Le Délivré

Archive pour la catégorie ‘Prix littéraires’


22 mars 2017  par nos libraires jeunesse

Les Prix jeunesse des libraires du Québec 2017

Les grands gagnants du Prix jeunesse des libraires du Québec 2017 ont été dévoilés! Voici les heureux récipiendaires ainsi que les finalistes dans chacune des catégories. Bravo à tous et à toutes!

Pour en savoir plus sur ces albums et romans, cliquez tout simplement sur les titres sélectionnés.

Lauréats 2017, 0-5 ans – Québec

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


29 novembre 2016  par nos libraires jeunesse

Finalistes du Prix jeunesse des libraires du Québec 2017

 

Catherine Trudeau, ambassadrice du Prix Jeunesse des libraires du Québec, a récemment dévoilé la liste des finalistes du Prix jeunesse des libraires du Québec 2017. Dix-huit livres qui ont conquis les membres du comité de sélection par leur intelligence, leur douceur, leur originalité, leur humour, leur véracité et leurs grandes qualités littéraires.

Organisé par l’Association des libraires du Québec, ce prix littéraire vous propose dix-huit livres, les meilleurs, à mettre sous le sapin!

Bonne chance à tous et à toutes!

LES FINALISTES

Catégorie Québec, 0-5 ans:

Quand le père Noël était petit…, de Linda Bailey et Geneviève Godbout (Éditions Scholastic)

Toto veut la pomme, de Mathieu Lavoie (Éditions Comme des géants)

Deux garçons et un secret, d’Andrée Poulin et Marie Lafrance (Éditions de la Bagnole)

Catégorie hors Québec, 0-5 ans

La princesse et le poney, de Kate Beaton (Éditions Scholastic)

Petit Elliot dans la grande ville, de Mike Curato (Éditions Casterman)

Interdit aux éléphants, de Lisa Mantchev et Taeeun Yoo (Éditions Des éléphants)

Catégorie Québec, 6-11 ans

Tommy l’enfant-loup : Les aventures de Bill Bilodeau, l’ami des animaux, de Samuel Archibald et Julie Rocheleau (Éditions Le Quartanier)

Le prisonnier sans frontières, de Jacques Goldstyn (Bayard CanadaLivres)

Le facteur de l’espace, de Guillaume Perreault (Éditions de La Pastèque)

Catégorie hors Québec, 6-11 ans

Le garçon qui nageait avec les piranhas, de David Almond et Oliver Jeffers (Éditions Gallimard jeunesse)

Amanda et les amis imaginaires, de A.F. Harrold et Emily Gravett (Éditions du Seuil)

Quand c’était la guerre et que je ne comprenais pas le monde, de Joke van Leeuwen (Alice Éditions)

Catégorie Québec, 12-17 ans

Nouvelle-Orléans, de Camille Bouchard (Éditions Québec Amérique)

Camille, de Patrick Isabelle (Leméac éditeur)

Zazie, T.1: Ça va être correct, de Marie-Renée Lavoie (Éditions Hurtubise)

Catégorie hors Québec, 12-17 ans

Le garçon au sommet de la montagne, de John Boyne (Éditions Gallimard jeunesse)

Moi et les Aquaboys, de Nat Luurtsema (Éditions Gallimard jeunesse)

Nous sommes tous faits de molécules, de Susin Nielsen (Éditions La courte échelle)

Le comité de sélection est composé des libraires suivants:

Isabelle Bigras (Archambault, Berri), Pierre-Alexandre Bonin (Librairie Monet, Montréal), Catherine Chiasson (Librairie Bric à Brac, Montréal), Chantal Fontaine (Librairie Moderne, Saint-Jean-sur-Richelieu), Karine Hudon (Librairie Carcajou, Laval), Barbara Ottevaere (Librairie Gallimard, Montréal) et Vicky Sanfaçon (Librairie Pantoute, Québec).

La liste des finalistes sera soumise à tous les libraires du Québec, qui éliront un lauréat par volet. Les six lauréats seront couronnés à la fin du mois de février à Montréal. Les trois lauréats québécois recevront une bourse de 2 000 $ du Conseil des arts de Montréal. Tous les lauréats recevront aussi une œuvre de l’artiste Louis-Georges L’Écuyer.

Pour plus d’information sur le Prix jeunesse des libraires, veuillez cliquer ici.

Pour commander ces albums et ces romans via notre site monet.leslibraires.ca, veuillez cliquer sur les titres sélectionnés.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


26 octobre 2016  par nos libraires

Les Prix littéraires du Gouverneur général 2016 – Volet francophone

L’automne venu, le milieu littéraire attend avec impatience le dévoilement des Prix littéraires du Gouverneur général du Canada. Chapeauté par le Conseil des arts du Canada, les jurés, émanent de chacune des disciplines concernées, se penchent sur l’abondante production éditoriale parue récemment.

Chaque lauréat reçoit une bourse de 25 000$. Les finalistes reçoivent quant à eux 1 000$, alors que les éditeurs obtiennent une somme de 3 000$ pour faire la promotion des oeuvres primées.

Toutes nos félicitations vont aux lauréat.e.s, aux finalistes et à leur éditeur!

Catégorie Romans et nouvelles

La lauréate est Dominique Fortier

Au péril de la mer, Éditions Alto, 2015

Aux belles heures de sa bibliothèque, le Mont-Saint-Michel était connu comme la Cité des livres. C’est là, entre les murs gris de l’abbaye, que trouva refuge, au quinzième siècle, un peintre hanté par le souvenir de celle qu’il aimait. C’est là, entre ciel et mer, que le retrouvera cinq cents ans plus tard une romancière qui cherche toujours le pays des livres. Ils se rencontreront sur les pages d’un calepin oublié sous la pluie. Avec ferveur et intelligence, Dominique Fortier grave dans notre esprit un texte en forme de révélation, qui a la solidité du roc et l’ivresse des navires aban-donnés. À la fois roman et carnet d’écriture, Au péril de la mer est un fabuleux hommage aux livres et à ceux qui les font.

Les finalistes étaient:

La femme qui fuit, d’Anaïs Barbeau-Lavalette, 2015, Éditions Marchand de feuilles

Les enfants de Liverpool, de Hugues Corriveau, 2015, Éditions Druide

Blanc dehors, de Martine Delvaux, 2015, Éditions Héliotrope

L’année la plus longue, de Daniel Grenier, 2015, Éditions Le Quartanier

Catégorie Poésie

Le lauréat est Normand de Bellefeuille

Le poème est une maison de bord de mer, Éditions du Noroît, 2016

Après Le poème est une maison de long séjour, Le poème est une maison de bord de mer constitue le second volet de la trilogie Catalogues affectueux. L’ensemble se veut une réflexion à la fois théorique et lyrique sur l’inscription de la parole poétique dans ce qu’il est convenu d’appeler très légèrement la biographie. Et cela aurait aussi pu être cyniquement intitulé Tentative d’autobiographie poétique non-autorisée… Ou alors, plus sérieusement Pour une théorie générale de la mélancolie. Car le poème parlant est porteur de cette mélancolie sans doute seule susceptible de réconcilier notre prétentieuse volonté de contrôle sur nos matériaux et notre si difficile acceptation de ce qui nécessairement nous échappera – mieux : doit nous échapper en cours d’écriture.

Les finalistes étaient:

Personne et le Soleil, de Louise Bouchard, 2015, Les Herbes rouges

Au monde. Inventaire, d’Antoine Dumas, 2015, Éditions du Passage

La dureté des matières et de l’eau, de Pierre Nepveu. 2015, Éditions du Noroît

Je suis la fille du baobab brûlé, de Rodney Saint-Éloi, 2015, Éditions Mémoire d’encrier

Catégorie Théâtre

Le lauréat est Wajdi Mouawad

Inflammation du verbe vivre, Leméac éditeur / Actes Sud-Papiers, 2016

Vingt-quatre siècles après la création de Philoctète, Wahid entreprend de monter cette tragédie de Sophocle, l’immortel porteur des peines du monde. Mais le décès du poète Robert Davreu, qui devait en assurer une nouvelle traduction, complique son travail. Afin de retourner aux origines de la pièce et d’en imaginer la scénographie, il entame alors un voyage en Grèce, à la recherche des malheurs du grand Argonaute.

Les finalistes étaient:

Le faux pas de l’actrice dans sa traîne, d’Hervé Bouchard, Éditions Le Quartanier, 2016

La divine illusion, de Michel Marc Bouchard, Leméac éditeur, 2015

Les haut-parleurs, de Sébastien David, Leméac éditeur, 2015

Five kings : l’histoire de notre chute, d’Olivier Kemeid, Leméac éditeur, 2015

Catégorie Essais

Le lauréat est Roland Viau

Amerindia : essais d’ethnohistoire autochtone, Les Presses de l’Université de Montréal, 2015

De nos jours, on ne défend plus l’idée que les peuples autochtones conquis et colonisés étaient sans culture ou sans histoire, tout en reconnaissant néanmoins que leur histoire était obscure et leur univers culturel opaque pour les premiers voyageurs européens. Roland Viau écrit ici la rencontre entre l’Europe et l’Amerindia en donnant la parole à l’Autre. Sa perspective est globale, proche de la world history – symbiose entre les disciplines de la mémoire: ethnologie, histoire et archéologie – et loin de la vision d’un monde façonné par le seul Occident. Sans poursuivre le procès d’intention fait aux colonisateurs de l’Amérique du Nord, l’auteur dresse un portrait saisissant des Autochtones à travers le récit de leurs traditions orales, leurs cosmologies et leurs mythes. Il nous invite à penser le monde dans sa longue durée et dans la compréhension des relations souvent conflictuelles entre les sociétés dominantes du Nord et les nations encore globalement dominées du Sud.

Les finalistes étaient:

La main gauche de Jean-Pierre Léaud, d’André Habib, Éditions du Boréal, 2015

Être et ne pas être, de Michel Morin, Les Herbes rouges, 2016

Exercices d’amitié, d’Yvon Rivard, Leméac éditeur, 2015

La vie flottante. Une pensée de la cération, de Louise Warren, Éditions du Noroît, 2015

Catégorie Littérature jeunesse – texte

Le lauréat est François Gilbert

Hare Krishna, Leméac éditeur, 2016

Mikael Dionne a seize ans, bientôt dix-sept. Il a quitté la Beauce pour une dérive montréalaise qui l’a conduit, après un vol à l’étalage raté, à devenir un dévot de Krishna. Quand il débarque dans son village natal vêtu en moine, le crâne rasé, il fait figure d’extraterrestre. C’est l’occasion de retrouver malgré lui son ancienne identité, son frère, sa parenté, ses amis, le curé de sa paroisse, qui critiquent son choix et cherchent à le ramener dans le « droit chemin ». Mais cette vie tracée d’avance peut-elle encore lui convenir ?

Les finalistes étaient:

Nouvelle-Orléans, de Camille Bouchard, Éditions Québec Amérique, 2016

Quand hurle la nuit, de Mario Brassard, Soulières éditeur, 2015

Fé M Fé, d’Amélie Dumoulin, Éditions Québec Amérique, 2015

Camille, de Patrick Isabelle, Leméac éditeur, 2015

Catégorie Littérature jeunesse – livres illustrés

Les lauréats sont Stéphanie Lapointe et Rogé

Grand père et la Lune, Éditions XYZ, 2015

Quand c’est sa candidature qui est retenue au Concours-de-qui-ira-sur-la-Lune, la jeune héroïne de cette histoire se réjouit de faire plaisir à son grand-père, qui souhaite la voir déployer son plein potentiel. Mais rien ne se passe comme prévu. Sur le ton de la fable, Grand-père et la Lune montre avec beaucoup de sensibilité qu’il faut parfois savoir remettre en question les rêves qui guident nos pas. Un roman graphique poignant, où chacun, qu’il soit petit ou qu’il soit grand, trouvera une histoire qui lui est

Les finalistes étaient:

Le mystère des billes d’or, de Jules Asselin et Ninon Pelletier, Éditions L’Interligne, 2016

Florence et Léon, de Simon Boulerice et Delphie Côté-Lacroix, Éditions Québec Amérique, 2016

Deux garçons et un secret, de Andrée Poulin et Marie Lafrance, Éditions de la Bagnole, 2016

Pikiq, de Yayo, Éditions de la Bagnole, 2015

Catégorie Traduction française

La lauréate est Catherine Ego

La destruction des Indiens des Plaines : maladies, famines organisées, disparition du mode de vie autochtone, de James Daschuk, Presses de l’Université Laval, 2015

La conquête des Plaines constitue l’un des chapitres mythiques de l’histoire du Canada. Mais le mythe a son versant sombre. En quelques années seulement, des milliers d’Autochtones sont morts; les survivants ont été réduits en sujétion. Dans cet ouvrage passionnant et bouleversant, James Daschuk analyse les causes de cet effroyable massacre : les maladies venues de l’Ancien Monde; les rigueurs du climat; mais surtout, la politique ethnocidaire du gouvernement canadien.

Les finalistes étaient:

Elle nage, de Marianne Apostolides, Éditions La Peuplade, 2016, traduction de Madeleine Stratford

Les hautes montagnes du Portugal, de Yann Martel, Éditions XYZ, 2016, traduction de Christophe Bernard

Joshua, de Mordecai Richler, Éditions du Boréal, 2015, traduction de Lori Saint-Martin et Paul Gagné

Le grand retour : le réveil autochtone, de John Ralston Saul, Éditions du Boréal, 2015, traduction de Daniel Poliquin

Source: Conseil des arts du Canada

Tous ces livres et albums sont disponibles à la Librairie Monet ou via notre site monet.leslibraires.ca. Pour les commander, veuillez cliquer sur les titres sélectionnés.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



© 2007 Librairie Monet