notre propre passage sur ses bancs. Ce livre vous propose donc de mieux connaître le monde de l’école québécoise (préscolaire et primaire) à travers pas moins de 200 sujets. Sous forme d’abécédaire, vous pouvez le consulter à votre rythme et selon vos besoins. Chaque fiche résume en une seule page et de manière limpide l’information pertinente sur un thème, de telle sorte qu’une fois sa lecture terminée, vous savez enfin de quoi il en retourne, et s’il y a lieu, qui est responsable et quelles sont vos options. Un ouvrage de référence conçu pour toutes les familles, pour faire le lien entre l’école et la maison.

Parler pour les enfants, Dr Gilles Julien, 2014, Libre Expression, 120p., 9782764809792*

Parler aux enfants, je le fais chaque jour. Cela fait partie de mon travail et de mon plaisir. Porter la parole des enfants, c’est la réalisation d’un des droits de tout enfant, celui d’être écouté et respecté. Écrire pour les enfants, cela ne m’était pas encore passé par la tête, jusqu’à ce que l’on me le demande un soir entre Noël et le jour de l’An 2013. Deux fillettes sont venues me rencontrer. « Gilles, m’a dit l’aînée, tu écris des livres sur les enfants pour les adultes, mais pourquoi n’écris-tu pas un livre pour les enfants ? Nous aussi on aimerait savoir ce que tu penses de nous, comprendre pourquoi tu travailles avec les enfants. » Voici donc un premier essai qui s’adresse à vous, les enfants du monde. Peut-être qu’il vous permettra d’expliquer mieux que moi aux adultes ce que je fais pour vous, et pourquoi je le ferai toujours tant que j’en serai capable. Peut-être aussi pourriez-vous leur dire à quel point votre parole est importante quand on sait l’écouter attentivement.

 

ARTS & BEAUX-LIVRES

Bruegel par le détail, Manfred Sellink, 2014, Éditions Hazan, 288 p., 9782754107761*

Il y a tant à voir dans les tableaux de Bruegel que le regard est impuissant à tout saisir. Ses peintures et ses dessins sont si touffus, si riches en personnages et en scènes anecdotiques que, bien que toujours lisibles, nombre d’éléments nous échappent. D’autant que la distance culturelle entre notre monde et celui du XVIe siècle brouille la signification de nombreux détails. Manfred Sellink nous éclaire ce qui se cache sous ce fourmillement : symboles religieux, scènes moralisantes, proverbes de la sagesse populaire, jeux d’enfants ou tout simplement cette saveur humoristique avec laquelle il promène un regard ironique ou bienveillant sur le genre humain.

Creuser avec les mains: Carol Bernier, œuvres 1997-2014, collectif, 2014, Éditions Simon Blais, 123 p., 9782923751108*

Le galeriste Simon Blais est réputé pour son goût sûr et pour sa capacité de repérer de jeunes artistes qui feront leur marque. C’est le cas de Carol Bernier, avec qui il travaille depuis 20 ans. Née en 1963 à Montréal, Carol Bernier aime la peinture, et cela se voit. Couleurs, textures, mouvements, atmosphère, tout y est pour nous enchanter et pour nous emmener loin, bien loin. Si ses premiers tableaux étaient inspirés de grands artistes, tels Tapiès et Motherwell, elle a su découvrir son espace bien à elle. Une œuvre à découvrir… (Robert Beauchamp)

Mayas: Révélation d’un temps sans fin, Dominique Michelet (dir.), 2014, Réunion des musées nationaux – Grand Palais / Musée du Quai Branly, 381 p., 9782711862092*

La civilisation maya est une ancienne civilisation de Mésoamérique, avec celles des Aztèques et des Incas, appelées civilisations précolombiennes. Elle occupait à l’époque précolombienne les territoires correspondant à une partie du sud du Mexique, au Belize, au Guatemala, au Honduras et au Salvador. C’est une des plus anciennes civilisations d’Amérique : ses origines remontent à la préhistoire. (…) Le monde ne savait presque rien des Mayas il y a deux cents ans. La forêt avait repris ses droits sur la plupart de leurs cités, et, peu après la conquête espagnole, aux XVIe et XVIIe siècles, les prêtres européens avaient brûlé la quasi-totalité des livres en écorce de figuier laissés par les Mayas. Seuls quatre d’entre eux ont été retrouvés. Les premiers explorateurs à approcher les vestiges de la civilisation maya au XIXe siècle ont contribué à lui forger une image romantique mais bien différente de la réalité. L’évolution des connaissances a permis de renverser cette vision. Ce magnifique catalogue de l’exposition présentée à Paris jusqu’en février 2015 présente 400 objets de la civilisation maya dont une cinquantaine de chefs-d’œuvre.

Dictionnaire des films québécois, Marcel Jean, 2014, Somme Toute, coll. « Cinéma », 300 p., 9782924283677*

De La petite Aurore l’enfant martyre à Mommy, en passant par Léolo, Les invasions barbares, C.R.A.Z.Y. et Incendies, voici l’ouvrage qui vous permettra de plonger au cœur de la cinématographie québécoise pour y retrouver les classiques, mais aussi les œuvres méconnues ou oubliées… Vous cherchez un documentaire sur les tourbières de la Gaspésie réalisé par Fernand Bélanger (De la tourbe et du restant), un film d’animation en peinture sur verre de Caroline Leaf (The Street), le meilleur court métrage de Gilles Carle (L’âge de la machinn/e), le premier long métrage de fiction réalisé par une femme dans l’industrie privée (La vie rêvée de Mireille Dansereau) ou une bande-vidéo expérimentale de Charles Binamé (Réaction 26)? 1300 films de tous formats et de toutes époques font l’objet d’une entrée, de 2 pouces en haut de la carte à Zikkaron. Chacun des films retenus fait l’objet d’une description et d’une appréciation critique. le Dictionnaire des films québécois est un ouvrage de référence indispensable.

Curieuses histoires de plantes du Canada, A.Asselin, J.Cayouette, J.Mathieu, 2014, Septentrion, 288p., 9782894487976*

Le Vinland que les Vikings visitent vers l’an 1000 pourrait-il se situer dans la région de Québec ? En 1534, Jacques Cartier décrit l’usage du maïs, du tabac et d’une mystérieuse plante, l’annedda, qui guérirait du scorbut et de la syphilis. Mais quel est donc ce miraculeux conifère ? Quel usage fait-on de la gomme de sapin dans les églises en Europe ? Quelle sorte de chapelet mangeaient donc les Amérindiens ? Il est stimulant de constater que plusieurs questions concernant les premières observations des plantes canadiennes demeurent sans réponse et requièrent encore des efforts de recherche. Cette histoire détaillée, palpitante et pleine de rebondissements, est aussi riche en informations scientifiques, culturelles et historiques souvent méconnues. Alain Asselin, Jacques Cayouette et Jacques Mathieu sont partis à la conquête de l’origine de ces plantes et relatent la curieuse et étonnante histoire des usages qu’on en faisait, tant en Amérique qu’en Europe. Alain Asselin est professeur à la retraite et professeur associé du Département de Phytologie de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval. Il a publié de nombreux articles dans ces domaines de recherche. Jacques Cayouette est botaniste et chercheur à Agriculture et Agroalimentaire Canada à Ottawa depuis 1984. Il a participé à la troisième édition de la Flore laurentienne et aux projets Flora of North America et Flore du Québec-Labrador nordique. Jacques Mathieu est professeur émérite de l’Université Laval. Son domaine d’expertise est l’histoire de la Nouvelle-France et les études multidisciplinaires. Il a produit une vingtaine de volumes, notamment sur le peuplement de la vallée du Saint-Laurent.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur le titre choisi.

***

Tous les textes proviennent des éditeurs, sauf lorsqu’il y a mention d’auteur.

Sélection : Caroline Scott – biographies et vie pratique ; Benoit Desmarais – sciences humaines ; Caroline Le Gal – psycho, philo et cuisine ; Marie-Ève Blais – sciences humaines et arts & beaux-livres ; Robert Beauchamp – arts & beaux-livres ; Maxime Nadeau – référence & linguistique.


1 décembre 2014  par nos libraires

Littératures : les parutions d’octobre

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE

  

Les innocents, Assaf Gavron, 2014, Rivages, 500 p., 9782743628802*

Othniel Assis repère une colline paisible sur les rives du Jourdain et décide de s’y installer en famille. L’administration s’en mêle : ils ne peuvent s’approprier cette terre ; mais nul n’a le droit de les en déloger. Une ferme agricole, puis une communauté plus vaste se déploient, malgré les obstacles. Les Innocents entremêle les vies et destins de plusieurs générations israéliennes. Pionnier imprégné de religion, adolescent qui veut s’amuser sans penser à la guerre, chaque personnage illustre une société aux prises avec ses paradoxes.

Nourri d’influences cosmopolites, d’I. B. Singer à Jonathan Safran Foer, Assaf Gavron offre une vision inédite de son pays et s’impose comme un formidable conteur.

Tristesse de la terre, Eric Vuillard, 2014, Actes Sud, 158 p., 9782330035990*

Alors, le rêve reprend. Des centaines de cavaliers galopent, soulevant des nuages de poussière. On a bien arrosé la piste avec de l’eau, mais on n’y peut rien, le soleil cogne. L’étonnement grandit, les cavaliers sont innombrables, on se demande combien peuvent tenir dans l’arène. C’est qu’elle fait cent mètres de long et cinquante de large ! Les spectateurs applaudissent et hurlent. La foule regarde passer ce simulacre d’un régiment américain, les yeux sortis du crâne. Les enfants poussent pour mieux voir. Le cœur bat. On va enfin connaître la vérité.

Constellation, Adrien Bosc, 2014, Stock, 192 p., 9782234077317*

Le 27 octobre 1949, le nouvel avion d’Air France, le Constellation, lancé par l’extravagant M. Howard Hughes, accueille trente-sept passagers. Le 28 octobre, l’avion ne répond plus à la tour de contrôle. Il a disparu en descendant sur l’île Santa Maria, dans l’archipel des Açores. Aucun survivant. La question que pose Adrien Bosc dans cet ambitieux premier roman n’est pas tant comment, mais pourquoi ? Quel est l’enchaînement d’infimes causalités qui, mises bout à bout, ont précipité l’avion vers le mont Redondo ? Quel est le hasard objectif, notion chère aux surréalistes, qui rend «nécessaire» ce tombeau d’acier ? Et qui sont les passagers ? Si l’on connaît Marcel Cerdan, l’amant boxeur d’Édith Piaf, si l’on se souvient de cette musicienne prodige que fut Ginette Neveu, dont une partie du violon sera retrouvée des années après, l’auteur lie les destins entre eux. «Entendre les morts, écrire leur légende minuscule et offrir à quarante-huit hommes et femmes, comme autant de constellations, vie et récit.»

La patience du franc-tireur, Arturo Perez-Reverte, 2014, Seuil, 258 p., 9782021186567*

Un éditeur charge Alejandra Varela, spécialiste de l’art urbain, de retrouver Sniper, graffeur célèbre pour son talent exceptionnel et ses actions de rue à la limite de la légalité et de la guérilla. Elle doit lui proposer, en même temps qu’une édition de ses œuvres, une grande rétrospective au MoMA. Mais personne n’a jamais vu le visage de Sniper ni ne sait où il se trouve. De Madrid à Lisbonne, de Vérone à Naples, Alejandra se lance alors sur ses traces et se retrouve prisonnière d’un piège mortel à mesure qu’elle comprend les véritables objectifs des performances stupéfiantes de cet artiste radical. Après Le Peintre de batailles, Arturo Pérez-Reverte revient à l’un de ses thèmes de prédilection en interrogeant, au fil d’une traque haletante et impitoyable dans l’univers du graffiti, la fonction de l’art aujourd’hui, pure beauté ou objet de spéculation, et les nouvelles formes de rébellion dans nos sociétés occidentales mondialisées.

La lumière des étoiles mortes, John Banville, 2014, Robert Laffont, 346 p., 9782221133644*

Qu’est-ce qui sépare la mémoire de l’imagination ? Cette question hante Alex alors qu’il se remémore son premier – peut-être son unique – amour, Mme Gray, la mère de son meilleur ami d’adolescence. Pourquoi ces souvenirs resurgissent-ils maintenant, à cinquante ans de distance, se télescopant avec ceux de la mort de sa fille, Cass, dix ans plus tôt ?

Un grand Banville, troublant et sensuel, sur la façon dont les jeux du temps malmènent le cœur humain.

EN FORMAT POCHE

L’ombre de l’eunuque, Jaume Cabre, 2014, Actes Sud/Babel, 479 p., 9782330034405*

L’histoire d’une famille, les Gensana, à travers la Catalogne de la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Lors d’un dîner dans un restaurant à Feixes, Miquel Gensana, chroniqueur dans un journal, dévoile la chute de la famille dont il est le dernier représentant. Le lecteur est alors transporté dans l’histoire personnelle du narrateur et dans celle plus générale de la Catalogne.

Transatlantic, Colum McCann, 2014, 10/18, 354 p., 9782264062758*
Entre les États-Unis et l’Irlande, deux siècles de liens commencent avec le premier vol transatlantique en 1919. Mêlant histoire et fiction, un roman sur le déracinement, la perte et le dépassement de soi.

Croc Attack,Assaf Gavron, 2014, Rivages, 384 p., , 9782743628895*

Évoquant le conflit israélo-palestinien, cette tragi-comédie raconte à la fois la banalité, l’absurdité de la vie quotidienne et la réalité bizarre et sanglante de la guerre. Alors que Croc, Israélien, se débrouille pour assumer sa réputation de symbole de la résistance, Fahmi, un jeune Palestinien, lutte pour survivre. Prix Courrier international du meilleur livre étranger 2012.

En Mer, Toine Heijmans, 2014, 10/18, 168 p., 9782264060778*
Lassé par son quotidien, Donald prend trois mois de congé pour naviguer sur son voilier en mer du Nord. Lors de sa dernière étape, Maria, sa fille de 7 ans l’accompagne. Une nuit, alors qu’une terrible tempête se soulève, Donald découvre avec horreur que Maria n’est plus sur le bateau… Premier roman.

Fin de mi-temps pour le soldat Billy Lynn, Ben Fountain, 2014, 10/18, 408 p., 9782264062093*

Parce qu’ils sont rescapés d’une embuscade en Irak, les huit miraculés de l’escouade Bravo deviennent du jour au lendemain les enfants chéris de l’Amérique. Accueillis entre les projecteurs et les honneurs de la Maison-Blanche, ils ont même droit à une tournée victorieuse censée se dérouler à Dallas, lors du grand match de football de Thanksgiving. Pourtant, parmi eux, le jeune Billy Lynn ne se sent pas vraiment l’étoffe d’un héros. Difficile de se plier à la frénésie collective quand on est hanté par ce qu’on a laissé à la guerre et qu’on risque de retrouver bientôt…

 

LITTÉRATURE QUÉBÉCOISE ET CANADIENNE

Bad girl: Classes de littérature, Nancy Huston, 2014, Actes Sud, 144 p., 9782330037185*

Au plus proche de l’autobiographie, Nancy Huston nous livre ici le récit de sa toute première enfance, cette période si étrange où son père va soudain demander à sa jeune femme, pourtant déjà mère de trois enfants, de quitter la maison, de partir. Puisqu’elle ne se décide pas à renoncer à ses études, qu’elle se sépare de ses enfants et ne demande plus jamais à les revoir. Commence alors une tout autre vie pour la petite, une vie heureuse malgré tout, mais cet abandon habitera à jamais son imaginaire. Un texte fondamental dans la trajectoire littéraire de Nancy Huston.

Maddaddam, Margaret Atwood, 2014, Robert Laffont, coll. « Pavillons », 428 p., 9782221141304*

Avec une verve extraordinaire, une imagination et une inventivité d’écriture sans limites, un humour décapant, Margaret Atwood joue de la dystopie pour bâtir un conte d’un genre unique. Mêlant tout à la fois récit d’aventures et histoire d’amour, pamphlet politique et écologique, réflexion sur la science et la religion, la sexualité et le pouvoir, elle nous offre ici une œuvre d’une grande maturité, un  » roman total  » qui conclut magnifiquement le cycle commencé avec Le Dernier Homme et Le Temple du déluge.

Chercher Sam, Sophie Bienvenu, 2014, Cheval d’août, 172 p., 9782924491003*

Mathieu vit dans la rue. Il l’a choisi. Ce n’est pas un aventurier, et ça n’a rien à voir avec la liberté. Est-ce qu’il s’autodétruit? Est-ce ainsi qu’il se préserve? Peu importe. Sa chienne Sam est là, qui l’aide à continuer. Mais quand elle disparaît, Mathieu doit mettre fin à son errance. Pour la retrouver, il entreprend un voyage dont les bifurcations le ramènent au secret de son passé.

Chercher Sam s’intéresse aux survivants. Dans une langue cassée et tendre, Bienvenu déboîte puis remonte le délicat assemblage de poupées gigognes qui constituent la mémoire humaine, jusqu’au coeur, et jusqu’à la plus petite raison d’espérer.

La danse des obèses, Patrick Isabelle, 2014, Leméac, 240 p., 9782760933835*

Émile, un écrivain trentenaire, s’est muré en lui-même à la suite d’une déception amoureuse ; devenu cynique, il boit, fume et se transforme jusqu’à devenir obèse. Recruté par un richissime artiste visuel ayant l’habitude d’organiser les fêtes les plus courues en villes – et les plus orgiaques -, il se trouve entraîné dans une spirale où quête d’identité et faible estime de soi produisent un cocktail explosif. La danse des obèses est un roman impudique dans lequel l’appât du gain, le sentiment d’être désiré et l’appel des corps s’entremêlent avec douleur et sensualité.

De Marie de l’Incarnation à Nelly Arcan : se dire, se faire par l’écriture intime, Patricia Smart, 2014, Boréal, 448 p., 9782764623459*

Ce livre trouve son origine dans le désir d’explorer les expériences des femmes qui ont accompagné et rendu possibles les grands moments de l’histoire officielle du Québec, de l’arrivée des Français en Amérique du Nord jusqu’à l’accession à la liberté d’expression individuelle et collective apportée par la Révolution tranquille. Les historiennes féministes ont examiné la situation de ces femmes, mais il est rare que nous entendions la voix des protagonistes elles-mêmes ou que nous ayons accès à leur point de vue, que ce soit sur le monde qui les entoure ou sur leurs aventures intérieures. C’est cette voix que Patricia Smart donne à entendre ici. Tous ces textes parlent d’un moi brimé, inhibé, mais qui se refuse à démissionner. Pour ces femmes, la venue à l’écriture fait partie intégrante de la quête de soi et de la prise de possession du monde. Beaucoup plus que de simples révélateurs de réalités sociales, ces écrits intimes appartiennent à la littérature.

 

EN FORMAT POCHE

Les derniers jours de Smokey Nelson, Catherine Mavrikakis, 2014, Héliotrope, coll. « Série P », 313 p., 9782923975498*

Sydney Blanchard était né sous une bonne étoile. Mais dans sa vie, rien ne s’est vraiment passé. Il n’y a eu que ce séjour en prison pour des meurtres qu’il n’a pas commis. Aujourd’hui à bord d’une belle Lincoln blanche, cette grande gueule irascible décide de rentrer à la Nouvelle-Orléans. Pour renouer avec son destin. Après les meurtres de 1989, Pearl Watanabe s’était juré de ne pas remettre les pieds sur le continent américain. La voici qui passe des vacances près d’Atlanta, chez sa fille. Il faut bien essayer de conjurer le sort. À environ une heure de route de là, Ray Ryan ne peut se consoler de l’assassinat de son enfant. Depuis tout ce temps, la voix autoritaire de Dieu ne l’a pourtant jamais abandonné. L’exécution du meurtrier aura bientôt lieu. Au pénitencier de Charlestown, Smokey Nelson, l’assassin, vit ses derniers jours. Catherine Mavrikakis signe ici un roman polyphonique, multicolore, ample. À l’échelle du contient dont il est l’écho.

La chair décevante, Jovette Bernier, 2014, Fides, coll. « Biblio-Fides », 120 p., 9782762138603*

Sur l’écran, sous les feux de la rampe, la souffrance est divine pour la foule. La même souffrance dans la rue et dans les chambres closes, cela s’appelle du déshonneur. […] Il y a quelque chose de plus fort que le courage, la tendresse, le dévouement, le sacrifice; il y a plus fort que toi, l’Amour, et toi, la Mort ; plus fort que tout, plus fort que vous tous, il y a la Vie.

C’est le cœur qui meurt en dernier, Robert Lalonde, 2014, Boréal, coll. « Boréal compact », 168 p., 9782764623503*

Robert Lalonde évoque de façon bouleversante celle qui fut sa mère, femme piégée par le destin et qui d’outre-tombe continue d’entretenir avec son fils un rapport de tendresse et de bataille.

La vie comme une image, Jocelyne Saucier, 2014, BQ, 96 p., 9782894063507*

La vie comme une image met en scène une famille en apparence parfaite, bonne comme un petit pain d’épice, qui observe scrupuleusement les règles de la bienséance et se raccroche au sentiment rassurant du devoir accompli. Rien, décidément, pour donner matière à un roman… Pourtant, à travers la façade de ce bonheur sans faille s’échappent de persistantes odeurs qui décapent le vernis de la respectabilité et dévoilent le drame de l’insignifiant quotidien.

Le mur mitoyen, Catherine Leroux, 2014, Alto, coll. « Coda », 323 p., 9782896942121*

Entre [les personnages du Mur Mitoyen], Catherine Leroux dessine une cloison fine comme un brin d’impossible qui tantôt sépare, tantôt unit, estompant la frontière entre les secrets, la vérité et l’inouï. Une histoire où l’on frappe trois coups sur un mur pour entendre en retour un mystérieux toc toc toc.

 

POÉSIE

Mes ancêtres reviendront de la guerre, François Guerrette, 2014, Poètes de brousse, 68 p., 9782923338774*

Je ne fais confiance qu’aux animaux
qui ont peur de tuer, de chasser
et d’être chassés.

L’été sans erreur, France Théorêt, 2014, Hexagone, coll. « Écritures », 88 p., 9782896480692*

Ce livre prolonge les voies arpentées par France Théorêt dans Bloody Mary (Typo, 2011). Toujours engagée, elle va plus loin dans sa dénonciation et dans sa réconciliation, d’abord avec elle-même, puis avec les autres. La difficulté de se rencontrer, d’être, de parler en son nom ; être une femme en éclats, dans son propre effacement, trop consciente dans la violence humaine ; se dire comme être humain de genre féminin, finalement être ici et là, à se battre pour vivre ou pour trouver l’apaisement, voilà le propos de la poète.

La nuit, tous les dieux sont noirs, Monique Deland, 2014, Noroît, 128 p., 9782890188976*

Un accident est à l’origine d’une singulière traversée. Une chute du corps, une faille, un bris dans la tête, et l’esprit assiste en direct à l’évasion de la conscience. C’est l’occasion d’une double plongée : une investigation au cœur du cycle occulte des naissances et renaissances, et une exploration critique de ce qui fait de l’esprit un organe pensant fixateur de l’identité.

Comme un papillon avec une aiguille dans le cœur, Nathalie Thibault, 2014, L’Oie de Cravan, 56 p., 9782922399899*

Ce deuxième livre de Natalie Thibault à l’enseigne de L’Oie de Cravan est d’une beauté fragile tout à fait exceptionnelle. La poésie s’y exprime avec une égale justesse dans les collages de l’auteure et dans ses poèmes proprement dits. La simplicité de ceux-ci cache une émotion complexe, une brisure intime qui touche à l’universel. C’est encore et toujours de l’amour maudit qu’il est question ici.

Ciseaux, Roxane Desjardins, 2014, Herbes rouges, 84 p., 9782894194621*

Pour faire un poème, prenez des ciseaux. Découpez le sens en formes vertes. Mettez les morceaux dans un sac que vous agiterez doucement. Décantez : « je ne pars pas à la beauté envisageable je ne vends pas / mon corps algonquin // je n’ai qu’une chaise à la place des reins pour rester debout ».
Si hasard il y a, il semble, dans Ciseaux, avoir atteint sa cible tant ce livre étonne par la singularité de ses images, la patiente décortication des mécanismes de l’attachement à laquelle il s’adonne :
« l’éclipse retrouvée sous les décombres / à la rafale on aurait mis une maison : / vingt-quatre phares pris dans un terrier de neige ».

 

THÉÂTRE

La dramaturgie classique, Jacques Scherer, 2014, Armand Colin, 718 p., 9782200291273*

Analyse formelle du théâtre français du XVIIe siècle, des structures et composants des pièces classiques, de la prise en compte des contraintes matérielles de la représentation lors de leur mise en scène, et des modes d’adaptation à leur public.

Dictionnaire de la performance et du théâtre contemporaine, Patrice Pavis, 2014, Armand Colin, coll. « Dictionnaire », 293 p., 9782200259068*

Près de 200 entrées sur des notions techniques, théoriques et critiques des champs du théâtre et de la performance artistique depuis les années 1990 : activisme, body art, captation, détournement, effet produit, figure, goût, habitus, etc.

Faire l’amour, Anne-Marie Olivier, 2014, Atelier 10, 110 p., 9782924429167*

Le sexe est intrinsèquement lié à la vie – après tout, chaque être humain résulte d’un acte sexuel, désiré ou non. Mais quel est le parcours sexuel de chacun? Pièce de théâtre documentaire basée sur des histoires véridiques, Faire l’amour parle de la force irrépressible du désir, des amours ratées, de la lumière qui jaillit de la rencontre d’âmes sœurs, de vies cristallisées dans la frustration. Un terrain de jeu exceptionnel, pour mourir de rire, se crisper de douleur et faire éclater la poésie.

Un tango en bord de mer, Philippe Besson, 2014, Julliard, 80 p., 9782260022015*

Ils se sont aimés, déchirés puis quittés. Ils se retrouvent par hasard, au beau milieu de la nuit, dans le bar désert d’un grand hôtel en bord de mer.

La déprime, Denis Bouchard, Rémy Girard, Raymond Legault et Julie Vincent, 2014, Michel Brûlé, 208 p., 9782894856642*

Cette pièce, créée en novembre 1981 et qui est rapidement devenue un «classique» aux côtés de Broue et d’autres grands succès, met en scène toute une galerie de personnages aussi loufoques que sympathiques. Depuis le chauffeur d’autobus injustement congédié au jeune homme qui doit se marier par téléphone, en passant par Jojo la vendeuse de lettre d’amour. En tout, une cinquantaine de personnages, tantôt drôles, tantôt émouvants et attachants. La Déprime c’est 24 heures dans un terminus d’autobus à travers une quarantaine de scènes toutes aussi réalistes et absurdes les unes que les autres.

 

LITTÉRATURE POLICIÈRE

0 POL

Une main encombrante, Henning Mankell, 2014, Seuil, Coll. « Policier», 170 p., 9782021140132*

Dans la province suédoise de Scanie, Wallander, jeune retraité, cherche à acheter une maison à la campagne. Un ami lui en présente une, qui lui plaît immédiatement. En parcourant le jardin, il trébuche sur ce qui se révèle être les os d’une main qui émerge du sol. Au lieu d’entamer une autre vie dans cette maison, Wallander commence une nouvelle enquête.

Kobra, Deon Meyer, 2014, Seuil, coll. « Policier », 438 p., 9782021155006*

Paul Anthony Morris, inventeur d’un logiciel permettant de surveiller les transactions financières, a été enlevé au domaine viticole de Fransshoek, et ses trois gardes tués. Au Cap, les agents de sécurité qui tentaient d’appréhender un voleur, Tyrone Kleinbooi, sont abattus par un mystérieux tireur. Un point commun entre ces deux affaires : des douilles à tête de cobra.

Le ver à soie, Robert Galbraith, 2014, Grasset, 576 p., 9782246810667*

Le détective privé Cormoran Strike, assisté de Robin Ellacott, enquête sur la disparition de l’écrivain Owen Quine. Celui-ci venait de terminer un manuscrit critiquant vertement ses connaissances et dont la publication ferait scandale à coup sûr.

Les neuf cercles, R.J. Ellory, 2014, Sonatine éditions, 450 p., 9782355842696*

John Gaines, traumatisé par la guerre du Vietnam, doit faire face aux secrets d’une petite ville du Mississippi dont il est le shérif. Le corps d’une adolescente gardé intact par la boue, est découvert, vingt ans après le crime. L’enquête du shérif pour découvrir le meurtrier de Nancy Denton va l’emmener au cœur de la part la plus sombre de la nature humaine.

La loi des Sames, Lars Pettersson, Gallimard, coll. « Série Noire », 440 p., 9782070142293*

Anna Magnusson, procureure adjointe à Stockholm, issue du peuple Same de la Laponie norvégienne, retourne à Kautokeino après un appel de sa grand-mère. Par solidarité de clan, elle doit aider son cousin, Nils Mattis, accusé du viol de Karen Margrethe. La jeune femme découvre que le jeune homme est coupable et, malgré les menaces, refuse de répondre à la demande de sa famille.

 

EN FORMAT POCHE

L’appel du coucou, Robert Galbraith, 2014, Livre de poche, coll. « Thriller », 714 p., 9782253001713*

Cormoran Strike, ancien soldat blessé en Afghanistan devenu détective privé, enquête sur le suicide d’un mannequin.

Mauvaise étoile, R. J. Ellory, 2014, livre de poche, coll. « Thriller », 591 p., 9782253176077*

Texas, 1960. Earl Sheridan, un psychopathe, prend deux adolescents en otage pour échapper à la condamnation à mort. Ces deux jeunes sont des demi-frères, habitués des maisons de correction depuis l’assassinat de leur mère. Une sanglante et terrible partie se met en place entre ces trois personnages, ce qu’est loin de soupçonner l’inspecteur Cassidy, qui est sur leurs traces.

7 jours, Deon Meyer, 2014, Points, coll. « Policiers », 524 p., 9782757841440*

Un tueur menace de tuer un policier par jour tant que le meurtrier de l’avocate Hanneke Sloet ne sera pas arrêté. La police du Cap, dans l’impasse, confie l’affaire à Benny Griessel. Mais le policier, fragilisé par ses échecs personnels et sa décision d’arrêter l’alcool, doit reprendre l’enquête de zéro.

Les yeux plus grands que le ventre, Jo Soares, 2014, Folio, coll. « policier », 317 p., 9782070456086*

Rio de Janeiro, à la fin des années 1930. Le commissaire Noronha enquête sur les meurtres en série de femmes obèses, assassinées au moyen de gâteaux. Il est secondé par un ancien policier portugais reconverti dans la pâtisserie, Esteves.

Paru en 2013 sous le titre Meurtres et autres sucreries aux éditions Hurtubise.

Plaintes, Ian Rankin, 2014, livre de poche, coll. « Policier », 620 p., 9782253173748*

Malcom Fox fait partie du service des plaintes qui enquête sur d’autres policiers. Il est chargé de surveiller Jamie Breck, un inspecteur soupçonné de pédophilie. Mais cette affaire est plus complexe qu’elle n’y paraît…

 

SCIENCE-FICTION, FANTASY & FANTASTIQUE

Le fleuve des étoiles, Guy Gabriel Kay, 2014, Alire, 672 p., 9782896151165*

En quatre siècles, la Kitai a bien changé, et monter à cheval, manier arc et épée avec brio ne sont plus des preuves de valeur pour ses habitants. D’ailleurs, l’armée kitane, autrefois conquérante, parvient tout juste à conserver le territoire actuel, déjà amputé des quatorze préfectures du nord cédées au nouvel empire Xiaolu. Or, dans cette Douzième Dynastie, fragilisée par les rivalités entre clans et où l’incroyable précision calligraphique de l’Empereur Wenzong importe plus que ses talents militaires, la guerre menace! C’est dans ce climat tendu que Ren Daiyan, né dans une lointaine province du sud-ouest, a décidé très tôt, envers et contre tous, qu’il deviendrait soldat de la garde impériale. Quant à Lin Shan, qui a reçu la meilleure éducation possible même si elle n’est pas un garçon, ses exceptionnels talents artistiques sa poésie n’a d’égale que celle de Lu Chen, le poète exilé – lui offriront son laissez-passer pour la cour de l’Empereur. Même si tout les oppose, Shan et Daiyan n’ont pourtant qu’un seul et même objectif: celui de redonner à la Kitai sa gloire d’antan, de reconquérir les fleuves et les montagnes perdus… et c’est bien malgré eux qu’ils deviendront des légendes pour tous ceux qui s’agitent sous le fleuve des étoiles.

Les derniers jours du paradis, Robert Charles Wilson, 2014, Denoël, 342 p., 9782207116449*

Un soir de fête nationale, Cassie voit un chauffard écraser un homme qui traversait la chaussée. La victime est en fait un des simulacres de l’Hypercolonie, créatures qui avaient assassiné sept ans plus tôt les parents de la jeune femme. Cette dernière, encore traumatisée, tente d’échapper aux simulacres, en guerre contre ceux qui savent que la Terre de 2014 est un paradis truqué.

La fleur de verre, George R.R. Martin, 2014, ActuSF, coll. « Perles d’épice », 314 p., 9782917689691*

Un mystérieux artefact qui permet de changer de corps… au prix d’un sacrifice terrible. Une étrange auberge où l’on croise de curieux voyageurs… mais où personne n’est ce qu’il prétend être. Des enlèvements inexpliqués… Une ancienne petite amie un peu trop envahissante… Une lutte entre le Bien et le Mal digne des meilleurs pulps des années 1950… Les nouvelles de George R. R. Martin sont autant de redoutables récits à l’écriture implacable, où se côtoient horreur, fantastique et science-fiction. Célèbre grâce à sa série au long cours Le Trône de fer (Game of Thrones), il excelle également dans le format court. Avec La Fleur de verre, cinquième titre de l’auteur aux éditions Actusf, découvrez l’autre facette de ce conteur hors pair. Contient « Le Régime du singe », prix Locus.

High-Opp, Frank Herbert, 2014, Robert Laffont, coll. « Ailleurs et demain », 240 p., 9782221145869*

Après une terrible période de guerre sur terre, un gouvernement mondial bureaucratique entièrement régi par des sondages d’opinion a été constitué. Ceux qui ont la chance d’obtenir des scores élevés, appelés les High-Opps, jouissent de luxueuses demeures, alors que les autres se voient contraints de vivre dans la ville surpeuplée de Warrens, dans des conditions de vie brutales.

La voix de la terre, Bernard Werber, 2014, Albin Michel, 584 p., 9782226259882*

Sept joueurs ont chacun leur vision du futur et tentent d’influencer l’avenir. Mais le huitième joueur, la Terre, n’a pas dit son dernier mot. Dernier volume de la trilogie.

 

FORMAT POCHE

Comment j’ai cuisiné mon père, ma mère… et retrouvé l’amour, S.G. Browe, 2014, Gallimard, coll. « Folio SF », 391 p., 9782070455256*

Depuis qu’il est mort dans un accident de voiture, Andy vit en paria. Enfermé dans le cellier familial, il cuve les bouteilles de son père et suit une thérapie collective aux morts-vivants anonymes. Là-bas, il a repéré Rita, une jeune et jolie suicidée. Un jour, un zombie solitaire les initie aux bienfaits de la chair humaine.

Julian, Robert Charles Wilson, 2014, Gallimard, coll. «FolioSF», 738 p., 9782070459285*

Au XXIIe siècle, alors que les ressources naturelles manquent partout dans le monde, Adam raconte les combats politiques et militaires de son ami depuis l’enfance Julian Comstock, dit l’Agnostique ou le Conquérant, neveu du président des États-Unis.

Blade Runner : les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?, Philip K. Dick, 2014, J’ai lu, coll. « Science-fiction », 282 p., 9782290094495*

Rick Deckard est le meilleur élément de la brigade spéciale des blade runners, chargée d’exterminer les androïdes qui s’infiltrent sur Terre. Suite à l’arrivée de huit Nexus 6 qui se sont enfuis de Mars après avoir tué leurs geôliers, Deckard est chargé de supprimer ces robots d’apparence humaine.

Hypérion, Dan Simmons, 2014, Pocket, coll. « Science-fiction », 637 p., 9782266252584*

Alors que la planète Hypérion est menacée par les Extros, sept pèlerins sont chargés par la Sainte Eglise d’empêcher la réouverture des Tombeaux du temps gardé par le gritche. Durant leur voyage, chacun raconte son histoire.

Le post-apocalyptique, Marc Attalah, 2014, ActuSF, «les collections de la maison d’ailleurs», 92 p., 9782917689578*

Quatre essais autour de films, bandes dessinées et livres post-apocalyptiques. Ils proposent un nouveau regard sur ces récits fondés sur les zones et la reconstruction de la société par les humains après le cataclysme.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur le titre choisi.

* * *

Tous les textes proviennent des éditeurs, sauf lorsqu’il y a mention d’auteur.

Sélection : Benoit Desmarais – litt. étrangère ; Maxime Nadeau – litt. québécoise, poésie et théâtre ; Morgane Marvier – policier ; Caroline Scott – science-fiction.


17 novembre 2014  par nos libraires

Essais et documents : les parutions d’octobre

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

 

SCIENCES HUMAINES

Figures de compassion, Yvon Rivard et Sarah Rocheville (dir.), 2014, Léméac, 160 p., 9782760912212*

Si l’homme est naturellement bon, comme le prétendait Rousseau, si l’altruisme est nécessaire au développement de la biosphère, comme l’affirment l’anthropologie et la science, le phénomène de la compassion n’en demeure pas moins un mystère.C’est sur ce mystère que se penche Figures de compassion. Comment expliquer que l’un donne tout ce qu’il a à plus pauvre que lui ? Qu’un autre s’expose au contact des lépreux, des désespérés, des démunis, ou s’éloigne d’eux par peur ou par respect de leur liberté ? Est-il possible que la compassion puisse être excessive et conduire à l’autodestruction ? Que le monde soit sauvé par les pauvres ? Les auteurs de ce collectif (romanciers, poètes, essayistes, cinéaste, psychanalyste) tentent de répondre à ces questions à partir d’œuvres et de rencontres qui les ont marqués.

L’usure du monde: critique de la déraison touristique, Rodolphe Christin, 2014, L’Échapée, coll. « Pour en finir avec », 107 p., 9782915830866*

L’auteur critique le paradoxe de l’industrie touristique qui repose sur l’imaginaire de l’évasion, mais qui l’annule par sa commercialisation du voyage. Le touriste part à l’étranger chercher la convivialité qu’il ne trouve plus chez lui, mais par sa présence même, il détruit ce qu’il est venu chercher.

Histoire de l’accouchement dans un Québec moderne, Andrée Rivard, 2014, Remue-Ménage, 450 p., 9782890914919*

Si vous avez vu le jour dans les années 1970, il y a de fortes chances que votre mère ait été attachée à son lit d’hôpital et qu’elle ait subi une épisiotomie à votre naissance. Si vous êtes un enfant des années 1950, elle a probablement été endormie et vous a cherché à son réveil, inquiète, tandis qu’une infirmière vous examinait dans une autre pièce. Loin de n’avoir que des retombées favorables, la médicalisation de la naissance est un phénomène très controversé. Remédiant à l’absence d’ouvrages sur l’histoire récente de la naissance au Québec, ce livre propose une analyse critique de ses transformations durant la seconde moitié du XXe siècle, à partir de l’expérience des mères. Andrée Rivard s’intéresse d’une part au rôle prépondérant qu’ont joué les élites médicales et l’État dans l’élaboration du modèle moderne de l’accouchement. D’autre part, elle documente la lutte des femmes qui résistent depuis le début à cette tendance lourde. Il est également question des politiques en périnatalité et de l’influence des sages-femmes sur les pratiques en obstétrique. Entre changement social et biopolitique, Histoire de l’accouchement dans un Québec moderne cherche à réfuter le déterminisme historique rendant inéluctable l’accouchement médicalisé, tout en démystifiant sa construction sociale.

Nettoyer Montréal, Matthieu Lapointe, 2014, Septentrion, 397 p., 9782894487969*

Corruption, collusion, morale douteuse, Montréal doit assainir ses moeurs politiques. Nous sommes dans la décennie 1940-1950, alors que des groupes de citoyens luttent, en vain, pour la tenue d’une enquête publique sur la tolérance policière des maisons de prostitution, de jeu et de pari. C’est alors qu’entre en scène un dénonciateur-vedette, l’avocat Pacifique « Pax » Plante, ancien directeur adjoint de la police, qui accuse les plus hautes autorités municipales de corruption et de complicité avec la pègre. Mathieu Lapointe retrace la révélation graduelle du scandale au fil des reportages et des enquêtes, en resituant les événements dans leurs contextes tant locaux que nord-américains, à partir de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à la première élection à la mairie de Jean Drapeau en 1954. Mathieu Lapointe détient une maîtrise en histoire de l’Université de Montréal et un doctorat en histoire de l’Université York (Toronto). Chercheur invité à l’Institut d’études canadiennes de l’Université McGill, il a récemment été mandaté par la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction (commission Charbonneau) pour réaliser une étude historique des commissions d’enquête québécoises sur la corruption.

Son of a Gun, Justin St. Germain, 2014, Presses de la Cité, 318 p., 9782258105461*

Septembre 2001. Alors que les Twin Towers viennent d’être attaquées à New York, un autre drame, plus intime, se joue à Tombstone, en Arizona. Debbie, la mère de Justin St. Germain, est retrouvée morte dans sa caravane, le corps criblé de balles. Son cinquième mari, Ray, est introuvable.Dix ans plus tard, Justin revient sur ce tragique événement, redécouvrant les paysages désolés de son enfance et ceux qui les ont peuplés, fouillant le passé pour tenter de comprendre l’insondable : la descente aux enfers d’une femme instable, fragile malgré les apparences, et aimante. Sa mère. Que Debbie ait été tuée à Tombstone – ville qui fut le théâtre de la fameuse fusillade d’O.K. Corral – prend alors une autre dimension… Sans complaisance ni apitoiement, Justin St. Germain brosse le portrait d’une société qui n’est pas prête à rendre les armes. Une voix juste et percutante, tout en finesse et émotion.

 

PSYCHOLOGIE

Sigmund Freud en son temps et dans le nôtre, Élisabeth Roudinesco, 2014, seuil, 577 p., 9782021183795*

L’ouverture aux chercheurs de nouvelles archives et la mise à disposition de l’essentiel de la correspondance de Freud sont à l’origine de ce nouvel ouvrage sur le fondateur de la psychanalyse, qui apporte un éclairage nouveau sur l’homme et sur son œuvre.

Finir le jour : rencontres et réflexions en fin de vie, Nathalie Billion, 2014, Fides, 122 p., 9782762138467*

« L’éventualité de la mort, et surtout comment ça va se passer? Ça m’inquiète. » «Lorsque les gens savent que tu vas partir, ils te disent ouvertement ce qu’ils pensent de toi. Tout converge vers le bonheur que tu leur as donné. Ça me touche tellement. » « J’aime les gens qui agissent normalement. Je suis encore là et je suis pareille comme avant. Je ne veux pas qu’on pense juste que je vais mourir. » La fin. Le moment où nous balançons ultimement vers l’inconnu. Ce moment, nous savons tous qu’il sera impossible d’y échapper. Pour certains d’entre nous, cela arrive très vite, sans préméditation. Pour d’autres, le chemin vers ce dénouement se mesure en jours, en heures et finalement, il y a l’instant, juste avant… Écrit dans un style accessible qui évoque le reportage, Finir le jour parle précisément de cette étape et explore les questions liées à la fin de vie. L’auteure est allée à la rencontre de ces femmes et ces hommes en phase terminale pour entendre ce qu’ils avaient à dire sur leur état. Le résultat donne un ouvrage touchant de vérité.

Petit traité de lucidité sur soi-même et sur les autres, Lucie Hawkes, 2014, Payot, 233 p., 9782228911375*

Et si nous acceptions d’être plus lucides sur nous – par exemple, attendons-nous trop des autres ? –, et sur les autres – que sont-ils prêts à nous donner ? Un livre subtil et concret pour cesser de nous gâcher la vie en amour, en amitié ou au travail avec des attentes excessives, irréalistes et forcément sources de déceptions et de tensions dans nos relations.

 

PHILOSOPHIE

Sagesses d’hier et d’aujourd’hui, Luc Ferry, 2014, Flammarion, 814 p., 9782081309869*

Une histoire de la pensée philosophique depuis l’Antiquité à travers l’exposé des idées marquantes de ses grandes figures : Homère, Bouddha, Descartes, Leibniz, Kant, Marx, Freud, Sartre, etc. Refonte d’une série parue dans Le Figaro en 2012.

Esthétique de la liberté, Philippe Nemo, 2014, PUF, 191 p., 9782130619079*

Réflexion philosophique sur les liens entre laideur et servitude, beauté et liberté, tels qu’ils apparaissent dans l’histoire des arts et des mentalités, à travers les textes d’Aristote, de Pic de la Mirandole, de saint Augustin, de Kant, de Proust, de H. Arendt, etc.

Les maîtres à penser de la nouvelle droite, collectif, 2014, marabout, 260 p., 9782895784678*

Depuis longtemps déjà, des intellectuels qui se revendiquent de droite se font l’avocat d’un courant d’idées que le national-socialisme aurait galvaudé et discrédité. Ce livre met en lumière et déconstruit les motifs centraux de la vision du monde que véhicule cette nouvelle droite. La décadence, l’héroïsme, le mythe, la domination, la violence et la mort sont autant d’exemples que l’on retrouve chez six de ses auteurs les plus importants : Georges Sorel, Oswald Spengler, Hans Freyer, Carl Schmitt, Martin Heidegger et Ernst Jünger. Le regain d’intérêt porté à cette tradition de pensée et l’assurance croissante avec laquelle s’affirment aujourd’hui les nouvelles droites rendent l’étude de leurs sources intellectuelles plus actuelles que jamais.

 

CUISINE

Tout est bon, Paltrow Gwyneth, 2014, Marabout, 303 p., 9782501096584*

Des recettes faciles à réaliser et des idées de menus pour réconcilier équilibre et gourmandise : détox, végétarien, sans gluten, en famille ou entre amis, etc.

Le livre gourmand des Îles-de-la-Madeleine : découvertes du terroir et recettes originales, Marie-Christine Rhéaume, 2014, Morue verte, 174 p., 9782981195876*

Dans les cuisines des chefs Olivier Clément et Marie-Christine Rhéaume, découvrez le mariage unique et contemporain des saveurs de la mer et de la terre. Véritable pèlerinage gastronomique, Le livre gourmand des Îles rend hommage, en 30 recettes, au savoir-faire de 22 producteurs, pêcheurs, chasseurs et cueilleurs, qui ont ouvert leurs portes aux deux chefs… et à la photographe Emmanuelle Roberge.

Mettant en vedette le homard, le sanglier, le crabe, le miel, les petits fruits, les pétoncles, le café, les capucines, le fromage, la charcuterie, la bière et les alcools artisanaux de l’archipel, quelques espèces de poissons et bien plus encore, ce petit bonheur de livre de recettes vous fera connaître, goûter et aimer les Îles-de-la-Madeleine.

La boucherie: À chaque viande sa cuisson, Louis-François Marcotte, 2014, Flammarion Québec, 288 p., 9782890776142*

Poêler, rôtir, braiser, confire : pour chaque viande et pour chaque coupe, une cuisson est plus appropriée qu’une autre. Le large éventail des quelque 100 recettes de ce livre en fait la démonstration. Que ce soit en tataki, en mijoté ou en grillade, avec Louis-François la tendreté de la viande est garantie et son goût aussi. La boucherie est une bible pour tous les cuisiniers qui veulent tirer le meilleur parti des viandes qu’ils achètent. Une invitation à découvrir de nouveaux morceaux, des jarrets aux ris de veau. Car, dans un monde où l’on connaît le prix économique et écologique de la viande, savoir cuisiner toutes les coupes est un geste responsable… et savoureux ! L’artisan boucher y tient une place de choix. En épicerie ou au coin de la rue, c’est le professionnel qui sait nous conseiller, préparer la viande, voire faire une bonne partie du travail à notre place ! Piquer le rôti, ficeler la paupiette, brider la volaille : les possibilités sont infinies si on a la bonne recette. Dans La boucherie, les classiques se mettent au goût du jour, à l’exemple de la carbonade, du veau Marengo, du tartare de canard, de la volaille en crapaudine, du navarin d’agneau, de la saucisse en coiffe, des farcis, des roulés… Le vocabulaire, comme le contenu, est vaste et bien appétissant. Bœuf, veau, porc, agneau, volaille : pour chaque viande, le livre s’enrichit de schémas et de listes afin d’identifier les coupes et les types de cuisson qui conviennent. Et, comme une démonstration vaut bien des explications, des capsules vidéo ont été réalisées pour maîtriser les techniques simples utilisées dans les recettes : farcir une côtelette, tailler un carpaccio ou un tartare… On les découvre en scannant le code QR placé dans le livre.

Une pomme par jour…: 70 gourmandises aux pommes, Keda Black, 2014, Marabout, 191 p., 9782501094115*

70 recettes pour les tartes, le goûter, les desserts et les plats : tarte tatin, chausson aux pommes, sabayon au cidre, côtes de porc aux pommes…

 

BIOGRAPHIES

Niki de Saint Phalle, Bernadette Costa-Prades, 2014, Libretto, 109 p., 9782369141303*

Mannequin pour Vogue, Life ou Elle, Niki de Saint Phalle fut d’abord chanteuse avant de commencer à peindre en 1952 sans avoir suivi d’enseignement artistique. Également plasticienne, sculptrice et réalisatrice de films, épouse de l’artiste J. Tinguely, elle devint membre des Nouveaux réalistes. Cette biographie éclaire son parcours et sa personnalité.

Médecin de guerre, Marc Dauphin, 2014, Éditions de l’Homme, 304 p., 9782761941013*

En 2009, le Dr Marc Dauphin s’engage dans une mission qui changera sa vie à jamais. En acceptant d’aller soigner les blessés à l’hôpital militaire de Kandahar, l’urgentologue des Forces armées canadiennes s’expose à vivre les pires scènes d’horreur de sa carrière, mais aussi des instants de grâce, des moments où la vie se révèle plus forte que tout.Ce témoignage nous fait vivre, de l’intérieur, son quotidien dans un pays défiguré par la guerre. Le médecin y relate les cas critiques qu’il a rencontrés et les choix déchirants auxquels il a dû faire face. Surtout, il rend hommage aux enfants, aux soldats et à toutes les victimes qu’il a côtoyées. Ce livre raconte aussi leurs histoires comme autant de leçons de courage et de résilience.

Sur la ligne de feu, Jean-François Lépine, 2014, Libre expression, 448 p., 9782764809457*

Pendant quarante-deux ans à la télévision et à la radio, j’ai toujours eu à portée de main un de mes carnets de notes. À l’écran, ils faisaient partie de l’image. Quand Marc Laurendeau m’a invité à participer à sa magnifique série radiophonique Nos témoins sur la ligne de feu, consacrée aux correspondants de Radio-Canada à l’étranger, j’ai eu envie de redécouvrir et de raconter, à travers les anecdotes tirées de ces carnets, les grands moments de mes expéditions sur la planète, quitte à en être bouleversé. Durant ma vie de journaliste, j’ai couvert deux référendums qui ont déchiré les Québécois. J’ai vu des foules gagner leur liberté, contre l’apartheid en Afrique du Sud, contre l’empire soviétique en Europe. J’ai vu les enfants palestiniens contre les chars israéliens, les Arabes contre leurs dictateurs. J’ai vu les Chinois rejeter Mao pour partir à la conquête du monde. J’ai vu la guerre, au Liban, en Irak, en Iran, en Afghanistan. J’ai vu le monde changer. Issu du parcours noté dans mes carnets, Sur la ligne de feu est un portrait personnel de l’état du monde et de son avenir.

Les acteurs ne savent pas mourir: Récits d’un urgentologue, Alain Vadeboncœur, 2014, Lux, 280 p., 9782895961895*

La médecine d’urgence n’est pas un travail sans histoires, le docteur Alain Vadeboncœur en sait quelque chose. Exerçant ce métier depuis près de 25 ans, il a été le témoin de fins violentes, il a vu des personnes revenir de la mort, il a sauvé des vies in extrémis, il a été confronté à de coriaces malades imaginaires, mais surtout, il a accompagné la douleur de ceux qui perdaient un proche et la joie de ceux qui l’échappaient belle. Cette expérience lui donne une vision sensible et originale de la mort, indissociable de la vie, qu’il transmet ici dans ces récits d’urgence, mais aussi en racontant ses propres expériences, dont celle du décès de son père, l’écrivain Pierre Vadeboncœur. Expert autoproclamé de l’agonie, il nous révèle aussi une vérité jusqu’ici ignorée du grand public : même les meilleurs acteurs ne savent pas jouer la mort… sauf ceux qu’il a lui-même formés.

Lady B, Maya Angelou, 2014, Buchet Chastel, 178 p., 9782283027394*

Angelou évoque un aspect intime de sa vie, les relations avec sa mère, V. Baxter. Envoyée vivre chez sa grand-mère à l’âge de trois ans, Maya grandit avec le sentiment d’avoir été abandonnée. Elle relate avec émotion le cheminement qui l’a menée à la réconciliation et l’amour qui s’est peu à peu développé entre les deux femmes.

 

VIE PRATIQUE

Libérez la créativité de vos enfants, Julia Cameron, 2014, Dangles, 320 p., 9782703310204*

Un livre pratique pour développer le sens de la créativité chez ses enfants tout en réveillant le sien et ainsi contribuer à l’épanouissement de la famille.

Dépression, Kwame McKenzie, 2014, Modus Vivendi, coll. « Votre santé », 180 p., 9782895238430*

Tout le monde a de temps à autre un moment de déprime ou une baisse de moral. Mais lorsque cette humeur morose affecte toutes les sphères de la vie, qu’elle dure plusieurs semaines ou bien qu’elle génère des pulsions suicidaires, il importe alors de demander de l’aide. Cet ouvrage vous fournit de nombreuses informations pour vous permettre de comprendre ce qu’est la dépression et répondre à vos questions dans un langage simple. Trouvez l’information dont vous avez besoin sur : les symptômes psychologiques et physiques; les facteurs qui rendent dépressif (manque de contrôle sur son avenir, événements stressants, maladies, médicaments, manque de lumière du jour, etc.); les différents types de dépression (récurrente, chronique, réactionnelle, névrotique, psychotique, etc.); l’auto-assistance, l’entraide et les traitements (psychothérapie, antidépresseurs, etc.). Pour tout savoir sur la dépression, consultez cet ouvrage de la collection « Votre santé ».

Mes cours prénataux, Marie Fortier, 2014, Caractère, 280 p., 9782896429646*

La venue d’un enfant est un événement important dans la vie d’une mère et d’un père. Préparer son arrivée permet de bien vivre la grossesse et de planifier l’accouchement de façon adéquate. Mes cours prénataux se veut un ouvrage complet répondant à toutes les questions des parents. Contrairement aux livres habituellement offerts sur le marché, il n’est pas axé principalement sur le développement du fœtus, mais plutôt sur tous les phénomènes liés à la grossesse, la manière de bien la vivre, la préparation à l’accouchement et la réalité du retour à la maison. Un des rares ouvrages sur le sujet écrit par une Québécoise pour les parents du Québec. L’auteure, infirmière de formation et forte de ses 26 ans d’expérience en suivi de grossesse, appuyée par de multiples professionnels tels qu’un gynécologue-obstétricien, une sage-femme, une physiothérapeute, une massothérapeute et plusieurs autres professionnels, a créé un contenu couvrant tous les aspects entourant la venue de bébé.

Le pharmachien, Olivier Bernard, 2014, Les malins, 208 p., 9782896572496*

Avez-vous remarqué la tonne de livre douteux traitant de la « santé » qu’on retrouve en librairie? Prévenir l’eczéma par la pensée positive, guide d’alimentation à base de bouillie verte prédigérée, guérir avec les esprits cosmiques… Comment différencier le vrai du n’importe quoi?
Une bible pour les rationnels et les sceptiques.
Le Pharmachien vous propose sa vision impertinente et réaliste de la santé, des médicaments et de différents personnages qui peuplent les hôpitaux et les cliniques de médicine douce!
Si le rire est une forme de thérapie… euh… eh bien, ce livre devrait vous guérir en tabarnouche!

Prévenir le cancer: Comment réduire les risques, Richard Béliveau et Denis Gingras, 2014, Trécarré, 264 p., 9782895686248*

Maladie effroyable et énigmatique, le cancer est très souvent perçu comme une calamité qui frappe au hasard, une adversité contre laquelle nous sommes impuissants. Ce sentiment d’impuissance n’a cependant pas sa raison d’être, car quantité d’études ont démontré qu’il existe un lien direct entre le tabagisme, le surpoids, la sédentarité, l’alimentation, l’exposition aux rayons ultraviolets, le manque de sommeil et la progression du cancer, et que la plupart des décès dus aux cancers actuels pourraient être évités par de simples modifications du mode de vie. Malheureusement, ce potentiel de prévention demeure encore largement inexploité, car la société de consommation dans laquelle nous vivons, axée sur l’obtention de bénéfices à court terme, n’encourage pas les approches préventives à long terme et peut même favoriser des habitudes qui nuisent au maintien d’une bonne santé. Ce livre fournit les informations nécessaires à ceux qui désirent rompre avec le défaitisme face au cancer et prendre leur destinée en main. Grâce au travail exceptionnel des grandes agences de santé publique, comme le World Cancer Research Fund et l’American Cancer Society, il est possible d’adopter une approche combative face au cancer en appliquant dix grandes recommandations qui peuvent concrètement réduire la probabilité de développer cette maladie. Ces recommandations sont particulièrement importantes pour les survivants du cancer, car elles présentent pour la première fois une approche concrète de réduction du risque des récidives.

 

ARTS & BEAUX-LIVRES

Des textes dans l’espace public, Marc-André Brouillette (dir.), 2014, Du Passage, coll. « Beau-livre », 160 p., 9782922892987*

Monographie au traitement graphique original, cet ouvrage collectif interroge la présence de la création littéraire dans l’espace public et la relation qu’y entretiennent les mots et les lieux. Artistes, critiques, historiens et philosophes présentent leurs réflexions autour d’œuvres qui se caractérisent par un usage étonnant de la parole. Il s’agit là du premier ouvrage consacré explicitement à cette production artistique très originale, qui modifie notre rapport au lieu, à la ville. Une soixantaine de reproductions d’oeuvres monochromes et en couleurs nous ouvrent une fenêtre sur la richesse et la diversité de ces oeuvres et de ces artistes qui écrivent dans et pour l’espace public. Artistes mondialement reconnus aussi bien qu’émergents se côtoient dans cette publication. Retrouvez les oeuvres et interventions de Ken Lum, Gilbert Boyer, Sarkis, Michel Goulet, Rose-Marie E. Goulet, Edgar Heap of Birds, et bien d’autres dans ce bel objet visuel et littéraire !

Écrire le désir : 2000 ans de littérature érotique féminine illustrée, Julia Bracher (dir.), 2014, Éditions Omnibus / Réunion des musées nationaux, 237 p., 9782258092778*

Cette anthologie illustrée met en valeur la place des femmes dans l’écriture érotique tant d’un point de vue historique, social que littéraire. De Sappho, poétesse grecque de l’Antiquité, à Pauline Réage, femme de lettres française du XXe siècle, des extraits de romans, de chansons, de lettres ou de poèmes sont proposés, illustrés de peintures, de gravures ou de photographies d’époque.

Égrégore: Une histoire du mouvement automatiste de Montréal, Ray Ellenwood, 2014, Éditions du Passage, 342 p., 9782924397039*

Des divers groupes et écoles artistiques au Canada, aucun n’a eu un impact aussi important sur la société québécoise que les automatistes. Égrégore est un livre multidisciplinaire qui rassemble des textes cruciaux pour comprendre ce mouvement majeur et quelques-unes des idées les plus débattues de ce siècle concernant l’art, son objet et son rapport à la société. Bien plus qu’une histoire générale, c’est le récit des évolutions personnelles et des dynamiques de groupe, illustré par de nombreux documents d’archives, lettres, récits personnels, articles de journaux, photographies et surtout près de 200 reproductions d’œuvres d’art en couleur et en noir et blanc.

Hokusai: Catalogue intégral, collectif, 2014, Réunion des musées nationaux / Grand-Palais, Paris, 415 p., 9782711861828*

Des estampes polychromes, dessins préparatoires, croquis et peintures venant du Japon et de collectionneurs publics européens. Au total ce catalogue de l’exposition présentée en ce moment à Paris répertorie 550 œuvres et cent notices.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur le titre choisi.

* * *

Tous les textes proviennent des éditeurs, sauf lorsqu’il y a mention d’auteur.

Sélection : Caroline Scott – biographies et vie pratique ; Benoit Desmarais – sciences humaines ; Caroline Le Gal – psycho, philo et cuisine ; Marie-Ève Blais – sciences humaines et arts & beaux-livres ; Robert Beauchamp – arts & beaux-livres.


12 novembre 2014  par nos libraires BD

Bandes dessinées : la crème d’octobre

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES QUÉBÉCOISES – ADULTES

La famille Carter : Don’t forget this song, David Lasky et Frank M. Young, 2014, La Pastèque, 192 p., 9782923841298*

La famille Carter est considérée, à juste titre, comme un des piliers de la musique country moderne. De 1926 à 1943, les trois membres de la famille Carter furent célèbres pour leurs arrangements de chansons folk traditionnelles, souvent glanées par A. P. Carter lui-même lors de pérégrinations dans les Appalaches. La première famille de la musique country a laissé une trace indélébile dans l’histoire de la musique. Frank M. Young et David Lasky nous offrent aujourd’hui leur biographie. – L’éditeur

Les Cousines Vampires, Cathon et Alexandre Fontaine Rousseau, 2014, Pow Pow, 122 p., 9782924049181*

Un exercice de style au ton d’épouvante, d’un humour à la fois référentiel et potache, Les cousines vampires arrive en pleine Halloween et apporte un vent de fraîcheur. Le récit suit Camille, une jeune femme pleine de bonne humeur et d’entrain, qui vient rejoindre sa cousine dans le manoir isolé d’un village perdu en rase campagne. Camille tente de faire retrouver la joie de vivre à la compagne qui avait autrefois égayé son enfance, mais la mélancolie hante cet endroit et la nuit approche. Ne se limitant jamais à la parodie, le récit joue bel et bien avec les codes du genre, mais retient aussi une identité propre. On pourrait même dire que la mixture entre la cinéphilie de son scénariste et le ton bon enfant et hystérique de sa dessinatrice se mélangent en un hybride divertissant assez original. On en aurait pris plus! (BN)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADOS

Jean-Norbert T.1, Mark Retera, 2014, Kramiek, 46 p., 9782889330027*

Il y a quelque chose de bien aux Pays-Bas – mis à part les gros sabots, la contemplation des pales de moulins à vent ou les bicyclettes jetées dans les canaux – et c’est l’humour flamand. Mark Retera est Néerlandais et, à l’instar de plusieurs de ses compatriotes bédéistes; qu’on pense à Willem, Joost Swarte ou Theo van den Boodaard, il participe, lui aussi, à cette tradition typiquement hollandaise d’humour de situations qui utilise le cynisme et l’absurde, allant souvent jusqu’à choquer férocement. Son univers très particulier, peuplé de lutins, de pantalons-tonneaux, d’extraterrestres et de Ku-Klux-clowns entarteurs de Noirs est tout à fait hilarant, mais rien ne battra ses gags mettant en scène les témoins de Schtroumpfova. Ô joie absolue, le deuxième volume arrive incessamment, mais attention, le danger de s’étouffer de rire croît avec l’usage. (HB)

Solo T.1 : Les survivants du chaos, Oscar Martin, 2014, Delcourt, 107 p., 9782756041704*

Dans un monde post-apocalyptique, le jeune Solo, un rat humanoïde mutant, doit quitter sa famille pour augmenter leurs chances de survie. Il affrontera seul les pillards, monstres et autres intempéries sévissant dans le désert où il tente de survivre. Il sera capturé par un clan avide de combats de gladiateurs sanglants. Plutôt habile avec les armes blanches, il devra faire face à des adversaires toujours plus dangereux pour gagner sa liberté. Un savant mélange de Mad Max et de Conan le barbare, Solo ramène au goût du jour le style survivant de l’apocalypse, populaire dans les années ’80. Solo va quand même plus loin en se livrant à certaines réflexions sur son humanité et sa place dans ce monde en ruine. À lire. (PP)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

Les Pénates, Alexandre Franc et Vincent Sorel, 2014, Casterman, coll. « Professeur Cyclope », 68 p., 9782203089693*

Pierre est un universitaire qui n’aime rien tant que de se plonger dans ses livres sur les Romains. Une passion qui l’absorbe au point qu’il revient trop souvent à Véra, sa femme, de s’occuper seule de leur enfant Bérénice. Endolori par la routine, le couple s’use. Si Véra le constate, Pierre n’y voit goutte. De plus, les Pénates, des divinités domestiques romaines, veillent à leur tendre les pièges ordinaires de la vie. Le sujet a beau être très quotidien et raconté sans effets de manche, Alexandre Franc parvient à en tirer un récit plein de grâce, ou le phénomène d’usure du couple est abordé avec beaucoup d’acuité et de délicatesse. (SC)

Album de famille, Asa Grennvall, 2014, l’Agrume, 112 p., 9791090743243*

Le livre commence avec Ragnar, un ami de la famille Johansson. Il leur rend visite régulièrement, car il est, en réalité, attiré par Mari, la fille aînée. Un soir, un peu ivre, il tente un geste envers elle, mais Mari n’est pas du genre à se laisser faire. Ce livre est l’histoire d’une famille salement abîmée. Comme les pièces d’un casse-tête, chaque personnage intervient à tour de rôle pour donner sa version des faits. Le portrait final est épatant, tant Asa Grennvall rassemble suffisamment de psychologie et de finesse d’écriture pour ne rien épargner à ses personnages tout en restant, en fin de compte très nuancé. (SC)

Le Jardin de Mimi, Yoon-Sun Park, 2014, Misma, 96 p., 9782916254388*

Ça commence comme une de ces bandes dessinées documentaires qui donnent des recettes de bouffe et de jardinage avec un train-train de joie de vivre. Non seulement ce serait réducteur de résumer ainsi Le Jardin de Mimi, mais aussi assez faux. La chatte Mimi est la propriétaire d’un jardin auquel elle tient énormément, mais c’est aussi un chat. Un chat anthropomorphisé, mais un chat quand même, avec ses manies de chasseur, son obsession maladive du lait, et son caractère lunatique. En compagnie de ses poules bavardes, de son ami inventeur et des limaces qui tentent de conquérir très lentement son jardin, les aventures décalées de Mimi ne manqueront pas d’amener la bonne humeur chez le lecteur le plus dépressif. (BN)

Vous êtes tous jaloux de mon jetpack, Tom Gauld, 2014, Alto, coll. « Rubato », 128 p., 9782896941766*

L’auteur écossais Tom Gauld a déjà atteint une certaine renommée dans le monde anglo-saxon grâce à ses strips dans The Guardian et ses bandes dessinées à l’humour très particulier. Malheureusement, il n’est que très peu connu dans la francophonie, ne serait-ce que parce que seules deux de ses bandes dessinées ont été traduites en français. Heureusement, c’est un outrage qui est en train de se résorber, puisqu’un recueil de ses meilleurs gags vient d’être traduit. Des histoires de 3, 4, 5 ou 6 cases, ces planches vont droit au but, et quand elles ne font pas rire aux éclats leur lecteur, elles réussissent toujours à le faire sourire, d’un élan peaufiné et sincère. Avec ses blagues littéraires, des réflexions sur la hiérarchie des genres, et ses exercices de style minimalistes (comme le recueil d’histoires à partir d’un jeu d’échecs), Vous êtes tous jaloux de mon jetpack est un assemblage ingénieux, original et vivifiant mêlant savamment l’humour absurde à l’intelligence narrative. (BN)

Le maître des livres T.1, Umiharu Shinohara, 2014, Komikku, 185 p., 9791091610629*

Cette série de manga est une vraie bibliothèque à elle seule! Et pas n’importe quelle bibliothèque : une bibliothèque spécialisée en littérature jeunesse. Les rayons – pardon! – les pages de ce seinen redonnent à cette littérature toutes ses lettres de noblesse et permettent à tous de redécouvrir les classiques du genre. Attention, en suivant plusieurs personnages passionnés du livre, vous courez le risque de suivre le même chemin qu’eux ! (AP)

Moi, assassin, Keko et Antonio Altarriba, 2014, Denoël Graphic, 134 p., 9782207116883*

Enrique Rodriguez Ramirez est un professeur d’histoire de l’art et un spécialiste réputé sur la représentation de la souffrance dans l’art. C’est aussi un tueur en série. Il ne se présente pas comme un maniaque sadique ou pervers, mais plutôt comme un artiste, un chercheur dans l’art du meurtre. Il se sent obligé d’innover pour chacune de ses « créations », chaque meurtre étant une œuvre d’art unique. L’assassin nous explique sa « démarche artistique » et les raisons motivant ses actes. Un album dérangeant et intense, porté par un graphisme superbe. Incontournable. (PP)

Voix de la nuit, Ulli Lust d’après Marcel Beyer, 2014, Çà et là, 364 p., 9782369902034*

Après la parution en 2010 de Trop n’est pas assez, qui lui valut le prix Artémisia de la bande dessinée féminine de l’année, nous attendions calmement un nouvel opus d’Ulli Lust. Notre patience est récompensée avec cette adaptation d’un roman de Marcel Beyer relatant la rencontre d’Hermann Karnau, un acousticien allemand embrigadé par le régime à cause de sa théorie sur la langue allemande, et Helda Goebbels, la fille aînée du ministre de la propagande nazie. Lust joue habilement sur ces deux univers diamétralement opposés en alternant les tons de bichromie pour chacun des protagonistes : tons sombres et violents pour Hermann, trop investi dans son projet pour réaliser l’horreur qui l’entoure ; teintes plus douces et effacées pour Helga, adolescente qui pressent la catastrophe inéluctable qui les attend dans le bunker d’Hitler. Le son est évidemment omniprésent tout au long du récit, faisant office de métronome lugubre annonçant l’apocalypse d’une idéologie. Cet ouvrage dense et envoûtant est à lire à tout prix. (RSH)

INTÉGRALES ET COMPILATIONS

Soulignons la réédition du premier tome de la série Barbarella (Humanoïdes Associés, 9782731697612*) en grand format et numéroté, considéré par plusieurs comme la première bande dessinée pour adultes lors de sa parution en 1964, et d’un recueil de huit contes cruels et iconoclastes de Roland Topor, Strips panique (Wombat, 9782919186624*), parus entre 1962 et 1996. (RSH)

***

Sélection et rédaction d’Hélène Brosseau, Sylvain Cabot, Boris Nonveiller, Aurélie Philippe, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en suivant les hyperliens des ISBN.

 



© 2007 Librairie Monet