Le Délivré
partager cet article

Article complet

22 septembre 2010  par May Sansregret

Entre bulles de savon et boules de coton : les livres de bain et de tissu

Le 16 juin dernier, je publiais sur le blog Mission : constituer la bibliothèque de bébé ! Suite à cet article, un commentaire d’une lectrice m’a titillé tout l’été. Pauline se plaignait (et avec raison) du manque de qualité de la production des livres en tissu : « Pourquoi les livres pour les tout-petits (livres-doudous, mous) sont-ils tous aussi gnangnan? Ro-roses pour les fi-filles, bleu-bleus pour les ga-garçons? Personne ne fait des livres en tissu un peu plus funky pour les mini-pitchouns? » Ma réponse arrive tardivement, mais j’ai pris le temps d’y réfléchir. Les livres en tissu, tout comme les livres de bain, ne font pas partie de mes incontournables. Mon choix se porte toujours sur un « vrai livre » plutôt que sur un « livre-jouet ». Avec ce type de livre, j’ai toujours l’impression que le côté « jouet » laisse rarement de place au côté « livre ». De plus, leur prix est souvent faramineux et la qualité de l’impression des plus douteuses. Néanmoins, le livre en tissu ou de bain présente quelques avantages, dont la facilité d’entretien et de manipulation. Mais comme mon leitmotiv en librairie est « Il est nécessaire de présenter une variété d’œuvres aux enfants pour stimuler leur curiosité et leur sens critique », j’ai décidé d’explorer la production des livres de bain et de tissu. Quelques belles découvertes m’attendaient… Je vous les partage avec l’aide de bébé Raoul :

Les livres en tissu

À son réveil, bébé Raoul aperçoit une forme dans un coin de sa couchette. Il l’attrape d’une  main et se blottit contre elle. Oh ! comme c’est doux ! Oh ! comme c’est mou ! Tout à coup, bébé veut en savoir plus. Il ouvre cette chose ronde et duveteuse sur laquelle est inscrit Qui veut jouer avec moi ? Son intérêt est vite capté par les queues d’animaux qui sortent littéralement des pages : celle du cochon est toute frisottée, alors que celle de la vache émet un tintement pareil à celui d’un hochet. Les queues d’animaux permettent à bébé Raoul de tourner facilement les pages. Une fois à la fin du livre, il referme son poing sur la boule de laine à l’extrémité de la queue du mouton. C’est elle sa préférée !

Peu de temps après, maman laisse bambin au salon en compagnie d’un duo de livres énigmatiques. Si bébé les touche, un son bizarre chatouille ses oreilles. Qu’à cela ne tienne, le vif Raoul s’empare du plus petit des deux, explore les ailes qui craquent et se plient. Bébé tient entre ses mains une coquette coccinelle qui cache une histoire sous son ventre. Ce livre appartient à la collection « Les mini craquants », soit quatre livres d’éveil qui prennent la forme de petites bêtes et d’insectes[1]. Chacun d’eux raconte une histoire tout en offrant des bruits de froissement et des textures amusantes pour les petits doigts.

Après que la coccinelle eût réalisé son premier vol plané, Raoul est attiré par le petit carré de tissu qui l’attend patiemment depuis quelques minutes. C’est Noir, blanc et rouge, un livre qui, comme ceux de la collection précédente, propose des pages qui font « cric-et-crac » et donne à voir des petites bêtes. Bébé Raoul s’attarde longuement sur l’image de la coccinelle. Il reconnaît la bestiole, celle qui dort maintenant à quelques pas de lui. Les images en noir, blanc et rouge fascinent longtemps petit Raoul, tout comme les vignettes de tissu qui sortent des pages.

Voilà qu’au milieu de la matinée, bébé Raoul est impatient. Maman le convie alors pour une promenade dans le parc. En catimini, un compagnon aux grandes oreilles se joint à eux, c’est Lapin qui désire aussi prendre un peu d’air frais. Assise sur un banc, maman présente la peluche mollassonne à petit Raoul bien installé dans sa poussette. Celui-ci la porte à sa bouche. Youpi ! Un nouvel ami qui goûte bon ! Puis, maman promène la peluche à travers les pages de son livre, intitulé Où te caches-tu, lapin ? Au fil des doubles pages, Lapin vaque à ses activités : il mange de la laitue et une carotte que l’on détache de la page ; il se cache derrière un buisson ; et finalement, il se blottit dans son terrier. Comme sa peluche, Raoul s’endort tout en douceur…

Les livres de bain

En soirée, c’est l’heure du bain pour bébé Raoul. Flotte autour de lui un vaste choix de livres en plastique souple. Quand maman prend Petit escargot et chante la comptine, il s’empare de l’escargot gonflé qui accompagne le livre. Au rythme de la mélodie, il plonge la tête de la bête dans l’eau. En chantant, maman lui montre les images du livre. Elles agrémentent joliment les paroles de la comptine :

Petit escargot
Porte sur son dos
Sa maisonnette
Aussitôt qu’il pleut,
Il est tout heureux
Il sort sa tête !

La maman de Raoul est heureuse de son choix, car elle a hésité longtemps entre Petit escargot et d’autres titres de la collection « Bulles et cie ». Ils ont tous un petit quelque chose de particulier, en plus d’être accompagnés d’une silhouette à gonfler. Il y a Au bain, petit croco! ; Séraphin, le petit dauphin ; et Baba, la baleine.

Bébé Raoul veut maintenant s’amuser en compagnie de Binou. Avec Ça flotte, Binou ?, il apprend que même une crotte peut flotter ! Avec À l’eau, Binou !, il comprend qu’on peut se baigner ailleurs que dans une baignoire. Chose certaine, avec Binou, on rit à tout coup !

Près de Raoul flotte maintenant Fais comme moi !, le livre de bain du personnage de Pénélope. Sa maman lui a déjà raconté cette histoire. Pénélope y invite les tout-petits à se laver et à se frotter afin d’être tout propre. Surtout, il ne faut pas oublier les pieds ! Raoul adore Pénélope ; il la connait grâce aux livres de la collection « Les bêtises Pénélope » que lui lit son papa. Mais attention, ces derniers, tout en papier, ne vont pas dans le bain !

Avant de sortir de la baignoire, la maman de Raoul lui raconte Les bains de la collection « Les Toumouillés », un livre où les mamans donnent le bain à leurs bébés animaux. Chaque animal y prend un bain différent : un bain gelé pour l’ourson polaire, un bain douche pour l’éléphanteau et un bain rugueux pour le petit tigre. Et le bain de bébé Raoul ? Et bien, l’eau commence à refroidir. Il est temps de sortir ! Demain, maman lui racontera Les câlins

Livres en tissu
Qui veut jouer avec moi ?, ill. de Marion Billet, Tourbillon.
Noir blanc rouge, Tourbillon.
La coccinelle, coll. « Les mini craquants », Piccolia.
Où te caches-tu, Lapin ?, Iris de Moüy, Tourbillon.

Livres de bain
Petit escargot, Bridget Strevens-Marzo, coll. « Bulles et cie », Tourbillon.
Au bain, petit croco!, Sylvain Diez, coll. « Bulles et cie », Tourbillon.
Séraphin, le petit dauphin, Xavier Deneux, coll. « Bulles et cie », Tourbillon.
Baba la baleine, Judith Drews, coll. « Bulles et cie », Tourbillon.
Ça flotte, Binou ?, Dominique Jolin, Dominique et compagnie.
À l’eau, Binou !, Dominique Jolin, Dominique et compagnie.
Fais comme moi ! Le livre de bain de Pénélope, Anne Gutman et Georg Hallensleben, Hachette.


[1] En plus de la collection « Les mini craquants », il y a « Les animaux craquants ». Ces derniers sont tout  aussi intéressants, mais en plus grand format.

[2] Vous trouverez facilement l’air de la comptine Petit escargot sur Internet.

Mots-clefs : , , ,

Partagez :

2 commentaires à cet article

  1. eliZAbeth dit :

    Vaste sujet… Les livres dans le bain, j’étais plutôt contre, de peur que Petit Monsieur ne balance ensuite les nôtres dans l’eau ! L’intérêt du livre en « plastique », c’est qu’on peut le mâchouiller sans trop de dommages.
    Dans le genre beau et pas niais, on avait aimé (c’était il y a cinq maintenant): « Le papa de bébé » d’Alex Sanders et Pierrick Bisinski (Giboulées-Gallimard),  » Moi, le dragon », de Rosalinde Bonnet (les Portes du Monde) et « Bébé chat » de Nadja et Grégoire Solotareff (l’École des loisirs). Mais à y réfléchir, ces trois-là ressemblaient, il est vrai, plus à de vrais livres qu’à des jouets !

  2. Pauline dit :

    Quelle surprise !!! mon commentaire sur les livres tissus a donné lieu à tout un article ! merci !
    Je m’étais rangé à l’avis de « ma » libraire, assez proche du vôtre en fait : mieux vaut un bon « tout-carton » qu’un livre-jouet en tissu, mal imprimé et fabriqué je-ne-sais-où. Merci donc pour toutes ces suggestions.
    Avis aux éditeurs qui passeraient par ici : les livres pour enfants foisonnent de créativité, de belles idées graphiques… le tissu offre des possibilités infinies de couleurs/matières… Pourquoi ne pas combiner tout ça pour faire de vraiment beaux livres en tissus ?

Ajouter votre commentaire



Commentaire


© 2007 Librairie Monet