Le Délivré

Archive par auteur


29 mars 2014  par nos libraires BD

Bandes dessinées : la crème de février

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES QUÉBÉCOISES ADULTES

Le bestiaire des fruits, Zviane, 2014, La Pastèque, coll. « Pomélo », 124 p., 9782923841540*

« La meilleure chose qui soit arrivée à Zviane, sur le plan gustatif, aura été de vivre à ville St-Laurent en 2001. Dans le supermarché où elle faisait son épicerie, elle est tombée sur des fruits… obscurs. Au péril de sa vie, elle a concocté ce savant traité qui vous fera tout connaître des fruits exotiques. D’abord publiées sur internet et sous la forme d’un fanzine, ses planches se retrouvent dorénavant dans notre nouvelle collection Pomélo. Partiellement redessiné, avec des histoires inédites, c’est le guide le plus loufoque sur le ramboutan, le mangoustan ou le kaki jamais publié. » – L’éditeur

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES PREMIERS LECTEURS

Au pays des lignes, Victor Hussenot, 2014, La joie de lire, coll. « Somnambule », 40 p., 9782889081998*

Dans une contrée aux territoires vastes et déserts, un garçon solitaire fait la rencontre d’une fillette égarée. Il lui propose de l’aider en la raccompagnant chez elle. Le voyage sera long et parsemé d’embûches; la route se transformant bientôt en un parcours complexe et labyrinthique, tandis qu’une cruelle et bien étrange créature croisera leur chemin… Troisième ouvrage de ce jeune auteur adepte d’expérimentation graphique dont la contrainte était, cette fois-ci, de ne dessiner que des lignes courbes ou droites et de n’utiliser que trois couleurs primaires pour ce faire, soit: le bleu, le rouge ainsi qu’un soupçon de jaune. Il en résulte un amusant récit et un excellent exercice visant à développer l’imagination des petits et leur sens de l’observation. Ce dernier sera mis à l’épreuve devant cet itinéraire évoluant à un rythme rapide et ces paysages aux formes tant organiques que géométriques. Sans texte, à partir de 6 ans. (HB)

Les aventures fantastiques et extraordinaires de Princesse Animal, Pranas T. Naujokaitis, 2014, Didier Jeunesse, coll. « Ballon Toons », 32 p., 9782278075034*

Une jeune princesse qui refuse de se plier aux règles habituelles et qui n’hésite pas à partir à l’aventure pour lutter contre les méchants, c’est bien la Princesse Animal! Une héroïne dynamique qui revêt des pyjamas magiques pour accomplir ses missions. Elle utilise, par exemple, un pyjama-singe pour escalader un mur, un pyjama-tortue pour franchir une rivière, un pyjama-araignée pour faire peur aux méchants, ainsi elle peut tout faire. Le roi et la reine aimeraient bien que leur fille soit une petite princesse modèle mais elle ne rêve que de partir à l’aventure, lutter contre les injustices et protéger les plus faibles. Bref,  elle veut être une super héroïne. Un album rigolo et charmant à découvrir au plus tôt! (PP)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES ADOS

Kräkaendraggon, Mathieu Sapin et Lewis Trondheim, 2014, Gallimard, 47 p., 9782070657605*

La crise économique frappant tous les secteurs d’activités, sauf les jeux vidéo, le gouvernement français décide de réorganiser le système d’éducation avec un seul objectif : former des joueurs. Au nouveau programme : Cours de langues elfiques ou Klingon, travaux pratiques sur jeux informatiques en ligne, « paintball » comme activité physique, tout y passe. Les élèves sont au nirvana et les professeurs un peu ( beaucoup ) dépassés. C’est dans cet univers délirant que nous suivons l’histoire de Tom, un ado plutôt banal, avec ses angoisses et ses questionnements. Un album génial par deux maîtres de la BD en grande forme. À lire absolument! (PP)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES ADULTES

Station 16, Hermann et Yves H., 2014, Le Lombard, coll. « Signé », 58 p., 9782803634361*

L’action de cet album se déroule en Nouvelle-Zemble, un archipel situé au nord de la Russie, dans l’océan Arctique, où la majorité des essais nucléaires de l’ancienne URSS furent effectués. Cet endroit sinistre, entouré de mystère, est l’endroit parfait pour un thriller fantastique. Une patrouille est envoyée à la station 16, une station météo abandonnée depuis des années, pour répondre à un appel d’urgence étrange. Une fois sur les lieux, les soldats trouvent la station déserte, mais rapidement, des phénomènes étranges se produisent et ils découvrent que la trame du temps a été bouleversée par les trop nombreux essais nucléaires. Ils auront fort à faire pour survivre et retrouver notre époque… Une nouvelle BD très réussie par le duo père-fils. Le style graphique unique d’Hermann est à son meilleur et l’histoire concoctée par Yves H. est efficace. Le dossier historique, inséré à la fin de l’ouvrage, est un « petit plus » fort pratique pour découvrir la Nouvelle-Zemble. (PP)

Éloi, Younn Locard et Florent Grouazel, 2013, Actes Sud – L’An 2, 222 p., 9782330024499*

« 1842. Une frégate française revient de Nouvelle-Calédonie. À son bord, le naturaliste Pierre Delaunay, et un jeune pêcheur kanak prénommé Éloi, son sujet d’étude. L’album conte l’histoire de ce jeune homme dans l’univers clos de la frégate, échantillon concentré et exacerbé de l’Europe du XIXe siècle. » – L’éditeur

Goodbye Bukowski, Flavio Montelli, 2014, Casterman, coll. « Écritures », 155 p., 9782203070783*

« Charles Bukowski, poète et écrivain américain, à la fois adulé et contesté par la critique, est usé par la vie, l’alcool, les errances sans fin. Son unique réconfort lui vient de sa fille, Marina, puis de Linda, la femme qui l’accompagnera jusqu’à la fin de sa vie. Par le récit des rencontres avec les femmes qui ont croisé son existence, ses voyages à travers l’Amérique, ses années de souffrance et ses divers petits boulots, Flavio Montelli imagine avec affection le bilan d’un homme affaibli mais apaisé sur sa vie, une façon de (re)découvrir l’auteur des Contes de la folie ordinaire ou des Souvenirs d’un pas grand-chose. » - L’éditeur.

Docteur Radar : Tueur de savants, Frédéric Bézian et Noël Simsolo, 2014, Glénat, 64 p., 9782723490788*

C’est dans un Paris sombre et ombragé des années 20 que Ferdinand Straub, gentleman détective, tentera de démasquer le mystérieux Docteur Radar, présumé responsable des meurtres de scientifiques passionnés par la conquête de l’espace. Aidé par son ami le peintre Pascin, Straub mènera son enquête en parallèle à celle, piétinante, de la police française et luttera contre le mal à sa façon… Avec son dessin explosif – qu’on croirait appliqué à coups de scalpel, ses couleurs magistralement contrastantes qui envoûtent l’œil et l’éblouissent à chacune des pages et les gestes nerveux et théâtraux de ses personnages, Bézian, qui sait se réinventer à chacun de ses albums, crée encore l’événement avec ce feuilleton atmosphérique rappelant amicalement un Les sept boules de cristal expressionniste et cocaïné. (HB)

Vois comme ton ombre s’allonge, Gipi, 2014, Futuropolis, 124 p., 9782754810319*

Obsédé par les lettres qu’envoyait son grand-père à sa femme durant la Première Guerre mondiale, un écrivain en panne d’inspiration est interné dans un hôpital psychiatrique où il s’égare progressivement dans ses souvenirs et ses hallucinations. Tant au niveau visuel que sur le plan du scénario, le nouvel album de Gipi s’avère indéniablement le plus ambitieux qu’il a réalisé à ce jour. Sautant de l’esquisse en noir et blanc à l’aquarelle avec la même aisance qu’il glisse d’une époque à l’autre, l’auteur italien construit son récit à la manière d’un labyrinthe. Basculant au gré d’articulations virtuoses entre les différentes temporalités qui se confondent dans l’esprit de son protagoniste, Vois comme ton ombre s’allonge est une sombre fresque qui prend racine dans le subconscient pour s’élancer vers l’infini. (AFR)

Pompéi, Frank Santoro, 2014, Ça et là, 138 p., 9782916207940*

La fatalité qui plane sur Pompéi confère une dimension résolument tragique au quotidien qui y est dépeint. Toutes les compositions évoquent cette menace sourde qui est au cœur du livre, les points de fuite renvoyant à la présence de ce volcan qui, inévitablement, coupera court aux récits ordinaires qui prennent forme au fil des pages. En fait, au-delà d’un quelconque événement historique, c’est la fragilité de la vie elle-même qu’arrive à mettre en scène l’auteur américain Frank Santoro – dont le dessin, réduisant le réel à l’essentiel, rappelle sans pour autant l’imiter, l’esthétique des fresques romaines de l’époque. Pompéi transcende, par sa très grande cohérence, son apparente simplicité et se révèle, au final, une œuvre extrêmement émouvante. (AFR)

Billy the Kid, Willem, 2014, L’Apocalypse, 84 p., 9782367310206*

La belliqueuse armée américaine tente d’envahir la Chine, dans ce tout premier livre du lauréat du Grand prix de la ville d’Angoulême de 2013 Willem, publié en néerlandais en 1968 mais resté à ce jour inédit en français. Humour grinçant et critique sociale impitoyable font bon ménage dans ces planches aux compositions audacieuses où la vulgarité répond à la violence et où la méchanceté s’avère la seule réplique adéquate à la cruauté du monde. Impitoyable, l’auteur multiplie les cibles et mitraille dans toutes les directions, faisant mouche à tous coups. L’impérialisme, le racisme, la religion, le sexisme et le capitalisme passent, parfois tous en même temps, à la moulinette d’un dessin qui charcute furieusement tout ce qui l’enrage. Pour notre plus grand malheur, Billy the Kid demeure pertinent près de cinquante ans après sa sortie. (AFR)

Lâcher prise, Miriam Katin, 2014, Futuropolis, 151 p., 9782754809757*

Sept ans après la parution du très remarqué et fort troublant Seules contre tous ( 9782754810326*, réédité chez Futuropolis ) où elle racontait sa fuite de Hongrie sous la terreur nazie, Miriam Katin est de nouveau confrontée aux traumatismes de son passé lorsque son fils lui demande de l’aider à obtenir la citoyenneté hongroise afin de pouvoir vivre à Berlin avec sa conjointe. Tiraillée entre ses convictions et le bien-être de son fils, elle entreprendra ( avec une mauvaise foi très assumée ) une réflexion sur la notion de pardon. Avec ce deuxième opus teinté d’humour noir, la septuagénaire ne cesse d’étonner grâce à une mise en page décloisonnée et un crayonné nerveux et énergique. (RSH)

The Black Beetle T.1 : Sans issue, Francesco Francavilla, Urban Comics, Coll. « Urban Indies », 160 p., 9782365773706*

Colt City, 1941. La guerre fait rage en Europe, mais l’attention des habitants de cette métropole américaine est polarisée par une explosion qui a décimé tous les membres des clans mafieux locaux. Le Black Beetle, un justicier masqué témoin de la déflagration, tente de trouver le coupable. Il devra toutefois se dépêtrer des écueils semés sur sa route par le sombre Labyrinto… Urban comics ravira les amateurs francophones de « pulps » et de cinéma de genre avec cette série réalisée par Francesco Francavilla qui, chose rare dans la bande dessinée américaine, fait office de scénariste, dessinateur, encreur et coloriste. D’origine italienne, il nous livre ici un hommage aux feuilletons américains répondant aux poncifs du genre, avec ses ruelles sombres et ses boîtes de jazz enfumées, théâtres de péripéties trépidantes rythmées par un découpage et des couleurs dignes des films de Mario Bava. (RSH)

 ***

Sélection et rédaction de Catherine Lamontagne-Drolet, Hélène Brosseau, Alexandre Fontaine Rousseau, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

* Commandez ces titres sur notre site monet.leslibraires.ca en suivant les hyperliens des ISBN.

 


18 février 2014  par nos libraires BD

Bandes dessinées : la crème de janvier

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES QUÉBÉCOISES – ADULTES

La collectionneuse, Pascal Girard, 2014, La Pastèque, 112 p., 9782923841519*

Passé maître dans l’art d’orchestrer de brillantes comédies de situation tablant sur le malaise dégénérescent pour générer de l’humour, Pascal Girard nous livre ici la suite logique de l’excellent Conventum paru chez Delcourt en 2010. S’improvisant ici enquêteur amateur, l’auteur se lance sur la piste d’une séduisante jeune voleuse de livres ayant, comble du hasard heureux, subtilisé l’un des siens. Trouvant toujours le moyen de se mettre les pieds dans de nouveaux plats, Girard affine une fois de plus son sens impeccable du timing, télégraphiant habilement les catastrophes à venir afin de rendre l’appréhension insoutenable, avant d’asséner des gags qui font systématiquement mouche. (AFR)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – PREMIERS LECTEURS

Pan’Pan Panda : Une vie en douceur T.1, Sato Horokura, 2013, Nobi Nobi, 110 p., 9782918857358*

Adorable suite de récits courts mettant en scène un sympathique panda et sa meilleure amie, une jeune fille du nom de Praline, Pan’Pan Panda : Une vie en douceur nous fait découvrir un univers d’une infinie tendresse, tout à l’image de ce titre qui révèle d’emblée le ton de l’ensemble. Relevant tranquillement les petits défis que place sur leur chemin un bien calme quotidien, ces personnages résolument attachants sauront charmer les jeunes lecteurs grâce à leurs aventures on ne peut plus mignonnes. (AFR)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

Planplan Culcul, Anouk Ricard, 2013, Les Requins Marteaux, coll. « BD Cul », 125 p., 9782849611487*

Anouk Ricard, qui nous a déjà donné bon nombre de savoureux ouvrages pour petits et grands tels que Coucous Bouzon, Faits divers et la série Anna et Froga, fait cette fois-ci surtout plaisir aux grands avec Planplan Culcul, huitième merveille de l’excellente collection BD-Cul des Requins Marteaux. Planplan Culcul, ce n’est pas seulement une auteure qui s’adapte à la contrainte du livre érotique. C’est surtout un excellent album, dans lequel on retrouve tout ce qu’on souhaite retrouver dans un bon Anouk Ricard, reine incontestable de l’enquête policière bidon. Sauf qu’ici ses personnages sont prisonniers d’un film XXX au scénario plus que douteux mélangeant orgies entre collègues et créatures extra-terrestres aux organes génitaux non conventionnels. (CLD)

Gekiga Fanatics, Masahiko Matsumoto, 2013, Le Lézard Noir, 328 p., 9782353480494*

À la fin des années soixante, trois jeunes auteurs, prêts à tout sacrifier pour leur art, rêvent de révolutionner le manga en créant un nouveau genre : le gekiga. Fatigués par le ton héroïque des diverses publications qui, avec leurs sempiternels récits d’humour et de fiction, voulaient redorer l’estime de soi de la génération d’après-guerre, Masahiko Matsumoto, Yoshihiro Tatsumi et Takao Saito imagineront des histoires plus réalistes et dramatiques qui leur sembleront mieux coller à la réalité du jeune lectorat de leur époque. Ainsi, ils travailleront d’arrache-pied et quitteront même Osaka pour s’installer ensemble à Tokyo, là où tout leur semblait possible… Étrange impression de déjà vu en parcourant les pages de cette autobiographie de Mastumoto. Et pour cause, il y raconte la même histoire dont traitait son confrère Tatsumi dans Une vie dans les marges. Il est intéressant de pouvoir comparer leur style et d’avoir un autre point de vue, plus caricatural et humoristique de ces mêmes événements, de cette période charnière de leur vie et de leur carrière. Un must pour comprendre l’évolution du manga et constater que, grâce à la contribution du gekiga – manga d’auteur et pour adultes, le médium aura ainsi acquis sa pleine maturité. (HB)

Baby Boom, Yuichi Yokoyama, 2013, Matière, coll. « Imagème », 183 p., 9782916383422*

Brillant créateur de formes, passé maître dans l’art de repousser les possibilités expressives de la bande dessinée, Yuichi Yokoyama se surpasse une fois de plus avec le superbe Baby Boom. Tout, dans le travail de l’auteur japonais, contribue à créer un rythme de lecture enlevant : la précise décomposition du mouvement, le dynamisme des cadrages et des perspectives, l’intégration d’onomatopées qui viennent littéralement battre la mesure et ajoutent une dimension « sonore » à l’expérience… Les planches de Yokoyama, d’une énergie fulgurante, refusent l’inertie. Elles défilent à toute allure comme de petits films d’animation – l’utilisation parfaitement hiérarchisée de couleurs foudroyantes contribuant à créer une œuvre absolument unique, qui nous force à revoir notre conception du neuvième art. (AFR)

Des-agréments d’un voyage d’agrément, Gustave Doré, 2013, 2024, 24 p., 9782919242146*

Monsieur César Plumet, nouvellement retraité et se cherchant une occupation, ordonnera à son épouse Vespasie de faire rapidement leurs bagages : c’est l’heure du départ en expédition pour les Alpes Suisse. Opulent, peureux et doté d’une trop grande imagination, il escaladera divers pics et dévalera également quelques pentes laissant, pendant ce temps, son chien et madame tous deux terrifiés à l’hôtel. De retour à Paris, il n’aura de cesse d’embêter ses proches par le récit de ses exploits… Bien connu pour ses géniales gravures illustrant La Bible ou La Divine Comédie, Gustave Doré, doté d’un don précoce pour le dessin et influencé par le travail de son contemporain Rodolphe Töpffer, créera cette première bande dessinée alors qu’il n’avait que 15 ans. Satire humoristique dénonçant la bourgeoisie, à l’image de tout ce qui ce faisait à cette époque, mais avec une invention graphique incomparable, une narration assez moderne, un fin travail sur la mise en abyme et, surtout, un humour qui a su traverser le temps, la publication de cette splendeur picturale et de ce classique du genre de 1851 demeure tout à fait pertinente. (HB)

Sept milliards de chasseurs-cueilleurs, Thomas Gosselin, 2013, Atrabile, coll. « Ichor », 72 p., 9782889230143*

Authentique labyrinthe narratif, Sept milliards de chasseurs-cueilleurs trouve le moyen de réinventer complètement son récit avec chaque nouvelle page tout en respectant par un miracle qui dépasse l’entendement sa propre logique interne tortueuse. À partir d’un scénario virtuose s’emboîtant et se déboîtant, se dédoublant et se redoublant à l’infini, Thomas Gosselin construit un complexe réseau de fausses pistes et de sentiers sinueux au sein duquel le lecteur cherche constamment ses repères. Loin d’être rébarbative, cette structure formidablement alambiquée se révèle au contraire fascinante – la verve débridée de l’auteur s’avérant toujours aussi ludique que poétique. (AFR)

Le livre de Léviathan, Peter Blegvad, 2013, Apocalypse, 160 p., 9782367310183*

Paru sous forme de strip dans l’hebdomadaire The Independent de Londres entre 1992 et 1999 et compilé ensuite en livre en 2001, il aura fallu attendre toutes ces années pour qu’un éditeur de langue française tente enfin le pari quasi impossible de traduire les aventures surréalistes de Lévi, ce bébé sans visage, et de son chat. Poétique, référentiel, pataphysique, autant de qualificatifs qui montrent bien la difficulté de rendre dans une autre langue les qualités intrinsèques d’une œuvre qui s’exprime en grande partie dans les jeux entre les mots et les images sans en briser la magie. Malgré quelques pertes mineures de sens, l’éditeur L’Apocalypse aura réussi ce défi et remportera aussitôt le prix Révélation au Festival d’Angoulême 2014. Tout tombe sous le sens quand on sait que le Léviathan est souvent identifié à la Bête de l’Apocalypse. (HB)

Orlando, Delphine Panique, 2013, Misma, 220 p., 9782916254326*

Inspiré du roman homonyme de Virginia Woolf relatant la vie tourmentée d’un jeune courtisan androgyne qui, du jour au lendemain, se transforme en femme, Orlando oscille au fil des saynètes entre le rire et la mélancolie. Rappelant le minimalisme de José Parrondo ou la finesse de John Porcellino, le trait délicat de Delphine Panique confère un charme presque enfantin à une histoire qui, néanmoins, s’assombrit au fur et à mesure qu’elle progresse – gagnant en profondeur sans pour autant perdre dans le processus sa légèreté réjouissante. Épopée étrange et au final étrangement émouvante, Orlando cache bien sa complexité sous ses allures de conte insouciant. (AFR)

Joker, Lee Bermejo et Brian Azzarello, 2013, Urban comics, coll. « DC Deluxe », 144 p., 9782365773270*

Le Joker est relâché de l’asile d’Arkham et il a bien l’intention de reprendre ses affaires là où il les avait laissées. Le problème, c’est que pendant son internement, ses amis se sont partagé son territoire et il doit repartir à zéro. Jonny Frost, un jeune voyou de petite envergure, mais avec de grandes ambitions, décide de lui prêter main-forte, et c’est à travers son regard que l’histoire se déroule. Son jeune acolyte assistera à un tourbillon de violence et de chaos pur, le Joker ne désirant qu’une chose, soit reprendre le contrôle sur sa ville et personne ne se dressera devant lui…Véritable coup de poing, cette BD au graphisme époustouflant nous entraîne dans les bas fonds de l’âme humaine. La folie du Joker ne laissera personne indemne. Une BD sans pitié. À lire absolument. (PP)

Charly 9, Richard Guérineau d’après Jean Teulé, 2013, Delcourt, coll. « Mirages », 127 p., 9782756033525*

« Un mort ? Deux ? Six ? Dix morts ? Cent ? Mille ? Dix mille ? Vingt mille morts ? D’accord, tuez-les, mais tuez-les tous pour qu’aucun ne puisse venir me le reprocher plus tard! » Voilà, le massacre de la St-Barthélémy est lancé et le jeune roi Charles IX en sera marqué pour le restant de ses jours. C’est ainsi que débute cette excellente BD historique qui s’intéresse au sort du roi qui, sous la pression de sa mère et des nobles catholiques, ordonna un des massacres les plus terribles de l’Histoire de France. Cette très bonne adaptation du roman de Jean Teulé, Charly 9, nous entraîne dans la spirale de la folie et de la déchéance d’un roi qui ne voulait pas l’être. Trop jeune et inexpérimenté pour faire face à la crise religieuse et politique qui sévit sous son règne, Charles IX veut fuir. Il s’évadera dans la démence. (PP)

La propriété, Rutu Modan, 2013, Actes Sud, coll. « BD », 232 p., 9782330022334*

Mica, une jeune israélienne dont le père vient de mourir, accompagne sa grand-mère à Varsovie afin de récupérer une propriété ayant été spoliée par les nazis, il y une soixantaine d’années. Ce « voyage d’affaires », somme toute banal, se métamorphosera rapidement en chassé-croisé sentimental, mettant ainsi la table à une chronique de mœurs irrésistible. Avec cet album, couronné du prix spécial du jury au dernier Festival d’Angoulême, Rutu Modan explore les méandres obscurs de la mémoire juive en évitant les écueils du mélodrame grâce à des revirements de situation fréquents et l’utilisation de la ligne claire. (RSH)

La voie ferrée au-dessus des nuages, Li Kunwu, 2013, Kana, coll. « Made in », 208 p., 9782505019633*

Lors d’un voyage dans une grande ville du sud du Yunnan, Li Kunwu se retrouve dans un parc qui s’avère être un cimetière abandonné contenant les dépouilles d’ouvriers étrangers. Sa curiosité de journaliste et sa passion de l’histoire aidant, il mettra la main sur un livre écrit en 1910 par un ingénieur français décrivant l’érection difficile du chemin de fer du Yunnan. Après deux ouvrages plus intimes ( Une vie chinoise; Les Pieds bandés ), Li Kunwu se met toutefois encore en scène dans cette enquête qui l’amènera à s’interroger sur les notions de patrimoine et de patriotisme. Cette dualité sera également présente tout au long de l’album par l’utilisation de teintes de gris, quand il s’agit de reproductions de photographies. (RSH)

RÉÉDITIONS, ANTHOLOGIES ET INTÉGRALES

Avis à tous les amoureux de L’Ours Barnabé, Philippe et Jean-Luc Coudray nous révèlent, avec Les manchots sont de sacrés pingouins ( La boîte à bulles, coll. « La malle aux images », 9782849531815* ) toute, mais vraiment toute la vérité sur ces sympathiques oiseaux marins. Bien évidemment, quand il s’agit des jumeaux Coudray, ces grands spécialistes de logique et d’humour, on doit s’attendre à ce que cette dite vérité prenne des teintes plutôt absurdes, poétiques et amusantes. Avec sa réédition augmentée à 96 pages, ce gracieux documentaire animalier de gags en deux images, répondra assurément aux questions des petits et des grands, curieux de tout savoir sur ces dévouées créatures de l’Antarctique. En prime : un dessin en relief. (HB)

Les éditions Delcourt nous comblent avec Vampire ( 9782756050423* ), l’édition définitive ( remplie d’extras hallucinants ) des pérégrinations sentimentales de Fernand le vampire parues précédemment sous les titres Grand vampire ou Le Bestiaire amoureux. Qui dit vampire dit chauve-souris, et qui dit chauve-souris dit Batman. Les éditions Urban continuent leur défrichage d’archives avec Batman anthologie ( 9782365772730* ), une sélection des meilleurs récits du chevalier noir de 1939 à 2013. La parution du Décalogue Intégrale ( Glénat, 9782723497817* ) nous amène à constater qu’après plus d’une décennie, la série culte de Frank Giroud, secondé par une dizaine de dessinateurs, est toujours d’actualité dans son traitement des valeurs morales et de la dérive des extrémismes. (RSH)

***

Sélection et rédaction de Catherine Lamontagne-Drolet, Hélène Brosseau, Alexandre Fontaine Rousseau, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

 

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en suivant les hyperliens des ISBN.

 


21 janvier 2014  par nos libraires BD

Bandes dessinées : la crème de décembre

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés qui leur semble être des incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – JEUNESSE

Kairos T.1, Ulysse Malassagne, 2013, Ankama, coll. « Étincelle », 63 p., 9782359104271*

Ce qui s’annonçait être un agréable petit séjour à la campagne en amoureux tournera brusquement au cauchemar pour Nills, quand sa copine Anaëlle est enlevée par des soldats dragons provenant d’un univers parallèle. Plongeant à leur suite dans le portail, avant que celui-ci ne se referme, Nills atterrira ainsi au cœur d’un royaume merveilleux qui, dirigé par une dynastie de dragons tout-puissants et détenteurs de pouvoirs surnaturels, se trouve fragilisé depuis la disparition de sa princesse. Déterminé à retourner le pays en entier pour sauver celle qu’il aime, Nills verra son corps se transformer et devenir plus fort en même temps que sa rage le hissera à la tête d’une rébellion… Fraîchement diplômé des Gobelins, Ulysse Malassagne fonde avec quelques amis animateurs le studio La Cachette. Extrêmement doué, prolifique et polyvalent, il y complète Jade, son premier album de bande dessinée qui, devant paraître chez le défunt Manolosanctis, trouvera finalement preneur chez Glénat, qui en redemande. Entre-temps, il entreprendra également la trilogie Kairos qui, peu après la parution simultanée des deux premiers albums, se retrouve dans le palmarès du festival d’Angoulême. Un début de carrière fulgurant à l’image de cette série coup-de-poing dont on attend impatiemment la conclusion. (HB)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

Annie Sullivan & Helen Keller, Joseph Lambert, 2013, Çà et Là, 90 p., 9782916207919*

Le film The Miracle Worker d’Arthur Penn (1962) est peut-être l’adaptation récente ayant permis à l’histoire d’Helen Keller d’entrer le plus profondément dans l’imaginaire collectif : inspiré de son autobiographie, The Story of My Life, ce film dépeint l’enfance de Keller, jeune fille sourde et aveugle de l’Alabama de la fin du 19e siècle. Annie Sullivan, sa gouvernante, parviendra à force de persévérance à établir un contact avec elle, puis à lui enseigner le langage des signes et l’écriture. Malgré l’abondance manifeste des récits sur le sujet, Joseph Lambert réussit à s’approprier ces personnages avec fraîcheur, sensualité et puissance. Multipliant les innovations graphiques et narratives, Lambert nous fait mieux comprendre la solitude et la colère de la jeune fille — de même que celles de Sullivan — puis l’affinement et la complexification des connaissances de Keller dans son désir effréné de connaissance. Un livre émouvant des plus ingénieux à mettre entre toutes les mains. (CLD)

Kermesse au Paradis, Birgit Weyhe, 2013, Cambourakis, 280 p., 9782366240597*

« À la mort de ma grand-mère Herta, de sa longue vie, il ne resta qu’une poignée d’objets personnels, et quelques albums. En regardant ces photos, je fus prise d’un vague regret d’avoir posé si peu de questions à mes aïeuls de leur vivant. […] Je suis donc allé voir des proches, j’ai écouté histoires et anecdotes, collecté photos et documents. Et j’ai comblé les vides avec ce livre. » Plus qu’un simple exercice, l’œuvre de Weyhe se rapproche davantage d’un véritable essai sur la mémoire, ambitieux au plan narratif comme graphique. Ses personnages, à mi-chemin entre réalité et fiction, sont lourds du poids du passé, et leurs vies sont entremêlées et interdépendantes telles les différentes mailles d’un tricot. Le contraste entre les différentes lignes graphiques de Birgit Weyhe — elle passe d’un dessin plus ou moins naïf au dessin à la ligne, en passant parfois même par l’abstraction — permet la mise en place de métaphores visuelles riches de sens et le déploiement d’une grande force d’évocation. (CLD)

Space brothers T.1, Chûya Koyama, 2013, Pika, coll. « Seinen », 215 p., 9782811612610*

Deux jeunes frères, particulièrement allumés pour leur âge, apercevront, au cours d’une de leur petite expédition scientifique, un engin volant non identifié. Fascinés par cette vision, ils auront, tout les deux, le pressentiment qu’un jour, eux aussi partiront à la conquête de l’espace. Des années plus tard, l’astronaute vedette Hibito s’entraîne intensément en vue de son départ imminent pour la Lune, tandis que son frère aîné, Mutta, a tout à fait mis de côté sa promesse d’atteindre Mars, convaincu qu’il est d’être né sous une mauvaise étoile. Rappelé à son serment par son jeune frère, Mutta n’aura d’autre choix que de tenir son rôle d’aîné, celui qui doit toujours ouvrir la voie… Saluée par la critique et récompensée par plusieurs prix, cette série captivante, drôle et pleine d’espoir, qui compte déjà 22 volumes au Japon, a également été adaptée en film et en animé. (HB)

L’extravagante croisière de Lady Rozenbilt, Romuald Reutimann et Pierre Gabus, 2013, Humanoïdes Associés, 128 p., 9782731673999*

« Le jeune Alfred Bigoodee n’est qu’apprenti mécanicien lorsqu’il embarque sur l’hydravion de Lady Rozenbilt, femme richissime aux goûts aussi fantasques que dangereux. Ce voyage va bouleverser sa vie… Une histoire complète autour de celui qui deviendra le commandant Bigoodee, l’un des personnages les plus marquants de la série Cité 14, prix de la série au Festival de la bande dessinée d’Angoulême.  » (4e de couverture.)

Carnet du Pérou : Sur la route de Cuzco, Fabcaro, 2013, Six pieds sous terre, coll. « Monotrème », 96 p., 9782352121039*

« Si ce projet intéresse 6 pieds sous terre, il sera publié l’année de mes quarante ans… J’y vois comme un symbole… C’est peut-être un tournant… Je crois que j’ai passé l’âge de faire des livres d’humour, il faut savoir évoluer. Je vais quand même pas faire de l’humour jusqu’à 80 ans… », écrit Fabrice Caro dans les premières pages de ce Carnet du Pérou qui se veut, pour peu que l’on se fie à la quatrième de couverture, « la description du parcours d’un homme profondément remué dans ses fondements et ses certitudes, à l’orée d’un revirement artistique salvateur. » Mais l’auteur français réserve une brillante surprise à ceux qui pourraient croire qu’il s’est subitement assagi. Détournant ingénieusement les conventions du récit de voyage, exploitant avec un malin plaisir tous les pires clichés du genre, cet objet atypique repousse adroitement les limites de l’autobiographie et s’avère évidemment très, très drôle. (AFR)

La ligue des gentlemen extraordinaires : Le Dossier Noir, Kevin O’Neill et Alan Moore, 2013, Panini Comics, coll. « Deluxe Fusion Comics», 216 p., 9782809433371*

Véritable chaînon manquant dans l’évolution de l’une des séries les plus fascinantes d’Alan Moore, ce Dossier noir comprend une fausse pièce de Shakespeare, un segment qu’il faut lire à l’aide de lunettes éveillant notre « troisième œil », un supplément érotique reprenant le format des fameuses Bibles de Tijuana de la première moitié du vingtième siècle ainsi qu’une multitude d’autres preuves de l’excentricité du génial auteur britannique. Plutôt qu’un simple récit, Moore nous propose ici un complexe jeu formel – une expérience de lecture peut-être plus proche du casse-tête que de la bande dessinée conventionnelle. Accumulant les références littéraires obliques et les ruptures stylistiques désarçonnantes tout en multipliant les mises en abyme étourdissantes, cet étrange épisode des aventures de la ligue des gentlemen extraordinaires dévoile de manière spectaculaire l’ambition démesurée de ce projet narratif audacieux. (AFR)

La brigade juive T.1 : Vigilante, Marvano, 2013, Dargaud, 47 p., 9782505017080*

C’est la fin de la Seconde Guerre mondiale et la brigade juive, une unité britannique formée en Palestine, est maintenant basée à la frontière Austro-Italienne. Des groupes de soldats en manque d’action s’organisent pour traquer – et éliminer – des Nazis en fuite. C’est dans ce cadre que l’on retrouve Leslie Tolliver, héros de la précédente série Grand Prix, qui a rejoint la brigade avec l’espoir de retrouver sa fiancée d’origine juive, disparue dans la tourmente. Marvano nous livre ici une œuvre fort bien documentée levant le voile sur une facette méconnue de la Seconde Guerre mondiale. Un récit passionnant mené à un rythme effréné où la petite histoire s’insère magistralement dans la grande. À découvrir. (PP)

Le chien qui louche, Étienne Davodeau, 2013, Futuropolis, coll. « Musée du Louvre », 135 p., 9782754808538*

La première rencontre entre Fabien, gardien au Louvre, et sa belle-famille prend une tournure embêtante lorsque le père de sa copine lui montre un tableau horrible réalisé par son grand-père. Convaincus que ce tableau a sa place au prestigieux musée, les Benion demandent à Fabien d’intercéder en leur faveur auprès de ses supérieurs. Ainsi débute une réflexion sur le sens de l’art truffée de personnages tous plus caractériels les uns que les autres. Il faut souligner le savoir-faire narratif d’Étienne Davodeau qui, en seulement quelques cases et répliques, cerne l’âme des protagonistes de cette étonnante comédie. (RSH)

Riche : Pourquoi pas toi ?, Marion Montaigne, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, 2013, Dargaud, 133 p., 9782205071764*

Philippe, un ouvrier au salaire modeste, est abordé par deux sociologues dans une librairie : fasciné par leurs propos sur l’argent et la bourgeoisie, il les invite chez lui sans se douter que le couple s’incrusterait dans son logis. Les intrus s’avèrent toutefois fort utiles quand Philippe remporte 20 millions d’euros à la loterie. Après une incursion dans la vulgarisation scientifique avec sa série Tu mourras moins bête…, Marion Montaigne déboulonne cette fois-ci les lieux communs entourant la richesse avec un humour dévastateur. (RSH)

Neonomicon, Jacen Burrows et Alan Moore, 2013, Urban Comics, coll. « Indies », 158 p., 9782365772686*

Des agents fédéraux enquêtent sur une série de meurtres étranges dont les pistes mènent à une librairie de Nouvelle-Angleterre servant de lieu de rencontres pour les membres d’une confrérie de Dagon. À travers ce récit glauque et violent, Alan Moore revisite les mythes lovecraftiens tout en multipliant les références à l’oeuvre et à la vie de H.P. Lovecraft. (RSH)

***

Sélection et rédaction de Catherine Lamontagne-Drolet, Hélène Brosseau, Alexandre Fontaine Rousseau, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en suivant les hyperliens des ISBN.

 


18 décembre 2013  par nos libraires BD

Bandes dessinées : la crème de novembre

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES QUÉBÉCOISES – ADULTES

Non-aventures : planches à la première personne, Jimmy Beaulieu, 2013, Mécanique Générale, 352 p., 9782922827507*

À l’occasion de la relance de Mécanique Générale, le nouveau directeur de la collection Renaud Plante a proposé à son prédécesseur Jimmy Beaulieu d’éditer une intégrale de son œuvre autobiographique. Non content de regrouper l’essentiel de Quelques pelures et du Morale des troupes, le recueil Non-aventures : planches à la première personne offre en annexe une troisième partie, intitulée Le roi cafard, dans laquelle l’auteur revient sur la période s’étendant de 2005 à 2013. Une belle addition qui vient clore ce cycle d’habile manière en permettant au lecteur de cerner peut-être un peu mieux l’intention derrière ce projet singulier, qui compte sans contredit parmi les plus ambitieux et les plus accomplis de la bande dessinée québécoise des quinze dernières années. (AFR)

La guerre des rues et des maisons, Sophie Yanow, 2013, La mauvaise tête, 72 p., 9782923942070*

« Une artiste américaine installée à Montréal participe au printemps étudiant de 2012. Observant les tactiques policières sur le terrain, elle amorce une réflexion sur l’urbanisme comme moyen de contrôle des soulèvements populaires. Essai à la première personne, La guerre des rues et des maisons retrace l’histoire de la planification urbaine des grandes métropoles depuis la révolte d’Alger matée par le maréchal Bugeaud, de la remodélisation de Paris par Haussmann au travail de Robert Moses à New York. Car tout est question d’échelle, humaine et inhumaine. » (Site de l’éditeur)

Les pièces détachées, David Turgeon et Vincent Giard, 2013, La mauvaise tête, 156 p., 9782923942063*

« C’est l’histoire de Laura, jeune cégépienne, qui renoue avec son père, sorti de sa vie depuis des lustres. En apparence, tout les sépare. Mais au fond, ils sont faits pour s’entendre, avec leurs rêves, leurs tracas, leurs secrets. Ce récit hypnotisant, attentif aux gestes les plus subtils, est campé dans un Montréal incarné, plus vrai que vrai, celui qu’on traverse quand on a raté le dernier métro. Il en résulte une fable faussement légère, presque cruelle. » (Site de l’éditeur)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – PREMIERS LECTEURS

Camille et Jeanne s’entendent bien, Laurent Simon, 2013, Hélium, 50 p., 9782330022518*

Petites héroïnes de quatre ans, Camille et Jeanne sont d’inséparables cousines qui s’adorent, se disputent, jouent dans leur bain, ont peur des grosses bêtes, dansent avec leurs robes qui tournent ou montrent leurs jolies bobettes roses à n’importe qui… Fines observations hilarantes du quotidien des tout-petits, les neuf courtes histoires de cette première bande dessinée jeunesse d’un grand illustrateur et jeune papa, nous donnent résolument envie de le suivre dans cette voie. Dès 6 ans. (HB)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

Come Prima, Alfred, 2013, Delcourt, coll. « Mirages », 223 p., 9782756031521*

Deux frères qui ne se sont pas parlé depuis des années sont forcés de se revoir suite à la mort de leur père. À bord d’une Fiat 500, ils parcourent ensemble le chemin qui mène à leur pays natal – se remémorant au fil de la route leur enfance de même que les tristes circonstances ayant mené au départ de l’aîné. Six ans après Pourquoi j’ai tué Pierre, Alfred nous livre avec Come Prima un portrait particulièrement bien composé d’une Italie encore aux prises avec son passé fasciste. D’un élégant classicisme, la mise en scène indéniablement maîtrisée et particulièrement cinématographique de l’auteur regorge de trouvailles discrètes. Son écriture, quant à elle, ne brille pas tant par son originalité que par sa solidité à toute épreuve. Reprenant à bon escient les conventions du road movie, Alfred signe un récit sensible et intelligent qui traite avec finesse de l’idéalisme et du lien filial, au gré d’un scénario bien rythmé, ponctué de temps morts qui viennent souligner l’état d’errance dans lequel se trouvent ses personnages. (AFR)

Sept saisons, Ville Ranta, 2013, Çà et Là, coll. « Longues Distances », 264 p., 9782916207896*

Hans Nyman, veuf depuis peu et père de deux jeunes enfants, est torturé par le désir. Ses ébats avec sa servante, contraires aux mœurs de l’époque, lui raviront le poste de pasteur qu’il convoitait d’exercer pour la petite communauté luthérienne d’Oulu au bord de la mer Baltique. Sa réputation ainsi entachée, il se verra également refuser la main de la plus belle femme de la ville, la piétiste et libertaire Maria Piponius, qui, revenue depuis peu d’un long voyage en mer, se doit, elle aussi, d’assurer son avenir… Auteur finlandais précoce et habité, Ville Ranta, grand prix du festival de Kemi en 2006, s’amuse encore cette fois-ci, comme il l’avait fait pour L’exilé du Kalevala, à imaginer l’intimité des personnages historiques qui marquèrent le destin de sa contrée sur le chemin de son indépendance. Son dessin nerveux est encore magnifié par l’ajout de vives couleurs à l’aquarelle qui rendent admirablement l’ambiance lumineuse de cette région isolée de l’extrême nord. (HB)

La carte des jours, Robert Hunter, 2013, Nobrow, 60 p., 9781907704628*

Cette année encore, à l’occasion de ses vacances, Richard passera quelques jours en compagnie de son grand-père. Celui-ci habite une maison au bord de la mer où résonnent les incessants cliquetis des horloges qu’il collectionne et remonte avec assiduité à l’aide d’une petite clef. Se trouvant à l’intérieur de la demeure à un moment où son grand-père le lui avait interdit, Richard le surprendra surgissant de la porte d’une horloge de parquet. À la nuit tombée, vraiment trop curieux et incapable de dormir, il empruntera lui aussi ce passage mystérieux, trouvant ainsi la route de sa destinée, et deviendra à son tour, le gardien de la clef du contrôle du temps… Continuant sa riche exploration de l’univers entamée avec le magnifique Le jeune fantôme, Robert Hunter traite ici poétiquement du phénomène de l’attraction et de l’origine des marées et va même jusqu’à inventer sa propre cosmogonie. Cette fable fantastique illustrée de façon magistrale confirme encore le talent de ce conteur et illustrateur méticuleux et exceptionnel. (HB)

Mexicana T.1, Gilles Mezzomo, Matz et Mars, 2013, Glénat, coll. « Grafica », 48 p., 9782723492737*

Emmett Gardner, un policier des frontières sans histoires doit aider son fils qui subit le chantage d’un narcotrafiquant mexicain. Il devra assassiner un homme pour sauver son garçon, mais les choses ne sont pas simples, car il découvre que la victime est en fait un agent double de la DEA. Une nouveauté enlevante de Matz, qui nous avait donné l’excellente série Le tueur, encore une fois le personnage principal fait plus figure d’anti héros. On prend cependant facilement le parti de cet homme qui, pour sauver son fils, s’enfonce de plus en plus vers le point de non-retour. Une enquête policière se déroulant du mauvais côté de la loi avec un héros prêt à tout pour obtenir la rédemption de son fils. Une histoire sombre, haletante et pleine de rebondissements, vivement la suite. (PP)

Lancaster T.1 : Les portes de l’Arctique, Jean-Jacques Dzialowski et Christophe Bec, 2013, Glénat, coll. « Grafica », 48 p., 9782723486323*

La première partie d’un nouveau diptyque du prolifique Bec. Lord Lancaster, un officier de la Navy anobli pour ses faits d’armes lors de la Seconde Guerre mondiale, est invité à se joindre à une expédition scientifique dans le Grand Nord. Le professeur Clarke, un ami de notre héros, y a fait une découverte extraordinaire qui remet en question l’histoire de l’humanité. Lancaster doit l’aider à poursuivre les recherches et assurer la protection des savants… L’auteur reste fidèle à ses habitudes et place ses personnages dans une situation sans issue : une tempête bloque l’expédition et l’environnement polaire limite les possibilités du héros. Plusieurs intrigues s’entrecroisent sur différentes époques avec, peut être, un soupçon de fantastique. Un bon début avec suffisamment de matières pour nous faire espérer l’arrivée du tome 2 le plus rapidement possible. (PP)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ESSAI

Apocalypse manga, Pierre Pigot, 2013, PUF, coll. « Perspectives critiques », 248 p., 9782130621461*

« La bombe d’Hiroshima, premier engin atomique lancé sur une population civile, n’a pas seulement marqué à jamais la psyché japonaise : elle a aussi reconfiguré la flèche du temps pour l’ensemble de notre monde. C’est à l’exploration de cette ombre historique, projetée sur le plus commercial des médiums artistiques, le manga, qu’invite Pierre Pigot : comment des mangakas comme Miyazaki, Matsumoto ou Nakazawa ont forgé une esthétique capable de donner une apparence aux lourds fantômes de l’histoire comment, du Voyage de Ryû à L’École emportée, et de Princesse Mononoké à Albator, les mangas et dessins animés ont exploré ces secrets de l’histoire humaine et ces hantises de la catastrophe, qui peuplent les coulisses de l’art depuis soixante ans comment, enfin, un manga aussi populaire aujourd’hui que One Piece dissimule au cœur de ses milliers de pages une idée secrète capable de nous donner les clés pour lutter contre cette prégnance de l’apocalypse. Apocalypse manga – ou le manga enfin sauvé de sa singularité orientale, et rendu aux mains de ses lecteurs. » (Site de l’éditeur)

RÉÉDITIONS, INTÉGRALES ET COMPILATIONS

Après avoir tenté, en vain, d’obtenir les droits pour réaliser une adaptation de La planète des singes, le rédacteur en chef de DC Comics Carmine Infantino demanda à l’incomparable Jack Kirby de lui écrire une série postapocalyptique dans la veine du fameux film mettant en vedette Charlton Heston. Kirby lui pondit Kamandi ( Urban Comics, 9782365773157* ), une série qui fut publiée de 1972 à 1978 et qu’Urban Comics réédite ici en français – pour le plus grand plaisir des fans de celui que l’on surnomme encore, à juste titre, le « roi des comics ». (AFR)

L’idée de lancer une nouvelle revue de bande dessinée en 2013 peut certes paraître vaguement saugrenue, voire un brin anachronique. « Nier que l’idée de cette revue est apparue en sournoise et vicieuse opposition aux évangélistes du tout numérique ne serait que pur mensonge », écrivent les rédacteurs en chef Yannick Lajeunesse et Lewis Trondheim en guise d’introduction au premier numéro de Papier ( Delcourt, 9782756041391* ). Or, force est d’admettre que l’élégante présentation de la revue de même que la qualité générale et la diversité des œuvres qui s’y trouvent rassemblées sauront séduire un vaste public – du connaisseur émérite au néophyte cherchant une porte d’entrée dans le monde de la bande dessinée d’auteur. Au sommaire de ce tome un : Bastien Vivès, Florence Dupré La Tour, Guy Delisle, Dylan Meconis, Jérôme Anfré et plusieurs autres… (AFR)

À l’occasion de son 15e anniversaire, La Pastèque nous présente une version de luxe de Paul à la campagne ( La Pastèque, 9782923841472* ), premier titre de la fameuse série de Michel Rabagliati qui demeure à ce jour le plus grand succès de la maison d’édition québécoise. La colorisation, réalisée par Cathon (La liste des choses qui existent), respecte parfaitement l’esthétique de la série – à un point tel que l’on se surprend par moments à penser que l’album a toujours été en couleurs. Cet objet attrayant, offert à un prix somme toute plus que raisonnable, s’avère surtout un beau cadeau qu’offre l’éditeur aux lecteurs de sa série phare. (AFR)

D’abord publiée au Seuil en 2001, cette brillante collaboration entre le scénariste Jean-Louis Capron et le génial Killoffer est enfin disponible à nouveau, grâce aux bons soins de Cornélius. Étrange récit humoristique sur fond de fascisme et de gomme balloune, dont l’univers dystopique évoque autant le 1984 d’Orwell que Le meilleur des mondes d’Huxley, Viva Pâtàmâch! ( Cornélius, 9782360810277* ) nous plonge dans un monde cauchemardesque où l’alimentation a été remplacée par la mastication d’une pâte rose possédant soi-disant toutes les vertus nutritives nécessaires au bon fonctionnement du corps humain. Un authentique classique culte, au graphisme inventif et au scénario tout ce qu’il y a de plus délirant. (AFR)

Une série inspirée de faits véridiques. Pendant la bataille de Stalingrad à l’hiver 1942, une équipe de tournage soviétique est chargée de rapporter des images de la grande guerre patriotique au camarade Staline. La situation est catastrophique, les ennemis sont partout et ils ne sont pas qu’allemand, le climat est rude et le matériel limité. Malgré tout, les membres de l’équipe doivent travailler ensemble pour réussir à faire un film sinon ils seront accusés de sabotage et de trahison avec les conséquences que l’on imagine. L’intégrale de Stalingrad Khronika ( Dupuis, coll. « Aire Libre », 9782800157467* ) offre une facture graphique très intéressante pour un récit enlevant. L’absurdité de la guerre présentée à l’échelle humaine avec un grand talent. Un chef d’œuvre. (PP)

Afin de contrer la propagande nazie, la direction du Journal Spirou interrompt la parution de l’hebdomadaire et décide de publier, à compter du jeudi 9 septembre, une page constituée d’un dessin d’humour éditorial de manière clandestine. Durant 41 semaines, les lecteurs devront déchiffrer un code à l’effigie de Spip qui les avisera du lieu de distribution du prochain numéro. Il faut saluer le charme vintage de ces planches et le brio d’Alec Séverin qui nous livre, avec ce Spirou sous le manteau : les aventures de Spirou, Fantasio et Spip ! ( Dupuis, 9782800158921* ) LE canular de l’année ayant berné plus d’un libraire. (RSH)

Cet album à l’italienne est l’occasion de découvrir les 46 premiers strips en noir et blanc de Cœurs d’acier, la seule aventure (inachevée) de Spirou réalisée par Yves Chaland. Accompagné d’un dossier documentaire et de nombreux dessins inédits, Spirou ( Dupuis, 9782800159782* ) est un ultime hommage à un géant du neuvième art doublé d’une enquête sur les remous éditoriaux provoqués par le départ de Fournier aux rênes de la série phare des éditions Dupuis. (RSH)

Spirou et Fantasio, assistés par Gaston Lagaffe, participent au voyage inaugural d’une locomotive nucléaire. Après une manœuvre inattendue de Gaston, le train s’emballe et nos héros doivent trouver le moyen d’arrêter la locomotive afin d’éviter une catastrophe. Diffusé à l’origine sous forme de feuilleton radiophonique à l’automne 1963, Les Robinsons du rail ( Dupuis, 9782800153582* ) avait été publié par la suite dans le journal Spirou. Cette réédition en dos toilé est une des rares occasions de savourer le travail conjoint de trois figures de proue de la BD belge. (RSH)

 

***

 

Sélection et rédaction de Catherine Lamontagne-Drolet, Hélène Brosseau, Alexandre Fontaine Rousseau, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

 

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en suivant les hyperliens des ISBN.

 

 


11 décembre 2013  par nos libraires BD

Les bandes dessinées de 2013 : les palmarès de nos libraires BD

Cette année, aucun titre n’a su faire l’unanimité comme avait pu le faire l’an passé l’excellent Susceptible de Geneviève Castrée. Extrêmement éclectique, la cuvée 2013 a cependant confirmé la vitalité exceptionnelle de la bande dessinée québécoise actuelle. En effet, pas moins de cinq nouveautés sont arrivées à se glisser dans les palmarès de nos libraires : Vil et misérable de Samuel Cantin (deux mentions), Poulet Grain-Grain de François Samson-Dunlop et Alexandre Fontaine Rousseau (deux mentions), La liste des choses qui existent d’Iris et Cathon, Les pièces détachées de Vincent Giard et David Turgeon ainsi que La guerre des rues et des maisons de Sophie Yanow, sans compter la réédition, chez Ego comme X, du classique de Sylvie Rancourt Mélody (deux mentions).

De nombreux autres titres québécois ne s’étant pas glissés dans nos Top 10 ont cependant été dans la course jusqu’à la toute fin. À commencer par Les deuxièmes, remarquable album de Zviane confirmant, en même temps que le talent de la jeune auteure, l’excellence du travail de la maison d’édition Pow Pow. Ajoutez à cela la relance de l’écurie Mécanique Générale, qui s’est d’emblée démarquée en rééditant l’intégrale des œuvres autobiographiques de Jimmy Beaulieu sous le titre Non-aventures : Planches à la première personne, la très belle rentrée BD de l’éditeur de poésie L’oie de cravan cet automne ainsi que les nombreuses activités entourant le quinzième anniversaire de La Pastèque en novembre et vous avez, sans conteste, une année marquante pour le neuvième art québécois.

Parmi les quelques titres étrangers se démarquant du lot, on remarque Brigitte et la perle cachée d’Aisha Franz (deux mentions), Orignal de Max de Radiguès (deux mentions), Mabui : Les âmes d’Okinawa de Susumu Higa (deux mentions) ainsi que le premier tome de l’intégrale du classique Nancy d’Ernie Bushmiller (deux mentions). 2013 aura été une autre bonne année pour la jeune structure indépendante Misma, deux titres publiés par celle-ci s’étant glissés dans l’une ou l’autre de nos listes de fin d’année : L’aventure de l’homme-chien de Yoon-sun Park et l’émouvant Peau de lapin de Gauthier. 23 ans après sa fondation, L’Association demeure quant à elle un incontournable de l’édition indépendante en France : l’ambitieux Big Questions d’Anders Nilsen, le deuxième tome des Incidents de la nuit de David B. et le troisième Dungeon Quest de Joe Daly ont été retenus par notre équipe. L’Apocalypse, créée en 2012 par l’ex-associationiste Jean-Christophe Menu, a elle aussi connu une belle deuxième année d’existence – marquée notamment par la sortie du recueil Lettre à la mère de l’auteur libanais Mazen Kerbaj.

Bien qu’il ne se soit au final glissé que dans la liste d’un seul de nos libraires, Tyler Cross, solide collaboration entre Fabien Nury et Brüno, a fait l’unanimité au sein de l’équipe. Souvenirs de l’empire de l’atome, ambitieux récit de science-fiction au graphisme rétro-futuriste remarquable, s’est aussi démarqué. Sept ans après la fin de Universal War One, l’auteur Denis Bajram revenait pour sa part à la charge avec une nouvelle série lui faisant suite, logiquement intitulée Universal War Two, dont le premier tome a su convaincre notre collègue Patrick Pilote. Parmi les titres jeunesses parus cette année, outre l’incontournable tome cinq de la saga Esteban, nos libraires auront retenu l’hilarant Akissi T.4 de Marguerite Abouet et Mathieu Sapin, le second chapitre de la trilogie Hell School intitulé Orphelins ainsi qu’Aventure au musée, quatrième épisode de la série fantastique Angus.

Mais, trêve de bavardage, voici les palmarès exhaustifs et soigneusement composés de notre équipe.

Top 10 BD 2013 selon Alexandre

1. Jérôme et la ville, Marie Saur et Nylso, Les Contrebandiers, 152 p., 9782953227932*
2. Philémon T.16 : Le train où vont les choses, Fred, Dargaud, 35 p., 9782205037418*
3. Les incidents de la nuit T.2, David B., L’Association, coll. « Ciboulette », 199 p., 9782844144836*
4. Brigitte et la perle cachée, Aisha Franz, Çà et Là, 196 p., 9782916207797*
5. Lettre à la mère, Mazen Kerbaj, Apocalypse, 144 p., 9782367310176*
6. La guerre des rues et des maisons, Sophie Yanow, Mauvaise Tête, 72 p., 9782923942070*
7. L’aventure de l’homme-chien, Yoon-sun Park, Misma, 128 p., 9782916254265*
8. La liste des choses qui existent, Cathon et Iris, La Pastèque, coll. « Pomélo », 120 p., 9782923841410*
9. Brooklyn Quesadillas, Antony Huchette, Cornélius, coll. « Pierre », 72 p., 9782360810598*
10. Vil et misérable, Samuel Cantin, Pow Pow, 148 p., 9782924049099*

Top 10 BD 2013 selon Catherine

1. Brigitte et la perle cachée, Aisha Franz, Çà et Là, 196 p., 9782916207797*
2. Annie Sullivan et Helen Keller, Joseph Lambert, Çà et Là et Cambourakis, 90 p., 9782916207919*
3. Mélody, Sylvie Rancourt, Ego Comme X, 350 p., 9782910946883*
4. Les pièces détachées, David Turgeon, La mauvaise tête, 156 p., 9782923942063*
5. Orignal, Max de Radiguès, Delcourt, coll. « Shampooing », 151 p., 9782756041001*
6. Poulet grain-grain, François Samson-Dunlop et Alexandre Fontaine Rousseau, La mauvaise tête, 162 p., 9782923942056*
7. Vil et misérable, Samuel Cantin, Pow Pow, 148 p., 9782924049099*
8. Nancy : 1943-1945, Ernie Bushmiller, Actes Sud et L’An 2, 336 p., 9782330022631*
9. Akissi T.4 : Rentrée musclée, Marguerite Abouet et Mathieu Sapin, Gallimard, 48 p., 9782070649822*
10. Peau de lapin, Gauthier, Misma, 104 p., 9782916254289*

Mentions spéciales

Heavy Metal, 9782070696765*
Les deuxièmes, 9782924049068*
Fantastic Plotte, 9782922399837*
Maria T.1, 9782505016281* et Maria T.2, 9782505017639*
Fétiche, 9782849611371*
Mélo Pop, 9782070647163*

Top 10 BD 2013 selon Hélène

1. L’année du lièvre T.2, Tian, Gallimard, coll. « Bayou », 116 p., 9782070629589*
2. Fun Home : une tragicomédie familiale, Alison Bechdel, Denoël Graphic, 236 p., 9782207116807*
3. Big Questions, Anders  Nilsen, L’Association, 592 p., 9782844144607*
4. 7 Shakespeares T.4, Harold Sakuishi, Kase Manga, coll. « Seinen », 288 p., 9782820305732*
5. Mabui, les âmes d’Okinawa, Susumu Higa, Lézard Noir, 248 p., 9782353480449*
6. Dungeon Quest T.3, Joe Daly, L’Association, coll. « Espôlette », 296 p., 9782844144621*
7. Esteban T.5, Matthieu Bonhomme, Dupuis, 47 p., 9782800157290*
8. Musée insolite de Limul Goma T.2 : Le massacre, Simon Hureau, La boîte à bulles, coll. « Hors Champ », 64 p., 9782849531525*
9. Dérive Orientale, Younn Locard, L’Empoyé du Moi, 64 p., 9782930360584*
10. Nancy : 1943-1945, Ernie Bushmiller, Actes Sud et L’An 2, 336 p., 9782330022631*

Mentions spéciales

Last Man T.1, 9782203047730*
Mokke T.1, 9782811611170*
Cesare T.1, 9782355925078*
La peur au bout du fil, 9782800148236*
Ernest et Rebecca t.5, 9782803632794*
Mes petits plats faciles by Hana t.2, 9791091610261*
Beauté T.3, 9782800154268*

Top 10 BD 2013 selon Patrick

1. Stalingrad Khronika intégrale, Bourgeron et Ricard, Dupuis, coll. « Aire Libre », 132 p., 9782800157467*
2. Abyme T.1, Bajram et Mangin, Dupuis, coll. « Aire Libre », 56 p., 9782800154466*
3. UW 2 T.1 : Le temps du désert, Denis Bajram, Casterman, 47 p., 9782203058620*
4. Tyler Cross, Fabien Nury et Brüno, Dargaud, 91 p., 9782205070064*
5. Hell School T.2 : Orphelins, Dugomier et Ers, Le Lombard, 47 p., 9782803632572*
6. Brigade juive T.1 :Vigilante, Marvano, Dargaud, 47 p., 9782505017080*
7. Mexicana T.1, Mars, Matz et Gilles Mezzomo, Glénat, coll. « Grafica », 48 p., 9782723492737*
8. Gung Ho T.1 : Brebis galeuses, Benjamin von Eckartsberg et Thomas von Kummant, Paquet, 84 p., 9782888905677*
9. Angus T.4 : Aventure au musée, Régis Donsimoni, Ankama, 48 p., 9782359104547*
10. Deadline, L.F. Bollée et Christian Rossi, Glénat, 88 p., 9782723489461*

Top 10 BD 2013 selon Réjean

1. Souvenirs de l’empire de l’atome, Thierry Smolderen et Alexandre Clérisse, Dargaud, 141 p., 9782205069303*
2. L’entrevue, Manuele Fior, Futuropolis, 173 p., 9782754805834*
3. Mabui, Les âmes d’Okinawa, Susumu Higa, Le Lézard Noir, 248 p., 9782353480449*
4. Orignal, Max de Radiguès, Delcourt, coll. « Shampooing », 151 p., 9782756041001*
5. Poulet grain-grain, François Samson-Dunlop et Alexandre Fontaine Rousseau, La mauvaise tête, 162 p., 9782923942056*
6. Les praticiens de l’infernal T.1, Pierre La Police, Cornélius, coll. « Raoul », 176 p., 9782360810345*
7. Mélody, Sylvie Rancourt, Ego Comme X, 350 p., 9782910946883*
8. Les guerres silencieuses, Jaime Martín, Dupuis, coll. « Aire Libre », 152 p., 9782800153469*
9. Bande d’arrêt d’urgence, Woodrow Phoenix, Actes Sud et L’An 2, 188 p., 9782330020071*
10. Duncan le chien prodige T.1, Adam Hines, Çà et là, 392 p., 9782916207780*

 

***

 

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en suivant les hyperliens des ISBN.

 

 


14 novembre 2013  par nos libraires BD

Bandes dessinées : la crème d’octobre

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES QUÉBÉCOISES – ADULTES

Mélasse, Guillaume Pelletier, 2013, L’Oie de Cravan, 76 p., 9782922399844*

Dans ce petit livre où règne la noirceur, les frêles silhouettes humaines que trace Guillaume Pelletier cherchent à résister aux lourdes ombres qui menacent constamment de les submerger. Mélasse, c’est la jonction obscure entre la poésie et le recueil de strips humoristiques, la bande dessinée qui prend le risque de s’égarer pour mieux exprimer l’indicible angoisse existentielle se cachant sous sa surface ludique. Mais c’est surtout le poids de l’encre de Chine qui se pose sur ses pages, créant de vastes océans de néant desquels émergent mille menaces aux formes grotesques, inquiétantes… et quand même, malgré tout, plutôt drôles. (AFR)

Petit guide du Plan Nord, Michel Hellman, 2013, L’Oie de Cravan, 58 p, 9782922399776*

Suite logique du très bel Iceberg, paru dans la collection Colosse en 2010, ce Petit guide du Plan Nord dévoile une série de paysages pittoresques que l’auteur de Mile End a découpé à même des sacs de poubelles recueillis dans des réserves amérindiennes de la Basse-Côte-Nord. D’une grande beauté plastique, c’est le cas de le dire, ce petit livre aborde d’une manière inusitée un sujet d’actualité que l’on a trop souvent tendance à occulter. Confrontant notre vision idéalisée du Nord québécois à une certaine réalité matérielle autrement moins romantique, Michel Hellman pose ici les bases d’une réflexion essentielle sur le rapport au territoire, aux premières nations et à l’exploitation des ressources naturelles. (AFR)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – PREMIERS LECTEURS

Ariol, Mes grandes histoires T.1 : Où est Pétula? Marc Boutavant et Emmanuel Guibert, 2013, Bayard, coll. « BD Kids », 64 p., 9782747044905*

Nul besoin de présenter à nouveau Ariol, cet ânon bleu à grosses lunettes rondes et personnage phare du magazine J’aime Lire depuis le début des années 2000. La grande nouveauté toutefois avec cette adorable série, c’est que plutôt que de continuer à compiler les épisodes de dix pages habituels, le format album s’étend maintenant à de grandes histoires complètes. Dans celle-ci, le timide Ariol, enfin invité à manger chez sa copine Pétula, subira les accaparantes passions musicales du frère et du père de la jolie vachette, plutôt que de pouvoir profiter de l’après-midi pour passer du temps avec son amoureuse secrète. Empêtré dans ce dédale, Ariol triomphera enfin de ces gêneurs et rejoindra son amie, qui captivée par la lecture de son nouveau livre de mythologie illustrée, s’était à peine inquiétée de l’absence de son invité. En supplément, quelques notes sur le Minotaure et les paroles du succès du rappeur Hercule… Informatif et rigolo. (HB)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – JEUNESSE

Lulu et Fred T.1 : Une dent contre les mémés, J.J. Thibaud, N. Robin et Cécile, 2013, Le Lombard, 48 p., 9782803632824*

Lulu, victime d’un grave accident lorsqu’elle était toute petite, a perdu l’usage de ses jambes. Elle a cependant vu ses facultés intellectuelles décuplées, ce qui lui a permis de modifier son fauteuil roulant pour le transformer en un robot volant, Fred, à l’insu de tous. Les deux compagnons travaillent ensemble pour résoudre une enquête un peu loufoque laissée de côté par les services de police. Lulu est une jeune fille dynamique qui ne se laisse pas abattre par ses malheurs. Assistée en secret par Fred, elle fait face aux événements et surmonte les épreuves. L’histoire ne se prend pas trop au sérieux (on recherche un voleur de dentier…), le ton bon-enfant sert bien cette histoire humoristique et voir cette jeune fille faire fi de son handicap pour mordre dans la vie est rafraîchissant. Une nouvelle série bien sympathique, vivement une autre enquête de Lulu et Fred. (PP)

Les quatre sœurs : 4 saisons, Lucie Durbiano et Malika Ferdjoukh, 2013, Bayard, coll. « BD Kids », 145 p., 9782747046213*

Enid a quatre sœurs : Hortense la littéraire, Bettina la romantique, Geneviève la sportive et Charlie, l’ainée et la responsable de cette belle troupe d’orphelines. Elles habitent toutes ensemble, avec deux chats et beaucoup de courants d’air, une grande maison déglinguée, la Vill’Hervé, juchée au bord de la falaise et qui voit à l’occasion ses murs hantés par la visite bienveillante des fantômes de leurs parents. Au fil des saisons, chaque sœur vivra ses petits événements, doutes et questionnements quotidiens qui, réunis dans ce bel album de textes illustrés, sont adaptés des romans du même nom. (HB)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

Stars of the Stars T.1, Joann Sfar et Pénélope Bagieu, 2013, Gallimard, 48 p., 9782070649877*

Rencontre inattendue entre deux auteurs que tout semble séparer, Stars of the Stars confirme ce que l’on suspectait à la lecture du premier tome de Jeangot l’année dernière : à savoir que Joann Sfar écrit actuellement beaucoup mieux pour les autres que pour lui-même. Offrant à Pénélope Bagieu un récit taillé sur mesure pour son style, tout en la sortant de l’univers parfois prévisible auquel elle semblait cantonnée, Sfar s’en donne à cœur joie en signant une histoire délirante de danse et d’exil intergalactique dans laquelle une blague n’attend jamais l’autre bien longtemps. (AFR)

La saison des billes, Gilbert Hernandez, 2013, Atrabile, coll. « Ichor », 120 p., 9782889230112*

Auteur acclamé avec ses frères Xaime et Mario de la série culte Love And Rockets, Gilbert, le plus prolifique et original du trio Los Bros Hernandez, replonge encore une fois avec ce récit dans ses souvenirs d’enfance. Jeunesse plutôt banale d’un gamin des années 60, nourrie par la culture populaire américaine, avec ses émissions de télévision à petit budget et sa profusion de comics book et de cartes à collectionner. Tous ces divertissements d’apparence anodine aux yeux des adultes, mais qui, conjugués à la personnalité créative du petit Huey de La saison des billes auront une influence majeure et décisive sur son destin et feront de lui plus tard un des piliers du roman graphique. (HB)

Punk rock Jesus, Sean Murphy, 2013, Urban comics, coll. « Vertigo deluxe », 232 p., 9782365772600*

Dans une tentative de créer la téléréalité ultime, la société OPHIS prélève de l’ADN du suaire de Turin et lance, le 25 décembre 2019, la série J2 qui met en scène la naissance du clone de Jésus-Christ. Sous la main de fer du producteur, l’île servant de plateau de tournage deviendra au cours des années le théâtre d’une guerre avec une faction radicale du Tea party où Chris, le second sauveur, s’exilera afin de fonder un groupe punk qui embrasera la planète. Avec ce récit d’anticipation, Sean Murphy tire à bout portant sur la dérive des médias et l’obscurantisme fanatique en mettant en scène une panoplie de personnages aux prises avec leurs convictions. (RSH)

Off road, Sean Murphy, 2013, Urban comics, coll. « Urban indies », 131 p., 9782365772532*

De nouveau célibataire, Trent décide de partir en excursion en forêt avec ses amis dans la jeep toute neuve de l’un d’entre eux. Malheureusement, la jeep s’embourbe dans la rivière et le moteur refuse de repartir. Pendant qu’ils tentent de pousser la jeep et de trouver quelqu’un qui veut bien les dépanner, les trois amis se lancent dans une sorte de crise existentielle de groupe. Compte-rendu amusant d’un road-trip raté, Off Road est un récit en un tome et une œuvre de jeunesse de Sean Murphy, maintenant mieux connu pour sa participation aux séries de Batman et American Vampire. Cet ouvrage aborde les thèmes de l’amitié, de l’amour et du passage à l’âge adulte avec une simplicité et une fraîcheur agréable qui éveillent chez le lecteur la nostalgie des moments passés en bonne compagnie au collège. (IM)

L’Été des Bagnold, Joff Winterhart, Çà et là, 80 p., 9782916207889*

Daniel Bagnold, un adolescent de 15 ans, voit ses plans de vacances outre-Atlantique chez son père en Floride contrecarrés. Contraint à passer l’été avec sa mère, son meilleur ami Ky et Maisie, son labrador en fin de vie, il tentera de se faire le plus transparent possible afin de glander en paix. Avec un humour british cinglant, Joff Winterhart déploie une série de strips aigres-doux sur les relations humaines dans un style semi-réaliste cernant à merveille la métamorphose anatomique souvent ingrate des adolescents. (RSH)

La Revue dessinée T.1, Collectif, 2013, Revue dessinée, 226 p., 9782754810142*

Véritable puits de culture générale, cette revue trimestrielle de reportages graphiques offre un large éventail de points de vue sur des sujets qui affectent notre quotidien. La politique, l’histoire, la culture et la science y sont ici traitées sur différents tons. Cet heureux mélange de rigueur et d’humour a d’ailleurs tout pour plaire à quiconque est le moindrement curieux des mutations de notre monde. (RSH)

RÉÉDITIONS, INTÉGRALES ET COMPILATIONS

Faisant suite à l’incroyable et controversé Vingt-trois prostituées paru l’année dernière, Cornélius publie enfin une édition décente et définitive du magistral Le Playboy de Chester Brown ( 9782360810574* ), grand classique de l’autobiographie et œuvre marquante de son époque. (HB)

Il y a des personnages de fiction auxquels on s’attache comme s’ils existaient vraiment, et Nancy  ( Actes Sud – L’An 2, 9782330022631* ), la petite brunette espiègle, en fait partie. Inutile, donc, de tenter de résister à ce très joli et généreux recueil rassemblant les strips réalisés entre 1943 et 1945 par son créateur original, Ernie Bushmiller – maître incontesté d’un humour qui lui est propre, presque absurde, un peu ringard, et toujours étonnant. (CLD)

Dans Superman : Red Son ( Urban Comics, 9782365772228* ), le dernier fils de Krypton est retrouvé dans une ferme communautaire d’Ukraine plutôt qu’au cœur de l’Amérique. Élevé dans l’entourage de Staline, le superhéros communiste devra affronter le renégat anarchiste Batman ainsi que le président des États-Unis lui-même, Lex Luthor, dans cette relecture audacieuse et franchement habile du mythe de Superman. (AFR)

***

Sélection et rédaction de Catherine Lamontagne-Drolet, Hélène Brosseau, Isabelle Melançon, Alexandre Fontaine Rousseau, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

* Commandez ces titres sur monet.ruedeslibraires.com en suivant les hyperliens des ISBN.

 



© 2007 Librairie Monet