Le Délivré

Archive pour la catégorie ‘▪ Bande dessinée’


4 août 2015  par nos libraires

Le choix des lecteurs – Juillet 2015

Quels sont les livres qui ont suscité le plus d’intérêt auprès des lecteurs qui fréquentent la Librairie Monet, en ce chaud mois de juillet ? Une chose est certaine, c’est qu’il y en a pour tous les âges et pour tous les goûts!

1- Des vies en mieux : Billie, Mathilde, Yann, Anna Gavalda, 2015, Éditions J’ai lu, 441 p., 9782290115015

2- Yoko Tsuno Volume 27, Le secret de Khâny, Roger Leloup, 2015, Éditions Dupuis, 48 p., 9782800163390

3- Paul au parc, Michel Rabagliati, 2011, Éditions de la Pastèque, 144 p., 9782923841052

4- XIII Mystery Volume 8, Martha Shoebridge, scénario de Frank Giroud, dessin de Colin Wilson, 2015, Éditions Dargaud, 56 p., 9782505019763

5- Ab irato Volume 3, L’enfant prodige, Thierry Labrosse, 2015, Éditions Vents d’ouest, 56 p., 9782749307558

6- Rébellion chez les crayons, Drew Daywalt, illustré par Oliver Jeffers, 2014, Éditions Kaléidoscope, 34 p., 9782877678087

7- Check point, Jean-Christophe Rufin, 2015, Éditions Gallimard, coll. Blanche, 386 ., 9782070146413

8- L’agent Jean! Volume 8, Le Castor à jamais, Alex A, 2015, Presses aventure, 128 p., 9782897510022

9- Daisy sisters, Henning Mankell, 2015, Éditions du Seuil, 502 p., 9782021030198

10- Le secret de la manufacture de chaussettes inusables, Annie Barrows, 2015, Éditions NIL, 621 p., 9782841118724

11- Pacific Express Volume 1, Terreur sur la ligne d’acier, Anne Bernard Lenoir, 2011, Éditions de la Courte échelle, 120 p., 9782896513734

12- La fille du train, Paula Hawkins, 2015, 378 p., 9782355843136

13- Papillon de nuit, R.J. Ellory, 2015, Sonatine éditions, 516 p., 9782355842955

14- Quand l’intuition trace la route, Danièle Henkel, 2015, Éditions La Presse, Collection + , 216 p., 9782897054335

15-L’enfant de l’étranger, Alan Hollinghurst, 2015, Le Livre de poche, 764 p., 9782253020424

16-Au revoir là-haut, Pierre Lemaitre, 2015, Le Livre de poche, 619 p., 9782253194613

17- Ce qu’il reste de moi, Monique Proulx, 2015, Éditions du Boréal, 432 p., 9782764623817

18-Barracuda Volume 5, Cannibale, scénario de Jean Dufaux, dessin de Jérémym 2015, Éditions Dargaud, 53 p., 9782505019787

19- Le collier rouge, Jean-Christophe Rufin, 2015, Éditions Gallimard, coll. Folio, 163 p., 9782070462971

20- Les nouvelles enquêtes de Ric Hochet Volume 1, R.I.P., Ric !, scénario de Zidrou, dessin de Simon Van Liemt, 2015, Éditions Le Lombard, 56 p., 9782803635597

21- L’agent Jean! Volume 1, Le cerveau de l’apocalypse, Alex A,Presses aventure, 104 p., 9782896603169

22- Toute la lumière que nous ne pouvons voir, Anthony Doerr, 2015, Éditions Albin Michel, 609 p., 9782226317186

23- Le charme discret de l’intestin : tout sur un organe mal aimé, Giulia Enders, illustrations de Jill Enders, 2015, Éditions Actes Sud, 350 p., 9782330048815

24- Je suis Pilgrim, Terry Hayes, 2015, Le Livre de poche, coll. Thriller, 909 p., 9782253001676

25- Silo, Hugh Howey, 2015, Éditions Acte Sud, coll. Babel, 618 p., 9782330037376

26-14-18 Volume 3, Le champ d’honneur : janvier 1915, scénario de Corbeyran, dessin d’Étienne Le Roux & Loïc Chevalier, 2015, Éditions delcourt, coll. Histoire & histoires, 48 p., 9782756041551

27- Yeruldelgger, Ian Manook, 2015, Le Livre de poche, coll. Policier, 646 p., 9782253163886

28- Temps glaciaires, Fred Vargas, 2015, Éditions Flammarion, 489 p., 9782081360440

29- Max, Sarah Cohen-Scali, 2015, Éditions Gallimard-Jeunesse, coll. Pôle fiction, 477 p., 9782070665952

30- Dans la ville en feu, Michael Connelly, 2015, Éditions Calmann-Lévy, 387 p., 9782702141564

31-Numéro zéro, Umberto Eco, 2015, Éditions Grasset, 219 p., 9782246857709

32- Un million de questions!, Marie-Louise Gay, 2015, Éditions Dominique et compagnie, 54 p., 9782897390563

33- La vie moins compliquée de Maude M. Bérubé: La reine des abeilles, Catherine Girard-Audet, 2014, Éditions Les Malins, 415 p., 9782896572731

34- Jessie Elliot a peur de son ombre, Élise Gravel, 2014, Éditions Scholastic, 194 p., 9781443138673

35- La face cachée de Margo, John Green, 2014, Éditions Gallimard-Jeunesse, coll. Scripto, 389 p., 9782070662562

36-Prague fatale, Philip Kerr, 2015, Le Livre de poche, coll. Policier, 563 p., 9782253000419

37- Le loup qui avait peur de son ombre, texte d’Orianne Lallemand, illustrations d’Eléonore Thuillier, 2015, Éditions Auzou, coll. Mes grands albums , 31 p., 9782733832684

38- Wollodrïn Volume 6, Celui qui dort Volume 2, scénario de David Chauvel, dessin de Jérôme Lereculey, 2015, Éditions Delcourt, coll. Terres de légendes, 54 p., 9782756065502

39- L’homme de l’année Volume 9, 1848, scénario de Jean-Pierre Pécau, dessin de Benoît Dellac, 2015, Éditions Delcourt, coll. Histoire & histoires, 55 p,, 9782756057583

40- Ma vie rouge Kubrick, Simon Roy, 2014, Éditions du Boréal, coll. Liberté grande, 176 p., 9782764623329

***

Tous ces livres sont disponibles à la Librairie Monet ou via notre site monet.leslibraires.ca dans leur version papier ou numérique, selon la disponibilité. Pour commander, cliquez tout simplement sur les titres sélectionnés.


28 juillet 2015  par nos libraires BD

Bandes dessinées : la crème de juin

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – JEUNESSE

 Astrid Bromure T.1: Comment dézinguer la Petite Souris, Fabrice Parme, 2015, Rue de Sèvres, 40 p., 9782369811404*

Astrid Bromure est LA nouvelle héroïne de bande dessinée jeunesse à surveiller de près. À l’instar de Caterina et Claudette, qui ont ensoleillé notre été 2014, cette fille unique d’un richissime couple new-yorkais, vivant dans un manoir érigé sur une des plus hautes tours de la mégapole, saura vous charmer. Dotée d’une propension à l’ennui et d’un sens de la répartie assassine, Astrid bouleversera le quotidien des deux domestiques chargés de s’occuper d’elle. Avec ce premier projet solo, Fabrice Parme laisse libre cours à son esthétisme rétro en situant l’action de son récit dans les années 20. Le charme désuet de l’ensemble est appuyé par des dialogues irrésistibles qui laissent toutefois poindre une certaine critique des médias. Un deuxième opus est prévu pour cet automne, Dieu merci! (RSH)

Les enfants de la résistance T.1: Premières actions, Benoît Ers et Vincent Dugomier, 2015, Le Lombard, 47 p., 9782803635580*

La France, battue par l’Allemagne au printemps 1940, est maintenant un territoire occupé. François et Eusèbe, deux jeunes garçons de 13 ans, assistent impuissant à l’arrivée des soldats dans leur petit village. Une garnison doit s’y installer puisque les écluses situées tout près sont un lieu stratégique et que les Allemands veulent protéger ces infrastructures contre les sabotages. Nos deux jeunes héros, bientôt rejoints par Lisa, une jeune réfugiée abandonnée, vont répondre à l’appel du Général de Gaulle et entrer dans la résistance. Une histoire prenante et bien documentée, un récit crédible de cette époque trouble et de son impact sur les enfants. C’est la fin de l’innocence pour nos héros et le passage à l’âge adulte ne se fera pas sans heurts. Un véritable bijou. (PP)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADOS

 Nimona, Noelle Stevenson, 2015, Dargaud, 260 p., 9782205073829*

Webcomic à succès, Nimona est une première œuvre furieusement bien troussée. Rousse, inconséquente, insoumise, les cheveux coupés comme une hipster de 2012, Nimona peut se transformer en n’importe quoi et n’écoute personne. Un jour, elle débarque chez Lord Ballister Blackheart, le plus fameux chevalier renégat de tout Supervillainy, pour le convaincre de devenir son assistante. Une fois chose faite, le duo n’aura de cesse d’enchaîner aventures et catastrophes. Parodie d’Heroic Fantasy, un genre pourtant exploité jusqu’à la nausée, Stevenson s’en tire admirablement en proposant une variation à la vitalité imparable. Anachronismes assumés, dérision, héroïsme à contre-courant, la formule est d’une efficacité redoutable. Utilisant à merveille l’énergie de son personnage-titre, l’auteure parvient à surprendre et relancer l’intérêt de son intrigue tout au long des 260 pages. Et si le dessin et la mise en scène se montrent assez simples à la lecture des premières pages, l’ensemble ne manque pas de se raffiner au fil de l’histoire. Noelle Stevenson signe ici une première œuvre épatante, réussite manifeste d’une auteure qu’il faudra suivre de près. (SC)

Perles & Pirates: Une histoire de perles… et de pirates, Clotha et Zaoui, 2015, Casterman, 128 p., 9782203058187*

Tout le royaume est convié à la grande fête donnée en l’honneur du Gouverneur Cortez qui aurait, paraît-il, débarrassé la région du dernier des pirates: le grand Mortimer McKinley. Mais c’est sans connaître l’existence de ses cinq filles, toutes piratesses elles aussi, fières, téméraires et prêtes à tout pour se forger une solide réputation. S’emparant du navire de Cortez et du célèbre canon de Charles-le-turc, elles viendront délivrer leur papa du cachot, car lui seul possède, évidemment, le secret de la cachette du fabuleux trésor. Variation sur un thème déjà hyper exploité – le récit de piraterie – mais pour la première fois en bande dessinée, version féministe! Les clichés sont détournés, le ton humoristique très ironique et les nombreux retournements de situation rafraîchissent vraiment le genre. Le tout est réalisé dans un dessin magnifiquement simple et rehaussé de jolies couleurs acidulées. Une perle! (HB)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

 Des filles de ma connaissance, Kwon Yong-deuk, 2015, Atrabile, coll. « Sang », 188 p., 97828892303108*

Yong-deuk raconte, dans ce recueil d’histoires courtes, son questionnement sur l’amour et ses rapports romantiques avec les femmes. Auteur coréen se spécialisant surtout dans le récit à teneur autobiographique, il adopte rapidement, dans ses mémoires dessinées sur une dizaine d’années, un ton de plus en plus intime et dramatique pour partager les moments difficiles de sa vie sentimentale. Ne craignant pas de passer pour un « loser », il expose ses pires tourments, ses malaises, ses désillusions ainsi que sa difficulté supplémentaire d’être un auteur de manhwa pauvre, solitaire et paumé. Tout cet étalage a le pouvoir de rendre sa voix unique et terriblement touchante. (HB)

 En enfer avec Dante, Michael Meier d’après Dante Alighieri, 2015, Casterman, 132 p., 9782203095656*

En enfer avec Dante se veut une adaptation assez libre de la Divine Comédie de Dante Alighieri. Avec une distance, une légèreté et un anachronisme totalement assumés, Michael Meier modernise ce chef-d’œuvre épique de la littérature médiévale avec un dessin et un humour résolument contemporain. L’auteur s’approprie le texte original à sa manière et fait de son protagoniste principal, Dante, un hipster branché parcourant les sept cercles de l’enfer. Son guide, l’écrivain Virgile, qui a pris la forme d’un chacal roux, lui donne les diverses explications des tourments auxquels sont soumises les différentes victimes de Lucifer. C’est non seulement une excuse pour s’amuser avec un classique, mais aussi une manière de se défouler sur les différents personnages historiques et actuels dont Hitler, Berlusconi, et tant d’autres. Étonnamment, la bande dessinée de Meier demeure une excellente adaptation, et un divertissement hors pair. (BN)

Tumultes, Hugues Micol, 2015, Cornélius, coll. « Pierre ». 288 p., 9782360810987*

Comment résumer Tumultes d’Hugues Micol de façon cohérente tout en lui rendant justice? On pourrait parler de son dessin pseudoclassique, mais avec un certain décalage étrange, difficile de percevoir d’un premier abord, et qui finit par flatter l’œil d’une page à l’autre. On pourrait tenter de la replacer dans l’œuvre éclectique de Micol, qui s’en sert pour donner une origine à son diptyque (3 et Séquelles) bien qu’il se lise de manière indépendante. On pourrait aussi tenter de résumer son intrigue sinueuse, éclatée, hallucinogène et vaguement surréaliste, mêlant les enquêtes policières à divers mythes et monstres géants. On pourrait également tenter d’en rendre l’atmosphère en comparant cet OVNI de la bande dessinée à d’autres artistes qui s’en approchent comme David Lynch ou Jack Kirby. Malheureusement, on risquerait de ne faire rien de plus qu’en effleurer la surface. Il semble que la seule option qui vous reste, c’est de lire Tumultes le plus tôt possible. (BN)

Murderabilia, Alvaro Ortiz, 2015, Rackham, 108 p., 9782878271874*

Malmö, jeune vingtaine et glandeur invétéré, rêve de devenir écrivain sans y mettre d’effort. Son ronron quotidien sera bouleversé le jour où il héritera des deux chats de son oncle décédé d’une crise cardiaque et éventré par ses félins. Approché par un collectionneur d’artefacts macabres vivant dans un bled perdu, il trouvera l’inspiration… et l’hommerie. Déjà remarqué en 2013 avec Cendres, Alvaro Ortiz continue à se jouer des codes du polar et tisse une fable cruelle sur la nature humaine en utilisant des teintes douces qui tamisent l’indicible. (RSH)

***

Sélection et rédaction d’Hélène Brosseau, Sylvain Cabot, Boris Nonveiller, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.
 * Commandez ces albums via notre site monet.leslibraires.ca en cliquant sur les titres sélectionnés.

16 juillet 2015  par Le Délivré

Questionnaire d’auteur: Ulysse Malassagne

 Objet : un questionnaire d’auteur, quelque part entre ceux de Proust et de Pivot. Contenu : une quarantaine de questions, générales ou indiscrètes. Consigne : choisissez-en une dizaine, celles qui vous interpellent.

Notre invité bande dessinée pour juillet : Ulysse Malassagne.

Quel genre de lecteur êtes-vous ?

Exigeant.

Quelle a été votre plus belle rencontre littéraire (avec un livre, un auteur, un lecteur ou autre) ?

Celle avec Moonfleet, de John Meade Falkner. J’ai beau essayer, je ne suis pas un grand lecteur, je lis peu, je finis rarement un livre et je suis très difficile. Moonfleet je l’ai lu 3 fois, avec la même émotion.

Comment êtes-vous devenu auteur ?

Naturellement. J’ai toujours dessiné et ça me paraissait un moyen parfait.

Pourquoi êtes-vous auteur ?

 Pour donner un sens à ce que je vis.

Comment vous exprimeriez-vous, si vous n’étiez pas auteur ?

Par n’importe quelle autre forme d’art, je ne crois pas qu’il y ait d’autres moyens de s’exprimer réellement, autrement que par l’art.

Avez-vous un lieu privilégié pour créer ?

Non, j’en change régulièrement.

Comment choisissez-vous votre style de dessin ?

Je ne choisis pas. J’ai d’abord essayé de dessiner comme mes auteurs préférés, et j’ai naturellement trouvé mon propre style, à partir de toutes mes influences.

Quelle est l’importance de la documentation dans vos images ?

De plus en plus importante, parce que je veux de plus en plus lier mes BD à la réalité. Ce qui ne veut pas dire que je ne veux plus faire de fiction, mais que je veux imprégner aussi mes fictions de choses réelles.

Votre œuvre est-elle marquée par un thème récurrent ?

L’amour et l’aventure. C’est assez large, mais toutes mes histoires en parlent.

Quelles sont vos principales influences ?

Hugo Pratt, Jeff Smith, P.G. Wodehouse, Bill Watterson, Charles Schulz, Hayao Miyazaki, et beaucoup trop d’autres…

Quel auteur appréciez-vous pour sa démarche créatrice ?

Hugo Pratt, pour sa capacité à créer des ponts entre ses œuvres et la réalité.

Comment est né votre premier livre ?
Il est né de mon envie d’enfant de raconter une histoire d’aventure avec beaucoup d’action. Ankama et Glénat m’ont offert l’opportunité de le faire.

Quel regard posez-vous aujourd’hui sur vos premiers livres ?

J’en suis content, je ne les ferais pas autrement si je devais les recommencer.

Laquelle de vos œuvres affectionnez-vous particulièrement ?

C’est comme demander à un parent quel est votre enfant préféré.

Y a-t-il un de vos livres que vous recommenceriez ? Pourquoi ?

Non, aucun.

Avez-vous des projets en cours ?

Oui, je voudrais pouvoir pousser plus loin mes carnets de voyage et m’essayer à la bd-reportage.

Qu’est-ce qui vous fait sourire ?

La gentillesse.

Qu’est-ce qui vous contrarie ?

L’arrogance.

Que rêviez-vous de faire, enfant ?

Aventurier.

Quel est d’après vous l’avenir de la langue française ?

Elle va continuer à évoluer, peut-être se mêler à d’autres langages et donner de nouvelles langues. Je ne me fais pas de souci pour elle. C’est la nature même d’une langue de se transformer et de changer.

Quel est d’après vous l’avenir du livre et de l’imprimé ?

Il a encore une longue vie devant lui, jusqu’à ce que les arbres soient trop rares pour qu’on se permette d’en fabriquer du papier. Ce qui sera dommage parce que les livres sont probablement la plus jolie manière de transformer un arbre, mais pas dramatique parce qu’on aura probablement trouvé d’autres supports pour les remplacer d’ici là.

Y a-t-il une citation qui vous interpelle ?

Une citation de Jack London dans un Corto Maltese :
« J’écris des histoires d’aventure, je dois vivre des aventures. »

***

Pour visiter le tumblr de l’auteur, cliquez ici.

Bibliographie

Kairos T.3, Ulysse Malassagne, 2015, Ankama, coll. «Étincelle», 64 p., 9782359103885*

Kokekokko ! : 16 vues du Japon, collectif,  Issekinicho, 320 p., 9782954312552

Kairos T.2, Ulysse Malassagne, 2013, Ankama, coll. «Étincelle», 64 p., 9782359104066*

Kairos T.1, Ulysse Malassagne, 2013, Ankama, coll. «Étincelle», 64 p., 9782359104271*

Jade T.1, Ulysse Malassagne, 2013, Glénat, coll. « Tchô ! », 96 p., 9782723491693*

*Commandez ces titres sur monet.leslibraires.com en suivant les hyperliens des ISBN.

6 juillet 2015  par nos libraires

Le choix des lecteurs – Juin 2015

Voici les titres que les habitués de la Librairie Monet ont préférés en ce mois de Juin 2015, parmi les milliers de nouvelles parutions que nous leur proposons, et ce dans tous les domaines. De bonnes idées pour vos lectures de vacances!

1- L’agent Jean! Volume 8, Le Castor à jamais, Alex A., 2015, Presses Aventure, 128 p., 9782897510022 (P)

2- Daisy sisters, Henning Mankell, 2015, Éditions du Seuil, 502 p., 9782021030198 (P)

3- Ce qu’il reste de moi, Monique Proulx, 2015, Éditions du Boréal, 432 p., 9782764623817 (P+N)

4- 1000 coups de fouet : parce que j’ai osé parler librement, Raif Badawi, 2015, Éditions Edito, 64 p., 9782924402559 (P+N)

5- Le sculpteur, Scott McCloud, 2015, Éditions Rue de Sèvres, 485 p., 9782369811244 (P)

6- Silo, Hugh Howey, 2015, Éditions Actes Sud, coll. Babel, 618 p., 9782330037376 (P+N)

 

7- Six minutes, Chrystine Brouillet, 2015, Éditions Druide, 344 p., 9782897112028 (P+N)

8- Dans la ville en feu, Michael Connelly, 2015, Éditions Calmann-Lévy, 387 p., 9782702141564 (P+N)

9- Dent d’ours Volume 3, Werner, scénario de Yann, dessin d’Alain Henriet, couleurs d’Usagi, 2015, Éditions Dupuis, 48 p., 9782800162904 (P)

10- Ab et Cé, Matthieu Maudet, 2015, Éditions L’École des loisirs, coll. Loulou et Cie, 28 p., 9782211111126 (P)

11- Les carnets de Cerise Volume 1, Le zoo pétrifié, scénario de Joris Chamblain, dessin et couleurs d’Aurélie Neyret, 2012, Soleil productions, coll. Métamorphose, 72 p., 9782302020092 (P)

12- Les barbares : essai sur la mutation, Alessandro Baricco, 2015, Éditions Gallimard, 223 p., 9782070131693 (P+N)

13- La santé repensée : cessez de chercher la pilule miracle, agissez différemment, Gaétan Brouillard, 2015, Éditions de l’Homme, 208 p., 9782761941389 (P+N)

14- Check point, Jean-Christophe Rufin, 2015, Éditions Gallimard, coll. Blanche, 386 p., 9782070146413 (P+N)

15- Temps glaciaires, Fred Vargas, 2015, Éditions Flammarion, 489 p., 9782081360440 (P+N)

Tous ces titres sont disponibles à la Librairie Monet et sur notre site monet.leslibraires.ca, dans leur version papier (P) ou numérique (N). Pour commander, veuillez cliquer sur les titres sélectionnés.


30 juin 2015  par nos libraires BD

Bandes dessinées : la crème de mai

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES QUÉBÉCOISES – ADULTES

André le Géant: La vie du Géant Ferré, Box Brown, 2015, La Pastèque, 240 p., 9782923841663*

Cette excellente biographie en bande dessinée retrace la vie du fameux lutteur André le Géant, mais pas uniquement. En véritable passionné de la lutte, l’auteur nous livre aussi certains secrets de ce curieux sport/spectacle, et l’ensemble s’avère très surprenant. Nul besoin d’être intéressé par la lutte pour être captivé par ce récit. On y découvre divers aspects de la vie privée d’André : sa relation avec Hulk Hogan, son attachement à son sport, et toutes les difficultés liées à sa grande taille. Une taille surhumaine due à une maladie, l’acromégalie, qui lui valut de nombreuses douleurs à la fin de sa vie. Avec un trait franc et une narration fluide, cette bande dessinée parvient sans mal à rendre son sujet très attachant. (SC)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

Cigish ou Le maître du je, Florence Dupré la Tour, 2015, Ankama, coll. «Label 619 », 303 p., 9782359103809*

Florence vit une crise existentielle : elle vient de rompre, se retrouve en garde alternée avec des enfants affreux et son activité d’auteure de BD est au plus bas. À vrai dire, elle n’en peut plus d’elle-même : ennuyeuse, trop gentille, elle se fait marcher dessus par tout le monde. Soudain, en pleine messe, la voilà prise d’une illumination mystique : elle décide d’incarner son ancien personnage de jeu de rôles favori, Cigish Hexorotte, un nain nécromancien, un personnage du MAAAL. Sa vie, elle l’envisage désormais comme une aventure, obéissant à sa vieille fiche de personnage. – L’éditeur

Deux frères, Gabriel Bá et Fábio Moon d’après Milton Hatoum, 2015, Urban Comics, coll. « Urban Graphic », 240 p., 9782365776257*

Déjà, avec leur œuvre précédente Daytripper, les frères Fábio Moon et Gabriel Bá nous avaient enchantés. Ils réitèrent ce bonheur avec cette bande dessinée adaptée d’un roman de Milton Hatoum. On est ébloui à la fois par la qualité littéraire, la richesse du récit, et la générosité du dessin. Le noir et blanc, tout en contraste, offre des ambiances somptueuses, de quoi se sentir plongé dans la moiteur de Manaus. Yacoub et Omar sont deux frères jumeaux que tout oppose. Une rivalité au long cours que rien n’apaise, voire qui monte comme une fièvre au fil du récit. Mais c’est finalement la trajectoire de la famille entière qui se dessine, avec ses heurts, ses cicatrices et ses contradictions. On tient ici une bande dessinée superbe, une de celle qui vous laisse quelque chose une fois le livre refermé. (SC)

Le sculpteur, Scott McCloud, 2015, Rue de Sèvres, 485 p., 9782369811244*

Scott McCloud, connu surtout pour ses bandes dessinées théoriques devenues incontournables (L’art Invisible, Faire de la bande dessinée), avait commis aussi ça et là quelques œuvres de fiction, mais rien de traduit en français, et/ou qui ait marqué les mémoires. Cela va changer avec Le Sculpteur, véritable pavé jeté dans la mare du roman graphique. Cette reprise moderne du mythe de Faust, récit-fleuve de presque cinq cents pages, reprend l’idée de Thomas Mann de faire du protagoniste faustien un artiste plutôt qu’un savant. Il s’agit cette fois d’un sculpteur qui se fait proposer d’avoir toutes les dispositions pour laisser sa trace dans l’Histoire en échange de sa vie : il n’a que deux cents jours pour accomplir son chef-d’œuvre. L’histoire est de facture plutôt classique, mais sort des sentiers battus, joue avec les clichés narratifs et utilise astucieusement plusieurs revirements de situation qui ne manqueront pas de surprendre le lecteur. De même, le dessin est assez conventionnel, mais le trait de McCloud réussit de manière étonnamment efficace à transmettre les émotions intenses que vivent ses personnages. Frisant le mélodrame sans jamais s’y perdre vraiment, cette épopée artistique à plusieurs niveaux s’engouffre dans les relations interpersonnelles, l’amour, la mort, le rôle de l’art dans la société, le milieu professionnel et la vie personnelle, et bien d’autres choses. L’enjeu y est énorme et le résultat amplement satisfaisant. Audacieux projet, à la hauteur de ses ambitions. (BN)

Le rapport de Brodeck T.1: L’autre, Manu Larcenet d’après Philippe Claudel, 2015, Dargaud, 158 p., 9782205073850*

Manu Larcenet, l’auteur de bande dessinée qui n’a plus besoin de présentation, vient à peine d’achever sa série culte, Blast, qu’il se lance dans un diptyque tout aussi prometteur. Basé sur le roman de Philippe Claudel, Le rapport de Brodeck raconte le récit d’un petit village allemand, hanté par l’Histoire. Les habitants de ce coin perdu en plein milieu d’une campagne rase ont connu la guerre et les camps de prisonniers. Ce traumatisme les a marqués pour au moins une ou deux générations. Le lecteur a accès à des bribes du passé par les souvenirs du narrateur, chargé par les villageois de raconter ce qui est arrivé à l’étranger qui à eu le malheur de les visiter. Brodeck travaille donc sur son rapport officiel, mais aussi sur son journal dans lequel il compte relater les événements véridiques. La pression des locaux, qui souhaitent voir leur culpabilité s’estomper, se fait de plus en plus sentir. À quel récit a-t-on vraiment accès? Le jeu avec les flashbacks, les différentes pistes narratives qui s’enchevêtrent, et les plans contemplatifs qui dissèquent le paysage et les protagonistes sont autant d’outils que Larcenet maîtrise à merveille, et qui donnent un récit à la fois captivant et intrigant. (BN)

La fourmilière, Michael Deforge, 2015, Atrabile, 112 p., 9782889230303*

Il y a deux sortes d’œuvres bizarres. Celles qui essayent trop, dont le sens se fait attendre et nous échappe tellement qu’il donne une forte impression de n’importe quoi. Puis il y a celles qui font l’effet d’une nouveauté absolue, d’une façon inédite de faire de l’art et de raconter une histoire, une œuvre qui va peut-être changer son médium, à jamais, un peu comme celles de David Cronenberg, William Burroughs ou David Lynch. La fourmilière entre dans cette seconde catégorie. Le graphisme, à la fois insolite, unique et hypnotisant de Michael Deforge, est au service d’une histoire de fourmis s’interrogeant sur leur existence et leur rôle dans la colonie, alors qu’une guerre les oppose aux fourmis rouges. Ces dernières, souffrant d’hallucinations féroces après avoir bu du lait d’araignée, sont devenues incohérentes et hors de contrôle. Il y a quelque chose de fascinant dans La fourmilière, que ce soit son récit déjanté ou son dessin renversant qui transforme les mille-pattes en limousines très très longues, les araignées en têtes de chiens renversées à huit pattes, et les fourmis, en sympathiques humanoïdes angoissés. Un récit qu’on ne peut lâcher des mains, et qui se substitue merveilleusement aux drogues dures. (BN)

Kersten, médecin d’Himmler T.1: Pacte avec le mal, Fabien Bedouel et Pat Perna, 2015, Glénat, coll. « Grafica », 48 p., 9782344000588*

Une excellente BD historique sur un autre oublié de l’Histoire : Felix Kersten. Ce médecin d’origine finlandaise, un peu idéaliste, va connaître une vie sans pareil puisqu’il deviendra le médecin personnel d’Heinrich Himmler, le tristement célèbre chef de la SS dans l’Allemagne nazie. Kersten, très professionnel, considère ce patient hors du commun comme n’importe quel autre, mais la réalité de sa situation va rapidement le rattraper et il devra faire des choix qui auront un impact majeur sur sa vie et celle de centaines de personnes. Une biographie qui se lit comme un thriller sur un personnage méconnu et fascinant. À découvrir. (PP)

Clan, Amazing Améziane, 2015, Le Lombard, 96 p., 9782803634989*

Un jeune Yakusa veut transformer l’ordre établi et remplacer son chef. Ambitieux et sans pitié, Saburo, va se lancer dans une véritable guerre contre les anciens de son clan. Malheureusement pour lui, Kodama, le grand chef, possède un atout secret : Shi, un tueur inégalable qu’il garde en prison parce qu’il est vraiment trop dangereux. Une rivière de sang va couler sous les pas de Shi qui, malgré les années passées en prison, reste toujours très attaché aux anciennes valeurs traditionnelles et à son honneur. Le choc entre Shi, véritable samouraï des temps modernes, et Saburo, apôtre de la modernité et du changement, va faire du bruit et personne n’en sortira indemne. Une BD très cinématographique avec beaucoup d’action, un bon moment de lecture. (PP)

MANHUA

 

Après avoir puisé largement dans le catalogue de DC Comics afin de faire connaître des perles inconnues aux lecteurs de langue française, les éditions Dargaud et leur filiale Urban Comics s’associent à l’éditeur chinois Comicfans pour le lancement d’Urban China, une collection vouée à la promotion du manhua contemporain.

Une première salve de quatre titres vient de nous toucher de plein fouet et l’on ne peut que s’étonner devant l’éclectisme et le parti pris graphique sans concession qui nous est présenté.

Avec son dessin minutieux et des ambiances sombres, Bo Lu relate un épisode marquant de l’Histoire chinoise dans 1937, La bataille de Shanghai (9782372590037*). De son côté, la jeune prodige Xia Da laisse libre cours à son style vaporeux dans Little Yu T.1 (9782372590044*), un shôjo empreint de réalisme magique décrivant le quotidien d’une jeune fille dans un village ancestral. Dans La princesse vagabonde T.1 (9782372590013*), Xia Da change de registre avec les péripéties de la jeune Yongning qui tente de venger la mort de sa famille et de reconquérir le trône impérial au VIIe siècle. Et que dire de Hong Kong comics: Histoire du manhua (9782372590020*), un essai sur la bande dessinée hongkongaise du XXe siècle agrémentée d’une foule de couvertures et de planches.

Quatre autres nouvelles séries et un récit autobiographique paraîtront d’ici décembre, pour notre plus grand bonheur. (RSH)

***

Sélection et rédaction d’Hélène Brosseau, Sylvain Cabot, Boris Nonveiller, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

 

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en suivant les hyperliens des ISBN.

 


26 mai 2015  par nos libraires BD

Bandes dessinées : la crème d’avril 2015

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

Hannah Arendt, Lindsay Grime et Béatrice Fontanel, 2015, Naïve, coll. « Grands Destins de Femmes », 81 p., 9782350213842*

Hannah Arendt relate le parcours à contre-courant de cette intellectuelle juive rebelle et engagée. Fumeuse invétérée, amoureuse de poésie qu’elle récite par cœur, élève puis maîtresse d’Heidegger, elle côtoiera une multitude de gens remarquables, de Bertolt Brecht à Gershom Scholem. Survivant au nazisme en s’exilant aux États-Unis, elle sèmera la controverse par son analyse de la pensée totalitaire. Plus tard, devenue professeure de théorie politique, elle remportera quantité de prix pour ses écrits philosophiques. « Il n’existe pas de pensée dangereuse pour la simple raison que le fait de penser est en lui-même une entreprise très dangereuse. Mais ne pas penser est encore plus dangereux. » Septième biographie en bande dessinée de cette collection devenue indispensable, ces Grands Destins de Femmes sont des plongées elliptiques dans la vie et la pratique de ces femmes extraordinaires et donnent résolument envie de parfaire notre connaissance de leurs œuvres. (HB)

Moi non plus, Émilie Plateau, 2015, Misma, 128 p., 9782916254425*

Moi non plus est l’histoire d’une rupture longue à cicatriser. Émilie se fait larguer, mais, malheureusement, la personne qui est partie ne cesse d’entretenir l’ambiguïté, donc l’espoir. Avec son dessin minimaliste et sa narration très sobre, Émilie Plateau restitue la lente reconstruction d’elle-même avec une justesse épatante. De la détresse à la colère, puis à la rationalisation, elle traverse l’épreuve et les étapes se succèdent de façon très nuancée. Avec un tel sujet, il aurait été facile de sombrer dans l’autocomplaisance et le pathos le plus coupable, mais il n’en est rien. Avec un ton qui n’appartient qu’à elle, Émilie Plateau raconte avec juste ce qu’il faut de cynisme et de recul, et en tire un livre sincère et personnel. (SC)

Le Voleur de livres, Alessandro Tota et Pierre Van Hove, 2015, Futuropolis, 170 p., 9782754810043*

Paris, dans les années 50, Daniel Brodin se veut poète. Il rêve une vie faite de reconnaissance et de célébrité, mais pour l’heure il n’est qu’un étudiant en droit qui vit chez son oncle. Son temps libre, il le passe essentiellement à voler des livres. Arrive le jour où il s’approprie la paternité d’un poème méconnu devant les plus éclairés des poètes parisiens, et c’est le succès. Daniel est bien vite pris pour un poète de génie qu’il n’est pas du tout. Par ailleurs, ses larcins lui font rencontrer une bande d’artistes délinquants, qui voient en l’imposture de Daniel un geste artistique formidable. Ainsi, entre le milieu littéraire et la petite délinquance, Daniel fera son chemin avec en ligne de mire, toujours, la reconnaissance et la célébrité. Un livre superbe. (SC)

Garth Ennis présente Hellblazer T.1, Garth Ennis, Steve Dillon, Will Simpson et David Lloyd, 2015, Urban Comics, coll. « Vertigo Signatures », 374 p., 9782365776059*

Traduite pour la première fois en français, la série Hellblazer prise en main par le scénariste Garth Ennis (Preacher) est l’une des incarnations les plus longues et les plus connues des aventures de John Constantine. Si le premier scénariste de la série avait fait du détective du paranormal un mélange entre les films noirs et le fantastique flirtant avec l‘épouvante, la version de Ennis est une plongée franche dans l’horreur. On s’attarde aussi à creuser la psyché du protagoniste : Constantine découvre qu’il a le cancer des poumons, à cause de sa manie de fumer qui caractérise tellement le personnage. La manière dont Constantine tentera de survivre à la maladie n’est qu’un des fils narratifs qui l’amènent à trafiquer avec les démons, combattre toutes sortes d’esprits et vivre avec la culpabilité de tous ses amis qu’il a vus mourir. Un essentiel pour les amateurs de la série, et une belle manière de la découvrir pour les autres. (BN)

Les Maîtres Anciens, Mahler et Thomas Bernhard, 2015, L’Association, coll. « Ciboulette », 150 p., 9782844145628*

Sans doute l’une des plus grandes œuvres littéraires de l’Autriche, Maîtres Anciens est le roman le plus célèbre et le plus accompli de Thomas Bernhard. L’auteur de bandes dessinées Mahler s’est fait moins minimaliste que d’habitude pour l’adapter en bande dessinée. Pour tout dire, quand on connaît son sens de l’humour décapant et pince-sans-rire, et quand on voit le travail de découpage qu’il a fait du roman de Bernhard, on imagine difficilement comment l’adaptation aurait pu être mieux exécutée. Le narrateur raconte sa relation avec l’un des plus fréquents visiteurs du musée de l’histoire de l’art de Vienne. Avec sa connaissance démesurée de l’art, et son appréciation quasi nihiliste des grands maîtres, il expose ses idées vis-à-vis la peinture, la vie et tout le reste dans un bavardage incessant. Le narrateur finira par comprendre ce que lui veut le vieux bonhomme qui vient s’asseoir tous les jours sur le même banc du musée, et d’où lui vient son obsession. C’est une excellente relecture, et une belle manière de découvrir un chef-d’œuvre de la littérature. (BN)

Dr Watson T.1 : Le Grand Hiatus, Darko Perovic et Stéphane Betbeder, 2015, Soleil, coll. « 1800 », 46 p., 9782302042711*

La collection 1800 est composée de plusieurs séries d’albums nous proposant des intrigues fantastiques se déroulant au XIXe siècle. Cette nouvelle série, beaucoup plus orientée enquête et ne comportant que quelques petits éléments de fantastique, est des plus intéressantes. On s’intéresse au destin du fameux Docteur Watson peu de temps après la mort de Sherlock Holmes. Le bon docteur a de la difficulté à admettre la perte de son collègue et il va devoir mettre en pratique les techniques que Holmes lui a enseignées pour tenter de retrouver le corps disparu de son ami. L’ombre malfaisante de Moriarty plane sur cette disparition et Watson se retrouve maintenant seul pour lutter contre le génie du mal. L’histoire est originale et le héros, peu habitué à se retrouver à l’avant plan doit faire preuve d’inventivité face aux éléments fantastiques qui surviennent lors du déroulement de son enquête. Vivement la suite. (PP)

***

Sélection et rédaction d’Hélène Brosseau, Sylvain Cabot, Boris Nonveiller, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

 

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en suivant les hyperliens des ISBN.

 



© 2007 Librairie Monet