Le Délivré

Archive pour la catégorie ‘▪ Essais et documents’


18 juin 2015  par nos libraires

Essais et vie pratique – Retour sur les parutions de mai 2015

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de la production éditoriale pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

ESSAIS

Arts – Beaux-livres – La sélection de Marie-Ève Blais

Issue d’un colloque, une étude des apports de la pensée de Walter Benjamin à la philosophie de l’art et à la façon d’appréhender les oeuvres, à travers des notions comme l’aura, l’image dialectique, la lisibilité, etc.

La chose indienne: Cinéma et politique de la représentation autochtone au Québec et au Canada, Bruno Cornelier, 2015, Éditions Nota Bene, 302 p., 9782895185116

« Comment se fait-il que le Canada puisse être représenté par des totems indiens à Walt Disney World ou par un inukshuk aux Jeux Olympiques de Vancouver? Il semble en effet qu’il y ait « quelque chose » d’indien à propos du Canada. Pour survivre moralement et politiquement à son héritage colonial, l’État a besoin de se faire lui-même partiellement indien. Il lui faut ce je-ne-sais-quoi, cette « chose indienne », nommée sans l’être complètement, signalée sans jamais être définie. Cette indianité, bien qu’elle soit interpellée par la présence d’Autochtones, n’a plus besoin d’eux pour se manifester en tant que réalité. Historiquement, le cinéma constitue l’un des lieux privilégiés où se manifeste cette  » chose indienne », prise dans les rets de l’imagination libérale et coloniale qui alimente les velléités de souveraineté du Québec et du Canada … »

Gao XIngjian: le goût de l’encre, Michel Draguet, 2015 (NE), Éditions Hazan / Musée d’Ixelles – Museum Van Elsene, 232 p., 9782754108195

Catalogue de la rétrospective Gao Xingjian. Prix Nobel de littérature en 2000, dramaturge, traducteur, peintre, l’artiste expose ses oeuvres au Musée d’Ixelles : peintures sur toile, encres, et même une oeuvre monumentale.

Pussy Riot, Masha Gessen, 2015, Éditions Globe, 309 p., 9782211220057

L’histoire des Pussy Riot, groupe punk rock composé de cinq jeunes femmes russes engagées dans la voie de la contestation politique, face au gouvernement de V. Poutine. L’auteure met en lumière leurs convictions et leurs revendications pour une liberté d’expression totale. Elle analyse le durcissement de leurs actions et décrit leurs méthodes, qui s’appuient sur l’humour et les codes de la rue.

Harry Gruyaert, Harry Gruyaert, 2015, Éditions Textuel, coll. Photographie, 144 p., 9782845975118

Pour Harry Gruyaert, la photographie est une expérience physique, un état d’excitation. Héritier de la tradition américaine incarnée par Saul Leiter, William Eggleston ou Stephen Shore, très influencé par le cinéma, il a su créer une palette chromatique extrêmement personnelle. Ses images proposent pour la photographie un autre territoire et une nouvelle approche de la couleur, grâce à une perception émotive, non narrative et radicalement graphique du monde. Harry Gruyaert (né en 1941) est membre de Magnum Photos depuis 1982.

En poche

Mozart: sociologie d’un génie, Norbert Elias, 2015, Éditions Points, coll. Essais, 224 p., 9782757848807

A rebours des analyses focalisées sur le génie du compositeur, l’auteur s’applique à décrire l’existence quotidienne de Mozart, parcourue de tensions et de contradictions, abordant notamment son rapport au père, ses relations érotiques et son penchant pour l’humour scatologique.

De ma terre à la terre, Sebastiao Salgado et Isabelle Francq, 2015, Éditions Pocket, 160 p., 9782266252423

Le photojournaliste revient sur son parcours, ses engagements militants et ses reportages dans plus de cent pays

Biographies, récits et témoignages – La sélection de Caroline Le Gal

James Cook : le compas et la fleur, Anne Pons, 2015, Librairie Perrin, 340 p., 9782262033149

Une biographie du premier explorateur scientifique. Au XVIIIe siècle, J. Cook a conduit trois expéditions aux confins du monde connu. Entouré de savants et d’artistes, il a rapporté une masse d’informations sur les moeurs et les coutumes des populations indigènes. Il a découvert ou localisé de nombreuses terres en Océanie dont il a établi les cartes. Il connaît une fin violente à Hawaï.

Adieu aux illusions : une vie entre la Russie et l’Amérique, Vladimir Pozner. 2015, Éditions Noir sur Blanc, 632 p., 9782882503763

Né d’un père russe immigré aux Etats-Unis, l’auteur évoque son arrivée et son installation en URSS, en 1952, à l’âge de 18 ans. Il devient journaliste et participe activement à la propagande soviétique avant de renoncer à ses illusions. Il quitte alors son pays et passe quelques années à travailler pour la télévision américaine. Il rentre en Russie en 1997 où il anime un show politique.

Les clés retrouvées : une enfance juive à Constantine, Benjamin Stora, 2015, Éditions Stock, coll. Un ordre d’idées, 142 p., 9782234074736

L’historien raconte son enfance à Constantine pendant la guerre d’Algérie. Il évoque autant les exactions commises par les soldats ou les relations ambiguës entre Juifs et Arabes que d’autres souvenirs plus doux : le hammam, le cinéma de quartier, le goût des plats, les fêtes, etc.

Biographie de Henry Kissinger consacrée notamment à son action entre 1968 à 1977, période où il joue un rôle important dans la diplomatie américaine. Prix Nobel de la paix en 1973, il inspire, sous la présidence de Richard Nixon, la politique de détente avec l’URSS, favorise le rapprochement avec la Chine, négocie le cessez-le-feu entre Israël et l’Egypte à la fin de la guerre du Kippour.

En poche

Quand l’intuition trace la route, Danièle Henkel, 2015, Éditions La Presse, Collection +, 216 p., 9782897054335

Femme d’affaires aguerrie et personnalité aimée du grand public, Danièle Henkel s’est fait connaître grâce à sa participation à l’émission Dans l’oeil du dragon. Dans ce récit autobiographique, elle partage avec nous les moments clés de sa vie: sa naissance au Maroc, d’une mère juive et d’un père allemand, son enfance en Algérie, son mariage à un musulman, son arrivée au Québec, avec sa mère et ses quatre enfants, et la création de son entreprise.QUAND L’INTUITION TRACE LA ROUTE est l’histoire inspirante d’une pionnière qui sait allier humanité et sens des affaires, une femme attachante et déterminée, qui a eu un parcours hors du commun.

Dans le lit de l’ennemi : Coco Chanel sous l’Occupation : document, Hal Vaughan, 2015, Éditions J’ai lu, coll. Document, 441 p., 9782290107669

S’appuyant sur des archives inédites, le journaliste révèle le passé trouble de la célèbre couturière pendant les années d’Occupation. Durant sa longue liaison avec le nazi Hans Günther von Dincklage, Coco Chanel devient elle-même agent de l’Allemagne et échappe à la prison à la Libération grâce à l’intervention de Churchill. En 1954, à 70 ans, elle rentre en France sans être inquiétée.

Philosophie – La sélection de Caroline Le Gal

Le dernier des hommes : figures du mendiant en Grèce ancienne, Étienne Helmer, 2015, Éditions Le Félin, Les marches du temps, 144 p., 9782866458249

Une étude sur la figure du mendiant dans la philosophie grecque. L’auteur montre comment ce personnage, distinct du pauvre, éclaire le rôle et les limites de la justice, de l’argent et de la dignité humaine.

Laïcité et humanisme, Charles Le Blanc (Dir.), 2015, Presses de l’Université d’Ottawa, coll. Philosophica, 150 p., 9782760322035

Laïcité et humanisme : un titre et deux mots de grande actualité tant au Québec qu’ailleurs dans le monde. Cet ouvrage, avec des contributions d’acteurs clés qui alimentent le débat sur le sens et la définition de la laïcité dans le Québec du XXIe siècle, arrive à point nommé.

Misère de la théorie : contre Althusser et le marxisme anti-humaniste, Edward Palmer Thompson, 2015, Éditions L’Echappée, coll. Versus, 385 p., 9782915830934

Publiée en 1978, une critique des thèses de L. Althusser et de son influence sur nombre d’intellectuels. S’opposant à l’engouement général, l’auteur démontre les limites de ses dogmes, notamment le structuralisme, et de ses postures face à l’histoire ou au marxisme. Il dénonce la fracture politique dont est responsable cette intelligentsia pseudo-radicale et propose sa propre vision du marxisme.

En poche

Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, François Hartog, 2015 (NE), Éditions Points, coll. Histoire, 321 p., 9782757851586

Chaque société entretient un rapport particulier avec le passé, le présent et le futur. En comparant les manières d’articuler ces temporalités, F. Hartog met en évidence divers régimes d’historicité. Sous l’Ancien Régime, le passé éclaire l’avenir. Après la Révolution, la leçon vient du futur. Attentif au présent, F. Hartog observe la naissance d’un présent omniprésent qu’il nomme présentisme.

Remarques sur art, sculpture, espace, Martin Heidegger, 2015 (NE), Éditions Rivages, coll. Rivages-Poche: Petite bibliothèque, 46 p., 9782743631864

Texte d’une allocution prononcée en 1964 à l’occasion de l’inauguration d’une exposition de sculpture, dans laquelle le philosophe précise les relations entre l’espace d’une part et l’art, la sculpture ou l’homme d’autre part. Il décrit le mouvement par lequel l’homme aménage l’espace et met en relief le rôle singulier du corps dans la spatialisation.

Psychologie – La sélection de Caroline Le Gal

Anticipation et prédiction : du geste au voyage mental, Alain Berthoz et Claude Debru (Dir.), 2015, Éditions Odile Jacob, coll. Sciences, 295 p., 9782738132482

Propriétés fondamentales du vivant, anticipation et prédiction sont au coeur de nos vies et de chacune de nos actions : on calcule les chances d’un homme politique d’être élu, les risques que l’avion dans lequel on monte s’écrase, on évalue les chances de bénéficier d’une météo favorable pendant nos vacances… Mais quels sont les contraintes, les mécanismes psychologiques et neurobiologiques qui jouent sur la capacité humaine d’anticipation ? Comment l’humain se projette-t-il dans le futur ? Quelles sont les logiques qui président à la mise en oeuvre de cette capacité ? Quelles contributions la psychopathologie apporte-t-elle à la compréhension de ces mécanismes ? Comment l’homme réagit-il face à des situations qui l’obligent à reconfigurer son existence ? Telles sont les questions abordées dans cet ouvrage rédigé par un groupe de chercheurs – philosophes, physiologistes, neuropsychologues, mathématiciens, conseillers en entreprise – qui présente les multiples facettes de cette fascinante faculté humaine et ses pathologies, ainsi que son usage dans les processus de décision, que ce soit dans la vie quotidienne ou dans l’entreprise.

Le sixième sens : une enquête neurophysiologique, André Holley, 2015, Éditions Odile Jacob, 280 p., 9782738132185

Le neurophysiologiste étudie la sensibilité interne à l’écoute du corps et des signaux émis, hébergée par le cortex de l’insula impliqué dans les phénomènes de la faim, la soif, la satiété, le goût, le dégoût, la colère, la peur, l’amour maternel et romantique, l’orgasme et la conscience de soi. Sa théorie est que les sens extérieurs ne seraient pas la principale source d’activation du cerveau.

Les projections maléfiques : comment échapper à leur violence, Jean Monbourquette, 2015, Éditions Novalis, 116 p., 9782896881079

Lors de ses conférences sur l’ombre de la personnalité, Jean Montbourquette se sentait dépourvu devant la question de maints participants: «Que puis-je faire si je suis l’objet d’une projection pernicieuse de la part d’un familier ou d’un étranger ?» Il ne savait pas comment répondre à cette question, préoccupé qu’il était d’aider ses auditeurs à apprivoiser leur ombre. De là vient sa motivation pour écrire ce livre, dans lequel il souhaite donner une réponse aux personnes victimes de cycles de violence et souhaitant s’en dégager. Voici donc un ouvrage posthume couronnant la pensée du psychologue québécois le plus influent de sa génération auprès du grand public.

En poche

Psychologie des écrans, Xanthie Vlachopoulou et Sylvain Missonnier, 2015, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 127 p., 9782130627128

Échographie foetale, console de jeux vidéo, ordinateur, smartphone, etc., les écrans peuplent nos vies et la réalité virtuelle s’invite dans notre quotidien à tous les âges. Cet usage des écrans inquiète parfois, interroge dans tous les cas quant à ses effets sur notre rapport au monde et à nous-mêmes. Les professionnels de l’éducation et du soin en particulier ne peuvent désormais faire l’économie d’une réflexion critique autour de ces outils numériques omniprésents et en constante mutation. Mais comment appréhender cette réalité virtuelle si présente et si diverse ? Au-delà des idées reçues, en croisant les regards philosophiques, psychanalytiques et des sciences de l’information, cet ouvrage met en débat les vertus et vertiges des multiples avatars de la réalité virtuelle contemporaine. Il propose ainsi les fondements d’une véritable psychologie du virtuel.

Sciences humaines et sociales – La sélection de Marie-Ève Blais

Or noir : la grande histoire du pétrole, Matthieu Auzanneau, 2015, Éditions La Découverte, coll. Cahiers libres, 712 p., 9782707167019

Des premiers puits américains à la puissance de John D. Rockefeller, de l’empire planétaire de Big Oil aux relations avec les Saoudiens, des pétrodollars au second choc pétrolier, une histoire de l’emprise de l’industrie pétrolière sur l’économie du monde.

Confessions d’un traître à la patrie, Li Chengpeng, 2015, Éditions Liani Levi, coll. Opinion, 218 p., 9782867467714

Une sélection de billets publiés depuis 2008 sur le blog de l’auteur. Composant un véritable manifeste politique, le journaliste chinois aborde des sujets sensibles touchant son pays : la liberté d’expression, les démolitions sauvages, les avortements forcés, le droit à l’éducation, la corruption, les scandales immobiliers et sanitaires ou encore les vagues de suicides dans certaines usines.

L’occident terroriste : d’Hiroshima à la guerre des drones, Noam Chomsky et Andre Vltchek, 2015, Éditions Écosociété, 176 p., 9782897191818

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le colonialisme et le néocolonialisme occidentaux ont causé la mort de 50 à 55 millions de personnes, le plus souvent au nom de nobles idéaux comme la liberté et la démocratie. Pourtant, l’Occident parvient à s’en tirer en toute impunité et à entretenir, aux yeux du reste du monde, le mythe voulant qu’il soit investi de quelque mission morale. Comment y arrive-t-il? Dans ce livre d’entretiens, Noam Chomsky et Andre Vltchek démontent la puissance de cet appareil de propagande qui permet à l’Occident de dissimuler ses crimes et le rôle véritable qu’il joue dans le reste du monde.

Detroit : pas d’accord pour crever : une révolution urbaine, Dan Georgakas et Marvin Surkin, 2015, Agone éditeur. coll. Mémoires sociales, 358 p., 9782748902266

Une présentation des luttes syndicales de la Ligue des travailleurs noirs révolutionnaires survenues à la fin des années 1960 au sein des usines automobiles de Detroit. A travers cette histoire, les auteurs engagent une réflexion sur les conditions de travail de l’époque et l’émergence d’une justice sociale à travers les mouvements ouvriers.

La Shoah de monsieur Durand, Nathalie Skowronek, 2015, Éditions Gallimard, coll. NRF, 58 p., 9782070149070

Un essai sur ce qu’est en train de vivre la quatrième génération de Juifs après Auschwitz, en rupture avec les attitudes de déni ou d’obsession des précédentes vis-à-vis de la Shoah. Aujourd’hui, tandis que certains bravent l’interdit de la fiction, d’autres clament qu’il est temps de passer à autre chose. Tout en évaluant le risque de cette mise à distance, l’auteure la présente comme nécessaire.

En poche

La guerre civile : pour une théorie politique de la stasis, Giorgio Agamben, 2015, Éditions Points, coll. Essais, 76 p., 9782757838327

Le philosophe présente le concept de guerre civile, dans un premier temps au moment de la Grèce classique, où la stasis tenait une place essentielle, et dans un second temps à travers le Léviathan de Hobbes, qui en décrète l’interdiction. Il en découle que la guerre civile est un parangon de la politique occidentale.

VIE PRATIQUE

Cuisine – La sélection de Caroline Le Gal

 

Cuisinez olive !, Thierry Barot et Christian Forais, 2015, Verlhac éditions, 240 p., 9782916954318

Les origines de l’huile d’olive, sa fabrication et ses différentes AOC sont présentées puis des recettes sont proposées avec présentation des produits utilisés pour réaliser tant entrées que plats et desserts sucrés ou salés.

Izakaya: Les meilleures recettes de bistro japonais, Michel Jodoin, 2015, Éditions Li Shi Zhen, 2015, 175 p., 9780994033109 – En vente à la Librairie Monet

L’izakaya au Japon, c’est un peu comme le bistro en France, le pub en Angleterre, ou le restaurant à tapas en Espagne. Les plats qu’on y sert sont à la fois réconfortants, conviviaux et festifs. Michel nous démontre qu’il est possible de profiter au maximum des plaisirs de la table tout en favorisant la santé et la vitalité. Tout en étant simples, rapides et savoureuses, ces recettes de bistro japonais vous permettront d’apprécier la richesse gastronomique de la cuisine japonaise, et d’en intégrer les principes pour maximiser votre santé. Récipiendaire du « Meilleur livre de cuisine chinoise au monde » à Paris en 2012 pour son best-seller Entre fourchette et baguettes, Michel Jodoin Ac PhD nous démontre qu’il est possible de profiter au maximum des plaisirs de la table tout en favorisant la santé et la vitalité. Puisant dans les principes immémoriaux de la diététique orientale et les plus récentes recherches sur le rôle des nutriments en diététique classique, il nous dévoile comment l’équilibre des ingrédients de chaque plat lui confère une action précise sur l’ensemble de l’organisme.

Plenty… la suite, Yotam Ottolenghi, 2015, Éditions Rogers, 356 p., 9780888967220

Yotam Ottolenghi, originaire d’Israël et chef à Londres est l’un des chefs les plus talentueux de l’heure. Sa règle d’or: des ingrédients de première qualité pour élaborer des mariages frais et inédits.

Tout est bon dans le poulet : 150 recettes inratables, Collectif, 2015, Éditions Solar, 208 p., 9782263068652

150 recettes pour cuisiner le poulet sous toutes ses formes, en cocotte, au four, à la poêle, à la plancha, au barbecue, en terrine, en tajine, en salade, etc.

Parentalité – La sélection de Caroline Scott

Flower yoga : mon cours de yoga pour les enfants, Jennifer Cohen Harper, ill. de Julie Olson, 2015, Éditions Marabout, 222 p., 9782501101172

Un programme d’initiation au yoga pour accompagner des enfants dans la pratique de la relaxation et des exercices physiques propres à cette discipline.

Au secours ! mes petits-enfants débarquent ! : guide de survie à l’usage des grands-parents, comment faire découvrir la nature aux enfants ?, Louis Espinassous et Frédéric Lisak, 2015, Éditions Plume de carotte, 138 p., 9782366720761

Pour occuper leurs petits-enfants, les grands-parents peuvent trouver dans cet ouvrage différentes idées d’activités classées par milieu (jardin, ville, bois, eau, etc.) et par sujets (petites bêtes, traces et indices, petits bateaux, etc.). Des astuces et des points de connaissance (connaître le nom des étoiles, deviner la météo en fonction des nuages, etc.) sont également proposés.

Chacun son caractère : comprendre le tempérament de son enfant, Helen F. Neville et Diane Clark Johnson, 2015, Éditions Lattès, 265 p., 9782709638371

Des outils pour comprendre le tempérament de son enfant, réagir selon son comportement et mieux vivre ensemble. Après des considérations générales sur les différences de caractère dès le plus jeune âge, l’ouvrage propose des réponses adaptées selon les types de personnalité : calme ou hyperactif, souple ou inflexible, prudent ou intrépide, persévérant ou versatile, serein ou angoissé, etc

Santé – La sélection de Caroline Le Gal

La petite pharmacie naturelle, Serge Schall, 2015, Éditions Plume de carotte, coll. Terra curiosa, 153 p., 9782366720723

Millepertuis, sauge, aubépine, prêle, romarin… Depuis la nuit des temps, les hommes ont trouvé dans les plantes des alliées pour se soigner. Et on ne peut que constater que l’usage des végétaux reste aujourd’hui vivace dans notre pharmacopée «familiale». Ce nouvel opus de la collection Terra Curiosa s’attache à décrire les principales plantes médicinales et leurs usages, autant bénéfiques qu’inoffensifs. Digestion, manque de sommeil, état de stress… Bien des maux de tous les jours peuvent se passer des médicaments de synthèse, par l’usage des tisanes et des préparations simples. Alors plongez dans ces histoires étonnantes et portez-vous bien !

Céto cuisine : 150 recettes cétogènes : cancer, diabète, surpoids, épilepsie, Alzheimer, Magali Walkowicz, 2015, Éditions Thierry Souccar, 224 p., 9782365491174

Un recueil de 150 recettes pour les personnes souhaitant suivre un régime cétogène. Ce régime consiste à consommer beaucoup de graisses, des protéines et très peu de glucides.

Les résumés des livres sont proposés par les éditeurs.

Tous ces livres sont disponibles en librairie et via note site monet.leslibraires.ca dans leur version papier ou numériques, si disponibles. Pour commander, veuillez cliquer sur les titres sélectionnés.

 


4 juin 2015  par nos libraires

Le choix des lecteurs – Essais – Mai 2015

Voici les titres que les habitués de la Librairie Monet ont préférés en ce mois de Mai 2015, parmi les milliers d’essais que nous leur proposons et ce dans tous les domaines, qu’il s’agisse de parutions récentes ou de titres déjà plébiscités. À noter: l’apparition d’une nouvelle rubrique Environnement et écologie, résultat de l’intérêt croissant des lecteurs et d’un nombre de parutions en forte hausse dans ce domaine.

Arts

1- Un Corbusier, François Chaslin, 2015, Éditions du Seuil, coll. Fiction & Cie, 517 p., 9782021230918

Un portrait du célèbre architecte, de sa naissance en Suisse en 1887 à la construction de la Cité radieuse à Marseille, en passant par ses tentatives manquées pour devenir l’architecte du régime de Vichy et son rôle dans la reconstruction de la France.

ex-aequo

Photo numérique pour les nuls, Julie Adair King, 2015 (16e éd.), Éditions First interactive, coll. Pour les nuls, 366 p., 9782754072854

Avec les Nuls, découvrez le monde merveilleux de la photo numérique Ca y est, vous avez craqué ! Vous avez en main votre nouveau joujou, vous savez bien celui qui permet de faire des photos sans passer déposer la pellicule dans votre labo favori ! Mais comment ça marche, qu’est-ce qu’il me faut exactement pour obtenir les beaux portraits et les beaux paysages qui orneront mon salon. Ce livre, best-seller incontesté sur le sujet, va vous faire découvrir tout ce qu’il faut savoir pour maîtriser votre appareil, qu’il soit compact, bridge ou reflex : comment acquérir et classer vos images, les retoucher, les imprimer et les partager avec d’autres.

12 muses qui ont changé l’histoire : au coeur de la création artistique du XXe siècle, Bertrand Meyer-Stabley, 2015, Éditions Pygmalion, 386 p., 9782756411446

Dans l’intimité des géants qui ont façonné l’art au XXe siècle, douze femmes ont permis la création d’oeuvres célèbres. Par leur tempérament, leur beauté, leur talent, leur magnétisme, elles ont subjugué les plus grands génies. Misia Sert, Kiki de Montparnasse, Gala Dali, Youki, Peggy Guggenheim, Lee Miller, Dora Maar, Lydia Delectorskaya, Dina Vierny, Jacqueline Picasso, Annabel Buffet, Ultra Violet : toutes ont formé des couples mythiques ou des duos surprenants dans une relation toujours inspiratrice. Muses, égéries, modèles, mécènes, objets de fascination, elles représentent chacune une forme de modernité. En leur rendant vie à la lueur de leurs mémoires, de leurs correspondances, de documents inédits et d’archives, Bertrand Meyer-Stabley nous plonge dans la vie intime, sereine ou sulfureuse d’artistes majeurs – Dali, Maillol, Matisse, Picasso, etc. – et explore la création en choisissant la voie de l’intimité et de la passion.

2- La peinture aujourd’hui, Tony Godfrey et al., 2015, Éditions Phaidon, 447 p., 9780714869087

Le photoréalisme, le paysage, la nature morte, le portrait, le néo-expressionnisme, la peinture d’installation et l’École de Leipzig sont quelques-uns des nombreux aspects de cette discipline artistique florissante explorée par l’auteur. Organisée par thème, La Peinture aujourd’hui rend compte de toute la variété des styles, des matériaux et des techniques de la peinture contemporaine.
À la fois approfondie et accessible, l’approche de Tony Godfrey séduira aussi bien l’amateur d’art que le néophyte.

ex-aequo

Dictionnaire du dadaïsme : 1916-1922, Georges Hugnet, 2015 (NE), Éditions Bartillat, 574 p., 9782841005178

Premier historien du mouvement dada, Georges Hugnet eut le privilège de se lier avec la plupart des protagonistes à commencer par Tristan Tzara ou André Breton. Il est l’un des premiers à se saisir de la dimension internationale du mouvement qui trouve en terrain d’expansion aussi à Zurich, Paris, que Londres, Berlin ou New York. Dada s’est illustré dans tous les arts : poésie, peinture, graphisme, collage, photographie… Ce dictionnaire recense toutes les entrées fondamentales, qu’il s’agisse des acteurs (Hausmann, Duchamp, Picabia, Heartfield, Hugo Ball, Max Ernst, Arp, Aragon), des lieux (Cabaret Voltaire) ou des manifestations (procès Barrès). Le mouvement exercera une influence considérable sur tous les mouvements d’avant-garde, à commencer par le surréalisme qui en découle directement.

Petit dictionnaire du western : les films, les réalisateurs, les acteurs en 250 entrées, Alexandre Raveleau, 2015, Éditions Hors collection, 317 p., 9782258112926

Les récents succès de salle salués par la critique tels que Django Unchained (Quentin Tarantino) ou True Grit (Joel et Ethan Cohen) prouvent, s’il en était besoin, que le western est bien vivant ! Partir à la découverte de ce genre trop souvent stéréotypé et méconnu, à travers une vaste sélection de 210 films, 35 acteurs et réalisateurs et 25 thématiques, c’est ce que nous propose ce guide. Chaque entrée comporte une fiche technique, un résumé, les clés de l’oeuvre, les scènes importantes, sa place dans l’histoire du genre et les échos de la presse au moment de la sortie. Ce Petit Dictionnaire du western est un ouvrage indispensable pour faire le tour de la question. Grâce à la plume à la fois experte et curieuse d’Alexandre Raveleau, vous n’aurez plus qu’une envie : voir (ou revoir) les films les plus connus du genre ou ceux qui gagnent à l’être.

Biographies et témoignages

 1- Ensemble pour toujours, Denis Monette, 2015, Éditions Libre Expression, 560 p., 9782764811238

« Invité à écrire mon autobiographie, j’ai longuement hésité avant d’accepter, je croyais n’avoir rien à dire, mais après mûre réflexion, à l’âge des cheveux blancs, je me suis remémoré le long parcours derrière moi… Un sentier semé de joies et d’embûches, des années à sourire, d’autres à pleurer. J’ai donc, tout doucement, repris ma plume et mis sur papier mon cheminement. Quitte à le léguer à mes enfants… Pour ensuite avoir envie de vous le partager : ma carrière journalistique, ici comme à Hollywood, la naissance du romancier, mes enfants, mes petits-enfants et, surtout… Micheline ! Celle avec qui j’ai traversé les hauts et les bas de ma vie et que le Ciel m’a hélas ravie. Celle dont je pleure encore la lente agonie de son intraitable maladie. C’est tout cela et beaucoup plus encore que mon cœur de septuagénaire vous offre bien humblement dans ces pavés de tant d’années où, bien souvent, l’émotion étranglait mes sentiments. Ensemble pour toujours, c’est elle et moi, c’est ma famille, c’est notre histoire, et ça se lit… comme un roman. »

2- Modèles recherchés : l’ homosexualité et la bisexualité racontées autrement, Robert Pilon (Dir.), 2015, Guy Saint-Jean, éditeur, 184 p., 9782894559413

Chaque jour depuis maintenant 20 ans, des bénévoles du GRIS (organisme visant à démystifier l’homosexualité et à intervenir auprès des jeunes) sont invités dans les salles de classe d’écoles du Québec pour raconter leur petite histoire, faisant ainsi tomber les préjugés à l’égard des réalités homosexuelles et bisexuelles. Robert Pilon, qui a été le président et le porte-parole du GRIS pendant neuf ans, a réuni des dizaines de témoignages de gens qui ont visité ces classes, mais aussi de personnalités québécoises dont on connaît ou non cet aspect de leur vie, en vue de célébrer les éléments essentiels qui ont forgé la grande ouverture d’esprit des Québécois. L’auteur: «Parler ouvertement de son homosexualité, en 2015, est encore vu comme un geste provocant ou une leçon de courage. Mais quiconque lira ce livre ne verra plus jamais le sujet de la même façon.»

3- À propos de la vie : le sens de la vie selon 20 personnalités, André Ducharme, Jean-Yves Girard et Michelle Labrèche-Larouche (dir.), 2015, Éditions La Presse, 254 p., 9782897052225

Quel sens donnez-vous à votre vie? À la vie en général? Quel a été votre parcours personnel? Trois journalistes chevronnés ont fait le pari de poser ces questions intimes et essentielles à vingt personnalités québécoises.

4- Coupable d’être policier : mémoires d’un enquêteur tenace, Philippe Paul et Raymond Paul, 2015, Éditions Druide, coll. Optiques , 288 p., 9782897111953

En 2014, Philippe Paul, sergent-détective à la Division du crime organisé du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), est l’objet d’une controverse : dans les médias, on relate des opérations qu’il a menées, on dévoile des aspects de sa vie privée et on aborde les relations qui le lient à des informateurs… On sème le doute quant à son intégrité. La situation est des plus délicates : s’il se défend, il aura à révéler l’identité d’informateurs, mettant de ce fait leur vie en danger. Il décide de garder le silence et de prendre la retraite à laquelle il a droit. Pour la première fois, dans ce livre qui captivera tous les amateurs d’enquêtes, il raconte sa trajectoire.

5- Martin Luther King : une biographie intellectuelle et politique, Sylvie Laurent, 2015, Éditions du Seuil, 378 p., 9782021166217

Le récit de la vie du pasteur américain est raconté sous un angle politique. L’auteure aborde notamment la pensée de celui qui lutta en faveur des droits civiques et de l’égalité pour les Noirs, son point de vue sur le système capitaliste, son sens de la justice sociale, son rapport au christianisme, au pacifisme et au marxisme.

ex-aequo

Manderley for ever, Tatiana de Rosnay, 2015, Éditions Albin Michel / Éditions Héloïse d’Ormesson, 457 p., 9782226314765

Le portrait et la vie de Daphné du Maurier (1907-1989), romancière anglaise, qui fut à la fois écrivaine, mère de famille et femme secrète, et dont l’oeuvre torturée reflète les tourments. Car, à l’image de ses personnages, Daphné du Maurier cultivait le secret et le trouble : issue d’une famille d’artistes, elle doit affronter son père, célèbre acteur de l’époque, et son grand-père, romancier et ami d’Henry James, pour réaliser son désir d’écrire dans la pudique Angleterre victorienne. Un désir qu’elle accomplira en s’affranchissant de sa famille et en exprimant toute l’ambiguïté de sa personnalité au fil de romans qui sont autant de chefs-d’oeuvre. De Mayfair à Kilmarth, la maison du bord de l’océan, en passant par Menabilly, manoir de Cornouailles pour lequel la romancière nourrissait une passion dévorante, Tatiana de Rosnay, elle-même d’origine anglaise, s’est littéralement mise dans la peau de Daphné du Maurier. Plus qu’une simple biographie, son livre est une rencontre où s’opère toute la magie du roman : Manderley for ever.

Environnement et écologie

1- Sortir le Québec du pétrole, sous la direction de Ianik Marcil, 2015, Éditions Somme toute, 316 p., 9782924283332

Au nom de la raison, de la concorde entre les populations et de l’harmonie avec la Nature, au nom même de la prospérité de la majorité, de la démocratie et du droit des peuples à décider librement de l’usage qui sera fait des ressources de son territoire, nous sommes en droit d’exiger que le Québec s’engage dans une transition énergétique qui réduise au maximum l’usage du pétrole et des hydrocarbures et stimule l’électrification des transports, la mobilité active, le développement d’énergies alternatives viables. » – Dominic Champagne Plus de quarante auteurs de tous horizons offrent des pistes de réflexion, d’analyse et d’inspiration pour penser et mettre en œuvre un Québec sans pétrole. Des textes qui en appellent à mobiliser nos forces et notre ingéniosité pour réaliser la transition écologique de notre économie.

2- Brut : la ruée vers l’or noir, Naomi Klein, Nancy Huston, David Dufresne, Melina Laboucan-Massimo et Rudy Wiebe, 2015, LUX Éditeur, coll. Lettres libres, 120 p., 9782895961970

Fort McMurray, dans le nord de l’Alberta, est le Klondike d’une ruée vers l’or du XXIe siècle, ville-champignon au milieu d’un enfer écologique, où des travailleurs affluent de partout attirés par les promesses de boom économique. L’or qu’ils convoitent : les gisements de sables bitumineux, le pétrole le plus sale qui existe et qui est exploité au péril de la planète entière par les compagnies pétrolières comme Total. Nancy Huston est allée voir de ses propres yeux ce qui se passait dans son Alberta natale et a découvert, abasourdie, une dévastation qu’elle raconte ici en un cri de colère et d’indignation. Autour de ce texte, Brut réunit les voix de personnes qui ont vu la catastrophe de près : Naomi Klein, David Dufresne et Melina Laboucan-Massimo, une militante amérindienne qui se bat en première ligne.

3- Les illusions renouvelables : énergie et pouvoir : une histoire, José Ardillo, 2015, Éditions L’Échappée, coll. Pour en finir avec, 298 p., 9782915830927

Une analyse de l’histoire récente de l’exploitation énergétique envisagée selon un angle politique. L’auteur décrit la course effrénée pour extraire toujours plus de combustibles afin de préserver le confort quotidien à tout prix, pointe les défis du XXIe siècle pour trouver de nouvelles énergies à exploiter (volcans, mers, étoiles) et fait apparaître les limites des énergies renouvelables.

ex-aequo

Cinquante ans de caricatures en environnement, André Bélisle, 2015, Éditions Écosociété, 180 p., 9782897192013

Regroupées par thématique environnementale, les caricatures sont accompagnées d’un texte présentant le contexte historique et les principaux enjeux du dossier. Elles sont aussi commentées par André Bélisle qui, page après page, révèle des anecdotes liées à son expérience de militant dans les coulisses du pouvoir. Un témoignage unique qui éclaire avec un humour mordant l’histoire des luttes environnementales d’ici et d’ailleurs. À l’heure où la crise écologique fait craindre le pire pour l’avenir de notre planète, prenons le temps de rire « en vert et contre tout »

L’énergie des esclaves : le pétrole et la nouvelle servitude, Andrew Nikiforuk, 2015, Éditions Écosociété, 280 p., 9782897191788

S’il a jadis fallu l’énergie des esclaves pour labourer la terre, vêtir les empereurs et construire les villes, celle-ci a été remplacée par les énergies fossiles et le moteur à combustion. Les succès du mouvement abolitionniste au XIXe siècle sont d’ailleurs en partie attribuables à deux formidables alliés invisibles: ces «esclaves inanimés» que sont le charbon et le pétrole. Mais si naguère il n’y avait que les maîtres qui dépendaient de leurs esclaves, nos sociétés dépendent aujourd’hui plus que jamais de l’or noir. Pour Andrew Nikiforuk, nous sommes en ce sens entrés dans une nouvelle ère de servitude dont il est urgent de se libérer. (…) Dressant des parallèles avec certaines civilisations qui ont bâti leur puissance sur l’esclavage à travers l’histoire, Nikiforuk appelle à revoir notre rapport à l’énergie. Montrant que nous n’avons toujours pas appris à utiliser intelligemment celle que nous générons – que ce soit par des muscles humains, des turbines actionnées à la vapeur ou des particules d’atomes –, Nikiforuk nous invite à opérer une véritable révolution conceptuelle.

Histoire du Québec et du Canada

1- Brève histoire des Patriotes, Gilles Laporte, 2015, Éditions du Septentrion, 368 p., 9782894488171

15 février 1839. Cinq patriotes montent sur l’échafaud afin d’y être pendus. La colonie britannique du Canada est en crise. La période des rébellions de 1837-1838 est un moment charnière de l’histoire du Québec. Gilles Laporte en propose ici une première synthèse claire et accessible. Il prend le temps d’asseoir les fondations d’un territoire et d’un peuple, le Bas-Canada du début du XIXe siècle, avant de présenter trente ans de luttes politiques. Les enjeux complexes, allant bien au-delà d’une simple lutte linguistique, prennent alors tout leur sens. Les principales batailles et les soulèvements sont aussi clairement abordés. Seize portraits régionaux et cinquante capsules biographiques complètent ce remarquable ouvrage.

ex-aequo

Honoré Beaugrand : la plume et l’épée (1848-1906), Jean-Philippe Warren, 2015, Éditions du Boréal, 536 p., 9782764623794

En écrivant la biographie de Beaugrand, Jean-Philippe Warren nous fait découvrir un Québec qui ne cesse de nous surprendre. Un Québec fortement empreint de valeurs martiales, ouvert sur l’Amérique. Un Québec nationaliste qui ne croit pas que l’affirmation collective doive servir à broyer l’individu. Un Québec, enfin, résolument industriel et urbain, et qui jette, déjà, un regard nostalgique sur ses origines, célébrant le folklore et les traditions désormais condamnées par les progrès de la science et de la technologie. Du grand-père, coureur de bois et navigateur, au petit-fils, globe-trotteur et businessman, la famille Beaugrand révèle les lignes de partage des Canadiens français au lendemain de la Rébellion de 1837. À ceux qui refusent la résignation et la soumission que prêchent les élites conservatrices, la vie de Beaugrand rappelle la valeur, au fond si simple, de l’audace.

2- La guerre de Sept Ans, 1756-1763, Edmond Dziembowski, 2015, Éditions du Septentrion, 500 p., 9782894488164

Le 28 mai 1754, l’officier canadien Joseph Coulon de Villiers de Jumonville et une dizaine de ses soldats sont massacrés par des Indiens et des hommes de la troupe de George Washington. Cet accrochage au pays de l’Ohio engendre à partir de 1756 un conflit que Winston Churchill regardera comme la première guerre mondiale de l’histoire. Nées de la rivalité franco-britannique en Amérique du Nord, les hostilités s’étendent à l’Europe, où Frédéric II de Prusse et le roi de Grande-Bretagne affrontent, dans des «boucheries héroïques», les armées de Louis XV, de Marie-Thérèse d’Autriche et d’Élisabeth de Russie. (…) Le legs politique de la guerre de Sept Ans est considérable. Vague patriotique défendant le principe d’une citoyenneté active au royaume de France, gestation convulsive du radicalisme britannique, premiers craquements dans les colonies d’Amérique: sous l’effet d’une guerre accélératrice des changements, le monde fait ses premiers pas dans l’ère des révolutions. Avec un véritable talent d’écrivain, Edmond Dziembowski propose la première synthèse sur ce grand conflit.

3- Une histoire du RIN, Claude Cardinal, 2015, VLB Éditeur, coll. Études québécoises , 512 p., 9782896496105

De sa fondation en 1960 à sa dissolution au profit de l’union des indépendantistes en 1968, le Rassemblement pour l’indépendance nationale a été l’une des grandes aventures politiques du Québec. Le mouvement devenu parti a été un lieu clé de la définition d’un nationalisme moderne que caractérisaient, entre autres, la sensibilité aux réalités sociales, le volontarisme économique, l’ouverture sur le monde, le refus de la violence et l’attachement à la démocratie. Si ces valeurs ont largement fait consensus au RIN, la tension entre le projet de société à porter et l’avancement de la cause indépendantiste s’est fait sentir tout au long de ses huit années d’existence tumultueuse. Entre les bagarres internes et le réalisme politique, le RIN a néanmoins fait son ouvre, profondément transformatrice.

ex-aequo

Une histoire du Québec : entre tradition et modernité, Peter Gossage et J.I. Little, 2015, Éditions Hurtubise, coll. Les cahiers du Québec, 482 p., 9782897234775

Il y a environ 7 500 ans, le glacier continental se retira du paysage de ce qui deviendra le Québec. Ainsi commence cette histoire fascinante et abondamment illustrée d’une terre unique et magnifique, une histoire qui s’est constamment transformée au fil des siècles au gré des mouvements des habitants de ce territoire. Dans une prose concise et élégante, traduite avec finesse de l’anglais par Hélène Paré, Peter Gossage et J. I. Little racontent le passé du peuple et de l’espace québécois, là où les interactions entre la tradition et la modernité ont forgé une identité comparable à nulle autre dans le monde.

Les Inuits : résistants !, Anne Pélouas, 2015, Éditions HD Ateliers Henry Dougier, coll. Lignes de vie d’un peuple, 144 p., 9791093594439

Peuple de l’Arctique à l’histoire millénaire, les Inuits sont passés du nomadisme à la sédentarité. Ils s’adaptent aux changements générés par le réchauffement climatique qui affectent particulièrement les pôles. L’auteure étudie les Inuits du nord du Canada.

De la belle époque à la crise : chroniques de la vie culturelle à Montréal, St-Jacques, D. / Des Rivières, M.-J. (Dir.), 2015, Éditions Nota Bene, 327 p., 9782895185123

Montréal a toujours été reconnue comme une ville aux multiples activités culturelles. Le Quartier des spectacles et les nombreux festivals en témoignent aujourd’hui de façon éclatante. Mais qu’en était -il au début du siècle dernier ? Ce livre rend compte de cette activité culturelle débridée que vivait Montréal entre la Belle Époque et la Crise. Quelques sujets traités : la vitalité du théâtre yiddish, le Théâtre de variétés vu comme boutique de corruption, l’arrivée du Ouimetoscope et ses vues animées, l’implantation du Gram-o-phone Berliner et la mise en place de l’industrie de la musique, la création des premiers magazines féminins comme La revue moderne, ancêtre de Châtelaine, les folles nuits du Beaver Hall. Les chroniques qui composent ce magnifique livre sont écrites par des spécialistes des sujets traités, mais ils le font dans une langue accessible, journalistique. C’est du « comme si on y était » d’une couverture à l’autre. Un total plaisir de lecture. Ce livre est abondamment illustré d’une dizaine de pages en couleur.

Histoire mondiale

1- L’affaire Jivago : le Kremlin, la CIA et le combat autour d’un livre interdit, Peter Finn & Petra Couvée, 2015, Éditions Michel Lafon, 2015, 9782749924250

En confiant en 1956 à un intrépide émissaire de Feltrinelli, son éditeur italien, le manuscrit de son premier roman qu’il savait ne jamais pouvoir publier dans son pays, le grand poète Boris Pasternak dit à l’Italien :« Voici Le docteur Jivago. Puisse-t-il faire son chemin dans le monde. » Publié d’abord en Italie, puis en France, et dans toute l’Europe, le roman attire très vite l’attention de la CIA qui y voit une arme de propagande idéologique susceptible de peser dans la guerre froide. Celle-ci décide donc de réaliser dans le plus grand secret la première édition en russe. Au terme d’une haletante course de vitesse, ponctuée d’invraisemblables stratagèmes pour récupérer le manuscrit original, l’imprimer en toute discrétion et surtout effacer toute trace de l’implication des services secrets américains, un millier d’exemplaires furent distribués, lors de l’Exposition universelle de Bruxelles, aux touristes russes venus visiter… le pavillon du Vatican ! (…) Peter Finn et Petra Couvée ont eu accès aux dossiers de la CIA et nous offrent un portrait saisissant de Pasternak, et un thriller d’espionnage qui fait revivre l’époque fascinante de la guerre froide, un temps où la littérature avait le pouvoir de changer le monde.

2- Waterloo : chroniques d’une bataille légendaire, Bernard Cornwell, 2015, Ixelles éditions, 368 p., 9782875152480

Waterloo est la chronique des quatre jours qui ont précédé la bataille proprement dite et la description heure par heure de la journée du 18 juin, accompagnée de cartes des mouvements de troupes soigneusement réalisées. Pour son premier ouvrage de non-fiction, Bernard Cornwell combine ses talents de conteur et sa méticulosité d’historien pour produire un essai documenté et vivant. Cela donne un récit fascinant de tous les instants dramatiques de la campagne de Belgique, depuis l’évasion de Napoléon de l’île d’Elbe jusqu’au charnier final. À travers des lettres et des journaux intimes, il jette une lumière nouvelle sur les pensées intimes de Napoléon et le duc de Wellington, ainsi que sur la vie et la mort d’officiers et de soldats ordinaires. Waterloo est un récit formidablement documenté qui plaira aux amateurs d’histoire en général, et d’histoire napoléonienne en particulier.

ex-aequo

Mémoires, Beate et Serge Klarsfeld, 2015, Éditions Fayard, coll. Document, 684 p., 9782081255241

Leur couple est une légende, leur biographie une épopée. Pourtant, rien ne prédestinait cette fille d’un soldat de la Wehrmacht et ce fils d’un Juif roumain mort à Auschwitz à devenir le couple mythique de « chasseurs de nazis » que l’on connaît. Leur histoire commence par un coup de foudre sur un quai du métro parisien entre une jeune fille au pair allemande et un étudiant de Sciences Po. Très vite, avec le soutien de Serge, Beate livre en Allemagne un combat acharné pour empêcher d’anciens nazis d’accéder à des postes à haute responsabilité. Sa méthode : le coup d’éclat permanent. Elle traite ainsi de nazi le chancelier Kurt Georg Kiesinger en plein parlement, puis le gifle en public lors d’un meeting à Berlin, geste qui lui vaut de devenir le symbole de la jeune génération allemande. Leur combat les conduit aux quatre coins du monde. En France, ils traînent Klaus Barbie devant les tribunaux et ont un rôle central dans les procès Bousquet, Touvier, Leguay et Papon. Dans cette autobiographie croisée, Beate et Serge Klarsfeld reviennent sur quarante-cinq années de militantisme, poursuivant par ce geste leur combat pour la mémoire des victimes de la Shoah.

Les cent derniers jours d’Hitler : chronique de l’apocalypse, Jean Lopez, 2015, Éditions Perrin, 277 p., 9782262050238

Les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale en Europe sont les plus sanglants et les plus destructeurs de tout le conflit. Chaque jour, en moyenne, 30 000 êtres humains perdent la vie. De cette orgie de mort, Hitler est le grand responsable. Diminué par la maladie, traqué, contesté ou haï par son peuple même, réduit à vivre sous les bombes dans un trou humide, il continue néanmoins à alimenter le brasier. Pour comprendre ce cataclysme, Jean Lopez livre la chronique des derniers jours de la vie du Führer, de son retour à Berlin, mi-janvier 1945, à son suicide en avril de la même année. Plus de cent photos accompagnent le récit. Elles donnent à voir la réalité de l’effondrement de l’un des régimes les plus ahurissants du XXe siècle. Texte et images répondent à la question centrale de ce livre sans équivalent : à quels desseins obéit la volonté du Führer de ne jamais capituler, de résister jusqu’à la mort, en entraînant ses 80 millions de sujets dans l’apocalypse ?

Philosophie

1- Du bonheur : un voyage philosophique, Frédéric Lenoir, 2014, Éditions Fayard, coll. Documents, 222 p., 9782213661360

Qu’entendons-nous par « bonheur » ? Dépend-il de nos gènes, de la chance, de notre sensibilité ? Est-ce un état durable ou une suite de plaisirs fugaces ? N’est-il que subjectif ? Faut-il le rechercher ? Peut-on le cultiver ? Souffrance et bonheur peuvent-ils coexister ? Pour tenter de répondre à ces questions, Frédéric Lenoir propose un voyage philosophique, joyeux et plein de saveurs. Une promenade stimulante en compagnie des grands sages d’Orient et d’Occident.Où l’on traversera le jardin des plaisirs avec Epicure. Où l’on entendra raisonner le rire de Montaigne et de Tchouang-tseu. Où l’on croisera le sourire paisible du Bouddha et d’Epictète. Où l’on goûtera à la joie de Spinoza et d’Etty Hillesum. Un cheminement vivant, ponctué d’exemples concrets et des dernières découvertes des neurosciences, pour nous aider à vivre mieux.

2- Cosmos : une ontologie matérialiste, Michel Onfray, 2015, Éditions Flammarion, coll. Brève encyclopédie du monde, 565 p., 9782081290365

Qu’est-ce qui réunit la mort d’un père sous un ciel sans étoiles, un jardin d’enfance, l’enfouissement d’un spéléologue, les fragrances d’un champagne de 1921, le hérisson des tziganes, la coquille d’un mollusque, l’anguille des Sargasses, un ver parasite, le vin biodynamique, la poésie des peuples sans écriture, un masque africain, des haricots sauteurs, des acacias qui communiquent, un philosophe zoophile, des végétariens exploiteurs de poules, des porcs en batterie, des toréadors habillés en femmes, un curé athée, un matérialiste mort d’une indigestion de pâté de faisan, une peinture pariétale, un alignement de pierres, une fête du soleil indienne, une église catholique, les anges et les comètes, les trous noirs, un haïku, une toile d’Arcimboldo, le Land Art, la musique répétitive, entre autres fragments d’une Brève encyclopédie du monde ? Le cosmos. Cet ouvrage, dont Michel Onfray écrit qu’il est « son premier livre », propose une philosophie personnelle de la nature. Contempler le monde, comprendre ses mystères et les leçons qu’il nous livre, ressaisir les intuitions fondatrices du temps, de la vie, de la nature, telle est l’ambition de Cosmos, qui renoue avec l’idéal païen d’une sagesse humaine en harmonie avec le monde.

3- Petit cours d’autodéfense intellectuelle, Normand Baillargeon, ill. de Charb, 2006, LUX Éditeur, coll. Instinct de liberté , 344 p., 9782895960447

Rédigé dans une langue claire et accessible, cet ouvrage, illustré par Charb, constitue une véritable initiation à la pensée critique, plus que jamais indispensable à quiconque veut assurer son autodéfense intellectuelle. On y trouvera d’abord un large survol des outils fondamentaux que dort maîtriser tout penseur critique : le langage, la logique, la rhétorique, les nombres, les probabilités, la statistique, etc. ; ceux-ci sont ensuite appliqués à la justification des croyances dans trois domaines cruciaux . l’expérience personnelle, la science et les médias.

Psychologie, développement personnel et motivation

1- La chaise rouge devant le fleuve, Rémi Tremblay et Diane Bérard, 2015, Guy Saint-Jean, éditeur, 160 p., 9782894559109

Quand on gagne son pain à tenir la main des autres lorsqu’ils traversent des instants d’une rare intensité, comment fait-on pour composer avec les grands défis humains que la vie pose sur son propre chemin? «Danser avec la vie», facile à dire, pas si facile à faire… Rémi Tremblay a subi un fracassant face à face avec sa souffrance au cours de la dernière année: le premier de ses trois garçons, aux prises avec un grave problème de dépendance, a encore rechuté. Frappé de plein fouet, l’homme amorce, assis devant le fleuve Saint-Laurent, une réflexion inédite qui se révélera déterminante pour toute personne secouée par un épisode difficile. Un ouvrage apaisant et libérateur qui fait la preuve par mille que souffrance et bonheur peuvent cohabiter.

2- La dictature du bonheur, Marie-Claude Élie-Morin, 2015, VLB Éditeur, 176 p., 9782896496273

L’industrie des coachs de vie, du développement personnel et du self-help est plus florissante que jamais. Le bonheur est devenu un impératif, au même titre que la minceur et le succès professionnel. Santé physique, équilibre mental, vie de couple, finances : on met constamment en avant la nécessité d’avoir toujours une attitude volontaire et « positive », parfois au mépris de la réalité. Marie-Claude Élie-Morin l’a réalisé de la manière la plus intime qui soit au décès de son père. Dans ce livre, elle expose avec humour et discernement les vicissitudes d’une manière de penser qui fait que beaucoup de gens en arrivent à se blâmer d’être malades, malheureux, seuls ou pauvres. À force de nous répéter que nous sommes les seuls artisans de notre bien-être, la dictature du bonheur ne serait-elle pas en train de nous isoler des autres et de nous couper de nous-mêmes ?

3- La chair interdite, Diane Ducret, 2015, Éditions Albin Michel, coll. Documents, 365 p., 9782226257048

Une histoire de la manière dont le sexe féminin a été représenté par les artistes, les théologiens, les médecins ou les femmes elles-mêmes, depuis l’Antiquité, ainsi que les enjeux sociétaux et politiques qui en ont découlé. L’auteure aborde notamment les thèmes de la virginité, des jouets sexuels, de l’anatomie, des superstitions, de l’épilation, des ceintures de chasteté, etc.

4- De quel système relationnel êtes-vous prisonnier ?, Colette Portelance, 2015, Éditions du CRAM, coll. Psychologie, 399 p., 9782897210861

Si vous voulez identifier les systèmes qui nuisent à l’harmonie de vos relations affectives, si vous souhaitez que votre relation amoureuse et toutes vos autres relations importantes pour vous reposent sur une meilleure connaissance de vos fonctionnements personnels, sur le dénouement progressif de vos systèmes relationnels insatisfaisants et sur la communication authentique, ce livre est pour vous. Si vous voulez éviter le plus possible de répéter des réactions qui mènent au conflit ; si vous voulez contacter votre sensibilité sans vous laisser gouverner par elle ; si vous souhaitez agir le plus consciemment possible plutôt que de réagir involontairement, vous trouverez dans cet ouvrage des informations, des moyens, des balises qui faciliteront graduellement et en douceur votre transformation vers une vie affective plus harmonieuse et plus satisfaisante. Ce livre n’a aucun pouvoir magique. Il s’adresse à ceux qui veulent améliorer leurs relations affectives et à ceux qui souhaitent comprendre la cause de leurs souffrances relationnelles et qui sont prêts à prendre des moyens pour s’en sortir.

Religions et spiritualité

1- La bible de l’athéisme, Sam Harris et Emily Patry, 2015, Éditions Cardinal, 120 p., 9782924155783

Traduction du bestseller Letter to a Christian Nation du philosophe et neurologue américain Sam Harris, La Bible de l’athéisme est un ouvrage de vulgarisation qui permet de comprendre les limites de la religion. Dans ce livre coup de poing, l’auteur déconstruit les mythes et les présupposés sur lesquels repose la foi chrétienne, et la croyance aveugle en une divinité en général.

2- François, le printemps de l’Évangile, Frédéric Lenoir, 2015, Le Livre de poche, 156 p., 9782253003397

Retour sur l’engouement suscité par François lors de la première année de son ministère. Le spécialiste met en évidence le réformisme du pape argentin : le retour à l’Evangile, l’ouverture aux non-croyants, l’attention portée aux pauvres, le refus d’une Eglise puissante et fastueuse, le détachement par rapport au temporel, le sens communautaire du service et de l’amour, etc.

3- Le prix à payer : récit, Joseph Fadelle, 2012, Éditions Pocket, 253 p., 9782266212199

Le prix à payer pour vivre sa foi. Le prix à payer pour être libre. Le prix à payer pour être soi. Ce prix, Mohammed l’a payé, de son sang. Jeune musulman irakien appelé au service militaire, Mohammed découvre avec effroi que son voisin de chambrée est chrétien. Une amitié paradoxale va pourtant se nouer entre les deux hommes, nourrie de débats idéologiques et religieux. Mohammed en sort métamorphosé et se convertit au christianisme. Mais en terre d’Islam, changer de religion est un crime. Intimidations, coups puis prison et torture… Mohammed traverse un calvaire mais ne cède pas. Une fatwa est prononcée contre lui. Ses frères lui tirent dessus, en pleine rue, il s’effondre… Le prix à payer est une histoire vraie.

4- Vrai zen pour chats et pour leurs maîtres : devenez un adepte de la méditation, textes et illustrations de Christian Gaudin, 2015, Éditions Pocket, coll. Évolution, 96 p., 9782266255172

Présentés de façon humoristique par des chats, des conseils simples et faciles pour découvrir la pratique du zen.

ex-aequo

La guérison du monde, Frédéric Lenoir, 2014, Le Livre de poche, 327 p., 9782253176473

Constatant l’essoufflement d’un système fondé sur la prééminence du cerveau rationnel et logique par rapport au cerveau émotionnel, sur l’exploitation mercantile de la nature, sur la domination masculine, l’auteur montre que le changement est possible et que l’humanité peut dépasser cette crise planétaire par une profonde transformation des modes de vie.

Plaidoyer pour l’altruisme : la force de la bienveillance, Matthieu Ricard, 2015 (NE), Éditions Pocket, coll. Évolution, 1022 p., 9782266249348

Moine bouddhiste, M. Ricard démontre les vertus de l’altruisme au quotidien. Se fondant sur ses lectures, ses expériences et sa réflexion, il souligne la nécessité de l’altruisme dans un monde de plus en plus interdépendant, et milite pour un changement à l’échelle planétaire. Un essai sur le pouvoir de la transformation positive.

Sciences

1- Qu’est-ce que le boson de Higgs mange en hiver et autres détails essentiels, Pauline Gagnon, 2015, Éditions Multimondes, 289 p., 9782895444909

Juillet 2012: le CERN, le Laboratoire européen de la physique des particules, annonçait en grande pompe la découverte du boson de Higgs. La nouvelle a fait le tour du monde. Mais combien de gens comprennent vraiment ce que c’est et pourquoi cette découverte fut suivie du prix Nobel de physique en 2013 pour les théoriciens François Englert et Peter Higgs qui en avaient prédit l’existence 48 ans auparavant? Le boson de Higgs était le chaînon manquant du modèle théorique actuel qui décrit ce qui compose toute la matière qu’on voit autour de nous. Ce livre explique comment tout cela fonctionne et le rôle du boson de Higgs. Et le livre va beaucoup plus loin car cette théorie ne s’applique qu’à la matière visible, celle qu’on trouve sur Terre, dans les étoiles et les galaxies, mais qui ne compte que pour 5% du contenu de l’Univers. Le reste, soit 95% de l’Univers, consiste en «matière sombre» et en «énergie sombre», deux entités complètement inconnues. Quelle est donc cette mystérieuse matière sombre? Comment sait-on qu’elle existe et a-t-on des chances de la découvrir bientôt? Sommes-nous à l’aube d’une grande révolution dans notre conception du monde matériel qui nous entoure?

ex-aequo

Guide pratique astronomie : lire et comprendre le ciel, David H. Levy, préface de Hubert Reeves, 2015, Éditions du Sélection du Reader’s Digest, 288 p., 9782924382394

Le Guide pratique Astronomie vous offre tout ce qu’il faut savoir pour partir à la découverte du ciel. Vous voulez reconnaître au premier coup d’oeil les étoiles les plus brillantes? Retrouver les grandes figures géométriques des constellations auxquelles elles appartiennent? Avec des explications claires, des conseils pratiques, des cartes détaillées faciles à comprendre, ce livre superbement illustré vous en donne les moyens. À l’oeil nu, à la jumelle ou à l’aide d’un petit télescope, en ville ou à la campagne, apprenez à lire le ciel.

La génétique pour les nuls, Dr Tara Rodden Robinson, 2015, First Éditions , coll. Pour les nuls, 473 p., 9782754059251

Découvrez une science aux applications vertigineuses… De Jurassic Park à The Island, en passant par Bienvenue à Gattaca, la génétique inspire les scénaristes. Mais connaissez-vous réellement les possibilités actuelles de cette science ? Peut-on vraiment échapper aux OGM ? Le fichage génétique va-t-il remplacer notre carte d’identité ? Le tri d’embryons menace-t-il de dériver vers l’eugénisme ? Peut-on modifier les gènes de l’espèce humaine, et pour quelles applications ? Finalement : qu’est-ce que l’hérédité ? Pour répondre à ces questions et en finir avec les fantasmes, voici un ouvrage de référence qui vous fera naviguer dans l’océan des connaissances génétiques avec simplicité et pédagogie : de la structure de la double hélice la plus célèbre (l’ADN, pardi !) aux avancées les plus récentes de la recherche, en passant par l’explication des maladies génétiques ou la manière d’établir des empreintes génétiques par exemple, partez à la découverte des très nombreuses applications de cette science passionnante et devenez expert ès chromosomes !

Quelles idées hérétiques pourraient conduire Galilée au bûcher aujourd’hui ? Le terrain de jeu du prof Durand est d’explorer les idées extravagantes du monde scientifique moderne. À l’émission Les années lumière, sur ICI Radio-Canada Première, il s’est fait une spécialité d’exposer les prédictions qui dépassent notre imagination. Parmi celles-ci, la possibilité de voyager dans le futur, d’augmenter sa créativité sur commande ou d’apprendre le karaté en trois minutes… Existe-t-il des milliards d’univers ? La super-intelligence sera-t-elle le plus grand risque de l’humanité ? Se pourrait-il que l’on vive dans une simulation ? Ludique, réjouissant et même un peu troublant, cet ouvrage met à la portée de tous les curieux des théories qui n’ont rien de gratuit, puisqu’elles sont toutes scientifiquement possibles

ex-aequo

Physique minute : 200 concepts clés expliqués en un instant, Giles Sparrow et David W. Hughes, 2015, Éditions Contre-Dires, coll. Minute, 416 p., 9782849333143

Introduction aux 200 sujets essentiels de physique, divisés en grands domaines : mécanique classique, ondes, thermodynamique, électromagnétisme, matière, électricité, physique nucléaire, physique quantique, physique des particules, relativité et cosmologie.

Sciences humaines et sociales

1- Second début : cendres et renaissance du féminisme, Francine Pelletier, 2015, Éditions Atelier 10, coll. Documents, 81 p., 9782924429730

Cofondatrice de la revue La Vie en rose, Francine Pelletier se trouvait dans les tranchées de la révolution féministe, il y a 30 ans, alors qu’on entrevoyait le meilleur pour les femmes et la société en général. Une ère plus ouverte, décomplexée, libre et juste semblait s’annoncer. C’était avant l’électrochoc de la tuerie de Polytechnique, en 1989, la montée en puissance du fanatisme religieux et l’accroissement des inégalités sociales. Mais l’année 2014 aura été, à bien des égards, porteuse d’espoir pour la cause des femmes. Aura-t-il fallu attendre une nouvelle génération—et un sentiment d’urgence omniprésent—pour que le féminisme renaisse enfin de ses cendres? Francine Pelletier signe ici une réflexion inédite, vive et sincère sur ce que ça veut vraiment dire, être une femme dans le Québec actuel.

2- L’occident terroriste : d’Hiroshima à la guerre des drones, Noam Chomsky, 2015, Éditions Écosociété, 176 p., 9782897191818

Dans ce livre d’entretiens, Noam Chomsky et Andre Vltchek démontent la puissance de cet appareil de propagande qui permet à l’Occident de dissimuler ses crimes et le rôle véritable qu’il joue dans le reste du monde. S’ouvrant sur l’histoire du kiosque à journaux de New York où le jeune Chomsky a commencé à faire son éducation politique, leur discussion s’élargit progressivement sur des sujets tels que les bombes nucléaires larguées sur Hiroshima et Nagasaki, la guerre froide, les mésaventures étatsuniennes en Amérique latine (Salvador, Nicaragua, Guatemala, Chili, Cuba), l’Inde et la Chine, l’intervention de l’OTAN en ex-Yougoslavie, les attentats du 11-Septembre, l’invasion militaire de l’Irak, le Printemps arabe, le fiasco de la Lybie et de la Syrie, ainsi que la guerre des drones. À travers ce survol, les auteurs critiquent de façon magistrale l’héritage funeste du colonialisme et l’exploitation éhontée des ressources naturelles de la planète exercée par l’Occident. Ce livre d’entretiens est augmenté de deux articles qu’ils ont publiés dans la foulée de l’attaque contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, à Paris, en janvier 2015, dénonçant l’hypocrisie occidentale vis à vis d’un terrorisme qu’il a largement contribué à développer.

3- Les barbares : essai sur la mutation, Alessandro Baricco, 2015, Éditions Gallimard, 223 p., 9782070131693

Entre sérieux et humour, cette réflexion contribue au débat sur l’avenir de la culture. L’écrivain essaie de comprendre qui sont ces barbares aujourd’hui, comment ils procèdent, quelle est leur logique, leur mode de fonctionnement, les dégâts qu’ils ont causés et les leçons à en tirer.

4- Tout ce que les publicitaires ne vous disent pas, Arnaud Granata et Stéphane Mailhiot, 2015, Éditions La Presse, 232 p., 9782897053444

Les publicitaires nous créent-ils des besoins? Peut-on vendre un politicien comme on vend de la lessive? Les couleurs influencent-elles nos décisions d’achat? Consommation, culture, médias, politique, causes sociétales: tout est aujourd’hui une question d’image et de « marque » à vendre. De A à Z, Arnaud Granata et Stéphane Mailhiot nous plongent dans la tête des publicitaires et nous donnent des pistes pour consommer plus intelligemment. Un ouvrage ludique et accessible, agrémenté de quizz et de tests amusants pour mieux connaître le consommateur en nous.

ex-aequo

L’hydre mondiale : l’oligopole bancaire, François Morin, 2015, LUX Éditeur, coll. Lettres libres, 164 p., 9782895961994

« Too big to fail » constatait-on durement en 2008 au sujet de Lehman Brothers, alors que sa faillite mettait l’économie mondiale à genoux. Trois ans plus tard, le G20 reconnaissait l’existence de 28 banques dites « systémiques », à la puissance telle que la défaillance d’une seule pourrait nous faire derechef culbuter dans l’abîme. Ces 28 banques, explique François Morin dans ce petit ouvrage, constituent un oligopole qui est tout sauf d’intérêt public. Leur position dominante sur les grands marchés de la finance globalisée leur confère de facto des pouvoirs analogues à ceux des grandes institutions publiques – parmi lesquels rien de moins que la capacité de fixer le prix de l’argent – sans bien sûr partager ni leurs objectifs ni leurs devoirs. À coups de prises de risques massives et d’ententes frauduleuses, elles fragilisent les marchés (des changes, obligataires, des produits dérivés), mais surtout exercent une influence politique telle qu’on chercherait en vain des puissances publiques en mesure de faire contrepoids. Faut-il chercher plus loin les causes de la crise politique qui traverse les démocraties occidentales ? Faisant ici parler des données inédites, François Morin se montre catégorique : si nous voulons mettre les citoyens à l’abri de désastres financiers à venir, il nous faut abattre l’hydre bancaire et rapatrier la monnaie dans le giron du public.

Tous ces ouvrages sont en vente à la Librairie Monet ou, via notre site monet.leslibraires, en format papier ou numérique, selon leur disponibilité, en cliquant sur les titres sélectionnés. 


26 mai 2015  par nos libraires

Essais, documents et livres pratiques – Retour sur les parutions récentes

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de l’effarante production pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

Arts – Beaux-livres – La sélection de Marie-Ève Blais

Dictionnaire du dadaïsme : 1916-1922, Georges Hugnet, édition revue, augmentée et présentée par Alexandre Mare, 2015, Editions Bartillat, 574 p., 9782841005178

Premier historien du mouvement Dada, Georges Hugnet eut le privilège de se lier avec la plupart des protagonistes à commencer par Tristan Tzara ou André Breton. Très tôt il saisit l’importance de cette aventure intellectuelle et se consacre alors à rassembler documents et témoignages inédits de tous horizons qui illustrent la diversité de cette entreprise. Dada s’est illustré dans tous les arts : poésie, peinture, graphisme, collage, photographie… et s’épanouit tant à Zurich et Paris qu’à Berlin ou New York. Ce dictionnaire recense toutes les entrées fondamentales, qu’il s’agisse des acteurs (Jean Arp, Hugo Ball, Duchamp, Max Ernst, Hausmann, Heartfield, Picabia, Tzara et tant d’autres), des lieux (Cabaret Voltaire…) ou des manifestations (mise en accusation de Maurice Barrès, et c.). Dans la variété de ses représentations, Dada exercera une influence considérable sur tous les mouvements d’avant-garde du XXe siècle, à commencer par le surréalisme.

Lady in satin : Billie Holiday, portrait d’une diva par ses intimes, Julia Blackburn, 2015, Éditions Rivages, 331 p., 9782743631598

Ce livre unique en son genre a toute une histoire. Durant les années 70, une jeune femme du nom de Linda Kuehl entreprit d’écrire une vaste biographie de Billie Holiday. Pendant des lustres, la journaliste réalisa les interviews de plus de 150 personnes ayant approché, de près ou de loin, la chanteuse de jazz. Malheureusement, Linda Kuehl disparut tragiquement en 1978, et le projet resta dans les cartons, jusqu’à ce que la romancière et biographe anglaise Julia Blackburn, des années plus tard, ne tombe par hasard sur ses précieuses archives et n’achève cet extraordinaire travail. À partir des témoignages exceptionnels (et souvent bruts de décoffrage) de ses intimes – amis, amants, musiciens, managers, rivales – mais aussi de fêtards des nuits d’Harlem, de souteneurs, de dealers ou d’agents des stups, Lady In Satin dresse un portrait totalement inédit et absolument bouleversant de cette immense et tragique diva, offrant en même temps une chronique à la fois flamboyante et crue sur une période entière de l’histoire du jazz.

La musique irlandaise, Étienne Bours, 2015, Éditions Fayard, coll. Les Chemins de la musique, 569 p., 9782213671697

Peu de pays autant que l’Irlande s’identifient à leur musique. Elle est partout, elle est l’autre facette du paysage et on la reconnaît dans le monde entier. L’Irlande a mal à son histoire et la musique est son remède. D’est en ouest et du nord au sud, le pays se chante et se joue depuis toujours, les générations se passant leurs secrets et leurs répertoires, les doigts et les langues se déliant sur les cordes des violons et sur les couplets des ballades. Un Irlandais sur cinq est musicien ; les émigrants ont porté leur patrimoine sur tous les continents : la musique irlandaise est vivante, elle se joue au jour le jour sur ses propres terres comme sur celles de ses millions d’exilés. Elle est présente sur les scènes de prestigieux festivals ou de célèbres théâtres du monde. Pour faire découvrir la richesse de ce répertoire, Étienne Bours retrace en une première partie l’histoire du pays et de son peuple telle qu’elle apparaît dans les chansons. Les caractères de cette musique (les formes, les instruments utilisés…) sont présentés ensuite, depuis les origines jusqu’aux développements actuels. Cet essai éclaire donc les liens qui unissent une musique et un peuple à travers l’histoire et rend hommage à tous les musiciens qui rappellent chaque jour à quel point une tradition peut être dynamique et profonde en même temps.

Ouverture féministe : musique, genre, sexualité : musicologie critique, Susan McClary, 2015, Éditions La rue musicale, 320 p., 9791094642009

Ouverture féministe est un livre manifeste qui propose une méthode et un cadre de pensée pour aborder la question du genre et de la sexualité en musique. En croisant les esthétiques et legs époques, de Monteverdi à Madonna, en passant par Beethoven, Tchaïkovski ou Laurie Anderson, Susan McClary nous montre comment la musique peut servir l’ordre du genre, c’est-à-dire la division du monde en masculin et féminin, ainsi que la hiérarchisation entre les deux termes – une réalité qui affecte la vie quotidienne des hommes et des femmes, qui façonne leur corps comme leur identité.

La toilette : naissance de l’intime – The invention of privacy, sous la direction de Nadeije Laneyrie-Dagen et Georges Vigarello, 2015, Éditions Hazan / Musée Marmottan, 223 p., 9782754108140

Mise en lumière de l’évolution de la perception du corps et de l’hygiène dans la culture occidentale. Le catalogue retrace, dans une sélection d’une centaine de tableaux, de sculptures, d’estampes, de photographies et d’images animées en provenance du monde entier, la naissance de l’intime par la représentation variée des gestes de la toilette.

Biographies – La sélection de Caroline Le Gal

François Mitterrand, Michel Winock, 2015, Éditions Gallimard, coll. NRF Biographies, 426 p., 9782070142569

« Prince de l’ambiguïté », personnalité ondoyante, maître de l’équivoque, François Mitterrand a souvent déconcerté ses contemporains : vichyste et résistant, homme de droite devenu chef de la gauche, anticommuniste allié aux communistes, dénonciateur de la Ve République dont il finit par incarner comme personne les formes et les usages les plus discutables. Cet homme doublement enraciné dans sa Saintonge natale et dans son fief du Nivernais, aussi féru de littérature et d’histoire que de politique, sut cultiver le secret, dérouter ses partisans et se montrer un jouteur de première force, combatif mais patient, stratège jamais découragé par l’échec. Chez Mitterrand, le privé et le public paraissent si intimement noués que l’un n’est intelligible qu’à la lumière de l’autre. Michel Winock les met en miroir pour explorer la vérité d’un enfant du siècle, qui a traversé les époques, les milieux et les idées sans jamais en renier aucun. Devenu Président, François Mitterrand a marqué en profondeur la vie politique française. Figure originale d’un monarque de gauche, il réussit à imposer l’alternance et, par là, à consolider la Constitution. S’il échoue à réaliser les espérances socialistes, il ouvre à la France le nouvel horizon de la construction européenne. Dans la maladie, cet épicurien fit preuve jusqu’à la fin d’un stoïcisme digne d’admiration. Honni ou adulé, il reste un grand homme politique du XXe siècle. Complexe, séduisant, attachant, détesté, il a suscité des fidélités inconditionnelles et des rancunes indélébiles. Plus on le découvre et plus on mesure ce qu’il a d’insaisissable.

Helmut Berger : autoportrait : 70e anniversaire, Helmut Berger et Holde Heuer, 2015, Éditions Séguier, 325 p., 9782840496915

Helmut Berger fut considéré comme «le plus bel homme du monde». Luchino Visconti lui fit interpréter des rôles inoubliables aux côtés de Romy Schneider, Elizabeth Taylor, Charlotte Rampling ou Burt Lancaster, des prestations inscrites dans la légende du cinéma. Entre l’acteur et le cinéaste se noua une relation ô combien passionnelle. À la mort du metteur en scène italien en 1976, la carrière d’Helmut Berger décéléra brutalement ; personnalité cinématographique incontournable des années fastes, interprète de personnages sulfureux, fêtard invétéré, Berger finit par être victime de son image et de ses excès. Revenu de ses tourments, l’acteur autrichien se regarde dans un miroir autant que dans les souvenirs. Le résultat en est cette autobiographie épicée, sauvage, où Helmut Berger transgresse tous les tabous.

Cuisine – La sélection de Caroline Le Gal

Craquante salade : réinventez vos lunchs en moins de 20 minutes, David Bez, 2015, Éditions de l’Homme, 304 p., 9782761941556

La salade n’est-elle qu’un simple plat d’accompagnement sans intérêt? Non! Soucieux de s’offrir des lunchs sains et énergisants, David Bez relève un défi de taille en renouvelant sa salade quotidienne depuis plus de trois ans. Dans ce livre, il prouve que les possibilités de créer des plats savoureux et inspirants ne manquent pas. Divisé en quatre chapitres correspondant aux saisons, l’ouvrage propose 260 salades à déguster chaque midi pendant une année entière. Conçues pour la semaine de travail, elles se préparent toutes en moins de 20 minutes.

Cru express, Judita Wignall, 2015, Guy Saint-Jean Éditeur, 176 p., 9782894558553

Avec Cru express, l’auteure s’est donné la mission de vous aider à préparer rapidement des plats frais, savoureux et crus sans avoir à réaménager votre horaire ou à rééquiper votre cuisine avec des gadgets sophistiqués, tel le fameux déshydrateur! Adopter cette alimentation est maintenant à la portée de tous grâce à une centaine de recettes composées d’ingrédients accessibles qui s’apprêtent en un tournemain. Smoothies fruités, salades croquantes et repas équilibrés, tout y est! Que vous soyez crudivore à temps plein ou à temps partiel, manger cru permet non seulement de nourrir l’organisme, mais cela apaise aussi les fringales, en plus de fournir beaucoup d’énergie.

Traité de miamologie : l’étude des disciplines nécessaires aux gourmands : découper, assaisonner, cuire, les fondamentaux de la cuisine décryptés par le pourquoi, textes de Stéphan Lagorce, photos d’Eric Fénot, 2015, Éditions Thermostat 6, 189 p., 9791092254075

Réalisé par l’équipe de 180 °C : des recettes et des hommes, cet ouvrage propose, sur le modèle du traité de cuisine, une approche de trois grandes étapes de la préparation des aliments : la découpe, l’assaisonnement et la cuisson. Il donne l’occasion de les mettre en oeuvre à travers 40 recettes illustrées.

Philosophie – La sélection de Caroline Le Gal

De l’être au vivre : lexique euro-chinois de la pensée, François Jullien, 2015, Éditions Gallimard, coll. Bibliothèque des idées, 313 p., 9782070148660

Dans quels termes penser quand le monde est en voie de penser dans les mêmes ? Face aux principaux concepts de la pensée européenne, je suis allé chercher en Chine des cohérences à mettre en vis-à-vis, dont je fais des concepts, ceux-ci laissant paraître d’autres possibles. Il ne s’agit donc pas de « comparer ». Mais de cueillir les fruits d’un déplacement théorique, dont je dresse ici le bilan, en explorant d’autres ressources à exploiter ; comme aussi, par le dévisagement mutuel engagé, de sonder respectivement notre impensé. Au lieu donc de prétendre identifier des « différences » qui caractériseraient les cultures, je cherche à y détecter des écarts qui fassent reparaître du choix et remettent en tension la pensée. C’est seulement à partir d’eux, en effet, qu’on pourra promouvoir un commun de l’intelligible qui ne soit pas fait de slogans planétarisés. En retour, les entrées de ce lexique introduiront autant de dérangements qui pourront faire réagir les pratiques de l’art comme de la psychanalyse ; qui permettront de réinterroger de biais la pensée du politique comme du management. Et voici que, en dessinant une sortie de la « question de l’Être », c’est du même coup une nouvelle pensée du vivre que capte, dans ses mailles, ce filet.

Les grands hommes de l’exil, Friedrich Engels & Karl Marx, 2015, Agone éditeur, coll. Contre-feux, 176 p., 9782748901924

Dans ce pamphlet écrit entre mai et juin 1852, les deux philosophes s’en prennent aux exilés politiques allemands de 1848. Ils reprochent à ces intellectuels de se poser en martyrs, de rechercher une gloire médiatique sans se soucier de la recomposition politique du mouvement révolutionnaire et de servir les intérêts de la bourgeoisie en recherchant l’accès au pouvoir.

Le règne de l’homme : genèse et échec du projet moderne, Rémi Brague, 2015, Éditions Gallimard, coll. L’esprit de la cité, 398 p., 9782070775880

C’est à l’époque moderne que l’homme en est arrivé à se dire le créateur de sa propre humanité. Autrefois, il se croyait l’oeuvre de la nature ou l’enfant de Dieu. Désormais, il entend conquérir l’une et s’affranchir de l’autre. Il veut rompre avec le passé, se donner souverainement sa loi, définir ce qui doit être, dominer. Telle est l’ambition vertigineuse que raconte cet ouvrage. Descartes rêvait d’un homme maître et possesseur de la nature ; deux siècles plus tard, Nietzsche allait décréter que l’homme doit être dépassé, n’étant plus à la hauteur des attentes que lui-même avait définies. Rémi Brague interroge les origines de ce projet et retrouve les traits qui vont progressivement dessiner la nouvelle humanité dont nous sommes les héritiers. Pour reconstituer la longue trajectoire de l’homme moderne, ce livre convoque aussi bien la philosophie que la littérature ; il y découvre les espoirs et l’enthousiasme qui portent ses débuts, mais aussi, à l’épreuve de cette expérience impossible, l’angoisse et les désillusions qui en marquent l’échec. Le Règne de l’homme clôt une longue enquête sur la manière dont l’homme, de l’Antiquité à nos jours, a pensé successivement son rapport d’abord au monde, ensuite à Dieu et, pour finir, à soi-même.

Vivre sans pourquoi : itinéraire spirituel d’un philosophe en Corée, Alexandre Jollien, 2015, Éditions du Seuil / Éditions de L’Iconoclaste, 320 p., + 1 CD audio MP3, 9782021054217

Parti en famille à Séoul pour mener une retraite spirituelle et rejoindre son maître, le philosophe livre des récits quotidiens et des réflexions inspirées, entre autres, de Maître Eckhart. Il fait part de son apprentissage de la méditation zen et des enseignements reçus. Accompagné d’un CD permettant de prolonger la lecture, avec des exercices et des leçons au quotidien.

Psychologie – Sélection de Caroline Le Gal

Cahiers de L’Herne n° 46: Jung, sous la direction de Michel Cazenave, 2015 ( Réimpression), Éditions de L’Herne, 515 p., 9782851970503

Ensemble d’études qui dévoilent une personnalité contradictoire, souvent problématique. D’abord disciple de Freud, Jung s’en éloigne pour donner naissance à la psychologie analytique. Il met au jour des principes psychologiques nouveaux, entre autres l’inconscient collectif et les archétypes psychologiques, mettant en relief les rapports étroits et complexes de la psyché avec la mythologie.

Santé – La sélectionde Caroline Le Gal et de Caroline Scott

Prenez votre santé en main !, Frédéric Saldmann, 2015, Éditions Albin Michel, coll. Documents, 279 p., 9782226312778

Le cardiologue livre 100 pratiques à mettre en application pour être en forme toute l’année, en s’appuyant sur les dernières recherches scientifiques et sur son expérience hospitalière. Il dispense des conseils pour une alimentation saine, l’hygiène corporelle, la gestion quotidienne de la santé et l’entretien des fonctions cérébrales.

Les troubles du spectre de l’autisme : guide de santé et d’alimentation : 175 recettes pour aider votre enfant à manger, R. Garth Smith, Susan Hannah et Elke Sengmueller, 2015, Éditions du Trécarré, 400 p., 9782895686361

Gérer un TSA comporte des difficultés alimentaires particulières : certains enfants autistes sont des mangeurs difficiles et ont des réactions négatives face aux textures des aliments, à leurs saveurs et même à leurs apparences, et souffrent parfois de troubles gastro-intestinaux. Le régime GFCF, sans gluten et sans caséine (l’une des protéines du lait) peut constituer une thérapie alimentaire intéressante : si les recherches ne sont pas concluantes, les nouveaux traitements vont dans le sens des thérapies comportementales et diététiques et certaines familles qui suivent ce régime observent une atténuation des symptômes chez les enfants qui en présentent, qui ont une allergie aux produits laitiers ou au blé ou qui sont sensibles à différents aliments.

Sciences humaines et sociales – La sélection de Marie-Ève Blais

Brut : la ruée vers l’or noir, Naomi Klein, Nancy Huston, David Dufresne, Melina Laboucan-Massimo et Rudy Wiebe, 2015, LUX Éditeur, coll. Lettres libres, 120 p., 9782895961970

Fort McMurray, dans le nord de l’Alberta, est le Klondike d’une ruée vers l’or du XXIe siècle, ville-champignon au milieu d’un enfer écologique, où des travailleurs affluent de partout attirés par les promesses de boom économique. L’or qu’ils convoitent : les gisements de sables bitumineux, le pétrole le plus sale qui existe et qui est exploité au péril de la planète entière par les compagnies pétrolières comme Total. Nancy Huston est allée voir de ses propres yeux ce qui se passait dans son Alberta natale et a découvert, abasourdie, une dévastation qu’elle raconte ici en un cri de colère et d’indignation. Autour de ce texte, Brut réunit les voix de personnes qui ont vu la catastrophe de près : Naomi Klein, David Dufresne et Melina Laboucan-Massimo, une militante amérindienne qui se bat en première ligne.

L’hydre mondiale : l’ oligopole bancaire, François Morin, 2015, LUX Éditeur, 170 p., 9782895961994

« Too big to fail » constatait-on durement en 2008 au sujet de Lehman Brothers, alors que sa faillite mettait l’économie mondiale à genoux. Trois ans plus tard, le G20 reconnaissait l’existence de 28 banques dites « systémiques », à la puissance telle que la défaillance d’une seule pourrait nous faire derechef culbuter dans l’abîme. Ces 28 banques, explique François Morin dans ce petit ouvrage, constituent un oligopole qui est tout sauf d’intérêt public. Leur position dominante sur les grands marchés de la finance globalisée leur confère de facto des pouvoirs analogues à ceux des grandes institutions publiques – parmi lesquels rien de moins que la capacité de fixer le prix de l’argent – sans bien sûr partager ni leurs objectifs ni leurs devoirs. À coups de prises de risques massives et d’ententes frauduleuses, elles fragilisent les marchés (des changes, obligataires, des produits dérivés), mais surtout exercent une influence politique telle qu’on chercherait en vain des puissances publiques en mesure de faire contrepoids. Faut-il chercher plus loin les causes de la crise politique qui traverse les démocraties occidentales ? Faisant ici parler des données inédites, François Morin se montre catégorique : si nous voulons mettre les citoyens à l’abri de désastres financiers à venir, il nous faut abattre l’hydre bancaire et rapatrier la monnaie dans le giron du public.

Israël et ses paradoxes : idées reçues sur un pays qui attise les passions, Denis Charbit, 2015, Le Cavalier bleu éditions, coll. Idées reçues. Grand angle, 316 p., 9782846704427

Israël, plus que tout autre pays, suscite les passions. Pro- et anti-attisent la polémique à coup d’idées reçues : « Israël et le lobby juif dictent la politique des États-Unis au Moyen-Orient », « Israël est la seule démocratie au Moyen-Orient », « Israël pratique l’apartheid », « Tsahal est l’armée du peuple », « Israël est un État théocratique », etc. À force de combattre les préjugés des uns et des autres, c’est débattre qui est devenu impossible. C’est la grande ambition de ce livre que de favoriser le retour au débat : exigeant, argumenté, contradictoire, conjuguant les divergences, autorisant les convergences. Quiconque tient que toute la vérité vient d’Israël et que la Palestine est mensonge ; quiconque pense que le Mal est israélien et que le Bien est palestinien, ne trouvera guère dans ce livre de quoi blinder ses convictions. Il ne s’agit pas non plus de décréter une symétrie entre les causes et de croire à une neutralité possible. Ni État d’exception ni État exceptionnel, Israël est « un État comme les autres », avec ses paradoxes. Cela ne le dispense nullement de rendre compte de ce qu’il est et de rendre des comptes sur ce qu’il fait.

Sexe, amour et pouvoir : il était une fois… à l’université, Martine Delvaux, Véronique Lebrun et Laurence Pelletier, 2015, Éditions du Remue-ménage, 148 p., 9782890915251

Ce n’étaient jadis que bavardage, ragots ou affaires de moeurs. Non, il n’y avait rien de pourri au royaume du savoir! Pour maintenir l’ordre social, il fallait taire le harcèlement et les agressions, ne pas nommer le boys club, en être complice. Or des féministes ont rompu la digue, et ce livre nous arrive porté par cette vague de dénonciations spectaculaires. Étudiantes et professeures se penchent ici sur une histoire aussi ancienne que taboue: la relation entre désir et pédagogie. Quel est le rapport entre professeur.e.s et étudiantes, et qu’arrive-t-il lorsque la séduction s’en mêle? Quelles histoires cette relation raconte-t-elle, pervertit-elle ou permet-elle d’inventer? Ce livre ne prétend pas trancher la question du sexe, de l’amour et du pouvoir au sein des universités. Il en montre plutôt la complexité, tout en convoquant la communauté universitaire à une résistance féministe solidaire.

Sortir le Québec du pétrole, sous la direction de Ianik Marcil, 2015, Éditions Somme toute, 316 p., 9782924283332

Plus de quarante auteurs de tous horizons offrent des pistes de réflexion, d’analyse et d’inspiration pour penser et mettre en oeuvre un Québec sans pétrole. Des textes qui en appellent à mobiliser nos forces et notre ingéniosité pour réaliser la transition écologique de notre économie.

Tous ces livres sont disponibles en librairie et via note site monet.leslibraires.ca dans leur version papier ou numérique, si disponible. Pour commander, veuillez cliquer sur les titres sélectionnés.


21 avril 2015  par nos libraires

Essais et documents : les parutions de mars

Comme chaque mois, notre équipe de libraires passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour en repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces nouveaux titres, question d’aiguiser votre appétit livresque…

SCIENCES HUMAINES

Tout peut changer: Capitalisme et changement climatique, Naomi Klein, 2015, Lux, coll. « Futur proche », 650 p., 9782895961932* (+)

Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur le réchauffement climatique. La « vérité qui dérange » ne tient pas aux gaz à effet de serre, la voici : notre modèle économique est en guerre contre la vie sur Terre. Au-delà de la crise écologique, c’est bien une crise existentielle qui est en jeu – celle d’une humanité défendant à corps perdu un mode de vie qui la mène à sa perte. Pourtant, prise à rebours, cette crise pourrait bien ouvrir la voie à une transformation sociale radicale susceptible de faire advenir un monde non seulement habitable, mais aussi plus juste.

Mines de rien: Chroniques insolentes, Isabelle Boisclair, Lucie Joubert et Lori Saint-Martin, 2015, Remue-Ménage, 150 p., 9782890915039*

« Mines de rien est un recueil de plus d’une trentaine de courts textes écrits à 6 mains qui nous engagent dans une réflexion sur le sexisme qui se vit au quotidien, dans des dynamiques trop souvent intégrées et justifiées. En cinq grandes parties (ou cinq étapes faciles), les auteures tentent, à tour de rôle, une mise à jour de notre définition du sexisme, de la salle de bain divisé en deux genres bien distincts au langage dégradant parfois utilisé par des figures publiques. On nous invite à défaire, travailler, reconnaître les stéréotypes et engager un processus qui permettra de redéfinir ce qu’on veut que soit nos féminismes aujourd’hui. Des réflexions intelligentes qui ciblent plusieurs enjeux d’actualité à travers une écriture accessible et directe, qui ne manque surtout pas de mordant. » (Marie-Ève Blais)

Walmart: Journal d’un associé, Hugo Meunier, 2015, Lux, 182 p., 9782895961987*

« Katia, ma boss de La Presse, trouve que je prends mon nouveau travail trop à cœur, que j’en oublie même un peu pourquoi je suis devenu associé. Je ne pense presque plus à mon reportage. Je pense à mes palettes, mes livraisons, mes rotations, mon over et mon facing. Je pense Walmart. » Journaliste à La Presse, Hugo Meunier s’est infiltré pendant trois mois dans une succursale de Walmart, au nord de Montréal. Pendant sa vie d’« associé », il a tenu un journal dans lequel il a consigné avec humour les anecdotes de son quotidien. Les célèbres cris de ralliement, les clients déchaînés, les palettes qui s’écroulent, les absurdes séances de formation, il décrit avec un remarquable sens du détail tout ce qui ponctue les journées de travail des petits salariés de la plus grande entreprise de commerce de détail de la planète. Après cette expérience, le reporter prend la route pour enquêter sur l’empire – du Mexique à Jonquière, en passant par l’Arkansas. S’ajoute alors à son récit de la vie « sur le plancher » un saisissant portrait d’ensemble de Walmart et du culte qu’on y voue au seul dieu que vénère vraiment l’Amérique : l’argent.

Elles étaient seize, Linda Kay, 2015, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Champ Libre », 273 p., 9782760632325*

Seize journalistes canadiennes, à l’été 1904, font le voyage en train pour visiter la Foire universelle de Saint-Louis. Au cours de ces dix jours riches en péripéties, elles fondent le Canadian Women’s Press Club (CWPC), premier du genre au pays. S’appuyant sur des lettres et des entrevues, mais surtout sur les articles de journaux produits dans le sillage de l’événement, Linda Kay dresse un portrait saisissant de ces femmes qui avaient en commun de n’avoir que peu de droits civiques, et met en lumière les divergences culturelles entre les membres francophones et anglophones du groupe. À la faveur d’une analyse minutieuse des prises de position individuelles et des dynamiques collectives, elle évoque avec brio les luttes menées par ces femmes, et nous permet de mesurer l’ampleur du chemin parcouru.

11 brefs essais contre l’austérité, Ianik Marcil (dir.), 2015, Somme Toute, 202 p., 9782924283868*

Les politiques d’austérité ne sont pas qu’économiques. Elles sont idéologiques, car elles visent à démanteler l’État et à privatiser des services publics ou à les tarifer, sous prétexte de contraintes budgétaires. Ces 11 brefs essais montrent que les politiques d’austérité saccagent l’État tel que nous l’avons collectivement bâti depuis des décennies, au détriment de la solidarité et de la justice sociale. Ces textes portent un regard critique sur l’impact qu’ont ces politiques au Québec et au Canada sur les grandes institutions de l’État, les réseaux d’éducation et de santé, le soutien scientifique et la protection de l’environnement, mais, d’abord et avant tout, sur les femmes, les familles, les Premières Nations et les plus démunis. Un outil essentiel pour comprendre les effets destructeurs des politiques d’austérité, pour alimenter le débat et contrecarrer l’idéologie dominante. Avec des textes de : Alexa Conradi, Eve-Lyne Couturier, Annie Desrochers, Widia Larivière, Hans Marotte, Benoît Melançon, Melissa Mollen Dupuis, Christian Nadeau, Joëlle Tremblay, Alain Vadeboncoeur, Laure Waridel

 

PSYCHOLOGIE

Clinique du bien-être : la psy face aux nouvelles soufrances psychiques, Miguel Benasayag, 2015, La Découverte, 173 p., 9782707185365*

Le philosophe et psychanalyste plaide pour une adaptation des thérapies aux souffrances psychiques des sociétés contemporaines et expose les particularités d’une thérapie situationnelle inspirée de la psychothérapie phénoménologique alternative.

Les antipsychiatries: Une histoire, Jacques Hochmann, 2015, Odile Jacob, 251 p., 9782738131799*

À toutes les époques, certaines méthodes thérapeutiques de psychiatres pour traiter les troubles mentaux ont été remises en question. L’ouvrage retrace les mouvements opposés à la médecine officielle dans ce domaine, en particulier l’antipsychiatrie anglaise ou la psychiatrie démocratique italienne des années 1970. Il apporte un nouvel éclairage pour les débats actuels.

Le point de rupture: Comment les chocs d’une vie nous guident vers l’essentiel, Marie-Lise Labonté, 2015, Points, coll. « Points Vivre », 267 p., 9782757844595*

La psychothérapeute s’est guérie d’une maladie incurable en découvrant une méthode psychocorporelle, l’approche globale du corps et de l’être. Selon elle, un point de rupture dans la vie bouleverse l’existence et peut être aussi l’occasion de la transformer. Des témoins racontent la période faisant suite à un choc, comment ils ont réagi et vécu leur vie autrement.

 

PHILOSOPHIE

Le meilleur ou le vrai : Spinoza et l’idée de la philosophie, Philippe Danino, 2014, Publications de la Sorbonne, 433 p., 9782859447953*

Analyse de la notion de philosophie chez le penseur hollandais. Loin de faire l’objet d’une définition précise correspondant à un programme de connaissances, celle-ci s’élabore au gré des rencontres (avec le politique, le religieux, le souverain, mais également le vulgaire ou l’ignorant) et consiste à produire et à communiquer ses idées.

666 Friedrich Nietzsche: Dithyrambe beublique, Victor Lévy-Beaulieu, 2015, Trois-Pistoles, 1392 p., 9782895832997* (+)

Ceci n’est pas un livre.
Mais qu’est-ce que les livres,
Qu’est-ce que les cercueils et les linceuls ?
C’est une volonté, c’est une promesse,
Ceci est une dernière rupture des ponts,
C’est un vent marin, une levée d’ancre,
Un bruit de machines, une main à la barre,
Et tonne le canon, avec son panache de feu,
Et rit l’Océan, l’immense !

Back to Baudrillard, Olivier Penot-Lacassagne, 2015, CNRS Éditions, coll. « Histoire », 263 p., 9782271081988*

Entretiens, études, lettres et essais d’intellectuels, d’écrivains et d’universitaires, aussi divers que : Sophie Calle, Michel Deguy, Philippe Dagen, Bernard Edelman, Nathalie Heinich, interrogent la pensée de Jean Baudrillard, philosophe sociologue, qui n’a eu de cesse d’interpeller le présent et de promouvoir le commerce des idées dans leur diversité.

 

CUISINE

Tutti frutti: 90 recettes sucrées et salées de fruits cuisinés, Barbara Gateau, 2015, Éditions de l’Homme, 192 p., 9782761940955*

Cuisiner tous les jours avec des fruits ? Et pourquoi pas ? Grillés, pochés, poêlés, confits, en croûte ou en papillote, les fruits libèrent à la cuisson des arômes surprenants de finesse. Osez les présenter en entrée, les relever de savoureuses épices, les jumeler aux fruits de mer et aux viandes et en faire les vedettes de vos desserts, des plus simples aux plus gourmands! Soupe de betteraves aux pommes et à la feta, cuisses de poulet aux clémentines, carrés d’agneau aux prunes, saumon en papillote à la vanille et à la grenade, figues pochées au jasmin, minibrownies aux poires : découvrez le meilleur des fruits… autrement!

Non coupable, Hubert Cormier, 2015, Éditions de la Semaine, 240 p., 9782897032661*

« Je me sens tellement coupable d’avoir passé au travers du bol de chips. Demain, j’arrête tout et je mange comme il faut », « Ahhh! Si seulement j’avais 15 livres en moins, je pourrais sortir sans gêne, aller danser, m’acheter ceci et faire cela… », « J’ai mangé un morceau de brownie, du coup, mes efforts pour la journée sont anéantis, autant continuer à m’empiffrer  maintenant! »   La culpabilité alimentaire est nocive. Elle s’introduit dans nos vies et, du jour au lendemain, on se sent coupable, sans trop savoir pourquoi. Toutes sortes de raisons peuvent être à l’origine de cette culpabilité alimentaire, mais la finalité demeure la même : on se sent mal dans notre peau et on désire changer d’alimentation, parfois pour le mieux, mais parfois au détriment de notre santé physique et psychologique. Non coupable vous apprendra, dans un premier temps, à reconnaître les situations qui vous font sentir coupable puis à gérer et à apprivoiser cette culpabilité alimentaire pour être en mesure de la faire disparaître. En plus des méthodes et des outils pour apprendre à se déculpabiliser face à l’alimentation, cet ouvrage propose des témoignages de vedettes, des recettes de collations non culpabilisantes, ainsi qu’une foule d’astuces pour mieux manger.

Zéro gluten, Jeanne B. Giacobetti, 2015, La Martinière, 187 p., 9782732465081*

Plus de 80 recettes sans gluten à base de farines alternatives : clam chowder, rillettes de saumon-tarama, quiche aux morilles, pancakes à la banane, cake amandine aux framboises, gâteau amandes-châtaignes, etc. Avec des farines de millet, de lentilles, de maïs, de pois chiches ou de riz complet.

 

BIOGRAPHIES

American Desperado, Jon Roberts et Evan Wright, 2015, Livre de poche, 733 p., 9782253904823*

Jon Roberts naît en 1948 au cœur du Bronx, dans une famille de la mafia new-yorkaise, les Gambino. À 7 ans, il assiste à un assassinat commis par son père. Ce jour-là, il décide de suivre la même voie, celle du crime organisé. Après un passage au Vietnam, il connaît une ascension fulgurante au sein de la mafia : racket, trafic de cocaïne pour le compte du cartel de Medellín, meurtres… C’est une effrayante épopée de réussite criminelle qu’il bâtit dans les années 1970 et 1980. Roberts est enfin arrêté en Colombie mais réussit à s’évader. Rattrapé par la police américaine, il accepte de coopérer avec la justice. Evan Wright est un journaliste et écrivain américain reconnu.

American desperado est le fruit de leurs échanges.

Une lecture hallucinante.

Raymond Gravel, entre le doute et l’espoir, Claude Gravel, 2015, Libre Expression, 264 p., 9782764810187*

En mars 2013, Raymond Gravel avait accepté de se confier à Claude Gravel et de lui laisser rédiger sa biographie. Ils ne se connaissaient pas, mais une confiance mutuelle s’est établie entre eux. « Je n’ai rien à cacher », lui dira l’abbé Gravel. Lorsqu’il a appris, le 28 août 2013, qu’il était atteint d’un grave cancer, Raymond Gravel a tenu à poursuivre ce projet, rencontrant l’auteur presque chaque semaine jusqu’à la fin de sa vie, mettant à sa disposition une documentation personnelle considérable, dont un journal intime qu’il a tenu pendant plus de vingt ans.

L’auteur l’a suivi dans son ministère. Il a rencontré ses proches, il a interviewé des dizaines de laïcs et d’hommes d’Église qui ont cheminé avec ce personnage hors du commun, décédé le 11 août 2014. Pour beaucoup, Raymond Gravel demeure un mystère, « la confluence d’ambiguïtés énormes », dira un de ses grands amis. Avec cette biographie, on en apprend davantage sur l’homme, sur le prêtre, un prêtre différent des autres.

Une carrière au service du coopératisme, Claude Béland, 2015, Fides, 288 p., 9782762138856*

Passant en revue les grandes étapes de sa fructueuse carrière, Claude Béland se raconte à travers l’histoire du coopératisme québécois des soixante-dix dernières années. Du collège à la Faculté de droit, de la Fédération des caisses d’économie du Québec à la présidence du Mouvement Desjardins, de sa participation à la Commission sur l’avenir constitutionnel et ­politique du Québec à sa nouvelle carrière de grand conseiller et d’analyste dans les médias, ce livre retrace les grands moments de la carrière d’un homme qui fut un acteur important de la société québécoise telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Truman Capote, Lilian Kerjan, 2015, Gallimard, coll. « Folio Biographies », 304 p., 9782070461479*

« Le cerveau peut recevoir des conseils, mais pas le cœur, et l’amour, n’ayant pas de géographie, ne connaît pas de frontières. » Truman Garcia Capote, de son vrai nom Truman Streckfus Persons (1924-1984), voulait être danseur de claquettes ou chanteur de night-club… Il devint écrivain, prolixe et déconcertant. Affirmant « je suis un anormal, les gens ne m’aiment pas », il adorait les cocktails et les feux d’artifice sur le Grand Canal à Venise et possédait une garde-robe des plus extravagantes. Il ne cessa d’éblouir, d’intriguer, de surprendre ; certains le comparèrent à Jean Cocteau, d’autres prétendirent qu’il était l’Elvis Presley des lettres américaines. Son œuvre capte l’air du temps, oblige la société contemporaine à se poser des questions. Petit déjeuner chez Tiffany et De sang-froid en sont les deux titres phares. De ce dernier, il écrit : « C’est une réussite parfaite… parce qu’il est sans style. C’est comme un verre d’eau. Mon rêve. Rien entre l’écriture et le lecteur. »

Maurice « Mad Dog » Vachon, Bertrand Hébert et Pat Laprade, 2015, 312 p., 9782764810415* (+)

« Après leur passionnante histoire de la lutte québécoise, À la semaine prochaine si Dieu le veut, Pat Laprade et Bertrand Hébert nous reviennent avec la biographie d’un des plus colorés et importants lutteurs du Québec : Maurice « Mad Dog » Vachon. Les deux éminents spécialistes de la lutte y relatent notamment le fil de sa carrière, avec tous ces fascinants jeux de coulisses du monde de la lutte professionnelle que l’autobiographie de Vachon, parue en 1988, ne pouvaient révéler… car à l’époque c’était encore l’omertà sur la scénarisation des combats ! « Ça prend pas un dictionnaire pour comprendre ça », nous dit avec ironie la quatrième de couverture en citant une phrase récurrente des entrevues de Mad Dog, un clin d’œil au mépris de certains pour la lutte. Peut-être, mais soulignons la plume alerte et fluide des deux auteurs, qui rend passionnante la vie du plus grand vilain de la lutte québécoise, avec son lot de savoureuses anecdotes. Un plaisir de lecture pour les nostalgiques de Mad Dog autant que pour les amateurs de lutte, jeunes et moins jeunes. » (Maxime Nadeau)

VIE PRATIQUE

Dessine-moi un mouton, Joe-Ann Benoit et Graziella Pettinati, 2015, Québec-Livres, 176 p., 9782764024423*

« S’il te plaît, dessine-moi un mouton ! » demandait le Petit Prince. Depuis la nuit des temps, le dessin est un moyen privilégié de communiquer un message, une émotion, une idée… C’est à partir de cette prémisse que Jo-Ann Benoit et Graziella Pettinati offrent ici le fruit de leur expérience aux parents, aux grands-parents, aux intervenants et aux enseignants afin de leur permettre de mieux comprendre le monde intérieur de l’enfant. Le dessin prépare tout naturellement l’enfant au geste graphique. C’est pourquoi les auteures abordent également cet aspect du développement : Quels crayons donner au tout-petit ? Comment l’aider à bien les tenir ? Comment l’encourager à adopter une position ergonomique ? De quelle façon s’établit la dominance manuelle (gauche ou droite) ? Ce livre répond à ces questions ainsi qu’à bien d’autres qui touchent l’interprétation des dessins. Il vous propose des outils simples pour mieux comprendre l’expression des enfants et pour les préparer à leur entrée à l’école.

Soutenir et accompagner l’enfant malade, Catherine Kozminski, 2015, CHU Sainte-Justine, 112 p., 9782896197194*

Dans un style vif et franc, ce livre relate, dans sa plus grande partie, le cheminement émotif d’une jeune enfant malade et celui, plus « secret » et intérieur, de sa mère. Le quotidien familial, entre la maison et l’hôpital, évoque tous les impacts physiques et psychologiques de la maladie chez l’enfant. Ce point de vue est appuyé par deux textes de soignants qui se trouvent au cœur même de cet accompagnement si particulier de l’enfant et de sa famille, deux textes porteurs d’observations concrètes et de réflexions concernant, entre autres, l’hospitalisation de l’enfant aux besoins particuliers et l’humanisation des soins dans notre système de santé.

Respirez, Eline Snel, 2015, Transcontinental, 224 p., 9782897430634*

Les adolescents sont imprévisibles, fragiles, et parfois franchement difficiles. Ils cherchent à prendre leurs distances de leurs parents, ce qui ne les empêche pas d’avoir besoin de la sécurité que ceux-ci représentent. Ils naviguent entre inertie et stress, provocations et angoisses. Comment trouver la bonne attitude et les bons mots pour les rejoindre et apaiser les tensions ? Conçu d’abord pour les parents, ce livre doublé d’exercices audio apprend aux adultes à utiliser la méditation pour éviter les réactions impulsives et pour se recentrer sur l’essentiel. Respirez comprend également un volet destiné aux ados : des conseils intégrés au fil du texte et cinq méditations guidées leur permettent de surmonter le stress et de se relier au meilleur d’eux-mêmes. Toute simple, cette démarche ne nécessite aucune connaissance préalable. Elle est accessible à quiconque a envie d’améliorer le climat et la communication entre parents et adolescents.

Tisanes: Remèdes et recettes, Pierrette Nardo, 2015, Rustica éditions, 63 p., 9782815305983*

Plus de 100 recettes de tisanes et d’infusions pour une santé et une beauté au naturel : se déstresser, faciliter le sommeil, soigner les courbatures, etc.

Elixirs médicinaux, Erika Laïs, 2015, Rutisca éditions, 63 p., 9782815304986*

50 recettes pour préparer des élixirs médicinaux, classées par type de plantes.

 

ARTS & BEAUX-LIVRES

La musique au tournant des siècles, Brigitte François-Sappey, 2015, Fayard, coll. « Les chemins de la musique », 302 p., 9782213682501*

Les tournants de siècle ont-ils été vécus dans la musique comme des moments particuliers ? Cet essai met en perspective cinq passages d’un siècle à un autre, depuis 1600. Si les passages de 1600, 1800 et 1900 s’accompagnent des revendications de nouvelle musique, celui de 1700 consacre un accomplissement. Qu’en sera-t-il du tournant de l’an 2000 ?

JonOne : The Chronicles, Théophile Pillauts, 2014, David Pluskwa Art contemporain, 352 p., 9791094003008*

Publiée à l’initiative de David Pluskwa, galeriste à Marseille, cette monographie retrace le parcours de l’artiste, depuis ses premiers graffitis en 1979 jusqu’à aujourd’hui. L’ouvrage montre l’évolution de son style, de plus en plus abstrait, coloré et privilégiant l’improvisation.

Alors que plusieurs artistes de rue font leur entrée dans les musées et les collections privées, peu de livres permettent à l’amateur d’apprécier leur production. Avec cet ouvrage, le galeriste David Pluskwa donne accès à l’œuvre de JoneOne caractérisée par sa rapidité d’exécution donnant du mouvement aux couleurs qui recouvrent entièrement la surface; un allover qui mélange calligraphie et dripping. Des reproductions et des photographies accompagnent une biographie ainsi que des témoignages de ceux qui ont été les spectateurs de cette ascension « from Street to Art ». Une première monographie consacrée à un graffeur qui a su adapter l’action painting de Jackson Pollock aux rues de New York, tout en faisant entrer le tag dans les galeries. (Maude Jacob)

Street art: De Banksy à Zacharevic, découvrez les artistes et les œuvres les plus représentatives de l’art urbain du monde entier, Russ Thorne, 2015, Larousse, 191 p., 9782035907967*

Depuis les années 70, les graffitis ont pris possession de nos villes, pour le meilleur et pour le pire. Liberté de parole, créativité ou égocentrisme adolescent et vandalisme, notre regard diffère selon les « œuvres ». Mais, depuis plusieurs années déjà, que ce soit en Amérique latine, en Californie, en Europe ou au Québec, de nombreux artistes ont pris possession de ces innombrables lieux abandonnés, en faisant des oasis de beauté, d’humour, de cynisme ou de revendication. Une façon innovante de se réapproprier la Cité, au plus grand plaisir des citadins… Ce livre dresse un panorama complet des tendances actuelles en art urbain … (Robert Beauchamp)

Dominique Gaucher, André-Louis Paré et Eveline Boulva, 2015, Éditions Plein sud / Expression, Centre d’exposition, 144 p., 9782922256628*

Cet ouvrage richement illustré explore le récent parcours du peintre québécois Dominique Gaucher depuis les années 2000 jusqu’à ses travaux les plus récents. Des œuvres qui, des plus intimes aux plus monumentales, intéresseront tous les publics. Les textes d’André-Louis Paré (critique d’art, commissaire d’expositions et professeur de philosophie, également directeur et rédacteur en chef de la revue Espace) et d’Eveline Boulva (artiste en arts visuels), ainsi qu’un entretien avec l’artiste, offrent des points de vue plus approfondis sur les œuvres reproduites.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur le titre choisi.

***

Tous les textes proviennent des éditeurs, sauf lorsqu’il y a mention d’auteur.

Sélection : Caroline Scott – biographies et vie pratique ; Benoit Desmarais – sciences humaines ; Caroline Le Gal – psycho, philo et cuisine ; Marie-Ève Blais – sciences humaines et arts & beaux-livres ; Robert Beauchamp – arts & beaux-livres.


16 avril 2015  par nos libraires

Essais – Le choix des lecteurs – Mars 2015

Voici les titres que les habitués de la Librairie Monet ont préférés en ce mois de Mars 2015, parmi les milliers d’essais que nous leur proposons et ce dans tous les domaines, qu’il s’agisse de parutions récentes ou de titres déjà plébiscités.

Arts

1- Devenez un pro de la guitare en 10 minutes par jour, Phil Capone, 2015, Éditions Broquet, 224 p., 9782896544653

L’ouvrage présente une multitude d’exercices recueillis par l’auteur au cours de ses vingt-cinq années d’enseignement, ainsi qu’une vaste bibliothèque d’accords et de gammes. Le chapitre « Séances d’entraînement » permet de créer sur mesure vos propres séquences de travail pour développer la main droite, la main gauche, la maîtrise du manche ou les trois en même temps. Différents niveaux de difficulté sont proposés pour s’adapter à une progression personnalisée. Que vous soyez débutant, en cours d’apprentissage ou même un guitariste plus chevronné et que vous cherchiez à perfectionner votre maîtrise de l’instrument, ces séances d’entraînement régulières vous garantiront des progrès réels en quelques semaines seulement, à raison de dix petites minutes par jour.

2- Les grandes idées qui ont révolutionné le cinéma, David Parkinson, 2014, Éditions Dunod, 216 p., 9782100711369

Présentation de 100 grandes idées qui ont changé le 7e art à travers le monde, de son invention jusqu’au XXIe siècle. Cet ouvrage aborde plusieurs aspects : l’histoire, les techniques, les genres, la mise en scène, la médiatisation ou encore les scénarios.

3- Hokusai : 100 chefs-d’oeuvre, Johann Protais et Éloi Rousseau, 2015, Éditions Larousse, coll. Essais et documents, 127 p., 9782035904966

Maître de l’estampe japonaise, Hokusai a créé une oeuvre d’une remarquable diversité. S’il représente la vie quotidienne avec humour et ironie, en saisit chaque instant et peint avec grâce et poésie le Japon du XIXe siècle, il se fait connaître grâce à ses paysages oniriques mais d’une précision étonnante. Ce magnifique ouvrage nous offre l’occasion d’admirer les plus beaux chefs-d’oeuvre d’Hokusai, mais aussi de découvrir son parcours, son étonnante personnalité et les nombreuses techniques qu’il utilisait. Exigeant, toujours à la recherche de la perfection, novateur, singulier, audacieux, Hokusai a introduit durablement l’art japonais en France et en Europe, influencé des artistes comme Gauguin, Van Gogh ou Monet, et laissé un héritage pictural aussi fécond qu’original.

ex-aequo

Être photographe portraitiste : cibler sa clientèle, fixer ses tarifs, promouvoir ses services, guider ses modèles, Sarah Tailleur, 2015, Éditions Eyrolles, 242 p., 9782212139822

Grâce à l’essor du numérique, le métier de photographe a considérablement évolué. Être photographe portraitiste à l’ère des médias sociaux, c’est non seulement pouvoir mener une carrière artistique et donner de la visibilité à ses images, mais c’est aussi, tel un véritable entrepreneur, procéder à des choix stratégiques propices au développement de son entreprise. Du premier contact avec les clients jusqu’à la livraison de leurs images, ce livre dévoile au lecteur tous les secrets pour créer une activité prospère. Se positionner sur le marché, affiner son style, cibler sa clientèle, définir ses services, établir ses tarifs, promouvoir son entreprise, accompagner ses modèles, fidéliser et satisfaire ses clients… Autant de précieux conseils pour se démarquer et s’épanouir dans un secteur fortement concurrentiel.

4- Lumières d’Afrique, textes de Sophie Langlois, photos de Normand Blouin, 2014, Éditions Cardinal, 240 p., 9782924155851

L’Afrique. Le mot à lui seul effraie et captive : un continent immense, 54 pays, un milliard d’habitants qui chantent dans des milliers de langues. Avec des photographies puissantes et des histoires touchantes, Lumières d’Afrique dessine un continent fier, qui se tient debout. L’ouvrage permet au lecteur de se laisser guider vers ce continent méconnu, berceau de l’humanité. Journaliste et correspondante pour Radio-Canada basée à Dakar, Sophie Langlois a été transformée par ses nombreux séjours africains. Elle nous offre dans ce livre son regard sur une « autre Afrique », des portraits de bâtisseurs et de battantes motivés par l’espoir de changer leur monde. Photographe entre autres pour Reuters, la Croix-Rouge et l’UNICEF, Normand Blouin nous présente une Afrique des couleurs et des contrastes avec une photographie toujours frappante de vérité.

ex-aequo

50 ans de la Place des Arts, sous la direction de Louise Poissant, 2015, Presses de l’Université du Québec, 252 p., 9782760541955

À l’occasion du cinquantième anniversaire de la Place des Arts, historiens, artistes et gestionnaires partagent leurs réflexions sur le rôle et l’influence de cette institution destinée à la diffusion et à la production d’oeuvres et de spectacles qui a puissamment contribué à l’émergence de toute une industrie culturelle.

Biographies

1- Raymond Gravel : entre le doute et l’espoir, Claude Gravel, 2015, Éditions Libre Expresssion, 264 p., 9782764810187

En mars 2013, Raymond Gravel avait accepté de se confier à Claude Gravel et de lui laisser rédiger sa biographie. Ils ne se connaissaient pas, mais une confiance mutuelle s’est établie entre eux. « Je n’ai rien à cacher », lui dira l’abbé Gravel. Lorsqu’il a appris, le 28 août 2013, qu’il était atteint d’un grave cancer, Raymond Gravel a tenu à poursuivre ce projet, rencontrant l’auteur presque chaque semaine jusqu’à la fin de sa vie, mettant à sa disposition une documentation personnelle considérable, dont un journal intime qu’il a tenu pendant plus de vingt ans. L’auteur l’a suivi dans son ministère. Il a rencontré ses proches, il a interviewé des dizaines de laïcs et d’hommes d’Église qui ont cheminé avec ce personnage hors du commun, décédé le 11 août 2014. Pour beaucoup, Raymond Gravel demeure un mystère, « la confluence d’ambiguïtés énormes », dira un de ses grands amis. Avec cette biographie, on en apprend davantage sur l’homme, sur le prêtre, un prêtre différent des autres.

2- Raymond Gravel : le dernier combat, Carl Marchand, 2015, Éditions du CRAM. 124 p., 9782897210953

«J’ai besoin que le monde m’aime.» Voilà, c’est dit… Après neuf mois d’entretiens et de rencontres, Raymond Gravel laisse tomber cette toute petite phrase. Si quelques mots suffisaient à le définir, ce serait ceux-là: ce besoin d’amour viscéral, profond, est à la base de sa personnalité et constitue l’objet de sa quête existentielle. S’il y a une chose que la maladie n’a pas changée chez lui, c’est bien cette soif de communiquer, de discuter pendant des heures. Or, quand vient le temps de parler de lui-même, Raymond Gravel se transforme en homme de peu de mots. Comme si ce n’était pas important. Comme s’il n’en valait pas la peine. Je me suis souvent demandé, en l’écoutant, ce qu’il serait devenu s’il était né une génération plus tard. Ses sermons en chaire auraient peut-être pris une autre forme. Politicien de carrière, homme de scène, motivateur, ou même journa- liste pour la télévision : il aurait sans aucun doute exercé un métier lui permet- tant de capter l’attention des foules. Après tout, si tant de gens l’écoutent, c’est peut-être parce qu’il a quelque chose d’intéressant à raconter. Au fil de ses entretiens avec l’abbé Gravel, au crépuscule de sa vie, Carl Marchand nous donne à lire l’émouvant récit, au jour le jour, du difficile et ultime combat d’un grand humaniste.

3- Martin Luther King, Alain Foix, 2012, Éditions Gallimard, coll. Folio Biographies, 303 p., 9782070445080

Assassiné le 4 avril 1968, sur le balcon du Lorraine Motel à Memphis dans le Tennessee, Martin Luther King (1929-1968) est un homme multiple. Penseur, poète, disciple de Gandhi appliquant la philosophie de la non-violence dans sa lutte pour les droits civiques des Américains noirs, il a su franchir la « ligne des couleurs » pour s’attaquer à la question plus générale de la pauvreté. Prix Nobel de la paix en 1964, le célèbre pasteur baptiste aux dons d’orateur hors du commun nous a laissé une voix qui, aujourd’hui encore, nous invite à ne pas abandonner nos rêves. Ce livre est l’histoire d’un homme qui pensait que « la justice est toujours debout à côté de l’amour ».

4- Au service secret de la République, Roger Auque et Jean-Michel Verne, 2015, Éditions Fayard, 213 p., 9782213682419

Décédé en septembre 2014, le journaliste et diplomate raconte dans ce livre testament les dessous de sa prise d’otage par le Hezbollah en 1987, son rôle d’agent auprès des services secrets et le choc de la révélation par la presse d’être le père biologique de Marion Maréchal Le Pen.

5- Gallant : confessions d’un tueur à gages, Éric Thibault et Félix Séguin, 2015, Éditions du Journal, 328 p., 9782897610005

Gérald Gallant fut l’un des plus tristement prolifiques tueurs à gages de l’histoire du Québec : 28 victimes, dont la plupart étaient liées au crime organisé, sont tombées sous les balles de ses armes. À partir de ses confessions à la police, les journalistes Éric Thibault et Félix Séguin dressent le portrait d’un fin manipulateur, un caméléon qui a su berner policiers, psychologues, amantes et confrères criminels. « Gallant. Confessions d’un tueur à gages » est un véritable polar ancré dans la réalité.

ex-aequo

Michelle Tisseyre (NE), Michelle Tisseyre, 2015, Éditions Pierre Tisseyre, 287 p., 9782896333424

Née à Montréal le 13 mars 1918, Michelle Tisseyre a été une des pionnières et des personnalités les plus marquantes de la «grande époque» de la télévision de Radio-Canada. Son émission Rendez-vous avec Michelle fut le premier talk-show au Canada. Music-Hall, l’émission de variétés qu’elle animera, fut pendant des années le grand rendez-vous du dimanche soir du Québec tout entier. Aujourd’hui, l’émission phare d’affaires publiques qu’elle anima tour à tour avec Wilfrid Lemoine et Jacques Languirand joua un rôle très important dans l’épanouissement de la Révolution tranquille, dont les grands acteurs passaient sur le plateau quotidiennement et en direct. Dans cet ouvrage très personnel, elle nous raconte non seulement sa vie intime, son enfance, son adolescence, ses mariages, sa carrière et sa vie de famille, mais ce sont des pans entiers de notre histoire qu’elle fait revivre. Des années folles à l’avènement du Québec contemporain, auquel elle contribua par ses émissions d’avant-garde et par son exemple de femme moderne menant de front une grande carrière et une vie de famille à part entière, c’est un peu notre histoire qu’elle nous raconte. Cette nouvelle édition de son autobiographie, qu’elle a révisée à l’âge de 96 ans, révèle une femme passionnante et se lit comme un roman.

Histoire du Québec et du Canada

1- Ludger Duvernay : lettres d’exil, 1837-1842, Georges Aubin et Jonathan Lemire, 2015, VLB Éditeur, coll. Études québécoises, 307 p., 9782896496020

La correspondance de Ludger Duvernay durant ses années d’exil forcé aux États-Unis éclaire l’activité de celui qui fut l’une des figures centrales du mouvement des patriotes. Il a été, parmi ses compagnons relégués, l’homme indispensable qui faisait circuler les nouvelles et contribuait à coordonner l’action des uns et des autres. Le mouvement patriote n’était pas exempt de dissensions, notamment entre radicaux et modérés ; Duvernay, lui, faisait l’unanimité… ou presque. Duelliste impénitent, il avait le sang chaud et une opiniâtreté qui, si elle lui permit de tenir bon dans les circonstances les plus difficiles, lui valut aussi bien des querelles. Avant, durant et après son séjour américain, Duvernay a été un journaliste accompli et prolifique, dirigeant entre autres le célèbre journal La Minerve. Si l’on ajoute à cela son implication à la tête de la société secrète des Frères chasseurs, et le fait qu’il ne fut rien de moins que le fondateur de la Société Saint-Jean-Baptiste, on voit se dessiner le profil d’un artisan incontournable de l’histoire du Québec. Une présentation exhaustive de la vie de Ludger Duvernay précède dans cet ouvrage le recueil intégral des lettres envoyées par Duvernay des États-Unis, auxquelles s’ajoute une sélection de lettres reçues, retenues pour leur importance.

2- Nègres noirs, nègres blancs : race, sexe et politique dans les années 1960 à Montréal, David Austin, 2015, LUX Éditeur, 284 p., 9782895961963

Peu de personnes savent que Montréal a déjà été, du moins pour un bref instant, l’épicentre du Black Power et des autres mouvements de la gauche antiraciste et anticolonialiste. Pourtant, en octobre 1968, le Congrès des écrivains noirs a rassemblé à l’Université McGill intellectuels et militants venus d’ailleurs au Canada, des États-Unis, des Caraïbes et du continent africain. C.L.R. James, Stokely Carmichael, Miriam Makeba, Rocky Jones et Walter Rodney, pour ne nommer que certains des plus connus, ont ainsi inspiré nombre de militants québécois. Quelques mois plus tard, d’ailleurs, un puissant mouvement d’occupation mené par des étudiants noirs s’emparait de l’Université Sir George Williams. Dans l’atmosphère explosive de l’époque, il n’en fallait pas plus pour que les médias et les services de sécurité du pays voient Montréal comme un foyer de la contestation noire dont le discours anticolonialiste avait aussi le potentiel d’enflammer le mouvement pour l’émancipation nationale du peuple québécois. Méticuleusement documenté, Nègres noirs, Nègres blancs ébranle la vision traditionnelle de l’histoire de l’internationalisme noir et offre une analyse approfondie des enjeux politiques de l’époque entourant les questions de pouvoir, de genre et de race. Le Canada – pas plus que le reste du monde – ne s’est toujours pas libéré du racisme. Cet ouvrage éclaire de la lumière du passé de nouvelles pistes pour arriver à une réelle émancipation.

ex-aequo

De remarquables oubliés Tome 1: Elles ont fait l’Amérique, Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque, ill. de Francis Back, 2011, LUX Éditeur, coll. Mémoire des Amériques, 448 p., 9782895960973

Les femmes sont absentes de l’histoire officielle de l’Amérique – ne le dit-on pas assez ? Les Amérindiennes certainement, mais aussi toutes les autres, sans distinction culturelle : Inuites, Canadiennes, Anglaises, Noires, Françaises et Métisses. Plusieurs d’entre elles sont des êtres d’exception dont le contact avec ce vaste continent a révélé l’intelligence et le caractère.

4- De remarquables oubliés Tome 2: Ils ont couru l’Amérique, Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque, ill. de Francis Back, 2014, LUX Éditeur, coll. Mémoire des Amériques, 420 p., 9782895961611

Voici les pérégrinations de quatorze coureurs des bois – hommes des montagnes, cavaliers des plaines, muletiers, navigateurs des glaces et commerçants des déserts. Voici ceux qui ont couru l’Amérique. En suivant leurs traces, nous pénétrons au cœur de l’infrahistoire – cette part plus obscure de la grande épopée humaine, mais qui en donne souvent le meilleur éclairage. Voyons leurs exploits. Créons leur légende. Car les grands récits nord-américains ont systématiquement omis de parler de ces «Canadiens» – ainsi qu’on appelait les Canadiens français jusqu’au début du XXe siècle. De même, nos propres élites bourgeoises et cléricales n’ont guère jugé à propos d’en cultiver le souvenir. Et pourtant. Depuis Étienne Brûlé, «l’ensauvagé», jusqu’au père Lacombe, dit le «petit sauvage», chacun de ces découvreurs mérite de figurer parmi les icônes de la grande aventure de l’Amérique. S.B. et M.-C.L.Inspirée de la série radiophonique produite et diffusée par Ici Radio-Canada Première, l’histoire des Remarquables oubliés continue de s’écrire dans ce deuxième tome. Avec un art consommé du récit, Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque lèvent cette fois le voile sur le formidable parcours de quatorze coureurs des bois délaissés par notre histoire.

ex-aequo

Le Québec dans la Grande Guerre : engagements, refus, héritages, sous la direction de Charles-Philippe Courtois et Laurent Veyssière, 2015, Éditions du Septentrion, 300 p., 9782894488003

Lorsque le 4 août 1914, la Grande-Bretagne déclare la guerre à l’Allemagne, le Canada se trouve également de facto en état de guerre. Contrairement au reste de l’Europe, l’Empire britannique ne peut compter sur une mobilisation générale lui permettant d’engager au front une armée nombreuse, et s’en remet au volontariat, d’abord en Grande-Bretagne, puis rapidement dans ses dominions. Le 20 octobre, un regroupement d’hommes politiques, de religieux et d’hommes d’affaires canadiens français obtient du gouvernement la création d’un bataillon canadien français. Dès 1916, le recrutement volontaire s’essouffle alors que les pertes au front exigent des enrôlements toujours plus importants. En août 1917, une loi sur le service militaire obligatoire est adoptée, avivant un peu plus les tensions entre les différentes communautés dans le pays. Sous la forte influence d’un pacifisme chrétien, l’élite canadienne française affirme son opposition à la conscription, rapidement rejointe par l’ensemble de la population. Des manifestations à Montréal puis à Québec dégénèrent et vont marquer durablement la mémoire québécoise en éclipsant l’engagement des Canadiens Français. Les conséquences de la Grande Guerre sur la société québécoise sont profondes et durables (…).

Le rêve de Champlain, David Hackett Fischer, 2012, Éditions du Boréal, coll. Compact, 1008 p., 9782764622292

Dans Le Rêve de Champlain, l’historien américain David Hackett Fischer brosse un portrait profondément renouvelé et fascinant de cette figure que l’on croyait familière et en fait ressortir les multiples facettes : le soldat, l’espion à la solde du roi, l’artiste doué, le cartographe de génie et le navigateur hors pair. Champlain a lutté pour la réalisation d’un rêve immense, un Grand Dessein pour la France en Amérique. Pendant trente ans, il a sillonné un territoire que se partagent aujourd’hui six provinces canadiennes et cinq états américains, tout en menant un combat non moins farouche contre les ennemis de la Nouvelle-France à la cour d’Henri IV. Lui qui était né dans un pays ravagé par les guerres de religion, il a encouragé les mariages entre colons et Indiens, il a prêché la tolérance envers les protestants. Il a inlassablement tenté de maintenir la paix entre les nations indiennes, mais il a su quand il le fallait prendre les armes et imposer un nouvel équilibre politique, se révélant ainsi un guerrier et un stratège redoutables. Il a été un leader visionnaire, surtout si on le compare à ses contemporains anglais et espagnols, un homme qui rêvait d’un monde plus humain et vivant en paix, dans une époque marquée par la cruauté et la violence. Fruit d’une recherche colossale, accompagnée de nombreuses cartes et illustrations, dont plusieurs de la main de Champlain, cette grande biographie, la première depuis des décennies, est tout aussi enlevante que la vie de son modèle.

Histoire mondiale

Alors que le monde arabe et musulman est en pleine mutation depuis les printemps arabes de 2011, l’ouvrage permet de redécouvrir la Palestine à travers son histoire, sa société, sa politique, son économie et sa culture.

ex-aequo

Alors que le monde arabe et musulman est en pleine mutation depuis les printemps arabes de 2011, l’ouvrage permet de redécouvrir l’Egypte à travers son histoire, sa société, sa politique, son économie et sa culture.

2- Les Romanov : une dynastie sous le règne du sang (NE), Hélène Carrère d’Encausse, 2015, Éditions Pluriel, 440 p., 9782818503850

En 1613, les Romanov ont été portés sur le trône de Russie à l’issue de siècles tragiques où le pouvoir a été transmis ou conquis par le meurtre. De 1613 à 1917, quinze souverains dont trois femmes ont incarne cette dynastie exceptionnellement brillante qui a permis à la Russie de devenir une très grande puissance européenne puis mondiale. Pourtant, le sang n’a cessé de couler au pied du trône. De là, trois questions : l’histoire russe a-t-elle créé les conditions de cette violence ininterrompue ? Le destin tragique de cette dynastie était-il écrit dans son passé ? Ce rapport inédit du pouvoir légitime et de la violence conduisait-il inéluctablement à la tragédie finale et au système totalitaire dont la capacité de durer et la violence furent non moins exceptionnelles ?

3- Golda Meir : une vie pour Israël, Claude-Catherine Kiejman, 2015, Éditions Tallandier, 333 p., 9791021001367

Une biographie de Golda Meir, femme politique israélienne née en 1898. Arrivée aux Etats-Unis à l’âge de 8 ans, elle s’engage adolescente dans le sionisme socialiste et rejoint un kibboutz en Palestine. Remarquée pour son éloquence et sa résistance face aux Britanniques, elle joue un rôle important dans la construction d’Israël et occupe le poste de Premier ministre pendant la guerre du Kippour.

4- L’histoire du monde pour les nuls (NE), Philippe Moreau Defarges, dessins de Marc Chalvin, 2015, First Éditions, coll. Pour les nuls, 483 p., 9782754070232

Ce livre vous invite à revivre la grande saga de l’homme, de la préhistoire à nos jours. Il souligne les points forts de chaque période, partout dans le monde, en mettant en lumière les événements et les personnages les plus marquants : l’apparition de l’homme, la conquête du feu, la construction toujours recommencée de la Grande Muraille de Chine, l’invention de la démocratie à Athènes, les métamorphoses de l’Empire romain, la prise de Constantinople, les guerres de Religion, la traite des esclaves…, ou bien, plus proche de nous, la crise des monarchies européennes, la révolution industrielle, les deux guerres mondiales, la création de l’ONU, la fin des colonies, l’émergence de nouvelles puissances… et tant, tant d’autres choses encore. Cette vaste fresque ne néglige aucun protagoniste, aucun fait, aucune culture. Elle raconte le destin des «grands» comme celui des «obscurs», évoque les drames les plus sanglants comme les réalisations les plus admirables et balaie tout le spectre des passions humaines, des plus viles aux plus nobles. Inépuisable mine d’informations, elle répond à toutes les questions que vous vous posez sur l’histoire du monde, ce chaudron bouillonnant d’où nous sortons tous.

Philosophie

1- Du bonheur : un voyage philosophique, Frédéric Lenoir, 2015, Éditions Fayard, coll. Documents, 222 p., 9782213661360

Qu’entendons-nous par «bonheur» ? Dépend-il de nos gènes, de la chance, de notre sensibilité ? Est-ce un état durable ou une suite de plaisirs fugaces ? N’est-il que subjectif ? Faut-il le rechercher ? Peut-on le cultiver ? Souffrance et bonheur peuvent-ils coexister ? Pour tenter de répondre à ces questions, Frédéric Lenoir propose un voyage philosophique, joyeux et plein de saveurs. Une promenade stimulante en compagnie des grands sages d’Orient et d’Occident. Où l’on traversera le jardin des plaisirs avec Épicure. Où l’on entendra raisonner le rire de Montaigne et de Tchouang-tseu. Où l’on croisera le sourire paisible du Bouddha et d’Épictète. Où l’on goûtera à la joie de Spinoza et d’Etty Hillesum. Un cheminement vivant, ponctué d’exemples concrets et des dernières découvertes des neurosciences, pour nous aider à vivre mieux.

2- Petit cours d’autodéfense intellectuelle, Normand Baillargeon, ill. de Charb, 2006, LUX Éditeur, coll. Instinct de liberté, 344 p., 9782895960447

Rédigé dans une langue claire et accessible et illustré par Charb, cet ouvrage constitue une véritable initiation à la pensée critique, plus que jamais indispensable à quiconque veut assurer son autodéfense intellectuelle. On y trouvera d’abord un large survol des outils fondamentaux que doit maîtriser tout penseur critique : le langage, la logique, la rhétorique, les nombres, les probabilités, la statistique etc. ; ceux-ci sont ensuite appliqués à la justification des croyances dans trois domaines cruciaux : l’expérience personnelle, la science et les médias.

3- Jean-Paul Sartre, Collectif, 2014, Éditions Le Magazine littéraire, coll. Nouveaux regards, 175 p., 9791091530200

Des contributions sur Sartre, son oeuvre, sa relation avec Simone de Beauvoir, les grands intellectuels qu’il a inspirés, etc.

4- Comment vivre ? : une vie de Montaigne en une question et vingt tentatives de réponse, Sarah Bakewell, 2014, Éditions Le Livre de poche, 563 p., 9782253000648

Une introduction à la pensée de Montaigne et à sa conception d’une vie bonne. L’auteure propose 20 réflexions sur la façon de tirer parti de l’existence à partir d’épisodes rapportés par Montaigne dans Les essais, mais aussi d’événements de la vie de ses lecteurs.

ex-aequo

Cueillir l’instant avec les épicuriens, Angélique Gaillon Jacquel et Anne Jouve, 2014, Éditions Eyrolles, coll. Vivre en philosophie, 160 p, 9782212559798

Rappel de la philosophie d’Epicure, à l’abri des clichés et des contresens qui la desservent. L’auteure se fonde sur les préceptes de cette école de pensée pour donner des conseils sur la manière de vivre sa vie pleinement, en privilégiant les plaisirs spirituels tels que l’amitié aux valeurs matérielles.​

Un long samedi : entretiens, George Steiner​ et Laure Alder, 2014, Éditions Flammarion / France-Culture, 169 p., 9782081332935

Ces entretiens brossent le portrait intellectuel de G. Steiner, dévoilant ses années de formation et la genèse de son oeuvre de critique littéraire et philosophique.

Religions

1- Le Zélote : la vie et l’époque de Jésus de Nazareth, Reza Aslan, 2015, Le Jour éditeur, 336 p., 9782890448759

Pour certains, Jésus est l’homme qui a vécu et prêché dans la Palestine sous domination romaine, qui a été crucifié, et dont l’existence historique n’est pas contestée. Pour d’autres, c’est le juif que décrivent les premiers chrétiens et les Évangiles, le Christ, le Fils de Dieu. L’historien Reza Aslan a plutôt choisi de raconter la vie de Jésus en s’appuyant sur les contextes politique, intellectuel et social de l’époque. Il recrée de manière magistrale l’ambiance dans laquelle l’homme a évolué, et il se pose sans cesse la même question: qu’est-ce qu’un juif de l’époque pensait, croyait, disait? Ouvrage érudit qui se lit comme un roman, Le Zélote nous présente un Jésus entièrement nouveau: un révolutionnaire fougueux et passionné, un idéologue intransigeant, un homme étrange qui exerce une fascination sans cesse renouvelée, même deux mille ans après sa mort.

2- La guérison du monde, Frédéric Lenoir, 2014, Éditions Le Livre de poche, 327 p., 9782253176473

Constatant l’essoufflement d’un système fondé sur la prééminence du cerveau rationnel et logique par rapport au cerveau émotionnel, sur l’exploitation mercantile de la nature, sur la domination masculine, l’auteur montre que le changement est possible et que l’humanité peut dépasser cette crise planétaire par une profonde transformation des modes de vie.

3- L’inconscient de l’islam : réflexions sur l’interdit, la faute et la transgression, Malek Chebel, 2015, CNRS Editions, 121 p., 9782271085863

En remontant aux racines de la religion, l’essai révèle les troubles d’un islam aux prises avec ses contradictions et met en évidence la folie actuelle d’une partie de la communauté. Sont interrogés les liens entre religion, politique et liberté dans le monde arabo-musulman contemporain.

ex-aequo

Petit traité de vie intérieure, Frédéric Lenoir, 2014, Éditions Pocket, coll. Évolution, 216 p., 9782266252508

Les sages du monde entier, de Socrate à Spinoza en passant par Bouddha, Jésus et Montaigne, ont légué des clés permettant de développer sa vie intérieure pour la vivre pleinement, apprendre à se connaître et à discerner. F. Lenoir en tire des leçons et fait part au lecteur de sa propre expérience dans ce petit guide qui aide à vivre. Prix Alef 2011.

François parmi les loups, Marco Politi, 2015, Éditions Philippe Rey, 283 p., 9782848764405

Le nouveau pape cherche à profondément réformer l’Eglise mais rencontre de nombreuses résistances au Vatican : limitation des richesses des évêques, ouverture aux femmes, aux divorcés et aux homosexuels, remise en ordre des finances, autant de sujets qui clivent les autorités religieuses.

Sciences

1- Qu’est-ce que le boson de Higgs mange en hiver et autres détails essentiels, Pauline Gagnon, 2015, Éditions Multimondes, 289 p., 9782895444909

Juillet 2012 : le CERN, le Laboratoire européen de la physique des particules, annonçait en grande pompe la découverte du boson de Higgs. La nouvelle a fait le tour du monde. Mais combien de gens comprennent vraiment ce que c’est et pourquoi cette découverte fut suivie du prix Nobel de physique en 2013 pour les théoriciens François Englert et Peter Higgs qui en avaient prédit l’existence 48 ans auparavant ? Le boson de Higgs était le chaînon manquant du modèle théorique actuel qui décrit ce qui compose toute la matière qu’on voit autour de nous. Ce livre explique comment tout cela fonctionne et le rôle du boson de Higgs. Et le livre va beaucoup plus loin car cette théorie ne s’applique qu’à la matière visible, celle qu’on trouve sur Terre, dans les étoiles et les galaxies, mais qui ne compte que pour 5 % du contenu de l’Univers. Le reste, soit 95 % de l’Univers, consiste en « matière sombre » et en « énergie sombre », deux entités complètement inconnues. (…) La créativité, la diversité et la motivation des scientifiques sont autant d’éléments clés du succès d’un des plus gros projets scientifiques jamais entrepris. Ce livre explique non seulement comment ces recherches font avancer les connaissances scientifiques, mais aussi leur impact sur l’ensemble de l’humanité. Voici enfin un livre écrit en termes simples s’adressant à tous ceux et celles qui désirent en savoir un peu plus sur la physique des particules, mais qui n’ont pas nécessairement de bases en sciences. Une bonne dose de curiosité leur suffira pour découvrir tout un monde allant de l’infiniment petit jusqu’à l’infiniment grand.

2- Sauver la planète une bouchée à la fois : trucs et conseils, Bernard Lavallée, 2015, Éditions La Presse, 228 p., 9782897053307

Comment faire un potager sur son balcon ou cultiver des champignons en plein hiver? Qu’est-ce que le mouvement LUNDI SANS VIANDE et le déchétarisme? Pourquoi faire l’épicerie plusieurs fois par semaine ou déguster des mauvaises herbes? Dans ce guide pratique, ludique et convivial, le nutritionniste Bernard Lavallée nous donne une foule de conseils, de trucs et d’astuces pour que le respect et la protection de l’environnement se fassent aussi dans notre assiette. Manger local, choisir la pêche durable, produire moins de déchets, cuisiner les aliments fatigués, produire sa nourriture, etc.: Sauver la planète une bouchée à la fois propose des solutions concrètes et quotidiennes pour que nos choix alimentaires soient respectueux de l’environnement. Une véritable boîte à outils pour avoir une alimentation qui allie le plaisir à la santé humaine et à celle de la planète.

ex-aequo

L’énergie, moteur du progrès ? : 120 clés pour comprendre les énergies, Paul Mathis, 2014, Éditions Quae, coll. Clés pour comprendre, 175 p., 9782759222575

L’énergie, c’est compliqué ! Cela concerne les spécialistes et les politiciens ! Ce livre va nous montrer le contraire… Pourquoi ? Parce que nous sommes tous amenés à nous poser des questions sur l’énergie : Ce siècle sera-t-il l’âge d’or du gaz ? Les déchets, un nouveau pétrole vert ? Pourquoi le gazole est-il moins taxé que l’essence ? … Que nous soyons un citoyen, une collectivité territoriale ou une entreprise, les réponses de ce livre nous permettront d’y voir plus clair. L’auteur répond aux questions que chaque citoyen, les collectivités territoriales ou les entreprises peuvent se poser au sujet des énergies : le gaz, la valorisation des déchets, le gazole et l’essence, etc.

3- Alex et la magie des nombres : un nouveau voyage au pays des mathématiques, Alex Bellos, Ill. de The surreal McCoy, 2015, Éditions Robert Laffont, 365 p., 9782221145173

Alex Bellos sait l’exaltation que l’esprit humain peut éprouver à découvrir les mathématiques – et aussi à les inventer. Dans ses livres, par sa passion et son talent, il nous embarque pour un voyage en ce royaume aussi beau qu’utile. Et aussitôt, les surprises abondent… Vous aimez le chiffre 7 ? Normal, il est le préféré de la plupart d’entre nous. C’est ainsi, nous avons des sentiments envers ces créations purement humaines que sont les nombres. Nous avons une inclination pour les nombres premiers, et les impairs, mais sommes nombreux à éviter le 13, à moins de le trouver – à l’inverse – fascinant ! De même que les paraboles, les hyperboles, les fractales ou toutes ces courbes sous-tendues par des équations, elles aussi attirantes ou… repoussantes. Alex et la magie des nombres se met à la portée de tous. Non sans humour. Et il pourrait en réconcilier plus d’un avec les cercles, les triangles, la trigonométrie, les mystérieux nombres imaginaires ou les exponentielles… On y croise des esprits remarquables, les «professeurs Calculus» de la Grèce antique – Pythagore ou Archimède -, mais aussi de la Renaissance et de notre temps, tel Cédric Villani, lauréat de la médaille Fields.

 ex-aequo

3 minutes pour comprendre la grande théorie du big bang, Grichka et Igor Bogdanoff, 2015, Éditions Le Courrier du livre, coll. 3 minutes pour comprendre, 183 p., 9782702911211

Présentation des 60 faits éclairant la théorie du big bang et sa découverte, illustrée de nombreuses photographies dont certaines issues de la photothèque personnelle des frères Bogdanov, et accompagnée d’un CD dans lequel ils racontent la création de l’univers.

Les grands noms de la science, Pete Moore et Mark Frary, 2015, Éditions de l’Homme, 128 p., 9782761941280

En quoi consiste la théorie quantique ? Qui a découvert les rayons X ? Quel chercheur a perfectionné l’art de la dissection ? Des premières études datées des débuts de notre ère aux conclusions les plus récentes, cet ouvrage recense les recherches et les découvertes qui ont exercé une influence marquante dans le domaine scientifique. Découvrez cinquante grands esprits, dont les célèbres Nicolas Copernic et Marie Curie, à l’origine de découvertes ayant transformé notre compréhension de l’univers fascinant de la science. Des notions variées, telles que l’électromagnétisme, la théorie de la relativité, les composés organiques et la pathologie cellulaire, sont abordées au moyen de textes concis, accessibles et solidement documentés. Nul doute, ce survol enrichissant du domaine des sciences est l’outil tout indiqué pour éveiller l’esprit scientifique qui sommeille en vous !

Un si brillant cerveau : les états limites de conscience, Dr Steven Laureys, 2015, Éditions Odile Jacob, 293 p., 9782738131768

Une synthèse sur l’état de conscience et le fonctionnement du cerveau. Le neurologue présente également les dernières avancées scientifiques et techniques concernant la prise en charge des patients sortant d’un coma : méthodes d’évaluation, traitements et technologie appropriée, stimulation magnétique transcrânienne.

Sciences sociales et humaines

1- La fin des vaches sacrées : réflexions sur l’avenir du Québec, Claude Castonguay, 2015, Éditions La Presse, 208 p., 9782897053192

Quel héritage laisserons-nous aux générations montantes? Pourquoi le modèle québécois est-il devenu dysfonctionnel? Quelles leçons doit-on tirer des événements qui ont façonné notre histoire? Dans La fin des vaches sacrées, Claude Castonguay répond à ces questions et présente un ensemble d’orientations novatrices, susceptibles de relancer un Québec en perte de vitesse. Selon l’auteur, acteur important de la société québécoise depuis plus de 50 ans, il est maintenant temps de s’engager dans un réalignement majeur sur les plans social, économique et financier.

2- Tout peut changer : capitalisme et changement climatique, Naomi Klein, 2015, LUX Éditeur, coll. Futur proche , 650 p., 9782895961932

Oubliez tout ce que vous croyez savoir sur le réchauffement climatique. La « vérité qui dérange » ne tient pas aux gaz à effet de serre, la voici : notre modèle économique est en guerre contre la vie sur Terre. Au-delà de la crise écologique, c’est bien une crise existentielle qui est en jeu – celle d’une humanité défendant à corps perdu un mode de vie qui la mène à sa perte. Pourtant, prise à rebours, cette crise pourrait bien ouvrir la voie à une transformation sociale radicale susceptible de faire advenir un monde non seulement habitable, mais aussi plus juste. On nous a dit que le marché allait nous sauver, alors que notre dépendance au profit et à la croissance nous fait sombrer chaque jour davantage. On nous a dit qu’il était impossible de sortir des combustibles fossiles, alors que nous savons exactement comment nous y prendre – il suffit d’enfreindre toutes les règles du libre marché : brider le pouvoir des entreprises, reconstruire les économies locales et refonder nos démocraties. On nous a aussi dit que l’humanité était par trop avide pour relever un tel défi. En fait, partout dans le monde, des luttes contre l’extraction effrénée des ressources ont déjà abouti et posé les jalons de l’économie à venir. Naomi Klein soutient ici que le changement climatique est un appel au réveil civilisationnel, un puissant message livré dans la langue des incendies, des inondations, des tempêtes et des sécheresses. Nous n’avons plus beaucoup de temps devant nous. L’alternative est simple : changer… ou disparaître. Tant par l’urgence du sujet traité que par l’ampleur de la recherche effectuée, l’auteure de No Logo et de La Stratégie du choc signe ici son livre le plus important à ce jour.

3- Les barbares : essai sur la mutation, Alessandro Baricco, 2015, Éditions Gallimard, 223 p., 9782070131693

Entre sérieux et humour, cette réflexion contribue au débat sur l’avenir de la culture. L’écrivain essaie de comprendre qui sont ces barbares aujourd’hui, comment ils procèdent, quelle est leur logique, leur mode de fonctionnement, les dégâts qu’ils ont causés et les leçons à en tirer.

ex-aequo

Seize journalistes canadiennes, à l’été 1904, font le voyage en train pour visiter la Foire universelle de Saint-Louis. Au cours de ces dix jours riches en péripéties, elles fondent le Canadian Women’s Press Club (CWPC), premier du genre au pays. S’appuyant sur des lettres et des entrevues, mais surtout sur les articles de journaux produits dans le sillage de l’événement, Linda Kay dresse un portrait saisissant de ces femmes qui avaient en commun de n’avoir que peu de droits civiques, et met en lumière les divergences culturelles entre les membres francophones et anglophones du groupe. À la faveur d’une analyse minutieuse des prises de position individuelles et des dynamiques collectives, elle évoque avec brio les luttes menées par ces femmes, et nous permet de mesurer l’ampleur du chemin parcouru. Linda Kay est professeure au Département de journalisme de l’Université Concordia.

4- Dans la peau d’une djihadiste : enquête au coeur des filières de recrutement de l’Etat islamique, Anna Erelle, 2015, Éditions Robert Laffont, 262 p., 9782221156858

Enquête dans un réseau fondamentaliste musulman recrutant de jeunes Françaises pour faire le djihad en Syrie. La journaliste raconte comment au printemps 2014 sous une fausse identité elle est entrée en contact avec un terroriste français basé en Syrie.


10 avril 2015  par nos libraires

Je me souviens – Centenaire du génocide arménien : 1915 – 2015

Une importante communauté arménienne s’est implantée depuis fort longtemps dans notre quartier du nord de Montréal, Ahuntsic-Cartierville, ainsi qu’à Saint-Laurent et à Laval. Plusieurs de nos fidèles lecteurs sont donc d’orgine arménienne. Ils nous ont appris, par leurs demandes et leurs sélections, à découvrir cette culture millénaire fort riche ainsi que les souffrances que le peuple arménien a subi il y a cent ans.

Nous aimerions rendre hommage à la communauté arménienne de Montréal en vous présentant ces essais et oeuvres littéraires qui témoignent du génocide arménien, un épisode tragique de l’Histoire du XXe siècle. Je me souviens

L’Arménie, sa culture et son histoire

L’Arménie d’antan : l’Arménie à travers la carte postale ancienne : collections privées, Yves Ternon et Jean-Claude Kebabdjian, 2010, Éditions HC, coll. D’Antan, 123 p., 9782357200227

À travers la narration d’un orphelin sur les sentiers de l’Arménie, cette fiction se veut le journal du peuple arménien. Avec près de 400 cartes postales du début du XXe siècle, une évocation de l’Arménie et de son histoire : au coeur de l’Arménie historique, la présence arménienne en Anatolie de l’Est, l’Arménie du Caucase…

Arménie : entre Orient et Occident : trois mille ans de civilisation, sous la direction de Raymond H. Kevorkian, 1996, Bibliothèque nationale de France, 255 p., 9782717719673

L’histoire des échanges intellectuels, matériels et diplomatiques sur trois millénaires. Portant sur des thèmes similaires des regards différents, sont présentés en parallèle documents orientaux et occidentaux. Une typologie des voies empruntées par les courants de pensée, les croyances, les mouvements littéraires, les produits commerciaux ou les conceptions politiques…

Arménie : impressions d’une civilisation, sous la direction de Gabriella Uluhogian, Boghos Levon Zekiyan et Vartan Karapetian, 2012, Éditions Skira, 406 p., 9788857212456

Arménie, terre de « pierres hurlantes » et de réminiscences bibliques, de roches rugueuses gravées de motifs de dentelle et de sommets éternellement enneigés, d’idéals ardents et de luttes visionnaires, est la patrie de l’un des peuples les plus antiques du Proche Orient, porteur d’un patrimoine de culture, d’art et de civilisation bien supérieur à l’étendue de sa population, de son territoire et de son pouvoir politique. Hayastnn, yerkir drakhtavayr : « Arménie, terre paradisiaque », un clair rappel du récit biblique des origines, est un concept profondément enraciné dans l’âme arménienne. L’immense dôme de l’Ararat est le point de repère omniprésent de son imaginaire. Le culte de la lumière, qui depuis l’Antiquité la plus reculée s’est exprimé sous les formes les plus diverses, imprègne également la liturgie arménienne chrétienne avec une ardeur très particulière. L’architecture arménienne aux formes pures, à la coupole unique, exempte de toute « rhétorique » de manière et de style, dominée par une tension à la verticalité vertigineuse, est l’expression plastique la mieux réussie de la spiritualité arménienne. Le khatchkar, figure singulière et typique de la sculpture décorative, est le couronnement de ces caractéristiques de par son rapport avec les éléments primordiaux : la pierre-roche, la stabilité du cosmos et la terre de laquelle jaillit l’Arbre de vie. Tout au long de leur histoire, les Arméniens ont fait preuve d’un attachement particulier pour leur langue, qualifiée de metsask’anch’, la « toute merveilleuse ». Le livre, qu’il soit manuscrit ou imprimé, est le « lieu » par excellence où la langue et l’écriture durent dans le temps, et les Arméniens ont toujours privilégié cet objet, y voyant également la garantie que leur mémoire se perpétuera à tout jamais.

Arménie, la magie de l’écrit. sous la direction de Claude Mutafian, 2007, Éditions Somogy/Musées de Marseille, 431 p., 9782757200575

Jusqu’au début du Ve siècle, la langue arménienne était simplement parlée, et la communication écrite se faisait en grec ou en syriaque. Un moine créa alors un alphabet, encore utilisé de nos jours, et une « fureur d’écrire » s’empara des Arméniens et ne les quitta jamais. L’écrit demeure plus qu’une composante essentielle de la culture arménienne : une valeur sacrée. Ainsi vit-on lors du génocide de 1915 des personnes analphabètes risquer leur vie pour sauver un manuscrit. Coïncidant avec le 1600e anniversaire de la création de l’alphabet arménien et l’année de l’Arménie en France, cet ouvrage est l’occasion de découvrir cette « culture de l’écrit », en retraçant son évolution sur divers supports, depuis la pierre ou le parchemin jusqu’au tapis ou au cuir, tant du point de vue archéologique que dans une perspective historico-culturelle.

Arméniens : le temps de la délivrance, Gaïdz Minassian, 2015, CNRS Éditions, coll. Histoire, 527 p., 9782271079268

Jamais le débat autour du génocide des Arméniens de 1915 n’a été aussi acerbe que ces dernières années entre défenseurs et opposants aux lois dites « mémorielles ». Pourquoi cette question suscite-t-elle tant de passions ? Analyse approfondie de l’histoire et de la mémoire arméniennes, cet ouvrage explore les spécificités d’un peuple dont l’identité nationale ne peut pas se construire à partir du seul génocide. L’histoire a commencé avant et s’est poursuivie après. L’auteur appelle ainsi les Arméniens à désacraliser 1915 afin de libérer la pensée et désinhiber les comportements collectifs. Par le passé, les empires successifs ont, en effet, empêché l’Arménie de développer une tradition de souveraineté au sein d’un territoire dont les frontières étaient trop mouvantes pour constituer un État aux fondations durables. Et la religion s’est souvent substituée à celui-ci pour organiser la société et nourrir une vision mythifiée d’une nation multiséculaire. Comment sortir de ces logiques de domination ? S’affranchir de la mémoire, se délivrer du poids du passé et devenir le sujet de son propre destin : tels sont les enjeux actuels du peuple arménien.

Histoire de l’Arménie : des origines à nos jours, Annie Mahé et Jean-Pierre Mahé, 2013, Éditions Perrin, coll. Pour l’Histoire – Synthèses historiques, 752 p., 9782262026752

L’Arménie est une nation «à la lisière des mondes», sur la ligne de partage entre les grandes civilisations de l’Orient méditerranéen et de l’océan Indien. Appréhender la réalité d’un pays dont les frontières ont été si variables, montrer la continuité de sa culture nourrie par tant d’influences étrangères, la personnalité d’une nation dispersée aux quatre coins du monde au cours des âges, tel est le défi de cette histoire de l’Arménie. Quinze chapitres, depuis les premières monarchies jusqu’à l’actuelle république, en passant par les invasions, le génocide et l’époque soviétique, composent ce récit enrichi au fil des pages d’émouvants témoignages qui croisent des archives toujours passionnantes. Mais le pays d’Ararat a connu, depuis Noé, plusieurs déluges et plusieurs renaissances successives. Loin d’engloutir le passé, ces cataclysmes l’ont gravé dans les couches les plus profondes de la conscience d’un peuple à l’identité singulière, resté fidèle à lui-même malgré les vicissitudes des siècles.

Le génocide arménien

Le crime de silence : le génocide des Arméniens, sous la direction de Gérard Chaliand, 2015, Éditions de L’Archipel, 350 p., 9782809816211

Il y a cent ans, d’avril 1915 à juillet 1916, était perpétré le génocide du peuple arménien par les nationalistes jeunes-turcs. L’Empire ottoman, alors en guerre au côté des puissances centrales, les accuse d’avoir pactisé avec les Russes et de se rebeller contre Constantinople, trouvant là l’occasion de régler la « question arménienne ». Sous prétexte de déplacer la population arménienne loin du front, commencent des opérations de déportation et de massacre systématique : plus d’un million d’êtres exterminés, les deux tiers des Arméniens de Turquie.
Ce n’est qu’en 1984, après un demi-siècle de silence, que ce crime imprescriptible était porté à la connaissance de l’opinion mondiale par le Tribunal des peuples, à Paris. Reconnu par les Nations unies l’année suivante, puis par le Conseil de l’Europe, le génocide des Arméniens ne l’est pas par la Turquie, et demeure un sujet de friction entre Istanbul et l’Europe. Ce livre reprend les contributions au colloque, signés des plus grands spécialistes de la question (Yves Ternon, Pierre Vidal-Naquet…) et inclut une nouvelle préface.

Détruire les Arméniens : histoire d’un génocide, Mikaël Nichanian, 2015, Presses universitaires de France, 272 p., 9782130626176

Premier génocide du XXe siècle, l’extermination des Arméniens d’Anatolie est aussi le seul à n’être pas reconnu à ce jour par l’État qui l’a perpétré, cent ans après les faits. En pleine guerre, la destruction des populations arméniennes et assyro-chaldéennes s’inscrivait au coeur d’un vaste programme de « turquification » à marches forcées de l’Anatolie. Suppression des Arméniens et déplacements de certaines populations musulmanes poursuivaient un même but : faire de la Turquie une nation homogène et moderne. L’observation de cette « révolution nationale » à l’oeuvre en Anatolie a ainsi inspiré au juriste Raphaël Lemkin une réflexion sur les crimes de masse et l’invention du terme de « génocide », qui trouve sa consécration en droit international en 1948. À l’heure où le processus de négociation avec la Turquie pour une adhésion à l’Union européenne est enclenché, il est utile de revenir sur cette première tentative de « modernisation » lancée par les Jeunes-Turcs, car l’analyse de ses mécanismes demeure une nécessité pour prévenir leur répétition.

Mémoire de ma mémoire : récit, Gérard Chaliand, 2014, Éditions du Seuil, coll. Points, 107 p., 9782757832806

L’auteur raconte le passé de sa famille d’origine arménienne, la mémoire de sa mémoire, qui a fui la Turquie au moment du génocide de 1915. Il retrace ces moments, qu’il a longtemps gardés en lui, avec une rigueur d’historien.

Mémorial du génocide des Arméniens, sous la direction de Raymond H. Kévorkian et Yves Ternon, 2014, Éditions du Seuil, 498 p., 9782021139402

En 1970, le chancelier allemand Willy Brandt s’agenouillait devant le mémorial du ghetto juif de Varsovie. En 1986, les États-Unis ont fait des excuses aux citoyens américains d’origine japonaise internés collectivement après l’attaque sur Pearl Harbor (1941). En 1990, l’URSS reconnaissait que les massacres de Katyn (1940) perpétrés contre des milliers d’officiers polonais avaient été commis par le régime stalinien. En 1993, par la déclaration de Kono, le Japon présentait des excuses à la Corée pour l’usage forcé durant la Seconde Guerre mondiale de plusieurs centaines de milliers de «femmes de confort». En 2010, le Premier ministre britannique, David Cameron, s’excusait en Irlande parce que, lors du Bloody Sunday (1972), les forces de l’ordre britanniques avaient tiré sur une manifestation pacifique de catholiques. Tous ces États admettent leur responsabilité. Seule la Turquie, qui s’est fondée sur un crime de masse, présente un siècle après les faits ses condoléances aux «petits-enfants» des victimes en omettant de mentionner que l’anéantissement de la population arménienne a été organisé par le gouvernement jeune-turc. Livre de référence organisé chronologiquement, le Mémorial a pour ambition de refléter la totalité des connaissances actuelles sur le génocide des Arméniens. Accompagné de photos, de cartes et de tableaux, il rassemble des centaines de textes de l’époque, officiels ou privés, accompagnés des commentaires et analyses des auteurs.

On cogne à la porte : voyage à travers les ténèbres du génocide arménien, Margaret Ajemian Ahnert, 2015, Éditions JC Lattès, 319 p., 9782709646055

À 15 ans, Ester, chassée de sa maison et séparée de sa famille d’accueil lorsque l’armée turque lance les hostilités contre les Arméniens catholiques, entame une marche forcée loin de sa ville d’origine, Amasia. Sa fille Margaret, née à New York, raconte son histoire et celle du génocide, les horreurs perpétrées, les rencontres et l’espoir, jusqu’à son exil en Amérique.

Littérature d’Arménie

Le crépuscule des fourmis, Zavèn Bibérian, 2012, Éditions MetisPresses, 462 p., 9782940406418

Dans l’Istanbul des années 1940-1950, encore marquée par la mémoire impériale et par la diversité des groupes et des cultures de la Constantinople ottomane, Bared, un jeune Arménien, rentre du service militaire qu’il a effectué pendant la Seconde Guerre mondiale. L’apprentissage de la vie d’adulte le confronte à la désagrégation de ses valeurs et fait de lui un anti-héros.

David de Sassoun : épopée en vers, traduit de l’arménien par Frédéric Feydit, préface de Joseph Orbéli, 1989, Éditions Gallimard, coll. Connaissance de l’Orient. Série Caucase, 406 p., 9782070716456

Cette épopée est populaire par son origine et par sa forme, mais elle présente toutes les qualités d’une oeuvre littéraire. Harmonieux mélange de mythologie, de merveilleux, d’esprit chevaleresque, de morale sociale et de respect du prochain, alliant la chanson de geste, le drame et la satire, elle reflète toute la vie du peuple arménien.

Glissement de terrain, Vahram Martirosyan, 2007, Éditions L’Instant même, 204 p., 9782895022367

D’abord ce «glissement de terrain» qui vous arrache un homme, une maison, un quartier sans crier gare. Ici ou là, la terre s’effondre, signe visible de la gangrène qui travaille et pourrit tout un pays. En surface, les vivants vivent la déroute au jour le jour. Ça les mine, ça les anime aussi.

L’imbécile : nouvelle, Vahram Martirosyan, Édition bilingue français-arménien, 2011, Éditions L’Asiathèque / Maison des langues du monde, 133 p., 9782360570119

Longue nouvelle fantastique et philosophique où un groupe de personnages est réuni dans une grotte au sommet d’une montagne pour être reçu par Dieu. Ils ont des explications ou de l’aide à demander. Le narrateur en ressort avec la sensation d’avoir tout perdu à Le chercher.

Journal de déportation, Yervant Odian, 2010, Éditions Parenthèse, coll. Diasporales,407 p., 9782863641965

Écrivain et journaliste connu, Y. Odian est déporté en septembre 1915 avec ses compatriotes arméniens vers des camps du désert de Syrie. Revenu à Istanbul en 1918, il décrit ce voyage en enfer, témoignant au nom des anonymes disparus, des massacres perpétués par les Turcs au cours de ces années. Un récit à la fois distancié, précis et dépouillé.

Jours de cendres à Istanbul, Berdjouhi, 2004, Éditions Parenthèse, coll. Diasporales, 224 p., 9782863641224

Une nuit, six cents intellectuels arméniens sont arrêtés dans les quartiers d’Istanbul. Cette rafle du 24 avril marque le début du génocide de 1915. Berdjouhi (1889-1941) fait partie alors de ces jeunes épouses attendant en vain le retour de déportation et vivant seule avec son enfant. Ce texte publié en 1930 décrit la vie quotidienne à cette période dans l’ancienne capitale ottomane.

Que la lumière soit, Parouïr Sévak, 1988, Editions Parenthèses, 200 p., 9782863640401

L’auteur est une des principales figures de la littérature arménienne contemporaine.

Vidures, Denis Donikian, 2012, Éditions Actes Sud, 360 p., 9782330001582

Cette journée-là contient toute une vie, face au mont Ararat, sous le bleu du ciel et le rire des mouettes, les pieds dans la boue, entre une immense décharge et un cimetière. Poète contrarié, journaliste-pamphlétaire clandestin, perdant magnifique, fils en fugue, orphelin inconsolable, chiffonnier de fortune dans cette Arménie en ruine qui ressemble diablement à sa décharge, un nommé Gam’ conduit cette danse folle, dangereuse et salvatrice, épique et dérisoire : la traversée d’un jour parmi les sans-rien qui fouillent les entrailles de la ville pour en faire leur festin. Et Gam’ nous prête ses yeux, ses oreilles et ses sens pour appréhender une réalité de fable ou de mauvaise blague historique aussi invraisemblable que réaliste, aussi anachronique qu’actuelle. Vidures prend tout un peuple, tout un pays au collet pour sonner le réveil des damnés de l’Histoire. Avec une rage pleine d’amour pour ses semblables si constitutivement vaincus, une lucidité acérée, l’humour des dépossédés et un sens de la fête proche de l’instinct de survie, Denis Donikian dresse un diagnostic sans appel – mais pas sans espoir. Car tant qu’on racontera leur histoire, il y aura des hommes pour se lever et, vent debout, faire advenir des lendemains libres et dignes. C’est le pari de la littérature que de vouloir le croire.

L’Arménie racontée aux jeunes

Anouche ou La fin de l’errance : de l’Arménie à la vallée du Rhône, Valentine Goby et Philippe De Kemmeter, 2011, Éditions Autrement Jeunesse, 79 p., 9782746714601

En 1915, Anouche et sa mère sont contraintes de quitter leur Arménie natale, cible des massacres perpétrés par le gouvernement turc. Après une longue et terrible errance, elles parviennent à embarquer sur un navire pour la France. Avec, en fin d’ouvrage, un dossier sur l’histoire de l’Arménie.

Loin de chez moi : histoire d’une jeune Arménienne, David Kherdian, 1991, Éditions L’Ecole des loisirs, coll. Médium poche, 349 p., 9782211045155

Loin de chez moi, raconte l’histoire de Veron Dumehjian, jeune Arménienne, née à Azizya, en Turquie, avant la Première Guerre mondiale. En 1916, le ministre turc Talât Pacha ordonne par décret l’extermination totale des Arméniens de Turquie.  » Un terme doit être mis à leur existence par tous moyens, même extrêmes. Il ne faudra tenir aucun compte ni de l’âge, ni du sexe, ni d’aucun scrupule de conscience …  » Comme des milliers d’autres déportés, Veron part avec sa famille, vers la Syrie d’abord, échappant de peu aux massacres, puis vers Smyrne.  » Avant « , dit-elle,  » je n’avais jamais pensé que je n’étais pas chez moi à Azizya, ni qu’il pouvait exister des conflits entre les gens parce que certains étaient chrétiens et d’autres musulmans. « . Terrible histoire que celle qui fait de Veron, enfant très gaie, toujours disposée au bon côté des choses, une jeune fille grave et simple. Et chronique terriblement émouvante que celle des épreuves subies par une jeune Arménienne, qui va devenir américaine d’adoption.

Medz Yeghern, le grand mal, Paolo Cossi, 2012, Éditions Dargaud, 100 p., 9782505007685

Ce récit évoque le génocide arménien de 1915 : les faits, les dates, le nombre de morts, mais également la complexité de la tragédie à travers l’histoire croisée de plusieurs personnages.

Mémé d’Arménie, Farid Boudjellal, 2007, Éditions Futuropolis, 56 p., 9782754800532

Toulon, en 1960 pendant la guerre d’Algérie. L’arrivée de la grand-mère d’Algérie change le cours de la vie de Mohmoud : la famille Slimani va fêter Noël cat Mémé d’Arménie est chrétienne. Le petit garçon va également découvrir peu à peu la tragédie de la famille et du peuple arméniens. Avec un dossier sur la tragédie arménienne.

La reine Anahide : conte d’Arménie, adaptation d’Hugues Beaujard, d’après un conte original de Ghazaros Aghayan, illustrations de Séta Papazian, 2008, Les éditions du Bonhomme vert, 39 p., 9782916196121

Il était une fois, en Arménie, un prince nommé Vatchakan. Il avait suivi l’enseignement du moine Mesrop et rêvait de se retirer dans un monastère pour se consacrer à l’étude. Mais comme il était le seul héritier du trône, Vatché, son père, insistait pour qu’il se marie. Souvent, pour ne plus avoir à entendre les suppliques de son père, il partait chasser de bonne heure avec son serviteur.

Un rubis pour le roi : contes et merveilles d’Arménie, Marig Ohanian, illustrations d’Édouard Lekston, 2005, Éditions L’Harmattan, coll. La Légende des mondes, 70 p., 9782747583466

Contes et Merveilles d’Arménie. Il était une fois… un rubis pour le Roi… Les Trois Voeux de Grison… et Adrian et les Ours… des contes féeriques pour les petits et pour les grands qui les entraîneront dans un monde irréel et fabuleux : « … en ce temps – là, un gros ours au pelage couleur châtaigne, son ourse et leur ourson vivaient heureux au coeur d’une forêt profonde… La famille ours s’entendait bien avec tous les animaux de la forêt, mais la meilleure amie de l’ourson était une petite chèvre qui broutait près d’une jolie maisonnette, prolégée par une rivière peuplée d’innombrables poissons aux reflets de lune et d’argent… » Par ces temps de gravité et de sérieux, il fait bon retrouver son enfance et rêver les yeux ouverts à ces histoires « à dormir debout », ainsi parlait Henri Verneuil du monde imaginaire des contes dont il aimait l’enchantement.

Découvrir l’Arménie

Cet essai regroupe des documents du XIXe siècle issus des archives photographiques de la Société de géographie et des photos familiales de la période soviétique. Récits et illustrations permettent de mieux connaître ce petit pays devenu indépendant en 1991 en faisant le lien avec les années post-soviétiques et les actuels conflits socio-politiques de la région.

100 recettes de cuisine arménienne, Gérard Markarian, 2010 (NE), Éditions Grancher, 111 p., 9782733911044

Des recettes traditionnelles d’Arménie : potage au yaourt et au riz, beureks à la viande, sauté d’agneau aux coings, maquereaux fumés aux noix, dolmas au chou à la viande, blé pilaf à la tomate, pains au yaourt, etc.

La cuisine arménienne, Nathalie Maryam Baravian, illustrations Rémy Sirope de Martiros Sarian, 2007, Éditions Actes Sud, 156 p., 9782742766727

Reflet d’une culture trimillénaire, la cuisine arménienne est sans doute l’une des plus anciennes du monde. Elle témoigne de l’histoire mouvementée du peuple arménien à la croisée des empires et de sa circulation au long des siècles, bien avant la grande dispersion consécutive au génocide de 1915. La proximité séculaire des cultures turque, arabe, grecque et arménienne dans l’Empire ottoman, l’exil vers les pays du Moyen-Orient, le Liban, la Syrie…, le contact avec la Russie se sont traduits par les saveurs métissées d’une cuisine qui a su pourtant préserver sa singularité grâce à la transmission par les femmes de plats partagés par tous les Arméniens et de pratiques culinaires particulières revisitées notamment à l’occasion des fêtes religieuses chrétiennes. Ethnoculturel et autobiographique, le livre de Nathalie Maryam Baravian contient l’essentiel des recettes de cette remarquable cuisine recueillies le plus souvent par sa grand-mère, des souvenirs ainsi que des témoignages extérieurs de voyageurs du passé ou d’écrivains contemporains, le tout abondamment illustré par des documents, des dessins originaux de Rémy Sirope et, exceptionnellement, des reproductions de tableaux et de dessins du grand peintre Martiros Sarian. Cerise sur le gâteau, c’est vraiment le cas de le dire, il est agrémenté d’une chaleureuse préface d’Alaa El-Aswany, l’auteur de L’Immeuble Yacoubian. On souscrira volontiers à son propos : « Ce livre n’est pas seulement un livre de recettes… il nous rend plus proche de l’âme arménienne. »

L’Arménie vue du Québec

Habiter l’Arménie au Québec : ethnographie d’un patrimoine en diaspora, Marie-Blanche Fourcade, 2011, Presses de l’Université du Québec, coll. Patrimoine urbain, 281 p., 9782760526532

La vie de la diaspora arménienne est, d’une manière générale, bien connue dans ses aspects historiques et géopolitiques ; la littérature scientifique est riche à ce sujet. Peu d’études en revanche se consacrent au quotidien des communautés. Pour éclairer les enjeux de cette vie diasporique à l’échelle de l’individu, Marie-Blanche Fourcade a investigué le « petit » patrimoine familial exposé dans cet espace privé et intime qu’est la maison, afin de cerner la relation organique existant entre le patrimoine et l’identité en contexte de mobilité. Son enquête approfondie auprès de 19 Arméniens de Québec et de Montréal lui a permis d’étudier plus de 500 objets en regard de leur inscription dans l’espace domestique, de leur histoire et de leur valeur symbolique, ainsi que de leur rôle dans le processus identitaire. Car, nous rappelle cette ethnologue du patrimoine, si les personnes construisent les objets, les objets aussi construisent les personnes.

Le rêve de l’Arménie, Mona-Marianne Marikian, 2007, Éditions au Carré, 284 p., 9782923335148

Peu, sinon rien, n’aura été écrit sur le sort de ces survivants du génocide arménien qui, après avoir réussi à se recréer une vie à l’étranger, succombèrent à la propagande soviétique d’après-guerre qui les invitait à revenir au pays d’origine. Un sort tragique, car ces revenants devaient découvrir dans leur mère patrie le cauchemar de la misère et l’omniprésence de la dictature et du goulag.  La famille Marikian, réfugiée en Égypte depuis le génocide, devait céder à cette utopie et reprendre le chemin de l’Arménie. La dure réalité qui les y attendait convainquit vite le chef de famille de leur tragique erreur. Une tentative ratée de fuite avec sa famille vers l’étranger devait conduire le malheureux père au goulag, d’où il ne devait sortir que lors de la première phase de libéralisation de l’URSS. Avec l’aide de membres de la famille qui avaient résisté aux chants des sirènes, les expatriés purent finalement prendre le chemin du Canada.

Pour commander ces livres via notre site monet.leslibraires.ca, veuillez cliquer sur les titres sélectionnés.

 À l’occasion de la commémoration du centenaire du génocide arménien, de nombreuses publications sont annoncées dans les prochains mois. Vous  pourrez les retrouver à la Librairie Monet et sur notre site.



© 2007 Librairie Monet