Le Délivré

Archive par auteur


2 février 2016  par nos libraires BD

Le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême 2016 : Les récipiendaires

Chaque année, le Festival d’Angoulême est à la bande dessinée francophone ce qu’est le Festival de Cannes au le cinéma : le lieu de toutes les rencontres et de tous les débats. Cette cuvée 2016 n’y a pas fait exception. La place des dessinatrices dans le monde de la BD, la rémunération des auteurs et des dessinateurs impliqués dans la création des bandes dessinées, les difficultés du marché, autant de sujets chauds qui ont fait les manchettes des blogues et des revues spécialisées. Mais, au final, ce sont près de 200 000 amateurs ont eut le plaisir de rencontrer leur dessinateurs préférés lors de cet événement qui demeure incontournable.

Voici les créateurs et créatrices qui ont vu leur travail souligné à l’issue de cette 43e édition.

Grand Prix du festival d’Angoulême 2016

Hermann

Au terme des deux tours du vote électronique organisé par le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême au cours du mois de janvier 2016, la communauté des auteur(e)s professionnel(le)s de bande dessinée a accordé la majorité de ses suffrages à Hermann, couronnant ainsi l’une des œuvres les plus emblématiques de la bande dessinée franco-belge tous publics et l’un des parcours d’auteur les plus prolifiques du 9e art européen.

Fauve d’Or – Prix du meilleur album

Ici, Richard McGuire, 2015, Éditions Gallimard, 320 p., 9782070652440

Ici raconte l’histoire d’un lieu, vu d’un même angle, et celle des êtres qui l’ont habité à travers les siècles. Dans cet espace délimité, les existences se croisent, s’entrechoquent et se font étrangement écho, avant d’être précipitées dans l’oubli. Richard McGuire propose ainsi une expérience sensorielle inédite, puissante et presque magique du temps qui passe.

Fauve d’Angoulême – Prix du public

Cher pays de notre enfance : enquête sur les années de plomb de la Ve République, Benoît Collombat , Étienne Davodeau et Roberto Scarpinato, 2015, Éditions Futuropolis, 217 p., 9782754810852

Une enquête sur les assassinats de magistrats, de journalistes, de syndicalistes et de ministres dans la France des années 1970, sur la base des témoignages de contemporains de l’époque et à partir d’archives sur le SAC, la milice du parti gaulliste.

Fauve d’Angoulême – Prix spécial du jury

Carnet de santé foireuse, Pozla, 2015, Éditions Delcourt, 368 p., 9782756066394

Pozla nous invite à nous plonger dans le témoignage brut d’une épreuve de vie, où le dessin, puissant analgésique, apporte un discours qui dépasse le verbal et où chacun peut retrouver ou entrevoir l’impact de la maladie sur le corps, la psyché, la vie. Une BD hybride et très personnelle, traitant de la maladie au quotidien, de ses absurdités et de son humanité, le tout saupoudré d’humour et d’autodérision.

Fauve d’Angoulême – Prix de la série

Ms. Marvel Volume 1, Métamorphose, scénario de G. Willow Wilson, dessin d’Adrian Alphona, couleurs d’Ian Herring, 2015, Panini comics, coll. Marvel now! All-new, 122 p., 9782809447637

Kamala Khan, une adolescente musulmane en admiration devant Carol Danvers, se réveille avec des superpouvoirs. Elle découvre que cela implique de grandes responsabilités qui sont difficiles à gérer pour une jeune fille de Jersey City.

Fauve d’Angoulême – Prix révélation

Une étoile tranquille : portrait sentimental de Primo Levi, Pietro Scarnera, 2016, Éditions Rackham, 236 p., 9782878271911

Une invitation à découvrir le parcours personnel de Primo Levi lorsque celui-ci est revenu à Turin après un an passé au camp d’Auschwitz et un long périple en Europe de l’Est. Alors âgé de 26 ans, l’écrivain livre deux ans plus tard Si c’est un homme, témoignage poignant sur l’univers concentrationnaire. L’auteur a suivi sa trace et partage cet héritage moral à travers ce récit graphique.

Fauve d’Angoulême – Prix Jeunesse

Le grand méchant renard, Benjamin Renner, 2015, Éditions Delcourt, coll. Shampooing, 183 p., 9782756051246

Un renard chétif tente de se faire une place de prédateur face à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle. Il a trouvé une stratégie : il compte voler des œufs, élever les poussins, les effrayer et les manger. Prix de la BD Fnac 2016.

Fauve d’Angoulême – Prix du Patrimoine

Vater und Sohn – Père et fils : toutes leurs farces et leurs aventures : l’intégrale, E.O. Plauen, 2015, Éditions Warum, coll. Civilisation, 303 p., 9782365350914

Réalisés entre 1933 et 1936, des strips sur le quotidien plein d’humour et de tendresse d’un père et de son fils.

Fauve d’Angoulême – Fauve Polar SNCF

Tungstène, Marcello Quintanilha, 2015, Éditions çà et Là, 182 p., 9782369902157

Quatre personnages se croisent à l’occasion d’un fait divers, au pied du fort de Notre-Dame de Monserrat à Salvador de Bahia : Cajù, petit dealer de quartier, M. Ney, militaire à la retraite névrosé, Richard, policier réputé et mari exécrable, et la femme de ce dernier, Keira, sur le point de le quitter.

Pour commander ces albums via notre site monet.leslibraires.ca, veuillez cliquer sur les titres sélectionnés.


9 décembre 2015  par nos libraires BD

Les bandes dessinées de 2015 : les palmarès de nos libraires BD

Une fois de plus, notre équipe s’est pliée à cet exercice annuel de haute subjectivité : le palmarès des bandes dessinées 2015. Cette année encore la production fut pachydermique et nous avons dû beaucoup nous gratter la tête, sourcils froncés, pour extraire le mémorable parmi l’excellent.

S’il y a eu des titres qui ont su convaincre tous les libraires les années précédentes, ce n’est pas le cas ici. Pas d’unanimité cette année. Néanmoins, le titre le plus couronné rassemble, tout de même, trois voix sur quatre. C’est une comédie : Le Grand méchant renard, une irrésistible farce animalière publiée chez Shampooing. Derrière le champion, le palmarès se montre très diversifié, mais deux genres se distinguent, le manga et le roman graphique ( Le Chef de Nobunaga, A silent voice côté manga, et L’attente infinie, Murderabilia, Whitehorse et Carnet de santé foireuse pour les romans graphiques ). C’est d’ailleurs ce dernier qui se taille la part du lion, avec ces cinq titres nommés, trois fictions et deux autobiographies. On peut donc parler, pour cette année encore, d’un genre en grande forme.

La bande dessinée québécoise, quoique peu représentée dans nos classements, n’en reste pas moins d’une vitalité remarquable. Aussi bien Pow Pow que La Pastèque pour ne citer qu’eux, ont tout au long de l’année enrichit leurs catalogues de très bons titres ( Whitehorse, Ping-Pong, et André le géant de Box Brown ).

Depuis plusieurs années déjà une tendance s’installe et connaît de belles réussites, celle de la bande dessinée du réel, c’est-à-dire le documentaire, le reportage, la biographie… ( Avant l’heure du tigre, Kersten médecin d’Himmler, Juger Pétain ). Mais la bande dessinée plus traditionnelle ( si l’on veut ), celle des récits policiers ou historiques, parvient encore à se réinventer. Signalons pour l’exemple, que Le Maitre d’armes n’est pas seulement classé dans le top 2015 de notre collègue Patrick Pilote, non, elle est aussi dans son top 10… à vie. Ce qui vaut tous les longs discours.

Maintenant, il est temps de vous laisser apprécier notre sélection en détail. A-t-elle des points communs avec la vôtre?

Sylvain Cabot

 

Top 10 BD 2015 selon Hélène Brosseau

1. L’attente infinie, Julia Wertz, Agrume, coll. « Littérature graphique », 232 p., 9791090743281*
2. Carnet de santé foireuse, Pozla, Delcourt, 368 p., 9782756066394*
3. Cigish ou Le maître du je, Florence Dupré La Tour, Ankama, coll. « Label 619 », 303 p., 9782359103809*
4. L’Arabe du futur T.02: Une jeunesse au Moyen-Orient, 1984-1985, Riad Sattouf, Allary, 158 p., 9782370730541*

 5. Ping-Pong, Zviane, Pow Pow, 156 p., 9782924049242*
6. Whitehorse T.01, Samuel Cantin, Pow Pow, 200 p., 9782924049235*
7. Quand vous pensiez que j’étais mort: Mon quotidien dans le coma, Matthieu Blanchin, Futuropolis, 173 p., 9782754808316*
8. Sunny T.01, Taiyo Matsumoto, Kana, coll. « Big Kana », 220 p., 9782505061076*

 9. A Silent Voice T.01, Yoshitoki Oima, Ki-oon, coll. « Shonen », 183 p., 9782355927713*
10. Saru, Daisuke Igarashi, Sarbacane, 440 p., 9782848657608*

Mention spéciale:
Le grand méchant renard, Benjamin Renner, Delcourt, coll. « Shampooing », 183 p., 97827560512468*

 

Top 10 BD 2015 selon Sylvain Cabot

1. Carnet de santé foireuse, Pozla, Delcourt, 368 p., 9782756066394*
2. Deux frères, Gabriel Bá et Fábio Moon, Urban comics, coll. « Urban graphic », 227 p., 9782365776257*
3. Murderabilia, Álvaro Ortiz, Rackham, 108 p., 9782878271874*
4. La favorite, Matthias Lehmann, Actes Sud, coll. « BD », 160 p., 9782330047788*


5. Seconds, Bryan Lee O’Malley, Dargaud, 336 p., 9782205073560*
6. Les crocodiles, Thomas Mathieu, Lombard, 174 p., 9782803634651*
7. A Silent Voice T.01, Yoshitoki Oima, Ki-oon, coll. « Shonen », 183 p., 9782355927713*
8. Le voleur de livres, Alessandro Tota et Pierre Van Hove, Futuropolis, 171 p., 9782754810043*

9. Super sourde, Cece Bell, Les Arènes, 239 p., 9782352044475*
10. Juger Pétain, Sébastien Vassant et Philippe Saada, Glénat, coll. « 1000 feuilles », 9782344005606*

Mention spéciale:
Kinderland, Mawil, Gallimard, 291 p., 9782070663101*

 

Top 10 BD 2015 selon Patrick Pilote

1. Le Maitre d’armes, Joël Parnotte et Xavier Dorison, Dargaud, 96 p., 9782505063421*
2. Adam Clarks, Antonio Lapone et Régis Hautière, Glénat, coll. « Treize étrange », 64 p., 9782723485654*
3. Kersten, médecin d’Himmler T.01: Pacte avec le mal, Fabien Bedouel et Pat Perna, Glénat, coll. « Grafica », 48 p., 9782344000588*
4. Les enfants de la résistance T.01: Premières actions, Benoît Ers et Vincent Dugomier, Lombard, 47 p., 9782803635580*

5. Nains T.01: Redwin de la forge, Pierre-Denis Goux et Nicolas Jarry, Soleil, 56 p., 9782302046443*
6. R.U.S.T. T.01: Black list, Nesskain et Luca Blengino, Delcourt, coll. « Néopolis », 143 p., 9782756054414*
7. L’épée d’Ardenois T.04: Nuhy, Etienne Willem, Paquet, 64 p., 9782888907091*
8. Undertaker T.01: Le mangeur d’or, Ralph Meyer et Xavier Dorison, Dargaud, 55 p., 9782505061373*

9. Balles perdues, Jef et Walter Hill, Rue de Sèvres, 122 p., 9782369810681*
10. Le grand méchant renard, Benjamin Renner, Delcourt, coll. « Shampooing », 183 p., 97827560512468*

Mention Spéciale:
Le chef de Nobunaga T.01, Takuro Kajikawa et Mitsuru Nishimura, Kommiku, 187 p., 9791091610452*

 

Top 10 BD 2015 selon Réjean St-Hilaire

1. L’attente infinie, Julia Wertz, Agrume, coll. « Littérature graphique », 232 p., 9791090743281*
2. Murderabilia, Álvaro Ortiz, Rackham, 108 p., 9782878271874*
3. Chiisakobé T.01, Minetaro Mochizuki, Le Lézard Noir, 204 p., 9782353480791*
4. Quatrième monde T.01, Jack Kirby, Urban comics, coll. « DC Archives », 391 p., 9782365775786*

5. Astrid Bromure T.01: Comment dézinguer la petite souris, Fabrice Parme, Rue de Sèvres, 30 p., 9782369811404*
6. Whitehorse T.01, Samuel Cantin, Pow Pow, 200 p., 9782924049235*
7. Livre de Piik T.01: Le secret de Sallertaine, Cécile et Christophe Cazenove, Bamboo, coll. « Story », 48 p., 9782818932339*
8. Avant l’heure du tigre: La voie Malraux, Daphné Collignon et Virginie Greiner, Glénat, coll. « Grafica », 9782723494687*

9. André le géant: La vie du Géant Ferré, Box Brown, La Pastèque, 240 p., 9782923841663*
10. Area 51 T.01, Masato Hisa, Casterman, coll. « Sakka », 185 p., 9782203090408*

Mention spéciale:
Le chef de Nobunaga T.01, Takuro Kajikawa et Mitsuru Nishimura, Kommiku, 187 p., 9791091610452*

 

Et l’album Top selon Cynthia Couture, notre petite nouvelle

Le grand méchant renard, Benjamin Renner, Delcourt, coll. « Shampooing », 183 p., 97827560512468*

***


27 novembre 2015  par nos libraires BD

Bandes dessinées : le choix des libraires

Comme chaque mois, notre équipe de libraires spécialisés en bandes dessinées passe en revue l’ensemble de l’effarante production du mois écoulé pour repérer les nouveautés incontournables. Voici un aperçu de ces récits complets et autres premiers tomes, question d’aiguiser votre appétit livresque…

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADOS

L’insubmersible Walker Bean T.01, Aaron Renier, 2015, Sarbacane, 208 p., 9782848658261*

À la croisée d’Isaac le Pirate et de Tintin, un conte exubérant ! Bienvenue à bord ! Le jeune Walker n’est pas vraiment un aventurier en herbe, il est même plutôt peureux. Mais il a été bercé par les récits fantastiques contés par son grand-père. Cet ancien amiral dans la marine lui a toujours parlé d’histoires de pirates, de trésors enfouis, de villes englouties. Depuis quelques jours, la santé de son grand-père s’aggrave et il sent que c’est l’heure de dévoiler à Walker, le secret des îles de la Mangue et des deux sœurs Tartessa et Remora. Les deux sirènes-sorcières habitent les abysses des océans, entourées par les squelettes de leurs victimes. Elles tourmentent les hommes grâce à un crâne maléfique qui régule le monde. Walker doit trouver ce crâne. Il part à l’aventure, armé du journal de bord de son grand-père, et s’embarque sur un bateau en direction des îles de la Mangue. Sur celui-ci, il croisera la route de nouveaux amis : la chienne Perrogi, le jeune garçon Shiv et la jeune fille Genoa. Aventure, humour, et récits fantastiques sont les ingrédients de ce récit tout public. – L’éditeur

Seki: Mon voisin de classe T.01, Takuma Morishige, 2015, Akata, 166 p., 9782369740681*

Voici une adorable comédie pour toutes et tous. Rumi est une élève studieuse, qui ne demande qu’à écouter son professeur et suivre son cours tranquillement. Sauf que, Séki, son voisin de classe a un tout autre objectif : ne pas travailler et faire passer le temps. Sans jamais dire un mot, Séki se trouve toutes sortes d’occupations plus farfelues les unes que les autres. Il joue aux dominos, il décape son bureau d’écolier, élève des chats… le tout, pendant le cours et sans jamais se faire prendre. Et c’est la pauvre Rumi qui finit toujours par se faire surprendre par les professeurs, tant les jeux de Séki captivent son attention. La douce fantaisie de ce manga à l’humour gentiment décalé offre une lecture délicieuse. On se régale d’une ironie diffuse assez réjouissante, comme un grand rire qui n’éclate jamais. Espérons que la suite de la série parvienne à se renouveler intelligemment, pour prolonger notre plaisir. (SC)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES, QUÉBÉCOIS

Joker, Benjamin Adam, 2015, La Pastèque, 128 p., 9782923841793*

Récit rocambolesque, fourmillant de personnages, avec une intrigue tentaculaire et un dessin raffiné et précis, Joker séduit par son ambition et sa narration touffue, prolifique mais tout de même très accessible. Prenant comme prémisse de départ trois amis qui, chaque dimanche, lors d’un jeu de cartes, échangent leurs vies, emplois et familles pour une semaine, cette petite histoire qui s’annonçait intimiste déboule en une aventure sociale et politique qui impliquera toute la ville, une famille en fugue, plusieurs meurtres, des magouilles d’une corporation et des rivalités entres les journalistes indépendants et les géants de la presse. À mis chemin entre le polar, le roman-feuilleton et la critique des grands médias et des petites politiques, le dernier Benjamin Adam réussit à tenir son lecteur en haleine, tout en lui proposant beaucoup de matière dans un récit dont la fluidité ne déçoit jamais. (BN)

BANDES DESSINÉES ÉTRANGÈRES – ADULTES

L’attente infinie, Julia Wertz, 2015, L’Agrume, coll. « Littérature graphique », 232 p., 9791090743281*

On pourrait dire de L’Attente infinie qu’il s’agit d’un livre autobiographique puisque dans cet épais volume, Julia Wertz nous livre un récit de vie très personnel. Mais sa force tient avant tout dans la virtuosité de son écriture, à la fois cinglante et hilarante, bourrée d’humour et d’autodérision. Entre 1982 et 2012, Julia Wertz a fait beaucoup de choses: elle a enchaîné toutes sortes de petits boulots, elle a déménagé dans différentes villes, elle est tombée gravement malade, elle s’en est tirée, elle a été embauchée, elle s’est fait virer, elle a aimé (pas trop), elle a lu beaucoup de livres et fait beaucoup de blagues, elle a découvert la BD, elle a été publiée, elle a bu (beaucoup), elle a déprimé, elle a arrêté de boire, elle a grandi, elle a réfléchi et elle a eu envie de le raconter… Un épais volume à l’humour cinglant, plein d’autodérision et de réflexions aussi loufoques qu’existentielles. Qui d’autre que Julia Wertz, à l’esprit libre et décomplexé, pouvait signer cette chronique autobiographique époustouflante? – L’éditeur

Carnet de santé foireuse, Pozla, 2015, Delcourt, 368 p., 9782756066394*

On appréciait déjà Pozla pour son dessin sauvage, dynamité aux pétards, inspiré du graffiti, avec la série Monkey Bizness. On découvre avec Carnet de santé foireuse qu’il est aussi un narrateur de premier ordre. Récit tiré de son expérience personnelle, il raconte avec son cœur, ses tripes (ça tombe bien, vu le sujet) et beaucoup d’humour, le parcours de sa pathologie, la maladie de Crohn. Le résultat offre un témoignage d’une puissance folle. Il retrace, sans rien cacher, le long cheminement de sa maladie : les premiers symptômes, le diagnostic tardif et l’hospitalisation longue durée. Nombre de dessins étant justement exécutés depuis son lit d’hôpital, tant dessiner dans son carnet sera, pour l’auteur, le meilleur réconfort. En plus de l’efficacité de sa narration, Pozla fait véritablement exploser toutes ses qualités graphiques pour exprimer ses douleurs au plus juste. La plupart des pages sont de toute beauté. On tient ici un témoignage passionnant, et probablement l’une des meilleures bandes dessinées de l’année. (SC)

Trashed, Derf Backderf, 2015, Çà et Là, 237 p., 9782369902164*

Inspiré de la jeunesse de son auteur qui a été éboueur quelque temps, Trashed est une œuvre de fiction qui campe deux adolescents dont le quotidien consiste à ramasser les poubelles. Aussi désabusés qu’on peut les imaginer, ils nous feront découvrir les détails scabreux, mais souvent intéressants du formidable monde des ordures. On imaginerait difficilement qu’un métier aussi ingrat puisse être le sujet d’une fiction aussi divertissante et attachante que Trashed. Backderf a déjà prouvé avec Punk, rock and mobile homes qu’il maîtrisait parfaitement l’humour burlesque. Cette fois, son art rivalise avec la verve humoristique et scatologique de Rabelais. Chutes de pierres tombales, éclats de merde, carcasses de rongeurs, concerto de piano déchiqueté et fossoyeurs anarchistes disjonctés, on ne nous épargne rien dans ce chef-d’œuvre d’humour qui réussit quand même à informer son lecteur des subtilités de l’industrie de la crasse. (BN)

Capitaine perdu T.01, Jacques Terpant, 2015, Glénat, 56 p., 9782344004500*

En 1763, la France vient de perdre ses colonies du Nouveau Monde. Les Anglais se préparent à prendre possession des forts français et de nombreux « habits rouges » parcourent le territoire pour bien faire comprendre aux « sauvages » qui sont les nouveaux maîtres. Saint-Ange, le capitaine de Fort Chartres, un Français né à Québec, ne peut se résoudre à abandonner son pays et ses frères autochtones. De nombreux chefs de tribus amérindiennes alliés des Français viennent le rencontrer à Fort Chartres pour discuter de la marche à suivre. Quelle sera la décision de Saint-Ange? Une excellente BD historique de Terpant qui nous offre une œuvre fouillée et bien documentée sur un sujet peu exploité. Avec ses planches en couleurs directes qui font honneur aux paysages grandioses de l’Amérique sauvage, nous avons là un album d’une grande qualité. Vivement la suite de ce diptyque. (PP)

Traquemage T.01: Le serment des Pécadous, Relom et Wilfrid Lupano, 2015, Delcourt, coll. « Terres des Légendes », 55 p., 9782756064642*

Un producteur de fromage, dont le troupeau de chèvres et le village ont été anéantis par des troupes de créatures armées, jure de mettre fin à la guerre en tuant les cinq mages à l’origine du conflit. Animé par la rage et accompagné de sa brebis Myrtillle, il fera la rencontre d’une fée alcoolique qui connaît une manière de détruire les magiciens. Ce récit à mi-chemin entre Tolkien et Monty Python est un pur plaisir de lecture. Wilfrid Lupano est au sommet de son art, détournant les poncifs du genre avec truculence. Relom, de son côté, privilégie un style caricatural léché truffé de clins d’œil aux classiques du genre. (RSH)

Chicagoland, Sacha Goerg et Fabrice Colin d’après R.J. Ellory, 2015, Delcourt, coll. « Mirages », 128 p., 9782756063102*

Chicago, années 50. Une jeune institutrice est retrouvée morte, étranglée par un inconnu. Chicagoland est un récit polyphonique décliné en trois temps : la sœur de la victime, l’enquêteur chargé du dossier et l’assassin défilent tour à tour pour tisser un écheveau complexe chargé d’émotions, magnifié par les tons pastel de Sacha Georg. La collection Mirages des éditions Delcourt fait un très beau cadeau aux fans de polar et aux inconditionnels de R. J. Ellory en publiant l’adaptation de trois nouvelles disponibles uniquement en version numérique. (RSH)

***

Sélection et rédaction d’Hélène Brosseau, Sylvain Cabot, Boris Nonveiller, Patrick Pilote et Réjean St-Hilaire.

 

* Commandez ces titres sur monet.leslibraires.ca en cliquant sur les titres sélectionnés.

 



© 2007 Librairie Monet