Le Délivré

Archive pour la catégorie ‘▪ Monde du livre’


11 novembre 2013  par Le Délivré

Les libraires – Lancement de la nouvelle image de marque des librairies indépendantes..

La Librairie Monet, membre de l’Association des libraires du Québec et de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, est fière de vous annoncer le lancement d’une nouvelle démarche visant à sensibiliser les lecteurs québécois à l’importance du métier de libraire.

« L’Association des libraires du Québec (ALQ) et la coopérative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ) collaborent pour créer une nouvelle image de marque qui encadrera dorénavant l’ensemble de leurs opérations promotionnelles et commerciales : Les libraires.

Les libraires… tout simplement. Parce que le métier de libraire mérite sa pleine reconnaissance. Un phylactère, parce que leur univers est ponctué d’histoires, de suggestions et de conseils. Un guillemet : une invitation à l’ouverture et au dialogue. Les libraires, ce sont de véritables connaisseurs qui racontent, suggèrent, soulignent, relatent, maîtrisent et précisent.

Cette nouvelle image de marque se déclinera de multiples façons, notamment en librairie. De plus, l’ensemble des marques liées à la coopérative des Librairies indépendantes du Québec migrera graduellement vers cette identité. Cela touche la revue le libraire (qui deviendra la revue les libraires en décembre), le site transactionnel ruedeslibraires.com (qui devient dès maintenant le site leslibraires.ca), ainsi que toute campagne promotionnelle et commerciale. Cette offensive d’envergure contribuera à rejoindre le public de façon plus cohérente.

Les libraires marquent le coup d’envoi de cette nouvelle image par la diffusion d’une publicité à l’échelle nationale. En effet, à compter d’aujourd’hui, et ce jusqu’au 21 décembre, vous pourrez la voir sur RDI et ARTV. Elle est également disponible ici. Conçue par l’agence de publicité Tank et réalisée par oneChuck Productions, cette campagne est rendue possible grâce à l’aide financière de Patrimoine canadien (Fonds du livre du Canada) et de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC).

Par cette image unifiée, les libraires indépendants peuvent enfin dire haut et fort ce qu’ils sont réellement : Les libraires.

Voici, en avant-première, la publicité de la campagne Les libraires qui sera diffusée sous peu sur les ondes d’ARTV et RDI

Les libraires, consultez-les! En librairie… et en ligne : www.monet.leslibraires.ca

Au sujet de nos organismes professionnels :

Créée en 1969, l’Association des libraires du Québec est un intervenant majeur dans l’industrie du livre. Elle a pour mission de contribuer au développement professionnel des libraires et à l’essor économique de la librairie comme lieu essentiel de diffusion de la culture. L’ALQ représente 120 librairies indépendantes réparties sur tout le territoire du Québec et quelques-unes hors Québec.

La coopérative des Librairies indépendantes du Québec – LIQ, fondée en 2007, regroupe 90 librairies indépendantes et se consacre au développement d’outils promotionnels et commerciaux (revue, sites web, catalogues,  carnets, etc.). Elle soutient également ses membres dans les importantes transitions vers le numérique. Les LIQ sont aussi des sites transactionnels, ainsi qu’un magazine bimestriel papier et en ligne d’actualité littéraire fondé il y a 15 ans. »

 

 


3 octobre 2013  par Le Délivré

Québec en toutes lettres : Hommage à Gabrielle Roy

Ne dirons-nous jamais assez l’importance de Gabrielle Roy sur la littérature québécoise ? Lorsque nous demandons aux auteur.es que nous accueillons à la Librairie Monet, dans le cadre de notre programme d’animations, quels sont auteurs les ont marqués, son nom revient régulièrement. Et les lectrices et les lecteurs à qui nous suggérons les romans de Gabrielle Roy nous reviennent enchantés. Bien sûr, nous avons (presque) tous étudié son Bonheur d’occasion. Mais son œuvre est fort considérable, et plusieurs de ses romans sont d’une fraîcheur et d’une luminosité rare. Et que dire de son autobiographie : La détresse et l’enchantement ? Certainement l’un des plus beaux récits autobiographiques de notre littérature.

Cette année, l’événement littéraire Québec en toutes lettres, qui se déroulera du 10 au 20 octobre 2013 dans la Vieille Capitale, a comme thématique principale Gabrielle Roy et l’imaginaire des femmes. Voici un extrait du communiqué qui nous est parvenu :

 

 

 

 

 

 

« Plongez dans le monde de Gabrielle Roy…

Inspiré par les nombreuses lettres écrites par l’auteure à l’honneur, le festival célèbre la correspondance en grand lors de Poste restante, un événement extérieur participatif mis en scène par Alexandre Fecteau avec de nombreux auteurs et comédiens. Bonheur d’occasion, le best-seller de Gabrielle Roy, est quant à lui au cœur de deux projets : le roman est porté à la scène dans une mise en lecture toute en dentelle, en chansons et en humour de la jeune auteure Joëlle Bond, tandis qu’EXMURO arts publics s’en inspire pour Force de travail, un projet qui transformera le quartier Saint-Roch en un véritable livre de béton et de verre où la poésie s’inscrit en lettres géantes. La célébration de l’auteure d’origine manitobaine est également l’occasion de recevoir une délégation d’écrivains de la francophonie canadienne et de mettre de l’avant les multiples facettes de sa vie lors de la lecture-spectacle Tout comme Gabrielle, où le comédien Hugues Frenette livrera des extraits de l’autobiographie La Détresse et l’Enchantement entouré d’auteures de Québec.

Les passionnés de Gabrielle Roy ne devront pas manquer la rencontre privilégiée avec Lori Saint-Martin et François Ricard, écrivains et spécialistes de Gabrielle Roy, ni les dossiers spéciaux des magazines Nuit blanche, Québec français et L’écrit primal qui explorent la thématique du festival.

… et dans l’imaginaire des femmes

Rappelons que le festival s’ouvre en présence de l’écrivaine franco-canadienne Nancy Huston, invitée de marque du festival, pour la lecture concert en première nord-américaine de Rena et les monothéismes, où elle livrera, en compagnie du pianiste Édouard Ferlet, des extraits de son roman Infrarouge. Le jeudi 10 octobre, la représentation sera précédée d’un cocktail d’ouverture en compagnie de Geneviève Rioux et du Tango Boréal qui font vivre Un jardin au bout du monde. À cette plongée dans un univers féminin exceptionnel s’ajoutent une série cinéma sur les grandes œuvres de femmes adaptées pour l’écran et une table ronde qui réunira des auteures et éditrices pour un état des lieux sur la littérature au féminin. »

« Québec en toutes lettres, c’est un événement littéraire novateur à vocation internationale qui contribue au rayonnement de la littérature et des auteurs québécois en mettant en relation la littérature québécoise et la littérature mondiale par le biais de sa thématique annuelle. Il offre une programmation originale et de qualité inspirée chaque année de l’œuvre d’un auteur majeur de la littérature, qu’il soit d’origine québécoise, canadienne ou étrangère. Il stimule la pratique de la lecture et de l’écriture dans la population. »

Pour en savoir plus sur cet événement littéraire de premier plan, visitez le site de Québec en toutes lettres en cliquant ici.

Et, pour redécouvrir l’œuvre de Gabrielle Roy, maintenant disponible en version papier ou numérique, sur notre site virtuel monet.ruedeslibraires.com, veuillez cliquer ici.

 


30 août 2013  par Le Délivré

Place au Festival international de littérature !

L’été montréalais est particulièrement chargé, culturellement parlant. La ville est en fête!

Arrive l’automne et nous retrouvons nos lieux plus intimes : théâtres, salles de concert et, du 20 au 29 septembre, notre festival littéraire par excellence, le FIL !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le Festival international de littérature (FIL) est le seul festival littéraire montréalais annuel de langue française, à caractère à la fois multidisciplinaire, national et international. À la fois producteur et diffuseur de manifestations littéraires, le FIL offre, à chacune de ses éditions, une programmation originale et audacieuse, dont l’excellence est tout à fait comparable à celle qu’offrent les meilleurs festivals québécois de théâtre, de danse ou de musique.

Le FIL a été créé par l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) en 1994, à une époque où il y avait peu d’événements littéraires à Montréal. Après avoir célébré les dix ans d’existence de son festival, l’UNEQ a décidé qu’il était temps que le FIL possède sa propre structure et qu’il était préférable qu’il ait lieu en septembre, devenant le premier événement de la rentrée littéraire .

Le FIL célèbre cette année ses 19 ans d’existence. Véritable fête des mots pour tous les publics, mais aussi lieu de création, de réflexion et d’expérimentation pour de nombreux écrivains et autres artistes d’autres disciplines, le FIL s’inscrit désormais parmi les grands festivals qui façonnent la vie culturelle montréalaise. Il est devenu sans conteste un événement littéraire majeur au Québec tant par la qualité et l’originalité de sa programmation, par l’accueil favorable que lui accordent les médias que par son rayonnement national et international. »

Cette édition 2013 du FIL rendra hommage, entre autres, à Albert Camus, Roland Giguère, André Roy et Gabrielle Roy. Plusieurs excellents spectacles mettront en scène la poésie et la littérature d’ici et d’ailleurs. Nous retrouverons Léo et les presqu’îles, un spectacle musical de Gilles Vigneault ainsi que Thomas Hellman chante Roland Giguère. Nous découvrirons également Rapaillé, un spectacle de danse rythmée par la poésie de Gaston Miron et Rose au cœur violet, un rendez-vous avec le rêve, la magie et l’érotisme des femmes surréalistes, etc.

Également, J’attends tes lèvres pour chanter, un spectacle créé par Tristan Malavoy avec Franz Benjamin, Fredric Gary Comeau, Kim Doré, FORÊT (Émilie Laforest et Joseph Marchand), Tristan Malavoy et Michel Rivard et la soirée Le Grand Slam de la Ligue Québécoise de Slam.

Mais ce ne sont que quelques-uns des événements, parmi tant d’autres…

Pour en savoir plus sur le Festival international de littérature et pour consulter la programmation complète, visitez le site du FIL.

Bon festival!


29 juillet 2013  par Le Délivré

Jean Lemieux : Entrevue

Notre collègue Morgane Marvier, spécialiste et passionnée de polar, a assisté à l’édition 2013 des Printemps meurtriers de Knowlton. Elle en a profité pour rencontrer un certain nombre des auteurs présents. Elle nous propose aujourd’hui une dernière entrevue avec le romancier québécois Jean Lemieux.

Pour écouter cette entrevue sur airelibre.tv, veuillez cliquez ici.

Né à Iberville, Jean Lemieux écrit son premier roman à l’été 1970. Pendant ses études en médecine à l’Université de Montréal, il fait de nombreux voyages en France, en Angleterre, en Écosse, en Grèce et en Italie. Omnipraticien en milieu psychiatrique et grand voyageur, Jean Lemieux trouve tout de même le temps de s’adonner à sa passion : l’écriture. Il a publié de nombreux romans pour les adultes et pour les jeunes à la courte échelle.

Ses romans ne passent pas inaperçus. Critiques littéraires et grand public ont reconnu le talent de cet écrivain, habile conteur, sensible et bon observateur de l’âme humaine. Il a entre autres remporté le Prix France-Québec/Philippe-Roussillon en 2003  et le Prix Arthur-Ellis Crime Writers of Canada en 2004 pour son roman On finit toujours par payer.

Ses deux derniers romans sont publiés aux éditions la courte échelle : Le mort du chemin des Arsène, Prix littéraire de la ville de Québec et du salon du livre de Québec, catégorie adulte, 2010Prix Arthur-Ellis de la Crime Writers Association of Canada 2010 et Prix des abonnés de la bibliothèque de Québec 2010, catégorie fiction, ainsi que L’homme du jeudi.

Pour commander les romans de Jean Lemieux sur notre site monet.ruedeslibraires.com dans leurs versions papier ou numérique, veuillez cliquer ici.

Et pour en savoir plus sur Jean Lemieux, visitez son site internet en cliquant ici.

Morgane Marvier est responsable du secteur Général et universitaire de la Librairie Monet. Elle siège sur le jury du Prix Saint-Pacôme du roman policier et relate ses lectures de polar sur son blogue Carnets noirs.

 

 

 


26 juillet 2013  par Le Délivré

Les Correspondances d’Eastman, 11es édition

Un festival littéraire champêtre, quelle merveilleuse idée. Surtout au mois d’août où les journées sont belles et les soirées fraîches, idéales pour se retrouver dans un café ou autour d’une bonne table de la région …

« Les 11es Correspondances d’Eastman se dérouleront du 8 au 11 août et, cette année encore, plusieurs facettes de la littérature seront en vedette : poésie, bande-dessinée, roman, récit, mais aussi, correspondance, slam et mots en chanson. Cette année, la direction de la programmation a été confiée cette année à Bruno Lemieux, professeur de lettres et de communication au Cégep de Sherbrooke et un des fondateurs du Prix littéraire des collégiens. Il vient tout juste de publier Dans le ventre la nuit, un recueil de poésie aux éditions du Noroît.

Pour la première fois, les Correspondances confieront à deux porte-paroles le soin de conjuguer, chacun à leur façon, les multiples sens de ces Belles lettres rebelles, thème de cette année . Il s’agit de la comédienne et écrivaine, Francine Ruel, et du poète-slammeur sherbrookois David Goudreault, qui a remporté à Paris la Coupe du monde de slam-poésie en 2011.

Spectacles en soirée et cafés littéraires

Au programme du soir, de grands noms tels que Jean Désy, écrivain-médecin amoureux du Nord, dans une lecture-concert le jeudi soir ; l’auteur-compositeur de la nouvelle génération, Thomas Hellman, chantera le poète québécois Roland Giguère le vendredi soir et le samedi soir, la grande Dorothée Berryman propose une soirée piano-voix, accompagnée du pianiste Vincent Rehel. Standards jazz et ambiance feutrée au rendez-vous!

Plus d’une dizaine de cafés et entretiens littéraires seront de nouveau à l’affiche et permettront échanges et rencontres entre auteurs et personnalités artistiques : Caroline Allard, Jacques Allard, Deni Y. Béchard, Michel-Marc Bouchard, Roxanne Bouchard, Évelyne de la Chenelière, Jean-Simon DesRochers, Jean Désy, Stéphane Dompierre, Delaf et Dubuc, Éric Dupont, Louise Dupré, Naomi Fontaine, Louise Forestier, Dominique Fortier, Bianca Gervais, David Goudreault, Thomas Hellman, Nicole Houde, Carl Leblanc, Véronique Marcotte, Frédéric Metz, Michel Rabagliati, Kim Thuy, Catherine Voyer-Léger

L’animation de ces tables rondes est confiée entre autres à David Desjardins, Sébastien Diaz, Jean Fugère, Louis Hamelin, Danielle Laurin, Tristan Malavoy-Racine

Pour leur 11e édition, un vent de fraîcheur vient dynamiser les cafés littéraires. Voyez des rencontres uniques autour de thématiques encore jamais abordées! Le samedi avant-midi, assistez à la rencontre entre Véronique Marcotte, Stéphane Dompierre et Roxane Bouchard, auteurs de trois des cinq livres de la série L’Orphéon : cinq auteurs, cinq livres, un immeuble. Le samedi après-midi, c’est une rencontre 2.0 qui attend les festivaliers. En effet, un café littéraire autour du thème « Bla-bla blogue : l’écriture à l’heure d’Internet » est prévu, réunissant les blogueuses Caroline Allard et Catherine Voyer-Léger. Ce café sera animé par Danièle Bombardier. Le dimanche, assistez à la rencontre colorée entre trois grands bédéistes du Québec, autour du thème « Entre images et mots : BD et roman graphique » : une rencontre avec Michel Rabagliati, Maryse Dubuc et Marc Delafontaine. L’animation sera confiée à Dominic Tardif.

Deux grands entretiens sont inscrits à la programmation : le vendredi midi, rencontre avec Louise Forestier et David Desjardins, chroniqueur au Devoir ; et le samedi midi, entretien avec Michel-Marc Bouchard et Sébastien Diaz entrecoupé d’extraits lus par la comédienne Bianca Gervais.

Frédéric Metz dont le livre « Design ? » fait un malheur en ce moment, présentera un spectacle imagé hors-norme : « L’abécé de Metz, digression graphique et farfelue autour de la lettre », le dimanche après-midi au Cabaret d’Eastman. »

Source :  Correspondances d’Eastman, Sarah Fortin.

Pour découvrir les livres des auteurs participants sur notre site monet.ruedeslibraires.com, cliquez tout simplement sur leur nom.


25 juillet 2013  par Le Délivré

Rapport de stage ou quand une jeune libraire parisienne découvre le merveilleux monde de la librairie québécoise…

Nous avons reçu ce printemps une jeune stagiaire parisienne en voie de terminer son apprentissage du difficile, mais passionnant métier de libraire. Et c’est avec beaucoup de tristesse que nous l’avons vue repartir. Mais Juliette nous a laissé un petit mot qui semble révéler que l’attachement fut mutuel. C’est aussi cela, le métier de libraire : faire d’admirables rencontres…

 

« Nous sommes le 20 juin 2013.