Le Délivré

Archive pour la catégorie ‘▪ Essais et documents’


22 juin 2016  par nos libraires

Nos lectures d’été – Romans, poésie et essais québécois

Les vacances, qu’elle soient longues ou (trop) brèves, sont l’occasion de reprendre le fil de nos découvertes littéraires. Trève d’actualité abrutissante, c’est le temps idéal pour laisser libre cours à son imaginaire ou pour prendre un moment de réflexion salutaire…

Romans québécois

Suggestions de Valérie Faubert

La chambre Neptune, de Bertrand Laverdure, 2016, Éditions La Peuplade, 220 p., 9782924519165

« La chambre Neptune déplie un univers agonique : la longue agonie d’une civilisation et celle, courte, d’une jeune fille de onze ans. Se trace la relation clairvoyante entre Sandrine et son/sa médecin traitant/e, Tirésias. Par la grande maîtrise de son art, Bertrand Laverdure aborde avec humanisme tout ce qui entoure la mort prématurée d’un enfant, les émotions finales, la douleur qui nous invente et nos deuils perpétuels. Ce roman poétique invite à voir et à entendre les notes de la mélodie temporelle, la vie comme une partition. La chambre Neptune explore les arcanes de l’identité, ses rapports au pouvoir et la mélancolie qui en résulte. C’est en fait un ample puncto reflexionis, l’image d’un ultime sas avant une incontournable transition. »

Madame Victoria, de Catherine Leroux, 2015, Éditions Alto, 208 p., 9782896941926

« À l’été 2001, un squelette apparaît à l’orée d’un petit bois, à quelques pas de l’Hôpital Royal Victoria à Montréal. Une enquête s’amorce, qui deviendra une quête : découvrir l’identité de cette femme morte sans bruit. Mais toutes les pistes mènent à l’impasse ; celle qu’on a baptisée madame Victoria continue d’attendre que quelqu’un prononce son nom. Aujourd’hui, la fiction prend le relais. À partir d’une série de portraits de femmes, Catherine Leroux décline les vies potentielles de son héroïne avec une grande liberté. D’abord nettes comme le jour, ses hypothèses plongent de plus en plus loin dans l’imaginaire, comme des flèches filant vers un point où la mémoire et l’invention se confondent, vers un minuit où tout est possible, jusqu’au dernier souffle. »

Nirliit, de Julianna Léveillé-Trudel, 2015, Éditions La Peuplade, 184 p., 9782924519073

« Une jeune femme du Sud qui, comme les oies, fait souvent le voyage jusqu’à Salluit, parle à Eva, son amie du Nord disparue, dont le corps est dans l’eau du fjord et l’esprit, partout. Le Nord est dur – « il y a de l’amour violent entre les murs de ces maisons presque identiques » – et la missionnaire aventurière se demande « comment on fait pour guérir son cœur ». Elle s’active, s’occupe des enfants qui peuplent ses journées, donne une voix aux petites filles inuites et raconte aussi à Eva ce qu’il advient de son fils Elijah, parce qu’il y a forcément une continuité, une descendance, après la passion, puis la mort. Juliana Léveillé-Trudel livre un récit d’amour et d’amitié beau et rude comme la toundra. Nirliit partage la « beauté en forme de coup de poing dans le ventre » qu’exhale le Nord. »

Corps Conducteurs, de Sean Michaels, 2016, Éditions Alto, 392 p., 9782896942091

« Où je cherche le coeur de Clara Rockmore,mon seul et unique amour, la plus grande joueusede thérémine que le monde connaîtra jamais. L’apocalypse surviendrait qu’il ne s’en rendrait pas compte. Séquestré dans une cabine du Stary Bolchevique voguant vers Leningrad, un inventeur écrit une missive à Clara, son aimée. Scientifique, espion, musicien, maître de kung-fu et prisonnier, Léon Thérémine est avant tout amoureux. Comme les notes de l’invention qui porte son nom, les mots qu’il adresse à celle qu’il aime voyagent dans les airs, traces éthérées de son coeur déchiré entre la Russie et New York, Carnegie Hall et le goulag, la science et l’inexpliqué. Avec la maestria d’un virtuose, le montréalais Sean Michaels mêle l’histoire et la légende dans ce premier roman couronné par le prix Giller. Plus qu’un concerto pour coeur seul, Corps conducteurs montre que l’amour, comme la musique, est une puissante invention. »

Poésie québécoise

Suggestions de Caroline Scott

Déjà la horde de chair se tait, d’Ariane Audet, 2016, Éditions de l’Hexagone, 104 p., 9782896480920

« Déjà la horde de chair se tait est une dissection de la violence au féminin; celle à laquelle on est soumise, et celle que l’on s’inflige à soi-même. Composé comme une adresse, le recueil rend compte sobrement de la douleur de libérer ce qui a toujours été tu. » – A. Audet

Frayer, de Marie-Andrée Gill, 2015, Éditions La Peuplade, 80 p., 9782924519059

Tailler l’histoire, remonter les mémoires, observer les courses et les égarements de la fraie : l’écriture de Marie-Andrée Gill est là dans toute sa splendeur. Du haut du rempart devant le lac – le Piekuakami –, elle replonge dans les instants confondants de l’adolescence vécue dans la réserve, à chercher à quoi ressembler, « quoi faire de sa peau ». Par sa poésie délinquante, Marie-Andrée Gill transvase les contrastes qui définissent la communauté ilnue qui l’a vue grandir. Puisque nos morts ne s’envolent pas, elle retrace les cicatrices pour éventuellement chasser la douleur, revient au « village qui n’a pas eu le choix ».

La forme du jour, d’Élise Turcotte, 2016, Éditions du Noroît, 88 p., 9782897660147

« Qu’est-ce que le temps, sinon l’ensemble des consciences embrassées en un seul mouvement, et qu’est-ce qu’écrire, sinon donner sa pleine mesure au temps ? Élise Turcotte livre la forme du jour au cœur même de la fragilité et de l’intimité d’un corps qu’elle nomme histoire en acceptant de l’habiter. Or, la lourde gravité de l’humanité fait naître le désir paradoxal de la sauver tout en disparaissant avec elle. Les mots, les vers sauront peut-être épouser la forme de la nuit pour que le monde soit possible, ne serait-ce que depuis son revers. »

Polars québécois

Suggestions de Morgane Marvier et de Robert Beauchamp

L’heure sans ombre, de Benoït Bouthillette, 2015, Éditions Druide, coll. Reliefs, 551 p., 9782897112387

À Cuba, l’inspecteur Benjamin Sioui, Amérindien d’origine et anticonformiste de son état, assiste à une cérémonie de la Santería : Yemayá, divinité du panthéon afro-cubain, lui demande d’aider Cuba à élucider les nombreuses disparitions d’enfants de l’ile. Pour y parvenir, Benjamin fera appel à son ami major-divisionnaire qui lui adjoindra les services d’un capitaine de la police nationale et d’une représentante du ministère de l’Intérieur, la (sublime) sergente Maeva Corrales, dont il ne pourra faire autrement que de s’enticher. À la fois récit d’aventures et roman initiatique, L’heure sans ombre est aussi une somptueuse histoire d’amour dont l’intrigue nous entraine dans un Cuba rarement dépeint, celui des festivals de musique électronique et des bars heavy métal, où l’art contemporain et la culture populaire contribuent à faire de La Havane une Barcelone du 21e siècle.

Vrai ou faux, de Chrystine Brouillet, 2016, Éditions Druide, coll. Reliefs, 343 p., 9782897112561

Alors que la détective Maud Graham commence à réaliser que ses parents se fragilisent, elle est appelée à enquêter sur le meurtre de Lydia Francoeur, la secrétaire de la résidence des Cèdres. Dans cet univers apparemment paisible, Maud et ses collègues de l’équipe d’enquêteurs du service de police de la ville de Québec font face à des embûches inhabituelles. Si ces policiers chevronnés savent composer avec la dissimulation et la manipulation, ils sont beaucoup moins familiers avec le flou, la frustration et la détresse découlant des problèmes liés au vieillissement. Il leur faudra rivaliser de détermination et d’humanité pour parvenir à reconstituer le fil des événements entourant la mort tragique d’une femme qu’on croyait aimée de tous. Avec une impressionnante maîtrise et une profonde sensibilité, Chrystine Brouillet brosse un tableau tout en ombres et lumière, vérités et mensonges. Ses personnages prennent vie, nous choquent, nous bouleversent, mais on retrouve avec bonheur l’univers de Maud Graham.

L’affaire Myosotis, de Luc Chartrand, 2015, Éditions Québec AMérique, coll. Tous continents, 364 p., 9782764428337

Alors qu’il vient de se séparer de sa femme à la suite d’une violente querelle avec son fils, qui renoue intensément avec ses origines juives depuis leur emménagement en Israël, le journaliste Paul Carpentier se trouve mêlé à une série de meurtres et de disparitions liés au conflit entre Juifs et Palestiniens, meurtres que les gouvernements canadien et israélien tentent de lui attribuer.

Benjamin: Une enquête de Joseph Laflamme, d’Hervé Gagnon, 2016, Éditions Libre Expression, coll. Expression noire, 376 p., 9782764811085

Montréal, mai 1893. Le cadavre d’un homme est découvert à l’étage du château de Ramezay. Dans les jours qui suivent, d’autres assassinats surviennent. Joseph Laflamme, maintenant journaliste à La Patrie, mène son enquête en compagnie de l’inspecteur Marcel Arcand et de George McCreary. Peu à peu, il appert que tous les meurtres sont liés à un document ancien qui, s’il était révélé au grand jour, transformerait l’histoire de l’Amérique du Nord tout entière. Au rythme des morts qui s’accumulent, Laflamme se trouve pris au centre d’une rivalité entre les gouvernements américain et canadien, mais devient aussi la cible d’une société secrète extrêmement dangereuse.

Quand j’étais Théodore Seaborn, de Martin Michaud, 2015, Éditions Goélette, 432 p., 9782896907298

héodore Seaborn, un jeune publicitaire de Montréal, se remet d’un épuisement  professionnel après avoir été récemment congédié. Marié et père d’une petite fille, il passe ses journées à regarder des enregistrements de la commission Charbonneau et à manger des Coffee Crisp. Le jour où ses réserves de barres chocolatées s’épuisent, il sort enfin de chez lui et croise un homme qui lui ressemble de façon troublante. L’entêtement de Théodore à retracer cet inconnu et, plus tard, à croire qu’il appartient à une cellule terroriste vire bientôt à l’obsession. Mais par quel revers de fortune va-t-il se retrouver dans le fief de l’État islamique, en Syrie? De Montréal à Racca, Théodore affrontera tous les dangers, mais le voyage le plus risqué et le plus insensé de tous est celui qui le mènera au bout de lui-même. Qu’est-ce qui se cache de l’autre côté de soi-même?

Rinzen et l’homme perdu, de Johanne Seymour, 2016, Éditions Libre Expression, coll. Expression noire, 288 p., 9782764811504

Un enfant qui se sent disparaître, le journal d’un confesseur, un vieillard crucifié… et un étonnant duo d’enquêteurs : Rinzen Gyatso, une bouddhiste qui vit avec son fils de sept ans et ses parents tibétains, et Luc Paradis, un athée insomniaque qui, la nuit, s’entraîne à la boxe et arpente le quartier gai. Quand le frère Samuel Clément est trouvé mort dans son appartement, Rinzen et Paradis plongent au cœur d’une enquête qui ébranle leurs convictions et les oppose. Et leur supérieur, le lieutenant Gerry Desautels, en pleine crise existentielle de la cinquantaine, ne leur est d’aucun secours. Plus les victimes s’additionnent, plus l’équipe se perd en hypothèses.Pendant ce temps, l’homme perdu les observe et s’interroge. Qui le sauvera de lui-même ?

Essais québécois

Suggestions de Robert Beauchamp

 Kuei, je te salue : conversation sur le racisme, de Deni Ellis Béchard et Natasha Kanapé Fontaine, 2016, Éditions Écosociété, 160 p., 9782897192518

 «Kuei, je te salue» est la rencontre littéraire et politique de la poète Innu Natasha Kanapé Fontaine et du romancier québéco-américain Deni Ellis Béchard, qui ont décidé d’entamer une conversation sans tabou sur le racisme entre Autochtones et Allochtones. Idle No More, Commission de vérité et réconciliation, enquête nationale sur les femmes autochtones disparues ou assassinées… Comment cohabiter si notre histoire commune est empreinte de honte, de blessures et de colère ? Comment contrer cette méconnaissance de l’autre qui aboutit au mépris ? Comment faire réaliser aux Blancs le privilège invisible de la domination historique ? Comment guérir les Autochtones des stigmates du génocide culturel ? »

Les radicaux libres, de Jean-François Nadeau, 2016, Lux Éditeur, 216 p., 9782895962311

« Notre époque est accablée par la dictature de l’actionnariat. Il est convenu d’avance qu’il faut se résigner devant les frontières fixées par ceux qui imposent une réalité dogmatique établie à leur seul profit. Cette béatitude entretenue par les chants des sirènes de la consommation se voit présentée comme une précieuse bénédiction. Tout s’est évidé de perspectives humanistes, mais nous sourions. Il ne reste plus guère de nous qu’un sourire suspendu dans l’air du temps, comme celui du chat du Cheshire dans Alice au pays des merveilles, cet animal étrange qui continue de montrer le sien une fois que tout de lui a pourtant disparu. Bien des possibles révoqués demandent aujourd’hui à être totalement réinventés. C’est l’idée qui sous-tend la plupart des textes rassemblés ici. » – Jean-François Nadeau

Le piège Énergie Est : sortir de l’impasse des sables bitumineux, d’Éric Pineault et David Murray, 2016, Éditions Écosociété, 240 p., 9782897192693

« L’oléoduc Énergie Est n’est pas qu’un simple tuyau où couleraient 2 000 litres de pétrole à la seconde. Donner le feu vert au projet de TransCanada, c’est s’exposer à des risques majeurs de catastrophe écologique (860 cours d’eau traversés, déversement possible de l’équivalent de 36 déraillements à Lac-Mégantic) pour de bien faibles retombées économiques. C’est aussi s’enfermer dans une logique capitaliste délétère qui nous pousse à extraire et à consommer toujours davantage de pétrole sale, fortement générateur de gaz à effet de serre. Par le fait même, c’est abandonner les indispensables cibles en matière de lutte contre les changements climatiques afin d’éviter une hausse dramatique de la température du globe. Éric Pineault rassemble les pièces du casse-tête Énergie Est et expose tous les pièges du complexe des sables bitumineux pour bloquer sans compromis ce projet de pipeline. En ce début de XXIe siècle, nous avons une responsabilité climatique historique. La transition énergétique est incontournable. Le monde nous regarde. En partenariat avec la Fondation Coule pas chez nous ! »

Histoire inédite des Patriotes : un peuple libre en images, d’Anne-Marie Sicotte, 2016, Éditions Fides, 436 p., 9782762138733

« Un récit à la fois concis et étoffé narre l’odyssée d’une nation patriote rendue souveraine par la création d’un Parlement en 1791, mais placée sous tutelle lors de la mise en vigueur du Canada-Uni, en 1841. Plusieurs épisodes cruciaux, y compris les affrontements armés de Saint-Denis, de Saint-Charles et de Saint-Eustache, sont dévoilés dans leurs détails tragiques. Des illustrations d’artistes, tous contemporains de l’époque, composent l’essentiel du florilège visuel, lequel est enrichi de cartes géographiques, de manuscrits et d’autres documents d’archives. Au terme de la traversée, justice est finalement rendue à un peuple qui a été dépouillé de sa liberté d’expression, qui a dû endurer sans mot dire la censure et les mises à l’index. »


17 février 2016  par nos libraires

Le choix des lecteurs – Janvier 2016

La nouvelle année éditoriale commence à peine, mais les lecteurs et lectrices trouvent encore et toujours matière à découverte à la Librairie Monet. Et puis, quelle meilleure saison pour lire que notre hiver québécois…

Le choix des lecteurs – Secteur général et universitaire

1- La femme qui fuit, Anais Barbeau-Lavalet, 2015, Éditions Marchand de feuilles, 378 p., 9782923896502

2- Rendez à ces arbres ce qui appartient à ces arbres, Boucar Diouf, 2015, Éditions La Presse, 132 p., 9782897054243

3- Naufrage, Biz, 2016, Leméac éditeur, 144 p., 9782760947238

4- Les maisons, Fanny Britt, 2015, Cheval d’août éditeur, 256 p., 9782924491119

ex aequo:

Tout ce qu’on ne te dira pas, Mongo, Dany Laferrière, 2015, Éditions Mémoire d’encrier, 304 p., 9782897123543

5- Le fils, Jo Nesbo, 2015, Éditions Gallimard, coll. Série noire, 514 p., 9782070147403

6- Les enquêtes du département V: Volume 6, Promesse, Jussi Adler-Olsen, 2016, Éditions Albin Michel, 649 p., 9782226319463

7- La puissance de la joie, Frédéric Lenoir, 2016, Éditions Fayard, 211 p., 9782213661353

ex-aequo:

Sapiens : une brève histoire de l’humanité, Yuval Noah Harari, 2015, Editions Albin Michel, 501 p., 9782226257017

8- Le charme discret de l’intestin : tout sur un organe mal aimé, Giulia Enders, 2015, Éditions Actes Sud, 350 p., 9782330048815

9 – Boussole, Mathias Énard, 2015, Éditions Actes Sud, 377 p., 9782330053123

ex-aequo

Marie Curie prend un amant, Irène Frain, 357 p., Éditions du Seuil, 9782021183061

Le nom de Dieu est miséricorde : conversation avec Andrea Tornielli, Pape François, 2016, Éditions Robert Laffont / Presses de la Renaissance, 167 p., 9782221192146

Je dirai malgré tout que cette vie fut belle, Jean d’Ormesson, 2016, Éditions Gallimard, 484 p., 9782070178292

Le choix des lecteurs – Secteur Bande dessinée

1- Les Légendaires : origines Volume 4, Shimy, scénario de Patrick Sobral, dessin et couleurs de Nadou, 2016, Éditiosn Delcourt, 47 p., 9782756041285

2- Le petit Spirou Volume 17, Tout le monde te regarde !, griffonnages de Tome, gribouillages de Janry, barbouillages de Stéphane De Becker, 2016, Éditions Dupuis, 45 p., 9782800157702

3- Marsupilami Volume 29, Quilzèmhoal, Stéphane Colman, illustrations de Batem, couleurs de Cerise, 2016, Éditions Dupuis, 48 p., 9782800163758

4- Les vieux fourneaux Volume 3, Celui qui part, scénario de Wilfrid Lupano, dessin de Paul Cauuet, couleurs de Paul Cauuet et Gom, 2016, Éditions Dargaud, 64 p., 9782505063520

5- Chi, une vie de chat Volume 12, Kanata Konami, 2016, Éditions Glénat, coll. Kids, 152 p., 9782344010754

ex-aequo

Les blagues de Toto Volume 12, Bête de concours, scénario et dessin de Thierry Coppée, couleur de Lorien, 2016, Éditions Delcourt, coll. Jeunesse, 31 p., 9782756057743

6- One Piece : édition originale,Volume 77, Smile, Eiichiro Oda, 2016, Éditions Glénat, coll. Shonen manga, 240 p., 9782344008430

7- Largo Winch Volume 20, 20 secondes, scénario de Jean Van Hamme, dessin de Philippe Francq,2016, Éditions Dupuis, coll. Repérages , 48 p., 9782800165516

8- Petit Poilu Volume 18, Superpoilu, scénario de Céline Fraipont, dessin de Pierre Bailly, 2016, Éditions Dupuis, coll. Puceron , 32 p., 9782800163697

ex-aequo

Pico Bogue Volume 8, L’original, scénario de Dominique Roques, dessin et couleur de Alexis Dormal, 2016, Éditions Dargaud, 48 p., 9782205074154

Les mondes de Thorgal, Kriss de Valnor Volume 6, L’île des enfants perdus, scénario de X. Dorison et M. Mariolle, dessin de R. Surzhenko, couleurs de Matteo Vattani, 2016, Éditions Le Lombard, 56 p., 9782803635474

9- Les aventures de Poussin 1er Volume 2, Les apparences sont trompeuses, Eric-Emmanuel Schmitt, dessin de Janry, couleur de Studio Cerise, 2016, Éditiosn Dupuis, 66 p., 9782800159416

10- Les Quiquoi et l’étrange maison qui n’en finit pas de grandir, scénario de Laurent Rivelaygue, dessin d’Olivier Tallec, 2016, Éditions Actes Sud junior, coll. BD, 32 p., 9782330047832

Le choix des lecteurs – Secteur Jeunesse

1- Mon premier livre de recettes, Ricardo Larrivée, 2015, Éditions La Presse, 200 p., 9782897054489

2- La guerre des tuques 3D : la guerre, la guerre, c’est pas une raison pour se faire mal, Nicholas Aumais, 2015, Bayard Canada Livres, 48 p., 9782895796312

3- Charles amoureux d’une princesse, Alex Cousseau, illustrations de Philippe-Henri Turin, 2015, Éditions du Seuil Jeunesse, 48 p., 9791023501803

4- La petite truie, le vélo et la lune, Pierrette Dubé, illustrations de Orbie, 2014, Éditions les 400 coups, coll. Grimace, 32 p., 9782895406419

5- La princesse et le poney, Kate Beaton, 2015, Éditions Scholastic, 40 p., 9781443147705

6- Lucie et cie, Marianne Dubuc, 2015, Éditions Comme des géants, 56 p., 9782924332214

7- Le grand Antonio, Élise Gravel, 2014, Éditions de la Pastèque, 56 p., 9782923841557

8- Zazie Volume 1, Ça va être correct, Marie-Renée Lavoie, 2015, Éditions Hurtubise, 232 p., 9782897236496

9- La couleur des émotions : un livre tout animé, 2014, Éditions Quatre Fleuves, 20 p., 9791026400134

***

Pour commander ces livres via notre site monet.leslibraires.ca., veuillez cliquer sur les titres sélectionnés.


13 janvier 2016  par nos libraires

Lire: les 20 meilleurs livres de l’année

C’est une tradition: le numéro de décembre-janvier du magazine français Lire propose son palmarès annuel des meilleurs livres parus en France dans l’année. Voici la sélection 2015.

Le meilleur livre de l’année

2084 : la fin du monde, de Boualem Sansal, Éditions Gallimard, coll. Blanche, 288 p., 9782070149933

En Abistan, le peuple est soumis à un Dieu unique et vit dans la foi sans se poser de questions, sous le joug d’un système de surveillance qui contrôle les idées et les actes déviants. Mais Ati est en proie au doute et cherche à rentrer en contact avec un peuple de renégats qui vivrait dans un ghetto, libéré de l’omnipotence de la religion. Grand prix du roman de l’Académie française 2015.

Littérature

Roman français

Vernon Subutex Volume 1 et 2, de Virginie Despentes, Éditions Grasset, 396 p. (1) et 400 p.. (2) 9782246713517 (1) 9782246857365 (2)

Vernon Subutex est le huitième roman de Virginie Despentes. L’auteure dit avoir eu l’idée d’écrire ce roman en « voyant des gens autour d’elle se retrouver dans des situations compliquées à la cinquantaine ». Elle s’attache à présenter « toutes les classes sociales » de la société française actuelle qu’elle qualifie de « triste » et « dépressive ». Le nom du personnage principal, Subutex, fait référence au nom commercial de la buprénorphine, substance utilisée pour le traitement de la dépendance aux opiacés comme l’héroïne. « Vernon Subutex » fait aussi référence à l’un des pseudonymes de l’écrivain Boris Vian : Vernon Sullivan.

Premier roman français

Camille, mon envolée, de Sophie Daull, Éditions Philippe Rey, 185 p., 9782848764689

Camille, 16 ans, est emportée à la veille de Noël par une violente fièvre. Sa mère se remémore les moments de complicité, les conflits et les rires, mais aussi l’après : le vide, les adieux, les gestes qui apaisent et les pensées envahissantes. Un roman qui témoigne de la résistance à l’insupportable. Prix révélation (Forêt des livres 2015).

Révélation française

Évariste, de François-Henri Désérable, Éditions Gallimard, coll. Blanche, 164 p., 9782070147045

Le parcours d’Evariste Galois, contemporain de F.-V. Raspail, G. de Nerval, A. Dumas et A.L. Cauchy. Sa vie, aussi courte qu’intense, est marquée par la passion des mathématiques, les Trois Glorieuses et la prison. Le jeune homme meurt au cours d’un duel, à l’âge de 20 ans. Premier roman. Prix L’Express-BFMTV 2015.

Roman étranger

D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds : chronique familiale, de Jon Kalman Stefansson, Éditions Gallimard, 442 p., 9782070145959

Éditeur à Copenhague, Ari a décidé de rentrer en Islande après avoir reçu un colis de souvenirs familiaux dont il dresse l’inventaire. Ainsi, il évoque le rude quotidien de ses grands-parents Oddur, capitaine de pêche, et Margret dans les fjords de l’Est. Puis, il relate son enfance à la fin des années 1970 à Keflavik, ancien port de pêche sinistré. Enfin, il parle de sa vie actuelle.

Premier roman étranger

Tout ce qui est solide se dissout dans l’air, de Darragh McKeon, Éditions Belfond, 423 p., 9782714458650

Le 26 avril 1986, en URSS. Quatre personnages de divers horizons (un pianiste prodige de 9 ans, une ancienne dissidente devenue ouvrière à la chaîne, un chirurgien malheureux en ménage et un garçon de la campagne) voient leur vie bouleversée par la catastrophe de Tchernobyl. Premier roman.

Révélation étrangère

L’oiseau du bon dieu, de James McBride, Éditions Gallmeister, coll. Americana, 441 p., 9782351780978

En 1856, Henry Shackelford, esclave noir de 12 ans, est libéré par le légendaire abolitionniste John Brown et embarqué malgré lui à la suite de ce chef illuminé qui le prend pour une fille. Le voilà balloté des forêts où campent les révoltés aux salons des philanthropes en passant par les bordels de l’Ouest. Cette épopée revisite l’histoire américaine du XIXe siècle. National Book Award 2013.

Autobiographie

Et tu n’es pas revenu, Marceline Loridan-Ivens, Éditions Grasset, 106 p., 9782246853916

La cinéaste, déportée alors qu’elle était adolescente, écrit une lettre à son père disparu à Auschwitz. Une vie plus tard, en souvenir d’un message qu’il lui a transmis avant de disparaître, elle se remémore la haine des nazis, l’amour de ce père idéaliste et la recherche de la paix. Prix de l’Académie des Lilas 2015, grand prix de l’héroïne Madame Figaro 2015 (prix spécial du jury).

Livre audio

Les souvenirs, de David Foenkinos, lu par Loïc Corbery, Éditions Gallimard, coll. Écoutez lire, 9782070147816

Après le décès de son grand-père, le narrateur réalise l’importance de préserver les instants vécus avec ses proches. Il se rapproche alors de sa grand-mère. Ce roman offre une méditation sur le temps, la mémoire et les liens entre générations.

Nouvelles

Première personne du singulier, de Patrice Franceschi, Éditions Points, 196 p., 9782757849736

Quatre nouvelles mettant en scène des personnages face à des choix : un capitaine, en pleine tempête, forcé de choisir entre son fils et son équipage, un lieutenant refusant de capituler après la désertion de son régiment, un homme hanté par une injustice restée impunie, etc. Prix Goncourt de la nouvelle 2015.

Récit de voyage

Berezina: En side-car avec Napoléon, de Sylvain Tesson, Éditions Guérion, 199 p., 9782352210894

Sylvain Tesson décrit son voyage en side-car de Moscou à Paris, sur les traces de Napoléon, 200 ans, presque jour pour jour, après la retraite de Russie. La débâcle tragique de l’armée française, les tourments des soldats, les étapes du parcours (Smolensk, Minsk, la Berezina, Vilnius, etc.) sont relatés. Prix 2015 de la page 112, prix des Hussards 2015.

Polar

Toutes les vagues de l’océan, de Victor del Arbol, Éditions Actes Sud, coll. Actes noirs, 595 p., 9782330043445

Lorsque Gonzalo Gil apprend que sa soeur s’est donné la mort dans des circonstances tragiques, des secrets de famille ressurgissent. C’est alors pour lui l’occasion de découvrir l’homme qu’était son père, de l’enfer du goulag des années 1930 à la Barcelone affairiste contemporaine. Grand prix de littérature policière 2015 (roman étranger).

Roman noir

Six jours, de Ryan Gattis, Éditions Fayard, 428 p., 9782213686318

Le destin croisé de dix-sept personnes, sapeurs-pompiers, infirmières, ambulanciers ou graffeurs, suite au meurtre d’un travailleur en plein territoire revendiqué par un gang, au premier des six jours d’émeutes qui ont secoué Los Angeles en 1992.

Bande dessinée

Ici, de Richard McGuire, Éditions Gallimard, 320 p., 9782070652440

À travers diverses époques, l’histoire revient sur des événements anecdotiques ou déterminants pour donner une perception inédite, puissante et magique du temps qui passe.

Littérature Jeunesse

Les petites reines, de Clémentine Beauvais, Éditions Sarbacane, coll. Exprim’, 270 p., 9782848657684

A cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le concours de boudins de leur collège. Les trois adolescentes décident d’aller fêter le 14 juillet à l’Elysée, montant à vélo comme vendeuses ambulantes de boudin.

Essais

Art

La transparence et le reflet : essai, de Serge Bramly, Éditions JC Lattès, 552 p., 9782709645737

À quoi ressemblerait notre civilisation sans le verre et ses applications, vitres, lentilles, ampoules, miroirs ? Si le Moyen-Orient n’avait pas appris à rendre le verre transparent, puis à le souffler, si Rome n’en avait pas démocratisé l’usage, si le Moyen Âge ne l’avait pas sublimé dans les églises sous la forme de la mosaïque et du vitrail, si la Renaissance n’en avait pas fait ensuite un objet spéculatif et critique, en soumettant notre « vision » aux lois de l’optique, que seraient nos sciences, notre médecine, notre habitat, notre pensée même ? Matériau essentiel du progrès, le verre nous a ouverts sur le monde, qu’il nous a aidés à dominer. Il a déterminé notre récit identitaire, mais n’avons-nous rien perdu en retour ? La Transparence et le reflet raconte notre rapport au verre par le biais de l’histoire de l’art. Comparant l’esthétique européenne à celle des autres cultures, Serge Bramly en détaille les spécificités et invite ainsi à une relecture du « modèle occidental » sous un éclairage aussi révélateur qu’inédit.

Biographie

Aragon , de Philippe Forest, Éditiosn Gallimard, coll. NRF Biographies, 891 p., 9782070140473

Biographie de l’écrivain qui révèle ses multiples facettes en racontant les épisodes glorieux et les pages funestes de son parcours. L’auteur s’attache à éclaircir les mystères qui ponctuent son existence, mis en scène par ses soins, et démontre comment sa vie intime et son oeuvre se répondent conférant à ses textes une jeunesse intemporelle.

Histoire

Le brasier : le Louvre incendié par la Commune : récit historique, de Nicolas Chaudun, Éditions Actes Sud, 198 p., 9782330027650

En mai 1871, le gouvernement d’Adolphe Thiers se résout à réprimer la Commune de Paris dans le sang. S’ensuit un gigantesque incendie qui menace le Louvre et sa Bibliothèque impériale, qui abrite 100.000 volumes précieux. Deux hommes tentent de faire face au sinistre : un conservateur et un officier.

Philosophie

Qu’est-ce qui réunit la mort d’un père sous un ciel sans étoiles, un jardin d’enfance, l’enfouissement d’un spéléologue, les fragrances d’un champagne de 1921, le hérisson des tziganes, la coquille d’un mollusque, l’anguille des Sargasses, un ver parasite, le vin biodynamique, la poésie des peuples sans écriture, un masque africain, des haricots sauteurs, des acacias qui communiquent, un philosophe zoophile, des végétariens exploiteurs de poules, des porcs en batterie, des toréadors habillés en femmes, un curé athée, un matérialiste mort d’une indigestion de pâté de faisan, une peinture pariétale, un alignement de pierres, une fête du soleil indienne, une église catholique, les anges et les comètes, les trous noirs, un haïku, une toile d’Arcimboldo, le Land Art, la musique répétitive, entre autres fragments d’une Brève encyclopédie du monde ? Le cosmos. Cet ouvrage, dont Michel Onfray écrit qu’il est « son premier livre », propose une philosophie personnelle de la nature. Contempler le monde, comprendre ses mystères et les leçons qu’il nous livre, ressaisir les intuitions fondatrices du temps, de la vie, de la nature, telle est l’ambition de Cosmos, qui renoue avec l’idéal païen d’une sagesse humaine en harmonie avec le monde.

Sciences

L’Univers à portée de main, de Christophe Galfard, Éditions Flammarion, 440 p., 9782081346512

Une présentation vulgarisée des théories sur la formation et la vie de l’Univers, à travers le récit des découvertes scientifiques relatives aux éléments du cosmos et de grands savants de l’histoire, d’Isaac Newton à Albert Einstein ou Stephen Hawking.

Tous ces livres sont disponibles à la Librairie Monet ou via notre site monet.leslibraires.ca dans leur version papier ou numérique. Pour commander, cliquer sur les titres sélectionnés.

 



© 2007 Librairie Monet