Le Délivré

Archive pour la catégorie ‘▪ Littérature’


12 juin 2015  par nos libraires

Littératures – La crème de mai 2015

Comme chaque mois, notre équipe de libraires a passé en revue l’ensemble de l’effarante production pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

Romans, nouvelles et récits québécois et canadiens – La sélection de Caroline Scott

ReineFrançoise De Luca, 2015, Éditions Marchand de feuilles,  215 p., 9782923896458

Ce roman d’amitié est une vibrante déclaration d’amour adressée à une amie de jeunesse, femme haute en couleur, tardivement retrouvée. C’est l’histoire d’une de ces amitiés totales de l’adolescence, qui semblent inconditionnelles, mais qui se trouvent durement éprouvées par le passage à l’âge adulte, l’affirmation des ambitions, des idéaux, des valeurs de chacun.

Vers l’est, Mathieu Handfield, 2015 (NE), Éditions de ta mère, 200 p., 9782923553788

Ce premier roman de Mathieu Handfield, qui tient à la fois du western, du conte et du récit initiatique, raconte la quête de trois compagnons de voyage (un malade incurable, un meurtrier en fuite et l’auteur peu inspiré d’un spectacle de fin d’année) qui se retrouvent, malgré tout ce qui les sépare, liés par le destin et par un homme qui porte une fausse moustache, afin de vaincre leurs démons et, peut-être, la mort. C’est une histoire aussi réconfortante que déroutante, comme les larmes d’un ours savant amateur de whisky.

Douze histoires et une noyadeMichel Vézina, 2015, Éditions Coup de tête, 300 p., 9782896711413

Douze histoires de plage et une noyade est le premier recueil collectif publié chez Coups de tête. Ces Histoires de plage, qui viendront célébrer à la fois le huitième anniversaire de la maison et l’interruption de ses publications, sont nées dans l’esprit pétillant de Marie-Chantale Gariépy : il s’agissait de faire se retrouver des auteurs de styles et d’origines diverses sur une même plage, par un bel été, et de leur faire écrire à chacun une nouvelle noire.

Poésie québécoise et canadienne – La sélection de Caroline Scott

L’année de ma disparition, Carole David, Éditions Herbes rouges, 80 p., 9782894195192

Je suis entrée dans le boisé de mon enfance avec l’intention d’y rester. J’étais douée pour une existence hasardeuse, je ne m’appartenais plus corps et biens. Des photographies, des objets perdus ont suffi à me faire disparaître. J’ai donné un congé définitif aux vies qui m’habitaient. Je ne sais rien de ce que j’écris. Ces poèmes sont l’écume de ma chute. C. D.

CiseauxRoxanne Desjardins, 2015, Éditions Herbes rouges, 72 p., 9782894194621

Pour faire un poème, prenez des ciseaux. Découpez le sens en formes vertes. Mettez les morceaux dans un sac que vous agiterez doucement. Décantez : « je ne pars pas à la beauté envisageable je ne vends pas / mon corps algonquin // je n’ai qu’une chaise à la place des reins pour rester debout ». Si hasard il y a, il semble, dans Ciseaux, avoir atteint sa cible tant ce livre étonne par la singularité de ses images, la patiente décortication des mécanismes de l’attachement à laquelle il s’adonne : « l’éclipse retrouvée sous les décombres / à la rafale on aurait mis une maison : / vingt-quatre phares pris dans un terrier de neige ».

Romans, nouvelles et récits étrangers – La sélection de Benoit Desmarais

Miniaturiste, Jessie Burton, 2015, Editions Gallimard, coll. Du monde entier, 504 p., 9782070144228

Amsterdam, 1686. Nella, 18 ans, s’installe dans l’opulente demeure que Johannes, le marchand d’âge mûr qu’elle vient d’épouser, partage avec sa soeur. En cadeau de mariage, il lui offre une maison de poupée reproduisant la leur, qu’elle entreprend d’animer grâce à un miniaturiste. Les créations de l’artisan lèvent peu à peu le voile sur les mystères de la maison et de ses occupants. Premier roman.

Et tu n’es pas revenu, Marceline Loridan-Ivens avec Judith Perrignon, 2015, Éditions Grasset, 106 p., 9782246853916

La cinéaste, déportée alors qu’elle était adolescente, écrit une lettre à son père disparu à Auschwitz. Une vie plus tard, en souvenir d’un message qu’il lui a transmis avant de disparaître, elle se remémore la haine des nazis, l’amour de ce père idéaliste et la recherche de la paix. Prix de l’Académie des Lilas 2015.

Daisy sisters, Henning Mankell, 2015, Editions du Seuil, coll. Cadre vert, 502 p., 9782021030198

Été 1941, Suède. Deux amies de 17 ans, Elna et Vivi, surnommées les Daisy sisters en référence aux duos de chanteuses américaines de l’époque, partent à bicyclette à travers le pays, en longeant la frontière de la Norvège alors occupée par les nazis. Elna se fait violer et revient chez elle enceinte d’Eivor. 1960, Eivor a 18 ans, révoltée contre sa mère, elle rêve de liberté et s’enfuit.

Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés, Arto Paasilinna, 2015, Editions Denoël, coll. Et d’ailleurs, 323 p., 9782207118016

Le professeur Surunen, membre d’Amnesty International, décide de quitter la Finlande pour libérer les prisonniers politiques du Macabraguay, un petit pays d’Amérique centrale. Sur place, il organise l’évasion de cinq personnes, puis, après avoir été torturé en prison, il accompagne l’un de ses protégés dans un pays communiste d’Europe de l’Est, la Vachardolsavie.

Lila , Marilynne Robinson, 2015, Éditions Actes sud, coll. Lettres anglo-américaines, 356 p., 9782330043407

Lila, une enfant délaissée, grandissant dans l’Amérique de la Grande Dépression, est enlevée par une femme qui l’entraîne dans une existence nomade. Devenue une jeune femme, réservée, réticente, elle arrive à Gilead, rencontre le pasteur Ames, et l’épouse. Sa grossesse déclenche une lutte intérieure intense chez Lila, effrayée par l’idée que son enfance déracinée pourrait nuire à son enfant…

en poche

Amour, colère et folie, Marie Vieux-Chauvet, 2015, Éditions Zulma, 498 p., 9782843047381

Amour raconte l’amour impossible de Claire, qui a la peau plus noire que ses soeurs. Dans Colère, Rose représente le peuple haïtien dont les bourreaux ont volé le corps et l’âme. Folie dresse le portrait de trois poètes ivres de rhum qui sombrent progressivement dans la folie après s’être enfermés sur eux-mêmes pour échapper aux mauvais esprits.

Au revoir là-haut, Pierre Lemaitre, 2015, Le Livre de poche, 619 p., 9782253194613

Rescapés de la Grande Guerre, Albert et Edouard comprennent que le pays ne veut plus d’eux. La France glorifie ses morts et oublie les survivants. Condamnés à l’exclusion et refusant de céder à l’amertume, ils imaginent ensemble une arnaque gigantesque qui mettra tout le pays en effervescence… Prix des libraires de Nancy-Le Point 2013, prix Goncourt 2013, prix roman France Télévisions 2013.

Le collier rouge, Jean-Christophe Rufin, 2015, Editions Gallimard, coll. Folio, 163 p., 9782070462971

En 1919, le juge Lantier du Grez est, pour sa dernière affaire, confronté à Morlac, un ancien poilu arrêté pour comportement anarchiste lors d’un défilé : il avait décoré son chien de sa médaille militaire et tenu des propos antimilitaristes. Entre l’aristocrate et le paysan, le dialogue s’instaure peu à peu, faisant remonter les souvenirs d’une époque tourmentée.

Quattrocento, Stephen Greenblatt, 2015, Éditions Flammarion, coll. Libres champs, 381 p., 9782081312814

En 1417, Poggio Bracciolini, jeune humaniste sans emploi depuis la déposition de l’antipape Jean XXIII, part sur les routes à la recherche de textes antiques. En Allemagne, il découvre un manuscrit du De rerum natura de Lucrèce, poème dont la diffusion permet une redécouverte du matérialisme antique. Prix Pulitzer 2012.

Tir aux pigeons, Nancy Mitford, 2015, Éditions 10/18, 190 p., 9782264062307

A Londres pendant la Seconde Guerre mondiale, Lady Sophia Garfield rêve d’être espionne. Elle passe du temps au Ritz avec ses amis, aristocrates excentriques, en imaginant des stratégies pour séduire le beau Rudolph Jocelyn. Bientôt, le conflit l’atteint sous son propre toit.

Polars, romans noirs, thrillers et espionnage – La sélection de Morgane Marvier

Pukhtu Primo, DOA, 2015, Editions Gallimard, coll. Série noire, 673 p., 9782070135523

C’est l’histoire d’un père qui, comme tous les pères, craint de se voir privé de ses enfants par la folie de son époque. Ou celle d’un fils éloigné de sa famille par la force du destin. Ou encore celle d’un homme qui cherche à redonner un sens à sa vie. Elle se passe en Asie centrale, en Afrique, en Amérique du Nord, et raconte des guerres sanglantes, des conflits secrets, le trafic de drogue…

Du sang sur la glace, Jo Nesbo, 2015, Éditions Gallimard, coll. Série noire, 153 p., 9782070145225

Olav est le tueur à gages attitré d’un gangster qui règne sur la prostitution et le trafic de drogue à Oslo. Lorsqu’il tombe enfin sous le charme de la femme de ses rêves, deux problèmes de taille se posent : c’est la jeune épouse infidèle de son patron, et il est chargé de la tuer.

Des forêts et des âmes : une enquête de Pierre-Arsène Leoni, Éléna Piacentini, 2015, Éditions Au-delà du raisonnable, 385 p., 9782919174218

L’agent Aglaé Cimonard est dans le coma. Pour l’aider, le commandant Leoni se rend dans les Vosges, dans un centre de soins psychologiques pour adolescents où une amie de son agent est standardiste. Trois pensionnaires sont dans la même situation. Il pourrait y avoir un lien avec le laboratoire pharmaceutique qui finance la clinique, leader sur le marché des antidépresseurs.

Le dandy-détective Friedrich von Allmen est expert dans la recherche d’œuvres d’art volées. Sa dernière enquête lui a permis de retrouver une toile de la série des Dahlias peints par Henri Fantin-Latour. Mais Allmen sait qu’il doit son succès à l’aide précieuse de Carlos, son fidèle serviteur-associé, et de Maria, l’amie de ce dernier qui joue désormais un rôle de premier plan. Aussi décide-t-il de voler immédiatement à son secours lorsqu’il apprend qu’elle a été enlevée et qu’une rançon est exigée…

Cry father, Benjamin Whitmer, 2015, Éditions Gallmeister, coll. Néonoir, 317 p., 9782351780893

Depuis la mort de son fils, Patterson Wells erre à travers les zones dévastées de Denver et noie son chagrin dans l’alcool. Il se lie d’amitié avec Junior, le fils de son meilleur ami, un dealer ayant un penchant certain pour la bagarre. Les deux hommes vont peu à peu être entraînés dans une spirale de violence.

en poche

Les âmes perdues de Dutch Island, John Connolly, 2015, Éditions Pocket. coll. Thriller, 507 p., 9782266255349

Réfugiée avec son fils à Dutch Island, petite île du Maine, Marianne s’est isolée pour échapper à Moloch, un criminel violent et dépravé qui fut son mari. Alors que d’étranges événements ont lieu dans l’île, Marianne apprend que Moloch s’est évadé de prison.

Je suis Pilgrim, Terry Hayes, 2015, Le Livre de poche, coll. Thriller, 909 p., 9782253001676

Un homme prend sa retraite des renseignements américains et écrit un livre de criminologie dans l’anonymat le plus total, une jeune femme est assassinée à New York, un père est décapité en Arabie saoudite, un homme vit dans un laboratoire secret syrien. Cette succession d’événements forme un terrible complot menaçant l’humanité.

Pain, éducation, liberté : une enquête de Kostas Charitos, Petros Markaris, 2015, Éditions Points, coll. Policiers, 256 p., 9782757851746

Athènes, 2014. Alors que la Grèce vient de quitter l’euro, Charitos est confronté à trois meurtres d’hommes de la génération Polytechnique qui, en 1973, avait résisté à la dictature des colonels avant de régner sur le pays et de se remplir les poches. Sur les cadavres est retrouvé un enregistrement audio avec le slogan révolutionnaire de l’époque : pain, éducation, liberté.

Dans la rue j’entends les sirènes, Adrian McKinty, 2015, Le Livre de poche, coll. Policier, 449 p., 9782253093138

Suite des aventures du détective Sean Duffy à Belfast, alors sous tension. Cette fois-ci, il est confronté à un torse retrouvé dans une valise et il ne dispose comme indice que d’un tatouage pour identifier la victime et retrouver son assassin.

Le piège de Vernon, Roger Smith, 2015, Le Livre de poche Policier, 450 p., 9782253184409

Au moment où la petite Sunny, 4 ans, se noie, son père, Nick, fume de l’herbe et sa mère, Caroline, est dans les bras de son amant. Vernon Saul, un ancien policier au passé trouble, assiste à la scène mais ne fait rien pour sauver la fillette. Quand tout est fini, il fait un bouche-à-bouche inutile pour Sunny, mais très utile pour son plan : manipuler et faire chanter Nick.

Science-fiction, fantastique et fantasy – La sélection d’Emmanuelle Cartier

L’autre ville, Michal Ajvaz, 2015, Mirobole éditions, 220 p., 9791092145359

Dans une librairie de Prague, un homme trouve un livre écrit dans un alphabet inconnu et l’emporte chez lui ; bientôt l’ouvrage lui ouvre les portes d’un univers magique et dangereux. À mesure qu’il s’enfonce dans les méandres de cette autre ville, il découvre des cérémonies baroques, des coutumes étranges et des créatures fascinantes ; derrière la paisible Prague des touristes, des cafés se muent en jungles, des passages secrets s’ouvrent sous les pieds et des vagues viennent s’échouer sur les draps… Livre hypnotique entre merveilleux et surréalisme, L’Autre Ville est une ode à la quête, et au courage nécessaire pour affronter les nouveaux mondes qui ne cessent de nous appeler.

Les ferrailleurs Volume 1, Le château, écrit et illustré par Edward Carey, 2015, Éditions Grasset, 452 p., 9782246811855

La demeure des ferrailleurs est un grand manoir de Londres, composé d’objets trouvés et de bouts d’immeubles remontés en un étrange puzzle. La tradition veut qu’à la naissance, chaque membre de la famille reçoive un objet dont il devra prendre soin toute sa vie. Clod a reçu une bonde universelle et est capable d’entendre parler les objets.

La ménagerie de papier, Ken Liu, 2015, Éditions Le Bélial, coll. Quarante-deux, 438 p., 9782843441332

« Elle plaque la feuille sur la table, face vierge exposée, et la plie. Intrigué, j’arrête de pleurer pour l’observer. Ma mère retourne le papier et le plie de nouveau, avant de le border, de le plisser, de le rouler et de le tordre jusqu’à ce qu’il disparaisse entre ses mains en coupe. Puis elle porte ce petit paquet à sa bouche…

Or et nuit, Mathieu Rivero, 2015, Éditions Les Moutons électriques, coll. Bibliothèque voltaïque, 249 p., 9782361831905

Des mille et une histoires que j’ai pu conter, aucune n’est aussi fabuleuse que celle que je m’apprête à te narrer. On y voyage de cités mortes en jardins luxuriants, de royaumes en déserts et de geôles en palais. On y croise djinns et ghûls, sultans et dragons, reines et démons, et les lignées maudites s’y affrontent autant que les passions se déchaînent. Vois-tu, elle recèle en son cœur une bien plus unique distinction. Cette histoire d’amour et de mort est vraie : je l’ai vécue. Parole de Shéhérazade. Mathieu Rivero est un jeune auteur lyonnais, dont Or et nuit marque l’entrée en fantasy par la porte de l’inspiration orientale à la Mille et une nuits, dont il constitue une suite. Les récits s’y mêlent, les destins aussi, des voleurs et des princes, des royaumes et des sortilèges, des complots et des combats : la magie et le suspense sont au rendez-vous.

Les veilleurs, Connie Willis, 2015, Éditions Nouveaux Millénaires, 538 p., 9782290097960

Propulsé en 1940 à Londres par le professeur Dunworthy sans la moindre préparation, John Bartholomew intègre la brigade des veilleurs du feu, ces héros qui ont sauvé la cathédrale Saint-Paul des bombes allemandes… À cette époque, de nombreux Londoniens se réfugiaient dans le métro, dont plusieurs stations portent aujourd’hui encore de bien curieux stigmates… Et tandis que d’autres vont chercher la mort beaucoup plus loin, sur les rives antiques du Nil, certains accueillent en eux la présence des dieux à têtes d’animaux pour en faire un commerce fort lucratif… Voici quelques-uns des thèmes abordés dans ces neuf nouvelles et courts récits primés – parmi lesquels « Les veilleurs du feu », préquelle au roman Black-Out et au cycle temporel –, qui donnent à voir un aperçu complet des talents de conteuse de Connie Willis.

en poche

Bizarro, Dave Côté, Éric Gauthier et Guillaume Voisine, 2015, Éditions Maison des viscères, 289 p., 9782981286987

LE JARDIN D’UMMFRANG Dave Côté Depuis des millénaires, les démons cultivent des jardins. À la recherche de la perfection, ils sculptent les vies des hommes, coupant par-ci, raboutant par-là. Mais lorsqu’un démon ancien et renommé transplante une fleur à la beauté impossible, il découvrira les sombres racines de ses outils démoniaques. FINE STAY INN Éric Gauthier Où que vous alliez, un Fine Stay Inn vous attend. Des hôtels beiges et prévisibles… jusqu’au jour où tout dérape. Quand les portes désintègrent les gens, quand les clients prisonniers expriment des lubies meurtrières, quand la fuite mène à des dangers plus absurdes encore, il faut savoir s’adapter, quitte à devenir soi-même un aventurier de l’étrange. LE CONTRASTE DE L’ÉTERNITÉ Guillaume Voisine L’équipe de reconnaissance d’une corporation minière découvre un temple mystérieux dans une ceinture d’astéroïdes. Au coeur du temple, il y a l’oeuf, aussi fascinant qu’improbable. Puis c’est l’éclosion… qui libère des doubles de l’équipage. Tous identiques, si ce n’est de leurs tendances à la perversion et aux atrocités. Illustrations par Mary Khaos.

Exodes, Nicolas Handfield, Daniel Sernine, Luc Dagenais et al., 2015, Éditions Maison des viscères, 300 p., 9782981286949 – En vente à la Librairie Monet

Six histoires d’horreur inspirées par le terroir québécois. AURORE, L’ENFANT DU DIABLE, de Nicolas Handfield. HÉCATE, de Daniel Sernine 514 YIH-OOPI, de Luc Dagenais. Et les micronouvelles de Richard Tremblay, Martin Mercure et Geneviève Blouin. Quatre nominations au prix Aurora/Boréal 2013.

L’ambassade des anges, Benoît Renneson, 2015, Éditions Les Moutons électriques, coll. Hélios, 186 p., 9782361832049

Le Sanctuaire a tout d’une cité idéale : ayant aboli la guerre, elle n’a ni muraille ni armée. Pourtant, une troupe de soldats reste en faction sur la colline qui la surplombe et les magisters, héritiers d’anciens chevaliers, sont toujours aux aguets. Justus et Angel, deux jeunes cartographes, plongent au coeur des secrets de la cité pour trouver l’origine de ces tensions.

Je suis la reine : et autres histoires inquiétantes, Anna Starobinets, 2015, Éditions Gallimard, coll. Folio SF, 195 p., 9782070455263

Un recueil de nouvelles qui créent une atmosphère glaçante et angoissante. Dans la Russie contemporaine, Sacha s’invente des règles drastiques, un employé de bureau développe des sentiments confus pour une soupe qui pourrit dans son réfrigérateur, Dima se réveille dans un train, près d’une femme qui dit être son épouse, Maxime, 8 ans, affirme être la reine du monde, etc

Il est difficile d’être un dieu, Arkadi & Boris Strougatski, 2015, Éditions Gallimard, coll. Folio SF, 289 p., 9782070461677

La planète Arkanar ploie sous la férule du tyrannique ministre de la Sécurité. Cette société semi-féodale qui persécute ses intellectuels intéresse l’Institut d’histoire expérimentale de la Terre qui, elle, est peuplée d’humanistes tout-puissants considérés comme des dieux. Le jeune Rumata apprend qu’il est dangereux pour un dieu de se mêler du sort des mortels.

Les textes sont fournis par les éditeurs, sauf mention d’une contribution de nos libraires.

Tous ces livres sont disponibles à la Librairie Monet et via notre site monet.leslibraires.ca dans leur version papier ou numérique, si disponible.

 


1 juin 2015  par nos libraires

Littératures – Le choix des lecteurs – Mai 2015

Voici les titres que les habitués de la Librairie Monet ont préférés en ce mois de Mai 2015, parmi les milliers de romans de tous genres que nous leur proposons, qu’il s’agisse de parutions récentes ou de titres déjà plébiscités. De bonnes idées de lecture pour les vacances qui approchent…

Romans, nouvelles et récits québécois et canadiens

1- Ce qu’il reste de moi, Monique Proulx, 2015, Éditions du Boréal, coll. Littérature, 432 p., 9782764623817

Qu’ont en commun l’hassid de la rue Durocher se pressant vers la synagogue, l’artiste qui donne une performance au Quartier des spectacles et la foule au Centre Bell, galvanisée par un but des Canadiens ? Ils ont Montréal. Ils ont la ferveur, l’appel au dépassement qui palpite dans le sol montréalais. Un gisement mystique est bel et bien enfoui sous les artères de Montréal depuis que Jeanne Mance, empreinte d’absolu, est venue il y a plus de trois cents ans et y a laissé son cœur. Avec ce roman d’aventures multiples et d’êtres intenses, Monique Proulx nous propose une brûlante réflexion sur les liens qui nous unissent aux origines.

2- De Rose à Rosa, Michel-Olivier Gasse, 2014, Éditions Tête première, 200 p., 9782924207345

C’est l’histoire d’un gars qui passe beaucoup de temps sur son balcon, avec la ruelle comme le décor d’une pièce en représentation continuelle. C’est la vie à Montréal par la porte d’en arrière, dans le grondement bienveillant des avions, avec l’autoroute à un jet de pierre. Par la force des choses, ça devient aussi l’histoire de Rose, la vieille voisine/pilier qui donne le ton et la saveur au quartier. Puis le gars déménage à deux rues de là et le rôle de Rose est repris par Rosa. L’histoire continue. C’est comme ça, ça ne s’invente pas. De Rose à Rosa, c’est le feuilleton que Michel-Olivier Gasse nous a fait découvrir sur Voir.ca, dont les textes et quelques inédits sont réunis ici en un récit témoin d’une époque, d’un quartier et des gens qui l’habitent. On y retrouve bien sûr la plume singulière de Gasse, mais surtout ce regard aigre-doux sur la vie, qui ne peut naître que lorsqu’on prend le temps de la regarder passer.

3- Le sang du cerf, Rosalie Lavoie, 2012, Leméac éditeur, 120 p., 9782760933545

Hannah était une ombre dans le regard, une tache dans l’harmonie sociale, une violoniste grotesque. Mais peu importe puisque Hannah est morte. Pendant que le corps se décompose à ses côtés, avant que les traces de cette erreur n’aient fini de disparaître, le narrateur la raconte. Et en écrivant son histoire, l’écrivain donnera un rôle à la paria, puisqu’il en fera son personnage. Dans cet audacieux premier roman, Rosalie Lavoie superpose habilement les discours pour mieux révéler sous leur jour le plus cru des tensions souvent silencieuses.

ex-aequo

L’orangeraie, Larry Tremblay, 2013, Éditions Alto, 200 p., 9782896941698

Quand Amed pleure, Aziz pleure aussi. Quand Aziz rit, Amed rit aussi.Ces frères jumeaux auraient pu vivre paisiblement à l’ombre des orangers. Mais un obus traverse le ciel, tuant leurs grands-parents. La guerre s’empare de leur enfance et sépare leurs destins. Des hommes viennent réclamer vengeance pour le sang versé. Amed, à moins que ce ne soit Aziz, devra consentir au plus grand des sacrifices. Et tous payeront le tribut des martyrs, les morts comme ceux qui restent.Larry Tremblay frappe encore un grand coup, mais vise cette fois le cœur, laissant au lecteur le soin de départager les âmes pures des fourbes, les fanatiques des héros. Un texte à la fois actuel et hors du temps qui possède la force brute des grandes tragédies et le lyrisme des légendes du désert.

4- Six degrés de liberté, Nicolas Dickner, 2015, Éditions Alto, 300 p., 9782896942183

Où l’on raconte l’histoire d’une jeune fille qui désire repousser les limites de l’expérience humaine, d’un hacker qui veut optimiser la circulation mondiale des bananes et des coussins, d’une employée de la GRC qui rêve d’en finir une bonne fois pour toutes avec la géographie, d’un septuagénaire qui perd un boulon, d’une acheteuse compulsive bipolaire, de six perruches et d’un chat intermittent, tous unis dans un jeu de société à l’échelle planétaire dont personne ne connaît les règles.

5- Une âme et sa quincaillerie, Alain Labonté, 2015, Del Busso éditeur, 118 p., 9782923792651

Dans mon âme, il y a une quincaillerie. Chaque outil qui s’y trouve façonne ma vision du monde. Chaque jour est un nouveau jour pour entretenir les raisons de me tenir debout, de lire entre les lignes de l’incompréhensible et de l’inconsolable. » Voilà un livre absolument étonnant dans lequel Alain Labonté se révèle sans fausse pudeur, tout en abordant les grands thèmes de l’amour filial, du respect de la différence et de la fraternité humaine.

ex-aequo

À l’état sauvage, Robert Lalonde, 2015, Éditions du Boréal, 168 p., 9782764623763

Un écrivain vit seul dans sa trop grande maison, encore hantée par la présence de son père, avec qui il y a vécu mais qui est depuis longtemps disparu, et par celle de la femme qui vient de le quitter. Son métier l’appelle sans cesse sur la route et l’amène à croiser des hommes qui, à un moment ou à un autre de sa vie, ont contribué à forger celui qu’il est devenu, ou des enfants, qui lui rappellent l’émerveillement ou la fragilité de celui qu’il a été. Robert Lalonde donne ici un roman-mosaïque composé d’une suite d’histoires qui se font écho. S’y dessinent toutes les figures des relations que les hommes peuvent tisser entre eux, mentor, disciple, rival, ami, amant. Dans une prose somptueuse, il peint de manière éblouissante la nature qui entoure ses personnages et où se reflète le moindre mouvement de leur âme.

en poche

1- Ça va aller, Catherine Mavrikakis, 2013, Éditions Bibliothèque québécoise, 161 p., 9782894063439

Écrit sur le droit-fil du syndrome identitaire, ce roman-pamphlet est une plongée lucide dans les profondeurs de la psyché québécoise. Sappho Didon Apostasias, qui rage contre un peuple captif de sa fascination pour l’enfance, fomente un plan pour donner jour au plus grand écrivain d’ici avant de tirer un trait sur sa propre existence. Parmi les obstacles qui l’attendent, la littérature n’est pas le moindre : Sappho s’en réclame tout en refusant l’impitoyable acidité de son effet miroir sur les êtres et les sentiments qu’elle engendre.

ex-aequo

Ru, Kim Thúy, 2014, Éditions internationales Alain Stanké, coll. 10/10, 144 p., 9782897220020

Écrit sur un ton féminin, sensible et très original, Ru dénote un grand talent dans l’art de raconter, où le souvenir devient prétexte tantôt au jeu, tantôt au recueillement. L’ouvrage est composé de très courts textes liés un peu comme dans une ritournelle, ce qui permet de faire le pont entre tous les événements que la narratrice a connus et qu’elle relate avec beaucoup d’esprit, de finesse : sa naissance au Vietnam pendant la guerre, sa fuite avec les boat people, son accueil dans une petite ville du Québec, ses études, ses liens familiaux, sa vie amoureuse, son enfant autiste… Ru présente le récit intimiste d’une survivante, oscillant entre le tragique et le comique, entre le prosaïque et le spirituel, qui contient toute la grandeur de la vie.

2- Métis Beach, Claudine Bourbonnais, 2015, Éditions du Boréal, format poche, 456 p., 9782764623824

« Croyez-vous en Dieu, monsieur Carr ? » Cette question, on me la poserait souvent désormais, et toujours avec un air entendu. Comme si, déjà, on cherchait à débusquer en moi l’imposteur. Après tout : ne pas croire en Dieu dans ce pays n’est-il pas antiaméricain ? À cinquante ans, le scénariste Roman Carr est au sommet de sa gloire. Sa série télévisée In Gad We Trust, satire cinglante de l’Amérique et de sa relation avec Dieu, fait un tabac. Roman Carr, né Romain Carrier, se taille une place enviable à Hollywood, aboutissement d’un long parcours tortueux pour ce Gaspésien qui a fui son village dans des circonstances troubles en 1962, à l’âge de dix-sept ans.

ex-aequo

Le mur mitoyen, Catherine Leroux, 2014, Éditions Alto, coll. Coda, 323 p., 9782896942121

Madeleine parle toute seule, même quand elle a de la compagnie. Lorsque son fils revient avec une demande qui bouleverse sa vie, elle comprend à qui elle s’adresse quand elle ne parle à personne. En se serrant la main pour la première fois, Ariel et Marie s’évanouissent. Des années plus tard, ils sont mariés, Ariel est à la tête d’un pays en déroute et ils sont sur le point de défaillir de nouveau. Entre deux tremblements de terre, Simon et Carmen tentent de poser à leur mère la question la plus ancienne de leur existence. La réponse qu’elle leur livre malgré elle crée entre eux une fracture digne de la faille de San Andreas…

Les aurores montréales, Monique Proulx, 1997, Éditions du Boréal, coll. Boréal compact, 238 p., 9782890528741

À la fois émouvante réflexion sur l’identité et fine satire de nos mœurs locales, ces nouvelles sont écrites avec une efficacité redoutable. Si parfois vous doutez que Montréal ait une âme, la lecture des Aurores montréales vous rassurera.

À toi, Kim Thúy et Pascal Janovjak, Éditions internationales Alain Stanké, coll. 10/10, 176 p., 9782897220068

« 8 823 km. Kim dort. Je suis seul face à ses derniers mots. Tous les jours, ils tombent dans ma boîte. Ce ne sont pas des lettres, juste des signes tapés sur un écran, envoyés à la vitesse de la lumière, par-delà mers et continents. Si cela avait été des lettres, il y aurait sur le papier des parfums d’océan, des traces de nuages. »

Romans, nouvelles et récits étrangers

1- Trois fois dès l’aube, Alessandro Baricco, 2015, Éditions Gallimard, coll. Du monde entier, 120 p., 9782070142378

Deux personnages se rencontrent à trois reprises. Un homme commence à parler avec une femme dans le hall de son hôtel et, quand celle-ci a un malaise, il l’héberge dans sa chambre. Leur conversation se poursuit, l’homme s’ouvre à elle mais mal lui en prend. Un portier d’hôtel aide une jeune cliente à s’enfuir afin d’échapper à son compagnon, un individu violent et dangereux. Plus âgé qu’elle, il lui révèle qu’il a passé treize ans en prison à la suite d’un meurtre. Malcolm, le personnage de la première rencontre, est encore enfant quand ses parents meurent dans l’incendie de leur maison. Pour le soustraire aux suites de ce drame et l’emmener dans un endroit sûr, une inspectrice de police le conduit chez un de ses amis. Trois histoires nocturnes qui se concluent à l’aube et qui marquent, chacune à sa façon, un nouveau départ. Trois facettes qu’Alessandro Baricco rassemble en un récit hypnotique et puissant, non dépourvu d’élégance et même de sensualité.

ex-aequo

Daisy sisters, Henning Mankell, 2015, Éditions du Seuil, coll. Cadre vert, 502 p., 9782021030198

Eté 1941, Suède. Deux amies de 17 ans, Elna et Vivi, surnommées les Daisy sisters en référence aux duos de chanteuses américaines de l’époque, partent à bicyclette à travers le pays, en longeant la frontière de la Norvège alors occupée par les nazis. Elna se fait violer et revient chez elle enceinte d’Eivor. 1960, Eivor a 18 ans, révoltée contre sa mère, elle rêve de liberté et s’enfuit.

2- L’instant présent, Guillaume Musso, 2015, XO Éditions, 373 p., 9782845637795

Entre Lisa, serveuse qui rêve de devenir comédienne, et Arthur Costello, jeune médecin urgentiste, la complicité est immédiate lorsqu’ils se rencontrent dans un bar de Manhattan. Lisa est prête à tout pour le séduire, mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Il lui révèle une terrible vérité qui rend leur amour impossible.

3- La confession de la lionne, Mia Couto, 2015, Éditions Métailié, coll. Bibliothèque portugaise , 233 p., 9791022601474

Lorsque le chasseur Arcanjo Baleiro arrive à Kulumani, il se trouve pris dans des relations complexes et énigmatiques où se mêlent faits, légendes et mythes. L’aventure est racontée par deux voix, celles du chasseur et dune jeune fille, qui a sa propre théorie sur l’origine et la nature des attaques des bêtes.

4- La vie des elfes, Muriel Barbery, 2015, Éditions Gallimard, coll. Blanche, 297 p., 9782070148325

Maria vit dans un village reculé de Bourgogne. Clara, qui a grandi dans les Abruzzes, est envoyée à Rome afin d’y développer son don musical. Les deux fillettes, en apparence sans lien, sont en contact toutes deux avec le monde des elfes. Or une grave menace, venue d’un elfe dévoyé, plane sur l’humanité. Maria et Clara doivent unir leurs forces afin de déjouer ses plans.

en poche

1- Les derniers jours de nos pères, Joël Dicker, 2015, Éditions de Fallois, coll. Poche, 456 p., 9782877068963

En 1940, le jeune Parisien Paul-Emile, qui souhaite rejoindre la Résistance, gagne Londres où le Special operation executive créé par Churchill le recrute. Il est chargé, en compagnie d’autres Français avec qui il suit un entraînement intense, de retourner en France pour y grossir les rangs de la Résistance invisible. Pendant ce temps, le contre-espionnage allemand veille. Premier roman.

2- La cuisinière d’Himmler, Franz-Olivier Giesbert, Éditions Gallimard, coll. Folio, 410 p., 9782070459704

Le portrait de Rose, cuisinière et personnage truculent, qui a traversé le XXe siècle et les vicissitudes de l’histoire sans jamais perdre sa joie de vivre et sa sensualité. Avec quelques recettes en fin d’ouvrage.

ex-aequo

L’art d’écouter les battements de coeur, Jan-Philipp Sendker, 2015, Le Livre de poche, 331 p., 9782253068297

Orphelin originaire de Birmanie, Tin Win est un garçon hors du commun : il est capable de déchiffrer l’âme des gens en écoutant leurs battements de coeur. Grâce à ce don, il va connaître un amour immense, contrarié par bien des obstacles. C’est cette histoire fabuleuse que va découvrir, des années plus tard, sa fille Julia, jeune avocate à New York. Déterminée à percer le mystère qui entoure le passé de son père, Julia retourne en Birmanie dans le village où il a grandi et pénètre dans un univers dont elle ne soupçonnait pas la richesse. Une histoire d’amour exceptionnelle, empreinte de spiritualité orientale et digne d’un conte de fées.

3- Au revoir là-haut, Pierre Lemaitre, 2015, Le Livre de poche, 619 p., 9782253194613

Rescapés de la Grande Guerre, Albert et Edouard comprennent que le pays ne veut plus d’eux. La France glorifie ses morts et oublie les survivants. Condamnés à l’exclusion et refusant de céder à l’amertume, ils imaginent ensemble une arnaque gigantesque qui mettra tout le pays en effervescence… Prix des libraires de Nancy-Le Point 2013, prix Goncourt 2013, prix roman France Télévisions 2013.

4- La lettre à Helga, Bergsveinn Birgisson, 2015, coll. Points, 120 p., 9782757840795

De retour pour un été dans la maison où il passa toute sa vie, Bjarni Gislason décide d’écrire à la seule femme qu’il ait jamais aimée : Helga. Depuis le temps, la plupart des témoins ont disparu mais l’ancien éleveur de brebis se souvient de tout : la violence de son désir, l’âpreté de son existence, la beauté de la nature… Sa lettre, qui tient autant de la déclaration d’amour passionnée que de l’hymne à la terre et au mode de vie rural, est pour lui l’occasion de faire une dernière fois le tour de ce que fut son existence, et de s’interroger sur les raisons qui poussent un homme à faire « la sourde oreille » au « doux appel de l’amour ».

Romans policiers québécois et canadiens

1- Violence à l’origine : une enquête de Victor Lessard, Martin Michaud, 2014, Éditions Goélette, 456 p., 9782896905782

Responsable de la section des crimes majeurs en l’absence de son supérieur, le sergent-détective Victor Lessard se voit confier la mission d’enquêter sur la mort d’un haut gradé du SPVM dont on a retrouvé la tête dans un conteneur à déchets. Formé du jeune Loïc Blouin-Dubois, de l’inimitable Jacinthe Taillon et de Nadja Fernandez, avec qui Victor partage sa vie, le groupe d’enquête qu’il dirige doit faire vite, car l’assassin a laissé un message qui annonce de nouvelles victimes. Confronté à un tueur particulièrement retors, qui peint de lugubres graffitis sur le lieu de ses meurtres et évoque un curieux personnage surnommé le « père Noël », pressé d’obtenir des résultats rapides par sa hiérarchie sans pour autant recevoir l’appui nécessaire, Victor Lessard s’entête envers et contre tout à résoudre « l’affaire du Graffiteur », dédale inextricable d’une noirceur absolue qui ravivera les meurtrissures de son âme, ébranlera ses convictions les plus profondes et le mènera au bord du gouffre. Peut-on vouloir le mal pour faire le bien ?

2- La mort mène le bal, Chrystine Brouillet, 2015, Éditions de l’Homme, 224 p., 9782761942836

Serial killer à ses heures, Louise n’aime rien tant que la douce routine en compagnie de ses chats. Lorsqu’elle apprend qu’une menace pèse sur le chic restaurant où elle travaille, son sang ne fait qu’un tour. S’attaquer au parrain d’une dangereuse famiglia est toutefois bien compliqué. Mais quand une jolie infirmière qui sème la mort sur son passage s’intéresse d’un peu trop près à Guido, le chef de Carte Noire, les masques tombent. Résolue à défendre les siens, Louise reprend du service… avec la détermination qu’on lui connaît!

ex-aequo

L’affaire Myosotis, Luc Chartrand, 2015, Éditions Québec-Amérique, coll. Tous continents, 472 p., 9782764428337

Paul Carpentier, un ancien journaliste, vit en Israël avec sa femme, Rachel, et leur fils, David. Un meurtre dans la bande de Gaza vient catalyser la crise qui couvait et une trépidante chasse à l’homme se met en branle. Carpentier se retrouve rapidement seul contre une formidable machine de renseignement et de propagande et, tandis que se profile une lutte féroce pour le pouvoir en Israël sur fond de complicités politiques au Canada, il tentera de découvrir la vérité… et de sauver sa vie.

Excellence Poulet, Patrice Lessard, 2015, Éditions Héliotrope, coll. Héliotrope noir, 240 p., 9782923975627

Coin Papineau et Saint-Zotique. Luc Touchette est assassiné dans la ruelle derrière sa garderie, qui se trouve dans le même immeuble que le Salon Spa Afrodite. Y a-tu juste une autre place que Montréal où ça se peut de mettre une garderie à côté d’un salon de massage érotique ? s’indigne Mélissa Picard, éducatrice en deuil de son patron, devant le sergent-détective Sylvain Paquet qui ne sait trop quoi répondre, ÉROTIQUE ! hurle l’éducatrice, c’est quoi le lien avec une garderie, hein ? pis après c’est le bordel pis vous vous demandez pourquoi ! Gil Papillon, notre héros, fréquente la rôtisserie Excellence Poulet, à un jet de pierre de la garderie. Il n’a rien à voir dans cette histoire mais il est curieux et, depuis son retour forcé du Portugal, s’ennuie. C’est comme ça qu’il finira par s’en mêler.

Romans policiers étrangers

1- Les ombres de Katyn, Philip Kerr, 2015, Éditions du Masque, coll. Grands formats, 476 p., 9782702441596

Mars 1943. Le Reich vient de perdre Stalingrad et le moral est au plus bas. Pour Joseph Goebbels, il faut absolument redonner du panache à l’armée allemande et porter un coup aux Alliés. Or sur le territoire soviétique, près de la frontière biélorusse, à Smolensk, ville occupée par les Allemands depuis 1941, la rumeur enfle. Des milliers de soldats polonais auraient été assassinés et enterrés dans des fosses communes. Dans la forêt de Katyn, aux abords de la ville, des loups auraient d’ailleurs déterré des fragments de corps. Qui est responsable de ce massacre ? L’Armée rouge sans doute. Pour Goebbels, c’est l’occasion rêvée pour discréditer les Russes et affaiblir les Alliés. Il a l’idée d’envoyer sur place une autorité neutre, le Bureau des crimes de guerre, réputé anti-nazi, pour enquêter objectivement sur cette triste affaire. Le capitaine Bernie Gunther, qui y officie est la personne idéale pour accomplir cette délicate mission. Gunther se retrouve dans la forêt de Katyn avec une équipe pour exhumer les quatre mille corps des officiers polonais et découvrir la vérité, quelle qu’elle soit.

2- Temps glaciaires, Fred Vargas, 2015, Éditions Flammarion, 489 p., 9782081360440

Paris. Une vieille dame, Alice Gauthier, est retrouvée morte dans sa baignoire, les veines des poignets tranchées. Suicide ou meurtre ? Le commissaire Bourlin, en charge du dossier, est bientôt rejoint par le commissaire Adamsberg et le commandant Danglard de la brigade criminelle. Une autre mort suspecte et paraissant liée les mène alors jusqu’en Islande. Prix Landerneau polar 2015.

3- Une enquête du commissaire Brunetti: Le garçon qui ne parlait pas, Donna Leon, 2015, Éditions Calmann-Lévy, 284 p., 9782702154526

Brunetti enquête sur un handicapé mental mort d’une overdose de somnifères, qui travaillait dans le pressing de la femme de son chef. Cet homme n’a ni acte de naissance, ni passeport, ni permis de conduire, ni carte de crédit : il n’a jamais existé pour l’administration italienne. Au fil des révélations, le commissaire commence à soupçonner les Lembo, des aristocrates, d’être mêlés à cette mort…

4- Dans la ville en feu, Michael Connelly, 2015, ÉEditions Calmann-Lévy, 387 p., 9782702141564

Au milieu des émeutes de 1992 à Los Angeles, Harry Bosch découvre, parmi de nombreux cadavres, celui d’une journaliste danoise, Anneke Jespersen. Il ne peut enquêter sur elle que vingt ans plus tard, à partir d’une douille et d’une boîte noire qui lui permettent de remonter jusqu’à un groupe de personnes soucieuses de protéger des secrets communs.

5- Personne ne le croira, Patricia MacDonald, 2015, Éditions Albin Michel, coll. Spécial suspense, 343 p., 9782226314697

Suite à l’arrestation de leur fille Lisa, soupçonnée d’avoir assassiné son mari, Hannah et Adam prennent en charge leur petite-fille Sydney et s’enfuient loin de Nashville. Renommés Anna et Alan, ils tentent de construire une nouvelle vie avec Sydney qu’ils font passer pour leur fille, mais le passé ne tarde pas à les rattraper.

ex-aequo

Du sang sur la glace, Jo Nesbo, 2015, Éditions Gallimard, coll. Série noire, 160 p., 9782070145225

Quand on gagne sa vie en supprimant des gens, il peut être compliqué, voire dangereux, d’être proche de qui que ce soit. Olav est le tueur à gages attitré d’un gangster qui règne sur la prostitution et le trafic de drogue à Oslo. Lorsqu’il tombe enfin sous le charme de la femme de ses rêves, deux problèmes de taille se posent. C’est la jeune épouse — infidèle — de son patron. Et il est chargé de la tuer…

en poche

1- Je suis Pilgrim, Terry Hayes, 2015, Le Livre de poche, coll. Thriller, 909 p., 9782253001676

Un homme prend sa retraite des renseignements américains et écrit un livre de criminologie dans l’anonymat le plus total, une jeune femme est assassinée à New York, un père est décapité en Arabie saoudite, un homme vit dans un laboratoire secret syrien. Cette succession d’événements forme un terrible complot menaçant l’humanité.

ex-aequo

Yeruldelgger, Ian Manoo, 2015, Le Livre de poche, coll. Policier, 646 p., 9782253163886

Rude journée pour le commissaire Yeruldelgger Khaltar Guichyguinnkhen. A l’aube, il apprend que trois Chinois ont été découpés au cutter dans une usine près d’Oulan-Bator. Quelques heures plus tard, dans la steppe, il déterre le cadavre d’une fillette aux boucles blondes agrippée à son tricycle rose. Il y avait la Suède de Mankell, l’Islande d’Indridason, l’Ecosse de Rankin, il y a désormais la Mongolie de Manook ! Une maîtrise époustouflante pour le polar le plus primé et le plus dépaysant de tous les temps.  Yeruldelgger est le seul polar triplement récompensé : le prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes, le prix SNCF 2014 et le prix des lectrices de Elle – Polar.

2- La formule de Dieu : l’énigme d’Einstein, José Rodrigues dos Santos, 2013, Éditions Pocket, coll. Best, 716 p., 9782266236560

Printemps 1951, deux espions de la CIA épient la rencontre entre David Ben Gourion, Premier ministre israélien, et Albert Einstein. Cinquante ans plus tard, Tomas Noronha, expert en cryptologie, doit déchiffrer un cryptogramme sur un manuscrit écrit de la main d’Einstein dont le contenu pourrait renverser l’ordre mondial. Il serait tout simplement la preuve scientifique de l’existence de Dieu.

3- Les enquêtes du département V Volume 3: Délivrance, Jussi Adler-Olsen, 2015, Le Livre de poche, coll. Thriller, 732 p., 9782253184386

A Wick, en Ecosse, une bouteille en verre traîne depuis des années sur le rebord d’une fenêtre d’un commissariat. A l’intérieur, une lettre que personne n’a vue, dont les premiers mots sont un appel au secours, écrit en danois, avec du sang. A Copenhague, Carl Morck prend l’affaire en charge et réalise que le message a été écrit dans les années 1990, par un jeune garçon enlevé avec son frère.

ex-aequo

Prague fatale, Philip Kerr, 2015, Le Livre de poche, coll. Policier, 563 p., 9782253000419

Berlin, 1942. Capitaine dans le service de renseignement SS, Bernie Gunther est de retour du front de l’Est. Alors qu’il a été affecté au service des homicides et qu’il enquête sur l’assassinat d’un ouvrier néerlandais, il surprend un homme battant sa femme dans la rue et décide de protéger l’inconnue et de l’emmener avec lui à Prague, où Heydrich l’a invité.

Une enquête de l’inspecteur Harry Hole: Police, Jo Nesbo, 2015, Éditions Gallimard, coll. Folio Policier, 670 p., 9782070462988

Un policier d’Oslo est assassiné sur les lieux d’un crime non élucidé, le jour de son anniversaire. S’ensuit la mort de deux autres hommes ayant participé à des enquêtes infructueuses. La police est dépassée par les événements, et l’inspecteur Harry Hole ne semble plus en mesure d’aider qui que ce soit.

Science-fiction, fantastique et Fantasy

1- Les héritiers d’Enkidiev Volume 11, Double allégeance, Anne Robillard, 2015, Éditions Wellan, 456 p., 9782924442289

L’Empereur Noir a été vaincu et les soldats magiciens sont rentrés chez eux pour poursuivre leur vie. Quinze ans plus tard, assoiffés de connaissances, les héritiers d’Enkidiev partent à la conquête de terres inconnues. Mais que trouveront-ils au-delà des territoires d’Enkidiev… amis ou ennemis? Onyx poursuit sa conquête du nouveau monde et découvre des peuples tout aussi fascinants les uns que les autres. Ensorceleuse, la petite Obsidia occupe de plus en plus de place dans le cœur de son père… Kira convoque les Chevaliers d’Émeraude afin qu’ils se préparent à déloger Kimaati d’An-Anshar et à libérer Myrialuna et sa famille. Qui répondra à son appel? Pressé par le temps, Lassa part une fois de plus à la recherche de la petite pacificatrice qui doit empêcher la guerre d’éclater… la trouvera-t-il à temps? Heureux, car il a enfin rassemblé sa famille autour de lui, Kimaati attend maintenant avec impatience le retour d’Auroch et de son armée pour asseoir sa domination sur le monde des humains. Pendant ce temps, sous son propre toit, une enchanteresse prépare in sombre complot… Qui est réellement Tayaress? Qui sert-il? Et surtout, qui sont ses véritables cibles?

2- Le trône de fer : l’intégrale Volume 4, George R.R. Martin, 2015, Éditions Pygmalion, coll. Fantasy, 1197 p., 9782756408415

Le royaume de Sept Couronnes ne cesse de s’enliser dans la guerre civile. Sur le Mur, l’intervention armée de Stannis Baratheon contre les sauvageons place le nouveau lord-commandant de la Garde de nuit dans une situation difficilement tenable.

en poche

1- Le trône de fer : l’intégrale Volume 5, George R.R. Martin, 2015, Éditions J’ai lu, coll. Semi-poche, 1195 p., 9782290107096

Le royaume des Sept Couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le Mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le Trône de fer. Tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors, s’en sortiront indemnes…

2- Mission spéciale Stevenson, Clark Darlton et Karl-Herbert Scheer, 2015, Éditions Pocket, coll. Les aventures de Perry Rhodan, 298 p., 9782266248570

En juillet 3587, des vestiges garbeshiens ont été retrouvés dans les cavernes souterraines de la planète au soleil fendu. Grâce aux informations recueillies sur les Chevaliers de l’Abîme et sur Armadan d’Harpoon, la CoDiPG pourrait bénéficier d’importants atouts pour convaincre les Orbitaux de leur méprise. Ceux-ci continuent de se déployer et menacent à présent la planète Ferrol.

3- Silo, Hugh Howey, 2015, Éditions Actes Sud, coll. Babel, 618 p., 9782330037376

L’atmosphère de la Terre étant devenue toxique, les survivants vivent dans un immense silo souterrain, avec pour seul lien avec la surface des caméras. Mais les bannis de la société, renvoyés dehors, vont tous, de manière inexpliquée, nettoyer les capteurs des caméras avant de mourir. Prix des libraires du Québec 2015 (roman étranger).

Essais littéraires

1- Ma vie rouge Kubrick, Simon Roy, 2014, Éditions du Boréal, coll. Liberté grande, 176 p., 9782764623329

« The Shining », de Stanley Kubrick, cette histoire étrange située dans un hôtel où s’installent hors saison un écrivain, sa femme et leur garçon aux pouvoirs extrasensoriels, a impressionné une foule de spectateurs depuis sa sortie en 1980. C’est à l’âge de dix ans que Simon Roy a découvert ce film, médusé par une réplique : « Tu aimes les glaces, canard ? » Depuis, il l’a revu au moins quarante-deux fois, sans doute parce qu’il « contient les symptômes tragiques d’une fêlure » qui l’habite depuis des générations. La relation méticuleuse entretenue avec le maléfique récit lui aura permis d’intégrer les éléments troubles de sa « généalogie macabre », d’en accuser le coup. Un ouvrage singulier, stupéfiant. Prix des Libraires du Québec 2015.

2- Essais de littérature appliquée, Jean Larose, 2015, Éditions du Boréal, coll. Papiers collés, 152 p., 9782764623565

Jean Larose rassemble ici une vingtaine de textes écrits au fil des années, dont les sujets sont aussi variés qu’actuels mais qui tous se veulent des exercices de « littérature appliquée », misant sur cette lumière particulière, à la fois impitoyable et compatissante, que jettent sur le monde qui nous entoure l’expérience de la littérature et la pratique des grandes œuvres de la culture. Tableau du Québec actuel et, plus largement, de la nouvelle civilisation qui se met en place, cette suite d’aperçus exprime tantôt l’inquiétude, tantôt la colère, parfois l’espoir, d’un esprit farouchement attaché à des valeurs (la langue, l’éducation, la mémoire) dont l’effacement met en péril cela même qui humanise la vie humaine, dignité, lucidité, liberté. Les lecteurs retrouveront ici le style tout à fait unique de Jean Larose, cette prose flamboyante, ce franc-parler, cette sorte de jubilation de la pensée et de l’écriture qui font de lui l’un des essayistes les plus singuliers de la littérature québécoise contemporaine.

ex-aequo

Du fond de mon arrière-cuisine – Les salicaires, Jacques Ferron, 2015, Éditions Bibliothèque québécoise, 272 p., 9782894063729

Ce recueil de trente-sept textes illustre avec ardeur l’engagement politique du docteur Ferron, ses relations avec le Québec d’avant la Deuxième Guerre mondiale, mais aussi sa connaissance intime des oeuvres de Gabrielle Roy, de Louis-Ferdinand Céline, de Louis Hémon et de Damase Potvin, des contes de La chasse-galerie, de la dialectique du chanvre, de Molière, d’Albert Camus, de Marguerite Yourcenar, d’Anne Hébert, de Saint-Denys-Garneau, d’Albert Memmi et de son célèbre Portrait du colonisé. Dans « Claude Gauvreau », le docteur rend un hommage posthume au poète, mort en 1971, qu’il a bien connu et dont il a suivi les séjours à Saint-Jean-de-Dieu. Enfin, dans « Les salicaires », il se livre à une douloureuse confession autobiographique, autour d’une réflexion sur la mort, la folie et la création. Selon Jean-Marcel Paquette, ami de l’écrivain et exégète de l’oeuvre, « ce texte est un sommet du lyrisme ferronnien et constitue sans aucun doute l’un des plus forts de toute la littérature québécoise ».

Le bouquin des méchancetés et autres traits d’esprit, François Xavier Testu, 2015, Éditions Robert Laffont, coll. Bouquins, 1153 p., 9782221129500

La méchanceté est un art à la condition d’être drôle et inspirée. Préfacé par un maître du genre, Philippe Alexandre, cet ouvrage offre le florilège le plus complet et jubilatoire qui soit des traits d’esprit, saillies, épigrammes et autres «vacheries» qui ont jalonné l’histoire littéraire, mondaine et politique de l’Antiquité à nos jours. Certaines époques et certains milieux se sont particulièrement illustrés dans cet exercice vivifiant : les cercles littéraires des XVIe et XVIIe siècles, les salons et la cour de France au siècle des Lumières, le monde politique et la société mondaine de la IIIe République, l’Angleterre postvictorienne, la grande période hollywoodienne de l’entre-deux-guerres… Autant de moments où la liberté d’esprit et une lucidité aiguisée se sont exprimées sans crainte de démystifier et tourner en ridicule les figures installées du conformisme intellectuel et de l’académisme pontifiant.

Poésie québécoise et canadienne

1- Le sang d’encre – Le cabaret des ombres, Caroline Scott, 2015, Claude Drouin Éditeur, 60 p., 9782981393135 – en vente à la Librairie Monet

écrire est la seule façon que j’ai / de ne pas quémander / qui me lit consent à ma parole / accepte tacitement de m’écouter / j’accroche en guirlande / des signes convenus des taches / sans voix créer l’indicible / pour des maux sans langue / murmurer / dans les yeux intéressés / d’un autre.

En lisant, en vivant, des images apparaissent et disparaissent ; on entend des voix, on s’en remet à elles ; certaines sont là depuis l’enfance et l’adolescence, d’autres ont surgi dans des moments de bonheur, mais aussi dans des moments où, désespéré, on cherche un ailleurs dans les mots. En lisant, en écrivant, icônes, études, méditations sont la somme personnelle de l’expérience de la lecture, de la possibilité de rêver et de se forger sa propre image du monde. Lus, écrits, seule et en silence, fort et devant public, les poèmes de ce manuel célèbrent les figures mythiques et tutélaires penchées sur le berceau des petites filles.

3- L’âge de la parole : poèmes, 1949-1960, Roland Giguère, 2013 (NE), Éditions Typo, coll. Poésie, 192 p., 9782892953923

Paru à l’Hexagone en 1965, L’âge de la parole était une oeuvre nouvelle en même temps qu’une somme ; en rassemblant des poèmes d’abord publiés aux Éditions Erta et les inédits qui ont donné son titre à l’ouvrage, Roland Giguère a composé l’un des livres-phares de la poésie québécoise.

ex-aequo

Les cent plus beaux poèmes québécois, Pierre Graveline (Dir.), 2012, Éditions Fides, coll. Biblio-Fides, 232 p., 9782762131345

La poésie québécoise est aujourd’hui lue, récitée, appréciée et reconnue dans le monde entier. Cette anthologie invite à la découverte de cette poésie, l’une des plus originales contributions de la culture québécoise à l’imaginaire de l’humanité.

Tous ces livres sont disponibles à la Librairie Monet ou via notre site monet.leslibraires.ca en version papier ou numériques si disponibles, en cliquant sur les titres sélectionnés.


25 mai 2015  par nos libraires

Littératures – Retour sur les parutions d’avril 2015

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de l’effarante production pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

Littérature québécoise et canadienne – La sélection de Caroline Scott

La Bête à sa mère, David Goudreault, 2015, Éditions internationales Alain Stanké, 232 p., 9782760411708

« Ma mère se suicidait souvent. Elle a commencé toute jeune, en amatrice. Très vite, maman a su obtenir la reconnaissance des psychiatres et les égards réservés aux grands malades. Pendant que je collectionnais des cartes de hockey, elle accumulait les diagnostics. » Le drame familial d’un homme seul. Et des chats qui croisent sa route.

Ce qu’il reste de moi, Monique Proulx, 2015, Éditions du Boréal, 432 p., 9782764623817

Qu’ont en commun l’hassid de la rue Durocher se pressant vers la synagogue, l’artiste qui donne une performance au Quartier des spectacles et la foule au Centre Bell, galvanisée par un but des Canadiens ? Ils ont Montréal. Ils ont la ferveur, l’appel au dépassement qui palpite dans le sol montréalais. Un gisement mystique est bel et bien enfoui sous les artères de Montréal depuis que Jeanne Mance, empreinte d’absolu, est venue il y a plus de trois cents ans et y a laissé son cœur. Avec ce roman d’aventures multiples et d’êtres intenses, Monique Proulx nous propose une brûlante réflexion sur les liens qui nous unissent aux origines.

Ouvrir une porte : sur dix grandes oeuvres de la poésie québécoise du XXe siècle, Claude Paradis, 2015, Éditions du Noroît, coll. Chemins de traverse, 240 p., 9782890189355

Dans cet ouvrage, Claude Paradis présente 10 grandes œuvres qui ont marqué l’histoire de la poésie québécoise au XXe siècle. Tout au long de ses lectures, l’essayiste reste fidèle à la construction des recueils sélectionnés, suivant les poètes de poème en poème selon l’ordre de présentation suggéré par la structure même de leur livre. Sa conviction est qu’un recueil de poèmes s’avère une œuvre construite, au même titre que peut l’être un roman.

La tour du docteur Brinkley, Robert Hough, 2015, Éditions Marchand de feuilles, 450 p., 9782923896434

Ce roman vivant, puissant et débordant d’imagination, nous emporte dans le Mexique des années 1930, plus précisément à Corazón de la Fuente, une petite ville frontalière ravagée par la guerre où la seule entreprise est un bordel dans lequel toutes les filles sont prénommées Maria. Entre en scène le docteur John Romulus Brinkley, l’inventeur d’une « miraculeuse opération » impliquant la greffe de glandes de bouc et réputée guérir l’impuissance masculine. Lorsque Brinkley décide de construire une gigantesque tour radio pour faire la promotion de ses services sur les ondes, c’est à Corazón de la Fuente, et nulle part ailleurs, qu’il choisit de l’ériger. La fortune de la ville change du jour au lendemain, mais pas seulement pour le meilleur : la nouvelle de sa prospérité soudaine se répand, et Corazón est envahie par des despérados et des mercenaires brûlant de rouvrir d’anciennes blessures. Pire que tout, le docteur Brinkley s’est attiré les faveurs de la plus belle des citoyennes, Violeta Cruz. Cependant, avec l’aide d’une bande d’alliés hétéroclites mais exaltés – parmi lesquels se trouvent un Casanova octogénaire, un sombre aristocrate espagnol et la sorcière du village méprisée de tous -, Francisco, le fiancé éconduit de Violeta, décide de répliquer.

en poche

Du fond de mon arrière-cuisine – Les salicaires, Jacques Ferron, 2015, Bibliothèque québécoise, 272 p., 9782894063729

Ce recueil de trente-sept textes illustre avec ardeur l’engagement politique du docteur Ferron, ses relations avec le Québec d’avant la Deuxième Guerre mondiale, mais aussi sa connaissance intime des oeuvres de Gabrielle Roy, de Louis-Ferdinand Céline, de Louis Hémon et de Damase Potvin, des contes de La chasse-galerie, de la dialectique du chanvre, de Molière, d’Albert Camus, de Marguerite Yourcenar, d’Anne Hébert, de Saint-Denys-Garneau, d’Albert Memmi et de son célèbre Portrait du colonisé. Dans « Claude Gauvreau », le docteur rend un hommage posthume au poète, mort en 1971, qu’il a bien connu et dont il a suivi les séjours à Saint-Jean-de-Dieu. Enfin, dans « Les salicaires », il se livre à une douloureuse confession autobiographique, autour d’une réflexion sur la mort, la folie et la création. Selon Jean-Marcel Paquette, ami de l’écrivain et exégète de l’oeuvre, « ce texte est un sommet du lyrisme ferronnien et constitue sans aucun doute l’un des plus forts de toute la littérature québécoise ».

Forêt contraire, Hélène Frédérick, 2015, Éditions Héliotrope, coll. Série P , 168 p., 9782923975481

« Je ne marchais plus droit, et j’avais la liberté qui me brûlait entre les jambes. » La jeune femme qui habite intensément ce roman choisit de fuir Paris, sa ville d’adoption, pour rejoindre la forêt d’Inverness, au Québec. Elle s’installe incognito dans le chalet familial à l’abandon, peuplé d’absents, de cicatrices, de silences. Installée dans ce refuge provisoire, elle fait la connaissance d’André, un ancien comédien, et travestit son passé sous un prénom d’emprunt, Sophie. Au hasard de ses lectures, remonte à la surface le souvenir d’un intellectuel allemand d’extrême gauche, croisé à Montréal, puis disparu avant que Sophie n’ait pu approfondir ce qui l’attirait vers lui. Un troublant jeu de masques fait alors surgir entre ces êtres l’ambiguïté de la fiction.

Métis Beach, Claudine Bourbonnais, 2015, Éditions du Boréal, format poche 456 p., 9782764623824

« Croyez-vous en Dieu, monsieur Carr ? » Cette question, on me la poserait souvent désormais, et toujours avec un air entendu. Comme si, déjà, on cherchait à débusquer en moi l’imposteur. Après tout : ne pas croire en Dieu dans ce pays n’est-il pas antiaméricain ? À cinquante ans, le scénariste Roman Carr est au sommet de sa gloire. Sa série télévisée In Gad We Trust, satire cinglante de l’Amérique et de sa relation avec Dieu, fait un tabac. Roman Carr, né Romain Carrier, se taille une place enviable à Hollywood, aboutissement d’un long parcours tortueux pour ce Gaspésien qui a fui son village dans des circonstances troubles en 1962, à l’âge de dix-sept ans.

Littérature étrangère – La sélection de Benoit Desmarais

Le blues du troglodyte, Kenneth Cook, 2015, Éditions Autrement, coll. Littératures , 294 p., 9782746734333

Simon Crown, 35 ans, divorcé, alcoolique et au bord de la faillite, vit dans une maison troglodyte de l’arrière-pays australien. Lorsqu’un homme d’affaire véreux lui propose une affaire pour éviter la banqueroute, il accepte et ouvre la voie à une série de mésaventures.

Le coeur qui tourne, Donal Ryan, 2015, Éditions Albin Michel, col. Grandes traductions, 209 p., 9782226314789

Bobby Mahon était une figure respectée du village. L’ancien contremaître de l’entreprise locale est désormais, comme la majorité des habitants, au chômage. Sans indemnités ni espoir de retrouver du travail. La crise qui frappe de plein fouet l’Irlande comme toute l’Europe déchire les liens de sa communauté autrefois soudée. Les langues se délient, les rumeurs circulent, les tensions et les rivalités émergent. Et, faute de pouvoir s’en prendre au patron qui a mis la clé sous la porte, Bobby devient la cible d’hommes et de femmes démunis et amers. Jusqu’à l’irréparable… Donal Ryan tisse dans ce premier roman qui allie noirceur et humour une fresque humaine et sociale saisissante. À la manière d’un roman choral, dont la construction ambitieuse n’est pas sans rappeler le Faulkner de Tandis que j’agonise, vingt-et-un narrateurs se succèdent pour raconter l’histoire d’un naufrage. Mais aussi d’un espoir. À l’image de ce coeur rouillé, planté sur la porte de la maison où Bobby a grandi, qui persiste à tourner au gré du vent.

Derrière la porte, Sarah Waters, 2015, Éditions Alto, 600 p., 9782896942145

Au sud de Londres, dans une villa triste et silencieuse, la vie est sur le point de changer pour la veuve Wray et sa « vieille » fille de vingt-six ans. La Grande Guerre a fait des ravages, les temps sont durs, elles doivent se résigner à sous-louer un étage de leur demeure pour éponger leurs dettes. Les nouveaux occupants, un couple de jeunes mariés, secouent les habitudes de la maisonnée et apportent avec eux gramophone et joie de vivre. Mais quand le désir des unes s’enflamme et que la rancoeur des autres instille son venin, la table est mise pour le drame. Avec le doigté et la malice qui la caractérisent, l’auteure de L’Indésirable livre le récit d’un amour aux limites du convenable où sensualité et obsession esquissent un funeste et envoûtant pas de deux.

Mémoires d’un bon à rien, Gary Shteyngart, 2015, Éditions de l’Olivier, 397 p., 9782823604979

Le petit Igor vit les dernières heures de l’Union soviétique avant d’émigrer aux Etats-Unis, à 7 ans. De son éducation russo-américaine à ses déconvenues amoureuses, en passant par le désarroi de ses parents face à leur fils rêveur et asthmatique, qu’ils renomment Gary, l’écrivain revient sur ses origines, le poids des traditions et des attentes familiales, ainsi que sur son parcours personnel.

Quelle terreur en nous ne veut pas finir ?, Frédéric Boyer, 2015, Éditions POL, 102 p., 9782818020579

Dans cet essai, l’auteur se livre à un exercice d’analyse, de critique et de condamnation de certaines thèses xénophobe et raciste, en interrogeant son propre itinéraire, la notion d’identité, ce qu’il y aurait à défendre sous la menace d’autrui, l’amour de ses parents, les notions d’honneur, de morale, etc.

en poche

Les collines d’eucalyptus, Thu Huong Duong, 2015, Livre de poche, 875 p., 9782253099918

La descente aux enfers de Thanh, un jeune homme homosexuel sans histoire, excellent élève et fils modèle, tombé sous la coupe d’un mauvais garçon, avec qui il a fui sa famille et sa ville natale. Manipulé par son compagnon, ne pouvant se confier à personne, le jeune homme est condamné aux travaux forcés. Il finit par s’enfuir à Saïgon, croyant s’en sortir dans l’anonymat de la ville.

Gilead, Marilynne Robinson, 2015, Éditions Actes Sud, coll Babel, 328 p., 9782330043438

En 1956, sentant sa fin prochaine, le révérend John Ames rédige à l’attention de son très jeune fils une longue lettre en forme de méditation, seul héritage que sa pauvreté matérielle l’autorise à transmettre. Ames avait lui-même pour père un prêcheur de l’Iowa et pour grand-père un pasteur engagé, durant la guerre civile, dans la lutte pour l’abolition de l’esclavage. En rapportant les tensions dont il fut le témoin entre l’ardent pacifisme de l’un et l’activisme belliqueux de l’autre, le révérend Ames évoque au fil des pages le lien sacré qui, entre tendresse et inévitables conflits, unit les pères aux fils. De l’exercice du souvenir aux illuminations, des défaites de l’esprit à ses incertaines victoires, des enivrements de la chair ou des errements du coeur aux vertiges du mysticisme, c’est dans une langue aussi émouvante qu’inspirée que l’ultime sermon du révérend Ames élève à l’étrange grâce de vivre un hymne superbe, ample comme le pays dont il narre, à sa façon, l’histoire, bouleversant comme une prière.

La préface du nègre, Le Minautaure 504 : et autres nouvelles, Kamel Daoud, 2015, Éditions Actes Sud, coll Babel, 139 p., 9782330039462

Un athlète algérien qui court le marathon des JO d’Athènes se sent investi des attentes de tout un peuple. Un chauffeur de taxi livre sa détestation d’Alger au long d’une logorrhée hallucinée. Un militaire expose à la Foire internationale un prototype d’avion qu’il a conçu seul ou presque, espérant susciter l’intérêt des habitants de la capitale. Un écrivain embauché pour faire le nègre se rebiffe et outrepasse son rôle. Un Arabe imaginaire s’identifie au sauvage, au nègre, à Vendredi, cherchant dans ces figures inventées par d’autres la place censée être la sienne. Toutes ces voix d’hommes perdus, dépossédés de leurs rêves, se confrontent à une même question : qu’est-ce qu’être algérien aujourd’hui ? Égarés dans le labyrinthe de leurs obsessions, entravés dans leurs tentatives de révolte, les personnages de ces nouvelles donnent à voir l’Algérie contemporaine dans sa violence refoulée et son absurdité.

Un certain mois d’avril à Adana, Daniel Arsand, 2015, Éditions Libretto, 326 p., 9782752908094

Adana, au sud de la Turquie, en avril 1909, la communauté chrétienne arménienne est victime d’un massacre perpétré par les étudiants d’Union et progrès, prélude au génocide de 1915-1916. Toros Véramian, Diran Mélikian, Atom Papazian et leurs amis assistent impuissants à la montée de la haine et combattent comme ils peuvent. Premier prix Chapitre du roman européen 2011.

Vivre, penser, regarder, Siri Hustvedt, 2015, Éditions Actes Sud, coll Babel Essai, 510 p., 9782330039493

Dans ces essais écrits entre 2006 et 2011, la célèbre romancière Siri Hustvedt, après avoir pris pour sujet d’étude le matériau autobiographique (« Vivre »), examine les complexes fonctionnements de l’esprit, de la mémoire, des émotions et de l’imaginaire chez l’être humain (« Penser ») et explicite le rapport qui est le sien à la création visuelle dans tous ses états (« Regarder »). Authentique somme intellectuelle retraçant le parcours de son auteur, l’ouvrage pose des questions essentielles quant à la manière dont tout individu se constitue en tant que tel, élabore, à travers la pensée, la mémoire, le langage, son problématique « être-au-monde » et interagit avec autrui. Dans le souci de réinventer le dialogue trop souvent malaisé entre les « humanités » et les sciences, Siri Hustvedt convoque de multiples disciplines – de la psychologie aux neurosciences en passant par la philosophie, l’art et la littérature – pour en tenter l’ambitieuse synthèse et, ce faisant, dévoile les arcanes de sa vocation et de sa pratique d’écrivain.

Littérature policière – La sélection de Morgane Marvier

La pieuvre : thriller, Jacques Saussey, 2015, Éditions du Toucan, coll. Toucan noir, 552 p., 9782810006397

Tandis que Lisa Heslin, officier de police judiciaire à Paris, se rend à Marseille, au chevet de sa mère mourante, ses collègues sont chargés de faire la lumière sur le meurtre d’un coursier retrouvé exécuté dans l’entrée d’un immeuble chic de la capitale. Le service balistique assure que l’arme utilisée est identique à celle qui a tué le juge Heslin, le père de Lisa, en 1992.

Pike, Benjamin Whitmer, 2015, Éditions Gallmeister, coll. Neonoir, 285 p., 9782351780855

Pike, un vieux truand rangé, vit d’expédients dans une petite ville des Appalaches, en compagnie de Rory, qui l’aide à combattre ses démons. Lorsque la fille de Pike meurt d’overdose, il se retrouve en charge de sa petite-fille de 12 ans, et fait face à de nouveaux ennuis.

Ratlines, Stuart Neville, 2015, Éditions Rivages, coll. Rivages-Thriller, 397 p., 9782743631659

En 1963 en Irlande, alors que le président Kennedy est attendu en visite officielle, un ressortissant allemand est assassiné. Il s’agit du troisième en quelques jours. Le ministre de la Justice tente le tout pour le tout pour étouffer l’affaire et cacher que ces trois hommes sont d’anciens dignitaires nazis recueillis par le gouvernement. Il charge le lieutenant Albert Ryan de l’enquête.

Tout doit disparaître, Jean-Bernard Pouy, 2015, Éditions Gallimard, coll. Série noire, 702 p., 9782070147472

A la recherche de l’honneur perdu de Jeanne d’Arc, des mystères de l’épouse suicidaire ou de ceux, honteux, d’une famille militante. A la recherche de l’enfant disparu ou d’une victime devenue proie. Cinq récits graves mais stylistiquement suffisamment décalés pour que l’humour apaise un peu la douleur du monde. Cinq récits métaphoriques ou brutalement réalistes, parcours initiatiques menés par des rebelles littéraires, des adolescents piétinés, des maris aimants mais floués, des mères douloureuses, des fils en manque. Cinq romans noirs datant des années 1980 et 1990 et publiés dans la Série Noire.

Une enquête du commissaire Brunetti: Le garçon qui ne parlait pas, Donna Leon, 2015, Éditions Calmann-Lévy, 284 p., 9782702154526

Brunetti enquête sur un handicapé mental mort d’une overdose de somnifères, qui travaillait dans le pressing de la femme de son chef. Cet homme n’a ni acte de naissance, ni passeport, ni permis de conduire, ni carte de crédit : il n’a jamais existé pour l’administration italienne. Au fil des révélations, le commissaire commence à soupçonner les Lembo, des aristocrates, d’être mêlés à cette mort…

en poche

Collusion, Stuart Neville, 2015, Éditions Rivages, coll. Rivages-Noir, 480 p., 9782743631574

En Irlande du Nord, malgré les ordres de ses supérieurs, le policier catholique Jack Lennon refuse d’arrêter ses recherches pour retrouver sa fille Ellen, 6 ans, et son ex-femme. Il trouve de l’aide auprès de l’ex-tueur de l’IRA Gerry Fegan.

L’évasion, Dominique Manotti, 2015, Éditions Gallimard, coll. Folio Policier, 224 p., 9782070462742

En Italie, Filippo se lie d’amitié avec Carlo, un ancien leader des Brigades rouges. Ensemble, ils parviennent à s’échapper puis se séparent rapidement. Alors que Filippo se cache dans les bois dans le nord de l’Italie, il apprend par la presse le décès de Carlo lors d’un hold-up dans une banque à Milan. Il décide alors de passer la frontière pour trouver refuge en France et se met à l’écriture.

Extorsion, James Ellroy, 2015, Éditions Rivages, coll. Rivages-Noir, 100 p., 9782743631727

Un ex-policier corrompu qui traquait les stars de cinéma pour leur faire du chantage dans les années 1950 se retrouve au purgatoire, torturé par ses anciennes victimes : Marylin, Ava Gardner, Montgomery Clift. Pour bénéficier d’une remise de peine, il devra rédiger ses confessions.

Meurtres à l’Académie, Jô Soares, 2015, Éditions Gallimard, coll. Folio Policier, 310 p., 9782070462285

Tout est pour le mieux à Rio de Janeiro en cette année 1924. Mais un certain désordre règne lorsque les immortels de l’Académie des lettres s’écroulent les uns après les autres. Pour Machado Machado, un policier lettré que son éternel panama rend irrésistible aux yeux des dames, cela n’a rien d’une coïncidence.

Science-fiction, Fantastique et Fantasy – La sélection d’Emmanuelle Cartier

Le fou et l’assassin Volume 2, La fille de l’assassin, Robin Hobb, 2015, Éditions Pygmalion, 384 p., 9782756415055

Fitz doit apprendre à vivre avec sa fille, Abeille, après la mort de sa femme, Molly. Etrangement précoce et intelligente, l’enfant poursuit une existence à demi sauvage dans le domaine de Flétribois. Livrée à elle-même, elle découvre les passages secrets que dissimulent les murs de la maison, se lie d’amitié avec un chat et découvre le passé de son père.

Gretel and the dark, Eliza Granville, 2015, Mirobole éditions, coll. Horizons pourpres, 440 p., 9791092145373

A Vienne, en 1889, le psychanalyste Josef Breuer rencontre une jeune fille qui prétend ne pas avoir de nom ni de sentiments. Il tente de comprendre d’où viennent ses troubles. Quelques années plus tard, Krysta s’aperçoit que le monde autour d’elle se transforme en conte de fées et que son imagination est plus puissante qu’elle ne l’aurait imaginé. Premier roman.

Prime time, Jay Martel, 2015, Super 8 éditions, 472 p., 9782370560223

La Terre et ses habitants sont, depuis des années, les acteurs involontaires d’un programme de télé-réalité, suivi par toute la galaxie qui s’amuse des péripéties humaines. Mais le spectacle a fini par lasser, obligeant les producteurs à programmer l’ultime épisode : la fin du monde. Seul Perry Bunt découvre la machination et ne dispose que de trois semaines pour sauver la planète. Premier roman.

Sovok, Cédric Ferrand, 2015, Éditions Les Moutons électriques, coll. Bibliothèque voltaïque, 219 p., 9782361831943

A Moscou, dans un futur imaginaire, Manya et Vinkenti travaillent comme urgentistes de nuit. A bord de leur ambulance volante, le couple d’ambulanciers observe l’agonie économique et politique de la société russe, ainsi que la dégradation de leurs propres conditions de vie. Un soir, leur compagnie leur confie Méhoudar, un stagiaire.

Le voyage de Simon Morley : roman illustré, Jack Finney, 2015 (NE), Éditions Denoel, cill. Lunes d’encre, 538 p., 9782207124994

Pour remonter dans le passé lointain, la théorie du professeur Danzinger suggère de se conditionner mentalement et physiquement dans le temps désiré. Simon Morley, jeune dessinateur dans une agence new-yorkaise, fait partie des recrues du professeur. Le mystère qui entoure le suicide d’un aïeul de son amie Kate, disparu à la fin du XIXe siècle, le décide à tenter l’expérience.

en poche

Les annales de la Compagnie noire : l’intégrale Volume 1, Glen Cook, 2015, Éditions J’ai lu, coll. Fantasy, 1117 p., 9782290102343

On dit que les mercenaires n’ont pas d’âme, mais ils ont une mémoire. La nôtre, celle de la dernière des compagnies franches de Khatovar, vous la tenez entre vos mains. Ce sont nos entrailles, chaudes et puantes, étalées là devant vous. Vous qui lisez ces annales, ne perdez pas votre temps à nous maudire, car nous le sommes déjà… Le présent recueil rassemble les trois premiers volumes du cycle : La Compagnie noire, Le château noir et La Rose Blanche.

Avilion, Robert Holdstock, 2015, Éditions Gallimard, coll. Folio SF, 512 p., 9782070462537

Mi-humaine par son père, mi-imago par sa mère Guiwenneth, Yssobel voyage vers Avilion, le coeur du bois des Ryhope, pour essayer d’y retrouver un roi du passé grièvement blessé : son grand-père maternel, Peredur. Mais en chemin, elle se perd. Jack, son frère part à sa recherche.

Janua Vera : récits du vieux royaume, Jean-Philippe Jaworski, 2015 (NE), Éditions Gallimard, coll. Folio SF, 488 p., 9782070464265

Ces récits relatent les hurlements qui hantent chaque nuit Leodegar le Resplendissant dans son palais, le désenchantement de Suzelle, la petite paysanne, devant la cruauté de la vie, la panique de maître Calame, le copiste, face aux maléfices qui somnolent dans ses archives, le scrupule d’Aedam, le chevalier, à manquer aux lois d’honneur, etc. Prix du Cafard cosmique 2008.

Omale : l’aire humaine Volume 1, Laurent Genefort, 2015, Éditions Gallimard, coll. Folio SF, 1041 p., 9782070462759

Ce volume rassemble les premiers textes du cycle d’Omale. Dans une sphère de matière qui englobe un soleil et offre une surface gigantesque, cohabitent plusieurs espèces. Les humains, arrivés par une porte Vangk, sont repartis de zéro et ont tissé des liens avec leurs voisins extraterrestres, les Chiles et les Hodgqins.

Spin, Robert Charles Wilson, 2015 (NE), Éditions Gallimard, coll. Folio SF, 611 p., 9782070464302

Une nuit d’octobre, trois adolescents, Tyler Dupree, Jason et Diane Lawton, assistent à la disparition des étoiles. La Terre est entourée d’une barrière à l’extérieur de laquelle le temps s’écoule très vite. La lune disparaît et le soleil vieillit. Jason, le génie, tente de combattre le phénomène. Diane se réfugie dans la religion et Tyler poursuit son parcours pour être médecin. Prix Hugo 2006.

Tous ces livres sont disponibles en librairie et via note site monet.leslibraires.ca dans leur version papier ou numérique, si disponible. Pour commander, veuillez cliquer sur les titres sélectionnés.

13 avril 2015  par nos libraires

Littératures – Le choix des lecteurs – Mars 2015

Voici les titres que les habitués de la Librairie Monet ont préférés en ce mois de Mars 2015, parmi les milliers de romans de tous genres que nous leur proposons, qu’il s’agisse de parutions récentes ou de titres déjà plébiscités.

Romans, nouvelles et récits du Québec et du Canada

1- Six degrés de liberté, Nicolas Dickner, 2015, Éditions Alto, 300 p., 9782896942183

Où l’on raconte l’histoire d’une jeune fille qui désire repousser les limites de l’expérience humaine, d’un hacker qui veut optimiser la circulation mondiale des bananes et des coussins, d’une employée de la GRC qui rêve d’en finir une bonne fois pour toutes avec la géographie, d’un septuagénaire qui perd un boulon, d’une acheteuse compulsive bipolaire, de six perruches et d’un chat intermittent, tous unis dans un jeu de société à l’échelle planétaire dont personne ne connaît les règles.

2- L’orangeraie, Larry Tremblay, 2014, Éditions Alto, 168 p., 9782896941698

Quand Amed pleure, Aziz pleure aussi. Quand Aziz rit, Amed rit aussi. Ces frères jumeaux auraient pu vivre paisiblement à l’ombre des orangers. Mais un obus traverse le ciel, tuant leurs grands-parents. La guerre s’empare de leur enfance et sépare leurs destins. Des hommes viennent réclamer vengeance pour le sang versé. Amed, à moins que ce ne soit Aziz, devra consentir au plus grand des sacrifices. Et tous payeront le tribut des martyrs, les morts comme ceux qui restent. Larry Tremblay frappe encore un grand coup, mais vise cette fois le coeur, laissant au lecteur le soin de départager les âmes pures des fourbes, les fanatiques des héros. Un texte à la fois actuel et hors du temps qui possède la force brute des grandes tragédies et le lyrisme des légendes du désert.

3- Un jukebox dans la tête, Jacques Poulin, 2015, Leméac éditeur, 144 p., 9782760912793

En prenant l’ascenseur, Jack Waterman rencontre Mélodie, une jolie rousse plus jeune que lui. Elle aime ses livres et lui a fait une petite place dans son coeur.Quand ils se revoient, ils sont tout de suite attirés l’un vers l’autre. Alors ils se mettent à raconter des souvenirs. Ils le font à tour de rôle, et c’est par ce moyen qu’ils se rapprochent de plus en plus. Des obstacles, cependant, se dressent devant eux, y compris un bouncer qui travaille dans un bar du Vieux-Québec.

4- Les Luminaires, Eleanor Catton, 2015, Éditions Alto, 992 p., 9782896941889

Nouvelle-Zélande, 1866. En pleine ruée vers l’or, l’île voit débarquer sur ses côtes les ambitieux et les désespérés. Parmi eux, le jeune Britannique Walter Moody se retrouve à son insu au coeur d’une réunion secrète tenue dans son hôtel. Là, douze hommes que tout oppose essaient d’élucider des faits étranges qui ont récemment agité la communauté : dans la même nuit, un riche chercheur d’or a disparu, une prostituée a tenté de mettre fin à ses jours et un pauvre ivrogne est mort chez lui en possession d’une immense fortune. Moody succombe alors à l’irrésistible attrait d’un mystère aux mille et un arcanes, aussi vertigineusement envoûtant qu’un ciel étoilé. Formidable entrelacs d’intrigues dont l’ambitieuse construction emprunte à l’astrologie, Les Luminaires se déploie en harmonie avec le mouvement des planètes tel un horoscope funeste, dévoilant dans ses ramifications un inoubliable roman d’amour, une histoire de fantômes, des jeux de pouvoirs et quelques énigmes insolubles. Avec cette fresque lumineuse, Eleanor Catton s’est imposée comme l’étoile montante de la littérature mondiale et a remporté, à 28 ans seulement, le prix Man Booker et le Prix littéraire du Gouverneur général.

ex-aequo

L’école des chiens, Daniel Guénette, 2015, Éditions Triptyque, 268 p., 9782890319851

«Un chien qui crève ! / M’ont crié des enfants ; voilà tout ce que c’est.» L’animal domestique se réduit-il à si peu de chose? L’École des chiens n’aborde pas de front la question, mais elle y répond dans la mesure où son écriture témoigne de l’importance du lien qui, même à travers la mort, unit le narrateur à son animal de compagnie. La vie du chien semble insignifiante, tant elle est constituée de répétitions. Pourtant, au fil des jours, se trame une véritable histoire, emplie de petits rebondissements et de grands enseignements.

5- Journal d’un disparu, Maxime Landry, 2015, Éditions Libre Expression, 176 p., 9782764805329

Bertrand mène une vie tout à fait normale avec sa famille. C’est un homme travaillant et dévoué qui se surmène dans le but d’assurer un avenir de qualité à sa femme et à ses enfants, qu’il n’aura pas le temps de voir devenir des adultes. Tous ses efforts le mènent malgré lui bien loin de ses rêves et de ses ambitions. Tranquillement, il sombre dans la noirceur. La nuit la plus longue de toute son existence. Journal d’un disparu est le journal post mortem tenu par Bertrand durant l’année suivant son départ volontaire.

ex-aequo

La nageuse au milieu du lac, Patrick Nicol, 2015, Éditions Le Quartanier, 180 p., 9782896982035

La mère va disparaître. Elle a déjà perdu ses mots, ses souvenirs s’effacent un à un, bientôt tout son corps l’abandonnera. D’ici là, ses paroles désordonnées font surgir en vous la mémoire d’époques oubliées. L’enfant que vous étiez, le quartier tel que vous l’avez connu et d’autres jeunesses aussi, la sienne, celle de ses parents. La mère est devenue votre enfant: il faut la mener à ses rendez-vous, la soigner, la déménager, signer les papiers qui accélèrent ou retardent sa perte. L’accompagner sur le seuil et continuer d’avancer. Il ne s’agit pas ici de témoigner, mais de sublimer: transformer l’expérience en objet de beauté. Ne pas chercher à tout dire, ne rien expliquer; montrer. Les visages changeants, les oiseaux par la fenêtre, les ongles trop longs, la crise, et vos élèves qui attendent des réponses alors que le monde vous échappe.

… en poche

1- C’est le coeur qui meurt en dernier, Robert Lalonde, 2014, Éditions du Boréal, coll. Boréal compact, 168 p., 9782764623503

Robert Lalonde évoque de façon bouleversante celle qui fut sa mère, femme piégée par le destin et qui d’outre-tombe continue d’entretenir avec son fils un rapport de tendresse et de bataille. J’émerge, essoufflé, d’un rêve où tu t’adressais à moi dans une langue inconnue. Inquiète, énervée, volubile au-delà de ton accoutumée, tu cherchais à me confier le fin mot de ton histoire, la réponse enfin à ta question lancinante – « J’ai été qui, j’ai été quoi, peux-tu me le dire ? » – mais arrangée dans un charabia inintelligible, où revenaient sans finir, comme le refrain traînant d’une complainte, mes trois prénoms, chantonnés tristement, à la manière des prières que je marmonnais autrefois sans comprendre ce qu’elles voulaient dire. C’est moi, bien sûr, qui me pose à moi-même, en plein coeur de la nuit, la question suppliciante. C’est ma voix dans la tienne qui psalmodie Joseph, Serge, Robert, espérant que ces trois-là répondront à l’appel et articuleront à ma place une réponse claire, nette, définitive à ta grande question « à cent piastres ». Quelque chose comme : « J’ai été celui qui a eu raison de t’aimer, puis raison de te haïr et de m’enfuir, raison de faire ma vie loin de toi, et finalement raison de rentrer, même s’il se fait tard. »

2- Nikolski, Nicolas Dickner, 2007, Éditions Alto, coll. Coda, 321 p., 9782923550060

Printemps 1989. À l’aube de la vingtaine, Noah, Joyce et un narrateur non identifié quittent leur lieu de naissance pour entamer une longue migration. Fraîchement débarqués à Montréal, ils tentent de prendre leur vie en main, malgré les erreurs de parcours, les amours défectueuses et leurs arbres généalogiques tordus. Ils se croient seuls; pourtant, leurs trajectoires ne cessent de se croiser, laissant entrevoir une incontrôlable symétrie au sein de leurs existences. Nicolas Dickner aime enchevêtrer les récits et les images avec une minutie qui frôle parfois celle d’un zoologue fêlé. Dans Nikolski, il prend un malin plaisir à rassembler des archéologues vidangeurs, des flibustiers de tous poils, des serpents de mer, plusieurs grands thons rouges, des victimes du mal de terre, un scaphandrier analphabète, un Commodore 64, d’innombrables bureaux de poste et un mystérieux livre sans couverture.

ex-aequo

Ces enfants de ma vie, Gabrielle Roy, 1993, Éditions du Boréal, coll. Boréal compact, 216 p., 9782890525740

Ce livre de maturité fait apparaître avec plus d’éclat que jamais les qualités d’émotion, d’évocation et d’écriture qui singularisent si fortement l’oeuvre de la grande romancière. En s’inspirant du temps où elle enseignait au Manitoba, Gabrielle Roy trace ici le portrait d’élèves qui pour elle porte à la fois le visage de l’enfance et celui de l’humanité tout entière. Par Nil et Demetrioff, elle découvre le pouvoir de l’art et la beauté ; par André, le courage et le don de soi ; par Médéric, enfin, elle éprouve les frémissements de la sensualité et la puissance irrésistible de l’amour. Publié pour la première fois en 1977 et traduit en anglais peu après, Ces enfants de ma vie a valu à Gabrielle Roy son troisième Prix du Gouverneur général du Canada.

3- Putain, Nelly Arcan, 2002, Editions du Seuil, coll. Points, 186 p., 9782020557177

Cachée derrière les rideaux de sa chambre, une prostituée patiente entre deux clients. L’attente se nourrit du souvenir : une famille dévote, une mère absente et un père distrait. Et parfois la jouissance éprouvée avec ces hommes auxquels elle fait l’amour, ces hommes qu’elle déteste peut-être autant qu’elle-même. Un récit obsessionnel qui ressemble à un exorcisme désespéré pour se maintenir en vie.

ex-aequo

Aminata, Lawrence Hill, 2014, Éditions de la Pleine lune, 568 p., 9782890244122

Lawrence Hill a transformé une page négligée de l’histoire en un roman brillant et captivant, qui transporte le lecteur d’un village africain à une plantation du sud des États-Unis, d’un refuge sordide en Nouvelle-Écosse à la côte de la Sierra Leone, dans l’odyssée du retour en Afrique de 1 200 anciens esclaves. AMINATA dépeint l’un des personnages féminins les plus forts de la littérature contemporaine, une femme courageuse et fière qui se fraie un chemin dans un monde hostile à la couleur de sa peau et à son sexe. La mini-série Aminata sera présentée en mai à la télévision québécoise.

Trop de bonheur, Alice Munro, 2014, Éditions du Seuil, coll. Points, 400 p., 9782757843284

Ces dix nouvelles mettent en scène des personnages qui courent après le bonheur en tentant de surmonter le deuil, l’humiliation ou une crise conjugale. Un des récits fait le portrait de Sofia Kovalevskaïa, une mathématicienne russe du XIXe siècle qui fut l’une des premières femmes à enseigner dans une université européenne. Prix Nobel de littérature 2013.

La petite fille qui aimait trop les allumettes, Gaétan Soucy, 2000, Éditions du Boréal, coll. Boréal compact, 179 p., 9782764600238

Nous avons dû prendre l’univers en main mon frère et moi car un matin un peu avant l’aube papa rendit l’âme sans crier gare. Sa dépouille crispée dans une douleur dont il ne restait plus que l’écorce, ses décrets si subitement tombés en poussière, tout ça gisait dans la chambre de l’étage où papa nous commandait tout, la veille encore. Il nous fallait des ordres pour ne pas nous affaisser en morceaux, mon frère et moi, c’était notre mortier. Sans papa nous ne savions rien faire. À peine pouvions-nous par nous-mêmes hésiter, exister, avoir peur, souffrir.

Ru, Kim Thúy, 2014, Éditions internationales Alain Stanké, coll. 10/10, 144 p., 9782897220020

Écrit sur un ton féminin, sensible et très original, Ru dénote un grand talent dans l’art de raconter, où le souvenir devient prétexte tantôt au jeu, tantôt au recueillement. L’ouvrage est composé de très courts textes liés un peu comme dans une ritournelle, ce qui permet de faire le pont entre tous les événements que la narratrice a connus et qu’elle relate avec beaucoup d’esprit, de finesse : sa naissance au Vietnam pendant la guerre, sa fuite avec les boat people, son accueil dans une petite ville du Québec, ses études, ses liens familiaux, sa vie amoureuse, son enfant autiste… Ru présente le récit intimiste d’une survivante, oscillant entre le tragique et le comique, entre le prosaïque et le spirituel, qui contient toute la grandeur de la vie. Récipiendaire du Prix Canada Reads 2015!

Romans, nouvelles et récits – Littérature étrangère

1- Soumission, Michel Houellebecq, 2015, Éditions Flammarion, 300 p., 9782081354807

À la fin du second mandat de François Hollande, alors que s’opposent au deuxième tour Marine Le Pen et une alliance des partis de tous bords et du candidat de la Fraternité musulmane, la question se pose d’un système influencé par un islam qui gagne du terrain sur le front politique et intellectuel. François, professeur à Paris III, se retrouve confronté à la transformation de son université.

2- Un membre permanent de la famille, Russell Banks, 2015, Éditions Actes Sud, coll. Lettres anglo-américaines, 238 p., 9782330038908

Douze nouvelles au fil desquelles des couples divorcent, des femmes noires sont traquées par des pit-bulls sur des parkings, où la liste de courses à effectuer au supermarché finit par se confondre avec un programme de vie, où des mythomanes prennent leurs semblables en otage, où la mort frappe les hommes comme les animaux, où le coeur transplanté d’un amour décédé bat.

3- Elle et lui, Marc Levy, 2015, Éditions Robert Laffont / Versilio, 384 p., 9782221157831

Mia est une actrice anglaise venue se réfugier à Montmartre. Paul est un écrivain américain vivant dans le Marais. Leurs chemins se croisent par le biais d’un site de rencontres, et tous les deux décident de rester amis. Ils doivent tout tenter pour ne pas tomber amoureux.

ex-aequo

L’instant présent, Guillaume Musso, 2015, XO Éditions, 373 p., 9782845637795

Entre Lisa, serveuse qui rêve de devenir comédienne, et Arthur Costello, jeune médecin urgentiste, la complicité est immédiate lorsqu’ils se rencontrent dans un bar de Manhattan. Lisa est prête à tout pour le séduire, mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Il lui révèle une terrible vérité qui rend leur amour impossible.

4- La confession de la lionne, Mia Couto, 2015, Éditions Métailié, 233 p., 9791022601474

Lorsque le chasseur Arcanjo Baleiro arrive à Kulumani, il se trouve pris dans des relations complexes et énigmatiques où se mêlent faits, légendes et mythes. L’aventure est racontée par deux voix, celles du chasseur et dune jeune fille, qui a sa propre théorie sur l’origine et la nature des attaques des bêtes.

ex-aequo

Meursault, contre-enquête, Kamel Daoud, 2014, Éditions Actes Sud, 152 p., 9782330033729

Le frère de l’Arabe tué par Meursault, dans L’étranger de Camus, a soif de reconnaissance, cinquante ans après les faits, dans l’Algérie contemporaine. Premier roman. Prix des Cinq continents de la francophonie 2014.

Mon combat Volume 2: Un homme amoureux, Karl Ove Knausgaard, 2014, Éditions denoël, coll. Et d’ailleurs, 777 p., 9782207110010

Dans le deuxième tome de cette autobiographie littéraire, l’auteur aborde le sentiment amoureux, la paternité et le désir d’écrire, à travers le récit de son installation à Stockholm. Dans cette ville, il se lie d’amitié avec Geir, Norvégien exilé comme lui, et reprend contact avec Linda, une poétesse rencontrée l’année précédente. Un choix entre l’amour et la solitude s’impose à lui.

5- Americanah, Chimamanda Ngozi Adichie, 2015, Éditions Gallimard, coll. Du monde entier, 522 p., 9782070142354

Ifemelu et Obinze, lycéens issus de milieux favorisés, tombent amoureux l’un de l’autre. Leur pays, le Nigeria, est sous le joug d’une dictature militaire et ils rêvent de partir en Amérique. Leur expérience de l’exil se révèle plus compliquée que prévu : Ifemelu découvre le racisme de l’Amérique, tandis qu’Obinze vit un cauchemar en Angleterre. Quinze ans plus tard, ils se retrouvent au Nigeria.

ex-aequo

Danser les ombres, Laurent Gaudé, 2015, Éditions Actes Sud, 249 p., 9782330039714

Une jeune femme revient à Port-au-Prince où elle veut désormais inventer sa vie, et pourrait même se laisser aller à aimer. Mais la terre qui tremble redistribue les cartes de toute existence. Un roman qui trace au milieu des décombres une cartographie de la fraternité.

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, Patrick Modiano, 2014, Éditions Gallimard, coll. Blanche, 145 p., 9782070146932

Un jour, deux inconnus qui prétendent avoir retrouvé le carnet d’adresses de l’écrivain Jean Daragane insistent pour le rencontrer. Celui-ci leur accorde un rendez-vous. Il se retrouve alors embarqué malgré lui dans l’enquête que ces deux jeunes mènent sur un certain Guy Torstel. Lauréat du Prix Nobel de Littérature, 2014

... en poche

1- Le chardonneret, Donna Tartt, 2015, Éditions Pocket, coll. Best, 1101 p., 9782266250764

Theo Decker a 13 ans. Il vit les derniers instants de sa vie d’enfant. Survivant miraculeux d’une explosion gigantesque en plein New York, il se retrouve seul dans la ville, orphelin, et se réfugie chez les parents d’un ami pour échapper aux services sociaux. Tout ce qui lui reste de sa mère, c’est une toile de maître minuscule qui va l’entraîner dans les mondes souterrains et mystérieux de l’art.

ex-aequo

L’espionne de Tanger, Maria Duenas, 2013, Éditions su Seuil, coll. Points. Les grands romans, 686 p., 9782757834763

Entre guerre civile espagnole et Seconde Guerre mondiale, Sira, une couturière espagnole, va mettre au point un ingénieux système pour communiquer avec les agents anglais. De plus en plus impliquée dans son travail clandestin, elle voyage entre Tétouan, Tanger, Madrid et Lisbonne, apparemment pour acheter des tissus. Mais l’espionnage va l’exposer à de réels dangers.

2- Autour de ton cou, Chimamanda Ngozi Adichie, 2015, Éditions Gallimard. coll. Folio, 312 p., 9782070462315
Ces douze nouvelles racontent le Nigeria d’aujourd’hui, essentiellement à travers des destins de femmes. Elles illustrent les troubles sociaux et politiques qui poussent les jeunes à la délinquance, les tensions ethniques et religieuses, la répression de 1967 ou la réalité de l’émigration vers l’Amérique.

ex-aequo

La vérité sur l’affaire Harry Quebert, Joël Dicker, 2014, Éditions de Fallois, coll. Poche, 854 p., 9782877068635

Un jeune écrivain à succès vient en aide à son ami Harry Quebert, inculpé pour le meurtre d’une jeune fille de 15 ans avec qui il avait une liaison. Pour faire la lumière sur cet assassinat vieux de trente ans, il va mener son enquête et en faire un livre. Prix littéraire de la vocation Bleustein-Blanchet 2012, grand prix du roman de l’Académie française 2012, prix Goncourt des lycéens 2012.

Le parfum : histoire d’un meurtrier, Patrick Süskind, 1988, Éditions Le Livre de poche, 279 p., 9782253044901

Au XVIIIe siècle naît Jean-Baptiste Grenouille. Enfant abandonné, difforme et rejeté, condamné à effectuer les tâches que les autres refusent, il possède un don unique : il perçoit toutes les odeurs du monde, celles que nul autre ne peut sentir, pas même les animaux.

Romans policiers québécois et canadiens

1- La mort mène le bal, Chrystine Brouillet, 2015, Éditions de l’Homme, 224 p., 9782761942836

Serial killer à ses heures, Louise n’aime rien tant que la douce routine en compagnie de ses chats. Lorsqu’elle apprend qu’une menace pèse sur le chic restaurant où elle travaille, son sang ne fait qu’un tour. S’attaquer au parrain d’une dangereuse famiglia est toutefois bien compliqué. Mais quand une jolie infirmière qui sème la mort sur son passage s’intéresse d’un peu trop près à Guido, le chef de Carte Noire, les masques tombent. Résolue à défendre les siens, Louise reprend du service… avec la détermination qu’on lui connaît!

ex-aequo

Le mauvais côté des choses, Jean Lemieux, 2015, Éditions Québec-Amérique, coll. Tous continents, 376 p., 9782764428368

Un soir d’automne, un restaurateur de la Petite-Italie est abattu alors qu’il quitte sa pizzeria. Détail troublant: son cadavre a été amputé de la main droite. S’agit-il de l’œuvre d’un psychopathe ou d’un règlement de comptes lié à la mafia sicilienne ? André Surprenant, nouvellement arrivé au sein de l’escouade des crimes majeurs du SPVM, tentera de démêler l’écheveau de cette enquête, dont les ramifications semblent s’étendre à sa propre histoire familiale. Qui était vraiment son oncle Roger, grâce auquel il a obtenu un poste à Montréal ? Pourquoi son père, dont la présence est de nouveau signalée à Los Angeles, a-t-il disparu en octobre 1970 ? Tandis que Surprenant essaie de faire la lumière sur son passé mais aussi sur l’identité de celui que la presse a baptisé « l’amputeur des ruelles », les victimes s’accumulent. Et, chaque fois, non loin des cadavres, on trouve une mystérieuse branche d’amélanchier.

2- Le cruciverbiste : Emma Clarke enquête, Claire Cooke, 2015, Éditions Goélette, 504 p., 9782896906819

« Une grille de mots croisés glissée dans le journal de la lieutenante-détective Emma Clarke, des définitions qui arrivent au compte-goutte à sa porte. Qui veut déstabiliser la jeune femme? Elle n’a pas le temps d’y penser, elle doit enquêter sur le décès d’un courtier où le seul indice ou presque est une citation en latin laissée sur place. Alors que les morts se succèdent, la pression monte et un jeu s’installe entre la policière et l’assassin. Avec une intrigue solide et un style efficace, Claire Cooke entre dans le monde du roman policier en force. Domaine immobilier, religion et latin, l’auteure noue les fils de l’histoire et nous offre en plus une héroïne originale qui ne fait que commencer sa carrière à la Sureté du Québec. » – Morgane Marvier

3- Bondrée, Andrée A. Michaud, 2014, Éditions Québec-Amérique, coll. Tous continents, 304 p., 9782764425053

Été 67. Le soleil brille sur Boundary Pond, un lac frontalier rebaptisé Bondrée par Pierre Landry, un trappeur canuck dont le lointain souvenir ne sera bientôt plus que légende. Le temps est au rire et à l’insouciance. Zaza Mulligan et Sissy Morgan dansent le hula hoop sur le sable chaud, les enfants courent sur la plage et la radio grésille les succès de l’heure dans l’odeur des barbecues. On croit presque au bonheur, puis les pièges de Landry ressurgissent de la terre, et Zaza disparaît, et le ciel s’ennuage. Lauréate 2014, Prix littéraires du Gouverneur général du Canada (Romans et nouvelles).

ex-aequo

Armand Gamache enquête: La faille en toute chose, Louise Penny, 2014, Éditions Flammarion Québec, 507 p., 9782890776081

Noël approche : la campagne revêt son blanc manteau et s’égaye de joyeuses lumières. Toutefois, pour l’inspecteur-chef Armand Gamache, le temps des retrouvailles au coin du feu est troublé par des ombres menaçantes. Ses meilleurs agents ont quitté la section des homicides, son fidèle lieutenant Jean-Guy Beauvoir ne lui parle plus depuis des mois et des forces hostiles semblent liguées contre lui. Quand Myrna Landers, la libraire de Three Pines, lui demande de l’aider à retrouver l’amie qui devait la rejoindre pour les Fêtes, il saisit l’occasion d’aller se réfugier dans les Cantons-de-l’Est avec ceux qui lui sont restés loyaux. Intrigué par le refus de Myrna de révéler l’identité de la disparue, Gamache découvre qu’il s’agit de la dernière des quintuplées Ouellet. Au terme de son enquête, il trouvera certainement un assassin, mais pourra-t-il enfin trouver la paix ?

Romans policiers étrangers

1- Temps glaciaires, Fred Vargas, 2015, Éditions Flammarion, 489 p., 9782081360440

Paris. Une vieille dame, Alice Gauthier, est retrouvée morte dans sa baignoire, les veines des poignets tranchées. Suicide ou meurtre ? Le commissaire Bourlin est en charge du dossier, bientôt rejoint par le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg et le commandant Adrien Danglard de la brigade criminelle. Une autre mort suspecte et paraissant liée les mène alors dans les Yvelines et jusqu’en Islande.

2- Les nuits de Reykjavik, Arnaldur Indridason, 2015, Éditions Métailié, coll. Bibliothèque nordique, 259 p., 9791022601535

Erlendur le solitaire vient d’entrer dans la police, et les rues de Reykjavik dans lesquelles il patrouille de nuit sont agitées : accidents de la circulation, contrebande, vols, violences domestiques… Des gamins trouvent en jouant dans un fossé le cadavre d’un clochard qu’il croisait régulièrement dans ses rondes. On conclut à l’accident et l’affaire est classée. Pourtant le destin de cet homme hante Erlendur et l’entraîne toujours plus loin dans les bas-fonds étranges et sombres de la ville. On découvre ici ce qui va faire l’essence de ce personnage taciturne : son intuition, son obstination à connaître la vérité, sa discrétion tenace pour résister aux pressions contre vents et marées, tout ce qui va séduire le commissaire Marion Briem. En racontant la première affaire d’Erlendur, le policier que les lecteurs connaissent depuis les premiers livres de l’auteur, Arnaldur Indridason dépasse le thriller et écrit aussi un excellent roman contemporain sur la douleur et la nostalgie. De roman en roman, il perfectionne son écriture et la profondeur de son approche des hommes. Un livre remarquable.

3- Les enquêtes du département V Volume 5: L’effet papillon, Jussi Adler-Olsen, 2015, Éditions Albin Michel, coll. Thrillers, 648 p., 9782226312457

Marco, un adolescent de 15 ans, a passé toute sa vie au sein d’une bande de jeunes voleurs exploités par son oncle Zola. Un jour, alors qu’il essaie de sortir de la clandestinité, il découvre le cadavre d’un homme, lié à des affaires de corruption internationale, dans le bois derrière les maisons de son ancien clan, et doit fuir, poursuivi par son oncle qui veut le faire taire.

4- Mr Mercedes, Stephen King, 2015, Éditions Albin Michel, 473 p., 9782226314680

En 2009, dans le Midwest, alors que des centaines de chômeurs font la queue à l’entrée d’un salon de la recherche d’emploi, une Mercedes entre à toute allure dans la foule et fuit après avoir tué huit personnes. Un an plus tard, Bill Hodges, policier à la retraite, reçoit une lettre du conducteur, toujours en liberté, qui l’entraîne dans un vaste jeu du chat et de la souris.

5- Une enquête du commissaire Montalbano: La chasse au trésor, Andrea Camilleri, 2015, Fleuve Éditions, coll. Fleuve noir, 304 p., 9782265093973

Quand on a réclamé son intervention sur les lieux d’une fusillade chez les vieux Palmisano, Montalbano s’attendait à tout sauf à ça. Les deux septuagénaires, fous à lier, se sont barricadés derrière leurs fenêtres et tirent sans répit sur les policiers. Une fois le calme revenu, l’inspection des lieux réserve aussi son lot de surprises…

ex-aequo

Une main encombrante, Henning Mankell, 2014, Éditions du Seuil, coll. Seuil policiers, 170 p., 9782021140132

Dans la province suédoise de Scanie, Wallander, jeune retraité, cherche à acheter une maison à la campagne. Un ami lui en présente une, qui lui plaît immédiatement. En parcourant le jardin, il trébuche sur ce qui se révèle être les os d’une main qui émerge du sol. Au lieu d’entamer une autre vie dans cette maison, Wallander commence une nouvelle enquête.

… en poche

1- Les enquêtes du département V Tome 3: Délivrance, Jussi Adler-Olsen, 2015, Éditions Le Livre de poche, coll. Thrillers, 732 p., 9782253184386

À Wick, en Ecosse, une bouteille en verre traîne depuis des années sur le rebord d’une fenêtre d’un commissariat. A l’intérieur, une lettre que personne n’a vue, dont les premiers mots sont un appel au secours, écrit en danois, avec du sang. A Copenhague, Carl Morck prend l’affaire en charge et réalise que le message a été écrit dans les années 1990, par un jeune garçon enlevé avec son frère.

2- Les enquêtes du département V Tome 1: Miséricorde, Jussi Adler-Olsen, 2013, Éditions Le Livre de poche, coll. Thrillers, 525 p., 9782253173618

L’inspecteur Carl Morck et son assistant Hafez el Assad rouvrent le dossier de la disparition, cinq ans auparavant, de la femme politique qui incarnait l’avenir du Danemark. Prix du Meilleur polar scandinave 2011, prix des lectrices de Elle 2012 (policier), prix des lecteurs du Livre de poche 2013 (catégorie policiers, thrillers).

3- Ne le dis à personne..., Harlan Coben, 2011, Éditions Pocket, coll. Thriller, 430 p., 9782266207706

David Beck croyait sa femme Elizabeth morte, assassinée au bord du lac Charmaine, Pennsylvanie. Huit ans après l’affaire, d’autres meurtres ont lieu au même endroit. Il est suspecté. A la suite de mails écrits dans un code connu d’eux seuls, il la retrouve. En même temps il est impliqué dans l’enlèvement du fils hémophile de Tyrese, un dealer noir, et qu’il soigne. Prix des lectrices de Elle.

ex-aequo

L’appel du coucou : une enquête de Cormoran Strike, Robert Galbraith, 2014, Éditions Le Livre de poche, coll. Thrillers, 714 p., 9782253001713

Lorsque le célèbre mannequin Lula Landry est trouvée morte, défenestrée, dans un quartier chic londonien, l’affaire est vite classée. Suicide. Jusqu’au jour où John Bristow, le frère de la victime, frappe à la porte du détective privé Cormoran Strike. Cet ex-lieutenant de l’armée, revenu d’Afghanistan amputé d’une jambe, est au bout du rouleau : sa carrière de détective est au point mort et sa vie privée, un naufrage. Aidé par une jeune intérimaire finaude, virtuose de l’Internet, il reprend l’enquête. De boîtes de nuit branchées en palaces pour rock stars, Strike va passer de l’autre côté du miroir glamour de la mode et du people pour plonger dans un gouffre de secrets, de trahisons, de manoeuvres inspirées par la vengeance.

Prague fatale, Philip Kerr, 2015, Éditions Le Livre de poche, coll. Policier, 563 p., 9782253000419

Berlin, 1942. Capitaine dans le service de renseignement SS, Bernie Gunther est de retour du front de l’Est. Alors qu’il a été affecté au service des homicides et qu’il enquête sur l’assassinat d’un ouvrier néerlandais, il surprend un homme battant sa femme dans la rue et décide de protéger l’inconnue et de l’emmener avec lui à Prague, où Heydrich l’a invité.

Une enquête du commissaire Brunetti: Deux veuves pour un testament, Donna Leon, 2015, Éditions du Seuil, coll. Points Policiers, 307 p., 9782757829622

Le corps d’une vieille femme est retrouvé sans vie. Pour le médecin légiste, Constanza Altavilla a été terrassée par une crise cardiaque et, dans sa chute, sa tête a heurté le radiateur. Cependant, en interrogeant ses proches et notamment son fils et la responsable de la maison de retraite où Constanza se rendait bénévolement, le commissaire Brunetti est convaincu qu’il s’agit d’un meurtre.

Yeruldelgger, Ian Manook, 2015, Éditions Le Livre de poche, coll. Policier, 646 p., 9782253163886

Rude journée pour le commissaire Yeruldelgger Khaltar Guichyguinnkhen. À l’aube, il apprend que trois Chinois ont été découpés au cutter dans une usine près d’Oulan-Bator. Quelques heures plus tard, dans la steppe, il déterre le cadavre d’une fillette aux boucles blondes agrippée à son tricycle rose. Il y avait la Suède de Mankell, l’Islande d’Indridason, l’Écosse de Rankin, il y a désormais la Mongolie de Manook ! Une maîtrise époustouflante pour le polar le plus primé et le plus dépaysant de tous les temps.

Pour commander ces livres via notre site monet.leslibraires.ca, veuillez cliquer sur les titres sélectionnés.

 


11 avril 2015  par nos libraires

Littératures : les parutions de mars

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE

Fin de mission, Phil Klay, 2015, Gallmeister, 308 p, 9782351780831*

Un soldat en Irak doit abattre des chiens qui se nourrissent de cadavres, puis, quelques mois après, reprendre place sur son canapé dans une banlieue résidentielle où femme et labrador l’attendent. Un marine affecté aux « Affaires mortuaires » identifie, transporte et inhume des combattants indistinctement irakiens et américains. Pendant ce temps, un jeune officier se voit assigner la tâche absurde d’améliorer la vie des civils en leur apprenant à jouer au base-ball. Dans Fin de mission, Phil Klay emmène le lecteur sur les lignes de front de l’Irak et de l’Afghanistan. Il tente de comprendre ce qui s’est passé là-bas, mais aussi – surtout – de donner un sens au chaos auquel les survivants ont réchappé. Écrit avec un réalisme pur et dur, ce livre fait de Phil Klay l’une des nouvelles voix les plus talentueuses de sa génération.

Priscilla, Nicholas Shakespeare, 2015, Grasset, 523 p., 9782246810735*

Près de trente ans après la mort de sa tante Priscilla, l’auteur retrouve une boîte contenant sa correspondance et des photos. Persuadé depuis toujours qu’elle a connu un destin héroïque pendant la guerre, il décide de mener l’enquête et de faire la lumière sur son passé. Mais c’est une réalité tout autre qu’il ne tarde pas à découvrir. Dans ce texte passionnant qui se lit comme un roman, l’auteur nous raconte la vie secrète d’une femme en temps de guerre et pose une question fondamentale : qui sommes-nous pour condamner les choix de ceux qui, d’une certaine façon, luttaient pour survivre ?

La clarinette, Vassilis Alexakis, 2015, Seuil, 350 p., 9782021167696*

Vassilis s’aperçoit un jour qu’il a oublié le mot «clarinette». Il voit des clarinettes partout, mais le mot ne revient pas, ni en français, sa langue d’adoption, ni en grec, sa langue natale. Pourquoi perd-on la mémoire ? À Paris, son éditeur, qui est aussi son plus ancien et plus cher ami, a un cancer. Il le veille. La maladie progresse. Les souvenirs affluent, émouvants et cocasses. À Athènes aussi la crise mine la société. Le racisme se répand dans la ville autrefois si accueillante pour les métèques. Voici pourtant une jeune fille nommée Orthodoxie qui anime l’équipe de football des SDF, et Lilie, qui, à cent un ans, tricote des pull-overs pour les enfants défavorisés. Au Parthénon, les Anciens ont élevé un autel à l’oubli. On écrit toujours sur des absences, n’est-ce pas ? L’œil vif, la plume rapide, Vassilis Alexakis a quelque chose du funambule sur son fil.

Le géant enfoui, Kazuo Ishiguro, 2015, Fides, 433 p., 9782762138986*

Sur l’île de Bretagne, une Bretagne archaïque, christianisée mais où les vestiges de l’époque romaine récente sont encore bien visibles, un vieux couple, Axl et Beatrice, quittent un jour leur clan et se mettent en route. Ils vont retrouver leur fils adulte qui habite un village situé à quatre jours de marche. Mis à part le fait qu’il est leur fils, ils ont tout oublié de lui. À vrai dire, dans ces contrées, l’oubli semble avoir gagné presque toutes choses, êtres et événements, anciens ou récents. Les gens vivent dans des habitations creusées dans les collines ; des ogres, poussés par la faim, enlèvent des enfants ; des affrontements ont lieu périodiquement entre Bretons et Saxons. Sur fond de menace sourde, avec leurs souvenirs aux trois-quarts effacés, Axl et Beatrice vont par les chemins où ils feront diverses rencontres inquiétantes : des bateliers, des chevaliers, des moines, une jeune fille entravée… Roman terrible et réaliste, puisant dans la matière de Bretagne et dans les romans du roi Arthur ses images les plus fortes, Le géant enfoui est une troublante allégorie du monde moderne.

Le musée de l’inhumanité, William H. Gass, 2015, Cherche Midi, 573 p., 9782749133072*

Joseph Skizzen est un fils d’immigrés autrichiens ayant fui leur terre natale à l’orée de la Seconde Guerre mondiale pour se réfugier aux États-Unis. La vie entière de Joseph est placée sous le signe de l’imposture. Ses parents se sont fait passer pour Juifs afin de négocier leur fuite. Puis le père a abandonné sa famille du jour au lendemain. Livré au « rêve américain », Joseph a grandi, guidé par une règle unique : rester dans la médiocrité pour ne pas se faire remarquer. Devenu professeur de musique, Skizzen, gagné par la misanthropie, a installé dans son grenier un musée particulier : le musée de l’Inhumanité. Il y accumule les témoignages de la nature fondamentalement mauvaise de l’homme. D’une écriture éminemment musicale, le roman de Gass est d’une virtuosité incroyable. On y croise des personnages inoubliables, comme une vendeuse de voitures reine du gospel, une bibliothécaire défraîchie, une prof de français nymphomane… Ou quand la sérénité tente difficilement de s’insinuer dans la peinture tragi-comique d’un monde voué à l’entropie.

 

EN FORMAT POCHE

La passion, Jeanette Winterson, 2015, Points, 211 p., 9782757849460*

Tandis que la débâcle de Russie met fin à l’admiration d’Henri pour Napoléon, à Venise, Villanelle, travestie en homme, s’éprend d’une mystérieuse Dame de pique… qui lui dérobe son cœur. Il déserte son régiment, elle fuit l’Italie : leurs chemins se croisent à Moscou. Entre eux se nouent les fils de la passion et les amants se lancent dans une quête étrange : retrouver le cœur de la jeune femme…

L’homme de Kiev, Bernard Malamud, 2015, Rivages poche, 427 p., 9782743629649*

Yakov Bok quitte son village et s’installe à Kiev. Il aspire à une vie meilleure : un travail, un avenir, du temps pour lire ou pour rêver. Lorsqu’un enfant est découvert assassiné, cet homme comme les autres devient le coupable idéal. Car dans la Russie de Nicolas II, Yakov est d’abord un Juif. L’Homme de Kiev plonge dans les racines du mal, recréant l’Europe vacillante des tsars. Au-delà de la fable morale, Bernard Malamud a écrit un éblouissant roman sur la condition humaine, un chef-d’œuvre qui le place aux côtés de Franz Kafka ou Joseph Roth.

Histoire d’une femme libre, Françoise Giroud, 2015, Gallimard/Folio, 263 p. 9782070462452*

Été 1960. Françoise Giroud vient de subir le plus grand échec de son existence : sa mort. De nombreux verrous bloquant la porte de sa chambre, une dose plus que létale de poison avalée, le téléphone débranché, elle avait tout prévu… sauf que deux solides gaillards iraient jusqu’à défoncer une cloison pour l’arracher à un coma déjà profond. Il lui faudra vivre.

La saison de l’ombre, Léonora Miano, 2015, Pocket, 246 p., 9782266248778*

Au cœur de la brousse subsaharienne, un grand incendie a ravagé les cases du clan Mulongo. Depuis lors, douze hommes manquent à l’appel – les fils aînés pour la plupart. Pendant que les mères cherchent en songe les réponses à leur chagrin, le Conseil interroge les ancêtres, scrute les mystères de l’ombre : que signifie cette disparition ? Pour le salut de la communauté, le chef Mukano et quelques autres décident de partir à leur recherche en territoire bwele, leurs voisins. Peu d’entre eux atteindront l’océan – par où les « hommes aux pieds de poules » emportent leurs enfants…

Le piéton de Hollywood, Will Self, 2015, Points, 473 p., 9782757849972*

«Je vois.» Assis dans son bureau, le Dr Busner reste coi. Que dire à un patient qui annonce pêle-mêle la mort du septième art, le besoin de mener l’enquête à Los Angeles, la crainte d’un assassinat et la nécessité de se promener à pied pour « leur » échapper ?

L’autopsie délirante de la modernité par un dépressif lucide atteint de troubles obsessionnels compulsifs et de pertes de mémoire.

 

LITTÉRATURE QUÉBÉCOISE ET CANADIENNE

Six degrés de liberté, Nicolas Dickner, 2015, Alto, 300 p., 9782896942183*

Où l’on raconte l’histoire d’une jeune fille qui désire repousser les limites de l’expérience humaine, d’un hacker qui veut optimiser la circulation mondiale des bananes et des coussins, d’une employée de la GRC qui rêve d’en finir une bonne fois pour toutes avec la géographie, d’un septuagénaire qui perd un boulon, d’une acheteuse compulsive bipolaire, de six perruches et d’un chat intermittent, tous unis dans un jeu de société à l’échelle planétaire dont personne ne connaît les règles.

Panik, Geneviève Drolet, 2015, Tête première, 316 p., 9782924207406*

Dehors, toundra. Blanche. Toute blanche. La terre, le ciel. Pas d’horizon. Impossible de fixer quoi que ce soit. Les muscles oculaires ne savent plus. L’aveuglement, le grand. Le blanc. Dans le Grand Nord du nord, dans le froid et le blanc de partout, Dorothée va vivre avec le Yéti, rencontrer des enfants et des adultes, des Inuit et des Blancs du Sud. Sa vie deviendra un long crissement de bottes dans la neige, quand les pierres veulent fendre et les doigts tomber. Dorothée va devoir se trouver et s’apprendre. Entre le western nordique et le roman d’intrigue, Panik est une fable polaire qui met en scène le Nunavut, une contrée méconnue, un endroit où la réalité dépasse la fiction. Geneviève Drolet signe ici son œuvre la plus achevée, un des plus beaux romans du Nord et du Froid qu’il nous ait été donné de lire. Avec ce roman d’une beauté et d’une force inouïes, elle nous montre l’étendue de son immense talent.

Accueillir la vie nue face à l’extrême qui vient, Paul Chamberland, 2015, VLB, coll. « Le soi et l’autre », 416 p., 9782896494859*

Le « résultat » final de la Destruction s’annonce comme la réduction généralisée des conditions de l’existence à la vie nue : le dénuement, la détresse et le déni de tout droit et de toute dignité. Accueillir la vie nue, telle serait l’ultime opération. On ne pourrait toutefois l’effectuer qu’à la condition d’assumer sa propre vulnérabilité. Ainsi pourrait être dégagée la seule puissance capable de désamorcer les ressorts de la pulsion d’autodestruction qui risque de précipiter l’humanité à sa perte. Tel serait, pour une communauté d’« accueillants », le pari d’une espérance endeuillée.

À la recherche de New Babylon, Dominique Scali, 2015, La Peuplade, 500 p., 9782923530956*

New Babylon n’existe pas. Mais s’il fallait créer cette ville, les duels y seraient permis et il n’y aurait pas d’autre loi que celle interdisant les hommes de loi. On y aurait constamment le souffle coupé, à cause des paysages, et ultimement parce qu’on y finirait la gorge tranchée. Ce serait un endroit dangereux où, enfin, chacun connaîtrait sa vraie valeur. Dans ce western enlevant, qui dépeint avec minutie l’Ouest américain des années 1800, le Révérend Aaron, Charles Teasdale, Russian Bill et Pearl Guthrie fouillent le désert à la poursuite d’un idéal impossible, laissant derrière eux les empreintes de leurs destins. Dans un monde où rien ne dure, « il n’est pas question de fuir la mort, mais de choisir son arène ». À la recherche de New Babylon révèle qu’il faut bâtir soi-même la vi(ll)e rêvée.

Solomon Gurski, Mordecai Richler, 2015, Boréal, 672 p., 9782764623749*

« L’humour qui caractérise ce roman aux multiples échos, sa profondeur, son esprit retors évoquent une heureuse synthèse de Dickens, de Malcolm Lowry et de Philip Roth. Une admirable réussite. » – The Times

Première de cinq nouvelles traductions de romans de Mordecai Richler par nul autre que l’éminent duo de traducteurs formé par Paul Gagné et Lori Saint-Martin, dont le travail a maintes fois été récompensé et souligné. Suivront : Son of a Smaller hero (1955), St. Urbain’s Horseman (1971), Joshua Then and Now (1980), et The Apprenticeship of Duddy Kravitz (1959). Les Éditions du Boréal souhaitent ainsi « permettr[e] aux lecteurs habituels de Richler de retrouver les romans qu’ils connaissent déjà dans un texte français aux accents plus fidèles aux œuvres originales, et aux lecteurs plus jeunes de découvrir un auteur de premier plan, dont les œuvres n’étaient, pour nombre d’entre elles, plus disponibles en français. » Le tout avec une unité de ton que l’on ne retrouvait pas dans l’ensemble des traductions originales. (Maxime Nadeau)

 

EN FORMAT POCHE

Journal, Marie Ugay, 2015, Boréal, coll. « Boréal compact », 336 p., 9782764623787*

Marie Uguay occupe une place à part dans la poésie québécoise. Sa poésie sensuelle, qui chante la beauté du monde, lui a gagné des lecteurs nombreux et fervents. Le destin tragique de Marie Uguay lui confère aussi la marque des êtres d’exception. Comme Nelligan, comme Saint-Denys Garneau, elle est fauchée en pleine jeunesse.
C’est le cancer qui l’emporte à vingt-six ans, en 1981. Il aura fallu attendre plus de vingt ans avant de lire ce journal, publié pour la première fois en 2005 (Boréal). Il fait figure de document unique où prose et poésie se répondent, et qui nous entraîne aux sources mêmes de la création.

Voyage léger, Mélissa Verreault, 2015, Bibliothèque québécoise, 184 p., 9782894063705*

Une jeune photographe entreprend un voyage afin d’échapper à un quotidien morne et sans saveur. Mais une fois à l’aéroport, c’est face à elle-même qu’elle se retrouve. Sa remise en question soudaine et l’introspection qui en découle lui font emprunter une tout autre trajectoire que celle escomptée. La plume limpide et pleine d’espoir de Mélissa Verreault fait entendre le monologue intérieur d’une héroïne mélancolique, dans ce récit fourmillant de détails justes et d’aveux touchants.

Les O’Brien, Peter Behrens, 2015, 10/18, coll. « Littérature étrangère », 571 p., 9782264064516*

1887, dans l’arrière-pays canadien, la famille O’Brien apprend le décès du père. Le jeune Joe s’occupe de ses frères et sœurs et de sa mère. Il parcourt ensuite le continent et après avoir rencontré sa future femme, Iseult, fonde une entreprise et une famille. Racontée du point de vue de Joe, d’Iseult et de leurs enfants, la chronique d’une famille sur trois quarts de siècle.

 

POÉSIE

Pages intimes de ma peau, Josée Yvon, 2015, Écrits des Forges, 165 p., 9782896452828*

Pages intimes de ma peau est un hommage rendu à Josée Yvon dont 2014 marquait le vingtième anniversaire de la mort. Le présent titre réunit La chienne de l’hôtel Tropicana, paru en 1977, Koréphilie (1981) et Filles-missiles (1986), auxquels on a ajouté quelques poèmes de la même époque. Josée Yvon a élaboré une œuvre hors du commun. Elle s’est intéressée à la littérature américaine, plus particulièrement au travail de la Beat Generation, mais elle a aussi été influencée par la littérature lesbienne des année 1960-1970. Son œuvre s’inscrit dans la contre-culture, dont elle a été une représentante fervente. La poète a été l’une des premières, dans sa poésie et dan ses récits, à utiliser différents stratagèmes littéraires comme le mélange des genres, le collage, la langue parlée, et la provocation extrême de style trash, pour faire vivre les personnages de junkies, de travesties, de danseuses érotiques, de prostituées et d’autres paumés. L’univers mis en scène est celui du mal-être et du mal de vivre des blessés de la société, ces exclus à qui elle témoigne respect et affection. Elle oppose le sombre quotidien de ces derniers à celui de l’ensemble des autres citoyens, violemment et radicalement, dans une vision de la société perçue comme privilégiée, standard et uniformisante, mais surtout stéréotypée et aliénante et qui n’hésite pas à ajouter à la misère de ceux, et de celles surtout, qu’elle ne voit pas.

Ouvert l’hiver, Sébastien Dulude, 2015, La Peuplade, coll. « Poésie », 88 p., 9782923530963*

Une maison s’offre ouverte, débarrée, prête à accueillir qui veut se réchauffer ou dormir, simplement. Tombent de ce calendrier d’hiver quelques poèmes blancs – avec la neige, les yeux et le soir –, s’enchaînent une série de petites pièces ciselées que Sébastien Dulude a voulu glaciales dans leur forme et chaudes dans leur langue. Les engelures, le vin chaud, les tuyaux gelés, le calorifère, la buée, la tempête : ouvert l’hiver dessine ces images connues de notre imaginaire nordique, de part et d’autre de fenêtres brillantes, au bord desquelles le sujet hésite. Ces poèmes, délicats mais sonores, obsessivement ficelés, aspirent à confondre beauté et rudesse, chaleur et malaise, dans une intimité teintée d’ambiguïté.

À la cyprine, Eugène Savitzkaya, 2015, Minuit, 96 p., 9782707328281*

Le moindre vent nous décoiffe, le plus petit cri nous fait sursauter, l’acidité nous fait grimacer, l’aigre émeut nos sinus, la douceur nous appelle et nous écœure, le sel relève les saveurs des aliments, le poivre révèle l’amertume de l’orange, la nuit attend le jour et les années s’étirent, le châtaignier doit revivre, le cœur active le sang. Mais, sans la cyprine, point de bonheur en ce monde, ni d’appétit.

Dans l’hiver des villes, Tennessee Williams, 2015, Seghers, coll. « Poésie d’abord », 260 p., 9782232123856*

Un recueil de poèmes sur les thèmes de la sincérité et de la solitude où s’expriment l’empathie du dramaturge pour les personnages marginaux ainsi que son homosexualité.

Anthologie de la poésie chinoise, collectif (Rémi Mathieu, dir.), 2015, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1547 p., 9782070143764*

Une présentation de plus de 1 800 poèmes choisis parmi les œuvres de 401 auteurs et anonymes. Le volume est divisé selon les différentes dynasties depuis l’Antiquité jusqu’à la période contemporaine, depuis Les dix-neuf poèmes anciens jusqu’aux auteurs du XXe siècle comme Haizi, Mao Zadong et Bel Dao.

 

THÉÂTRE

Œuvres complètes d’Anne Hébert T. 5: Théâtre, nouvelles et proses diverses, Anne Hébert (Nathalie Watteyne, dir.), 2015, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Bibliothèque du Nouveau Monde », 1036 p., 9782760621879*

La publication de cette édition critique en cinq tomes, au tirage limité, est l’un des projets les plus importants menés par les PUM ces dernières années. En rassemblant tous les textes de l’auteur, l’équipe interuniversitaire dirigée par Nathalie Watteyne a fait un travail colossal qui apporte à l’œuvre de nouveaux éclairages tout en la replaçant dans sa continuité temporelle. Le cinquième volume présente divers contes et nouvelles, dont Le Torrent, des textes dramatiques et des proses diverses, publiés, parus en revue, ou inédits.

À la fois poète, romancière, nouvelliste et dramaturge, Anne Hébert (1916-2000) est l’un des écrivains québécois les plus appréciés et les plus reconnus dans le monde.

L’édition critique de ces textes est menée par une équipe reconnue de spécialistes de l’Université Sherbrooke sous la direction de Nathalie Watteyne, directrice du Centre Anne-Hébert. Elle apporte une nouvelle dimension à l’œuvre.

La robe blanche, Pol Pelletier, 2015, Herbes rouges, 104 p., 9782894195161*

« Tout art est politique.

Tout artiste se situe par rapport au pouvoir, qu’il-elle le sache ou non, dans sa façon de présenter son monde.

La Robe blanche est l’œuvre qui réunit le plus parfaitement art et politique.

Mon but est de provoquer une révolution. » – Pol Pelletier

La machine à révolte, Annick Lefebvre, 2015, Dramaturges Éditeurs, 56 p., 9782896370818*

«MATHILDE
Avoir su, Océane, on en aurait fait un, nous deux, un pacte. Un pacte de lames de rasoirs dans les veines, de gobage de pilules avec du Jack Daniel’s ou de pendaison double dans un garage double du Plateau Mont-Royal. Si c’est vraiment ça que tu voulais, on aurait pu le faire. Ensemble. Je comprends pas, mon amie, je comprends rien. Je braille ma vie dans ton chandail en y cherchant constamment tes bras pis le reste de ton corps, mais y a rien que mes bras à moi pis le reste de mon corps à moi dans ton coton ouaté préféré ! »

 

LITTÉRATURE POLICIÈRE

Les nuits de Reykjavik, Arnaldur Indridason, 2015, Métailié, coll. « Bibliothèque nordique », 259 p., 9791022601535*

La mort inexpliquée d’un clochard qu’il croisait à chacune de ses rondes de nuit obsède le jeune Erlendur, nouvelle recrue de la police islandaise. Sa première enquête l’entraîne dans les bas-fonds de la ville.

Tous les démons sont ici, Craig Johnson, 2015, Gallmeister, coll. « Noire », 315 p., 9782351780848*

Après avoir été arrêté, Raynaud Shade, un dangereux sociopathe Indien Crow d’adoption, avoue avoir caché un cadavre au cœur des Bighorn Mountains dans le Wyoming. Le shérif Walt Longmire a la mission d’escorter le meurtrier jusqu’au lieu du crime et de récupérer le corps. Mais cette expédition recèle bien des dangers.

Les ombres de Katyn, Philip Kerr, 2015, Éditions du Masque, 476 p., 9782702441596*

Une nouvelle enquête de Bernie Gunther, qui se retrouve dans la forêt de Katyn pour exhumer les 4.000 corps des officiers polonais qui auraient été assassinés à Smolensk, en 1943.

Les temps sauvages, Ian Manook, 2015, Albin Michel, 523 p., 9782226314628*

Une prostituée est assassinée et son fils est porté disparu. Bien que visé par un complot, l’inspecteur Yeruldelgger mène l’enquête avec ses équipiers. Explorant la Mongolie, la Russie et la Chine, ils arrivent finalement au Havre où six jeunes garçons sont retrouvés morts dans un container.

Jeremiah, Hervé Gagnon, 2015, Libre expression, coll. « Expression noire », 360 p., 9782764810613*

Avril 1865. La guerre de Sécession tire à sa fin, et les membres d’une société secrète confédérée, les Knights of the Golden Circle, sont réunis au St. Lawrence Hall Hotel, à Montréal. Leur but : planifier une éventuelle reprise des hostilités et encaisser des traites bancaires américaines d’une valeur de 2,5 millions de livres sterling. Parmi eux, John Wilkes Booth, futur assassin du président Abraham Lincoln, a en sa possession un objet encore plus précieux. Février 1892. Des Noirs montréalais sont sauvagement torturés et assassinés à la manière caractéristique du Ku Klux Klan. Le journaliste du Canadien Joseph Laflamme se lance sur l’affaire en compagnie de l’inspecteur Marcel Arcand, du Département de police de Montréal. Ils croiseront la route d’un personnage légendaire que l’on croit mort depuis 1882 et qui ne reculera devant rien pour retrouver ce que Booth a caché à Montréal.

EN FORMAT POCHE

Ceux qui tombent, Michael Connelly, 2015, Livre de poche, coll. « Policier », 474 p., 9782253904809*

Harry Bosch est de retour pour une nouvelle enquête. Cette fois-ci, il s’agit d’élucider une affaire de viol ayant eu lieu des années auparavant, et le meurtre ou le suicide d’un homme défenestré qui n’est autre que le fils du conseiller Irving, l’ennemi juré de l’inspecteur.

Et à l’heure de votre mort, Jacques Côté, 2015, Alire, 528 p., 9782896151226*

17 septembre 1894… La grande salle de l’hôtel Windsor est bondée de notables. Tous sont venus entendre Georges Villeneuve, médecin-expert à la morgue de Montréal, et son collègue, le docteur Wyatt Johnston, exposer les raisons qui les poussent à demander la construction d’une nouvelle morgue. Villeneuve a à peine terminé son discours quand surgit le lieutenant Bruno Lafontaine : une atrocité s’est produite dans un taudis de Griffintown et il a besoin de son expertise. Sur la scène du crime, une jeune femme gît dans son sang, littéralement éventrée à la suite d’un avortement clandestin. Villeneuve, qui tente d’inculquer aux forces de l’ordre des méthodes d’analyse modernes, découvre bien peu d’indices en raison de l’incurie des agents. L’enquête sera longue et laborieuse. Villeneuve n’en poursuit pas moins ses autopsies à la morgue, ses cours aux étudiants en médecine et, depuis peu, son travail d’assistant-surintendant à l’asile Saint-Jean-de-Dieu, car il a enfin obtenu le poste d’aliéniste qu’il convoitait. Or, quand une deuxième, puis une troisième boucherie sont découvertes, la presse s’enflamme et la pression pour que soit arrêté le fou meurtrier devient intenable. Pour Villeneuve, à cette obligation de résultat immédiat s’ajoute une terrible responsabilité : celle de l’aliéniste, dont le devoir est de protéger à tout prix les personnes atteintes de maladie mentale !

Dark Tiger, William G. Tapply, 2015, Gallmeister, coll. « Totem », 9782351785485*

Depuis sept ans, Stoney Calhoun, ancien vétéran, a perdu la mémoire mais s’est découvert des talents inattendus. Lorsque sa paisible existence se trouve menacée, il est contraint d’enquêter sur le meurtre d’un agent gouvernemental, retrouvé mort au nord de l’Etat, en prenant la place d’un guide de pêche.

Prague fatale, Philip Kerr, 2015, Livre de poche, coll. « Policier », 563 p., 9782253000419*

Berlin, 1942. Capitaine dans le service de renseignement SS, Bernie Gunther est de retour du front de l’Est. Alors qu’il a été affecté au service des homicides et qu’il enquête sur l’assassinat d’un ouvrier néerlandais, il surprend un homme battant sa femme dans la rue et décide de protéger l’inconnue et de l’emmener avec lui à Prague, où Heydrich l’a invité.

Un vent de cendres, Sandrine Collette, 2015, Livre de poche, coll. « Thriller », 286 p., 9782253176022*

Camille enquête sur la disparition mystérieuse de son frère Malo au cœur d’un domaine champenois où il travaillait en tant que vendangeur. Elle peut compter sur l’aide du maître de maison, un homme étrange, muré dans le silence depuis dix ans.

 

SCIENCE-FICTION, FANTASTIQUE & FANTASY

Wild Cards T. 2: Aces High, George R. R. Martin, 2015, Nouveaux millénaires, 539 p., 9782290061084*

Le deuxième volume de nouvelles représentant le monde post-apocalyptique et ravagé d’après 1946, l’année du déclenchement de l’épidémie meurtrière. Les rescapés se divisent en deux catégories : les aces, êtres développant d’étranges capacités, et les jokers, rachitiques rebuts de l’humanité. Avec l’aide d’une organisation maçonnique, un extraterrestre vient les affronter.

Viriconium: Intégrale, John Harrison, 2015, Mnémos, 492 p., 9782354082925*

Durant des millénaires, Viriconium, la cité pastel, fut le dernier refuge de la civilisation, l’ensemble de la planète ayant été pillé et détruit par ses propres habitants. Mais la cité est menacée par le conflit qui oppose les deux reines, en possession des armes antiques à l’origine de la destruction du monde.

Servir froid, Joe Abercrombie, 2015, Bragelonne, 666 p., 9782352948193*

Monza Murcatto est mercenaire au service du grand-duc Orso mais ses victoires l’ont rendue trop populaire pour son employeur. Trahie, le corps brisé, elle est laissée pour morte. Sa vengeance sera terrible, sept hommes devront mourir.

Le château des millions d’années, Stéphane Przybylski, 2015, Le Bélial, 356 p., 9782843441325*

En juin 1939, sous les ordres d’Heinrich Himmler, l’officier Friedrich Saxhäuser participe à une expédition archéologique en Irak dont le but secret consiste à établir une alliance contre les Britanniques. De plus en plus dubitatif à l’égard du nazisme, se sentant espionné, il fait une découverte stupéfiante, dont la possession donnerait un avantage décisif dans le conflit à venir.

Blizzard T. 1: Le secret des Esthètes, Pierre Gaulon, 2015, Mnémos, 283 p., 9782354082895*

Perdus au milieu d’un désert de glace, le magicien Blizzard et son disciple Chasseur luttent pour leur survie. Un jour, une phalange les attaque sans raison apparente, les poussant sur la route, animés du désir de vengeance et le besoin de comprendre.

FORMAT POCHE

Rois du monde T.1: Même pas mort, Jean-Philippe Jaworski, 2015, Folio, coll. « SF », 459 p., 9782070457748*

En Gaule, au cours d’une guerre entre tribus celtes, Ambigat tue son beau-frère Sacrovèse. Ambigat exile sa sœur et les deux fils de celle-ci dans le royaume biturige. Lorsque les deux enfants atteignent l’âge de porter les armes, leur oncle les envoie guerroyer contre les dangereux Ambrones. Prix Imaginales 2014 (Roman francophone).

Docteur Sleep, Stephen King, 2015, Livre de poche, coll. « Fantastique », 459 p., 9782253183600*

Danny Torrance est devenu adulte. Surnommé Docteur Sleep, il travaille dans un hospice, où il utilise ses pouvoirs surnaturels. Il y rencontre Abra, une jeune adolescente qui fuit un inquiétant groupe de voyageurs. Ceux-ci traquent les enfants télépathes pour se nourrir de leur lumière.

Feed T. 3: Red Flag, Mira Grant, 2015, Folio, coll. « SF », 752 p., 9782070459100*

L’oligarchie à la tête de l’Amérique post-zombie monte en puissance. Menacés par le pouvoir, les blogueurs affrontent également des savants prométhéens et un ours mort-vivant.

Le Volcryn, George R. R. Martin, 2015, ActuSF, coll. « Hélios », 172 p., 9782917689806*

Neuf scientifiques embarquent à bord de l’Armageddon, un vaisseau spatial, afin d’aller à la rencontre du Volcryn, un astronef légendaire.

Le dernier apprenti sorcier T. 4 : Le rêve de l’architecte, Ben Aaronovitch, 2015, J’ai lu, coll. « Fantastique », 379 p., 9782290081068*

Une série d’événements criminels, sans lien apparent, conduisent l’agent Peter Grant et l’inspecteur Thomas Nightingale dans les entrailles des immeubles Goldfinger, situés au sud de la Tamise.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur le titre choisi.

* * *

Tous les textes proviennent des éditeurs, sauf lorsqu’il y a mention d’auteur.

Sélection : Benoit Desmarais – litt. étrangère ; Maxime Nadeau – litt. québécoise, poésie et théâtre ; Morgane Marvier – policier ; Caroline Scott – science-fiction.

 


13 mars 2015  par nos libraires

Littératures : les parutions de février

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE

La confession de la lionne, Mia Couto, 2015, Métaillié, 233 p., 9791022601474*

Lorsque le chasseur Arcanjo Baleiro arrive à Kulumani pour tuer les lions mangeurs d’hommes qui ravagent la région, il se trouve pris dans des relations complexes et énigmatiques, où se mêlent faits, légendes et mythes. Une jeune femme du village, Mariamar, a sa théorie sur l’origine et la nature des attaques des bêtes. Sa sœur, Silência, en a été la dernière victime. L’aventure est racontée par ces deux voix, le chasseur et la jeune fille.

Clair, rapide, déconcertant, Mia Couto montre à travers ses personnages forts et complexes la domination impitoyable sur les femmes, la misère des hommes, la dureté de la pénurie et des paysages. Un grand roman dans la lignée de L’Accordeur de silences.

Fenêtres sur la nuit, Dan Vyleta, 2015, Alto, 592 p., 9782896942022*

1939. Tandis que l’étau nazi se resserre autour de Vienne, une série d’assassinats sordides plonge les résidents d’un immeuble dans l’angoisse. C’est toutefois pour élucider le meurtre de son chien que Speckstein, professeur déchu et espion à la solde du Parti, fait appel au docteur Anton Beer, qui a étudié la psychologie juridique. L’une des patientes de Beer, la jeune et troublante Zuzka, passe ses nuits à épier ses voisins depuis sa fenêtre, d’où elle tente de briser les silences et de déchiffrer les secrets murmurés derrière les portes closes. Et si l’un d’eux avait du sang sur les mains ? À une époque où la présomption d’innocence dépend de la maîtrise de l’art du déguisement et de la dissimulation, il arrive que les fenêtres se transforment en miroirs… Livre noir empreint d’un esprit cinématographique rappelant l’expressionnisme allemand, roman social paranoïaque baigné d’une inquiétante étrangeté, Fenêtres sur la nuit navigue sur la mince frontière séparant la pulsion de mort de l’instinct de survie, là où se rencontrent les meurtriers, les lâches et les innocents.

Danser les ombres, Laurent Gaudé, 2015, Actes Sud, 249 p., 9782330039714*

En ce matin de janvier, la jeune Lucine arrive de Jacmel à Port-au-Prince pour y annoncer un décès. Très vite, dans cette ville où elle a connu les heures glorieuses et sombres des manifestations étudiantes quelques années plus tôt, elle sait qu’elle ne partira plus, qu’elle est revenue construire ici l’avenir qui l’attendait. Hébergée dans une ancienne maison close, elle fait la connaissance d’un groupe d’amis qui se réunit chaque semaine pour de longues parties de dominos. Dans la cour sous les arbres, dans la douceur du temps tranquille, quelque chose frémit qui pourrait être le bonheur, qui donne l’envie d’aimer et d’accomplir sa vie. Mais, le lendemain, la terre qui tremble redistribue les cartes de toute existence… Pour rendre hommage à Haïti, l’île des hommes libres, Danser les ombres tisse un lien entre le passé et l’instant, les ombres et les vivants, les corps et les âmes. D’une plume tendre et fervente, Laurent Gaudé trace au milieu des décombres une cartographie de la fraternité, qui seule peut sauver les hommes de la peur et les morts de l’oubli.

Americanah, Chimamanda Ngozi Adichie, 2015, Gallimard, 249 p., 9782070142354*

Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique, qui compte bien la rejoindre. Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés ?

Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux États-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria. À la fois drôle et grave, doux mélange de lumière et d’ombre, Americanah est une magnifique histoire d’amour, de soi d’abord mais également des autres, ou d’un autre. De son ton irrévérencieux, Chimamanda Ngozi Adichie fait valser le politiquement correct et les clichés sur la race ou le statut d’immigrant, et parcourt trois continents d’un pas vif et puissant.

Une vie après l’autre, Kate Atkinson, 2015, Grasset, 524 p., 9782246807650*

11 février 1910 : Ursula Todd naît – et meurt aussitôt.

11 février 1910 : Ursula Todd naît – et meurt, quelques minutes plus tard, le cordon ombilical enroulé autour du cou.

11 février 1910 : Ursula Todd naît – le cordon ombilical menace de l’étouffer, mais cette fois le médecin est là pour le couper, et Ursula survit…

Ursula naîtra et mourra de nombreuses fois encore – à cinq ans, noyée ; à douze ans, dans un accident domestique ; ou encore à vingt ans, dans un café de Munich, juste après avoir tiré sur Adolf Hitler et changé ainsi, peut-être, la face du monde… Si l’on avait la possibilité de changer le cours de l’Histoire, souhaiterions-nous vraiment le faire ?

EN FORMAT POCHE

Sous un ciel qui s’écaille, Goran Petrović, 2015, 10/18, 190 p., 9782264055682*

Kraliévo, petite ville serbe. Sous sa voûte étoilée, l’Uranie attire une faune bigarrée : malfrats, artistes ratés, exhibitionnistes, confiés aux bons soins du projectionniste Bonitch et d’un perroquet baptisé Démocratie. Guerres, communisme, dictature – ce drôle de cinéma a survécu aux folies de l’Histoire, jusqu’à cet après-midi de mai 1980, celui de la dernière séance… Avec cette fable savoureuse menée tambour battant, l’Emir Kusturica des lettres serbes signe un portrait cocasse en diable de la nature humaine et de l'(ex-)Yougoslavie.

L’enfant de l’étranger, Allan Hollinghurst, 2015, Livre de Poche, 764 p., 9782253020424*

Tout commence en 1913, dans le jardin de la maison de campagne des Sawle dans le Middlesex. Étudiant à Cambridge, le timide George Sawle a invité aux Deux Arpents un de ses camarades, l’aristocratique et énigmatique Cecil Valance. Ces jours dans la maison familiale et le poème qu’ils inspirent à Cecil vont changer leur destin. Et plus encore celui de Daphné, la sœur de George. En ce printemps où rien n’annonce les proches bouleversements de l’Histoire, un pacte se noue secrètement entre les trois jeunes gens, point de départ d’une fresque saisissante à travers le XXe siècle, par l’un des plus grands romanciers anglais contemporains.

Quand tout est déjà arrivé, Julian Barnes, 2015, Gallimard/Folio, 148 p., 9782070462339*

« Nous vivons à ras de terre, à hauteur d’homme et pourtant – et par conséquent – nous aspirons à nous élever. »

C’est à différentes altitudes que se situent les trois récits qui composent ce livre. Le premier nous conte, avec humour, les différentes tentatives de l’homme pour voir le monde d’en haut. Et il s’attache plus particulièrement à celles de Nadar, qui, à bord d’un ballon, réalisa les premiers clichés aérostatiques en 1858. Le deuxième se penche sur les amours de Sarah Bernhardt avec un bel officier anglais. Nous sommes « à hauteur d’homme ». Le troisième nous parle de ce qui se passe quand « tout est déjà arrivé ». L’être qui nous était le plus proche meurt et l’on tombe « de la plus grande hauteur ». Julian Barnes est dans ce recueil au sommet de son art.

Le chardonneret, Donna Tartt, 2015, Pocket, 1110 p., 9782266250764*

C’est un minuscule tableau de maître. Un oiseau fascinant. Inestimable. La raison pour laquelle Théo Decker, 13 ans, s’est retrouvé en possession de ce chef-d’œuvre de l’art flamand est une longue histoire… Un hasard qui, huit ans après ce jour tragique de pluie et de cendres à New York, l’obsède toujours autant. Des salons huppés de Manhattan aux bas-fonds mafieux d’Amsterdam ou de Las Vegas, Le Chardonneret surveille l’effroyable descente aux enfers de Théo et préside à son étrange destin…

Les dépossédés, Steve Sem-Sandberg, 2015, 10/18, 730 p., 9782264052889*

Le ghetto de Lódz, créé en 1940, deviendra la plus grande ville-atelier de Pologne. À sa tête, Chaïm Rumkowski, directeur tyrannique et pédophile, reste un monstre pour les uns, un héros pour les autres. En nourrissant son roman de l’exigence historique, Sem-Sandberg pénètre les flous et les interdits afin de cerner ce personnage controversé, dont les paradoxes n’autorisent pas toujours de réponses…

 

LITTÉRATURE QUÉBÉCOISE ET CANADIENNE

T’es où, Célestin?, Alain Poissant, 2015, Sémaphore, 194 p., 9782924461020*

T’es où, Célestin? raconte le destin de Célestin Verdier, un cultivateur devenu patriote durant les troubles de 1837-38 à Napierville, et des répercussions de son engagement, sur lui et sur sa famille. Ce roman rend hommage aux oubliés de l’histoire des Patriotes, les femmes et les enfants.

La péninsule, Louis-Bernard Robitaille, 2014, Noir sur blanc, coll. « Notabilia », 211 p., 9782882503657*

Dans un monde futur, Jimmy Durante, capitaine chargé des écritures et de l’idéologie au département des Études, a été déchu de ses fonctions. Réfugié dans la péninsule, un périmètre interdit où a eu lieu un accident nucléaire quinze ans auparavant, il vit tranquillement. Il y rencontre Valentina Ordjonikidzé, une ancienne violoncelliste au passé trouble.

Traité des peaux, Catherine Harton, 2015, Marchand de feuilles, 176 p., 9782923896441*

Dans des forêts où les ancêtres appellent la poudrerie le souffle de la mort, une joaillière fabrique des bijoux avec des plumes d’oiseaux, un homme de 54 ans correspond avec celui qui a envoyé un message dans une bouteille jetée à la mer, un autre attend que l’orage éclate pour ouvrir la bouche et le boire en entier. La nature ouvre ses branchies, dans ce livre, où l’on demande et propose le pardon. Le Traité des peaux est rempli de talismans qui viennent de la terre. Ses paysages nous montrent que nous sommes un peuple nordique et que nous ne sommes pas seuls au monde. Nous habitons des lieux peuplés de reliques, où un seul mouvement brusque peut faire migrer toute une colonie.

Cataonie, François Blais, 2015, L’Instant même, 120 p., 9782895023609*

Irrévérence, manipulation des codes, univers décalé, on reconnaît bien dans Cataonie la griffe de François Blais. L’absurdité des situations dans lesquelles il plonge son personnage est proprement hilarante.

Pures et dures, Andrée Ferretti, 2015, XYZ, coll. « Romanichels », 136 p., 9782892618877*

Voici vingt-six nouvelles, chacune ayant pour titre un prénom féminin commençant par une des vingt-six lettres de l’alphabet. Vingt-six portraits de femmes, saisis à un moment crucial de leur vie, et qui illustrent un des rapports particuliers et variés qu’elles entretiennent avec la liberté. Il y a celles qui y aspirent, celles qui en jouissent, celles qui se battent pour l’obtenir et celles qui la troquent contre un besoin plus grand de sécurité. Ces femmes sont de tous les âges. [T]outes réfléchissent sur leurs propres conditions d’existence et plus largement, pour quelques-unes, sur l’état du monde. Chacune à sa manière est une femme engagée, une pure et dure.

EN FORMAT POCHE

Dernier voyage à Buenos Aires, Louis-Bernard Robitaille, 2014, Libretto, 212 p., 9782369141907*

Quelques décennies après son arrivée à Paris dans l’intention d’y réussir comme romancier, Jefferson Woodbridge n’est parvenu qu’à devenir tâcheron et traducteur dans une maison d’édition. Apprenant qu’il va perdre la vue dans six mois, il décide d’aller mettre fin à ses jours à Buenos Aires. L’approche de la mort fait ressurgir le souvenir de Magdalena, une jeune femme rencontrée un soir.

Quelqu’un, Aude, 2015, Bibliothèque Québécoise, 128 p., 9782894063712*

À trente-six ans, Magali, une artiste, est atteinte d’une maladie dégénérative. Paralysée et muette, elle vivote à l’hôpital depuis un an et demi, emprisonnée dans son corps, lorsqu’une chirurgienne désabusée, Dr Jeanne Deblois, se prend d’affection pour elle. La fin de vie de la première sera la planche de salut de la seconde, car entre ces femmes, un courant de dignité et d’acceptation de soi aura le temps de grandir et de fleurir.

 

POÉSIE & THÉÂTRE

La carte de feux, René Lapierre, 2015, Herbes rouges, 228 p., 9782894194973*

Il y a trois cents millions d’années, à la fin du Carbonifère, notre continent franchissait l’équateur et remontait lentement vers le nord. Ce lourd navire, rêvé en 1912 par Alfred Wegener, les géologues l’ont appelé Laurentia. Un tout petit siècle s’est écoulé depuis. Notre monde s’est enfoncé dans l’ivresse et la brutalité. Les croyances les plus dépourvues de fondement se sont multipliées. Elles ont supplanté l’expérience, brûlé les livres, brisé la pensée. Chacun a ses morts. Les deuils sont innombrables. Voici comment cela s’est produit. Voici comment c’est arrivé.

Sœurs, Wajdi Mouawad, 2015, Leméac/Actes Sud, coll. « Actes Sud–Papiers », 48 p., 9782330047016*

Geneviève Bergeron, brillante avocate, pleure dans sa voiture en écoutant les chansons d’amour de Ginette Reno, car si elle a réussi sa carrière professionnelle, sa vie privée est vide d’envies et de désirs.

Grande écoute, Larry Tremblay, 2015, Lansman, coll. « Théâtre à vif », 66 p., 9782807100220*

Roy, vedette de télévision, anime une émission d’entretien dans laquelle il réussit à persuader ses invités de se livrer sans pudeur, usant de séduction et de manipulation, afin de combler les attentes d’un auditoire friand d’aveux intimes. En coulisses, sa vie personnelle est loin de l’image de bonheur conjugal et familial qu’il laisse apparaître.

La Grande Ourse, Yves Bonnefoy, 2015, Galilée, coll. « Lignes fictives », 56 p., 9782718609195*

Le premier recueil rassemble des textes imprimés sur sept volumes distincts parus entre 2010 et 2012. Le second a fait l’objet d’une édition hors commerce en octobre 2014. Tous deux traduisent le souci de porter attention à ces voix qui n’ont de cesse de traverser et remuer l’esprit.

Vers le sud, Juan Gelman, 2014, Gallimard, coll. « Poésie », 396 p., 9782070450824*

Réunit cinq recueils publiés entre 1978 et 1984, dans lesquels le poète en exil partage sa souffrance face à la violence de la dictature argentine et l’assassinat de son fils.

 

LITTÉRATURE POLICIÈRE

Dieux de la pluie, James Lee Burke, 2015, Rivages, coll. « Rivages/Thriller », 521 p., 9782743629441*

En devenant shérif d’une petite ville du Texas proche de la frontière mexicaine, Hackberry Holland espérait laisser derrière lui des souvenirs douloureux. Mais il découvre les corps de neuf femmes immigrées clandestines, point de départ d’une affaire difficile.

La blonde aux yeux noirs, Benjamin Black, 2015, Robert Laffont, 363 p., 9782221156476*

Début des années 1950, dans la ville californienne de Bay City. Le détective Philip Marlowe est engagé par Clare Cavendish, une séduisante jeune femme, pour retrouver son amant, Nico Peterson, disparu dans un accident de voiture avec délit de fuite deux mois plus tôt. Le début de ses ennuis commence.

Le cannibale de Crumlin Road, Sam Millar, 2015, Seuil, coll. « Seuil Policiers », 295 p., 9782021135701*

À Belfast, le privé Karl Kane recherche un homme qui enlève et mutile atrocement ses victimes, de très jeunes femmes, des junkies, exclues de la société. L’enquête va devenir personnelle et enragée quand la propre fille de Kane est enlevée. Bob Hannah, l’homme qu’il soupçonne, est haut placé et la police locale, loin de lui venir en aide, s’avère un obstacle de plus sur sa route.

Le mauvais côté des choses, Jean Lemieux, 2015, Québec Amérique, « Tous continents », 376 p., 9782764428368*

Un soir d’automne, un restaurateur de la Petite-Italie est abattu alors qu’il quitte sa pizzeria. Détail troublant : son cadavre a été amputé de la main droite. S’agit-il de l’œuvre d’un psychopathe ou d’un règlement de comptes lié à la mafia sicilienne ? André Surprenant, nouvellement arrivé au sein de l’escouade des crimes majeurs du SPVM, tentera de démêler l’écheveau de cette enquête, dont les ramifications semblent s’étendre à sa propre histoire familiale. Qui était vraiment son oncle Roger, grâce auquel il a obtenu un poste à Montréal ? Pourquoi son père, dont la présence est de nouveau signalée à Los Angeles, a-t-il disparu en octobre 1970 ? Tandis que Surprenant essaie de faire la lumière sur son passé, mais aussi sur l’identité de celui que la presse a baptisé « l’amputeur des ruelles », les victimes s’accumulent. Et, chaque fois, non loin des cadavres, on trouve une mystérieuse branche d’amélanchier.

Le dico Sherlock Holmes, Jacques Baudou et Paul Gayot, 2015, Les Moutons électriques, coll. « La bibliothèque rouge », 238 p., 9782361831899*

Un dictionnaire thématique consacré au célèbre détective, proposant des notices sur les thèmes, l’exégèse, les sources d’inspiration et les adaptations de l’œuvre de Conan Doyle.

EN FORMAT POCHE

Angle mort, Ingrid Astier, 2015, Gallimard., coll. « Folio Policier », 574 p., 9782070462520*

Diego, jeune braqueur né à Barcelone, vit à Aubervilliers avec son frère Archibaldo. Sa sœur Adriana est trapéziste de cirque. Lorsque le gérant d’un bar de la Villette est assassiné au cours d’un braquage, la police ne tarde pas à remonter jusqu’à lui. Commence alors une traque, du quai des Orfèvres au canal Saint-Denis. Mais Diego l’insaisissable garde toujours un temps d’avance.

Les chiens de Belfast, Sam Millar, Points, coll. « Policier », 282 p., 9782757849552*

Enfant, le détective privé Karl Kane a assisté au viol et au meurtre sauvage de sa mère. Il mène l’enquête sur des assassinats violents, assortis de tortures de plusieurs citoyens de Belfast qui se trouvent être liés à la prison de Woodbank. Reste à prouver les liens entre ces meurtres et ceux, antérieurs de quelques années, de plusieurs femmes qui n’étaient pas toutes des prostituées.

Strad: Une enquête de Louise Morvan, Dominique Sylvain, 2015, Points, coll. « Policier », 253 p., 9782757811955*

Un Stradivarius de 24.000 millions de francs a été volé. La société MDM, propriétaire de l’instrument, a engagé la détective Louise Morvan pour le retrouver. Elle collabore avec l’OCBC (Office central de répression du trafic des biens culturels) et se cache dans un appartement, juste en face de celui de Christian Donovan, un antiquaire spécialiste en instruments anciens. Prix Michel-Lebrun 2001.

L’étrange destin de Katherine Carr, Thomas H. Cook, 2015, Points, coll. « Roman noir », 348 p., 9782757849934*

Sept ans après l’enlèvement et le meurtre de son fils Teddy, Gates, journaliste dans la petite ville de Winthrop, reçoit la visite d’un policier à la retraite, spécialiste des personnes disparues. Ce dernier lui parle de la poétesse Katherine Carr, vue pour la dernière fois au bord de la rivière, vingt ans plus tôt. Cette disparition le renvoie à celle de son fils et finit par l’obséder.

Texas forever, James Lee Burke, 2014, Rivages, coll. « Rivages/Noir », 240 p., 9782743629298*

Après avoir abattu un gardien pour s’échapper d’un camp de prisonniers de Louisiane, Son Holland et Hugh Allison fuient en direction du Texas, où ils comptent rejoindre les Texas Rangers en guerre contre l’armée mexicaine, à la veille de la bataille de Fort Alamo.

 

SCIENCE-FICTION, FANTASTIQUE & FANTASY

Je suis un dragon, Martin Page (Pit Agarmen), 2015, Robert Laffont, 293 p., 9782221144947*

« On s’habitue à être surhumain, et très vite on comprend que ce n’est qu’une des multiples façons que la vie a trouvées pour nous dire qu’on est un inadapté. » Margot est une jeune orpheline timide et solitaire. Un jour, elle découvre sa véritable nature : elle est douée de capacités extraordinaires. Ces pouvoirs la terrifient, elle les dissimule jusqu’à ce qu’un événement tragique la contraigne à se dévoiler. On lui demande alors de mettre ses dons au service de l’humanité. Sa vie se partage désormais entre son quotidien de jeune fille espiègle et des missions d’une grande violence. Adulée et crainte, elle devient une icône. Mais peut-on sauver le monde si l’on s’y sent étranger ? En s’inspirant de l’univers des superhéros, Martin Page se réapproprie les codes habituels du genre. Captivant, bouleversant, Je suis un dragon est un roman sur la puissance de la fragilité et sur la possibilité de réinventer sans cesse nos vies.

Nexus, Ramez Naan, 2015, Presses de la cité, 491 p., 9782258109179*

L’an 2040. Nexus est une nouvelle nano-molécule capable de relier les cerveaux entre eux. Alors que certains veulent l’exploiter, d’autres cherchent à l’anéantir. Kade, un jeune étudiant biologiste, voit dans cette drogue de nouvelles possibilités de communication et un immense progrès pour la société. À l’aide d’une poignée d’amis, il parvient à l’améliorer afin qu’il ne soit plus nécessaire de la consommer régulièrement pour en ressentir les effets. Mais les agences gouvernementales sont à leurs trousses… Sam, une espionne travaillant pour le compte de l’ERD (Emerging Risks Directory), les contraint à coopérer : Kade doit servir d’appât en intégrant l’équipe de Su-Yong Shu, une célèbre et géniale scientifique chinoise soupçonnée par l’ERD de travailler sur une technique lui permettant d’asservir les gens contre leur volonté. Dans un monde où se mêlent scientifiques chinois, moines bouddhistes et agents de la CIA, le jeune homme ne tardera pas à s’apercevoir que les enjeux sont bien plus importants qu’un simple trafic de stupéfiants…

Z pour Zombies, Bernard Perron, Antonio Dominguez Leiva et Samuel Archibald (dir.), PUM, 2015, 220 p., 9782760633834*

Qu’est-ce qu’un zombie ? Un « paradoxe ambulant » précédé d’une odeur nauséabonde, selon certains ; un « héros culturel de l’ère néobaroque », selon d’autres. Parfois comique, le plus souvent terrifiant, cet être putride possède un insatiable appétit pour la chair fraîche et, occasionnellement, le sexe. Le monstre a envahi depuis longtemps la culture populaire : cinéma, bande dessinée, télévision, littérature et jeux vidéo regorgent de sa répugnante présence, qui commence aussi à infester le monde universitaire. À preuve, ce livre où des spécialistes de diverses disciplines se penchent sur le phénomène des morts-vivants, et posent des hypothèses pour mieux comprendre leur incroyable vitalité dans la psyché collective.

FORMAT POCHE

Lignes de vie, Graham Joyce, 2015, Folio, coll. « SF », 461 p., 9782070459117*

À Coventry, durant la Seconde Guerre mondiale, dans une famille de sept sœurs, Cassie, la plus jeune, a eu un petit garçon d’un père inconnu et n’a pas eu le courage de le céder à des parents adoptifs. Comme elle est fantasque et sujette à des troubles mentaux, la matriarche décide que le petit Franck sera élevé par chacune des sœurs. Mais Franck est un enfant qui a des dons surnaturels.

Introduction à la littérature fantastique, Tzvetan Todorov, 2015, Points, coll. « Essais », 188 p., 9782757850138*

Une histoire du genre fantastique à travers ses représentants, comme Nerval ou Gautier.

Le prince royal, Robin Hobb, 2015, J’ai lu, 152 p., 9782290102596*

Au Royaume des Six-Duchés, la reine-servante Prudence de Castelcerf accouche d’un bâtard dont la peau porte la robe du cheval de son père. Nommé Pie en référence à la couleur de sa peau, il est élevé par Félicité, amie roturière de Prudence. Monté sur le trône, il doit faire face aux conjurations des nobles qui tiennent à la pureté de la lignée des Loinvoyant.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur le titre choisi.

* * *

Tous les textes proviennent des éditeurs, sauf lorsqu’il y a mention d’auteur.

Sélection : Benoit Desmarais – litt. étrangère ; Maxime Nadeau – litt. québécoise, poésie et théâtre ; Morgane Marvier – policier ; Caroline Scott – science-fiction.



© 2007 Librairie Monet